(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Faune de France"

iî.i'l 



\immm 



! =0 
! tO 

im 

CD 
CD 



FAUNE DE FRANCE 



2 
OISEAUX 



Wa 






AVIS AU PUBLIC 



La Faune de France éditée par rOffice Central de Faunistique de la Fédération 
française des Sociétés de Sciences naturelles paraît sans ordre déterminé, par 
fascicules in-8° consacrés chacun à un groupe zoologique d'étendue variable, et 
aussi rapidement que le lui permettent le nombre de ses collaborateurs et les 
fonds à sa disposition. 

Elle a pour but de fournir aux naturalistes, sous une forme aussi portative et 
aussi peu onéreuse que possible, le moyen d'identifier sûrement une espèce 
récoltée sur notre territoire, non de leur faire connaître tout ce qui peut être dit 
de cette espèce. Pour cette raison les diagnoses sont réduites aux caractères 
essentiels nécessaires à la vérification du résultat obtenu par les clefs dichoto- 
miques, l'illustration abondante mais tirée dans le texte, la répartition donnée 
seulement dans ses grandes lignes, la synonymie et la bibliographie réduites aux 
renvois permettant de se reconnaître dans la littérature et de se reporter à un 
ouvrage plus détaillé la fournissant i?i-extensn s'il en est besoin. L'Introduction 
de chaque volume renferme ce qu'il est indispensable de connaître du groupe 
au point de vue général et pour la détermination de ses espèces. 

La Fiiune comprend en principe : les formes terrestres et d'eau douce signa- 
lées sur le territoire de la France (y compris la Corse), de la Belgique, de la pro- 
vince l'hénane et de la Suisse occidentale (de tout le Centre et l'Ouest de 
l'Europe pour les espèces aquatiques microscopiques) ; — les formes marines 
existant dans les limites du plateau continental (soit jusqu'à 300 m. de pro- 
fondeur) et de la région pélagique correspondante sur les côtes du continent, du 
Sund au détroit de Gibraltar, ainsi que dos lies Britanniques et du bassin occi- 
dental de la Méditerranée. 

Les volumes, édités grâce à des subventions accordées dans l'intérêt de la 
Science, sont vendus au prix coûtant et le produit de leur vente affecté à l'impres- 
sion de nouveaux fascicules dont le prix sera abaissé dès que les conditions 
actuelles s'amélioreront. 

L'Office Central de Faunisti(pie adiessc nu picssanl appid : 

1° aux spécialistes désireux d'entri'prendre la i-édaction d'un volume imi s'as- 
treignant au plan général de la publiciilidu cpu' leur fera ronnaiire \v pré^cMil 
fascicule ; 

2° a toutes les personnes, à Ions les ('taljlissemenls capables de lui fouinir 
les matériaux et documents qu'il est chargé de centraliser et de classer : noies 
sur la présence d'une espèce donnée en un point donné de notre territoire; — 
doubles de collection, échantillons devenus inutiles après l'achèvement d'un 
travail ou que le récoltant n'est pas en mesure d'étudier lui-même; — matériel 
trié ou en vrac, recueilli en même' temps que celui qui vous intéresse i)arlicu- 
iièrement et dont on a pas l'usage. Ces documents serviront à l'élaboration des 
volumes futurs et aux nouvelles éditions des anciens, et les échantillons seroid 
finalement déposés au Muséum d'Histoire Naturelle. Ils ne seront pas puidiés 
sans indication de provenance, mais l'Office communiquera libéralement à chacun 
tous les renseignements faunistiques qu'il possède et s'offre à venir en aide ;ni\ 
travailleurs isolés pour la détermination des animaux qui les intéressent. 

Le Directeur de l'Ollice de Fauiiisli(pu', 

V. DE BEALCIIAMP, 

Ldfioraloire de Zoolor/li'. FactUte des Sciences, Dijon. 



/f ri 



FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS DE SCIENCES NATURELLES 

OFFICE CENTRAL DE FAUNISTIQUE 



FAUNE 



DE FRANCE 



Oiseaux 



p. PARIS 

l>Hl';i>AH ATEIli A LA 1 ACILTli DES SCIENCES IIE DI.IoN 




Avec 490 figures 



PAHIS 

F A M. I.KCIIKVAJ.II^:]^, !•_), HLK DK TOURXnN ,Vl' 

1021 

Ouvrage honoré d'une subvention de l'Académie des Sciences de Pnris 
(fondatioi2s R. Bonaparte et Loutreuil) 



NT^ 



INTRODUCTION 



I. DÉFINITION 

Les Oiseaux sont des Wn-lébrés amniotes, homéothernies, ovipares, au 
corps couvert de plumes, à bouche garnie d'un bec corné. Ils ont un seul 
condvle occipal, un os carré mobile, 4 membres, les antérieurs transformés 
en ailes. Goracoïdes normalement libres, os du métatarse soudés entre eux 
et avec la rangée distale du tarse dont la rangée proximale est soudée au 
tibia. Les os sont pneumatiques, la respiration exclusivement pulmonaire, 
des sacs aériens étant annexés aux poumons. Du cœur à 4 cavités part une 
seule crosse aortique à droite. 



II. A NATO MIE ET PHYSIOLOGIE 

10 TÉGUMENT 

Peau : Elle montre un épidémie mince, très plissé, à couche cornée 
s'exfoliant continuellement, devenant parfois calleux aux parties nues autres 
que les parties habituellement cornées, et un derme g-énéralement mince, 
souvent doublé d'un épais panicule gi'aisseux, fixé par des muscles peau- 
ciers laissant ordinairement entre eux des espaces en communication avec 
les sacs aériens. Il n'y a pas d'ossifications dermiques, mais seulement, par 
places, un revêtement corné (bec, éperons alaires, écailles des pattes). La 
peau des Oiseaux très riche en terminaisons nerveuses tactiles, ne possède 
ni glandes sudoripares ni glandes sébacées, ces dernières étant cependant 
représentées par la glande uropygienne. C'est une glande volumineuse, 
placée au-dessus du croupion, sécrétant une matière grasse. Elle manque 
dans quelques types, son mamelon excréteur est nu ou garni d'un petit 
pinceau de plumules. 

Plumes : Ces phanères caractéristiques du tégument des Oiseaux, com- 
prennent les plumes proprement dites, le duvet, les plumes pili formes, avec 
d'ailleurs tous les termes de passage. Une plume proprement dite (I) a un 

1 

Z0>^ '' 



FAUNE DE FRANCE. 



axe, dont la partie inférieui-e creuse et cylindrique est la hampe ou tige, le 
reste plein, quadrang-ulaii-e, est le rachis. La hampe présente un trou ou 
ombilic à chaque extrémité. L'inférieur correspond à la papille dermique 
oîi est implantée la plume, l'autre est à la base du rachis. Opposé à ce rachis^ 
de l'autre côté de l'ombilic supérieur existe un hyporachis, le plus souvent 
rudimentaire mais parfois aussi ou presque aussi développé que lui. Le 
rachis et Fhyporachis portent en deux rangées opposées des filaments 
cornés, les barbes, lesquelles portent de même des barbules souvent munies 
de crochets sur la rangée distale, crochets retenant les barbules proximales. 
L'ensemble du rachis et des barbes est Vétendard. On distingue dans les 
plumes, \es pennes ou grandes plumes des ailes [rémiges) et de la queue 
[rectrices) et les tectrices ou plumes de recouvrement du corps. Ces 
tectrices ne sont généralement pas implantées sur tout le corps, mais par 
zones iptérylies) laissant entre elles des espaces nus ou garnis de duvet 
(aptéries). Le duvet est une plume à rachis rudimentaire, portant les 
barbes libres tout autour de l'ombilic supérieur. LTn duvet particulier à 
barbes très longues enduites d'une matière grasse pulvérulente se voit sur 
des espaces spéciaux, \es plaques de diiçet poudreux, dans quelques groupes, 
les Ardeidae entre autres. La plume piliforme ou sétiforme ressemble à 
un poil par disparition des barbes. 

La couleur des plumes peut être due à plusieurs causes : Présence seule 
d'un pigment granuleux ou diffus (zoomélanine, zooérythrine, zooxanthine, 
etc.) ; présence de pigments combinés à une structure spéciale de parties 
non colorées ; enfin les reflets métalliques sont dus à des interférences de 
lumière et par suite sont variables avec l'incidence. Une plume multicolore 
présente souvent une structure différente des barbes et des barbules au 
niveau des différentes couleurs. 

Productions cornées : Presque toujours deux seulement, l'étui du bec ou 
rhnmphotheque et Técaillure des pattes ou. podothèque. La rhamphothèque 
comprend la rhinotheque pour la mandibule supérieure ou maxille et la 
gnathothèque pour la mandibule inférieure ou proprement dite. L'étui du 
bec est très variable de forme, d'ornementation et de couleur, non seule- 
ment entre les différents groupes d'Oiseaux, mais même entre espèces, 
suivant l'âge et parfois le sexe et la saison. La rhamphothèque est dite 
composée, lorsque la rhinotheque est formée de plusieurs pièces. Celle-ci 
peut présenter des parties molles comme chez les Anseridae, la cire des 
Accipitriformes. La podothèque présente un développement très variable. 
Quelquefois réduite aux ongles et à la face plantaire, elle peut s'étendre non 
seulement à toute la région tarsienne mais ta une partie importante de la 
jambe. 



FAINE DE FRANCE. 



Pour plus de détails, consulter : Fatio, 1866 ; Gadow, 1882, 88, 03 ; 
Newton, 1893-96; Nitscu, 1867 ; Paris, 1913. 




y'ig. I. — Plume schématique : b, barbes; h, hypoi*achis; o, ombilic sup. ; 

o", ombilic inf. ; r, rachis; t, tige. 
Fig. II. — Morphologie externe : 1, maxille ; 2, mandibule; 3, bonnet : 

a, front; b, vertex ; c, occiput; d, sourcil; 4, lorum ; 5, nuque; 
6, région parotique et joue; 7, gorge; 8, cou : a, devant; 

b, côté; c, derrière; 9, dos; 10, épaule ou région scapulaire ; 
11, poitrine; 12, croupion; 13, flanc; 14, abdomen : a, épi- 
gastre; b, ventre; c, région anale; 15, aile; 16, sus-caudales; 
17, queue; 18, jambe; 19, tarse; 20, pied. 



2° MORPHOLOGIE EXTERNE 



La surface du corps de l'Oiseau a été divisée en un certain nombre de 
territoires. On a, face supérieure, le bonnet qui occupe le dessus de la tète, 
partagé lui-même en front, verte.v, occiput, puis la nuque, Varrière du 
cou, le dos, le croupion et la queue, face inférieure, la gorge avec en avant 
le menton, le devant du cou, \s. poitrine, V abdomen divisé en épigastre en 



4 KAINE DE FRANCE. OISEAUX 

avant puis ventre et région anale, face latérale, le loruni au devant de 
l'œil, le sourcil au-dessus, la joue ou région parolique, le côté du cou, 
Vépaule ou réoion scapulaire, Vaile, le flanc, la patte II). 

La rhamphothèque offre à la rhinothèque outre la pointe ou apex l'arête 
ou culmen et les bords ou toniies maxillaires, à la g-nathothèque, les 
tomies mandihulaires rejoignant les précédentes à l'ang-le mandibulaire ou 
commissure, l'arête ou gonys allant de l'apex à l'ang^le du menton ou 
myxa, pointe de Y espace interramai (III). La rhamphothèque est dite 
épignathe, paragnathe, hypognathe suivant que la rhinothèque est en 
longueur supéi'ieure, égale ou inférieure à la gnathothèque, métagnathe 
lorsque les mandibules se croisent. Elle est déprimée lorsqu'elle est plus 
large que haute, comprimée dans le cas contraire. 

L'aile comporte les rémiges divisées en rémiges polliciales, insérées sur 
le pouce, rémiges primaires ou métacarpiennes attachées à la main, les 
rémiges secondaires échelonnées le long du cubitus, les rémiges tertiaires 
ou cubitales fixées au coude, et les tectrices, supérieures ou sus-alaires ou 
couvertures supérieures, inférieures ou sous-alaires ou couvertures infé- 
rieures. Les sus-alaires en rangées régulières sont distinguées en grandes 
sus-alaires qui sont les plus proches des rémiges et en partie recouvertes 
par les moyennes sus-alaires au-dessus desquelles sont les petites sus- 
alaires. Chaque série prenant le nom des rémiges qu'elle recouvre (IV). 
Les sous-alaires separlagent de la même façon. A chaque rémige correspond 
une sus et une sous-alaire de chaque série, dans Yaquinto-cubitalisme 
ces plumes sont normalement développées au niveau de la 5*^ rémige secon- 
daire manquante (PvCRAFT, 1899). 

L'aile est dite .s7</-<7/^'7<ë lorsque la 1'" rémige primaire est la plus longue, 
ou les 2 premières, aiguë lorsque c'est la 2®, sub-aiguë lorsque ce sont les 
2^ et 3'', sub-obtuse si ce sont ou la 3", ou les 3" et 4", obtuse si c'est la 4*', 
eniin sur-obtuse lorsque ce sont les 4'' et j'' ; la première rémige ne 
comptant pas lorsqu'elle est très petite. 

La queue est constituée par les rectrices implantées en éventail sur le 
croupion, recouvertes à la base par les sus et les sous-caudales. Les rec- 
trices peuvent manquer, le plus souvent on en compte 12. On distingue une 
paire médiane, les autres étant les latérales, les dernières les e.xternes (V). 
La queue est dite carrée lorsque les rectrices sont toutes égales, étagée 
lorsque les médianes étant les plus longues, les autres diminuent graduelle- 
ment en allant vers l'extérieur, dans le cas contraire la queue est dite 
fourchue. Entre ces Ivpes extrêmes on a des queues arrondie, conique, 
echancrée, etc. 

La patte comprentl \i\ jambe à hiquelle fait suite Vartirulation tibio-tar- 



FALNE DE FRANCE. OISEAUX 



sienne, le tarse et les doigts (VI). Lorsque, comme le plus souvent, la 
podothèque s'étend au tarse, suivant la forme et la dimension des écailles, 




Fig. III. — Rhamphothèque : a, apex"; c, culmen; g, gonys; m, commis- 
sure ; t, Lomies. 

Fig. IV. — Aile : 1, rém. bâtardes ou polliciales'; 2, rém. prim.; 3, rém. 
second. ; 4, rém. tert. ou cubitales ; 5, grandes sus-alaires prim, ; 
6, grandes sus-alaires second. ; 7, moyennes sns-alaii^es ; 
8, petites sus-alaires; 9, scapulaires; 10, dossier. 

Fig. V. — Queue:!, sus-caudales; 2, rect. méd. ; 3, rect. interm.; 4, rcct.exl. 

Fig. VI. — Patte de Porzane : a, articul. tibio-tarsienne ; i, doigt int. ; 
j, jambe; 77i, doigt médian; p, pouce; /, tarse. 



on a un tarse réticulé avec écailles petites el polyédriques, sculellé devant 
ou derrière avec une seule rangée d'écaillés sur ce devant ou cet arrière, 



b FAUNE DE FRANCE. OISAEUX 

annelé lorsque scutellé devant et derrière, il y a correspondance entre les 
écailles de ces parties, lamelle devant ou derrière, l'une de ces parties 
étant g-arnie entièrement ou presque d'une seule grande écaille, botté lors- 
qu'il est lamelle devant et derrière. Normalement, il y a 4 doigts, mais il y 
a des pattes tridactyles et exceptionnellement à 2 doigts. Les 4 doigts peuvent 
être dirigés en avant, mais il n'y a jamais plus de 2 doigts à l'arrière. Un 
doigt qui peut se porter à l'avant ou à l'arrière est dit réi'ersible. Le plus 
souvent les doigts sont libi-es, parfois élargis par une membrane à bords 
libres (doigts pinnés) ou les réunissant entre eux [doigts palmés} ou en 
partie accolés {doigts syndactyles) ou entièrement réunis, comme chez le 
Syrrhapte. Des doigts pectines sont ceux dont les bords sont garnis d'une 
rangée d'écaillés, étroites, allongées, perpendiculaires à leur axe. 

Pour plus de détails, consulter : Arrigom degli Oddi, 1902 ; Beddard, 
i896';GADow, i8P3;NArMANN, IPOo; Newton, 1893-96. 

3° MUE, VARIATIONS DE PLUMAGE, DIMORPHISME 

La mue ou renouvellement périodique des plumes, peut être complète, 
c'est à dire que presque toutes les plumes sont renouvelées, ou partielle. 
Les plumes se remplacent les unes après les autres, quelquefois dans un 
ordre déterminé, surtout en ce qui concerne les pennes; dans ce cas, 
comme chez les jeunes Perdrix, l'examen du rang de la rémige en voie de 
croissance permet de déterminer l'âge de l'Oiseau (Bureau, 1911-iS). Dans 
beaucoup d'Oiseaux d'eau, après l'accouplement, il y a chute des rémiges 
d'un seul coup, l'animal est ainsi pendant un certain temps hors d'état de 
voler (mue rcg/-essive). Dans les Oiseaux à /)iue .simple, celle-ci est généra- 
lement aulumnale, parfois printanière cependant (^ Hirondelles, Accipi tri- 
formes), dans ceux à jnue double, la mue d'automne est souvent la |)lus 
complète. Les Lagopèdes présentent une mue additionnelle c'est à dire une 
mue après l'accouplement, outre celle du printemps et celle qui leur donne 
le plumage blanc. La mue n'affecte pas seulement le plumage, la rhampho- 
thèque y prend quelquefois part (Macareux) (Bureau, 1818-19). Le nouveau 
plumage peut ne différer de l'ancien que par des teintes plus fraîches, 
d'autres fois il est dissemblable. Dans ce cas, ciiez l'adulte, la mue printa- 
nière, dite mue ruptile donne le plumage de noce à teintes plus vives avec 
changement de couleur des parties cornées et parfois apparition d'orne- 
ments spéciaux : casque, crête, caroncules, crosses de l'Aigrette, etc. (.hez 
les jeunes, plusieurs mues et par suite plusieurs années sont parfois néces- 
saires pour qu'ils arrivent à porter le plumage de l'adulte. 

Le plumage peut changer de couleur sans qu'il y ail mue, par décolora- 



FAUNE DE FRANCE. 



lioa des plumes ou usure de leur bordure d'une autre teinte que le reste. 
La livrée de l'Oiseau étant susceptible de varier avec l'âge, la saison, le sexe, 
on peut dans les cas de plus grande variabilité, rencontrer : Une livrée de 
nid, un 1'^'^ et 2" plumage de demi-adulte, d'adulte de l'"^ 2°, 3° année, d'adulte 
(j' ou 9 en noce, en été (mue i-égressive du çf des Canards), en automne, 
etc. Le dimorphisme sexuel peut porter non seulement sur le plumage et 
son ornementation, mais aussi sur la taille, c'est suivant les groupes tantôt 
le cf et tantôt la 9 qui ont la plus grande taille. Il existe mais très rare- 
ment un dimorphisme spécifique, c'est à dire une variation dans la taille ou 
la couleur ne dépendant ni du sexe ni de l'âge. Parfois les vieilles 9, lorsque 
l'ovaire n'est plus fonctionnel prennent la livrée et l'ornementation du cf. 

Le plumage est ou d'une seule couleur (plumage uniforme, unicolore) ou 
de couleurs variées. Celles-ci sont alors distribuées par larges taches (plu- 
mage coloré en masses, bicolore, tricolore, etc.) ou sur un fond variable, 
se voient en nombre plus ou moins grand, des taches, des macules, des 
stries, etc. (plumage /acheté, gri\>elé, strié, rayé). Certaines taches tran- 
■chaut nettement sur le plumage environnant portent un nom spécial, tels 
les moustaches, le hausse-col, le miroir, etc. 

Le plumage de l'Oiseau peut offrir des exemples de mimétisme ou d'homo- 
chromie, comme le cas de VHarpagus diodon insectivore ressemblant tout 
à fait au Carnivore Accipiter pileatus de la même région sud-américaine, le 
plumage isabelle des Oiseaux des déserts, le plumage blanc des Lagopèdes 
des zones neigeuses. 

Des aberrations de couleur se rencontrent assez fréquemment dans le 
plumage des Oiseaux : albinisme, mélanisme, isabellisme, etc., partiel ou 
total. Certaines espèces y sont plus sujettes que d'autres. Certaines de ces 
aberrations peuvent être artitîciellement provoquées par une nourriture 
spéciale chez des Oiseaux tenus captifs. 

Pour plus de détails, consulter : Arrigoni degli Oddi, 1902; Distant, 1899- 
1900: F.\Tio, 18G6: Cadow, 1888: Mhxais, 1896: Newton, 1893-96. 



4° SQUELETTE 

Colonne vertébrale : Divisible en 4 régions, d'abord la région cervicale 
composée de 12 à 24 vertèbres très mobiles les unes sur les autres. La pre- 
mière, Vatlas est en forme d'anneau avec à son bord antérieur une fossette 
pour le logement du condyle occipital. La 2® ou axis porte une apophyse 
odontoïde qui s'engage en bas dans l'anneau de l'atlas. Les autres ont, chez 
les Oiseaux actuels, 4 apophyses articulaires, 2 en avant, 2 en arrière, le 
eentrum est en forme de selle, c'est à dire qu'une section transversale est 



8 



FAUNE DE FRANCE. 



convexe, une section sagittale concave. Elles portent soudées à elles des 
côtes rudimentaires (VII). La région dorsale a de 6 à 10 vertèbres peu 
mobiles, souvent soudées avec l'âge, auxquelles s'articulent les côtes par 





V7/ 



Fig. VII. — 6"= vertèbre cervicale de Corbeau, profil 

et face inf. 
Fig. VIII. — Sacrum de Corbeau, face inf. 




2 têtes. Elles sont construites sur le même plan que les précédentes, saut' 
chez les Sphénisciformes où elles sont opisthocœles. Le sacrum qui forme 
la 3® région est composé d'une série de vertèbres soudées entre elles, les 
iliaques s'appuient sur lui (VIII). Les premières vertèbres du sacrum sont 
manifestement des dorsales, les dernières des caudales. De 9 à 20 vertèbres 
plus ou moins transformées concourent à la formation de cet ensemble. Les- 
vertèbres caudales sont libres, sauf généralement les dernières fondues en 
une lame verticale, le pygostyle. 

Tête : Elle est caractérisée par la soudure précoce des os du crâne lequel 
est rétréci au milieu par 2 vastes cavités orbitaii'cs plus ou moins séparées 
par les orhito-sphenoïdes et se prolonge en avant par la mandibule supé- 
rieure ou maxille formée en haut de 2 nasaux et 2 interniaxillaire's en 
général soudés au crâne et complétée par les maxillaires que rattachent au 
crâne \gs jugaux et quadrato-jugaux . Suivant que les nasaux sont ou non 
profondément fendus, la maxille est dite schizorhinale ou holorhinale. A 
la face inférieure de la tête, se trouve le trou occipital avec le condyle en 
avant, par suite, l'axe de la tête est perpendiculaire à celui de la colonne 
vertébrale. En avant de Voccipital, le basi-spkenoïde, 2 ptéri/goïdes, 2 pa- 
latins avec leurs ])i-ocessus, le çomer siuiple, exceptionnellement double 
IX-X). Chez les Palcognalhes, le vouier el les plérvgoïdes sont soudés. 



FAUNE DE FRANCE. 



ensemble, écartant les palatins qui ne sont en contact du côté distal qu'à 
l'aide des processus maxillo-palatins. Les ptéryg'oïdes et les palatins sont 
unis par symphyse ou soudure, les processus basi-ptéri/goïdes du basi- 




Fig'. IX. — Tête de Corbeau, profil : 6, mandil). ; c, os carré; e, ethmoïde ; 

/, lacrymal; w, maxillaire; n, nasal; o, occipital; p, palatin; 

q, quadrato-jugal ; /, plérygoïde ; v, vomer. 
Fig. X. — Tête de Corbeau, face inf. : in, processus maxillo-palatin ; 

p, palatin; /, ptérygoïde ; v, vomer. 
Fig. XI. — Tête d'Emeu, face inf. : b, processus basi-plérygoïde; autres 

lettres, comme X. 



10 FAUNE DE FRANCE. OISEAfX 

sphénoïde, s'articulent avec l'extrémité proximale (ka^^ ptérjg-oïdes (XI). 
Chez les Néognathes, le vomer et les ptérjg-oïdes sont sans rapport direct, 
étant séparés par les palatins qui sont en contact par leur base et sans 
connexions avec les processus inaxillo-palatins. Les ptéryg-oïdes et les pala- 
tins sont articulés entre eux, les processus basi-ptéryg-oïdes manquent ou 
s'articulent avec la moitié antérieure des ptérygoïdes (X). On distingue dans 
les Néognathes les palais : schizognathe à vomer pointu en avant, séparé par 
une fente des processus maxillo-palatins eux-mêmes longuement séparés, 
desmognathe à vomer réduit ou nul, à processus maxillo-palatins soudés 
entre eux, segithognathe (X) à vomer tronqué en avant, à maxillo-palatins 
grêles en avant, larges en arrière, mais sans contact entre eux et avec les 
palatins, saurognathe à vomer formé de deux bcâtonnets grêles, séparés, à 
maxillo-palatins rudimentaires (Pycraft, 1900-01). 

La mâchoire inférieure ou mandibule proprement dite comprend de 
chaque côté deux os, le P"" formé par la réunion de V articulaire, de l'angu- 
laire, du sur-angulaire, du coronoïde, le 2" formé de Voperculaire et du 
dentaire, généralement soudé à son symétrique (IX). 

Sternum : Au plus simple, c'est un os large, en forme de bouclier qua- 
drangulaire plus ou moins bombé, mais le plus souvent, son bord postérieur, 
de chaque côté est fenestré ou porte 1 ou 2 échancrures (XII), lesquelles 
peuvent devenir très profondes et former alors un processus latéro-poslé- 
rieur seul ou en outre un processus oblique (Galliformesj (XIII). Au bord 
antérieur les coracoïdes s'articulent de chaque côté d'une apophyse épisler- 
nale médiane plus ou moins développée. Une crête longitudinale médiane, 
le bréchet surtout développée chez les Oiseaux volant bien, faible du nulle 
chez les Oiseaux ne volant pas, est le lieu d'insertion principal des muscles 
pectoraux. Ce bréchet est quelquefois creusé d'une ca^ité où la trachée- 
artère vient faire une anse (certains (Cygnes, Grues). 

Côtes : En nombre correspondant à celui des vertèbres dorsales, aux- 
quelles elles s'articulent par 2 têtes, les premières sont tlot tantes, les autres 
sont unies au sternum par l'intermédiaire ties côtes sternales (XIV). Presque 
toujours une partie d'entre elles poitent dirigée en arrière Yapophyse unci- 
née qui aide à la consolidation de la cage thoracique. 

Ceinture scapulaire : Formée de \\ os pairs, Vonioplate ou scapulum, le 
eoracoïde et la clavicule, articulés ou pai'fois soudés entre eux (XIV). L'omo- 
plate, en forme de sabre, dirigée en arrière, forme avec le coracoïde solide, 
articulé au sternum, un angle à peu près droit. La clavicule grêle, parfois 
rudimentaire, est soudée à son homologue pour former la fourchette en 
forme de V ou d'U (XV, XVI). Le point de soudure peut s'élargir en une 
lame, Vhypocléidiuni, il est libre, articulé ou soudé au sternum. 



FAINE DE FRANCE. OISEAUX 



11 




jai 





Fig. XII. — Sternum de Corbeau, face. — Fig. XIII. — Slernuni de Coq, face. 

Fig. XIV. — Tronc de Corbeau, d'après Shuffeldt, profil : 6, bréchet; c, cora- 
coïde; d, côte dorsale; /", fourchette; g^ cavité glénoïde ; 
o, omoplate; ;>, pygostyle ; s, sacrum; /, côte sternale; xi, apo- 
physes uncinées. 



12 FAINE DE FRANCE. OISEAUX 

Ceinture pelvienne : Composée aussi de 3 os pairs, Yilion oii iliaque, 
V ischion, \e pubis, soudés ensemble chez l'adulte et concourant tous trois à la 
formation de la cavité cotyloïde ou acétabulaire (VIII, XIV). L'ilion, long, 
mince, s'attache long-uement au sacrum par son bord interne. En avant il 
se prolonge au-dessus de cet os, se rapprochant de son homologue ou s'y 
soudant, formant toit au-dessus du sacrum. L'ischion, étroit en avant, s'al- 
longe en arrière laissant quelquefois entre lui et l'ilion un espace, Yincisure 
ilio-ischia tique (^Paléognathes) mais le plus souvent s'y soudant à son extré- 
mité chez l'adulte, laissant une cavité, le forameii ilio-ischiatique. Chez 
les Rhéiformes, les deux ischions sont soudés entre eux sous le sacrum. Le 
pubis vrai très court se prolonge en ari'ièi'e en un long post-pubis, parallèle à 
l'ischion, libre ou soudé à ce dernier vers son extrémité. Sauf chez l'Au- 
truche, il n'y a pas de symphyse pubienne. 

Membre antérieur .- Rudimentaire et même nul chez certains Oiseaux 
fossiles, il comprend normalement Y humérus os fort, très variable en lon- 
gueur relative, à extrémité proximale élargie en crêtes osseuses pour l'inser- 
tion de muscles puissants et à tête très peu saillante. A sa suite le radius et le 
cubitus, ce dernier le plus fort, puis le carpe composé seulement de 2 petits 
os, le radial et le cubital. Une 2" rangée dislale de 3 os du carpe sont chez 
l'adulte soudés aux os du métacarpe. Ceux-ci au nombre de 3, soudés entre 
eux, le premier, petit, celui du pouce, seulement à sa base, laissant en avant 
la saillie radiale armée parfois d'un éperon, les autres longs, à leurs deux 
extrémités. Le plus souvent, 3 doigts montrant un pouce à 1 seule phalange, 
le 2*^ à 2 phalanges dont la première est élargie, le 3" à 1 seule (XVII). L'Ap- 
téryx et le Casoar ont la main réduite à 1 os du carpe et 1 métacarpe portant 
une petite phalange. 

Membre postérieur : Le fémur est plus court que le libia avec un seul 
Irochantcr et son extrémité inférieure élargie en 2 condyles. Le péroné est 
court, large à sa partie proximale, il devient rapidement styliforme, se sou- 
dant plus ou moins au tibia. Cet os qui porte à l'avant de sa partie distale 
deux crêtes lamelleuses dont l'une, la crête rotulienne, se prolonge parfois 
en un \ox\g processus épicnémien (XIX), est plus qu'un tibia proprement dit, 



Fourchelle d'Aigle. — P'ig. XVI. — Fourchette de Co(|. 

Aile de Corbeau : c, cubitus; rf, d' , d" , doigts; ;/(, m\ m" , méta- 
carpiens; h, humérus; p, p\ os du carpe; r, radius. 

Patte de Coi'beau : c, canon; f, fémur; o, o\ o", o'", 1, 2, 3, 4, 
doigts; p, péroné; ?•, rotule; t, tibia. 

Tibia de Plongeon. 



Fis-. 


XV, 


Fig. 


XVII, 


Fig. 


XVIII, 


Fis-. 


XIX, 



FAUNK DE FRANCE. OISEAIX 



13 




14 FAINE DE FRANCE. OISEAUX 

sa partie distale est en efl'et constituée chez l'adulte par la rangée proximale 
du tarse qui y est intimement soudée. Cette extrémité porte à l'avant, pour 
le passage des extenseurs des doigts, une gouttière souvent transformée par 
un pont osseux en un canal, h' os canon ou tarse est constitué par la fusion 
de la rangée distale du tarse et de 3 métatarsiens, celui du pouce restant 
le plus souvent libre (XVIII). Lliypotarse ou face inférieure du canon porte 
ou non l'empreinte des tendons digitaux, complet lorsqu'il n'en porte pas, 
il est simple lorsqu'il n'existe qu'une gouttière tendineuse, composé lors- 
qu'il y en a plusieurs. La partie distale du tarse 'présente 3 poulies articu- 
laires pour les doigts 2, 3 et 4, poulies exceptionnellement soudées. Les 
doigts normalement au nombre de 4 augmentent en phalanges avec leur 
rang, 2 au pouce, 3 au 2® doigt, 4 au médian, 5 à l'externe. Lors d'une 
réduction du nombre de doigts c'est le pouce qui disparaît le premier, 
ensuite l'interne ou 2^ (Autruche). 

Pour plus de détails, consulter Mii.ne-Edwaros, 1869-71; Shlffeldt,, 
1909. 

5° MUSCULATURE 

La musculature des Oiseaux se ressent de leur conformation, c'est à dire 
de leur aptitude au vol et de leur station bipède, elle est par suite variable 
et en rapport avec les particularités de chaque groupe. Certains muscles 
très développés chez les uns sont rudimentaires ou absents chez d'autres. La 
longueur des tendons et leur tendance à l'ossification sont à remarquer. In- 
dépendamment des muscles moteurs des plumes on peut considérer les 
muscles peauciers parmi lesquels le dermo-tenseur du patagium et les 
muscles squelettiques, de beaucoup les plus importants. 

De ces derniers, il faut noter à la tête, le développement pris par les 
muscles de la mâchoire chez les Oiseaux dont la nourriture réclame de grands 
efforts, en particulier des ptérygoïdiens chez les Perroquets où la maxille 
mobile est en outre beaucoup employée pour grimper. L'étendue des mouve- 
ments de la tête et du cou est cause de la perfection des muscles de ces par- 
ties. Les muscles de l'aile ont naturellement un développement très variable. 
Très puissants chez les bons voiliers et même chez les Sphénisciformes où 
les ailes font office de rames pendant la plongée, ils sont faibles chez les 
Oiseaux ne volant pas. Les pectoraux entre autres, chez les premiers, em- 
plissent tout le vaste espace situé de chaque côté du bréchet. La mobilité 
delà queue, employée comme gouvernail dans le vol, montre aussi la néces- 
sité pour cet organe d'être pourvu de muscles robustes. La musculature du 
membre postérieur également d'autant mieux développée que l'Oiseau est 



FAINE DE FRANCE. 



15 



meilleur coureur ou nageur est sujette à de nombreuses variations. A la 
cuisse, on peut observer, suivant les groupes, la présence ou l'absence des 
muscles : ambien, fémoro-caudal, accessoire du fémoro-caudal, semi- 
tendineux, accessoire du semi-tendineux (Garrod, iSld-lk). Les tendons de 
la plante du pied présentent aussi un polymorphisme employé en systéma- 
tique. La disposition la plus simple en est réalisée chez les Passériformes où 
les 3 doigts antérieurs sont desservis par \e fléchisseur commun des doigts, 
le doigt postérieur l'étant seulement par le long fléchisseur du pouce. 

Pour plus de détails, consulter : Chaîne, 1905 ; Milne-Edwards, 1869-11 ; 
Shuffeldt, 1890. 



6« SYSTÈME NERVEUX 



Vencéphale a des lobes olfactifs petits ou rudimentaires accolés à l'ex 
trémité antérieure des hémisphères. Ceux-ci sont volumineux et en géné- 
ral lisses, ils atteignent le cervelet égale- 
ment bien développé et rejettent Vépiphyse 
en arrière et les lobes optiques sur les côtés 
et en bas. Le corps calleux est rudimentaire 
et le trigone absent. Le cervelet qui recou- 
vre le 4- ventricule et dont la partie médiane 
présente jusqu'à une vingtaine de plis trans- 
versaux, possède souvent de chaque côté, un 
petit lobe, le flocculus. Il n'y a pas de protu- 
bérance annulaire mais des pédoncules céré- 
belleux antérieurs et postérieurs (XX). La 
moelle épiniére qui s'avance jusqu'aux 
dernières caudales est à peu près cylindrique 
avec 2 renflements, le renflement brachial et 
le renflement lombo-sacré. Au niveau de ce 
dernier, le canal de l'épendyme est ouvert 
par suite de l'écartement des cordons posté- 
rieurs et forme le sinus rhomboïdal, mais la 
substance grise ne s'y trouve pas à nu comme 
on l'a cru pendant longtemps (Mathias Duval, 1877). Les deux plexus sont 
très développés, le lombo-sacré montre la séparation nette de sa partie 
lombaire et de sa partie sacrée. 

Les réflexes médullaires sont très importants dans les Oiseaux, un Canard 
décapité peut encore courir, nager, voler. 




Fig. XX. — Encéphale de 
Pigeon, d'après Wider- 
SHEiM : b, bulbe; c, cerve- 
let ; e, épiphyse ; h, hé- 
misphères ; /, lobes olfac- 
tifs; m, moelle; o, lobes 
optiques. 



16 FAl'NE DE FRANCE. OISEAUX 

Le sympathique dans le tronc offre une disposition en double chaîne dont 
les maillons embrassent dans leur intérieur la branche articulaii'e inférieure 
des côtes. De nombreu.v filets en partent formant un réseau irrégulier. 

Pour plus de détails, consulter: Bellonci, 1883; Marage, 1888; Stieda, 
1869; TniEBALiLT, 1897. 



7" ORGANES DES SENS 

Tact : 11 est très parfait, les corpuscules de Herbst, de Grandry etc., sont 
largement distribués, plus particulièrement dans le bec, la langue et les 
<loigts. Chez certains Oiseaux, ils sont extrêmement abondants (bec des An- 
sériformes, des Scolopacinae, langue des Picidae, etc.). 

Gustation : Le goût semble rudimentaire, sauf peut-être chez les Psilta- 
ciformes. La lang"ue très variable comme développement et fréquemment 
enfermée dans un étui corné est probablement un simple appareil préhensif 
et parfois tactile. Les oiseaux avalent leurs aliments sans les broyer et les 
mastiquer. 

Olfaction : Elle paraît aussi peu développée. Il existe pourtant dans de 
larges fosses nasales, trois paires de cornets dont l'un ou l'autre est le plus 
développé suivant les types. Ces fosses nasales communiquent avec l'exté- 
rieur par des narines très diversement conformées et situées, et d'autre part 
avec la bouche par les clioanes. Des glandes disséminées fournissent aux 
fosses nasales un liquide muqueux auquel se joint souvent le produit d'une 
glande double, la glande nasale. Cette glande qui manque dans certains 
groupes est bien développée chez les Oiseaux aquatiques. Elle est située en 
haut de la cavité orbi taire dans une dépression du frontal ou à l'angle in- 
terne de l'œil. 

Vision : C'est certainement le sens le plus développé. Les yeux sont volu- 
mineux et de forme variable (XXI, XXII). Le plus souvent le globe oculaire 
est lenticulaire, la cornée faisant saillie au milieu de la face externe, la face 
interne régulière porte en bas le nerf optique ; d'auti-efois (Strigiformes) les 
faces antérieure et postérieure bombées sont séparées par un anneau à sur- 
face convexe, la face cornéenne ayant un diamètre sensiblement moindre 
que la face postérieure. La sclérotique contient une cupule cartilagineuse 
bordée en avant d'un anneau osseux formé de pièces minces, allongées, im- 
briquées. L'ouverture de la pupille, très variable, est commandée par des 
muscles spéciaux dont l'action accommodatrice est beaucoup aidée parle 
muscle de Crampton et les procès ciliaires. La choroïde envoie du fond 
de l'œil vers le cristallin un prolongement oblique, le peigne qui ne paraît 



FAINE DE FRANCE. OISEAIX 17 

lîiiinquer que chez IWptéryx. C'est une membrane à plis réguliers d'un 
nombre constant pour une espèce donnée, qui doit être un écran rétinien. 





XXI 



Fig. XXI. — OEil de Pigeon : a, anneau osseux de la sclérotique; c, cristallin ; 

m, muscles; jo, peigne. 
Fig. XXII. — OEil de Chouette, d'après Wn>EnsHEiM : mêmes lettres que XXI, 



3 paupières protègent le globe de l'œil, l'inférieure comme la supérieure 
sont des membranes épaisses, empjumées, la pi'emière beaucoup plus déve- 
loppée et mobile que l'autre. La 3" ou nictitante, demi-transparente, est un 
repli de la conjonctive qui du coin 'antéro-supérieur de l'œil peut à volonté 
couvrir la cornée. La glande de Harder à sécrétion muqueuse qui s'ouvre en 
avant de l'œil et Xa glande lacrymale, bien plus petite, lavent la cornée de 
leurs produits qui se déversent ensuite dans la fosse nasale correspondante 
par deux conduits laci-i/niaux qui se fusionnent en bas. 

Audition : Le sens de l'ouïe est aussi excellent chez les Oiseaux. L'oreille 
externe n'existe pas, car on peut à peine donner ce nom aux replis cutanés 
qui entourent l'oreille des Strigiformes.Le conduit auditif externe est court, 
par suite le tympan peu profond. La caisse de celui-ci n'offre qu'un osselet, 
la columelle. Dans V oreille interne, le vestibule communique avec 3 g^rands 
canaux semi-circulaires et d'autre part avec un limaçon membraneux 
ayant comme accessoire une ampoule. La lagcna contient un otolithe. Les 
trompes d' Eustache se réunissent pour s'ouvrir en arrière des choanes. 

Pour plus de détails, consulter : Canfielh, 1886; Carrière, 1882; Dos- 
TOÏEWSKV, i88/j; Hoffmann, 1882; Levdig, 16VJ8.- Liuwig Ferdinand, i88h ; 
MiiiAi.ovicz, 1813 ; RETZU-.S, l88'-i, 

2 



18 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 



8" LOCOMOTION 



L'Oiseau qui a à sa disposition plusieurs modes de locomotion, en a en 
général un prédominant sur les autres, et d'autant plus développé que les 
derniers sont plus rudimentaires. Les ^Lartinets qui ont une si grande 
puissance de vol, peuvent à peine se déplacer sur le sol, l'Autruche à la 
course si rapide et les Pingouins si habiles plongeurs, ne peuvent voler, 
beaucoup d'Oiseaux bons nageurs marchent et volent mal. 

Le vol est le mode de locomotion normal des Oiseaux, même les Oiseaux 
incapables de voler battent des ailes lors d'une fuite rapide. Les Oiseaux qui 
volent ne possèdent pas au même degré cette faculté, certains passent la 
journée entière dans l'air, d'autres paraissent avoir une grande répugnance 
à prendre leur essor, ces derniers, il est vrai, volent généralement mal etlen- 
tement. Deux modes principaux de vol sont considérés, le i>ol ramé et le 
{>ol plané. Le premier, le plus rapide, s'effectue par succession de coups 
d'ailes, le second, que peuvent surtout accomplir les Oiseaux ayant des ailes 
longues et larges, est l'utilisation des courants atmosphériques ou de la 
vitesse acquise par simple orientation convenable des ailes et de la queue. 
Dans le coup d'aile, l'Oiseau amène d'abord celle-ci en avant et en haut, la 
rejetant ensuite brusquement en bas et en arrière. Le temps de la montée 
est en général moindre que celui de la descente qui a à vaincre la résistance 
de l'air. La force qui soutient et pousse l'Oiseau dans l'espace se crée donc 
pendant l'abaissement de l'aile dont l'extrémité décrit une courbe qui serait 
fermée sans le mouvement de translation. Les coups d'aile se succèdent ou 
régulièrement et avec une vitesse variable avec l'espèce ou par séries sépa- 
rées d'un repos, dans ce cas (Pics), la trajectoire est ondulée. Les Oiseaux à 
ailes très longues (xMartinets) ou mauvais voiliers, ne peuvent prendre leur 
vol qu'en se lançant d'un endroit élevé ou qu'après avoir pris un certain 
élan, le plus généralement un saut suffit. Dans le vol, la queue contribue 
beaucoup à la direction, comme on l'observe facilement dans le vol plané. 

Pour plus de détails sur le vol, consulter : Marey, 1890. 

La marche est variable comme le vol et souvent en rapport avec la lon- 
gueur du tarse. La plupart des Oiseaux sont digitigrades, quelques Oiseaux 
aquatiques qui se meuvent péniblement sur le sol sont seuls plantigrades. 
Ceux qui se déplacent le plus rapidement sur le sol courent ou trottent, les 
autres marchent, sautent et quelques-uns rampent lentement sur le pied 
entier, le ventre reposant sur le sol. Les Corvidae qui marchent en temps 
normal, sautillent lorsqu'ils accélèrent l'allure. Les Oiseaux à tarses courts et 
doigts palmés marchent lentement et en se dandinant, ceux dont les pattes 



FAINE DE FRANCE. 



19 



sont insérées à l'arrière du corps sont dans les plus mauvais niarcheuis 

La natation est pratiquée par nombre d'Oiseaux. Ils flottent sur l'eau en 
équilibre sans aucun eflort, les mouvements des pattes ne servant qu'à la 
progression. La palmure ou la pinnure des doigts favorise donc considéra- 
blement cette locomotion. Lorsque l'animal nage tranquillement, ses deux 
pattes fonctionnent alternativement, dans la nage rapide, elles mana-uvrent 
ensend^le. Les mouvements de conversion se font par des mouvements 
latéraux des pattes. L'Oiseau fléchit les doigts et les serre les uns contre les 
autres pour avancer la patte, il les redresse et les écarte pour la porter en 
arrière. 

La plongée est utilisée par beaucoup d'Oiseaux. Les vrais plongeurs 
s'enfoncent sous l'eau à volonté, peuvent y parcourir un long espace et y 
poursuivre leur proie, les autres sont obligés de se lancer d'une certaine 
hauteur, remontent involontairement à la surface après la perte de la vitesse 
acquise et ne peuvent prendre sous l'eau qu'une proie visée au préalable. Les 
premiers emploient les pattes seules ou s'aident des ailes dans la progres- 
sion sous l'eau. Quelques espèces sont capables de courir sur le fond. 

Les espèces qui grimpent le font avec les pattes seules ou le plus souvent 
avec l'aide du bec, comme les Perroquets, de la queue comme les Pics, 
parfois du battement des ailes (Tichodromes). 

Pour plus de détails, consulter entre autres : Breum, édit. française. 



9° APPAREIL DIGESTIF 

Beaucoup d'Oiseaux avalent leur nourriture telle quelle, d'autres se 
servent de leur bec pour décortiquer les fruits et en tirer les matières utili- 
sables, dépecer leur proie, trier les aliments de la vase, etc., la forme et 
l'ornementation de la rhamphothèque (bec crochu, lamelles des tomies des 
Ansériformes, etc.) est alors en rapport avec l'alimentation, mais il n'y a 
pas de mastication. 

La caçité buccale présente un palais pei'cé en son milieu par les choanes 
et l'ouverture unique des trompes d'Eustache. Dans le plancher^ la langue 
avec en arrière l'ouverture de la glotte. Quelquefois ce plancher constitue 
une vaste dilatation sacciforme (Pélican). La langue est très polymorphe, 
car elle aide souvent puissamment à la préhension des aliments et de ce fait 
présente comme la rhamphothèque des particularités d'adaptation. Les 
glandes buccales sont variables sans que le régime alimentaire semble 
toujours exercer une influence sur leur développement qui peut dépendre 
d'aptitudes spéciales. Outre les .salivaifes, il existe des glandes buccales 



20 



FAINE DE FRANCE. 



simples de chaque côté de la langue, autour des choanes et de^^l'orifice des 
trompes d'Eustache. Certaines salivaires comme les parotides peuvent 




Fig. XXIII. — Principaux organes du Pigeon, inspiré de Jammes : b, plexus l)ra- 
chial; c, cœur; /", lobe gauche du foie; fd, lobe droit du foie ; 
g, gésier; i, cœcums intestinaux; 7, jabot; m, thymus: 0, œso- 
phage ; ;}, pancréas ; r, rate ; s, muscles sterno-trachéens ; 
t, trachée; v, ventricule succcnturié; y, glande thyroïde. 



FAINE DE FRANCE. 



21 



manquer ou avoir un j^rand développement comme les sub-lingiiales des 
Pics et des Salan^'^anes. Il n'y a pas de pharynx et V œsophage est de 
longueur variable avec le cou. Il présente souvent une dilatation, le jabot 
qui, chez les Pigeons, sécrète pendant la nichée une matière caséeuse qui 
sert à la nourriture des jeunes. 

L'estomac est dédoublé. Le ventricule succenturié très glandulaire 
i-eprésente l'estomac chimique suivi immédiatement par une partie muscu- 
leuse, \e gésier, estomac mécanique, par suite d"un développement 
musculaire en rapport avec la consistance des aliments habituels. Ce gésier 
a une muqueuse qui sécrète pour sa protection une matière se coagulant 
pour former une couche souvent épaisse. Le rôle triturateur du gésier est 
encore renforcé chez les granivores par l'ingestion de petits cailloux et 
auti^es corps durs. Chez certains Oiseaux piscivores, il existe un diverticule 
aminci du gésier, \a poche pylorique pourvue de valvules annulaires à son 
abouchement avec r//«fes^//î. Celui-ci, tenu en place par le mésentère, est 
de longueur variable suivant le régime et a un enroulement spécial dans les 
différents groupes (Gadow, 1889). Le duodénum qui le commence forme 
une anse où se loge le pancréas et porte quelquefois un petit csecum reste 
de la vésicule ombilicale. Le gros intestin séparé de l'intestin grêle par un 
pli circulaire interne tenant lieu de valvule, est court et droit. 11 porte, le 
plus souvent, des ctecums, en général 2, rarement 1 seul. Ces caecums très 
variables sont habituellement très développés chez les Oiseaux herbivores. 
Un sphincter circulaire commande la sortie de l'intestin dans le cloaque. 

Le foie est formé de deux lobes principaux dont tantôt le gauche, tantôt 
le droit prédomine. Deux conduits déversent en général la bile dans le 
duodénum. La vésicule biliaire manque parfois, entre autres dans les 
Pigeons et les Perroquets. Conti'e le foie, se trouve la rate de grosseur 
médiocre mais variable (XXIII). Le pancréas bien développé déverse ses 
produits dans le duodénum par 2, exceptionnellement 3 conduits excréteurs. 

Pour plus de détails, consulter : Cattaneo, i88k ; Cazin, 1888; Cholod- 
KowsKY, 1892; Gadow, i893 ;Giebel, 1859; Magnan, 1912; Maumis, 1902. 



10« APPAREILS CIRCULATOIRES 

Le sang dont les hématies rouges sont elliptiques, biconvexes et nucléées 
et ont en moyenne 15 [a. de longueur, a une circulation double et complète. 
Le cœur, recouvert d'un péricarde mince, a sa pointe logée entre les lobes 
du foie et des oreillettes peu saillantes (XXIV). Le ventricule droit, à 
paroi mince, s'étend sur le gauche presque central, sa coupe transversale 



22 



FAINE DE FRANCE. 



l'onnanl autour un demi-cercle (XXIV). L'orifice auriculo-ventriculaire 
gauche a une ^>alvule bicuspide, le droit a une i>alvule musculaire, repli 
de la paroi du ventricule tendu obliquement enferme d'arc, son bord libre 
vers la cloison intei'ventriculaire. 3 valvules sigmoïdes se voient à l'orifice 
de l'aorte et de l'artère pulmonaire et des valvules faibles aux orifices des 
veines caves. 

L'ao/te émet presque à son origine 2 tioncs brachio-céphaliques puis se 
recourbe en crosse à droite. Il y a suivant les groupes, 1 ou 2 carotides 
priinilives. A l'endroit où celles-ci se divisent, se trouvent les glandes 
thyroïdes qui sont petites. 




AA2V 





KJCIV' 



XJ^V 



>•. XXIV el XXIV. — Cœur de Pigeon, d'après 

Jammes, et coupe du cœur d'un Oiseau. 
^■. XXV. — Poumons de Pigeon, d'après Jammes. 



Le système vasc-ulaire est très développé et oll're beaucoup de réseaux 
admirables. La région ventrale entre autres montre un riche réseau consti- 
tuant Vappareil incubateur de Baricow. Les 2 veines caves supérieures 
conservent leur individualité. Il y a 2 systèmes portes, le système porte 
hépatique est très développé, le système porte rénal au contraire très 



FAINE DE FRANCE. OISEAUX 23 

réduit et constitué seulement par '2 petites branches (pi'envoie la {>eine 
iliaque clans le rein qu'elle-même traverse sans se capillariser. 

L'appareil lymphatique principal est constitué par un ti'onc médian se 
bilurquant en haut pour se mettre en rapport a\'ec les veines caves suj)é- 
rieures. Les vaisseaux lymphatiques sont riches en valvules. Il existe chez 
quelques Oiseaux (Gigog-ne, Autruche) un cœur lynqjhatique postéiieur. 

Pour plus de détails, consulter outre les ouvrages généraux : Garrod, 
1813 ; Sabatier, 1813 ; Stannius, i8k3. 



11" APPAREIL RESPIRATOIRE 

Il n'y a pas d'épiglolle à proprement parler et le larynx est peu développé, 
«ans cordes vocales et impropre à émettre des sons. La trachée- artère 
présente des anneaux complets, durs, quelquefois ossifiés. Parfois plus 
longue que le cou, elle forme une anse logée dans le bréchet ou s'enroule 
plusieurs fois sur elle-même avant de prendre sa direction définitive. Elle a 
un calibre unique ou présente des dilatations ou des diverticules. Ghez les 
Spheniscus, elle reste divisée en deux, depuis les bronches, sur une grande 
longueur. De chaque côté de la trachée, le long du cou, chez les jeunes 
Oiseaux, se trouve le thymus. 

Le syrinx, appareil de phonation, occupe soit la partie postérieure de la 
trachée, soit, le plus souvent, le point de jonction de la trachée et des 
bronches, quelquefois les bronches elles-mêmes. La morphologie, la muscu- 
lature et le développement du syrinx sont extrêmement variables. La 
musculature la plus complexe s'observe chez les Passériformes chanteurs. 
Les Ganards (j' ont un syrinx très développé et compliqué, le tambour-. 

Les poumons sont fixés à la paroi dorsale du tronc et s'y moulent. Dans 
le poumon, la bronche principale perd ses anneaux en se renflant, le 
traverse de part en part en se divisant en deux pour s'aboucher de chaque 
côté aux sacs aériens diaphragmatique inférieur et abdominal. Aupara- 
vant, elle émet du C()lé interne des bronches secondaires internes qui vont 
la première en entier, au sac ce/'i'ical, les autres en partie à des sacs aériens, 
cla^'iculai/e et diaphragmatique supérieur eien partie avec les 7 bronches 
costales également émises par la bronche principale fournissent les bronches 
de 3^ ordre qui donnent des bronches récurrentes, penniformes allant aux 
alvéoles (XXV). Le sac claviculaire est impair et en rapport avec les deux 
poumons, les quatre autres sont pairs. Ges sacs sont plus ou moins dévelop- 
pés suivant les Oiseaux et poussent des diverticules sous la peau, entre les 
muscles et dans les os. Geux-ci ont une pneumaticité très réduite chez les 



24 FAINE DE FRANCE. OISEAIX 

Oiseaux ne volant pas et d'autant plus développée chez les autres que 
l'animal est plus âg-é. La pneumaticité s'étend chez quelques espèces 
jusqu'aux vertèbres et aux phalanges ; celle des os du crâne est en rapport 
non avec des sacs aériens, mais avec les sinus nasaux, les ti^ompes d'Eus- 
tache, les conduits auditifs. Les poumons des Oiseaux sont peu dilatables, 
les mouvements respiratoires dépendent du jeu de la cage thoracique et de 
la paroi abdominale agissant sur les sacs aériens. Cette action se traduit 
par une alternance de gonflement et de dégonflement des sacs, ceux de la 
partie antérieure se vidant pendant que les autres s'emplissent et récipro- 
quement, déterminant ainsi dans les poumons, un courant d'air continu 
mais en sens inverse. Cette circulation intime de l'air est un puissant 
régulateur thermique et remplace la transpiration cutanée pour des animaux 
dont l'énergie des mouvements et par suite la grande combustion se ti^aduit 
par la température élevée du corps supérieure à 40°. 

Pour plus de détails, consulter : Campana, 1815; Drosier, 1866; Teget- 
MEYER, 1881. 

12" PHONATION 

Quelques Oiseaux seulement sont muets (Gigogne, Autruche), mais tou* 
sont loin d'être aussi bien doués comme voix. Beaucoup ne font entendre 
que quelques sons désagi'éables, d'autres sont seuls surpassés par l'homme 
comme étendue et flexibilité de la voix. Celle-ci est d'ailleurs en rapport 
avec le plus ou moins de perfection du syrinx et prend très généralement 
tout son développement au moment des amours. Hors de cette époque, 
beaucoup d'Oiseaux ne font plus entendre que des sons peu variés. La plupart 
des chanteurs émettent des motifs toujours les mêmes, quelques-uns cepen- 
dant les varient continuellement. Les Oiseaux, même parmi les moins doués, 
sont susceptibles d'émettre des sons adaptés aux circonstances (appel, 
annonce du danger, colère, etc.), compréhensibles même pour les espèces 
différentes. Certains sont capables d'imiter à la perfection les sons et chants 
d'autres espèces ou des bruits variés. 

13° APPAREIL URINAIRE 

Les deux reins hors de la cavité péritonéale, sont appliqués et moulés 
contre le sacrum. Ils sont allongés, symétriques, le plus habituellement 
découpés en 3 lobes, séparés mais parfois soudés l'un à l'autre. Les uretères 
qui ont chacun autant de branches que de lobes, restent indépendants et 
aboutissent au cloaque sans vessie urinaire (XXVI). 



KAl'NE DE FRANCE. 



25 



L'urine, pâteuse, blanchâtre, très riche en urate d'ainnioiiiaque s'accu- 
mule clans le cloaque et est expulsée soit seule, soit le plus souvent avec les 
matières lecales. 

Des capsules surrénales bien développées se voient au devant des lobe» 
céphaliques des reins. 





A'JVT 



Fig. XXVI. — Reins et organes cf : d, canal déférent; /", bourse de Fabricius ; 
i, intestin; o, orifice de la bourse de Fabricius; /•, r, lobes- 
moyen et inf. du rein ; s, capsule surrénale ; /, testicule ; 
M, uretère. 

Fig, XXVII. — Organes 9» d'après R. Perrier : ?, intestin; o, ovaire; t, trompe; 
1, œuf s'engageant dans la trompe; 2, œuf se chargeant d'albu- 
mine; 3, œuf prêt à être pondu. Généralement, un seul descend 
à la fois. 



14» APPAREIL GÉNITAL 



(j*. Les 2 testicules blancs, dont le gauche est généralement un peu pluA 
volumineux, sont situés en avant des reins pi'ès des capsules surrénales. 
Leur êpididyme peu distinct se continue en un canal déférent flexueux 
souvent renflé en une çésicule séminale avant de déboucher dans le cloaque 
isolément, le plus souvent au sommet d'une petite papille, au-dessus des 



26 FAINE DE FRANCE. OISEAUX 

•orifices uriuaires. 11 n'existe que rarement un appareil craccouplenient, 
pénis i\\é à la paroi antérieure du cloaque (Paléognathes, Ansériforinesj 
composé de 2 corps fibreux et creusé d'une g-outtière. En bas du cloaque 
s'ouvre au milieu, par un orilice transversal, un organe lymphoïde globuleux, 
la bourse de Fabricius (XXVI). 

Ç. Les organes droits s'atrophient de bonne heure, se développant rare- 
ment assez bien sans cependant être fonctionnels (Accipitriformes). Uovaire 
gauche occupant une place analogue à celle du testicule, est une glande 
exogène dont l'aspect est celui d'une grappe de raisin à grains très inégaux, 
les 09ules se développant successivement. La déhiscence de la vésicule de 
Graalï" libère l'feuf mûr qui, recueilli par un large pai'illon, s'engage dans 
Yoi'iducte tenu en place par un mesoinélrium. Dans la trompe par laquelle 
débute l'oviducle, s'opère la fécondation. De là, l'œuf passe dans une 
chambre albumi/iigére musculeuse à muqueuse garnie de plis hélicoïdaux 
que l'œuf descend en tournant, se revêtant d'une épaisse couche d'albumine. 
Poursuivant son chemin, l'œuf se recouvre de la membrane coquillière et 
<le sa coquille calcaire dans V utérus ou chambre coquillière, puis arrive à 
un i'agi/i court et extensible qui s'ouvre dans le cloaque en arrière de 
l'uretère gauche. Il existe un clitoris quand le ç^ de l'espèce possède lui- 
même un pénis. La l:)Ourse de Fabricius existe comme dans le çj* iXXVII . 

Pour plus de détails, consulter : Brinn, IS83 ; P'orbes, 1811 ; Martin- 
S'-Ange, i85'y ; Retterer, 1885. 



m. REPRODUCTION 



La période de reproduction chez les Oiseaux des régions tempérées, 
débute au printemps, plus ou moins tôt suivant les espèces. L'accouplement 
y est précédé de manifestations particulières. Le çf paré d'un plumage frais, 
souvent spécial (plumage de noce) cherche à captiver hi 9 I'""' 1 étalage de 
sa parure, par des danses, par des combats avec d'autres (j*, le plus souvent 
par son chant dont toutes les qualités sont développées au moment de la 
maturité sexuelle. La plupart des Oiseaux sont monogames et le (j* défend 
énergiquemenl sa 9 contre les entreprises des célibataires et des veufs. 
Accidentellement, et seulement dans certaines espèces, un ç^ s'accouple 
avec une 9 d'espèce voisine donnant ainsi des hybrides le plus souvent 
identiques entre eux. 

Le mariage accompli, le couple se met à la recherche de l'endroit, généra- 
lement caché ou inaccessible, où la 9 pourra eil'ectuer sa ponte. Certains 



FAUNE DK FRANCK. 



27 



Oiseaux déposent leurs œufs à inènie le sol, uu rocher ou un Irou d'arbre, 
la plupart construisent pour les recevoir, un nid dont la situation et l'archi- 
tecture, très variables, sont constantes pour un groupe ou une espèce 
donnée. Ces nids, quelquefois simple dépression du sol, mais souvent petites 
merveilles de construction, ont parfois leurs matériaux réunis et agglutinés 
par une sécrétion salivaire spéciale se durcissant à l'air. Les Salanganes font 
le leur uniquement à l'aide de cette salive. 

Fréquemment, les couples s'éloignent les uns des autres pour établir leur 
nid, d'autres au contraire se recherchent pour constituer des colonies. Chez 
quelques-uns même, les nids sont réunis dans un ensemble construit en 
commun, où les pontes de plusieurs Ç sont efTectuées dans un même nid. 

Beaucoup d'Oiseaux ne font qu'une ponte chaque année, d'autres, les 
jeunes élevés, pondent à nouveau, cette seconde fois seulement ou pour 
recommencer plusieurs fois de même. Le nombre des (eufs d'inie ponte, 
leur forme, leur grandeur 

et leur couleur, sont assez ///- / v" 

fixes dans les groupes ou 
les espèces. Certains Oi- 
seaux ne pondent qu'un 
seul oeuf i^Procellariii'ormes, 
Alciformes), d'autres plus 
de 20. La moyenne très 
générale est de 4 à 6. On 
retient 6 formes princi- 
pales : sphérique. ovalaire, 
ovée, ovoïconique, ellip- 
tique et cylindrique (XXIX) 
a^■eetous les intermédiaires. 
La dimension relative des 
œufs est en raison inverse 
de leur nombre. La couleur 
des œufs déposés dans des 

cavités est le plus souvent blanche ou unicolore, les autres sont fréquem- 
ment tachetés et présentent de nombreux cas d'homochromie. 

L'œuf volumineux des Oiseaux a une structure complexe. .Au centre le 
jaune ou masse \'itelline, sphérique, constitué par un vilellus blanc ou 
formatif entourant le vitellus jaune ou nutritif avec en uu point uu épaissis- 
sement lenticulaire, la cicatricule envoyant au centre du vilellus jaune un 
prolongement claviforme, la latehra. Le jaune recouvert par la meml)rane 
vitelline est entouré par le hlanc ou albumen dont les premières couches 




jcxvm 

- Coupe d'un œuf : a^ chanil)re 
à air ; b, albumine ; c, coquille ; h, cha- 
laze; /, cicatricule; m, m\ les 2 feuillets de 
la membrane coquillière; r, vitellus. 



28 



KAlNn un FRANCE. 



s'étendent vers les pôles en cordon spirale, les chalazes (XXVIII). La zone 
moyenne du blanc est la plus dense. L'albumine présente une composition 
variable que la coction met bien en évidence. Dans les Passériformes, 
entre autres, le blanc cuit reste transparent (Tarcuanow, 1889). Une 
membrane coquilliere double, enveloppe le blanc, ses deux feuillets 
écartés au gros bout de l'œuf renferment un espace j^azeux, la chambre à 
air. Enfin cette membrane est recouverte par la coquille dure et poreuse, 
kératine imprégnée de carbonate de chaux et souvent pigmentée. Pondus à 
un jour au moins d'intervalle, les œufs ont besoin pour se développer d'un 
certain nombre de jours pendant lesquels ils doivent rester la plus grande 
partie du temps à une température constante voisine de celle de l'Oiseau. 
Cette période d'incubation varie pour les Oiseaux de nos pays de 12 à 30 et 
quelques jours. Certains Oiseaux commencent l'incubation au premier œuf 



JfXZT 




Fi g-. XXIX. 



G formes d'œufs : 1, ové ; 2, ovale; 3, sphérique; 4, piriforme ; 
5, elliptique ; 6, cylindrique. 



pondu {ovitégés), alors l'éclosion des jeunes se fait successivement, le plus 
souvent quand la ponte est terminée [ovinudés], les petits dans ce cas 
éclosent ensemble. 

L'incubation est pratiquée soit par la 9 seule, soit all(.'rnali\ omeut par ç^ 
et 9, parfois par le ç^ seul. Pendant que la 9 couve, le cf la garde, lui apporte 
à manger et souvent la charme de son chant. Les Oiseaux ne couvent pas 



FAINE DE FRANCE. OISEAl X Zy 

tous leurs œufs. Les Coucous dont la ponte est espacée pondent chacun de 
leurs œufs dans le nid d'autres Oiseaux qui se charg-ent de l'incubation. Les 
Talégalles et quelques espèces voisines d'Australie réunissent un gros amas 
de feuilles mortes et de terre au centre duquel plusieurs 9 déposent leurs 
œufs qu'incube la chaleur de fermentation de ce milieu, sous la surveillance 
des parents. 

Pouréclore, le petit casse la coquille devenue plus mince et fragile avec 
son bec où, sur le bout du culmen, s'est développé un petit tubercule 
calcaire caduque, le diamant. A sa naissance, le petit est nu, les yeux clos, 
peu capable de mouvement [gytnnopœdes) ou à l'état de poussin, c'est-à- 
dire couvert de duvet [ptilopxdes). Les poussins ou demeurent un temps 
variable dans le nid avant de pouvoir suivre leurs parents [nidicoles] ou le 
quittent de suite pouvant à peu près se suffire à eux-mêmes [nidifuges). 

Pour plus de détails consulter : Desmirs. 1880', Gauow, 1893 ; Hervitson, 
1856 ; Lataste, 1889 ; Lefîjvre, 18'i5 ; Newton, 1896 ; Sharpe, 1898 ; 

SlCHETET, 1891-91. 



\\. BIOXOMIF, MIGRA TIONS 

Le régime alimentaire des Oiseaux, très variable mais défini pour une 
espèce donnée, permet de les diviser en zoophages, phytophages, oni/ii- 
vores. Dans les premiers, on distingue des Oiseaux carniço/es, piscivores, 
insectivores, etc. Dans les seconds des herbivores, granivores, bacci- 
vores, etc. La nourriture peut d'ailleurs être variable avec l'époque de 
l'année. Beaucoup d'Oiseaux normalement granivores sont insectivores 
pendant la période de reproduction, inversement des insectivores deviennent 
baccivores en automne et en hiver. Grâce à celte diversité de régimes, on 
rencontre partout des Oiseaux, en tous lieux où la nourriture ne leur fait 
pas défaut. Ils s'y ti'ouvent naturellement en nombre d'autant plus grand 
d'espèces et d'individus que l'endroit leur offre une quantité et une variété 
de nourriture plus grandes. Le régime déterminant l'habitat, il y a des 
espèces terrestres et des espèces aquatiques, parmi les premières des 
Oiseaux silvicoles, agricoles, sa.vicoles, etc., dans les dernières des Oiseaux 
thalassicoles ou marins, liniicoles, paludicoles, etc. 

Les régions maritimes à nourriture abondante à peu près exclusivement 
animale sont fréquentées par des espèces très riches en individus mais 
appartenant à des groupes peu nombreux et bien spécialisés. Les zones 
forestières, au contraire, où la nourriture est très variée, sont visités par des 
Oiseaux très divers. Les parties désertiques, si pauvres soient-elles, ne sont 



30 FAINE DE FRANCE. OISEAUX 

pas dépourvues d'Oiseaux. Aucun autre animal, en elfet, ne sait mieux 
qu'eux inspectera fond son domaine et enx'ecueillir tout ce qui est à prendre. 
L'activité des Oiseaux est incessante. La nuit, si courte soit-elle, leur paraît 
encore trop longue, puisque parfois ils l'occupent en partie à voyager. Ils 
passent beaucoup de temps à la recherche de leur nourriture que leur vie 
active demande très abondante. Les Oiseaux mangent aussitôt ce qu'ils 
viennent de rencontrer, quelques espèces seules font des provisions. Le 
temps qu'ils n'emploient pas à leur subsistance, ils le passent à des soins de 
toilette et souvent à chanter. Au printemps, les amours, la construction du 
nid et plus tard la nourriture des jeunes, leur occasionnent un grand 
surcroît de travail. 

Beaucoup d'espèces vivent solitaires ou le plus sou\ent par couples, 
mais d'autres se réunissent par bandes, fréquemment en dehors de la période 
de reproduction, parfois seulement pour se coucher. Une bande est presque 
toujours formée d'une seule espèce, plus rarement de quelques espèces 
voisines, exceptionnellement s'y ajoutent des individus de groupes diffé- 
rents. Plusieurs Oiseaux australiens se réunissent en petites troupes sous des 
berceaux uniquement construits dans ce but et différents du nid de 
l'espèce. 

Nombre d'Oiseaux, la reproduction faite, quittent la région. La plupart 
d'entre eux partent tous les ans à une époque déterminée pour ne reparaître 
que l'année suivante à une période également donnée, le moment du départ 
et du retour variant avec l'espèce. Ce sont les Oiseaux- migrateurs qui 
gagnent pour hiverner des pays plus chauds. Les itinéraires et la longueur 
du trajet sont aussi différents mais assez fixes pour chaque espèce, suivant 
sa provenance. Ils partent avant que le froid et la faim ne les chassent, 
poussés par une force irrésistible, voyageant isolément ou en bandes plus 
ou moins nombreuses, beaucoup opérant leurs migrations pendant la nuit. 
Certains font leurs déplacements en formations définies, comme les Oies et 
les Grues dont les vols s'effectuent sur une seule ligne brisée en forme de V, 
la pointe tournée en avant. 

En dehors des migrations, se voient les émigrations ou départs totaux 
ou partiels d'une ou plusieurs espèces du pays où elles étaient normalement 
sédentaires pour un lieu plus ou moins lointain, commes celles des Becs- 
croisés et des Jaseurs qui, irrégulièrement, abandonnent les régions septen- 
trionales de l'Europe et de l'Asie pour se répandre dans les autres parties 
du continent. J^es incursions moins fréquentes ont pour type celle que le 
Syrrhapte de l'Asie centrale effectue dans l'ouest de l'Europe. 

Les Oiseaux erratiques voyagent isolément ou par couples, sans date, 
itinéraire et but fixes. D'eux se rapprochent les Oiseaux qui excursionnent 



FAINE DE FRANCE. OISEAUX 31 

dans les régions voisines, comme certaines espèces montagnardes descendant 
dans les plaines proches, particulièrement en hiver. 

La fixité d'habitat ou ces déplacements permettent de grouper les espèces 
d'Oiseaux d'un pays en sédentaires ou y habitant toute l'année, estivales ou 
n'y vivant que l'été, hivernales ou n'y séjournant que l'hiver, de passage 
régulier ou ne faisant que le traverser à l'aller et au retour des migrations, 
de passage irrégulier, enfin en espèces accidentelles. A quelque groupe 
qu'appartienne un Oiseau, on considère comme sa patrie l'endroit ou il 
nidifie. 

Pour plus de détails, consulter : Arrigom degi.i Oddi, i002 ; Brehm, 
édit. franc; Gadow, iSP.j' ; d'Hamonville, 1890; Naimann, 1905; Newton^ 
1896. 



V. CLASSIFICATION 

De très nombreuses classifications ont été proposées pour la classe si 
homogène des Oiseaux, la suivante est à peu près celle de Sharpe, 1899-1909. 

P S. cl. NÉOGNATHES : Métacarpiens soudés entre eux. Au maximum 
à la main 1 doigt avec '2 phalanges, 2 avec 1 seule ; au plus 2 doigts pourvus 
d'ongles. Palais néognathe. \^ertèbres caudales en partie soudées en un 
pygostyle. Presque toujours os du bassin soudés et sans incisure ilio- 
ischiatique. Côtes à 2 têtes articulaires. Sternum par exception sans 
bréchet. Ti'ès rarement un pénis. Oiseaux presque toujours capables de 
voler. 

1.0. PASSÉRIFORMES : .Egithognathcs, holorhinaux. 3 doigts anté- 
rieurs libres, pouce le plus fort. Sternum avec petites entailles ou 
fenêtres. Hypotarse complet. Ctecums petits. Carotide gauche seulement. 
Glande uropygienne nue. Nids et œufs variables. Nidicoles. Cosmopolites, 
3 S. O. basés sur la position et le nombre des muscles du syrinx : 
ACROMYODIENS, OLIGOMYODIENS, TRACHÉOPHONES. 

2. 0. MENURIFORMES : Palais et nasaux comme les précédents, doigts, 
tarse, sternum, caecums, carotide, glande uropygienne également. Un grand 
nid à terre en forme de four. Un seul œuf gris purpurin taché de brun 
pourpre. Nidicoles. Australiens. 

3. 0. EURYLŒMIFORMES : Palais et nasaux comme les Passériformes. 
3 doigts antérieurs en partie soudés, pouce petit. Sternum, hypotarse, 
Cfecums, carotide, glande uropygienne comme les précédents. Un grand 



32 



FAINE DK FRANCE. OISEAIX 



nid pendant à l'extrémité d'une branche. Œufs blancs ou l'auve-roussàtre 
finement tachetés. Nidicoles. Indiens, Austro-malais. 

4. O. PIGIFORMES : Saurognathes, holorhinaux. 2 doigts antérieurs, 1 ou 
2 postérieurs. Sternum, hypotarse, carotide comme les précédents. Cœcums 
nuls. Glande uropygienne emplumée. Pas de nid. Œufs blancs déposés dans 
un trou d'arbre, un nid de Fourmis ou de Guêpes. Nidicoles. Cosmopo- 
lites. 3 S. 0. : PICIENS, BUCCONIENS, GALBUL/ENS. 

5. 0. SCAXSORIFORMES : Desmognathes ou œgitho-desmognathes, 
holorhinaux. 2 doigts antérieurs, 2 postérieurs. Sternum et hypotarse 
comme les précédents. Caecums réduits. Glande uropygienne nue ou emplu- 
mée. Pas de nid. Nidicoles. Cosmopolites. 

6.0. COGCYGIFORMES : Desmognathes, holorhinaux. Doigts, sternum, 
hypotarse comme les Scansoriformes. Humérus avec un processus épicondy- 
lien. Un syrinx bronchial. Gymnopfodes, nidicoles. Cosmopolites. 2 S. O. : 
MUSOPHA GIENS, CUCULIENS. 

1 . 0. TROGONIFORMES : Schizognathes, holorhinaux. Narines imperfo- 
rées. Processus basi-ptérygoïdes rudimentaires. 2 doigts antérieurs, 2 doigts 
postérieurs. Coracoïdes se touchant. Hypotarse complet. Caecums déve- 
loppés. Glande uropygienne nue. Pas de nid. 2 à 4 œufs pondus dans un 
trou d'arbre. Nidicoles. Tropicaux. 

8. 0. CORACIIFORMES: Palais variable, holorhinaux. Narines imperfo- 
rées. 4 doigts, les antérieurs souvent plus ou moins soudés. Sternum plein ou 
avec une petite entaille ou fenêtre. Tarse court. Nidicoles. Cosmopolites. 
14 S. : STEATORNITHIENS, PODARGIENS, LEPTOSOMA- 
TIENS, CORACIENS, H ALCYON lENS, BUCÉROTIENS, U PU- 
PI EN S, MÉROPIENS, MO MOT l EN S, TODIENS, CAPRIMUL- 
GlENS, CYPSÉLIENS, TROCHIUENS, COLIENS. 

9. 0. PSITTACIFORMES : Desmognathes, holorhinaux. Rhamphothèque 
avec une petite cire basale. 2 doigts antérieurs, 2 postérieurs. Sternum avec 
une petite entaille ou fenêtre. Hypotarse complet. Cfecums absents. Pas de 
nid. Œufs blancs dans un trou d'arbre. Nidicoles. Cosmopolites. 

10. 0. STRIGH'^ORMES : Schizo-desmognathes, holorhinaux. Processus 
basiptérygoïdes développés. Rhamphothèque avec cire basale. 4 doigts libres, 
l'externe révei'sible. Sternum plein ou avec une petite entaille ou fenêtre. 
Hypotarse simple. Cfecums développés. Glande uropygienne nue. Pas de 
nid. Œufs blancs. Nidicoles. Cosmopolites. 

11.0. ACCIPITRIFORMES : Desmognathes. Rhamphothèque à cire 
basale. Sternum avec une paire d'entailles ou fenêtres. Hypotarse simple. 
Ctecums rudimentaires. Plumes avec hyporachis. Glande uropygienne 



FALNE DE FKANCE. OISEAUX 33 

emplumée. Un nid. Nidicoles. Cosmopolites. 3 S. 0. SERPENTA RfENS, 
A CCI PI TRI EN S, PA NDIONIENS. 

12.0. GATHARTIDIFORMES : Desmognalhes. Processus basi-ptérygoïdes 
articulés avec le milieu des ptérygoïdes. Rhamphothèque à cire baaale. 
Sternum avec 2 paires d'entailles. Hypotarse simple. Gœcums rudimentaires. 
Plumes sans hyporachis. Glande ui'opygienne nue. Un nid. Nidicoles. 
Néotropicaux. 

13. 0. PÉLKGAMFORMES:Desmognathes. Narines imperforées. Rham- 
phothèque composée. Pas de glande nasale. Langue rudimentaire. Pouce 
réuni aux autres doigts par une palmure. Hypotarse complet. Glande uropy- 
gienne emplumée. Aquatiques. Nidicoles. Gosmopolites. 

14. O. f IGHTHYORNIÏHIFORMKS : Fossiles du Grétacé de l'Amé- 
rique du Nord. 

15. 0. f GASTORNrrHIFORMES : Fossiles de l'Eocène de France. 

16. O. ANSÉRIFORMES: Desinognathes, Processus basi-ptérygoïdes arti- 
culés avec le bout palatin des ptérygoïdes. Rhamphothèque molle. Doigts 
antérieurs réunis par une palmure. Hypotarse complet. Gsecums grands. 
Pénis long, spirale. Glande uropygienne emplumée. Aquatiques. Un nid. 
Œufs unicolores. Nidifuges. Gosmopolites. 

17. 0. PHŒNIGOPTÉRIFORMES: Desmognathes. Pas de processus basi- 
ptérygoïdes. Narines perforées. Langue longue et épaisse. Doigts antérieurs 
palmés. Hypotarse simple. Jambes très longues. Aquatiques. Un nid en 
terre, tronconique. Un seul <euf, jaunâtre. Nidifuges. Tropicaux. 

18. 0. P.VLAMÉDÉIFORMES : Desmognathes. Processus basi-ptérygoïdes 
articulés au milieu des ptérygoïdes. Rhamphothèque avec cire. Narines 
perforées. Gôtes sans processus unciné. Hypotarse simple. Grands caecums. 
Pénis long, spirale. Aquatiques. Un nid avec œufs blancs. Nidifuges. 
Néotropicaux. 

19. 0. ARDl^IFORMES : Desmognathes. Pas de processus basi-ptérygoïdes. 
Narines perforées. Rhamphothèque simple. 3 doigts antérieurs libres, pouce 
bien développé. Sillon coraco-huméral distinct. Ga^cums rudimentaires. 
Glande uropygienne emplumée. Aquatiques. Zoophages. Un nid. CEufs 
unicolores. Nidicoles. Gosmopolites. 5 S. 0. ARDÉENS, CICONIENS, 
SCOPIENS, BAL.ENICIPIENS, PL A TALÉENS. 

20. O.f STÉRÉORNITHES: Fossiles de l'Oligocène de l'Amérique du Sud. 

21. 0. GRUIFORMES : Schizognathes (Sauf S. 0. Rhinochétiens et 
Dicholophiens : desmognathes). Pas de processus basi-ptérygoïdes, Rham- 

3 



;M FAINE DE FRANCE. OISEAUX 

phothèque simple. 3 doigis aatéi-ieurs libres, un pouce, bien développé. 
Glande uropvgienne emplumée. Paludicoles. Un nid. Cosmopolites. 
7 S.O. GÉRANIENS, ARAMIENS, RHINOCHÉTI ENS, MESjENA- 
TIDIENS, ÉURYPYGIENS, PSOPHŒNS, DICHOLOPHIENS. 

'2-2. 0. GHARADRIIFORMES : Schizognalhes. 3 doigts antérieurs, pouce 
variable ou nul. Glande uropvgienne emplumée ou absente. Terrestres 
ou aquatiques. Avec ou sans nid. Nidifuges. Cosmopolites. 7 S. 0. : 
CHIOA'IDIENS, ATTAGIDIENS, CHARADRIENS, P AURIEZ S, 
CURSORIENS, ŒDICNEMIENS, OTIDIENS. 

23. 0. LARIFÛRMES : Schizognathes, schizorhinaux.Grande glande nasale. 
Doigts antérieurs palmés. Sternum à 4 entailles. Fourchette cà hypocléidium. 
Coracoïdes se touciiant. Humérus à processus épicondylien. Ilypotarse à 
■2 sillons. Plumes à hyporachis. Glande uropygienue emplumée. Aqua- 
tiques. Zoophages. Un nid. 2 à 3 ctufs à doubles taches. Nidiiuges. Cosmo- 
polites. 

•24. O. AUCIFORMES : Schizognalhes, schizorhinaux. Grande glande 
nasale. r3oigts antérieurs palmés, pouce rudimeataire nu nul. Sternum à 
2 entailles. Fourchette à hypocléidium. Coracoïdes séparés. Ilypolarse, 
plumes et glande uropygienue comme les Lariformes. Aquatiques. Zoo- 
phages. Pas de nid. 1 à 2 œuls. Nidifuges. Régions périarctiques. 

2.j. O. PROCFLUARI [FORMES : Schizognathes. Narines tubulaires. 
Rhamphothèque composée. Grande glande nasale. Langue en général rudi- 
mentaire. Doigts antérieurs palmés, pouce rudimentaire. Humérus à grand 
processus épicondylien. Hypotarse complet ou avec plusieurs sillons. Glande 
uropygienue emplumée. Marins. Zoophages. 1 seul ccuf. Nidicoles. Cosmo- 
polites. 

2fi. 0. SPHÉNISCIFORMES : Schizognathes. Rhamphothèque composée. 
Grande glande nasale. Vertèbres dorsales opisthocœles. Ailes transformées 
en rames. Hypotarse simple. Métatarsiens incomplètement soudés. Plumes 
à hyporachis. Glande uropygienue emplumée. Marins. Zoophages. Un nid. 
2 œufs, blancs. Nidicoles. Antarctiques. 

27. O.f HESPÉRORNITHIFORMES : Fossiles du crétacé de l'Amérique 
du Nord. 

2S. 0. GAVHFORMES : Schizognathes. Rhamphothèque simple. Grande 
glande nasale. Doigts antérieurs palmés, pouce petit. Tibia avec un très 
long processus épicnémien. Hypotarse formant un espace triangulaire. 
Ca'cums développés. Plumes à hyporachis. Glande uropygienue emplumée. 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 35 

Aquatiques. Zocq^hai^es. Pas de iiiil. l' œufs, lâchés. Xidiruyes. Régions 
arctiques. 

•29. 0. COLY\n')IF()H.Vfl*:S : Palais, rhaiiiphothèque, glande nasale, tibia, 
ctecunis, plumes cl glande uropygienne connue les Gaviiformes. Doigts 
antérieurs pinnés, pouce petit. Ilypotarse conij)let. Aquatiques. Zoo|jliages. 
Un nid. 'A à 5 œul's. Nidiluges. Cosmopolites. 

'M). O. KALLI1-X)UMES : Schizognathes, holorhinaux. Rhampliothèque 
simple, i doigts bien développés dont 3 antérieurs. Sternum avec longs 
processus latéraux simples. Hypotarse avec une haute épine. Glande uro- 
pygienne emplumée.''Paludicoles. Un nid. ô à 10 (cul's jaunâtres, unicolores 
ou tachés. Nidii'uges. Cosmopolites. 

31.0. OPISTHOCOMIFOUMES: Palais, nasaux, rhampliothèque et glande 
uropvgienne comme les Uallil'ormes. i doigts tlont 3 antérieurs. Stei-num à 
une seule entaille. Coracoïtles se touchant. Grands ca-cums. Un nid. i inds, 
tachés. Néotropicaux. 

3-2. 0. COLUMBIFORMES : Schizognathes, schizorhinaux. Rhampho- 
thèque simple, idoigts dont3antérieurs. Ilypotarse canaliculé. Caecums petits. 
Glande uropvgienne nue ou absente. Terrestres. Phytophages. Ln nid. 
2 œufs, blancs. Nidicoles. Cosmopolites. 

33. 0. PÏÉROCLIDI FORMES : Palais, nasaux, rhamphothèque et hypo- 
tarse comme les Columbil'ormes. Pouce rudimentaire ou nul.Cîccums grands. 
Glande uropygienne nue. Terrestres. Pas de nid. 3 (cul's, cylindriques tachés. 
Nidii'uges. Tropicaux ou Asiatiques. 

34. 0. TURNICIFORMES : Palais, nasaux, pouce et caecums comme les 
précédents, sternum avec seulement de grands processus latéro-postérieurs. 
Fourchette à hypocléidium. Coracoïfles séparés. Hypotarse complet. 
Glande uropvgienne emplumée. Terrestres. Pas de nid. Xidiluges. Cosmo- 
polites. 

35. 0. GALLIFORMES : Palais, nasaux, l'ourchetle, hypotarse et c;ecums 
comme les Turnicirormes. Pouce développé. Sternum a\ec de grands pro- 
cessus obliques et latéro-postérieurs. Coracokles se touchant. Glande uro- 
pygienne em|)lumée, exceptionnellement absente. Terrestres. Nidii'uges. 
Cosmopolites. 3 S. 0. : MÉ(JAPOD/ ENS, CHAC/ENS, PHASIA- 
JVJENS. 

II'' S. cl. PALÉOGNATHES : Main et côtes' comme les Néognathes. Palais 
paléognathe. \ ertèbres caudales généralement non soudées en un pygostyle. 
Os du bassin soudés avec une incisure ilio-ischiatique, au moins à l'étal 
jeune. Sternum le plus souvent sans bréchet. Un pénis. Oiseaux ne volant 



36 



FAUNE DE FRANCE. 



pas ou mal. Terrestres. Nidifuges. 7 0. exotiques ou fossiles : TINAMI- 
FORMES, APTÉRYGIFORMES, f AEPYORXrfHIFORMES, f DINOR- 
x\rriIIFORMES, RHÉIFORMES, STRUTHIONIFORMES. CASUARII- 
FORMES. 

III" S. cl. f SAURURÉS : 3 métacarpiens et doigts séparés. 1" doigt 
avec 2, 2" et 3" avec 3 phalanges, chaque doigt terminé par une grifTe. Ver- 
tèbres amphicœles. 21 vertèbres caudales non terminées par un pygostyle 
avec 24 rectrices attachées par paires à 12 vertèbres caudales. Os du bassin 
non soudés. Dents implantées dans des alvéoles aux 2 maxillaires. Côtes à 
une seule tête articulaire, sans apophyses uncinées. Un O. .fossile : 
ARC H^OPTÉRYGI FORMES. 

Pour plus de détails, consulter : Arrigoni uegli Oddi, 1902 ; Reudard, 
1898; Rrehm, éd. française; Dubois, 1891; Gadow, i^.^,:^,- Naumann, 1905; 
Newton, 1896 ; Sharpe, 1899-1909. 



VI. DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE 
ET S TRA TIG RA PIIIQ UE 

Les Oiseaux, contrairement à beaucoup d'autres classes d'animaux, 
habitent à peu près toute la surface du globe. Les espèces cosmopolites, 
quoiqu'accrues du fait de l'homme, sont cependant i-ares et appartiennent 
surtout à des formes aquatiques. Chaque zone a ses espèces particulières. 
Généralement l'aire de dispersion d'un Oiseau ou d'un groupe d'Oiseaux est 
plus étendue dans le sens des longitudes que des latitudes. Dans le Nord 
cependant, beaucoup de formes sont à peu près également réparties dans les 
3 continents, quelques degrés plus bas, il y a de grandes ditférences. La faci- 
lité de locomotion ne paraît pas influer beaucoup sur l'aire de dispersion, ce 
ne sont pas toujours les meilleurs voiliers qui ont la plus large. 

L'Amérique est la plus riche en espèces, l'Europe la plus pauvi^e. Cette 
dernière partie n'a que très peu d'Oiseaux qui ne se retrouvent ailleurs. La 
région paléarctique qui la comprend est avec la région néarctique, une des 
moins bien caractérisée en Avifaune. Aucun grand groupe ne lui est particu- 
lier, la S. cl. des Paléognathes n'y conqjte même plus de représentants. 

La région Australienne, patrie des Ménuriformes, des Chionidiens, des 
Rhiiiochétiens, des Mégapodiens, des Aptérygiformes, des Casuariiformes, 
etc., est, surtout dans sa sous-région néo-zélandaise, particulièrement inté- 
ressante. 

La région néotropicale renferme l'habitat des Trochilidiens, Todiens, 



FAUNE DE FRANCE. OISEAIX 37 

Moiiiotiens, Stéatornilhiens, Pahimédeiformes, Ps()j)hicns, Iuirv{)y(^iens, 
Attagiens, Graciens, Opisthocomiiormes, Tinainiforines, Rhéifornies, et la 
région éthiopienne celui des Musopliagiens, Coliens, Serpentariens, Baheni- 
cipiens, Scopiens, Slrulhioniformes. La région indienne coniple aussi 
beaucoup d'Oiseaux particuliers, tandis que la sous-région européenne qui 
comprend, outre le Nord et le (Centre de l'Europe géographique toutle nord de 
l'Asie, c'est à dire occupe la plus grande partie de la région paléarctique, ne 
possède guère que quelques genres spéciaux des S. F. Eniherizinae, Friii- 
gilUnae (entre autres le G. Coccolhiti listes) et les G. Lagopus, Tetnio, 
Lyrurus, Tetrastes de la F. des Telraonidae). 

Les plus anciens Oiseaux connus, sont les Archœoptery.v trouvés dans le 
Jurassique supérieur de Solenhofen et le Laoptevyx prisca Marsh, Oiseau 
à affinités douteuses des couches à peu près correspondantes du Wyoming. 

Au Crétacé apparaissent les Ichthyornis et les Hesperornis, formes aqua- 
tiques américaines aux mâchoires armées de dents bien développées. 

Les périodes géologiques tertiaires ont fourni en France une grande quan- 
tité de restes d'Oiseaux. Le climat était alors très chaud, aussi l'Avifaune 
comme le reste de la Faune et la Flore montre de nombreuses formes qui 
sont actuellement tropicales : Salanganes, Couroucous, Perroquets, Serpen- 
taires, Flamands, Ibis, Pélicans, et même un Coq [Gallus bravardiGERVAis). 
Au début de ces périodes, à l'Eocène inférieur, avaient vécu dans le bassin 
de la Seine, les Gastornis, Oiseaux atteignant la taille de l'Autruche, et à la 
fin, au Pliocène, se rencontraient dans l'Inde des Autruches et des Casoars 
et les Nandous apparaissaient dans l'Amérique du Sud où ils existent encore 
maintenant. 

Le Quaternaire de France montre à ses débuts une Avifaune bien diffé- 
rente de celle qui l'a précédée. Le climat, devenu très froid, a fait disparaître 
les espèces tropicales et au contraire permis l'habitat d'espèces aujourd'hui 
septentrionales comme Nyctea nyctea (L.) et Lagopus lagopus (L.l. 

Au commencement de l'époque actuelle ont disparu les Dinornis de la 
Nouvelle Zélande et les Aepyornis de Madagascar, énormes Oiseaux paléo- 
gnathes et dans ces derniers siècles, toute une série de formes intéressantes 
des Iles Mascareignes : Didus, Pezophaps, Leguatia, Aphanapteryjc, etc. 

Parmi les nombreuses espèces éteintes depuis moins d'un siècle, quelques 
unes avaient été signalées comme capturées en France : Alca impennis 
(L.), Pterodroina hasitata (Kuhl) et Ectopistes migratorius (L.). 

Nombreuses sont encore, hélas, à l'heure actuelle, les espèces en voie de 
disparition. 

Consulter, pour la distribution géographique : .Arrigoni degli Oddi, VJ02 ; 
Brehm, édit. franc.; G xnow , iS9 3 ; Newton, 1H03 ; Sharpe, 1890; Stiper 



38 FAINE DE FRANCE. OISEAl X 

et V. Blrg, i.9L5 ; ^^'ALLACE, 1816, pour la Paléoiitolog-ie française : Depé- 
RET, 1802; Gaillard, i.V08;MiLNE-EDWARDS, 1861-11, 181 'i, 1801; Paris. 1012. 

Pour les diagnoses et synonymies des Oiseaux d'Europe, plus détaillées 
que les nôtres, on se reportera à Arrigoni degli Oddi, 1002; Brasil, 101k; 
Degland ET Gerbe, 1861 ; Dresser, 1811-06, 1003; Fatio, 1800-lOOh; IIar- 
TERT, 1010-10...; Naim.\nn, 100.5 ; Trocessart, 1012, pour des figures en cou- 
leur : Bouvier, 1010; Dresser, 1811-06; Naumann, 1005. Ces ouvrages 
fourniront en outre une bibliographie étendue. La nomenclature qu'ils 
emploient n'est pas toujours identique à la nôtre, qui a été mise en accord 
autant que possible avec les règles actuelles de la Nomenclature suivant 
l'exemple d'AfiRiGONi et Hartert principalement ; mais comme nous men- 
tionnons à chaque espèce les principaux synonymes, le lecteur n'aura pas 
de peine à s'y retrouver ; une partie de nos figures ont été puisées dans 
certains de ces ouvrages (Arrigoni degli Oddi, Brasil, Fatio, Hartert). 



- VIL COLLECTIONS 

L'étude des Oiseaux ne peut se faire sans de nondireux spécimens com- 
prenant pour chaque espèce non seulement des adultes capturés aux 
diverses saisons, mais des jeunes, des œufs et des nids. 

Pour avoir une utilité scientifique, une dépouille d'Oiseau rloit |ioi-ter au 
minimum les indications suivantes : Lieu de capture suffisamment indiqué 
pour pouvoir éti'e repéré sur la carte, la dute : jour, mois, année, et l'indi- 
cation du sexe, déterminé par autopsie. Un Oiseau même rare, n'a aucune 
valeur, s'il n'est accompagné de ces indications indispensables. Le mieux 
est de les inscrire à l'encre de ("bine sur une petite étiquette en papier par- 
cheminé solidement fixée par une petite ficelle à la patte du sujet. Cette éti- 
quette portera en outre un numéro d'ordre se reportant à un cahier où seront 
consignées avec les indications précédentes les suivantes qu'il est désirable 
de voir aussi figurer au verso de l'étiquette, à savoir : La lo/igueur totale (L1 
de l'animal, du bout du bec à l'extrémité des plus longues rectrices, l'Oiseau 
étant complètement étendu, mais non étiré ; Vein>efgi(re, c'est à dire la dis- 
tance entre les extrémités des ailes étendues en croix ; la cou/eur notée 
aussitôt que possible après la mort, de l'iris, de la rhamphothècpte, de la 
podothèque, des griffes et à l'occasion des autres parties nues, ces couleurs 
étant souvent très fugaces ; le régi/ne, d'après le cinitenu de restomac et les 
parasites (ces derniers étant conservés dans un ilacon portant le numéro 
d'ordre de l'Oiseau). Ces notes seront heureusement complétées par tous les 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 39 

rcnseignenieiils recueillis sur l'Oiseau considéré : son abondance ou sa 
rareté, sa biononiie, les conditions de sa capture, ses noms \ ulj^aires, et('. 
Pour les jeunes, les œufs, les nids, il cs( Ion jours prélerahlc de tâcher 
d'avoir ceux des ;idultes capturés, ils seront ahus pourvus du même numéro 
d'ordre sur l'étiquette pour les jeunes et le nid, sur la coquille pour les 
œufs. Au cahier figureront pour les irufs, leur nombre, l'état de leur 
contenu (frais ou couvési, pour le nid, l'endroil oii il se trouvait (herbes, 
broussailles, etc. i, sa hauteur, sa [josilion sur l'arbre, son orientation établie 
par rapport au Ironc. Les indications sui^'antes sont moins importantes, 
pouvant être établies à loisir : pour l'Oiseau, la longueur du bec (Bj, prise 
en ligne droite de l'angle frontal à l'extrémité; de l'aile (A) prise de sa cour- 
bure au bout de la jilus longue rémige; de la queue (Q) de la naissance des 
rectrices médianes à l'extrémité des plus grandes rectrices; du tarse (T), du 
C(')lé postérieur de rarliculalion tibio-tarsienne à la partie antérieure de l'ar- 
ticulation du doigt médian ; de ce doigt, depuis son articidalion avec le 
tarse à son extrémité, sans l'ongle (doigt nu) ou avec l'ongle (doigt armé). 
Pour l'œuf : la forme, la couleur, le grand et le pelil diamètres (Gd. et 
Pd.) (I). Pour le nid : la forme, les diamètres externe et interne, la profon- 
deur, les matériaux de construction. Enfin pour le tout, si possible, le nom 
scientifique de l'Oiseau. Pour plus de détails, consulter : Ménégaux, 1908. 

Préparation : La préparation de la dépouille de l'Oiseau gagne beaucoup 
à être faite le plus tôt possible, aussitôt les mesures et notes indispensables 
prises, alin d'éviter les accidents de putréfaction. 

Des tampons de coton hydrophile étant bourrés dans le bec, l'anus, au 
l)esoin dans les narines et les grosses blessures, l'Oiseau nettoyé avec un peu 
d'eau froide e( les |ilumes séchées si c'est nécessaire avec un peu de plâtre, 
on incise la peau de l'abdomen de la pointe du sternum au devant de l'anus, 
saupoudrant largement, comme d'ailleurs dans toute la suite de l'opération, 
de plâtre ou toute autre poudre absorbante, afin d'éviter la souillure des 
plumes par le sang cl la gi-aisse. on décolle la peau de chaque côté pour 
atteindre les ailiculalions du genou. Ces articulations sectionnées, on écarte 
la peau pour trancher le corps au début du croupion. La peau se rabat 
ensuite facilement les plumes en dedans, pour arriver aux épaules que l'on 
sépare. On retourne ensuite le tégument jusqu'aux commissures du bec, 
tranchant le cou au ras de la tête. On est parfois obligé de fendre le cou dor- 



(i) Dans toutes nos fiiagnoses, les dimensions Hc l'Oiseau sont indiquées en centi 
mètres, celles de l'œuf en millimètres. 



40 



FAUNE DE FRANCE. 



salement poui" faire passer la tète. Ensuite, prenant soin de ne pas désarti- 
culer les os, on enlève l'encéphale, les yeux, la langue, le plus possible des 
muscles de la tète, des ailes et de la jambe en en retournant la peau, ainsi 




Fig. XXX. — Oiseau dépouillé, retourné. 



que les muscles peauciers, la graisse du derme, la chair et la glande du 
croupion (XXX). Toutes ces parties étant badigeonnées de savon arsenical et 
le volume de la tête rétabli par des tampons de colon, on retourne la peau 
dans sa position normale. On remplace alors le corps de l'Oiseau, suivant sa 
taille, par du coton, des étoupes, de la mousse sèche ou du foin et on rap- 
proche par une couture les bords incisés de la peau abdominale. I.a forme (]c 
l'Oiseau rétablie et les plumes bien lissées et remises en place, on renroule 
dans un cylindre de papier pour maintenir les ailes et les plumes, i\ ne reste 
plus alors qu'à laisser sécher la dépouille. Celle-ci peut se conser\er ainsi, 
c'est le pluB pratique pour l'étude et le moins encombrant, elle pourra tou- 
jours être facilement montée, si on le désire. 



FAINE DE FRANCE. OTSEAl'X 41 

Les œufs doivent être \idcs dv Ipiir eoiilciui [)ar un seul Irmi fuit ;ui tlauc 
et non par un trou à chaque extrémité. Pour faire ce lioii rond et aussi petit 
que possible, on se sert d'une pointe d'aeier à jjans cpie Ton roule entre les 
doig-ts. Le contenu de l'ieuf est expulsé par insufllation d'air dans l'intérieur 
à l'aide d'une effilure de verre. Un lavag'e de l'intérieur de la coquille est 
utile et même nécessaire dans les cas où ayant alTaire à des œufs incubés, on 
a dû détruire l'embryon à l'aide d'une solution de potasse. 



TABLEAUX des FAMILLES 



i. P;ate à 3 (l()ij;ls O 

— Pal le à i (loii^ls. (L'un d'eux, le pouce, peut être riidinienlaire et 

réduit à Tonifie ou à un petit tubercule.) g 

2. Deux doii;ls dirigés en avant, 1 en arrière (li. Bec tlroit, rol)uslc, 

pointu, langue londiricit'orme. Kect. raides, élastiques, pointues; 
[F. Picidae p. p.] G. Picoïdes [ytA'èb] 

— Trois doigts dirigés en aA'anl S 

3. Doigts libres ou laiblcnient unis à la base par une courte pahnure. 

Tarse nu 'y 

— Doigts réunis par une pahnure. Tarse nu 7 

— Doigts soudés entre eux ; tarse et flessus des doigts cmplumés 

(2,2'). Bec bien moins long que la tête, à niandib. sup. voûtée. 
Aile et queue longues et pointues; [F. Pteroclidae p. p.J . 

G. Si/rrJiaptes ! p. 420) 

4. Tarse .'i bus cn\iron ])lus long que le médian armé, réticulé (3). 

Jaiid:)e au moins aussi longue que le tarse, dénudée sur ses 3/4 
inf. Palmure nette à la l)ase des doigts. Bec droit, sensil)!. plus 
long que la tète (4) ; [F. Charadriidae p. p.]. G. Ilinuuitopus (p. 351) 

— Tars(> un jjeu |ilus du double du médian armé. Bec au plus de la 

long, de !a tète 5 

— Tarse pbis b)ng que le médian armé mais d'I/i au max. Bec di-oit, 

wwiabic mais jamais robuste, il' rect. F. Charadriidae p. |). p. 311) 

— Tarse lui jieu plus cnurt que le niédian ai'iné, s(,'uleliè, doigts 

entier, séparés (5 . Ik'c plus court ipie la tète, à narines allon- 
gées i6i. Queue très courte à 10 rect. Oiseau de moins de l'dcent. 
de long. [0. TFRNIGIFORMES] . . . . F. Turnicidae i p. 4-22) 
i"). Tarse réticulé. Oiseau de plus de 40 cent, de long 6 

— Tai'se scutellé, doigts sensibl. libres, ongle du médian pectine \1\. 

Bec un peu arqiiè, un peu moins long cpie la tète i8 . ()iseaux de 

moins de 30 cent, de long F. Cursoiiidae p. 318j 

6. Doigts à peu près total, libres, ongles courts, larges (9i. Bec dépri- 
mé à la l)ase, un peu voûté, au ma\. de la long, de la tète. 
20 i-ect. au moins. Pas de glande unqngieune : :S. O. 011- 
I)IENS\ F. Otidae p. 311) 

^ — Doigts avec une |)almure nette à la base ; tarse reullè dans sa 
partie proxiniale (10). Bec au plus de la long, de la tète, profond. 



FAINE DE FRANCE. OISEAl'X 



43 




FiGUKES 1 à 11. — 1, Piroï/lcs Iriildclijlu!^, ]);ille; "2, 2", Si/rrha/i/es /)ar(id().riis, fialtc; 
3, Hiiniinlopus himantopus, palte; 4, ?>/., lête; '), Turni.r si/lralims, p.-illc; (1, />/., 
tète; 7, Cursorius gallicus, patte; 8, id, tête; 9, Olis tarda, patle; 10, Bmhinus, 
œdicnemus, patte; 11, id., tète. 



44 



FAINE DE FRANCE. 



fendu, n narines iillongées (11 ). 1"2 rect. Glande uropvi^'-ienne à 
mamelon emplumé ; [S. 0. ŒDICN ÉMIENS] ..... 

F. Œdicnemidae p. 316) 

7. Narines s'ouvrant chacune sur le c<')lé du bec, à l'extrémité d'un 
petit tube. Rhamphnthèque composée, à extrémité crochue (12 . 

Patte insérée normal. .Aile longue et étroite 

F. Diomedeidae (p. 392) 

— Narines s'ouvrant direct, flans le bec qui est variable mais plus 

ou moins comprimé et au plus de la long, de la tête. Patte insérée 
à l'arrière du corps. Aile et queue courtes; [0. ALCIFORMES] 
F. Alcidae (p. 387) 

R. Deux doigts dirigés en avant, 2 en ari'ière (13) 9 

— Trois doigts dirigés en avant, 1 en arrière. (Exceptionn. le doigt int. 

peut être rejeté en dedans ou l'ext. en dehors : doigt réversible) . W 

— Quatre doigts dirigés en avant, tarse court, emplumé (14). Bec 

court, très largement fendu (15). Aile presque égale en long, à 
celle de l'Oiseau; [S. 0. CYPSELIENS]. . F. Cypselidae (p. 199) 

9. Bec droit, pointu; langue longue, lombriciforme (16 1: [S. 0. 

PICIENS] F. Picidaefp. 190) 

— Bec léger, courbé (17); langue de forme normale; [S. 0. CUCU- 

LIENS] F. Cuculidae (p. 196) 

10. Doigts ant. sans expansions membraneuses, total, libres ou faible- 

ment unis à la base par une palmure atteignant au plus le 1/3 
proximal des doigts, dans ce cas, tarse toujours plus long que le 
médian armé li 

— Doigts ant. élargis par des expansions membraneuses à bords 

libres (18) -lo 

— Doigts ant. réunis par une palmure exceptionn. assez échancrée 

pour ne réunir qu'un peu plus du 1/3 proximal des doigts, alors, 
tai^se plus court que le médian armé (19, 20) 'il 

— Doigts ant. en partie soudés entre eux; tarse nu, sensibl. plus 

court que le médian armé (21). Bec plus long que la tête, pointu, 

12 rect 57 

il. Doigts armés d'ongles longs, robustes, crochus, rétractiles \ serre"! 
(22,23,24). Bec général, court et robuste, fortement crochu, avec 
une cire bien développée à la base (25, 26, 27) i2 

— Doigts sans ongles robustes et rétractiles. l^ec de forme très 

variable, jamais très crochu, sans cire vraie à la base il 

12. Yeux placés de prolil (25, 27). Gire ^presque toujours et doigts 
nus. Doigt ext. exceptionn. réversible, (ilande uropygienne h 
mamelon emplumé; fO. ACCIPITBIFORMES] 13 

— Veux placés de face ^26j. Cire couverte de soies. Tarse emplumé 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 



45 




FiGi Hi:s 12 ;i 24. — ! -, Diomcdcii cxtilans, Irte; 1.3, Driinlxites i/ui/oi-, jialU'; 14, 
A/)u,'i a/ius, pallc; l.J, td., Lèle; 10, Drijobates majof, Lèlc; 17, Ciicu/iis ranorus, 
tête; 18, Cobjmbim crislalus, patte; 19, Anas pla/yrhync/uis, patte; 20, Hydro- 
chelidon nigra, patte; 21, Alcedo ispida, patte; 22, Accipiter nisus, patte; 23, 
Aeçypius monachus, patte ; 24, Aegolius tengmalmi, patte. 



46 FAUNE DE FRANGE. OISEAUX 

et général, .lussi les doigls. Doigi ext. réversii:)le. Mamelon ui-o- 

pygien nu; [O. SÏRIGIFOPuMESj 16 

13. Bec presque aussi long que la tête, droit à la base, avec une con- 
vexité sup. plus (\u moins nette après la cire qui est très déve- 
loppée. Œil à Heur de lele (27, 28, 30). Partie nue du tarse, 
quant il en existe, réticulée (23! l'i 

— Bec toujours notabl. plus court qiie la tète, rarement droit à la base, 

sans convexité à la base de la cire. OEil plus ou moins enfoncé 
sous une saillie de l'arcade sourcilière (25, 29). Partie nue du 
tarse, quant il en existe, scutellée ou réticulée 15 

Ik. Tète et cou plus ou moins dénudés ou duveteux. Base de la man- 

dib. inl'. nue (27, 28). Tarse en partie nu (23j. F. Vulturidae p. 247j 

— Tête et cou complet, emplumés. Base de la mandib. inf. garnie d'une 

touffe de longs poils dirigés en avant (30). Tarse entier, eniplumé. 

F. Gypaëtidae (p. '2A&) 

15. Doigt ext. réversible, presque égal au médian. Ongles presque 
égaux. Tarse plus court que le médian armé, réticulé [SI). Pas 
de culotte. Bord ext. des rém. primaires dentelé par retroussis 
des barbes. Aile dépassant la queue ; [S. O. PAAD/ONJENS]. 
F. Pandionidae (p. 217) 

— Doigt ext. peu ou pas réversible. Toujours une culotte plus ou 

moins développée. Tarse et queue variables. l>ord ext. des 
rém. primaires non dentelé par retroussis des barbes; [S. O. 
ACClPITIilENS\ F. Falconidae ip.-J18) 

10. Tarse au moins égal aux 2/3 du tibia. Doigts à peu près nus, le 

médian sensibl. égal à Tint., avec l'ongle dentelé au bord int. (33). 
Bec droit à la base. Conque auriculaire occupant presque toute 
la hauteur de la tête, collerette complète en dessous (32). . . 
F. Tytidae (p. 207) 

— Tarse environ la moitié du tibia. Doigt médian plus grand que 

Tint., à ongle lisse. Conque auriculaire variable. Collerette 
jamais complète en dessous F. Strigidae (p. 208) 

11. Tarse emplumé en entier ou seulement devant, exceptionn. sur ses 

2/3 sup. environ (34, 35), plus court que le médian armé. Bec bien 
plus court que la tète 18 

— Tarse nu, exceptionn. emplumé en avant sur près de sa moitié pro- 

ximale 21 

18. Bec robuste, convexe, incliné à la pointe, à mandib. sup. Miùlée 
recouvrant riiiC. Narine basale surmontée d'uni' paitie memljra- 
lu'use général, empluméc. Sou\enl un es|)ace nu et rouge autour 
de I'omI (36i. Au moins I i rect 19 

— Bec très couil, l'aible, l'endu au tlelà de l'icil. Tète large. Jamais 





" i''q f \ '^' '-^ 




0m ' ^f^^^--^' ", 




FiGUMEs 25 à 37. — 2"), Circus aeruginoana, tèlo; 26, Asio /ïammeux, tôle; 37, JVeo- 
phro/i. pei'cnopterus, tèle; 28, Gi/ps f'n/vus, Icte; 29, AquiUi ckrysaëtoa, tèle; 
30, Gypaëius barbatus, tùte; 31, Pandion hal/aelus, palle; 32, Ti/lo alba, lôte; 
33, id., palte; 34, Lagopus multis, patte; 35, Caprimulgus europaeus, patte; 
36, Tetrao urogallus Q , tête ; 37, Plerocles alchata, patte. 



48 FAUNE DE FRANCE. — OISEAUX 

d'espace rouge et nu autour de l'œil. Au plus 12 rect. Mamelon 
uropyg-ien nu 20 

19. Aile subobtuse, arrondie. Queue courte à sus- et sous-caudales 

très développées, dépassant parfois les rect. Mamelon uropygien 
emplumé F. Tetraonidae i p. 431 ) 

— Aile suraiyué, pointue. Queue conique. Tarse emplumé seulement 

devant (37). Pouce rudimentaire. Mamelon uropygien nu ; 
[0. PTEROGLIDIFORMES] F. Pteroclidae (p. 419) 

20. Doigts nus, pouce très courl, ongle du médian pectine (35). Rase 

tlu bec entourée de longues soies (38). Queue arrondie. Plus de 

'Ib cent, de long; [S. 0. CAPUIMU LGIKNS] 

F. Caprimulgidae ip. 'iOd! 

— Doigts emplumés, pouce normal, développé (39). Rase tlu bec 

sans longues soies (40). Queue fourchue. Moins de 15 cent, de 

long. ; [F. Hirundiuidae p. p.J G. ////w/iâfo (p. 188) 

2i.. Jambe toujours entier, emplumée. Tarse par exception sensibl. 
plus long que le médian armé, toujours lamelle ou sculellé 
devant. Rec rarement plus long que la tête. Queue atteignant ou 
dépassant souvent le 1/3 de la long, totale . '22 

— Jambe toujoui'S plus ou moins dénudée à sa partie distale. Fré- 

quemment tarse nettement plus long que le médian armé, scu- 
tellé ou réticulé, jamais lamelle ni devant ni derrière. Rec souvent 
bien plus long que la tête. Queue atteignant très exceptionn. le 
1/3 de la long, totale. Mamelon uropygien toujours emplumé . . '^0 

22. Rec arqué vers le bas, pointu, lisse, sensibl. plus long que la tête, 
celle-ci ornée d'une foiHe huppe d'une double rangée de plumes 
érectiles (41). Pouce bien développé. Mamelon uropygien 
em^Xnmé; [^. 0. UPUPIENS] F. Upupidae (p. 204) 

• — Rec droit, 2 fois plus long que la tête, llexible, sillonné, à extré- 
mité obtuse un peu renflée (42). Pouce à ongle petit, bien 
moindre que les autres doigts et inséré plus haut. Mamelon uro- 
pygien emplumé ; [F. Charadriidae p. p.] . . d. Scolopa.v [^.'^'iO) 

— Rec droit, à peu près de la long, de la tête, du tarse et du médian 

armé, pointu, sillonné, en forme de poignard (43). Pouce très 
développé, sur la même ligne cpie le doigt int. Mamelon uropy- 
gien emplumé ; [F. Ardeidae p. p.) . . . (j. Icobrychus {p.'M)3) 

— Rec droit, à jieu près de la long, de la tête, comprimé, incliné à 

la pointe qui est un peu crochue, narines nues (44). Pouce bien 
développé; tarse réticulé en arrière (45). Rect. lat. dépassant 
un peu les voisines. Mamelon uropygien nu; jS. O. ('(^HA- 
CIIlNS] F. Coraciidae p.206) 

— Rec droit, plus court (pu- la tète, un peu courbé à la pointe, à 

naiines en fente rfCou\ertes j)ar une meud)rane bombée, molle 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 



49 






y\}h Ȉ& 



' •& 







Figures 38 à 49. — 38, Caprirnu/gus eiiropaetis, tête; 39, Hirundo iirbica, patte; 
40, id., tète; 41, Upiipa epops, tète; 42, Scolopax nisticnla. tête; 43, Ixnbry- 
chus minutas, têle; 44, Coracias yai'riUus, tête; 45, id., patte; 40, Columba 
palunibas, tête; 47, id., patte; 48, Caccabis aa-rnlilis. lêlc; 49. id., [)alL(;. 



OO . FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

(46). Pouce bien développé; tarse scutellé ou largement réticulé 
devant, jamais lamelle derrière (47j. Mamelon uropvgien nu; 
[0. COLUMBIFORMES] ... 23 

— Bec très sensibl. plus court que la tête, à mauflil). sup. convexe. 

courbée en a\ant et recouvrant Fini'., a\-ec les narines percées 
dans une petite membrane (48). Pouce assez court, inséré au- 
dessus des autres doigts; tarse génér. biscutellé ou largement 
réticulé devant, jamais lamelle derrière (49). Mamelon uropygien 
emplumé F. Phasianidae (p. 423) 

— Bec polymorphe, habit, droit et plus court cpie la tète. Pouce 

toujours bien développé, souvent plus long que le doigt int. ; 
tarse jamais réticulé ou biscutellé devant, fréquemment lamelle 
derrière. Queue d'au plus Pi rect. atteignant et dépassant sou- 
vent le 1/3 de la long, totale. Mamelon uropygien nu; [0. PAS- 
SÉRIFOHMESJ V . 2k 

23. Tarse emplumé à la base (47). Meudjranes recouvrant les narines 

séparées par un profond sillon longit. médian |46) 

F. Columbidae (p. il7) 

— Tai'se entier, nu ou presque. Membranes recouvrant les narines 

sans sillon de séparation (50 1 F. Peristeridae (p. il6) 

24. Bec comprimé, sensilil. moins long que la tète, robuste, à man- 

dib. courbées l'une vers l'autre (51j jF. Fringillidae p.p.J. 
(i. Lo.n'a p. 80) 

— Bec presque toujours plus court que la tète, subglobuleux ou plus 

ou moins conique, droit ou un peu inlléchi ^52, 53, 54). Tarse 
plus ou moins pluriscutellé devant. Dépassant exceptionn. 
20 cent, de long 25 

— lîec très court, aplati, à base large, fendu jusque sous l'œil (55). 

Tai-se pluriscutellé devant. Doigts lat. presque égaux et bien 
plus courts que le médian. Ailes longues, suraiguës, dépassant 
les rect. médianes. Queue plus ou moins échancrée ou fourchue. 
Toujours moins de 20 cent, de long . . F. Hirundinidae (p. 186) 

— Bec droit, robuste, au plus moitié de la long, de la tète, à mandib. 

sup. à extrémité crochue et dentée de chaque côté, à mandib. inf. 
un peu retroussée et échancrée vers la pointe (56, 57). Tarse plu- 
riscutellé devant. Qlk'uc arrondie ou étagée. F") à 2.j cent, de long. . 27 

— Bec l'obuste, droit ou presque, habit, tle long, voisine de celle 

de la tête, à narines prescpie toujours cachées par des plumes 
déconqDosées (58, 59). Tarse scutellé, exceptionn. botté 1^60, 61). 
.Au moins 30 cent, de long. . . . . . F. Corvidae [i. p. (p. 62) 

— Bec droit ou léger, fléchi, effilé, jamais très robuste, souvent 

mince, exceptionn. aussi long ou plus long que la tète, à narines 



FAi:.NE DE FRANCE. OISEAUX 




Figures 50 à 63. — JIO, Turtur tiirtuv, tête; 51, Lo.via pityopsitlaciitt, lète: 52, f^ip'- 
7-hula /njffhida, tête; 53, Galerida cristdta, tête; 54, Aef/i/firdiis (■(uiddlus, lêle ; 
55, Cliflidon rustica, tête; 56, Lunius excuhitor, tête; 57, BonihijcilUt (jaii-iihis, 
tête; 58, Covvus covax, tête;. 59, Graculiis gr'aculus, tête; GO, (Jorvtis cofax, 
patte; 61, Graculus graculus, patte; 62, Turdux merultt, tête; Troglodytes tro- 
glodytes, tête. 



,yj. FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

hal)it. nues et operculées (62, 63, 64j. Tarse uni ou pluriscutellé 
devant. Atteignant très rarem. 30 cent, de long 28 

— Bec mince, el'tilé, courbé vers le bas, général, au moins aussi long- 

que la tête (65, 66). Tarse uni ou pluriscutellé devant 38 

25. Tarse scutellé derrière, au moins aussi long- que le médian armé; 
ong-le du pouce droit ou faiblement arqué, général, au moins aussi 
long- que le doigt (67). Rém. cubitales plus longues que les secon- 
daires qui sont échancrées en cijeur à l'extrémité 68 . 
F. Alaudidae p. p. ip. 106) 

— Tarse lamelle derrière; ongle du pouce presque toujours bien 

arqué, exceptionn. presque droit et plus long que le doigt (69,70). 
Rém. cubitales dépassant rarement les secondaires, celles-ci 

échancrées ou non cà l'extrémité 26 

2l). Aile à 9 rém. primaires, plus ou moins aiguë. Bec exceptionn. faible 

(52, 71 ) F. Fringillidae p. p. p. 74) 

— .Aile à 10 rém. primaires (la première pouvant être très petite), plus 

ou moins obtuse, exceptioini. subaiguë. Bec général, peu robuste, 
à narines cachées par des soies ou des plumes dirigées en avant 
(54, 72, 73). Ongle du pouce le plus robuste . F. Paridae (p. 124) 

27. Bec déprimé; tête huppée (57 . (>)iieuc droite, moindre du 1/3 de 

la long, totale. Rém. secondaires terminées par une petite palette 
rouge F. Ampelidae (p. 137) 

— Bec comprimé ; tête lisse (56). Queue arrondie ou étagée presque 

moitié de la long, totale F. Laniidae (p. 133) 

28. Tarse botté ou quasi botté, jamais plus petit que le médian armé 

(74). Bec droit ou presque. Queue non étagée 29 

— Tarse pluinscutellé devant, parfois assez peu nettement (75) . . .32 
2'J. Narines recouvertes chacune par une plume rigide, demi-ébarbée. 

Bec menu, aigu (64). Moins de 10 cent, de long 

F. Regulidae (p. 132) 

— Narines nues, en entier ou dans leur plus grande partie, recou- 

vertes plus ou moins par un opercule membraneux. Tête lisse. 
Toujours plus de 10 cent, de long 30 

30. Bec court, déprimé, à pointe un peu crochue, fendu jusque sous 

l'oeil, large à la base qui est garnie de soies raides (76). Tarse 
plus grand que le médian armé. Au plus 1.") cent, de long . 
F. Muscicapidae (p. 183) 

— Bec comprimé, jamais bien large à la base qui est nue ou garnie 

de quelques petites soies 31 

31. Bec léger, retroussé, à bords mandib. Hnement dentelés (77). Narines 

complet, operculées. Doigts garnis en dessous de pelotes articu- 
laires saillantes. .Ailes courtes, arrondies, sui)aiguës. Queue 
moindre du 1/3 de la long, totale F. Ciliclidae i p. 180) 



FAINE DE FRANCE. OI.SEAU>s 



53 




P^iGURES 64 h 79. — 64, Régulas vegulus, têle; 65, Pyrrhocorax pyrrhocorax, tête; 
66, Certhia brachydactyla, tête; 67, Lullula arborea, patte; 68, Alauda arvensis, 
aile; 60, Panser domesticus, patte; 70, Pasxerina nivalix, patte; 71, Cardiielis 
cai'duelis, tête; 72, Anthoscopus pendulinus, tête; 73, Parus major, tête; 
74, Turdus musions, patte; 75, Sylvia atricapiUa, patte; 76, firedula hypolpura, 
tête; 77, Cinclus cinclus, tête; 78, Phœnicurus phœnicurus, tête; 79, Oriolus 
oriolus, tête. 



54 1 ALNE DE FRANCE OISEAUX 

— Bec jamais relroLissé, avec quelques soies à la base, à bords nian- 

clibul. lisses (62, 78j. Narines semi-operculées. Doigts à pelotes 
articulaires peu développées. Queue exceptionn. inférieure au 1/3 
de la long, totale F. Turdidae 'p. 158) 

32. Toujours plus de '20 cent, de long. Tarse inférieur ou au plus 

égal au médian armé. Aile étroite, plus ou moins aiguë, couvrant 
plus de moitié de la queue 33 

— Atteignant exceptionn. 20 cent, de long. Tarse toujours plus gi^and, 

exceptionn. égal au médian armé. Tète toujours lisse 3'i 

33. Queue supérieure au 1/3 de la long, totale, bicolore. Bec avec 

poils a la base (79). Tarse et doigts forts, l'ext. plus long que 
Tint. (80) F. Oriolidae (p. 73) 

— Queue inférieure au 1/3 de la long, totale, unicolore (les rect. 

étant simplement bordées d'une teinte plus claire). Bec nu à la 
base F. Sturnidae fp. 71) 

34. Neuf rém. primaires, presque égalées en long, par les rém. cubi- 

tales (81). Bec droit (82). Ongle du pouce général, long et peu 
courbé. Queue toujours plus longue que le 1/3 de la long, totale, 
jamais étagée F. Molacillidae f p. 1 1'2) 

— Dix rém. primaires, la première souvent très petite, les autres 

beaucoup plus longues que les cubitales. Ongle du pouce général. 
bien courbé -^5 

35. Bec à narines non operculées cachées par des plumes sétiformes, 

cunéiforme, droit ou léger, retroussé, égal ou presque à la tète 
en long. (83). Pouce plus fort que le médian". Queue moindre du 
1/3 de la long, totale F. Sittidae (p. 123 

— Bec à narines operculées, nues en partie ou en totalité 36 

36. Bec droit, à bords nettement rentrants (84). Aile allongée, subaiguë, 

atteignant le milieu de la queue, celle-ci supérieure au 1/3 de la 

long, totale. Au min. près de 15 cent, de long 

F. Accentoridae (p. 178) 

— Bec à bords très peu ou pas rentrants 37 

31. Bec mince, léger, arqué, à base sans poils, cà narines entier, nues 

(63). Aile courte, arrondie, subobtuse (85). Plumage brun rayé 
transvers. Au max. 10 cent, de long . . F. Troglodytidae (p. 182) 

— Bec droit à quelques exceptions près, à base léger, garnie de poils, 

à narines en partie cachées par des plumes (86, 87). Aile et queue 
variables. Plumage très rarement rayé transvers. Descendant peu 

souvent à 10 cent, de long F. Sylviidae 'p. 138) 

38. Narines cachées par une forte toulTc de plumes décomposées ^65). 
Tarse quasi botté. Plumage entier, noir. Environ 10 cent, de 
long. [F. Corvidae p. p.J G. Pynhocorax {]). 10) 



FAINE DE FRANCE. 



55 




Figures 80 à 92. — 80, Oriolus oi-iolim, pal le; 81, Anthux (rivialis, aile; 82, Mo/a- 
cilla albn, têle; 83, Silta europaea, tète; 84, Pruiiella collaris, tête; 85, Troglo- 
dytes troglodytes, aile; 86, Sylria atricapilla, tète; 87, Agrobates galactotes, 
tête; 88, Chersophilm duponti, patte; 89, Certhia l)rachydactyla, {)alte; 
90, Vanellus vanelius, patte; 91, id., tête; 92, Limosa limosa, tête. 



56 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

— Narines nues, operculées. Plumage jamais entier, noir. Moins de 

20 cent, de long 30 

30. Tarse nettemenl plus long que le médian armé, scutellé devant et 
derrière, ongle du pouce cpiasi droit , aussi long que le doigt (88); 
[F. Alaudidae p. p.] G. Chersophilus {p. 112) 

— Tarse à peu près égal au médian armé, lamelle derrière, scutellé 

ou lamelle devant, ongle du pouce bien arqué (89; .... 

. . F. Certhiidae (p. 120) 

40. Pouce peu développé, surélevé, à ongle très petit, ne portant pas 
sur le sol ou n'y reposant que par son extrémité (90). Face 
exceptionn. nue. Bec jamais robuste et bien pointu, ordin. llexible 
ou en partie membraneux (91, 92, 94). Oiseaux atteignant excep- 
tionn. 60 cent, de long, totale, ne perchant jamais ^i 

— Pouce bien développé, général, implanté au niveau des autres doigts, 

portant sur le sol au moins sur une grande partie de sa long. 
Très souvent partie de la face nue. Bec habit, robuste et pointu. 
Oiseaux pouvant atteindre une grande taille et capables de se 

percher 42 

4i. Queue très fourchue de 14 rect. (93). Bec moitié de la long, de la 
tête, infléchi, fendu jusqu'au dessous des yeux (94). Ongle du 
médian pectine F. Glareolidae ( p. 317) 

— Queue jamais très fourchue, ordin. droite ou arrondie. Bec, quand 

il est infléchi, jamais si court . . . F. Charadriidae p. p. (p. 319) 
42. Bec droit, aplati, à extrémité élargie en spatule, de plus de 
12 cent, de long., beaucoup plus long que la tête, plus long 
que le tarse (95) F. Plataleidae (p. 307) 

— Bec fortement incurvé vei^s le bas, de plus de 12 cent, de long., 

beaucoup plus long que la tête, plus long que le tarse, face nue 
(96). Plumage peu ou pas tacheté F. Ibidae (p. 308) 

— Bec au moins aussi long que la tête, en poignard, droit ou faible- 

ment courbé, à bords mandib. tranchants, toujours sup. à 

4 cent. 5 de long 43 

— Bec variable, droit ou un peu courbé, rarement plus long que la 

tête, toujours inf. au médian armé (98, 99), celui-ci général, 
plus long que le tarse qui est scutellé devant (97). Oiseaux attei- 
gnant exceptionn. 50 cent, de long . . F. Rallidae p. p. (p. 408) 

43. Narines basales, lorum et tour de l'œil nu 04 

Narines médianes, lorum et menton cmplumé. Bec inf. k la moitié 

du tarse (100). Au moins 100 cent. Ar long |0. GRUIFOHMES]. 
F. Gruidae p. 309) 

44. Bec fendu jusque sous le milieu de l'oeil, à sillons nasaux prolon- 

gés (101). Pouce portant complet, sur le sol, dans le prolonge- 
ment du doigt int. (102) F. Ardeidae p. p. (p. 296) 



lAlNF DE FRANCE. OISEAliX 



57 




Figures 93 n 102. — 93, Glarenln praliiwnla. queue: 94, id , tête; 9o, l'iatnlea Ipu- 
corodia, lète ; 96, Plegadis falcinelliis, têle; 97, Porsana povsdiia, patle ; 
98, Ralliis aquaticus, tête; 99, Porphyvio porphyrio, tête; 100, Megalornis gi'us, 
tête; 101, Ardea cinerea, tête; 102, id., patte. 



5g FAUNE DE FRANCE. OISEAIX 

_ Bec fendu jusqu'à l'œil seulement, sans sillons nasaux fl03). Pouce 

ne portant qu'en partie sur le sol, inséré au dessus du doigt ini. 

Tarse réticulé (104); [S. 0. CICONIEKS]. F. Ciconiidae (p. 3051 
45. Expansions membraneuses des doigts entières, ongles courts, 

larges, aplatis (18). Bec droit ou léger, retroussé, pointu (105). 

Queue nulle. Pattes insérées à la partie post. du corps ; [O. ^ 

COLYMBIFORMES] F. Colyrabidae (p. i(M) 

_ Expansions membraneuses des doigts festonnées (106). Ongles 

grêles, longs, pointus. Patte insérée normal ''■'^ 

46\ Bec droit, mince, au moins aussi long que la tcte (107l. Moins de 

25 cent de long. -Aile suraiguë ; [F. Charadriidae p. p.J . • • 

G. Phnlaropus {^.'i^l^) 

— Bec fort, plus court que la tète, à callosité frontale nue (108). 
Plus de 35 cent, de long. Aile subaiguë ; [F. Rallidae p. p.]. • 

G. Fulica (p. 410) 

kl Doigts tous réunis par une palmure (109i. Pouce bien développé. 
Bec presque toujours plus long que la tcte, droit, largement 
fendu. Narines en fente longit. étroite. Au moms ..(» cent, de 
long. ;[0. PÉLFCAMFORMFSi ^^ 

_ Doigts ant. seuls réunis par une palmure. Pouce court oO 

48 Bec à pointe non crochue, plus long que la tète, léger, comprimé, 

à bords mandibul. finement dentelés (110). Poche sous mandibul. ^ 
petite. Ongle du médian à bord int. pectine. 12 rect. F. Sulidae , p. ±y2)^^ 

Bec à pointe crochue 

kO Bec large, très dei-rimé, beaucoup plus l.mg que la tète, à mandib. 
sup très aplatie. Poche sous-mandibul. énorme (1111. Ongle du 
médian à bords lisses. -20 ivcl F. Pelecanidae ip- --251) 

_ Bec assez épais, comprimé, général, plus long que la tcte, a mandib. 
sup. arrondie en dessus. Pochesous-mandibul. petite (112). Ongle 
du médian à bord int. pectine. 12 à li rect. . . • • • • 

F. Phalacrocoracidae (p. 202) 

50. Tarse au moins le double en long, du médian armé. Jambe 

dénudée à la base sur un long espace i ' ' '' 

_ Tarse inf. ou égal en long, au médian armé, exc-ept.onu. .m peu plus ^^ 

51 Ta!"e scutellé, au 'moins 3 fois plus long que le médian armé. 

Bec épais, mendM-ané, plié vers le bas en son milieu :113 . 1 lus 

de 100 cent, de long., le cou seul étant plus long que le corps et 

la queue réunis; (0. PIiœNICOPTÉUIFOBMESJ. . • • 

' F. Phœnicopteridae p.20,)i 

_ Tarse réticulé', 2'fo,s plus long .p.e le médian armé. Bec- unnce. 
llexible, retroussé vers le haut .114,. Moins de 50 cent . de l'-^-^ 
IF. Charadriidae. p.p. 1 G. Uerunnrostra :^.^.^ 



FAINE DE FRANCE. OISEAITX 



59 




Figures 103 à 113. ^ 103, CirnnUi rirniiia, tète; 104, /-■/ , patte; lOn, Cohjmhiis 
aiiritus, tête; 106, Phalaropus lohotus, patte; 107, />/., tête; lOS, Fnlica aira, 
tête; 109, Plmlacrocorax carbo, patte; 110, Sula ha.ssana, tête; IH, Pelecanux 
onocrotalus, tête; 112, Phalacrocorax carbo, tête; 113, l'hœnicopterus roseus, tête. 



60 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

52. Bec déprimé ou arrondi, terminé par un ont^lel aplali, crochu, 

recouvert ailleurs d'une peau molle, garni sur les bords de 
lamelles ou de dents régulier, disposées. Narines ouvertes direct., 
percées de part en part (115, 116) ; [0. ANSÉRIFORMES] . . 
F. Anatidae (p. 255) 

— Bec plus ou moins comprimé, à bords tranchants et lisses, non 

terminé par un onglet aplati 53 

53. Narines ouvertes à l'extrémité de deux tubes saillants réunis sur 

l'arête du bec (117, 118). Rhamphothèque composée. Tai'se com- 
primé. Pouce réduit à l'ongle 5k 

— Narines ouvertes direct, dans la niandib. sup 55 

5k. Bec le plus souvent avec les deux tubes nasaux distincts (117). 

Tarse toujours réticulé. Aile habit, suraiguë. Face inf. IVéquem- 
ment blanche ou blanchâtre en entier ou dans sa plus grande 
partie. Au min. 30 cent, de long F. Pufflnidae (p. 393) 

— Bec plus court que la tête, très comprimé, à narines réunies en un 

seul tube nasal et séparées par une mince cloison (118). Aile 
aiguë. Face inl'. général, en entier ou dans sa plus grande partie 
brun foncé. Au max. "20 cent, de long. . F. Hydrobatidae (p. 398) 
55- Tarse peu ou pas comprimé laléi-., le plus souvent scutellé (119). 
Patte insérée normal. Doigt médian habit, le plus long. Jambe 
plus ou moins dénudée au dessus de l'articulation tibiotarsienne. 
Aile longue, pointue. Queue variable à 12 rect. ; [0. LARI- 
FORMES] 56 

— Tarse très comprimé latér., réticulé. Patte insérée très en arrière 

du corps. Doigt ext. plus long que le médian. Jambe entier, 
emplumée. Aile courte, suraiguë. Queue très courte, d'au moins 
16 rect. Rec droit ou presque, pointu fl20) ; [O. GAVIIFORMES] 

F. Gaviidae (p. 400) 

56. Rec lui sur toute son étendue et entier, corné (121, 122i. Rect. 

médianes exceptionn. un peu prolongées . . F. Laridae (p. 363) 

— Rec couvert au moins sur sa moitié proximale par une cire mem- 

braneuse, terminé par un fort onglet crochu (123). Rect. 
médianes toujours plus ou moins prolongées chez l'ad. . 

F. Stercorariidae p. 359 

.07. l^cc effdé, un peu courbé |124). Aile longue, pointue. Queue 

longue, à rect. médianes dépassant les autres. F. Meropidae (p. 202) 

— Rec comprimé, droit (125). -Xile courte, arrondie. Queue coui-te, 

arrondie l'\ Alcediiiidae i».205) 



FAINE DE FRANCE. 



61 




Figures 114 à 125. — 1 1 4, Hi-cuvrirostm avncptta, lêto ; 1 1 o, Anm plalip'Iuinchin^, lète ; 
116, Mergus meryiiiser, lèle; 117, PuffiuUs /cuhli, tèlc ; [\S, Hi/draôales pela- 
gicus, tête; 119, Lavas ricUhundus, patte; 120, Gania irnnier, tête; 121, Sterna 
hiTundo, tète; 122, Lants ridibuadus, tête; 123, Stercovarius skua, tête; 
124, Mero/js apiaster, lêlo; 12u, Alcedo ispidu, tète. 



0. PASSKRIFORMES 

S. 0. ACIÎOMYODIENS 

F. GORVIDAE 

Parmi les plus grands Passériformes. Bec général, forl, droit, en couteau, quel- 
quefois grêle et un peu arqué, jamais bien plus court que la tête, par exception 
nettement plus long. Tarse fort, scutcllé ou botté, avec le pouce à plante large; 
les ongles robustes, comprimés, courbés. Aile variable à 10 rém. primaires, la 
première étant relativ. courte. Queue dévelojjpée, à 12 rect., carrée, arrondie ou 
étagée. Sexes identiques en toutes saisons ; jeunes peu différents des adultes. 

Nid grand, solid. construit extér. par des brindilles de bois, génér. empâté 
de terre, sur des arbres, des rocbers ou dans des cavités d'arbres, de rochers, de 
hautes murailles. 

Œufs ovés, de 6 à 7 au max., toujours tachés. 

Régime omnivore, Les grandes espèces étant plus carnivores, les petites plus 
insectivores, frugivores et granivores. Oiseaux général, sociables, sédentaires ou 
plus ou moins migrateurs. 

Cris rauques et désagréables. 

TABLEAUX DES ESPÈCES 

1. Bec robuste, droit, toujours de couleur sombre, ainsi que hi patte 

(58, 126, 131). Tarse scutellé devant ^60); [S. F. Gorvinae] . . 2 

— Bec grêle, plus ou moins arqué (59, 65), de couleur vive, ainsi que la 

patte chez l'ad. Tarse botté (61); [S. F. Fregilinae] 10 

2. Quatre ou cinq premières rém. échancrées au bord int. Plumage 

entier, noir à reflets métalliques ou noir et gris 3 

— Premières rém. peu ou pas échancrées au bord int. Plumage plus 

ou moins varié, jamais entier, noir ou noir et gris 7 

3. Bec plus long que le médian armé. 4'= rém. général, la plus longue. 

Plus de 45 cent, de long 4 

— Bec plus court que le médian armé (126). 3*^ rém. la plus longue. 

1^^ rém. primaire plus longue (pie les secondaires. Moins de 

40 cent, de long Cohx'its nio/wduld (p. 66) 

4. Mandib. sup. arquée et un [)eu crot-luie à rexlrémilé. Narines 

toujours cachées [lar uni' l'ortc toulfe de plumt's déc(unposées 
(59); 1^^. ('on>us\ 5 

— Mandib. sup. j)eu aripiée, pointue et non crochue à l'extrémité. 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 



63 










/T. 




Figures 126 à 133. — 120, Colœus moncdula, lête; 127, Trypanocorax frttgilegus 
tête; 128, Cynnnftica cooki, tête; 129, Corvun corone, tète; 130, Nucifraga 
caryocatactes cai-ijocatacles, tète; 131, N. c. macrorhynchus, tète; 132, Pica pica, 
tête; 133, flarrulus glaiuldrius, tête. 



64 



FAUNE DE FKANCE. 



Narines et tour du bec nu chez Tad. (127j 

Trt/panocorax /'/-ui^/ ledits i p. 66) 

5. Plumage entier, noir à reilets 

— Plumag-e gris-cendré avec la lète, les ailes, la queue et les jambes 

noires Conuis curnix [p. 65) 

6'. Au moins 60 cent, de long Corvus coraa^ (p. 64) 

— Moins de 5.5 cent, de long Corvus curone ip. 65) 

7. Queue moyenne, arrondie 8 

— Queue longue, étagée. Bec plus court que le tarse (128, 132) . . . 9 

8. Hecl. lat. largement terminées de blanc. Bec au moins aussi buig 

que le tarse. Tète lisse. Plumage brun taché de blanc avec aile et 
queue noires à rellets .... ISucifiaga caryocatactes (p. 67) 

— Rect. lat. non terminées de blanc, noires à base cendrée. Bec 

plus court que le tarse. Tète avec une courte huppe (133j. Plu- 
mage varié, très peu tacheté . . . Garrulus giandarius (p. 69) 

9. Queue noire à rellets métalliques. Plumage entier, noir à reflets et 

blanc Pica pica (p. 68) 

— Queue d'un beau bleu ainsi que l'aile. Plumage en grande partie 

gris rougeâtre Cyanopica cooki (p. 68) 

iO. Bec plus court que la tête, peu arqué, à base sensibl. plus large 
que haute (59). Tarse léger, plus long que le médian armé. 
P" rém. primaire à peu près égale aux rém. secondaires. Aile n'at- 
teignant pas le bout de la queue . . . Giaculus graculus (p. 70) 

— Bec un peu plus long que la tête, arqué, aussi haut que large à la 

base (65). 1"'' rém. primaire dépassant sensibl. les secondaires. 

Aile dépassant léger, le bout de la queue 

Pyvvhocorax pynliocorajc (p. 70) 

G. CORVUS L. ; Corbeau. 

Bec robuste et épais, graduell. comprimé, à narines arrondies cachées dans 
des touffes de plumes sétiformes, à mandib. sup. plus ou moins tectiforme et 
convexe, à bords droits ou léger, sinueux. Tarse robuste, largement sculellé, plus 
long que le nuMliaii armé. Aile longue, obtuse (4" R ]>), atteignant presque 
l'extrémité de la queue. Plumes de la gorge plus ou moins allongées et acu- 
minées. 

C. corax L. \C. maximuH Scor. 
66,5; A : 43 à 45 ; Q : 24 à i>5 ; T 

que la lèLe l58l, palte noii-e, iri*^ 
P'- m 8^ T = .5'\ \Y presque égale 
gées cl acuminées ciiez Tad. — ^ 



; C 


lorbe 


au n- 


oii". 


Cira m 


il co 


rbeau. 


P 


: 60 à 


7 ; 
l.r 


:i 7,5 
mi, 1 


; B 

.lus 


: 7 
clai 


à S, i. 
y au 1: 


Bec 

inrd. 


ncur ] 
Pém 


)lu 
• 1 


s long 
irim. : 


à 1; 


;. i". 


Pluu 


les 


de la ^ 


i'"'g^ 


" notai 


)l. 


allon- 


9- 


Pluu 


lage 


enl 


ièi-. \\o 


ir à 


rellets 


bl 


eus et 



FAINE DE FRANCE. OISEAIV 65 

violets en dessus, verls en dessous, ces reflets plus faibles chez 1;» Ç. — 
/. noir brunâtre sans reflets métalliques. 

Nid découvert, arrondi, dans des rochers iiiîiccessijjles, plus rarement sur de 
grands arbres. — Œufs ; 4 à 5 rarem. 3 ou 6 ; ovalaircs un i)eu allongés, léger, 
coniques. Gd : 47 à 49 except. jusqu'à ;J3 ; Pd : 32 à 33 rarem. 31. Verdâtres 
ou vert bleuâtre, avec nombreuses taches irrégulières ordin. allongées suivant 
le Gd, gris olivâtre ou brunes souvent plus serrées au gros bout, et avec quelques 
taches noires. 

Sédentaire ou quelquefois erratique, par couple, dans les régions montagneuses, 
les hautes falaises maritimes ou les grandes forêts. — N. et Centre de l'Europe, 
W. de la Sibérie, au S. jusqu'aux Pyrénées, aux Alpes, le N. de l'Italie, l'Autriche 
et la Hongrie. 

S. E. G. C. sarduS Kleinschm. Bec plus gros, élevé, recourbé et comprimé 
que celui du type, taille eu moyenne un peu plus faible. — Corse, Sardaigne. 

C. corone L. ; Corbeau corneille, Corneille noire. L : 18 à 52 ; A : 32 à 
34,5 ; Q : 18 à 20,5 ; T : 5,7 à 6,2 ; B : 4,9 à 5,3. Bec noir à peu prés de la 
long, de la tête (129j, patte noire, ii'is brun noisette. Rém. prini. : 1"= < 9*^. 
2''.<6®. Plumes de la gorge médiocr. allongées et acuminées chez l'ad. — (/$• 
Plumage noir à reliefs verdâtres, bleuâti^es, violacés. — /. noir léger, bru- 
nâtre, sans reflets. 

Nid découvert, arrondi, génér. sur un arbre, plus rarement dans une fissure ou 
un trou de rocher ou d'une haute muraille. — Œufs : 4 à 6 ; ovalaires un peu 
allongés, quelquefois un peu piriformes ou plus ou moins obtus. Gd : 41 à 4o ; 
Pd : 27 à 30. Except. 45X29; 43X^2,5; 34X25. Gris olivâtre, bleu verdâtre, 
bleuâtres, avec de nombreuses taches irrég. gris olivâtre ou brunes, ordin. allon- 
gées suivant le Gd, souvent plus nombreuses au gros bout. 

Sédentaire et erratique, plus ou moins migratrice et se réunissant en grandes 
bandes en hiver. Fréquente les champs et terrains découverts, va se coucher 
dans les bois et les bosquets. Commune dans toute la France. — De la Grande- 
Bretagne, le Danemark, la Suède, jusqu'en Chine, au sud jus(ju"à la Méditerranée. 

C. corilix L. [C. cinerea Briss.1; Corbeau mantelé. Corneille mantelée. 
L : 45 à 53; A : 32 à 34; Q : 18,5 à 21,2; T : 5,5 à 6,4; B : 4.7 à 5,4. Bec 
noir à peu près aussi long que la tèle, patte noire; iris brun. Rém. prini. : 
jre ^ ^^0^ .je ^ (^e^ ;^e p^sque égale à la 4<= — (/ $. ïète, cou, poitrine, aile, 
queue, jambe noirs à reflets verts, bleus, violets, le reste gris cendré avec 
génér. le rachis des plumes noir. Les reflets plus faibles et le gris moins pur 
chez la Ç. — J . bi-unàtre varié de gris brun aux couvertures. 

Nid découvert, arrondi, sur les arbres, plus rarement dans une fente de rocher, 
parfois à terre dans le sable des dunes. — Œtifs : 4 à 6, accident. 7; ovalaires 
souvent un peu ventrus et obtus. Gd : 40 à 43; Pd : 30 à 32. Vert bleu ou 
bleuâtres, à taches irrég. gris brun ou brun olivâtre, fréquemment plus serrées au 
gros bout. Fréquentant les champs, les prairies, les grèves, souvent mélangée à 
l'espèce précédente et à la suivante. Assez commune comme hôte d'hiver en 
France, oîi elle a été signalée comme nichant parfois dans le N. et le Centre. — • 



fi6 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

N. et E. de l'Europe, Irlande, Grande-Brelagne et jusqu'à l'Elbe, ça et là plus au 
sud, descendant en hiver jusqu'à la Méditerranée. 

S. E. G. C. sardonius Kleinschm. Plus petit que le type, les parties grises- 
ayant un léger reflet brun clair. — Corse, Sardaigne. 



G. TRYPANOCORAX Kaup; Fi'eux. 

Bec robuste, épais, allongé, un peu plus long que la tête, à mandib. sup. peu 
convexe, à narines arrondies nues chez Fad. Tarse robuste, largement scutellé, 
plus long que le médian armé, un peu caché en haut par les plumes. Aile longue, 
subobtuse ii'^ R>), atteignant l'extrémité de la queue. 

Tr. frugilegus (L.) [Frugilegus segetuni Brehm]; Freux ordinaire, Cor- 
beau freux. L : 47 à .50; A : 30 à 33; Q : 16 à 18; T : 4,8 à 5,4 accident, 
jusqu'à 5,9; B : 5,2 à 6,2. Bec (427) et pied noirs, iris brun noir. Rém. 
prim. : l'"'' < 8% 2« < b\ 3« presque égale à la 4«. — (/$• Base du bec 
dénudée et grisâtre. Plumage entier, noir bleu à reflets brillants bleus et 
violets, moins beaux chez la $ qui est un peu plus petite. — J. Bec garni 
de plumes sétiformes recouvrant les narines. Gris de lin à la sortie du nid, 
devenant ensuite noir sans reflets. 

Nid gros, arrondi, découvert, sur les arbres, génér. en colonie, de préférence 
dans les bosquets et les petits bois. — Œufs ; 3 à 5, de forme variable, le plus 
souvent d'un ovale un peu court. Gd : 40,7 à 47,5, parfois 36,5 seul. Pd : 27 à 29. 
Verdàtres, bleuâtres, olivâtres ou grisâtres, avec des taches irrégulières gris ou 
brun olivâtre, éparses ou plus nombreuses au gros bout. 

Dans les champs, les prairies, surtout hôte d'hiver et en grandes bandes dans 
toute la France; mais y nichant çà et là dans le N. et même le Centre. — X. de 
l'Europe et W. de la Sibérie, l'hiver jusqu'à l'Afrique septentrionale. 



G. COLŒUS Kaup; Choucas. 

Bec droit, subconique, un peu comprimé, plus court que la tête et le médian 
armé, à mandib. sup. tectiforme faiblement convexe. Tarse un peu plus long 
que le médian armé. Aile longue, subaiguë (3« R», atteignant l'extrémité de la 
queue. Plumes post. du cou décomposées et soyeuses. 

C. monedula (L.), S. E. C m. spermologus (Vieillot) [Monedula tur- 
rium Breiim]; Choucas gris. Corbeau choucas. L : 33,5 à 38; A : 22,5 à 24,2; 
Q • 13 à 14,5; T : 4,2 à 4,4; B : 3,2 à 3,5. Bec (126) et patte noirs, iris 
blanc. Rém.' prim. : 1- < 9«, 2« = 5^ - cT 9- Derrière de la tête et du cou 
gris perie léger, nuancé de bleuâtre et de lilas, reste de la face sup. noir à 
reflets métalliques verts, bleus, violets. Face inf. d'un noir terne. Ces 
teintes étant moins brillantes avec la face inf. nuancée de grisâtre chez 
la Ç. _ /. entier, noir terne sans cendré au cou. 



FAINE DK FRANCE. OISEAIX 67 

Nid rudimentaire lors({u"il est situé, comme le plus souvent, dans des trous de 
vieux édifices ou de rochers; gros, arrondi, lorsqu'il est sur un arbre. Génér. en 
colonie. — Œufs ; o à 6, de forme ovale, plus ou moins allongés ou obtus. Gd : 3") 
à 39; Pd : 2!) à 27. Bleu clair ou verdâtre pâle avec nombreuses petites taches 
épaisses brun-olive foncé, noirâtres, quelques-unes grises. 

Fréquentant avec les espèces précédentes les cultures et les endroits décou- 
verts. Sédentaire ou le plus souvent estival, de passage et parfois hôte d'hiver. 
Répandu dans toute la France. — Europe occidentale, des Iles Britanniques à 
l'Afrique septentr. et à l'E. à l'Autriche-Hongrie. 



G. NUCIFRAGA Brisson; Casse-noix. 

Bec génér. plus long que le tarse, subconique, à mandib. sup. à arête mousse,, 
presque droite ou un peu convexe, plus ou moins débordante en avant. Narines 
cachées par des touffes de plumes sétiformes ne dépassant guère le 1/4 de la 
long, du bec. Tarse scutellé devant, en majeure partie lamelle derrière. Doigts 
latér. à peu près égaux. Aile subobtuse (4'' R>), atteignant au plus les 3 o de la 
queue, plus longue que cette dernière. 

N. caryocatactes (L.); Casse-noix vulgaire. L : 32 à 36,5; A : 18 à 19; 
Q : 12,5 à 13; T : 3.5 à 4,1 ; B : 4 à 4,5. Bec (130) et patte noirâtres, iris 
brun. Rém. prim. : 1«' = 3/5 de la 2", 2« = 8^ — (/$. Brun de suie, lar- 
gement garni, sauf le dessus de la tête et du cou de taches et larmes blanches 
plus larges, sauf à la gorge, à la face inf. qu'à la sup., les sous-caudales 
étant blanches. Aile et queue en grande partie noires à reflets verts et bleus, 
les rect. lat. d'autant plus terminées de blanc qu'elles sont plus externes. 
— /. Teinte brune plus claire, aile et queue avec peu de reflets, bec plus 
court et relativ. plus épais, noirâtre ainsi que la patte. 

Nid découvert, assez volumineux, sur un arbre, de préférence un Conifère. — 
Œufs: génér. 4, parfois 2 ou 3 seulement, normal, ovalaires plus ou moins arrondis 
ou allongés. Gd : 31 à 35; Pd ; 23 à 25. Grisâtres, bleu verdâtre ou olivâtre clair 
avec points et macules épars ou plus ou moins serrés, brunâtres ou olivâtres. 

Dans les forêts de Conifères particul. Sédentaire dans les Alpes, le Jura, les 
Pyrénées, erratique et rare dans le reste de la France. — Europe centrale et N., 
accidentel en Angleterre, en Espagne et dans l'E. de l'Europe. 

S. E. : N. C. macrorhynchus Brehm. Diffère du type par son bec plus long, 
plus grêle, plus effilé et pointu (131) et la partie terminale blanche des rect. lat. 
de plus d'un cent, plus grande. De passage irrégulier et par petites bandes en 
France et le reste de l'Europe. — Sibérie. 



G. PICA Vieillot; Pie. 

Bec plus court que le tarse, droit, génér. plus haut que large à la base, gra- 
duell. comprimé, à bords léger, rentrants en avant, à mandib. sup. un peu 



58 FAINE DE FRANCE. OISEAIX 

échanci-ée vers le bout, à mandib. inf. un peu relevée en avant. Narines oblongues, 
cachées par des plumes subpiliformes arrivant au milieu du bec. Tarse lamelle 
en arrière, plus long que le médian armé. Doigt int. un peu plus court que l'ext. 
Aile arrondie, subobtuse, recouvrant au max. les 2/5 de la queue. 

P pica iL.) [P. caudata L., P. albiventrisXivALun, P. viilgaris BrehmI ; 
Pie ordinaire. L : 47 à 50; A : 15,5 à 19,3; Q : 21,2 à 26,5; T : 4 à 4,5 ; 
B : 2,8 à 3,5. Bec (132) et patte noirs, iris brun. Rém. priai. : r" arquée, 
en sabre étroit = 1/2 2«, < 8«, 2« = 9^ Rect. ext. à peu près moitié des 
médianes. — c/$- Plumes de la gorge ébarbées, à rachis gonflé et blanc. 
Plumage noir à reflets métalliques variés, surtout brillants au rect. avec 
les scapulaires, le bas de la poitrine, le ventre, les barbes int. des rém. 
prim. sauf l'extrémité blancs, le croupion avec une bande transv. plus ou 
moins nette blanche ou grise. Plumage moins brillant chez la $ qui est un 
peu plus petite. — /. Reflets métalliques nuls sauf aux pennes, la queue 
plus courte, le croupion génér. noir en entier. 

Nid volumineux, extér. formé de brindilles souvent épineuses, recouvert d'un 
dôme de même nature; sur un arbre, parfois un buisson. — Œufs^ : 4 à 7, ova- 
laires plus ou moins ventrus ou subconiques, parfois oblongs. Gd : 31 à 35 ; 
Pd : 21 à 2"). Blanc verdâtre, vert bleuâtre clair, olivâtre pâle ou presque isa- 
belles, avec taches petites et moyennes grises, brun olive ou brun roux. 

Dans les cultures, les vergers, les bosquets, les petits bois, de préférence près 
des lieux habités. Sédentaire, parfois un peu migratrice. Commune dans toute la 
Pi-auce. — Europe, de la Suède à la Méditerranée à l'exception de l'Espagne, 
Asie-Mineure. 

G. CYANOPICA BoNAP. ; Pie-hleite. 

Bec assez, court et mince, à mandib. sup. un peu courbée, échancrée vers la 
pointe, n mandib. inf. un peu relevée en avant. Tarse lamelle en arrière, plus 
long .pie le médian armé. Aile courte, arrondie, subol)luse fti*' B>). 

C. cooki Bona:-. ; Pie bleue de Go,.k. L : M.i à 33,5; A : 13 à 14,5; Q ; U) à 
•>U 8- T • 3,5; B : 2,5. Bec (128) et patte noirs. Rém. prim. : V < 2'\ \' et 
6" subégales, atteignant presque la 5^ - d' 9- 1'^»^^^ sup. d'un gris brunâtre 
lé-èr lavé de bleuâtre avec le dessus de la tète, les joues noirs à reflets d acier 
et\a nuque blanchâtre. Gorge, devant du cou et milieu de l'abdomen blancs, 
le reste de la face inf. comme le dos, mais plus pâle. Aile et queue bleu 
d'i/.ur les rém prim. bordées de blanc en dehors sur une grande partie de 
leur long. Ces teintes un peu moins brillantes chez la $ qui est nettement 
plus petite. - J. Teintes plus sombres, les plumes noires de la tête bordées 
de gris-brun, celles du dos de fauve-roux, la gorge et le devant du cou rous- 
.sâtres. Red. avec une étroite ligne apicale blanche. 

Nid extér. en bûchettes menues, établi sur un arbre. - Œufs : l\ à 9,courts, 
obtus. Gd : 25 à 28; Pd : !!• à 21. Isabelle clair avec des points et des taches 
gris-vineux et roux de rouille surtout vers le gros l)oul. 



FAUNE m: IRANCE. OISEALX 09 

Très accidentelle dans le S. de la Fiance. — Espa^iu; el Portugal. 

Remarque : Cette espèce, très proche de Cyanopica cyanns Pallas, de l'Asie 
orientale, d'ailleurs réunie à cette dernière par Degland et Gerbe, est considérée 
par certains auteurs comme en étant une simple sous-espèce. 



G. GARRULDS Brisson; Geai. 

Bec plus court que le tarse, assez épais, un peu comprimé, à bords léger, ren- 
trants en avant, à mandib. sup. courbée et faibl. échancrée versle bout, à mandib. 
inf. un peu relevée au bout. Narines assez grandes, cachées par des plumes séti- 
formes dépassant peu les 2/5 du bec. Tarse en grande partie lamelle derrière. 
Doigt ext. un peu plus long que Tint. Aile courte, obtuse (5"^ rém. quelquefois 
6'' >), arrivant à peu près au milieu de la queue. Celle-ci à rect. larges et arron- 
dies. Plumes de la tête allongées en courte huppe. 

G- glandarius (L.); Geai ordinaire. L : 34 à 36; A : 17,2 à 19,6; Q: 15 
à 16,6; T : 4 à 4,5; B : 2,5 à 3. Bec (133) noir, pied brun de ciiair, iris 
bleuâtre. Rém. prini. : 1^« = 2/5 2«, 2« = 9^ — ç^ $. La plus grande 
partie du corps cendré vineux, plus foncé en dessus, plus pâle en dessous, 
surtout au milieu du ventre. Plumes du dessus de la tête allongées, blan- 
châtres, rayées longitud. de noir en leur milieu. Gorge et sourcil blan- 
châtres, croupion, région anale, sus et sous-caudale blancs. Une large mous- 
tache noire jusque sur les côtés de la gorge. Rém. polliciales, couvertures 
ant. et partie ext. des grandes couvertures rayées transv. et alternat, de 
bleu et de noir, reste des grandes couvertures noires. Rém. prim. noirâtres 
à frange ext. blanche, rem. second, noires et brunes dans leur dernier 
tiers, blanches un peu bleutées aux barbes ext. Rém. cubitales brun mar- 
ron à bout noir. Queue noire à base un peu barrée de gris bleu. Ç sensibl. 
plus petite et de teintes moins brillantes. — /. Très semblable à la Ç mais 
plus marqué de noir aux plumes de la tête. 

Nid moyen, découvert, sur un arbre, dans les bois et les bosquets, à une hau- 
teur moyenne. — Œufs ; 4 à 7, ovalaires plus ou moins courts ou allongés, un 
peu obtus au petit bout. Gd : 30 à 35; Pd : 21 à 24. Blanc bleuâtre, gris oli- 
vâtre ou Isabelle, garnis de petites taches ou mouchetures brunes ou olivâtres 
ou peu nombreuses ou extrêm. serrées, souvent aussi quelques taches noirâtres. 

Dans les bois, les bosquets, les buissons. Sédentaire ou migrateur. Commun 
dans toute la France. — Europe contin. du 64° de latit. N. à la Méditerranée, à 
lE. jusqu'à l'Oural. 

G. PYRRHOCORAX Vieillot; Grave. 

Bec grêle et arqué, aussi long (pie le tarse chez le (/, teclit'orme, assez gra- 
duell. comprimé, sans échancrure, la touffe nasale ne dépassant pas le 1/6 du 
bec. Tarse sensibl. plus long que le médian armé, botté, étroit, scutellé seule- 
ment dans sa partie inf. Aile longue et étroite, subobtuse (4" R>), environ le 
double en long, de la queue. 4 ou 5 premières rém, échancrées au bord int. 



70 lAlNE DE !■ RANGE. OISEAUX 

P. pyrrhocorax (L.) [Coracia erythrovamphos Vieill., Coracîa gracida 
Gray, Fregilus graculus Cuv., Py rrliocorcuv graculus T^yisi.]; Grave ordi- 
naire. L : 39 à 43; A : 27 à 31 ; Q : 15 à 17; T : 4,5 à 5,7 ; B : 4 à 5,8. Bec 
(65) et palle A'ermillon (ad.), noirâtres (j. I, iris brun. Réni. prim. : 1''' > 
rém. second. ; 2" <] 6''. — cf $■ Plumag'e entier, noir à reflets verts, bleus, 
violacés, ces reilets moins beaux chez la 9 qui est un peu plus petite avec 
le bec plus court. — J . noir sans reflets sauf aux pennes, à bec et aile plus 
courts que les ad. 

Nid en coupe profonde, dans une anfractuosité de rochers, except. dans un 
vieU édifice. — Œufs : 4 à 5, quelquefois 3 seulement, oblongs ou ovalaires un 
peu allong-és. Gd : 3^) à 40, accid. 43 ; Pd : 25 à 28. Blanchâtres, grisâtres ou 
roussâtres clair fortement tachés de gris et de brun. 

Par couple ou par famille, sédentaire et un peu erratique, dans les Alpes, les 
Pyrénées et quelques hautes falaises maritimes. — Europe occid. et S., depuis 
l'Angleterre, Asie jusqu'en Chine, Canaries, Afrique septentr. 

G. GRACULUS Koch ; Chomrd. 

Bec faiblement fléchi, assez graduetl. conqjrimé, à mandib. sup. convexe, un peu 
échancrée au bout. ToufTes subpiliformes uasafes atteignant ie 1/3 du bec. Tarse 
un peu plus long que le médian armé, botté, scutellé seulement dans sa partie 
inf. Aile assez longue et étroite, subobtuse (4'= B >), bien moindre du double de 
la queue. 4 ou "1 premières rém. échancrées au boid in t. 

G. graculus (L.) [Pyrrhocorax alpiiius Ximu,., Pyrrhocorax pyrrho- 
corax Ti-MM.]; Ghocard des Alpes. L : 38 à 40; A : 26,5 à 28; Q : 17.5 à 19; 
T : 4,5 à 4,7; B : 2,5 à 3. Bec jaune (59), patte rouge (ad.); bec noirâtre à 
base jaunâtre, patte noirâtre (j.'; iris brun. Mém. prim. : 1"" =r Rém. 
second., 2- < 6''. — (/9- Rlnniage entier, noir à reflets verdâtres, surtout 
à la face sup. — J . d'un noir terne. 

37f/ dans une anfractuosité de rocher, piitl'ois dans une vieille muraille. Génér. 
en colonie. — Œufs : 4 à 5, ovafaiies plus ou moins aflongés ou ol)tus. Gd : 35 à 
41; Pd : 23 à 27. Blanchâtres, grisâtres, jaunâtres, olivâtres ou verdâtres, avec 
de noudjreuses taches irrégulières grisâtres, olivâtres, brunes, éparses ou plus 
ou moins serrées au gros bout. 

Sédentaire et plus ou moins errafKpu', en bandes dans les Alpes et tes Pyré- 
nées, rarement dans fe Jura el t'xeept. dans les régions moins élevées; l'été en 
dessous de la zone des nei-es, deseendanl plus ou moins Thiver. — Montagnes 
du S. de l'Europe, accidentel en Angleterre, Asie jiiscprau l^houlan. 

(G. PERISOREUS Bonac. ; Mesauf,eai) 

P. infaustus L. ; Mésangeai imitateur. L: 3!,' 
1,9. Bec, i)atte, iris l)run. — Plumage en enliei 
Signalé couinu; rencontré accident, dans l'Est dt 
Asie septentr. 



: A : 


l't.2: Q ; 


: 14 ; T : 3,5 ; B ; 


brun, 


-ris, ro 


ux, non tacheté, 


la Er 


ance. — 


Evu-ope boréale, 



FAUNE DE FRANCE. 



71 



F. STURNIDAE 

Bec longicône, droit ou fail)lement fléchi à l'extrémilé, quelquefois comprimé, 
à base entrant en dessus dans les plumes du front. Tarse lamelle derrière. Aile 
allongée, aiguë (2'= R>), couvrant plus de la moitié de la (jueue, à 10 rém. prim., 
la première très petite, à cubitales couvrant les secondaires. Queue quasi carrée, 
courte, de 12 rect. sous caudales longues. Plumes du devant du corps allongées. 
Sexes peu différents, mais livrée un peu variable suivant les saisons, jeunes très 
différents des ad. 

Nid assez grossier, construit, abrité dans un trou d'arbre ou de muraille. 
Œufs ; 4 à 7, ovés ou ovalaires, sans taches. 

Régime insectivore et baccivore. Oiseaux sociables, migrateurs, plus ou moins 
sédentaires ou erratiques. 



TABLEAUX DES ESPECES 



i. Bec à peu près de la long, de la tète, ou un peu plus long, droit, 
non comprimé (134). Tête lisse. Doigts lai. quasi-égaux 
[G. Sturnus] 2 

— Bec nettement plus court que la tète, un peu comprimé, à arête 
mandib. sup. convexe, un peu courbée (135). Une forte houppe 
retombante chez l'ad. Doigt ex t. un peu plus long que Tint. 
Pastor roseus (p. 73) 

'2. Plumage avec de petites taches blanches et l'oussàtres et plumes 
du vertex et de la poitrine moyenn. allongées et acuminées (ad.). 
Plumage en grande partie gris-cendré (j.). Slurnus vulgaiis (p. 7'2) 
Plumage noir très reflétant, non taché et plumes du \'ertex et de 
la poitrine longues et effilées (ad.). Plumage en grande partie 
brun foncé (j.) Stuinus itnicolor (p. 72) 





Figures 134 et 135. 



134, Sturnus vulyai-is, tète ; 13^1, Pastor i-oseus, tête, 



72 FAINE DE FRANCE. 



G. STURNUS L.; Etoumeau. 

Bec à pointe mousse, un peu déprimé, fendu jusqu'au dessous du milieu de 
l'œil. Pouce nu un peu plus court que l'ext. nu. Aile à l'"^ rém. plus courte que 
les sus-alaires ant. Queue à rect. larges, anguleuses au sommet. Front conique, . 
étroit, fuyant. OEil très en avant. 

St. vulgaris L. ; Etourneau vulg-aire. L : 21,5 à 23,5; A : 12,8 à l.'i,4 ; 
Q : 6,4 il 6,8; T : 2,8 à 3; B : 2,2 à 2,5. Bec jaune (ad. été) ou brun (ad. 
hiver et j.) (134), patte brun jaunâtre (ad. été) ou brune (ad. hiver et j.), 
iris noisette. — c/9- Plumage noir à reflets verts, bleus, violets, plus ou 
moins marqué en dessus de petites taches triangulaires roussâtres, en des- 
sous de taches blanchâtres, les pennes brun noirâtre bordées de roussâtre. 

Plumage d'hiver plus tacheté, surtout chez la 9 qui est en outre un peu 

plus petite. — J . Plumage gris brun sans taches, la face sup. un peu plus 

foncée, la gorge et l'abdomen blanchâtres. 

Nid dans un trou d'arbre, d'un vieil édiGce, quelquefois sous le rebord d'un 

toit. — Œufs : 4 à 6 except. 7, ovalaires plus ou moins allongés. Gd : 26 à .31 ; 

Pd : 19 à 22. Bleu pâle. 

Estival et se réunissant en automne en grandes bandes qui vont génér. se 

coucher dans des massifs de roseaux. Quelques-uns, réunis par petites troupes, 

restent l'hiver. Dans les prairies et les cultures. Commun dans toute la France. 

T- Europe occident, de la Norvège à la Méditerranée. 

St. unicolor Temm.; Etourneau uuicolore. L : 23 à 24; A : 13,2 à 13,7; 
Q : 6,8 à 7; T : 3,1 à 3,2; B : 2,6 à 3. Bec jaune à base noirâtre (ad. été) 
ou brun (ad. hiver et j.), patte brun jaunâtre, iris brun. — (/ 9- ^'^ii' 1"^~ 
tré à reflets pourpres, moins brillants en dessous. La 9 un peu plus petite, 
avec moins de reflets et en hiver un peu tachetée. — J. Plumage brun 
foncé, plus clair à la face inf., ensuite noir avec des taches blanchâtres. 

Nid dans un trou d'arbre ou de vieux monument. — Œufs ; 4 à 6, ovalaires plus 
ou moins allongés. Gd : 24 à 27; Pd : 17 à 20. Bleu pâle. 

Sédentaire, se réunissant en automne et en hiver en grandes bandes. Gorse, 
rare dans le S. de la France, accidentel dans le Centre. — Pourtour de la Médi- 
terranée occid. 



G. PASTOR Temm. ; Martin. 

Bec un peu échaneré vers le Ijout, fendu jusque sous le bord ant. de l'œil. 
Pouce nu, à peu près égal à l'ext. nu. Aile à !••« rém. plus courte que les sus- 
alaires ant. Queue à rect. assez longues et arrondies. Front moyenn. étroit et a-il 
peu avancé. 

P. roseus (L.) [Merula rosea Briss., Giacula rosea Grv.] ; Martin 
roselin. L : 21 à 23; A : 12,5 à 13,2 ; Q : 7,1 à 7,3 ; T : 3 à 3,2 ; B : 1,7 à 2. 



FAINE DE FRANCE. OISEAl'X 73^ 

Bec jaune à base inf. noire (ad.) (135), ou brunâtre (j.); palte couleur chair 
(ad.) ou brunâtre (j.) ; iris brun. — (/9- Tête, cou, aile, queue, jambe d'un 
noir brillant à reflets violacés partie, beaux chez le rf en noces qui a aussi 
la huppe plus longue, reste du plumage d'un beau rose. 9 un peu plus 
petite et à teintes moins pures, surtout en automne. — J . sans huppe, d'un 
brun isabelle, plus p.âle à la face inf. qui a quelques stries sur le devant du 
cou et de la poitrine. Aile et queue brunes, avec les couvertures bordées de 
plus clair. Ensuite plumage rappelant celui des ad. mais bien moins pur 
et beau, beaucoup de plumes étant en outre bordées de gris ou de brunâtre. 

Nid dans un trou d'arbre ou de muraille. — Œufs : 4 à 6, except. jusqu'à 8, 
ovalaires plus ou moins allongés. Gd : 26 à 29 ; Pd : 19 à 21. Bleu pâle. 

De passage irrégulier dans le S. de la France, signalé comme y ayant parfois 
niché ; accidentel dans le centre et le N. — Asie centrale et mineure, le S.-E. do 
l'Europe, accident, jusqu'en Angleterre et en Scandinavie. 



F. ORIOLIDAE 

Bec très léger, fléchi et tecliforme, à arête entrant un peu dans les plumes du 
front, à mandib. sup. un peu débordante et échancrée à la pointe. Tarse assez 
court, lamelle ou sublamellé derrière. Pouce grand et fort. Aile assez longue et 
subaiguë. Queue moyenne, à 12 rect. Sexes très différents, jeunes ressemblant 
assez à la Ç. 

Nid artistement construit, suspendu à une enfourchure de branche d'arbro. — 
OEufs : 3 à 5, ovalaires, blancs, léger, tachés. 

Régime insectivore et baccivore. Oiseaux vivant isolés ou en petite famille, 
migrateurs. 



G. ORIOLUS L. ; Loriot. 

Bec un peu déprimé à la base, un peu comprimé en avant, non fendu jusqu'à 
l'œil. Tarse écailleux en arrière dans son tiers inf. Doigt ext. passabl. plus long 
que Tint. Aile couvrant au moins les 3/4 de la queue. La l'"^ rém. beaucoup plus 
longue que les sus-alairos ant. Queue ample, subarrondie, à rect. larges. 

0. oriolus (L.) [Coracias oriolus L., Oriolus galbula L.] ; Loriot jaune. 
L : 23 à 25 ; A : 14,9 à 15,8 ; Q : 8,5 à 9,3 ; T : 2,1 à 2,3 ; B : 2,3 à 2,6. Bec 
rouge-brun (ad.) ou grisâtre (j.) (79 i, patte gris bleuâtre (80), iris rouge (ad.) 
ou brunâtre (j). Rém. prim. : V — 1/2 2^ 2'= <4®. — çf, Plumage d'un 
beau jaune d'or avec les lores, les ailes moins le tiers distal des couvertures 
ant. et l'extrémité des rém., les rect. médianes elle haut des rect. lat. noirs. 
— 9 Face sup. vert jaunâtre ou olivâtre. Face inf. blanche, lavée de gris à la 
poitrine, nuancée de jaune aux flancs avec des taches étroites et allongées, 
brunâtres en haut, noirâtres en bas. Sous-caudales jaunes. Aile brune avec 
la plupart des plumes liserées de jaunâtre. Rect. olivâtres, les lat. à exti'é- 



74 FAINE DE FRANCE. OISEAIX 

mité jaune. — J . ressemblant à la 9^ mais face sup. plus olivâtre, le dessous 
plus grisaille et plus taché de brun. 

Nid en coupe, suspendu à une hauteur moyenne dans une fourche d'arbre, 
souvent d'un frêne ou d'un noyer. — Œufs ; 4 à 5, quelquefois 3 seulement, ova- 
laires. Gd : 28 à 33 ; Pd 19 à 22. Blancs avec quelques taches irrég-. brun noir ou 
noires. 

Dans les bois et les bosquets. Estival dans toute la France. — Europe du 63o 
de latitude N. à la Méditerranée et au Caucase. En hiver jusqu'au S. de 
l'Afrique et en Perse. 



F. FRINGILLIDAE 



Oiseaux très polymorphes, toujours de faible taille. Bec toujours plus court 
que la tête. Queue droite ou échancrée. Sexes souvent dissemblables, le jeune 
ressemblant en général à la Q . 

Nid variable comme situation et construction, souvent artistement bâti. OEufs 
ovalaires, le plus souvent au nombre de 4 à 6, de couleur variable, presque 
toujours maculés. Jeunes naissant avec la tête et les épaules garnies de duvet, à 
l'exception des G. Passer et Petronia qui naissent complet, nus. 

Régime granivore, presque toujours aussi insectivore, surtout au moment des 
nichées, les Emberizinae partie, assez souvent baccivore. Oiseaux sociables eu 
général, sédentaires ou migrateui's, le plus souvent arboricoles. 

Assez souvent chant agréable. 



TABLEAUX DES ESPECES 



i. Mandib. se croisant [G. Lo.via] '^ 

■ — Mandib. ne se croisant pas -i 

2. Deux bandes blanches en travers de l'aile. Lo.r/a leiicoptern p. 81) 

— Pas de bandes blanches en travers de l'aile S 

3. Bec court, l'ortenient bombé, à pointes mandib. ne dépassant pas 

les bords sup. el inf. (51 p. âl). Aile de plus de 10 cent, de long-. 
Lo.i/'o pi/tiopsittacus (p. 81) 

— Bec allongé, peu bombé, à pointes mandib. dépassant plus ou 

moins les bords sup. et ini". (136 . Aile de moins de 10 cent, de 
long Lo.via curçirost/a (p. 81) 

4. Bec à palais tubercule ou au moins convexe, à bords rentrants, à 

tomies maxillaires se pliant brusquement en bas du côté commis- 
sural, à mandib. inf. le plus souncuI plus haute (|uc la sup. 137, 
138, 139, 140] [S. F. Eiuberizinae 5 



FAUNE Dr KRWCr. 




J36 




139 





/3S 



I^I 




M2 





14^ 



Figures 136 à 144. — 136, Loxin curviroxtra, tête ; 137, Milaria calandra, tète ; 
138, EiiKpiza melanocephala çf, tète ; 139, Emberisa schœ/ncfns cf tète ; 140, 
Einberisa pyri-huloïdex palustris (f, tète; [ii , E/nbei-isa eilrinel/a, tète; 142, 
Pasaerina itivalis cf, tète; 143, Coccotln-auslet coccothi-ataiten, lèle ; 144, Chloris 
ch/oris, tète. 



Bec variable, à palais lisse, à bords peu ou pas renlrants, à louiies 
non pliées Ijrusipieiuent vers le bas, à mandib. sup. le plus sou- 
vent la plus haute 19 

Queue à peu |)rès unicolore. Bec relati\'. i^ros, à palais très tuber- 
cule 137). Oiit^k' du pouce plus court que le doigt 

Miliaria calandra (p. 98) 

Queue avec 1 ou plusieurs paires de rect. ext. marquées de blanc 
ou de blanchâtre dans la partie distale & 

Mandib. sup. entrant plus ou moins dans les plumes du front, 
nettement plus haute que riul'.. à tubercule palatin dé\eloppé 
(141). Ongle du pouce atteignant rarement la loni;. du doii;!. Aile 
sub-aiguë [(i. Einberiza p. p.] 7 

Mandib. sup. entrant peu ou pas dans les plumes du fronl, aussi 
ou presque aussi haute que l'inl'., à tubercule palatin nul ou ru- 
dimentaire 13 



76 FAI NE DE FRANCE. OISEAUX 

7. Rém. liserées exlér. de jaune ou de jaunâtre. P'ace inl". avec beau- 

coup de jaune. 2 l'ect. ext. marquées de blanc S 

— Rém. liserées extér. de cendré ou de roussâtre. Face inf. en grande 

partie rousse, roussâtre ou blanche g 

8. Croupion roussâtre. Bonnet avec plus ou moins de jaune. Aile 

dépassant les 2/5 de la queue . . . Eniberiza citrinella (p. 98) 

— Croupion et bonnet olivâtres rayés de noirâtres. Aile couvrant à 

peu près les 2/5 de la queue Emheriza civlus (p. 99) 

9. Croupion g-ris olivâtre. Moustache et gorge jaunes ou jaunâtres 

Emheriza hortulana (p. 100) 

— Croupion plus ou moins roux ou gris roux. Moustache et gorge 

sans jaune ni jaunâtre IQ 

10. Abdomen et sous-caudales roux ou roussâtres. Rém. liserées 

extér. de cendré plus ou moins pur il 

— Abdomen et sous-caudales blancs ou blanchâtres. Rém. liserées 

extér. de roux ou de roussâtre , .... 12 

11. Deux rect. ext. tachées de blanc. Croupion gris roux. Gorge et 

devant du cou roux ou roussâtres . . . Eniberiza caesia (p. 100) 

— Trois rect. ext. tachées de blanc. Croupion rougeâtre. Gorge et 

devant du cou gris. Une bande blanchâtre nette en travers de 
Taile Eniberiza via (p. 101) 

12. Bonnet noir ou brun noir, avec une mince ligne longit. blanche ou 

ou blanchâtre. Croupion roux-brun. Eniberiza chrysophrys ip. 102) 

— Bonnet brun avec une tache centrale blanche, large chez le (j*, à 

peine indiquée chez la Q . Croupion roux vif 

Eniberiza leucocephalos (p. 101) 

13. Bec conique, relativ. allongé (138). Ongle du pouce plus court que 

le doigt. Tarse égal au médian armé. Toujours plus ou moins de 
jaune à la face inf. [G. Euspiza] Ik 

— Bec court (139, 140, 142). Ongle du pouce souvent égal ou plus 

long que le doigt. Tarse un peu plus long que le médian armé. 
Jamais de jaune à la face inf IS 

Ik. La rect. la plus ext. seulement avec du blanc. Rém. liserées extér. 

de blanchâtre. Autour de 18 cent, de long 

Euspiza nielanocephala. p. 97) 

— Les 2 rect. les plus ext. avec du blanc. Rém. liserées extér. de 

jaunâtre. De 15 à 16 cent, de long. . . Euspiza aureohi (p. 97) 

15. Ongle du pouce bien arqué, au plus égal au doigt. Aile sub-obluse 
n'atteignant pas le milieu de la queue. Grandes cubitales moins 
longues que les rém. second, moyennes. [G. Eniberiza p. p.l . . 16 

— Ongle du pouce peu aicpié, plus long que le doigt (70 p. 53). .\ile 



FAINE DE FRANCE. 



77 





/^,: 



1^6 





r^s 



Vi 



,1 /j 



i ! 



I50 




Fu;rui:s 145 à 150. — 14'j, Carporlania exythrinus \ 140, Serinus canaria sevintis, 
têlo ; 147, Passe?' domestica cf , tète ; 148, Petronia petronia, tète ; 149, Acan- 
this linaria, tète ; 150, Coccolhraustes coccothraustes, 6'^ rém. prim. 



sur-aiguë, dépassant nettement le milieu de la queue. Grandes 
cubitales un peu plus longues que les rém. second, moyennes . . 18 
16. Bec gros, bombé, à culmen bien convexe, à apex mousse (140). 

Croupion cendré, strié de noirâtre. Emberiza pyri'huloïdes (p. 104) 

— Bec petit, à culmen peu ou pas convexe, à apex aigu (139) . ... il 

11. Croupion cendré à mèches brunes. Région parolique noire ou d'un 
brun plus ou moins noir. Aile de plus de 8 cent, de long' . 
Emheriza schœniclus (p. 10.'}) 

— Croupion roux ou roux brique, bordé ou non de grisâtre. Région 

parolique noire ou d'un brun plus ou moins net. Bas de la nuque 
plus ou moins roux Emberiza ru.stica (p. 10'2) 

— Croupion brun verdâtre à mèches noirâtres. Régnon parolique d'un 

roux plus ou moins pur. Sur le milieu de la lèle, une bande longit. 
rousse ou roux grisâtre. Aile d'au plus 7,6 cent, de long . 

Emberiza pusilla (p. 103) 

18. Ongle du pouce un peu arqué. 3 rect. ext. tachées de blanc. Une 

grande tache blanche sur l'aile . . . . Passerina nii'alis {\). iOb) 

— Ongle du pouce à peu près droit. 1 rect. ext. tachée de blanc. Pas 

de tache blanche sur l'aile . . . . Calcarius lapponiciis [p. \{)\) 

10. Bec très fort, conique, à base aussi ou presque aussi large que la 
tète (143, 144). Os nasaux dépassant bien le bord ant. des orbites. 
Angle mcntonnier à peu près nul. Aile sub-aiguë [S. F. COCCO- 

thraustinae] 20 



78 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

— Bec j^lobulcux ou sub-globuleux, à maxille arrondie, et culmen 

bien convexe (52 p. 51, 145, 146). Aile aig-uë ou sub-aiguë . . . 2i 

— Bec conique, pointu, à culmen peu ou pas convexe, souvent un 

peu concave au milieu (147, 148, 149) 24 

20. Rém. prim. à partir de la 5*^ à extrémité spatulée et échancrée 
(150). 4 rect. ext. largement tachées de blanc. Doigt ext. plus 
grand que Tint Coccothiaustes coccolhraustes (p. 82) 

— Rém. prim. à extrémité non spatulée ni échancrée. 4 rect. ext. 

jaunes sur environ 2/3 ant. Doigts lat. à peu près égaux 
Chloris chloris (p. 83) 

2L. Plumage non tacheté. Bec (52 p. 51), aile et queue noirs. Crou- 
pion et ventre blancs Pyrrhula pyrrhula (p. 92) 

— Plumage plus ou moins tacheté. Bec, aile et queue jamais noirs. 

Croupion jamais blanc 22" 

22. Au max. 12,5 cent, de long. Jamais de rouge ni de rose dans le 

plumage Serinus canaria (p. 91) 

— Au min. 14 cent, de long. La plus grande partie du plumage du (^ 

rouge ou rose 23 

23. Plus de 20 cent, de long. Rém. second, bordées de blanc. 

Pinicola enucleator (p. 93) 

— Au max. 15 cent, de long. Aile couvrant plus de moitié de la queue 

Carpodacus erythrinus (p. 91) 

24. Bec à culmen un peu convexe (147). Queue unicolore, dont l'aile 

ne couvre pas la moitié [G. Passe i-] 2â 

— Bec à culmen non convexe. Queue toujours tachée de clair. . . . 31 

25. Deux bandes transvers, blanches sur Tailc. 1*^ rém. prim. plus 

courte que la 4*. Région parotique blanche avec une tache noire. 
Bonnet brun rouge Passe/- inontana (p. 95) 

— Une seule bande transvers, plus ou moins blanche et nette sur l'aile. 

l'' rém. prim. plus longue que la 4* 2ù 

26. Gorge, devant du cou et haut de la poitrine noir pur (été) ou noir 

marqué de cendré (hiver). Teintes du bonnet et de la nuque tran- 
chant nettement sur celles des parties voisines 27 

— Gorge, devant du cou et haut de la poitrine blanchâtres. Teintes du 

bonnet et de la nuque très proches de celles des régions voisines . 29 

21. Flancs tachés longitud. de noir. Bonnet et nuque marrons . 

Passer hispaniolensis çf (p. 95) 

— Flancs unicolores 28 

28. Bonnet et nuque brun marron avec le dessus et le devant occupés 

par une large bande cendrée. Croupion et sus-caudales cendrées 
Passer domestica çf (p. 94) 



FAINE DE FRANCE. 



79 





J53 




Figures 151 à 156. — loi, Pinicola emicleator, tête; 152, Montifvingilla nivalis, 
tête ; 153, Fringilla caelebs, tête ; 154, Acanihn cannabina, tête ; 155, Spinus 
spinus, tète ; 156, Spinus citrinella, tête. 



— Bonnet et nuque marron unilornie. Plumes du croupion et sus- 

caudales brun marron bordées de plus clair 

Passe/- ilaliae çf (p. 94j 

29. Face inf. blanchâtre léger, tachée de brunâtre au cou, à la poitrine 

et aux flancs Passe?- hispaniolensis Ç (p. 95) 

— Face inf. blanchâtre et cendré roussâtre sans taches visibles . . . 30 

30. Bonnet et nuque brun cendré. . . . Passer domestica Q (p. 94) 

— Bonnet et nuque cendré brun clair. Teintes dans l'ensemble plus 

claires que dans la précédente .... Passer italiae 9 (p- 94) 
3i. Des rect. avec du blanc. Plumage le plus souvent avec peu ou pas 

de vert et de jaune 32 

— Des rect. avec du jaune ou du verdàtre. Plumage où dominent les 

teintes vertes et jaunes [G. Spinus] kù 

32. Aile avec un large miroir jaune pur. Tarse nettement plus court 

que le médian armé. Face rouge vif chez l'ad 

Carduelis cardiielis (p. 86) 

— Aile sans miroir jaune 35" 

33. Ongle du pouce plus long que le doigt. Un grand miroir blanc sur 

l'aile. La plus gi^ande partie de la queue blanche 

Montifriiigilla nivalis (p. 85) 

— Ongle du pouce plus court que le doigt. Jamais de grand miroir 

blanc à l'aile. Faible partie de la queue blanche 3k 

3k. Bec en cône court, comprimé dans la région distale (149, 154). 
Toujours moins de 15 cent, de long. Toujours du rouge ou du 
rose pur dans le plumage du (^ . [G. Acanthis] 55 



80 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

— Bec en cône allongé, non comprimé dans la région distale (148, 

153). Toujours plus de 15 cent, de long. Aile couvrant plus de 
moitié de la queue. Pas de rouge ou de rose pur dans le plumage 
du (f 38 

35. Bec à peine plus haut que large à la base. Narines à peine recou- 

vertes par les plumes du front (154). Médian armé nettement 
plus long que le pouce armé. Front et vertex jamais rouges chez 
la 9 ' 36 

— Bec nettement plus haut que large à la base. Narines cachées par 

des plumes qui s'avancent vers le milieu du bec (149). Médian 
armé à peu près égal aii pouce armé. Front et vertex rouges chez 
l'ad 37 

36. Bec brun. Patte brun clair. Croupion plus ou moins blanchâtre. 

Acanthis cannabina (p. 88) 

— Bec jaunâtre. Palle noire. Croupion rouge cf ou brun roux $ . . 

Acanthis flai'irostris (p. 89) 

31. Croupion flammèche de noirâtre ou de brun. Acanthis linaria (p. 89) 

— Croupion unicolore, blanc pur ou rose. Acanthis hoinemanni {p. 90) 

38. Deux bandes transv. blanches ou plus ou moins rousses sur 

l'aile. Jamais de tache jaune vif au devant du cou [G. Fringilla] . 39 

— Pas de bandes Iransv. nettes sur l'aile. Une ^tache jaune vif au 

devant du cou chez l'ad Petronia petronia (p. 96) 

39. Deux à quatre rect. ext. tachées de blanc. Croupion verdàlre. De- 

vant du cou et poitrine jamais roux . . . Fringilla ceelebs (p. 84) 
• — Rect. la plus ext. seule tachée de blanc. Croupion plus ou moins 
blanc et noir. Devant du cou et poitrine roux plus ou moins vif. 
Fringilla nionti fringilla (p. 85) 

kO. Base des rém. à l'exception des 8 premières et rect. largement ta- 
chées de jaune. Une bande transvers, plus ou moins jaune à l'aile. 
Flancs toujours striés de noir ou de noirâtre. Spinus spinus (p. 87) 

Rém. et rect. liserées de verdâtre. Deux bandes transvers, verdà- 

tres ou jaunâtres sur l'aile. Flancs unicolores chez l'ad. . . . 
Spinus cilrinella (p. 88) 



G. LOXIA L. ; Bec-croisé. 

Bec robuste, notabl. plus haut que large à la base, d'au moins 2 3 de la tète 
en long. Mandib. sup. plus haute et plus longue mais génér. plus élroite que 
rinf. Narines cachées par une toulTe de plumes. Aile aiguë ou sur-aiguè. Queue 
bien échancrée. Sexes bien difTércnls, beaucoup de rouge dans le plumai^v du cf. 

Nourriture surtout constituée par des graines de Conifères. 



FAINE DK FRANCn. 



81 



L. curvirostra L. ; Bec-croisé ordinaire. L : 16 à 17,4 ; A : 9 à 9,6 ; Q : 
6 à 6.5 ; T : 1,65 à 1,75 ; B : 1,85 à '2,10. Bec brun bleuâtre (136), patte 
brune, iris brun foncé. — çf . Corps d'un rouge variable, plus beau chez les 
individus âgés, surtout au croupion, avec un peu de brunâtre et de vei'dâtre 
au dos et aux dernières sus-caudales, les joues un peu maculées de brun, le 
bas ventre et les sous-caudales blancs, ces dernières lavées de rose et tachées 
de brun. Pennes brun noirâtre liserées de rougeâtre. En automne, les teintes 
du corps moins pures, les tectrices étant bordées de verdâtre et de grisâti-e. 
— Q. Face sup. grjs olivâtre avec le croupion jaune, les plumes de la tête 
marquées de brun, celles du dos de brunâti'e. Gorge gris jaunâtre, poitrine, 
épigastre et lianes d'un jaune verdâtre la^•é de grisâtre. Ventre et sous-cau- 
dales blancs, ces dernières tachées de brun. Côté de la tète gris taché de 
brunâtre. Pennes brunes. En automne les teintes moins pures. — J. Gris 
olivâtre plus foncé en dessus et très taché de noirâtre avec les couvertures 
et les pennes brun noirâtre bien liserées de verdâtre. Les mandib. d'abord 
non croisées, se ci^oisent de plus en plus. Plus tard chez les jeunes (;5^, teinte 
jaune de plus en plus orangée, conduit à celle de l'ad. 

Nid en coupe, épais, extér. construit de brindilles de Conifères, de mousse, de 
lichen, de lambeaux d'écorce, intér. d'herbes sèches et de plumes, établi sur un 
Conifère à assez grande hauteur. — Œufs : 3 à 4, rarement 5, d'un ovale un peu 
allongé. Gd : 20 à 23, 5 ; Pd : 15 à 16. Bleuâtres, tachés et striés de brun violacé 
surtout autour du gros bout. 

Dans les bois de Conifères, sédentaire dans les régions montagneuses et, çà et 
là, hivernal et de passage très irrégulier dans le reste de la France — Grande 
partie de l'Europe et du X. et (Centre de l'Asie. 

L. pytiopsittacus Borkh. {Crucirostm hrachyrhynchos Brehm; ; Bec- 
croisé perroquet. L : 17,8 à 19,2 ; A : 10,3 à 10,8 ; Q : 6,9 à 7,2 ; T : 1,8 à 
1,9; B: 2,1 à 2,2. Bec (51 p. 51), patte, iris bruns. — cf. Corps d'un rouge va- 
riable, plus beau chez les vieux sujets, surtout vif à la tète et au croupion, 
avec un peu de brunâtre au dos et surtout aux dernières sus-caudales. Joues 
variées de brun, bas ventre et sous-caudales blanc rosé, ces dernières tachées 
de brun foncé. Pennes brun foncé liserées de rougeâtre. — Ç et 7. comme 
L. curvirostra. 

Nid et œufs comme dans l'espèce précédente, les œufs ayant Gd : 21 à 2."> ; Pd : 
16,5 à 17,7. 

Habitat du L. curvii-ostra. Accidentel en France. — N. de l'Europe, descen- 
dant l'hiver plus ou moins régulier, dans le Centre et le S. du Continent. 

L. leucoptera Gmelin, S. E. L. 1. bifasciata (Breum) ; Bec-croisé bifascié. 
L : 15,4 à 16,4 ; A : 8,6 à 9,5 ; C : 5,9 à 6,5 ; T : 1,4 à 1,5 ; B : 1,7 à 2. Bec 
brun clair, patte et iris bruns. — cf. Corps rouge cinabre léger, rosé, avec 
dos,scapulaires et coté de la tête marqués de brunâtre, les dernières sus;;ituiu.-.. 
dales brunes liserées de roussàtre, le bas ventre et h>s sous-caudales blancs, ^, , 

6 



82 



FAINE DE FRANCE. 



ces dernières tachées de brun foncé. Aile noirâtre à rém. liserées de clair^ 
les dernières cubitales à bout blanc. Grandes et moyennes sus-alaires ter- 
minées de blanc, formant deux larges bandes transv. sur l'aile pliée. — 
9. Face sup. gris brun, les plumes bordées de verdâtre, avec le croupion 
jaune pâle. Face inf. gris verdâtre avec le bas-ventre et les sus-caudales 
blanchâtres, ces dernières tachées de noirâtre. Aile à rém. liserées et du 
blanc aux sus-alaires comme chez le (j' . — Face sup. cendrée et roussâtre, 
le centre des plumes étant noirâtre et le croupion jaune. Face inf. gris rous- 
sâtre, maculée de noirâtre au cou, de brunâtre à la poitrine et aux flancs, le 
ventre et les sous-caudales grisâtres, ces dernières tachées de brun. 

Nid et œufx comme dans les deux espèces précédentes, les œufs ayant en 
moyenne : Gd : 21 ; Pd : 14,6. 

Habitat des deux précédents. Accidentel en France. — N. de l'Europe, faisant 
l'hiver des incursions plus ou moins bas dans le S. 



G. COCCOTHRAUSTES Brisson ; Gros-bec. 

Bec mesurant au moins les 2/3 de la tête, au moins aussi haut que large à la' 
base, à tomies léger, arquées. La maxille larg. arrondie au-dessus, entrant un 
peu dans les plumes du front. Narines en partie cachées par les plumes. Tarse un 
peu plus court que le médian armé. Queue léger, échancrée, d'environ le 1/3 de 
la long, totale. Corps massif, gros et court. 

C. COCCOthraustes (L.) [Coccothrausles vulgaris Pallas] ; Gros-bec 
ordinaire. L: 18 à 18,6; A : 9,7 à 10,2; Q : 5,7 à 6 ; T : 2 à 2,2 ; B: 1,9 à 2,1. 
Bec nacré à pointe plus foncée (143), patte couleur chair, iris gris rose ou 
brunâtre. Rém. prim. : 1" > 4". — ç^ . Tête d'un roux jaunâtre plus foncé à 
l'occiput, avec tour du bec, lorum et gorge noirs. Nuque gris cendré. Crou- 
pion et grandes sus-alaires post. i^oux jaunâtre. Face inf. vineux clair avec 
bas-ventre et sous-caudales blancs. La plus grande partie des rém. et sus- 
alaires ant. noires à reflets bleus et violets, sus-alaires moyennes blanches. 
Rect. médianes rousses à bout blanc, les autres noires, les 4 plus ext. tachées 
de blanc. Le tout plus terne en automne. — Ç- Teintes moins vives et plus 
ou moins lavées de gris. Noir du tour du bec, de la gorge et du lorum moins 
étendu. Rém. second, larg, bordées de gris ainsi que les rect. médianes, les 
autres rect. avec moins de blanc. Le plumage encore moins net en automne. 
— J. Tête et cou roussâtres plus ou moins rayés de brunâtre. Dos brun 
terne rayé de plus foncé. Croupion varié de blanc et de roussâtre. Face inf. 
blanchâtre barrée d'olivâtre. 

Nid en coupe, extér. formé de brindilles et de petites racines, intér, d'herbes et 
de crins, sur un arbre, un tronc garni de lierre, ou un gros buisson, à hauteur 
moyenne. — Œufs : 4 à 5, ovalaires allongés. Gd: 23 à 27 ; Pd : 16,6 à 17,5. Gris, 
perle, tachetés et un peu veinés de brun et de brun violacé. 



FAINE PE FRANCE. OISEAUX 83 

Se nourrissant surtout d'amandes, mais aussi de graines et d'Insectes, de 
Coléoptères particul. 

Dans les bois, les bosquets, les vergers, sédentaire et de passage, répandu 
dans presque toute la France. — Dans la plus grande partie de l'Europe à l'excep- 
tion du N; parties Centre et W. de l'Asie. 



G. CHLORIS CuviER ; Verdier. 

Bec presque aussi haut que large à la base, un peu plus long- que la moitié de 
la tète. Mandib. sup. n'entamant pas la ligne frontale. Narines en partie cachées 
par des plumes. Tarse un peu plus court que le médian armé. Queue échancrée, 
plus du tiers de la long, totale. 

C. chloris (L.) [Ligurinus chloris (L.), Chlora hortensis Brehm] ; Vei-- 
dier ordinaire. L : 15 à 15,5 ; A : 8,3 à 8,6 ; Q : 5,6 à 6,2 ; T : 1,7 à 1,75; 
B : 1,25 à 1,3. Bec couleur chair (ad. rupl.) ou brunâtre (ad. automne et j.) 
(144), patte couleur chair (ad.) ou brunâtre (j.), iris brun noir. Bém. prim. : 
1 •< 3". — (^ . Face sup. olivâtre, plus cendrée à la tête et au cou, plus bru- 
nâtre au dos, avec le croupion vert-jaune. Joue, partie du côté du cou et 
dernièi'es sus-caudales lavées de cendré. Face inf. jaune verdâtre, lavée de 
cendré aux flancs, la région anale blanchâtre. Courbure de l'aile jaune; 
grandes sus-alaires grises presque entier., sus-alaires ant. noirâtres larg. 
bordées d'olive et de gris. Bém. prim. noires à bout gris, avec une large 
boi'dure sur plus de moitié de leur long. Bém. second, noirâtres bordées de 
gris. Bect. noires frangées de gris, les 4 paires ext. ayant environ leurs 2/3 
ant. jaunes. En automne teintes assombries par des franges grisâtres aux 
tectrices. — Ç. Face sup. plus brunâtre, inf. plus verdâti'e, le jaune des 
pennes plus pâle et moins étendu. Le plumage encore plus nuancé de gris 
en automne. — J . Face sup. brun lavé de verdâtre, face inf. jaunâtre flam- 
méchée de brun, le jaune des pennes clair. 

Nid en coupe, grossier, bâti extér. en mousse et brindilles, intér. de crins et de 
plumes, sur un arbre feuillu, un Conifère, un buisson touffu, à quelques m. de 
hauteur. — Œufs: o à 6, ovalaires allongés. Gd : 17, 2 à 22,7 ; Pd : 13,5 à 16. 
Blanc bleuâtres, tachés et striés de rouge et de violacé. 

Répandu dans les bois, les bosquets, les vergers, dans le N. et le Centre de la 
F"rance, sédentaire ou estival, de passage dans le Midi. — Europe sauf le S."V\', de 
la Norvège à l'Italie et aux Balkans. Asie mineure, Perse. 

S. E. G. C. aurantiiventris Cabanis. Bec plus renflé et ailes un peu plus 
courtes que le type. Face sup. vert-jaune plus uniforme avec front jaune vif. 
Face inf. vert-jaune plus foncé et uniforme, passant au jaune d'or au milieu de 
l'abdomen. S.W. de la France. — Espagne, Açores, N. de l'Afrique. 



84 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

S. E. C C. madaraSZ Tscm-si. Plumage lavé de brun au lieu de gris, 
dans son enseml)le plus foncé que celui du type. Corse (1). 



G. FRINGILLA L. ; Pi7ison. 

Bec à peu près aussi haut que large à la base, un peu plus de moitié de la tète 
en long. Mandib. sup. n'entamant pas la ligne frontale. Tarse à peu près égal au 
médian armé. Queue échancrée. 

F. caelebs L. ; Pinson ordinaire. L : 16,4 à 17,3 ; A : 8,3 à 8,9 ; Q : 6,8 à 
7,4 ; T : 1,8 à 1,9 ; B : 1,1 à 1,25. Bec bleuâtre (cf rupt.) ou gris brunâtre 
(9 et j.) (153), patte et iris bruns. Rém. prim. : 1« .^ 4^ — cf. Front noir, 
vertex, occiput, nuque, derrière et partie du côté du cou gris bleu. Dos brun 
léger, lavé d'olivâtre. Croupion vert olive. Lorum, région parotique, face 
inf. roux vineux, cette teinte s'atténuant au ventre pour passer au blanc à 
la région anale et aux sous-caudales. Aile noirâtre à rém. liserées de jaunâ- 
tre, les prim. moyennes à base blanche, avec une large bande blanche sur 
les petites et moyennes sus-alaires, une autre plus mince et léger, jaunâtre 
sur le bout des grandes sus-alaires. Rect. médianes brunes, les autres noires, 
avec 3 et quelquefois 4 rect. les plus ext. marquées de blanc. L'ensemble 
marqué de gris en automne — 9- Face sup. gris brun olivâtre, le croupion 
plus olivâtre. Face inf. gris brun, plus foncé à la poitrine et aux flancs, le 
bas ventre et les sous-caudales blancs. Pennes brun noir, les ailes avec des 
bandes comme le cf , mais lavées de roussâtre et avec moins de blanc aux 
rect. latér. Le plumage plus terne et marqué de grisâtre en automne — J. A 
peu près comme la 9 en automne. 

Md en coupe, arlisloment tressé, extér. de mousse et de lichens fixés par des 
toiles d'Araignées, intér. de duvet végétal, de crins, de plumes, sur un arbre à 
feuilles caduques, à moyenne liauteur - OEufs : 4 à S, rarement jusqu'à 7, ova- 
laires. Gd : 19,3 à 22,8 ; Pd : 14,6 à ir,,5, except. : 17 X 1^,2. Vcrdàtres ou bleu- 
âtres, plus ou moins tachés et lavés de brun et do rouge violacé. 

Sédentaire et de passage, dans les bois, les vergers, les champs, abondant 
dans toute la France - Europe sauf l'extrême N., N. de l'Afrique, W. de l'Asie et 
en bas jusqu'à la Perse. 

S. E. F. C. tyrrhenica Schiebel. Diffère du type par la teinte plus vive de 
tout le plumage, le croupion plus jaunâtre et les ailes noir pur. Corse. 

S E. F. C. Spodiogenys Bonap. Diffère du type, le cf par sa patte noirâtre, 
la région paroti(iue gris de plomb, le dos olivâtre, la face inf. d'un vineux pins 
gris et plus pâle, 4 rect. ext. tachées de blanc ; la Q par la face mi. bien plus 
claire. Très acci.lont. dans le S. de la France — N. de l'Afrique. 

(1) Chloris Sinica (L ). Face sup. brune, face inf. gris brunâtre. Croupion et région 
anale jaunes. Un large n.iroir jaune à l'aile. Asie orientale. - Signalé comme capture 
aux environs de Lille en 1-J10(tf«//. Soc. Nat. d'acclim., 1911.). 



FALNE DE FRANCE. OISEAl-V 85 

F montifringilla L. : Pinson (rArdennes. L : 16,5 à 17,5 ; A : 8,6 à \),'2 ; 
Q • 6 3 1 6 8 • T : 1,8 à 1,9 ; B : 1,25 à 1,35. Bec noirâlre (cf rupt.) ou jau- 
nâtre à'poinl'e noirâtre (cf hiver et 9), patte et iris bruns. Rém. pnm. : 
p > 4c_ ç^ Face sup. d'un noir brillant à reflets bleus, les plumes bordées 
ou non de roussâtre et le croupion blanc. Face inf. roux jaune avec le ven- 
tre et les sous-caudales blancs et les flancs maculés de noir. Rém. noires, les 
pnm et les second, étant en partie liserées extér. de jaune verdâtre et avec 
une tache blanc jaunâtre à la base des prem. à partir de la -4^ Dossier, peti- 
tes et moyennes sus-alaires ainsi que les scapulaires roux-jaunâtre bordées 
de blanchâtre au bout. Queue noire, avec un peu de blanc aux rect. ext. Lu 
automne plumage moins brillant, les tectrices étant bordées de gris et de 
roussâtre et les pennes étant moins noires - 9- Face sup. variée de brun, de 
o-ns de roussâtre avec le derrière du cou plus gris et le croupion blanchâtre 
Lché de brun, du brun formant une bande allant de l'œil au côté du cou. 
Sourcil et joue roussâtres. Face inf. roux très pâle avec le ventre et les sous- 
caudales blanc sale. Rém. brunes bordées de jaunâtre, avec une tache 
blanche à la base des rém. prim. à partir de la 4«, 2 bandes transv. blanc 
roussâtre sur les sus-alaires qui sont noirâtres ainsi que le dossier. Ln au- 
tomne, plumage un peu plus terne - J. Ressemblant à la 9 en automne, 
mais livrée encore plus eiTacée. 

Nid assez semblable à celui de F. cœlebs, dans une enfourchure d'arbre, Bouleau 
ou Conifère - Œufs ; 5 à 7 ovalaires. Gd : 16,8 à 21,5 ; Pd : 13,8 à 15,5. Fond d un 
bleuâtre un peu plus sombre que ceux de l'espèce précédente et taches brunes un 
peu plus foncées. 

Hivernal et de passage dans les bois, les bosquets, les champs, par bandes, com- 
mun dans toute la France - N. de l'Europe et de l'Asie, en hiver jusqu'à la région 
méditerranéenne, l'Asie mineure, la Chine. 



G. MONTIFRINGILLA Brehm ; Niverolle. 

Bec un peu plus haut que large à la base, un peu plus de moitié de la long, de 
la tète, la mandib. sup. un peu concave en son milieu, entrant peu dans le ft'ont. 
Tarse à peu près égal au médian armé. Queue carrée ou un peu échancree. Sexes 
peu différents. 

M. nivalis (Brisson) ; Niverolle des neiges. L : 18,5 à 19,5 ; A : 11 à 12 ; 
() • 7 à 7,7 ; T : 2,15 à 2,25 ; B : 1,2 à 1,3. Bec noir ou brun noir (ad. ete) 
ou jaunàtre'à pointe noirâtre (ad. hiver et j.) (152), patte noirâtre, iris brun. 
Uém. prim. : 1« ^ 2'^ — (^ . Tète, derrière et côté du cou cendrés. Reste de 
la face sup., scapulaires et rém. second, post. brun assez foncé avec les sus- 
caudales noires et plus ou moins blanches. Gorge et devant du cou noirs, 
reste de la face inf. blanche nuancée de gris à la poitrine et aux flancs, avec 
souvent une ou deux taches noires aux sous-caudales. Rém. pnm. brun noir 



86 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

liserées de blanchâtre. Rém. second, ant. et sus-alaires blanches. Queue blan- 
che sauf les rect. médianes et l'extrémité des intermédiaires. En automne, 
tout le plumage plus terne par suite de la bordure g-risâtre des plumes, et le 
noir des pennes brunâtre — Ç. Taille un peu plus faible. Peu ou pas de noir 
à la gorg-e. Face inf. lavée de roussâtre. Partie des sus-alaires ant. noirâtres. 
Un peu moins de blanc à la queue. Le plumage d'automne encore moins 
brillant — /. Ressemblant beaucoup à la 9 en automne. 

Nid ouvert, plus ou moins volumineux, assez grossier, extér, de petites racines, 
de mousse et d'herbes sèches, intér. de plumes, de crins, de laine. Dans une 
fente de rocher, de muraille, sous une toiture — Œufs ; 4 à 6 d'un ovale régulier. 
Gd : 22,7 à 24,3 ; Pd : 16,6 à 16,8. Blanc mat. 

Sédentaire dans les régions élevées des Alpes et des Pyrénées, descendant plus 
bas en hiver — Apennins et hautes montagnes de l'Europe moyenne. 



G. CARDUELIS Huisson ; Chardonneret. 

Bec un peu plus haut que large à la base, comprimé en avant et mesurant 
environ les 2/3 de la tète. Mandib. sup. à culmen un peu sinueux, entamant fort 
peu les plumes du front, à narines en partie cachées par des plumes. Queue un 
peu échancrée. Sexes presque identiques. 

C. carduelis (L.) [Carduelis elegans Stei'UensJ ; Chardonneret élégant. 
L: 13,5 à 14,4; A: 7,5 à 8; Q: 4,7 à5,l; T: 1,3 à 1,45; B: 1,25 à 1,3. Bec 
blanchâtre à pointe noirâtre (71, p. 53), patte brunâtre, iris brun. Rém. prim. : 
P", 2'', 3" à peu près égales et les plus longues, 4" sensibl. plus courte. — 
çf .9. Toute la face rouge vif avec le lorum noir. Reste du bonnet, nuque, 
derrière et côté du cou noirs, séparés par une petite ligne blanche du reste 
de la face sup. brun roussâtre avec les sus-caudales blanc roussâtre. F'ace 
inf. fortement lavée de brun roussâtre aux côtés de la poitrine et aux flancs. 
Région parotique blanche, le blanc rejoignant celui qui est entre le noir et 
le brun du cou. Aile en grande partie noire, la moitié basilaire des i-ém. sauf 
la P® et les grandes sus-alaires jaunes. Une tache blanche au bout des rém. 
et aux rect. dont le reste est noir. Plumage de la 9 moins brillant, le plu- 
mage d'automne étant moins net dans les deux sexes. — J . Tète grise, sans 
rouge ni noir. Dos flammèche de brun noir. Face inf. Iilanchâtre, lavée de 
brunâtre à la poitrine el tachetée de noirâtre sur les côtés. Sus-alaires 
bordées de fauve. Reste comme les ad. mais à teintes plus ternes. 

Nid QXï coupe, arlistement tissé de mousse, lichens, lirins d'herbes sèches, fils 
d'Ai-aignéos, Tint, de duvet végétal et de crins. — Œufs : 4 à 6 d'un ovale variable. 
G(l : 17 à 17,9; Pd : 12,3 à 13,"). Blanc l)l(MiiUiv ou vorl bleuâtre avec phis ou 
moins de taches, de points et de traits, lie de vin, hruu rouge ou violet-noir, 
souvent plus serrés ;iu gros bout. 

Consomnianl de préférence les graines de Composées. 



KAINE DE FRANCE. OISEAUX 87 

Dans les jardins, les bosquets, les champs, sédentaire et de passage, commun 
dans toute la France. — Europe, du milieu de la Scandinavie à la Méditerranée. 

S. E. G. C. tSChusiî Arrigom. Un peu plus petit que le type et à bec plus 
grêle. Le dos d'un brun plus olivâtre et sombre, la ligne blanche de la nuque à 
peine visible. Côtés de la poitrine plus foncés. Région parotique brunâtre. — 
Corse et Sardaigne. 

G. SPINUS KocH ; Tarin. 

Bec un peu plus haut que large à la base, comprimé dans la moitié ant., très 
pointu, moitié de la tête en long, ou un peu plus long. Mandib. sup. entrant peu 
ou pas dans les plumes du front. Narines cachées par des plumes. Tarse à peu 
près égal au médian armé ou un peu plus court. Queue bien échancrée. 

S. spinus (L.) ïSpinus çiridis Koch] ; Tarin ordinaire. L: 11,5 à 12,3; 
A : 6,5 à 7.1 ; Q: 4,3 à 4,7 ; T : 1,3 à 1,4; B : 1 à 1,1. Bec brunâtre à pointe 
foncée (155), patte brunâtre, iris brun foncé. Bém. prim. : 1™ et 2" égales et 
les plus longues, > 3^. — cf. Bonnet et gorge noirs, reste de la face sup. 
vert olivâti'e lavé de gris et taché de brunâtre, avec croupion et sous-caudales 
jaune vei'dâtre tachés de noirâtre en haut. Devant et côté du cou, poitrine, 
épigastre, partie des flancs, région parotique jaune citron, avec la joue 
variée de noirâtre. Reste de la face inf. blanc rayé de noirâtre. La plus 
o^rande partie de l'aile noirâtre, les rém. moins les 3 prem. lisérées de jaune 
verdâtre et tachées de jaune à la base, les sus-alaires grandes et moyennes 
terminées de jaune, le dossier vert. Queue jaune à moitié ou tiers distal 
noirâtre. Le plumage moins pur en automne. — 9 • Face sup. gris olivàti-e, 
avec le croupion et les sous-caudales jaune verdâtre, le tout strié en long de 
noirâtre. Face inf. blanchâtre, lavée de jaunâtre à la poitrine avec les flancs 
et les sous-caudales flammèches de noirâtre. Côtés de la tête et du cou gris 
jaunâtre tachés de noirâtre. Aile brun noir mai'quée comme le ç^ mais plus 
étroitement et de teintes plus pâles. Queue brun noir avec l'espace jaune 
ant. moins grand. — ./.cf. Face sup. brun olivâtre très flammée de noi- 
râtre ; face inf. jaunâtre rayée longit. de noirâtre. Jaune des rém. existant et 
les grandes sus-alaires bordées de roussâtre. La partie foncée des rect. 
liserée de gris. — V.Ç. Face sup. gris roussâtre flammée de brun ; face inf. 
blanchâtre rayée de l)run.. Jaune des pennes moins développé. 

Niden coupe, assez l)ien hkW de mousse, lichens, herbes sèches et fils d'Arai- 
gnées, intér. de crins, de plumes, de duvet végétal, le plus souvent sur un Coni- 
fère, quelquefois sur un arbre à feuilles caduques. — Œufs : 4 à 6 d'un ovale 
assez court. Gd : 16 à 17,5 ; Pd : 11,5 à 13,3. Blanc bleuâtre ou bleuâtre, ponc- 
tués et tachés de brun et de rouge brun, partie, autour du gros bout. 

Nourriture préférée ; Graines d'Aulnes et de Bouleaux. 

Dans les bois, les bosquets, de passage ou hivernal en France, signalé comme 
y nichant dans quelques régions, partie, de hautes montagnes. — Europe et Asie 
moins l'extrême N., en hiver, jusqu'en Afrique N. et l'Asie mineure. 



88 



FAL'NE DE FRANCE. OISEAUX 



S. citrinella (L.) [Emberiza brumalis Scop., Citrinella alpina Bonap., 
Citrinella serinus Bonap.]. Tarin venturon ; Venturon alpin. L : 13 à 13,8 [ 
A : 7,5 à 8,1 ; Q : 5,4 à 5,8 ; T : 1,45 à 1,5; B : 0,82 à 0,88. Bec brun (ad.)'ou 
jaunâtre (j.) (156), patte brun rougeâtre, iris brun clair. Rém. prim. : 
V\ 2% 3'' quasi égales et les plus longues. — cf. Dessus de la tête vert jaune 
avec l'occiput, le derrière et le côté du cou gris cendré, le lorum et la région 
parotique vert jaune et gris. Dos vert olivâtre, croupion et sous-caudales 
vert jaune. Face inf. verdâtre avec les côtés de la poitrine variés de gris, le 
bas-ventre, quelques sous-caudales et la jambe blanchâtres. Aile no^irâtre, 
avec les rém. prim. liserées de gris plus ou moins verdâtre, les second, bor- 
dées de verdâtre, les grandes et moyennes sus-alaires largement terminées de 
vert olivâtre qui est la teinte du dossier. Rect. noirâtres liserées de gris ou de 
vei^dâtre. En automne, les teintes plus ternes. — 9. Plus brunâtre dessus., 
verdâtre de la face inf. moins large, plus bordé de gris. ~J. Face sup. gris 
roussâtre, plus jaunâtre à la tête, plus roussâtre au croupion flammé de brun 
foncé. Face inf. roussâtre pâle flammée de brunâtre. Aile et queue brunes,, 
les rém. prim. et les rect. liserées de gris-verdâlre, les dernières rém' 
second., les grandes et moyennes sus-alaires bordées de roussâtre. 

Nid ressemblant beaucoup comme structure et emplacement à celui de l'espèce 
précédente — Œufs : 4 à 5, d'un ovale un peu court. Gd : 16,1 à 17,2 ; Pd : 12 à 
14,1. Blanchâtres ou verdâtres, tachés et pointillés de brun foncé, roùgeâtre'ou 
violacé, en général surtout autour du gros bout. 

Dans les clairières et en bordures de bois, sédentaire ou de passage dans les 
Alpes, le Jura, les Pyrénées, accident, ailleurs — Montagnes du centre et S. de 
l'Europe. 

S. E. S. c. COrsicana Koemg. Diffère du type par sa taille moindre, ses 
teintes en général plus vives, son dos brun pâle rayé de brun foncé et le croupion, 
plus vert, la face et les parties inf. jaune soufre. Corse. 



G. ACANTHIS Bechstein ; Lùiotte. 

Bec plus haut que large à la base, comprimé dans son tiers ant., environ moitié 
de la tête en long. Mandib. sup. n'entrant pas dans les plumes du front. Narines 
plus ou moins cachées par des plumes. Tarse de la long, du médian armé, ou un 
peu plus long. Queue bien échancrée. 

A. cannabina (L.) [Cannabina linota Gmeun, Passer papaverina 
PallasJ ; Linotte vulgaire. L : 13,5 à 14,3 : A : 7,3 à 7,9 ; Q : 5,2 à 5,7 ; T : 
1,6 à 1,65 ; B : 0,95 à 1. Bec brun (154), patte brun rouge, iris brun. — çf 
rupt. Front et vertex rouge sang, derrière et côté de la tête et du cou gris- 
brun, dos et sus-alaires brun roux, croupion blanc plus ou moins marqué de 
noirâtre. Gorge et devant du cou blanchâtres marqués de brun, poitrine et 
épigastre rouges, reste de la face inf. blanche, les flancs marqués de roussâ- 



FAINE DE FRANCE. OISEAUX 89 

tre, les sous-caudales de noir. Réni. noirâtres, les prini. bordées exlér. de 
blanc dans la première moitié, les second, bordées de gris brun. Rect. noirâ- 
tres, liserées extér. etbordées intér. de blanc. — (^ automne. Front à peine mar- 
qué de rougeâtre, reste du bonnet brunâtre, dos varié de roussâtre et de 
brun. Poitrine et épigastre gris brunâtre variés de rougeâtre. Flancs flam- 
mèches de brun. Rect. médianes bordées de blanc. — 9- Face sup. roussâtre 
tlamméchée de brun, le croupion inarqué de blanc. Face inf. roussâtre à 
longues taches brunes. En automne, le plumage moins net. — J . Semblable 
à la 9 en automne. 

Nid en coupe, moins bien bâti que les précédents, avec des radicelles et dos 
herbes sèches extér., des plumes, crins et laine à Tint. Sur une branche d'arbre 
à peu de hauteur, un buisson, parfois dans une touffe d'herbes — Œufs : 4 à 7 
d'un ovale un peu allongé. Gd : 16 à 20 ; Pd : 12 à 14,9. Blanc bleuâtre, tachés de 
brun rougeâtre ou de brun violacé surtout près du gros bout. 

Dans les champs, les vergers, sédentaire ou seulement estivale ou de passage, 
répandue dans toute la France — Europe, depuis le 64° de latit. N., en hiver 
jusqu'au N. de l'Afrique. 

A. flavirostris (L.) [Fringilla monlium Gmelin] ; Linotte à bec jaune, 
Linotte montagnarde. L : 12,9 à 13,3 ; A : 7,2 à 7,6 ; Q : 5,5 à 6 ; T : 1,6 à 
1,62 ; B : 0,75 à 0,85. Bec jaune à pointe brune, patte noirâtre, iris brun — 
cf. Face sup. moins le croupion, sus-alaires roussâtres maculées de brun 
noirâtre, les taches au centre des plumes plus ou moins disposées sur le dos 
en raies longit. Croupion rouge cramoisi avec le milieu des plumes sombres. 
Sourcil, joue, gorge, devant et côté du cou, poitrine et flancs roussâtres, le 
côté du cou et la poitrine tachés de brun noirâtre, les flancs de brun roux. 
Ventre et sous-caudales blanc jaunâtre. Aile en majeure partie brun foncé, 
les rém. à partir de la 4^ liserées de blanc dans leur pi^emière moitié, les 
grandes sus-alaires bordées de roussâtre, à bout blanchâtre. Rect. brun noir, 
les méd. léger, liserées de grisâtre, les autres, d'autant plus bordées de blanc 
qu'elles sont plus ext. En automne, les taches brunes de la face sup. moins 
larges, le croupion taché de brun. — 9- Diffère du (;f par son croupion qui 
est roussâtre taché de brun et toutes les teintes rousses plus claires — /. 
Ressemble beaucoup à la 9- 

Nid en coupe, ressemblant à celui de l'espèce précédente, plus souvent à terre 
dans les herbes — Œufs : 4 à a rarement 6, ovales. Gd : 15,3 à 18 ; Pd : 11,8 à 
12,4. Bleuâtres tachés et pointillés de brun rougeâtre, surtout au gros bout. 

Dans les champs, les vergers, hivernale ou de passage, en France. Signalée comme 
y nichant accident, dans les régions montagneuses de l'E., — N. W. de l'Europe, 
descendant l'hiver dans le Centre et plus ou moins dans le S. 

A. linaria. (L.) [Linai-ia borealis Vieillot] ; Jànotle boréale, Sizerin 
boréal. L : 13 à 1 i ; A : 7,4 à 7,8 ; Q : 5.7 à 5,8 ; T : 1,4 à 1 ,5 ; B : 0,8 à 0,9. 
Bec jaunâtre â pointe brune (149), patte brun foncé, iris brun. — cf. Front 



90 



FAUNE DE FRANCE. 



et vertex rouge carmin, le reste de la face sup. g-risâtre flammé de brun avec 
le croupion rose flammé de brun. Gorge noire, le reste de laface inf. blanc 
rosé avec le bas ventre et les sous-caudales blancs, les flancs et les sous-cau- 
dales à taches allongées brunes. Dessus du bec, lorum bruns, coté de la tête 
varié de blanchâtre, de rose, de brunâtre. Aile brune avec les rém.,les gran- 
des et moyennes sus-alaires bordées et terminées de blanc plus ou moins 
pur. Rect. brunes bordées de blanc. En automne, le dessus plus brun, les 
teintes roses très atténuées, les plumes étant bordées de blanc. — 9- Face 
sup. plus brune, le croupion plus flammé de brun, avec peu ou pas de rose. 
Face inf. blanchâtre très tachée de brun, avec pas ou fort peu de rose à la 
poitrine. En automne les teintes encore assombries — /. Sans rouge à la tête, 
plus tard ressemblant à la Q, mais plus foncé. 

Nid bien bâti avec de la mousse, des lichens, des radicelles, des fils d'Arai- 
gnées, intér. garni de crins et de duvet. Sur une branche d'arbre ou dans les 
broussailles. — Œufs : 4 à 5, rarement 6, ovalaires. Gd : 16,8 à 18,2 ; Pd : 12,2 à 
12,5. Bleu clair tachés et pointillés de brun rouge, de violet, de noirâtre. 

Dans les bosquets, les lisières, de passage irrég. en France — N. de l'Europe, 
'de l'Asie et de l'Amérique, descendant en hiver dans le S. 

S. E. A. 1. holbosllii Breum. Ne diffère guère du type que par sa taille 
sup., ses ailes relativ. plus longues et son bec plus fort. Rencontré très accident, 
en France — Europe et Amérique septentr., descendant l'hiver avec le type vers 
le Centre de l'Europe et l'Asie jusqu'au Japon. 

S. E. A.i. CaJbaret Muller; Linotte cabaret, Sizerin cabaret. D'environ 1 cent. 5 
de moins en long, que le type et bien plus foncé surtout à la face sup. Sédentaire 
dans les Alpes où il niche dans les Conifères, et de passage irrégulier en hiver 
dans beaucoup d'autres points de la Franco — Régions de hautes montagnes, W. 
et Centre de l'Europe. 



A. hornemanni (Holboll) [Linaria conescens Golld] ; Linotte de Hor- 
nemann, Sizerin blanchâtre. A : 8 à 9. Bec brun ou brun à dessous jaune, 
patte brune, iris brun. — (f . Vertex et front rouge vif, face sup. blanchâtre 
flammée de noirâtre, le cx'oupion rose foncé. Lorum et gorge noirs. Devant 
du cou et poitrine roses, le reste de la face inf. blanc. Pennes brunes bordées 
de blanc pur. En automne, le fond du plumage blanc flammé de brun sur le 
dessus avec le croupion blanc. 9- Diffère du ç^ par le manque de rose au 
cou et à la poitrine et les flancs flammés de brun. — J . Pas de ronge à la 
tête, le fond du plumage fortement hné de roussâtre, sur le dessus, la poi- 
trine et les flancs. 

Nidification comme A. linaria. 

Très accidentel l'hiver en France et en Belgique. — Europe arcti<iue et Groen- 
land, descendant plus ou moins l'hiver vers le S. 



KAINE DE KRANCE. OI.SEAl X 91 



G. SERINUS KocH ; Sei-in. 



Bec léger, comprimé à la pointe, un peu plus haut que large à la base, de 
long, un peu moindre que la moitié de la tête. Angle mentonnier bien pro- 
noncé. Narines en partie cachées par des plumes. Tarse à peu près égal au 
médian armé. Queue moyenne, bien échancrée. 

S. canaria (L.), S. E. S. c. serinas (L.) [Serinus hortulanus Koch, 
Serinus nieridionalis Bhehmj ; Serin cini ; Serin méridional. L : 11,4 à 12,3; 
A: 6,7 à 7,5; Q: 4,7 à 5,2 ; ï : 1,3 à 1,4; B: 0,66 à 0,75. Bec brun jaune 
(146), patte gris-brun, iris brun. Rém. prim. : 3" presque égale à la 2® qui 
est la plus longue, l""" >■ 4". — ç^ Front, vertex, haut de la nuque, sourcil, 
côté du cou et croupion jaune vif. Occiput, joue et partie du côté du cou 
brun olivcâtre, les derniers mouchetés de jaune. Dos olivâtre flammé de noi- 
râtre, sous-caudales jaunes tachées de brun foncé. Gorge, poitrine, épigastre 
et flancs d'un jaune un peu verdâtre ; bas-ventre et sous-caudales d'un blanc 
plus ou moins jaunâtre, les côtés de la poitrine, de l'épigastre et les flancs 
flammés de noirâtre. Aile brun foncé, les rém. bordées de gris-verdâtre, les 
extrémités des grandes et moyennes sus-alaires jaunâtres. Rect. brun foncé 
liserées de gris verdâtre. Les plumes bordées en automne de gris jaunâtre, 
ce qui atténue les teintes. — Ç. Face sup. plus grisâtre que le (^ avec très 
peu de jaune au vertex. Face inf . d'un jaune plus pâle et beaucoup plus taché 
de brun. En automne, les teintes s'assombrissent encore pour les mêmes 
raisons que le (j*. — J. Varié de gris et de roux verdâtre, très taché de 
brun. 

Nid en coupe, artistenient bâti avec do la mousse, des lichens, des radicelles, 
des herbes sèches et des fils d'Araignées, doublé de crins, de plumes, d'aigrettes 
végétales, sur un arbre toufîu, un Couifère, à hauteur moyenne. — Œu/'s : 4 à 5, 
quelquefois T), d'un ovale un pou allongé. Gd : 14,5 à 17; Pd: 11 à 12,7. 
Bleuâtres, tachés et pointillés do lie-do-vin et de brun rouge, surtout vers le gros 
bout. 

Dans les boscjuets, les vergers, estival et commun dans toute la F'rance. — 
S. et Centre de l'Ein-ope, Al'riquo \., Asie mineure. 



G. CARPODACUS Kaip ; Roselin. 

Bec très peu comprimé vers la pointe, guère plus long que haut, et plus haut 
que long à la base. Narines plus ou moins recouvertes de plumes. Tarse à peu 
près de la long, du médian armé. Queue plus ou moins échancrée. Sexes ti'ès 
ditTôrents. 

C. erythrinus (Pali.as) [Fringilla iacerta Risso] ; Roselin cramoisi. L: 14 
à 15; A: 8,4 à 8,7 ; Q: 5.7 à 6; T. 1,85 à 1,95; B: 1 à 1,15. Bec (145), patte 
et iris bruns. Rém. prim. : 1'" presque égale à la 2*^ >. — cf. Tète, cou, 



92 FAUNE 1)K FRANGE. OISEAUX 

gorg-e, poitrine, croupion rouge cramoisi, les côtés de la tète et du cou lar- 
gement variés de brun. Dos brun marqué de rouge. Venti'e et sous-caudales 
d'un blanc rosé. Aile brune, les grandes et moyennes sus-alaires terminées 
de rougeâlre, le dossier marqué de rouge. Queue brune. — Ç. Face sup. 
brun cendré roussâtre à taches allongées brun foncé, moins nettes au ci^ou- 
pion. Face inf. blanc jaunâtre à taches allongées brunes à la gorge, au cou, 
à la poitrine et aux flancs. Aile brune avec rém. post., grandes et moyennes 
sus-alaires bordées de jaunâtre. Queue brune. — J . Semblable à la (;f mais 
un peu plus tachés, à face inf. un peu plus sombre, à bordure des sus-alaires 
plus nettes. 

Nid en coupe, bien construit de brindilles, herbes sèches, doublé de poils, de 
crins, d'herbes sèches ; dans des broussailles. — Œufs : 4 à 5, ovales. Gd : 17 à 
22; Pd : 13,5 à 15,5. Bleu-verdâtre tachés et pointillés de brun foncé et de 
noirâtre, presque uniq. autour du gros bout. 

Dans les petits bois, les bosquets, de passage accidentel et rare en France. — 
Europe N. E., accidentel dans FW. et le S. (1). 



(G. ERYTHROSPIZA Bonap ; Evythrospise). 

E. githaginea (Licht.) ; Erythrospize githagine. L : 12,5 à 13,5 ; A : 8,6 à 8,8; 
Q : 4,8 à 5 ; T : 2,7 ; B : 0,9 à 1. Bec rouge ou rougeâtre, patte et iris brun. — 
cf. Face sup. et poitrine à plumes cendré brunâtre largement bordées de pourpre 
vineux, le croupion et les sous-caudales roses. Côté de la tête et du cou blanc 
brillant lavé de rose, reste de la face inf. brun cendré nuancé de rose, plus vif à 
l'abdomen, avec les sous-caudales d'un blanchâtre rosé. Pennes brunâtres 
bordées extér. de rose. — 5- Comme le cT, mais le rose beaucoup moins net, 
surtout sur le front, le dos et l'épigastre. 

Signalé comme ayant été rencontrée dans le Midi de la France. — N. de 
l'Afrique. 



G. PYRRHULA Brisson ; Bonvreuil. 

Bec à peine plus long que haut, aussi haut que large à la base, de long. inf. à 
moitié de la tète, à narines cachées par des plumes. Tarse moindre que le médian 
armé. Queue faiblement échancrée. 

P. pyrrhula (L.) [Pijrrhula rubicilla Pallas, Pynhuhi major Brehm, 
Pyrrhula coccinea de Selvs Longch. ] ; Bouvreuil ponceau. L: 18 à 19; 
A : 9 à 9, S ; Q : 6,5 à 7,2 ; T : 1,7 à 1 ,9 ; B : 1 à 1 , 1 . Bec (52 p. .") 1 ) cl iris noirs, 

(1) Carpodacus roseus (I'alus). De taille plus forte que C. erythrinus. Chez le cf.Ia 
couleur générole est d'un beau rose. La 9 diffère peu de celle de l'autre espèce. Asie 
septentr., très accidentel dans l'W. de l'Europe. — Signalé comme capturé dans l'Ain 
(Fatio, 1899, p. 692), 



FAINE DE FRA.srCE. OISEAIX 93 

patte brune. Réni. prim. : -l" et 3" 7 ; 1'" > 4^ — ç{ . Bonnet, tour de bec et 
de l'œil, sous-caudales noirs à reflets violacés, derrière du cou, dos, scapu- 
laires, gris blanc, bleuâtre, croupion Joue, partie du côté du cou, face ini'. 
d'un beau rouge avec le bas-ventre et les sous-caudales blancs. Aile noire à 
reflets violacés et bleus, avec une tache rousse au bout de la dernière cubi- 
tale et l'extrémité des grandes sus-alaires grises. — Ç. Noir de la tête moins 
brillant, dos d'un gris un peu roussâtre, le blanc du croupion moins grand. 
Face inf. gris vineux roussâtre. — J. Ressemble à la Q, mais sans noir à la 
tète, la face inf. plus roussâtre ainsi que l'extrémité des grandes sus-alaires. 

Nid en coupe, cxtér. formé de l)riudilles, do radicelles, de mousse, de lichens, 
intér. de crins et d"herbes sèches, dans l'enfourchure d'un arbre feuillu, d'un 
Conifère, dans un buisson épais, à peu de hauteur. — Œufs : 4 à 5, d'un ovale un 
peu allongé. Gd : 19,6 à 23,2 ; Pd : 14 à 15. Bleu verdâtre, plus ou moins poin- 
tillés et tachés, surtout vers le gros bout, de lie de vin, de brun violacé ou 
noirâtre. 

Dans les bois, les bosquets, les vergers, hivernal et de passage plus ou moins 
régulier en France, surtout dans le N. et TE. — N. de l'Europe, Sibérie. Émigré 
en hiver plus ou moins bas dans le reste de l'Europe. 

S. E. P.p. europsiea. Vieillot [PyrrhiUa vu/garis Temm.1 ; Bouvreuil ordi- 
naire. Dillere du type par une taille moindre (L : 15,5 à IG ; A : 8,1 à 8,85), le 
noir de la tête descendant moins bas sur la nuque, le dos foncé, le rouge du cf en 
général moins vif. — Œufs naturellement aussi de taille moindre (en moyenne 
17 X 13)- Sédentaire ou de passage, commun dans presque toute la France. — 
Centre et W. de l'Europe jus([u"au N. de l'Italie et du Portugal. 



G. PINICOLA Vieillot ; Dur-bec. 

Bec un peu comprimé, à mandib. sup. dépassant un peu l'inf. Narines cachées 
par des plumes. Queue échancrée. 

P. enucleator (L.) [Lo.cia psittacea Pallas, Corjjthus angustirostris 
Brehmj ; Dur-bec vulgaire. L : -Jl à -l'I ; A : 10,5 à 11,3 : Q : 8,6 à 9 ; T : S,^ 
à 2,4; B: 1,6 à 1,7. Bec brun de corne (151), patte et iris brun foncé. — 
(j^. Rouge carmin plus ou moins vif, les plumes de la tête, du dos, les scapu- 
laires, brunes au centre, les flancs et le bas-ventre gris cendré. Rém. brunes 
bordées extér. de gris, les dernières liserées de blanc, les grandes et moyennes 
sus-alaires tei'ininées de blanc rosé. Rect. brunes liserées extér. de gris. — 
9- Gris cendré assez foncé mélangé de jaune brun au-dessus, la tête, le cou, 
la face inf. tournant au jaune fauve orangé, surtout la première. Ailes 
noires, les rém. prim. bordées d'orangé terne, les second, liserées de blanc, 
tes sus-alaires marquées de blanc comme le cf. Rect. noires bordées 
d'oi'angé terne. — J. Plumage très semblable à celui de la 9- '"iiis plus gris 
et plus terne. 



94 



FAUNE DE FRANCE. 



Nid en coupe, extér. de brindilles, de radicelles, de mousse, de lichens, intér. 
d'herbes sèches, de crins, de plumes, à une faible hauteur sur un Conifère. — 
Œufs : 3 à 4, quelquefois o, ovalaires. Gd : 24,5 à 28,6 ; Pd : 17 à 18,0. 

De passage très accidentel dans le N. et l'E. de la France. — N. de l'Europe, 
descendant plus ou moins au S., l'hiver. 



G. PASSER BiussoN ; Moineau. 

Bec à peu près aussi haut que larg-e à la base, d'au moins moitié de la tête en 
long, à tomie maxillaire un peu entaillée vers le bout. Tarse au plus égal au 
médian armé. Queue carrée ou un peu échancrée. 

P. domestica (I^.)' Moineau domestique, Moineau franc. L: 15 à 16; 
A: 7,5 à 8,3; Q : 5,7 à 6,2 ; T : 1,8 à 2 ; B : 1,25 à 1,3. Bec noir (o^ rupt.) 
ou brun jaunâtre (ad. hiver) (147), patte brun clair, iris brun marron. Rém. 
prim. : 3^7^ V^ et 2". — (j*. Dessus de la tête, nuque et derrière du cou 
roux marron, avec une larg-e bande longit. cendré bleuâtre, occupant une 
grande partie du vertex et de l'occiput. Bande sourcilière blanche. Lorum, 
dessous de l'œil, gorg-e, devant du cou et milieu de la poiti'ine noirs. Dos 
marron taché de noir, croupion et sous-caudales gris cendré. Ventre, flancs, 
sous-caudales blanchâtres plus ou moins gris sur les côtés. Côté de la tête 
et du cou blancs, avec la région aui'iculaire grise. Rém. noirâtres frangées 
de roux, grandes sus-alaires noires bordées de roux, sus-alaires moyennes 
noires largement terminées de blanc. Dossier de l'aile marron. Rect. brunes. 
En automne, le gris de la tête et du croupion léger, olivâtre, marron de la 
face sup. atténué par la bordure grise des plumes, côté de la tête gris, toutes 
les autres teintes moins pures. — 9- Dessus de la tête et du cou gris brun, 
dos brun roux taché de noir. Soui'cil roussâtre. Face inf. blanchâtre, plus 
ou moins lavée de gris roussâtre. Joues grises, La bande transvers, de l'aile 
jaunâtre. Plumage moins net en automne. — J. Ressemble à la Çi niais les 
teintes encore plus atténuées, le sourcil et la bande de l'aile peu visibles. 

Nid génér. volumineux, grossièrement construit, en coupe dans un trou de 
mur ou sous une toiture, ou bien en boule avec ouverture sur le côté sur un 
arbre élevé. Extér. bâti avec de la paille, du foin, de l'herbe sèche, intér. forte- 
ment doublé de laine et de plumes. — Œufs : 5 à 6, except. jusqu'à 8, d'un ovale 
un peu allongé. Gd : 17 à 25,2; Pd : 14 à 17. Blanchâtres ou grisâtres, plus ou 
moins pointillés, tachés, mouchetés de brun-olivâtre, de brun rougeâtre, de noir, 
de gros lilas, etc. 

Aux alentours des lieux habités, sédentaire et de passage, commun dans 
presque toute la France. — Europe moins la région méditerranéenne, Sibérie. 
Acclimaté aux Etats-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande. 

P. italiae(ViEn.LOT) \Fringilla.cisalpina Temm.]; Moineau italien. Dimen- 
sions, bec, patte, iris, de l'espèce précédente. — (^ . Dessus de la tête et du 
COU entier, marron vif. Dos de même couleur mais flammé de noir, sous- 



FAINE DE KRANCE. OISEAUX 95 

caudales brunes bordées de cendré roussâlre. Gorge, devant du cou, haut 
de la poitrine noirs, reste de la face inf. blanc jaunâtre nuancé de cendré 
aux flancs. Lorum noir surmonté d'un petit trait blanc. Côté de la tête et du 
cou blanc pur. Rém. brunes extér. liserées de roux, grandes sus-alaires 
bordées de fauve, moyennes sus-alaires noirâtres terminées de blanc, 
petites sus-alaires marron vif. Queue brune. En automne, plumage plus 
terne, les plumes étant bordées de gris. Rect. faiblement liserées de roussâtre. 
— 9- ^'"^^ semblable à celle de l'espèce précédente, mais de teintes plus 
claires. — J . Ressemblant beaucoup à la 9- 

Nid et œufs comme P. domestica (L.). 

Se montre plus ou moins dans la France S. E., donné comme remontant jusque 
vers Lyon. — Italie. 

P. hispaniolensis (Temm.) [Fringilla salicîcola Vieillot, Pyrgita salica- 
ria BoNAPj ; Moineau espagnol. Dimensions, bec, patte, iris, comme domestica. 
Rém. prim.: 2^ et 3'' ^, 1" > 4*^ — ç^ . Dessus de la tête et du cou entier, 
marron foncé, reste de la face sup. noir avec les plumes bordées de cendré 
roussâtre ou blanchâtre et les sus-caudales blanc pur, flancs grisâtres tachés 
longit. de noir. Sourcil et côté de la tête blanc pur. Grandes sus-alaires 
bordées de cendré roussâlre, moyennes noires à bout blanc, petites roux 
marron. Rect. brunes. En automne, teintes moins pures, les plumes étant 
bordées de cendré — 9- Face sup. gris brun, le dos et les sus-alaires bordées 
de jaunâtre. Face inf. grisâti'e avec des faibles taches brunâtres au devant 
du cou, à la poitrine et des taches cendrées et roussâtres aux flancs — J . 
Ressemblant à la 9 mais les teintes plus pâles. 

Nid et œufs très semblables à ceux des deux espèces précédentes. 

Accidentel et rare dans le S. de la France — Espagne, Grèce, Turquie, N. de 
l'Afrique. 

S. E. P. h. arrigonii Tschusi : Semblable au type, mais de taille moindre. 
A : 75 à 78. — Corse, Sardaigne. 

P. montana (L.) ; Moineau friquet. L. : 13,2 à 14 ; A : 6,5 à 6,8 ; Q : 5 à 
5,5 ; T : 1,5 à 1,6 ; B : 1 à 1,05. Bec noir ou noirâtre, patte brun jaunâtre, 
iris brun. Rém. prim. : 2 7 3^, P < 4^ — cf • 9- Bonnet, nuque, dessus du 
cou rouge bai ou brun rouge. Dos roux et gris roussâtre flammé de noir, 
croupion et sus-caudales gris roussâtre marron. Côté de la tête et du cou 
blancs, avec lorum, une tache à l'oreille, gorge et devant du cou noirs. Face 
inf. blanchâtre nuancée de gris brun à la poitrine, aux flancs et aux sous- 
caudales. Aile noirâtre, les plumes bordées de roux, les grandes sus-alaires 
terminées de blanc, les moyennes sus-alaires à centre noir également termi- 
nées de blanc. Queue brune. La 9 a seulement les teintes plus ternes. En 
automne, le plumage des deux sexes est atténué par une bordure grisâtre 
des plumes — /. Très semblable à la 9 en automne, le plumage seulement 
moins pur. 



96 FAINE DE FRANCE. OISEAUX 

Nid très semblable à celui du P. domeslica, dans uu trou d'arbre, à défaut dans un 
trou de mur ou sous une toiture — Œufs : 5 à 6, d'un ovale un peu obtus. Gd : 18 
à 22 ; Pd : 13,2 à 14, 8. Blancs, blanc jaunâtre ou grisâtre, striés et tachés de gris, 
de brun parfois d'une façon très dense. 

Dans les cultures, bosquets, lisières de bois, sédentaire ou de passage, assez 
commun dans presque toute la France — Europe depuis le 68° de latit. N., jus- 
qu'à la Méditerrannéo, N. de l'Asie jusqu'au Japon. 



G. PETRONIA Kavp ; Soulcie. 

Bec un peu comprimé eu avant, presque aussi large que haut à la base, plus 
long que la moitié de la tête. Mandib. sup. un peu écrasée en avant des narines, 
entrant à peine dans les plumes du front. Tarse à peu près égal au médian armé. 
Queue carrée. Sexes très peu différents. 

P. petronia (L.) [Passer sy U'estris Bai^soy, Petronia rupestris Bonap.J ; 
Soulcie d'Europe, Moineau soulcie. L: 15,6 à 16,5 ; A: 9 à 10; Q: 5,4 à 5,9 ; ï: 
1,9 à '2,1 ; B : 1,35 à 1,45. Bec jaunâtre à dessus brun (148), patte brun jau- 
ne, iris brun. Rém. prim. : S'' > P — cf • 9- Face sup. gris brunâtre variée 
de brun et de blanchâtre, surtout au dos, le croupion génér. unicolore. Un 
sourcil blanchâtre bordé de brun en haut et en bas, une tache brune derrière 
l'œil. Face inf. blanchâtre plus ou moins lavée et flammée de gris brunâtre» 
avec une tache jaune vif au bas du cou. Les sous-caudales terminées de 
blanc jaunâtre. Côté de la tête et du cou gris brunâtre. Aile brune, la plu- 
part des plumes liserées de gi'isâtre et terminées de blanchaille. Rect. plus 
foncées dans leur dernier tiers et sauf les médianes, avec une large tache 
blanche. La 9 a seulement les teintes moins vives. En automne, les 2 sexes 
ont un plumage plus terne et plus maculé — /. Comme la 9, mais sans lâ- 
che jaune au devant du cou. 

Nid grossier, de paille, d'herbes sèches, de iietites racines, doublé de plumes, 
de crins, de laine, dans des trous d'arbres, à défaut dans des trous de rochers ou 
de murs — Œufs : 3 à 6, d'un ovale un peu obtus. Gd : 20 à 23 ; Pd : U>,5 à 16.5. 
Blanc jaunâtre, très tachés et pointillés de brun et de gris. 

Dans les champs, les broussailles, les bosquets des lieux accidentés, estivale, 
sédentaire ou de passage, répandue dans le S. de la France, plus rare dans le 
Centre, accident, dans le N. — Centre et S. de l'Europe. 

S. E. p. p. hellmayri Arrigom. Diffère du type par son aile plus courte, sa 
face sup. plus foncée, d'un brun olivâtre plus grisâtre, avec les marques blan- 
châtres plus elfacées — Corse et Sardaigne. 

G. EUSPIZA BoNAPAHTi: ; Euspise. 

Bec comprimé â la pointe, à 'tomies léger, ondulées, bien oblicjues vers les 
commissures, à culmen s'élevant tlerrière les narines au niveau du crâne, à nari- 



tAlNE DE FRANCE. OISEAUX 97 

lies en partie cachées par <les pliiiiies. Tai-se de la long, du médian ai'uié. Queue 
ample, échancrée. Sexes très dilTéienls. 

E. melanocephala (Scopou) [Frini^-illa crorea Vieileot, Xantornns cau- 
casiens Faleasj ; Euspize luelauocepliale. Passerine melanocephale. L : 18 ; 
A : 9,4 à 9,y ; Q : 7, .3 à 8 ; T : 24 à 2,2 ; P. : 1.4 à 1,5. Bec bleuâtre (138), 
patte et iris brun roux — cf. Dessus de la léle, nuque el joue noirs, dessus 
du cou, dos et croupion roux. Face inf. et côté du cou jaune jonquille lavé 
de roux vif aux côtés de la poitrine. Aile brune avec les rém. bordées de 
grisâtre. Ilect. brun cendré roux à bordure plus claire, l'ext. marquée de 
blanc. En automne, les teintes noires moins pures, les plumes étant liserées 
de brun ou de f^'-ris — Ç. Tète brunâtre à stries noirâtres, reste de la face 
sup. cendré roussâlre avec les sus-caudales nuancées de jaunâtre. Face inf. 
blanc roussàtre lavé de jaune — J. Très semblable à la Ç. 

Nid eu coupe, lâchement bâti, sur un buisson à peu de hauteur, parfois à terre. 
— Œufs : 4 à 5, ovales. Gd : 1'.) à 2."> ; Pd : 1^> à 16,5. Blanchâtres ou blanc 
bleuâtre, tachés et pointillés de gris et de brun plus ou moins foncé, en général 
surtout vers le gros bout. 

De passage très accidentel en France. — Europe S.E., Asie mineure, accident, 
dans l'Europe centrale et W. 



E. auréola (Pallas) [Passerina collaris Vieillot, Eniberîza dolichonia 
BoNAP.] ; Euspize auréole, Passerine auréole. L : 15 ; A : 7,7 à 7,9 ; Q : 5,5 à 6,2 ; 
T : 2,1 à 2,2 ; B : 1, à 1,1. Bec brun à base de la mandib, rougeâtre (ad.) 
ou jaunâtre (j.), patte brune (ad.) ou couleur chair (j.), iris. brun. — (5*. Face 
sup. et collier marx'on rouge, côté de la tête et gorge noirs, collier entre le 
noir de la tête et le collier roux, jaune pur ainsi que la poitrine et les lianes, 
ces dernières parties flammées de marron. \'entre el sous-caudales blan- 
châtres. Rém. brunes liserées de jaunâtre, grandes sus-alaires marron, 
terminées de blanc, la plupart des autres blanches, quelques-unes grises. 
Rect. brunes, les 2 plus ext. tachées de blanc. — Q. Face sup. brun lerne 
flammé de noir, avec verlex et croupion marron. Face inf, roussàtre clair 
lavé de jaune, les flancs lavés de verdâtre et flammés de brun. Côté de la 
tête blanchâtre barré longit. de noirâtre derrière \\v'\\ cl à la région 
parotique. Moyennes et petites sus-alaires gris clair avec des taches noires. 
Rect, ext. avec moins de blanc que le (^f — J. Plumage plus lerne et plus 
taché que celui de la 9- 

Nid très semblable comme construction et situation à celui de l'espèce 
précédente. — Œufs ; 4 à 6, ovales. Gd : 18,6 à 22 ; Pd ; 14,5 à 15,5. Verdâtres ou 
gris brunâtre clair, très tachés et pointillés de gris, de brunâtre et de brun foncé. 

Rencontrée quelquefois dans le S. de la France — Russie, Asie jusqu'au Japon» 
Accidentel dans l'W. et surtout le S. de l'Europe. 

7 



98 KAl'NE D1-: FRANCK 



Ci. MILIARIA liitic.i.M ; Proyer. 

Bec coinpiiiné, l)o;uu'()iii) plus h;ui( (juc hngL- à la l)asc', iiiaiulil). sup. entrant 
assez dans les plumes du froul. Taise à peu pi'ès épal au médian armé. Doigts 
lat. égaux, atteignant au i)lus la 2'' articul. du uuMJian. Aile n'arrivant pas à 
moitié de la queue, eelle-ci presfjue carrée. Sexes pres(|ue identifjues. 

M. calaudra (L.) [Emberiza miliaria L., Fringilla projer Mlller, 
Miliarin eiiropaea Swains.] ; Proyer d'Iùirope. L : 18,5 à 19,8; A : 8,9 à 9,9; 
g : 6,7 à 7,8 ; T : 2,4 à "2,6 ; P) : 1, .'{.•> à l,i. Hec brun de corne 137 , patte 
brunâtre, iris brun. Uéni. prin>. : P > 4*^ — cf $• Paee sup. gris brun 
roussàlre à longues stries longit. Iirun l'oneé sauf au croupion. Face inl'. 
blanc jaunâtre, la gorge, le cou, la poitrine el les lianes tacliés longil. de 
brun surtout ces deux derniers. .Aile bi'une, les plumes borilées de gris 
roussàlre surtout les l'éin. culiit. et les sus-alaires. Queue brune. La 9 
seulement un peu claire. Vax automne, les '1 sexes ont la l'ace snp. plus grise, 
l'inf. plus jaunâtre et {)his tacliéc — J. Face sup. plus roussàli'e, l'inl". plus 
foncée et plus tachée. 

Nid en coupe, lâchement hàti extér. de mousse, de petites racines, d'herbes 
sèches, iiitér. doublé tle fines her])es sèches et de crins. A terre dans un petit 
creux, au j)ied d'une loull'e de giamin(''es, i-xcept. dans un petit buisson. — Œufs: 
4 à (i d'un ovale varial)le. (id : il à 28 ; Pd : 17,6 à l'.t. D'un gris rose ou lilas h 
taches et raies grises ou brun foncé, souvent plus serrées vers le gros bout. 

Estival et de i)assag(', plus rarement sédentaire, assez commun dans les 
[)i-airies. les champs, les landes, dans presque toute la France — Europe Centre 
et .S., N. de l'Afri(pie, W. de l'Asie. 

.S. E. M. C. insulciris Paudot. Taille un peu plus forte ipie le type, face sup. 
un peu |ilus fonct'e, gris brun olivâtre, taches de la gorge plus noires et plus 
larges, aussi plus foncées aux flancs. Corse. 

G. EMBERIZA F. : Bniatit. 

Pec vni peu plus haut que large à la base, à mandib. su|). entrant un peu dans 
les plumes du front. Tarse à peu près égal au médian arnu'. Doigts lat. à peu 
près égaux. (Jueue auq)le, plus ou uu)ins échancrée. 

E. citrinella I>. : Pmaid jaune. I. : 17,5 à 18,5; A : 8,5 à 9,-2 ; Q : 7,5 
à 8,1 ; T : 1,9 à 2 ; P) : 1.15 à 1,2. Bec bleuâtre (141), patte brun jaunâtre, 
iris brun. Réin. prini. : P < i'' — cf. Têle jaune plus on moins tachée de 
noirâtre et d'olivâtre à l'occiput el aux joues. Nuque gris olivâtre. Dos roux 
olivâtre largement strié de brun, croupion el sus-caudales roux. Face inf. 
jaune, lavée de gris olivâtre on roussàlre à la j)oitrine, mouchetée de rous- 
sâtre aux flancs el aux sous-caudales. Aile brun noirâtre, les rém. liserées 
de jaunâtre, les sus-alaircs frangées de gris roussàlre. Queue brun-noirâtre, 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 99 

les 2 rcct. ext. lâchées de blanc. \']i\ aiiloiniic, [jliimage moins net, surtout 
le jaune de la tête — 9- I^i'l^i'e du çf par la taille un peu plus faible. La 
plus grande partie de la lêle brun olivâtre avec ordin. une tache blanche au 
dessus, le reste de la face sup. plus rousse. Face inf. d'un jaune plus clair et 
plus largement flammé de brun. Le blanc des rcct. moins étendu. En 
automne, le plumaj^'-e encore moins net — J. Ressemble à la Q, mais sans 
jaune à la tète et la face inf. encore plus flammée de brun noir. 

Nid en coupe, extér. formé de mousse, de petites racines, d'iierbes et de 
feuilles sèches, intér. de ])rins d'herbe sèche et de crins, à terre sous une toulTc 
d'herbe, parfois à peu de hauteur sur un arbuste ou dans des plantes grimpantes 
contre une rocaille ou un vieux mur, aux lisières de bois ou de broussailles. — 
Œufs : 4 à 5, quelquefois 3 ou 6, ovales, un peu obtus, Gd : 18,5 à 24,2 ; Pd : 14,3 
à 17,7. Blanchâtres, blanc roussâtre ou grisâtres avec des taches et des traits 
souvent longs lilacés ou In-uns. 

Dans les champs, les vergers, les petits bois, sédentaire ou de passage, 
commun dans presque toute la France — Europe du 70° latit. N. à la région 
méditerranéenne, en hiver jusqu'au N. de l'Afrique. 

E. cirlus L. [Emberiza sepiavia Brisson, Eniberiza elxathovax 
Becustein] ; Bruant zizi. Bruant des haies. L: 16,5 à 17,2; A: 7,5 à 8,1 ; 
Q : 6,8 à 7,2 ; T : 1,9 à 2 ; B : 1,1 à 1,15. Bec gris-verdâtre et brun, patte 
brun jaunâtre, iris brun. Rém. prim. : 1'^" >• 5®. — ç^ . Bonnet, dessus du 
cou et croupion gris olivâtre plus ou moins tachés de noirâtre, dos varié de 
gris et de roux marron largement taché de brun foncé. Gorge noire, devant 
du cou jaune, haut de la poitrine et côté du cou olivâtres. Bas de la poitrine 
et côté de l'épigastre roux marron. Ventre et sous-caudales jaunes striés de 
brun noir sur les côtés. Sourcil jaune, lorum et joue noirs, avec en dessous 
une bande jaune. Aile brun noirâtre, les sus-alaires bordées de grisâtre et 
de roux. Rect. brun noir, les 2 ext. tachées de blanc. En automne, les 
plumes du dos boi'dées de grisâtre ainsi que celles de la gorge, celles de la 
poitrine de jaunâtre. Les parties jaunes moins vives. — Ç. Plus grise au 
dos que le cf. Gorge et devant du cou jaune clair tachés de noirâtre, haut 
de la poitrine gris olivâtre, bas roussâtre linement rayé longit. de noirâtre, 
reste de la face inf. jaune clair rayé longit. de brun noir. Sourcil et bande 
du bas de la région pai'otique moins larges et jaunâtres, la joue jaunâtre 
variée de brunâtre. En automne, plumage plus terne et plus taché. — 
J. Face sup. brune flammée de noirâtre, face inf. jaunâtre lavée d'olivâtre et 
fortement tachée de noirâtre. 

Nid très semblable h celui de l'espèce précédente, mais moins souvent à terre, 
le plus souvent à quelques décimètres de hauteur dans des broussailles épaisses. 
— Œufs: 4 à 5, d'un ovale en général plus court que ceux de VE. cilrinella. 
Gd: 19,5 à 23 ; Pd: 15,9 à 17,4. Blanchâtres, blanc verdâtre ou bleuâtre, tachés, 
pointillés et longuement rayés de gris et de brun foncé. 

Haies, broussailles, lisières de bois. En France, en général, es{)èce bien moins 



}()() FAINE DK FRANCK. OlSKAl'X 

coinmiuR- que la précédente, estivale ou de passage dans le N. et le Centre, sédeu- 
taiiv tlans le S. — Europe méditerranéenne et AlViciue N. W., remonte dans 
rEiiropc! moyenne. 

S. K. JE?. C nigrOStriata ScmicitEL. Plumage plus brillant que le type, les 
poi 



;ôtés de la poitrine tachés de roux de rouille, les flancs tachés de noir. — Corse. 



E. hortulaua L. [Emhcriza chlorocepJuihi (Imkunj ; Bruant ortolan. 
L : l.-),.') à H'),:) ; A : 8,3 à 8,9 ; Q : r),8 à l,:? ; T : 1,9.-) à -J ; B : 1.1 à 1,15. Bec 
et palle rou^eàlres ou couleur chair, iris brun. Rcui. prim. : l'« presque 
égale à la -2°. ~ (f . Tête et cou gris olivâtre, avec tour de l'œil, une longue 
nîouslache, gorge et devant du cou jaune clair. Dos gris roux olivâtre 
ilanuné de brun Hoir, cr.uipion n.ussâlre. Haut de la poitrine jaune clair 
scnvcnt lavé de cendré olivâtre. Reste de la lace inf. d'un roux plus l'once à 
la poitrine, plus clair aux sous-caudales. Aile brune avec les plumes bordées 
de roux clair. Uecl. brunes, les médianes bordées de roussàlre. "ion W ext. 
lâchées de blanc. En automne, leinles plus ternes, les plumes du dos 
bordées de roussàlre, coté du cou el haut <le la poitrine à l.u.gues taches 
noires. — 9. Face sup. plus terne, le dessus de la léle, le coté du cou et le 
haut de la poilrnie tachés de brun olivàlre. ('.orge bien moins jaune ciue 
le 0*. Le reste de la lace inl". beaucoup plus pale, avec les lianes tachés de 
brunàlre. Kn aulonnie, plumage encn-e UM.uis net, avec les taches plus 
accentuées. — J. Ressemble à la 9, mais a la gorge grisâtre, le bec el la 
patte plus clairs. 

Nid en coupe, assez grossièrement ])àti d'iierbes sèches et de radicelles, doublé 
d'herbes sèches et de crins. Le plus souvent à terre, au pied d'une broussaille, 
d'un cep, d'une toutle d'herbe, parfois à peu de hauteur sur un arlniste, un cep. 
- Œvf-'^ : 4 à o, ovales. Gd : 18,3 à 22 ; Pd : i:i,:5 à 10,8. Blancs, lilacés ou gris 
rose pâle, pointillés, tachés, rayés de gris vineux, de brun et de noir. 

Dans les vignes, les jardins, les cultures, estival et de passage dans presque 
toute la France. —Europe jusqu'à la région méditerranéenne, N. W.de l'Afrique, 
Asie jusqu'à la Mongolie. 

E. CSesia Crktzcu. \Emherizn m/i-u/aris Bhku.mj; r.ruanl cendrillard. 
I. : lia lj,() ; A : 8,3 à 8,() ; Q : i^ô à 7,5 ; T : :i ; 1^ : <>,9 à 1,3. Bec rou- 
gcàtre, palle brunàlre, iris brun. Rém. pnm. : 1'" presque égale à la '^ . — 
^. Tele, dessus du cou el poitrine cendré bleualre avec le lorum, la mous- 
tache, la' gorge el le tlevanl du cou roux de nuiillc. Reste de la face sup. 
varié de brun et de roussàlre, avec le croupion cendré roussàlre. Rém. et 
sus-alaires noires bordées de roussàlre. Weci. m.ires bordées de roussàlre, 
les 3 exl. marquées de blanc. Toutes les teintes moins pures en automne. — 
$. Face sup. gris roussàlre strié longit. de brun, lace inl'. roussàlre, striée 
de brun au coté du cou et à la poitrine. Eu automne, les teintes encore 
moins brillaules. —J. Ressemblant beaucoup à la 9 en aulomue. 



lAUXE DK lU.VNCE. OISKAl'X 101 

Nidification tri'S sembial)lo à colle de res[)èce pi'i''C(''dcnU'. — Œufs: 4 à 6, 
ovules. Gd : 20 ù 22,0 ; Pd : 1") à 17. De même couleur que ceux d'E. hortuluna. 

De rencontre accidentelle, S. de la France. — S. tic ri'àiro[je jusiiu'en Asie 
mineure, N. do rAfrii]ue. 

E. cia L. \Einheviza îotharîngica Gmklin, Emberiza hordci Hui:iimj; 
Bruant lou, Ortolan de Lorraine. L : 17 à 17,8 ; A : 7,7 à S,:{ ; Q : 7,i à 7,1); 
T : 1,1) à •_> ; \\ : 1,2 à 1,25. Bec brun noirâtre à hase plus claire, palle brun 
jaunâtre, iris brun. Réni. prini. : 1'" à peu près é};ale à la 5''. — g*. Tète et 
cou gris bleuâtre avec une bande suprasourcilière, une autre sur r(eil et 
une moustache noires, ces 3 bandes en ])artie réunies par une aulre Irans- 
vers. sur le côté du cou. Dos roussâlre ilannné de noirâti-e, croupion et 
sous-caudales roux marron. Face inf. rousse à C()lès plus foncés. Aile brun 
niiirâli'e, les réni. liserées de hlanchâlre, les sus-alaires bordées de rous- 
sàtre et de blanchâtre, les petites étant gris bleuâtre. Rect. brun noir, les 
2 plus ext. tachées de blanc. En automne, tète variée de brunâtre, l'ace 
inf. plus pâle. — 9- Dessus de la tète gris roussâlre rayé de brun noir, les 
bandes longit. de la tète moins nettes et brunâtres. Le cendré de la gorge et 
du de\aid du cou nuancé de roussâlre, reste de la face inf. roux nuiculé de 
brunâtre sur les côtés. En automne, les teintes plus ternes. — ] . Face sup. 
giis roussâlre tachée de brun, le croupion roux llammé de noirâtre. Face 
inf. abondamment tachée de brun au cou, à la poitrine et aux flancs. Aile 
à sus-alaires bordées de roux. Hecl. brunes bordées de brunâti-e, les 2 ext. 
avec du blanc comme les ad. 

Nid très semblable à celui d'^". hnrtulaiia, enlre des tonlTes d'herbes, dans des 
rocailles ou à peu de hauteur sur une broussaille -«- Œufs : 4 à Y) ovales. Gd : 20,5 
à 22,5; Pd : 15,2 à 16,5. Blanchâtres, blanc mauve, tachés mais surtout marqués 
de lignes entremêlées gris lilas ou brun noir, la pointe étant plus ou moins 
innnaculée. 

Dans les endroits broussailleux ou découverts, surtout accidentés, estival, de 
passage on sédentaire, surtout dans l'E. et le S. de la France. — S. et en partie 
Centre de l'Europe, jusqu'à l'Asie mineure, descendant l'hiver dans le N. de l'A- 
frique. 

E. leiicocephalos Gmkmx \Rmbeiizn pitlu/oinus Pallas] ; Bruant à tète 
blanche, 15ruant pithyorne. L : 16 à 17 ; A : 1» à 9,2 ; Q : 7 â 7,8 ; T : 2,1 ; 
B : 1 à 1,1. Bec jaunâtre à pointe et dessus bruns, palle jaunâtre, iris brun. 
— ç^ . Dessus de la tète et du cou blanc pur, avec le front, les C(Més et des 
taches au dessus du cou noirs, reste de la face sup. d'un roux vif à taches 
longil. noires sur le dos. Une large bande sur I'cimI, gorge, devant et côté du 
cou roux marron avec la joue blanche. Reste de la face inf. blanche, avec le 
haut de la poitrine et les flancs tachés de roux marron. Aile noirâtre, les 
plumes largement bordées de roussâlre ou de roux. Hecl. noirâtres, bordées 
de gris roussâlre, les 2 ext. tachées de blanc. En automne moins brillant et 



102 lALNli Dli KK.VNCK. — OISUAL X 

bien plus maculé — 9- l'ace sup. brun roussâtre, largement tachée de brun 
noir, avec une faible indication de blanc au vertex. Face inl'. blanchâtre, 
sans roux à la gorge et très marquée de taches longil. brunes. Aile et queue 
ressemblant à celles du q*. En automne, plumage encore plus terne — J . 
Très semblables à la 9 en automne. 

Nidification analogue à celle de l'^'. citrindla L., les œufs ayant, Gd : 20, S à 23; 
Pd: 15,5 à 17. 

Très accidentel en France, rencontré surtout dans le S. — Sibérie, accidentel 
dans le Centre et le S. de l'Europe. 

E, chrysophrys Pallas ; Bruant à sourcils jaunes. F : 14,5 ; A : 8 ; Q : 6,3 ; 
T : 2 ; B : 1,1. Bec et iris bruns, patte roussâtre — çf . Dessus et coté de la 
tête noirs avec une ligne longit. médiane blanchâtre rejoignant en arrière 
un étroit demi collier de même leinle et un large sourcil jaune. Reste de la 
face sup. brun gris taché de noir, (iorge et moustache blanches, une ligne 
brunâtre très tachée de noir, séparant ces deux parties. Reste de la face inf. 
rousse, avec le ventre blanchâtre, la poitrine et les flancs qui sont plus foncés, 
tachés de noirâtre. Aile brun noir, les plumes liserées de roussâtre. Rect. 
brunes liserées de roussâtres, les 3 plus ext. tachées de blanc — 9- ^^^ noir 
de la tête remplacé par du brunâlie, le reste de la face sup. plus roussâtre. 
La face inf. beaucoup plus tachée — J . Plumage encore plus terne et plus 
taché que la 9- 

NidiGcation inconnue. 

Except. capturé près de Fille, dans le Fuxondjourg et en Belgicpie — Sibérie, 
N. de la Chine. 

E. rustica Pai.las [Etnberiza lesbia (imkmnJ ; Bruant rustique. F : 13,5 à 
14,5 ; A : 7,6 à 8; Q : 6,1 à 6,5 ; T : 1,8 à 1,U ; B : 1 â 1,1. Bec brun jaunâ- 
tre à dessus noirâtre, patte roussâtre, iris brun — ^f. Dessus et côté de la 
tête noirs, avec le sourcil, la nuque, la g«n-ge et le cou blancs. Face sup. et 
un large collier brun marron, plus clair au croupion et taché de noir. Reste 
c'e la face inf. blanche aAcc les cotés de la poitrine et les flancs largement 
tachés de brun marron. Rém. brun noir liserées de clair et les sus-alaires 
bordées de roussâtre et de blanc, le dossier de l'aile marron vif. Rect. brunes 
bordées de clair, les 2 ext. marquées de blanc. En automne, les teintes beau- 
coup plus atténuées par des bordures grisâtres ou brunâtres aux plumes — Ç. 
Plus petite. Dessus et coté de la tête brunâtre avec des taches en séries 
longit. brun noir, le reste de la face sup. ressemblant en moins vif à celle du 
ç^ . Sourcil et moustache roussâtres, celle dernière séparée du blanc de la 
gorge par une bande brune. Face inf. moins nettement marquée que celle 
du (^ . Fes bordures des sus-alaires aussi moins vives. En automne, les bor- 
dures des plumes atténuent encore les teintes — J . Ressend)lanl à la 9 en 
automne, mais les teintes encore plus terne et plus maculées. 



FAINI- DK FRANCK. OISKAIX 1 (Xi 

Nid l'L'sst'iublant ;t ci'lui (U's autres Bruants, dans une saulaie, une broussaille, 
à terre ou à une faible hauteur — Œufs ; 5 à 6, ovales. Gd . 20 à 21,7 ; Pd : lia 
ir»,3. Grisâtres, gris verdàtre, quelquefois olivâtres, tachés de gris et de brun. 

Accident, dans le S. de la France — N. de l'Europe et de TAsie, descend dans 
le Centre et le S. de l'Kurope. 

E. pusilla Pai.i.as ; Bruant nain, Cyuchrame nain ; L : 13 à 13,5; A : 6,9 à 
7,6 ; Q : 5, H à 6 ; T : 1,7 à 1,8; H : 1. Bec brun à dessous plus clair, patte et 
iris bruns. — çf . Dessus et côté de la tête marron vil", avec de chaque côté, 
au dessus du sourcil, une bande noire allant du front à l'arrière du cou et se 
bifurquant au niveau de la nuque pour descendre un peu derrière la réf.;ion 
parotique. Reste de la face sup. roussâtre, le centre des plumes brun ou noi- 
râtre. Gorge, devant du cou et moustache blanc fauve, cette dernière sépa- 
rée en partie des précédents par une ligne noire. Reste de la face inf. blanc 
la\é de roussâtre, la poitrine el les lianes lâchés longit. de brun-noir. Rém. 
brunes bordées de clair, les 2 e\l. a\ec du blanc — Ç. Plus pelile. Dessus de 
la léle brun marron rayé longil. de noirâlre, le sourcil roussâtre, la région 
parotique marron. Reste de la face sup. ressemblant au ç^ . Face inf. plus 
foncée et tachée de brun à la poitrine, aux flancs et aux sous-caudales — J . 
Ressemble à la Çi mais en teintes plus ternes. 

Nid comme les autres Bruants — Œtifs .4^6, ovales. Gd : 17,5 à 20 ; Pd : 14 
à 14,3. Gris jaunâtre ou gris verdâtie, tachés de gris et de brun noir. 

De passage iiTCgulier et très rare dans le S. de la France — N. de l'Europe et 
de l'Asie, descend plus ou moins dans le C. et le S. de l'Europe. 

E. schœniclus L. [Enibeiiza p/oi>i/ic/aIis Gmelin, Cynchramus slagna- 
tilis BkeumJ ; Bruant des roseaux. L : 14,8 à 15,8 ; A : 7,2 à 8 ; Q : 6,1 à 
6,9 ; T : 1,9 à 2; B : 0,9 à 1. Bec noirâtre (139), patte brun roux, iris brun. 
Rém. prim. : V ^ b" — cf. Tèle, devant du cou et haut de la poitrine 
noirs, moustache, côté et derrière du cou blancs. Nuque et croupion gris 
plus ou moins variés de brun. Dos brun foncé, les plumes largement bordées 
de roux. Face inf. blanche avec quelques taches brunes aux flancs. Rém- 
brunes liserées de roussâtre. Cubitales, grandes et moyennes sns-alaires noi- 
râtres largement bordées de roux. Dossier de l'aile roux. Rect. brun noi- 
râtre, les 2 ext. marquées de blanc. Fn automne, le noir de la tète marqué 
de brun, le sourcil el la gorge blanchâtres. Face inf. moins blanche et plus 
maculée de brun — Ç. Un peu plus petite. Face siqj. d'un roux lavé de gris 
à taches brun foncé formant des lignes longit. Face inf. blanc jaunâtre avec 
une tache brune de chaque côté de la gorge et de nombreuses taches brunes 
et rousses sur le bas du cou, le haut de la poitrine et les flancs. Joues variées 
de brun et de roux et bordées en haut et en bas de blanc roussâtre. Aile et 
queue moins foncées que le çf , à bordures des plumes moins vives. \\n au- 
tonnie, les teintes plus atténuées — J . Ressemblant à la 9 ^n automne. 

Nid en coupe, lâchement bâti d'herbes sèches et doublé de crins, à terre dans 



104 



FALNE DE rUANCE. OISEAl'X 



un massif de roseaux ou à la base d'une l)roussaille — (Eufx : 4 à 5, ovales. Gd : 
18, S à 22 ; Pd : 14 à 15, a. Gris oli\ àlre, jJi-is roussàtre ou gris rosé, tachés de gris, 
de brun foncé, de brun violacé. 

Dans les régions marécageuses, aux bords des cours d'eau. Sédentaire, estival 
ou de passage. Dans presque toute la France — Presque toute l'Europe, le N. de 
l'Asie, hiverne jusqu'au N. de l'Afrlcjuc. 

E. pyrrhuloïdes Pau.as, S. K. E. p. palustris Swi ; l^ruant pyrrhulo'kle, 
Bruant des marais. L : 15, B à IB,.") ; A : S,;} à U ; Q : 7,3 à 7,8 ; T : 2,1 à 2,2 ; 
B : 1 à 1,1. Bec (140) el palle l)ruii noir, iris marron — cf. Tète et haut de 
la poitrine noirs avec une mouslache blanche se confondant avec un collier 
de même couleur qui descend à la pf)itrine. Plumes du dos noires bordées de 
gris roux et de brun. Bas du cou et croupion cendrés, avec quelques fines 
stries noirâtres à ce dernier. Fai-e inf. blanche avec les côtés de la poitrine 
et les flancs striés lon|.;it. de roux brun. Aile noire à plumes boi'dées de brun 
roux vif. Recl. noires bordées de l)run roux, les 2 exl. marquées de blanc. 
En automne, les j)lumes noires de la tète b(n-décs de brun roux, le collier 
moins blanc, la face inf. roussàtre — Ç. Face sup. l'ousse avec le centre des 
plumes brun foncé. Face inf. roussàtre clair avec une bande brune de la 
mandib. inf. à la gor<^e et au côté de la poitrine. Flancs à taches longit. bru- 
nes. Une bande de même couleur sur la joue. Rém. et rect. plus brunes que 
le (j^.he plumage rendu plus terne en automne j)ar une bordure de ])lumes. 
— J. Resseudilant à la Ç. 

Nidilîcatiou seud)lal)le à celle de \'E. schœniclus, les œufs étant un peu plus 
gros. 

Dans les mêmes endroits ((ue l'esiièce précédente, dans le S. de la France — 
Europe S. W. 



G. CALCARIUS Rkcustein ; Plectmphane. 

Bec léger, plus haut que large à la base, à mandib. sup. entrant peu dans les 
plumes du front, à narines cachées par des plumes. Tarse nettement plus long (pie 
le médian armé. Aile couvrant au plus les 2/3 de la queue. Celle-ci échancrée. 
Plumage de noce difl'érent de celui d'automne. 

C. lapponicus (L.) [Fringilld caUnrata Fai.i.as, Plectrophanes groen- 
landiciis BrehmJ ; Plectrophane lapon, Piruanl uu)ntain. L: t."), 3 à l(),.'i ; 
A : 9 à 9,9 ; Q : 6,3 à 6,8 ; T : 2 à 2,2 ; P> : 0,9.") à 1,2. Bec jaune à pointe 
noirâtre, patte et iris bruns. Rém. prim : P'^ 2^ — cf l'^P^- '^'ète, gorge, 
devant du cou et haut de la poitrine noirs avec un large sourcil roussàtre 
rejoignant en arrière une bande verticale blanche qui limite le noir de la 
région parotique. Nuque roux nu^rron. Reste de la face sup. mural re, les 
plumes largement bordées de gris el de roux. Face inf. blanche, avec les 
flancs maculés de noir. .\ile brun noir, les cubitales el les sus-alaires bordées 
de roux et à pointe !)lauciu', Recl. brun noir, la plus exl. et quelquefois les 



KAINE 1)K FRANCE. (tlSKAlX 105 

•2 ext. marquées de blancs. — çf hiver. Plumes noires de la lète et du cou 
largement bordées de roussâtre, la gorge blanche et le loium roussâtre. 
Tache de la nuque très atténuée par les bordures roussâtres des plumes. 
Face inf. roussâtre. Les pennes bordées de roussâtre et peu de blanc au bout 
des cubitales et des sus-alaii-es. — 9- Face sup. à plumes brun-noirâtre 
bordées de roussâtre, la nuque et le ci'oupion plus roux. Gorge blanchâtre 
bordée de taches brunes, poitrine d'un gris roux maculé de brun noir. 
Reste de la face inf. blanchâtre avec des taches allongées aux ilancs. Sourcil 
roussâtre et région parotique brune. Aile et queue à fond plus brun que 
le çf, mais tachées à peu près comme lui. En automne, le plumage seule- 
ment un peu atténué — /. RessendDlant à la Q en automne. 

Nid comme celui des Bruants, à terre. — Œufs : "> h 0, d'un ovale plus ou 
moins obtus. Gd : 19 à 22,5 ; Pd : 14 à 16. De coloration varial)le, blanchâtres, 
verdâtres, brunâtres avec de nombreuses taches grises et In-unes. 

Hôte d'hiver assez accidentel en France — l^égions arctiques des deux conti- 
nents. Descend en hiver dans le Centre de l'Europe jusqu'au N. de l'Italie. 



G. PASSERINA Vieillot ; Passevine. 

Bec léger, plus haut que large à la base, à mandib. entrant peu dans les plumes 
du front, à narines cachées par des plumes. Tarse un peu plus long (jue le médian 
armé. Aile couvrant près des 3/4 de la queue. Celle-ci échancrée. Plumage de 
noce du cf très difTérent de celui d'autonuie. 

P. nivalis (L.) ; Passerine des neiges, Ortolan de neige, Plectrophane de 
neige. L : 17 à 18 ; A : 10,2 à 11 ; Q : 6,6 à 7,1 ; T : 2,1 à 2, 2 ; B : 1,1 à 1,2, 
Bec noir (q* rupt.) ou jaunâtre à pointe noire (ad. hiver) (142), patte noire 
(ad. été) ou brun foncé (ad. hiver) (70 p. 531, iris brun. Rém. prim. : 
1'" presque égale à la 2^ — cf rupt. D'un blanc pur, avec le dos, les scapu- 
laires, les rém. polliciales et cubitales, les prim. sauf la base, souvent une 
petite tache vers le bout des sus-alaires ant. et des rém. seccnid., les 3 rect. 
médianes et le bout des autres noirs — çf hiver. Face sup. variée de gris et 
de roux, le centre des plumes du dos, des scapulaires et des cubitales noirs. 
Face inf. lavée de roux, surtout aux lianes et la poitrine roux de rouille — 9- 
Tète, cou, haut de la poitrine plus ou moins nuancés de roux. Plumes 
du dos bordées de roussâtre. Sus-caudales tachetées. Rém. prim. et rect. 
liserées de blanc, ces dernières à taches blanches moins larges. Fn hiver, 
ressend)le au çf à cette époque, mais plus marquée de rcmx à la lète et au 
cou, plus grise sur le dos et les grandes sus-alaires roussâtres à centre 
noirâtre. — J . Ressemblant à la 9 p" automne, mais les bordures des plumes 
sont plus larges, le brun du vertex est plus foncé, la face inf. est plus 
roussâtre, la poitrine et les lianes sont plus foncés. Bien moins de blanc à 
l'aile. 



106 FAUNE DK FRANCE. — OISEAUX 

Nid ressemblant à celui de l'espèce précédente, à terre entre les pierres ou 
dans une fente de roche. — Œufx ; 4 à 6, d'un ovale allongé. Gd : 21 à 24 ; Pd : 15 
à 17. Assez variables comme coloration. Génér. blanchâtres, bleuâtres ou rosés 
avec des taches grises, lilacées, brun rougeâtre ou brun noir. 

De passage irrégulier ou hivernal en P'rance, dans les endroits découverts, 
surtout dans le N. — Régions arctiques dés 2 continents. Descend l'hiver 
jusqu'aux Canaries et au N. de l'Afrique. 



F. ALAUDIDiE 

Bec sub-conique ou un peu comprimé, de grosseur variable, à narines le plus 
souvent cachées par des plumes ot un demi-opercule membraneux. Doigts laté- 
raux à peu près égaux, sensibl. plus courts que le médian. Aile à 9 ou 10 rém. 
prim., dans ce dernier cas, la première petite. Queue carrée ou vm peu échancrée. 
Oiseaux de faible taille à plumage dans sa plus grande partie à tons brunâtres, 
roussâtres ou grisâtres, toujours plus ou moins tacheté. Ad. des 2 sexes et j. à 
plumage en général peu différent. 

Nid en coupe, assez grossier, construit avec des herl)es et des tiges sèches, 
des radicelles des crins. A terre dans une petite excavation. — OEufs ovés ou 
ovalaires, le plus souvent au nombre de 4 à 0, toujours fortement tachés. Hégime 
insectivore et granivore. 

Oiseaux en général sociables et migrateurs, vivant à terre dans les lieux 
découverts. Chant le plus souvent agréable. 



TABLEAUX DES ESPECES 

l. Bec droit, plus court que la tête, au plus égal au médian nu 
(157, 158) 

— Bec infléchi vers l'extrénuté, au moins égal au médian nu, parfois 
plus long que la tête (53 p. 51, 159K 10 rém. prim. Queue quasi 
carrée 



2. Bec i'orl ou assez fort, à culmen nettement convexe (157, 161). 

Tète toujours lisse. Une tache foncée de chaque côté de la Inise 

du cou chez, l'ad ^ 

— Bec cyliiulro-conique, assez effilé, à culmen peu convexe (158, 

162, 163). Tète à plumes un peu allongées et érectiles 4 

3. Dix rém. prim. La plus grande cubitale alteignanl au plus la 

6'' rém. prim. Atteint 20 cent, de long 

Melanocori/plin cala mira (p. 108) 

^ Neuf rém. prim. La plus grande cubilale atteignant ou presque la 
plus grande réui. prim. Dépassant peu 15 cent, de long. . . . 
Calandrella brachydacti/la {i).iOS) 



FACNE 1)K HIANCE. OISKAIX 



1(»7 





/5Ô 




10.9 



m^^fS^ 



JG: 



161 




JOif 



Figures 157 à 164. — 157, Melanocorypha calandva, tète; 158, Lullida arborea, 
tête ; 159, Chermphilus duponti, tète ; 100, Cnlandrella brachydnctyla, patte ; 
161, id., tète; 162, Alaiida arvensis, tète; I6.'i, Kremophila alpestris flava cf, 
tète ; 164, Lullula arborea, l""** rém. 



4. Neuf rém. priiii. Bec ;iu plus 
quasi-carrée, couverte au plus 



i médian au (163). (^Hieue 
.'Vl par l'aile. .... 
Ere/nophila ali>estris (p. KHt) 



— Dix rém. priai., la première petite (164) 5 

o. Bec à peu près égal au médiaa au (158). Queue quasi carrée, à 4 
rect. ext, tachées de blanc, recouverte par l'aile sur au moias 
ses 4/5 Lullula arborea {^.K)'è) 

— Bec plus court que le médiaa au (162). Queue échaacrée à '1 rect. 

ext. tachées de blanc, recouverte par l'aile sur au plus ses 3/5 . 
Alauda arvensis (p. 110) 

6. Bec plus court que la tète, celle-ci ornée d'une huppe plus ou 
moins développée (53). N'arines en partie cachées par des plumes. 
Rect. ext. sans blanc Gale/ ida cristala [p. lïl) 

— Bec au moins aussi lon^ que la tête, celle-ci lisse (159). Narines 

non cachées par des plumes. Du blanc aux rect. ext 

Chersophilus duponti [p.W'l) 



108 FAUNE DK FRANCE. OISEAUX 

G. MELANOCORYPHA Hoir ; Calandre. 

Bec fort, bien convexe au dessus, l}e;iuc()U|) plus haut (jue large \\ la i^ase, d'en- 
viron les 2/3 de la tète en long. Tarse égal ou un peu plus long ([ue le médian 
armé. Aile couvrant au moins 4/5 de la queue. 

M. calandra (L.) : Calandre ordinaire. L : lU à -20 ; A : l-_>,6à i:},i ; Q : 
6,2 à 6,0 ; T : 2,6 à 2,7 ; B : 1,4 à 1,8. liée brun à base jaunâtre (157), patle 
couleur rliair, iris gris brun. — cf 9- ^'^^^ ^up. brune à plumes bordées de 
gris roussàtre, sourcil roussâtre, plus ou uu»ins net. Joue brune, avec en 
arrière un deuii-eoUier blanc partant du bas de la gorge. Face inf. blanche, 
lavée de brunâtre à la poitrine et au ilanc, tachée de noir et de brun à la 
poitrine, avec de chaque coté du l)as du cou, une large tache noire se réu- 
nissant quelcpiefois à son op])osée. Feinics brun foncé, liserées de gris rous- 
sâtre, le bout des rém. priui. post. et Ag^ réni. second, blanc ou blanchâtre, 
les rect, lat. marquées de blanc, la plus e\t. presque entier, de cette couleur. 
La 9 avec les 2 taches noires lat. du cou plus petites. En automne, les 2 
sexes à plumes de la face sup. plus noirâtres au centre, plus rousses aux bords. 
— J . Plumage plus foncé et plus terne, les 2 taches lat. du cou petites et peu 
nettes. 

ISid dans une culture ou une friche. — Œufs ; 4 à 6 d'un ovale variable. Gd : 24 
à 27 ; Pd : 17,2 à 19. Blanc jaunâtre ou verdàtre maculés et tachés de gris, de 
brun, de brun olivâtre, parfois surtout vers le gros bout. 

Dans les endroits découverts et secs, sédentaire ou estivale dans le S. de la 
France, accidentelle dans le Centre. — S. de l'Europe, l'Asie mineure, le N. 
de l'Afrique. 

G. CALANDRELLA Kacp ; Calandrelle. 

Bec aussi haut, ou un peu plus haut que large à la base, moins de moitié de la 
tête en long. Tarse nettement plus long que le médian armé. Aile couvrant au 
plus 4/.^) de la queue. 

C. brachydactyla (Leisl.) [Alauda arennria Vieh^lot, Melanocorypha 
itala Breum] ; Calandrelle brachydactyle. L : 14,5 à 15,3 ; A : 8,7 à 9,2; Q: 
5,8 à 6,1 ; T : 1,9 à 2,1; B : 1. IBec brun (161), patte couleur chair (160), 
iiMs brun clair. — cf Ç. Face sup. roussâtre, tachée de brun. Lorum et sour- 
cil roussâtres. Joue roux brun. Face inf. blanche, lavée de roussâtre à la 
poitrine et aux flancs, avec quelques petites raies brunes et noires sur la 
première et une tache noire de chaque côté de la base du cou. Aile et queue 
brunes, les sus-alaires largement bordées de roussâtre, les 2 rect. ext. mar- 
quées de blanc roussâtre. La 9 "i^ P^ii p'"^ pà'e et à taches des côtés du 
cou moins développées. En automne, le plumage des 2 sexes rembruni. — 
/. Face sup. à plumes bordées de blanchâtre ainsi que souvent les pennes. 
Poitrine mouchetée de noirâtre. 



lAlNE DE FRANCE. OISEAUX 100 

Nid surtout dans les lieux arides. — Œafx : 4 à '), ({uelquefois 0, d'un ovale va- 
riable. Gd : 19 à 23,8; Pd : \:\,:\ à 14,(). Jîlancs, blanc-jaunâtre ou roussàtre, tachés 
et pointillés de gris, de r(ui\, d'olivâtre, souvent surtout au ^ros bout. 

De préférence dans les lieux secs, estivale, sédentaire ou de |)assagc, dans le 
Centre et surtout le S. de la France, accidenl. dans le N. — Europe .S. et niovenne, 
N. de l'Afrique, Asie mineure. 



(1. EREMOPHILA Boie ; ICrémophile. 

Bec aussi haut, ou presipie aussi haut ([ue larjj-e à la base, d'à peu près moitié 
de la tète en long-. Tarse h'-yèr. [jIus long que le médian armé. Sexes dillV-rents, 

E. alpestris 1..). S. Iv E.a. flava {GMELiy)[Alauda nivalis Pali.as]; Kré- 
uiophiie ;ili)eslre, ()t<>c(U'is alpestre, Alouette de Sibérie. L : 17, ■> à 18,3 ; A : 
10,6 à ll,-i ; g : 0,8 à 7,i ; T : :2,1 à "2,3 ; B : 0,9 à 1,1. Bec brun de corne 
(163), patte nuire, iris brun foncé. — cf. Front, sourcil, gorge, devant du 
cou et arrièi'e de la région parolique d'un beau jaune. Avant du vertex noir, 
cette teinte s'clendanl sur les côtés de cette partie à "2 petits pinceaux de 
plumes allongées dirigées en arrière. ]>oruni, partie centrale de la joue et 
large hausse-col sur la j)oilrine noirs. Reste du vertex et de la face sup. brun 
rougeàtre tachés de brun noir au dos, aux scapulaires, au croupion. Reste 
de la face inf. blanc, avec les côtés marron roussàtre. Aile brune, les pre- 
mières rém. bordées de blanc, les second, bordées de roux, terminées de 
blanchâtres, les cubitales et les sus-alaires bordées de roussàtre. Rect. brun 
noir, les méd. largement bordées de roux, la plus ext. bordée de blanc. En 
automne, les plumes noires de la tète et de la poitrine bordées de roussàtre, 
les autres teintes moins pures. — 9- Front jaunâtre, vertex brun roussàtre 
varié de noir, sans pinceau de plumes sur les côtés de la tète. Joue et hausse- 
col variés de roussàtre. Face sup. de teinte moins vive que le cf. Rect. lat. 
liserées de blanc. Le plumage encore moins net en automne. — J . A peine 
de noir et de jaune dans le plumage, la tête et tout le devant du corps varié 
de brun, de roussàtre, de jaunâtre et de blanchâtre. 

Nidification très semblable à celle des espèces précédentes, mais nid mieux 
construit. — Œufs : 3 à 5, ovales. Gd : 21,2 à 25 ; Pd : 15,9 à 16,8. Blanchâtres ou 
jaunâtres, à taches et points très denses gris verdâtre, brunâtres ou bruns. 

De passage accidentel en France. — N. de l'Europe, émigré vers le S. jus(ia"en 
Italie. Sibérie, N. de la Chine. 



G. LULLULA Kaup ; Lulu. 

Bec au moins aussi haut que large à la base, un peu plus long que moitié de la 
tète. Tarse nettement plus long que le médian armé. 

L. arborea (L.) Alauda nemoro.sa (iMiiiix, A. cris/afella Latiia»i|; 



110 KACNE DF, FRANCE. — OISEAUX 

Lulu (les arbres, Alouelte lulu. J> : I 48, à 15,5 ; A : \) à 9,5 ; Q : 5,2 à 5,5 ; 
T : -2 i\ -I,-} ; H : l,"i à 1,25. Bec brun à dessous plus clair (158 i, patte jau- 
nâtre, iris noiselle. — cf 9- f'ace sup. gris roussâtre tachée longit. de brun 
noirâtre saut le lias du croupion et les sus-caudales. Un long et large sourcil 
roussâtre. Joue brun roux. Face inf. blanc jaunâtre lavée de roussâtre aux 
côtés de la poitrine et aux lianes, à taches étroites d'un brun foncé sur les 
côtés du cou, sur la poitrine et les lianes. Aile brune, les rém. liserées de 
gris roussâti-e, les sus-alaires ant. et sup. plus noirâtres, terminées de blanc 
roussâtre formant une bande Iransv. Rect. médianes brun roussâtre, les 
lat. noirâtres, les 4 ext. avec d'autant plus de blanc qu'elles sont plus ext. 
La Ç un peu plus brune en dessus, un peu plus maculée en dessous. En 
automne, dans les 2 sexes, les tectrices sup. bordées de blanc roussâtre — J. 
Plumag-e plus terne et plus tacheté que la 9 f" automne. 

Nid surtout dans une fricho, une lande, un coteau inculte. — Œufs : 4 à b, 
except. 6, d'un ovale un peu court. Gd : 19,") à 22 ; Pd : 14,7 à 16,,*). Blanchâtres 
ou roussâtrcs, à taches et points très denses l)runs ou brun-rougeâtre, parfois 
plus condensés vers le gros bout. 

De préférence dans les lieux découverts incultes et accidentés, quelquefois 
dans des endroits broussailleux et aux lisières de bois. Sédentaire, estivale ou de 
passage, répandue dans presque toute la Franco. — Europe, de la Scandinavie 
moyenne à la Méditerranée, Asie jusqu'en Perse. 

S. E. : L. a. familiaris Pahuot. Diffère du type par sa face sup. plus foncée, 
moins roussâtre. Les plumes sont bordées de brun olive clair, le croupion et les 
sus-caudales sont gris brun olivâtre. Devant du cou plus foncé. — Corse, Sar- 
daigne. 

G. ALAUDA L. ; Alouette. 

Bec au moins aussi haut que large au front, à peu près moitié de la tête en 
long. Tarse un peu plus long que le médian armé. 

A. arvensis L. \Alaiida agrestis Breum] ; Alouette des champs. L : 17,5 
à 19,5 ; A : 10 à 1 1,5 ; g : 6,5 à 7,5 ; T : 2,2 à 2, .3 ; B : 1,1 à 1,2. Bec brun 
à base plus jaunâtre (162), patte et iris brun clair. Rém. prim. : 2« >•, 3* 
et 4^ à peu près égales et presque aussi longues que la 2^. — ç^ 9- Face 
sup. variée de gris roussâtre et de brun noir. Face inf. blanc jaunâtre lavée 
de roussâtre et tachée de brun au devant du cou, à la poitrine et aux flancs. 
Léger sourcil roussâtre. Joue brune. Aile brun foncé, la majeure partie des 
plumes bordées de gris roussâtre. Rect. brun foncé, la plus ext. en grande 
partie blanche, la pénultième marquée de cette couleur. La 9 un peu plus 
petite, foncée et tacdiée iider. — ./. Ne ditVèrent dos ad. c|ue par des teintes 
phis ternes et plus claires. 

.\ïd de pn'fc'icnce dans un champ. — Œufs : 4 à 11, quelquefois 6, d'un ovale un 
peu allongé. Gd : 20,6 à 25,5; Pd : l!>,r) à 18, H. Blanchâtres, blanc jaunâtre ou 



FAINE DE FRANGE. OISEAIV 111 

verdàire, densômonl iiointillL's et tachés de gris olivâtre, do i^rvm olivâtre, surtout 
vers le gros bout. 

Sédentaire, estivale ou de passage, dans les ehanips, les prairies, counnune 
dans toute la France. — Europe, du cercle arcliciue au X. de IKalie. 

S. K. A a. SUbalpina Khmekk. Aile en moyenne de 10, ii. Diiïère du type 
j)ar les [)lunies du dessus de la queue brun noir foncé, bordées de gris-jaunàtre. 
La face inf. gris Idanchàtre, avec quelques petites taches allongées, foncées, à la 
gorge et au haut de la poitrine. — Alpes de Savoie. 

S. E. A a. cantarella Bonap: Diffère du type par une taille un peu nioiiulre, 
sa face sup. à fond plus gris et plus clair ; la face inf. plus blanche avec la 
poitrine à larges taches noires, (.orse. — Sardaigne, S. de l'Italie, Dalniatie, 
(irèce, Tunjuie, S. de la Russie. 

S. E. A. a. Cinerea Eumkkk. Diffère du type par sa taille plus faible (A: 10) 
et le fond du plumage nettement gris, sensibl. plus gris cjue la précédente S. E. 

De passage et hivernale, commune en France, surtout dans l'E. — Sibérie, N. 
du Caucase, en hiver jusqu'au X. de l'Africpie. 

G. GALERIDA Boie; Cochevis. 

Bec un peu comprimé, à base aussi haute ou un peu plus haute que large 
génér. d'environ les 2 ?, de la tète en long, et à peu près égal au médian nu. Tarse 
un peu plus long que le médian armé. Aile couvrant à peu près les 3 o de la queue. 

G. cristata (L.) ; Cochevis huppé. L: 17.9 à 18,3 ; A : 0,7 à 1 1 ; g : 6,4 à 7; 
T: -i.") à 2,U ; B: 1.55 à 1,9. Bec brunâtre (53 p. 51), patte jaunâtre, iris 
marron. Béni, prini. : l"' au plus égale au 3/4 des grandes sus-alaii'es ant., 
3e > i*" et b" qui sont presque égales. — (^'^. Face sup. cendré brunâtre, 
avec le centre des plumes brun. Les plumes de la huppe, en majeure partie 
brun noir bordées de grisâtre. Sourcil roussâtre, joue brunâtre. Face inf. 
roussâtre, plus blanche à la gorge, plus foncée à la poitrine et aux sous- 
caudales, mouchetées de brun noir aux côtés de la gorge, au devant du cou 
à la poitrine et aux flancs. Aile d'un brun assez clair, avec les rém. et les 
sus-alaires bordées de gris roussâtre. Bect. médianes brun assez clair, les 
lat. plus foncées, les 2 ext. bordées de roussâtre. La 9 s^eulement un peu 
plus petite et un peu plus claire. — J. Huppe courte. Plumage plus clair 
que les ad. avec les plumes du dos liserées de blanchâtre. 

Nid comme la précédente espèce. — Œufs : 4 à !j, quelquefois <>. d'un ovale un 
peu court. Gd : 19 à 24,7 ; Pd : 4") à 18,3. Blanc léger, jaunâtre ou verdàtre, densé- 
ment pointillés et tachés de gris, d'olivâtre, de brun olive, de brun, souvent sur- 
tout au gros bout. 

Dans les plaines sablonneuses de préférence, aux abords des grandes routes. 
Sédentaire, estival ou de passage, dans une grande partie de la France. Paraît 
manquer en Corse. — Du S. de la Suède, aux Pyrénées, à l'Italie, aux Balkans et 
au S. de la Russie. 



]12 KAINE DE FRANCE. 



G. CHERSOPHILUS Shaupe ; Sirli. 

Bec triangiilairo à la hase, à narines nues, o])crculées. Tarse de l/îj ou de 1/4 sup, 
au médian arnu', Hect. étroites et pointues. 

Ch. dupoati (Vieillot) ;Sirli de Dupont. L: 16,5 à 18; A : 9,1 à 10 ; Q : 6 
à 6,5 ; T : '2,1 h '2,'2 ; H : 1,9 à '2. Hec brun foncé à dessous plus clair fl59), 
patte couleur chair, iris brun. — cf 9- l^li"i>es de la face sup. noirâtres, 
bordées de brun roussâtre ou blanchâtre, les taches formant une ligne 
longit. au milieu de la tète. Sourcil blanc roussâtre, ainsi que la moustache, 
celle-ci séparée du blanc pur de la yorpi-e par une lij.;ne noirâtre descendant 
de la base du bec au enté du cou. Reste de la face inf. isabelle clair avec des 
petites taches brunâtres, au devant du cou, à la poitrine et d'autres beaucoup 
moins nettes aux lianes. Rect. médianes noirâtres bordées de brun roussâtre, 
les autres brun foncé, les 2 exl. marquées de blanc. — J. Bordure des 
plumes de la face sup. plus claire. Face inf. plus tachée, l'abdomen et les 
sous-caudales lavées de jaunâlre. 

Nid comme les autres Alaudidae. — Œufs : 3 à 4, ovales. Gd : 23 à 24 ; Pd : 17 
à 18. Blanc brunâtre ou rougeâtrc ou verdâtie, tachés et pointillés de gris brun 
ou de jaune brun. 
■ Très accidentel dans le S. de la P'rance. — N. de l'Afrique, S. W. de l'Europe (1). 



F. MOTACILLIDAE 

Bec plus ou moins comprimé ou atténué en avant, :i narines plus ou moins 
cachées par des plumes ou un demi opercule. Souvent l'ongle du pouce au moins 
égal au doigt. Aile plus ou moins aiguë, à rém. second, échancrées. Queue quasi- 
droite ou échancrée. Oiseaux de faible taille. Plumage peu diiférent suivant le 
sexe mais variable avec la saison, celui du jeune spécialement. 

Nid en coupe, bâti avec des herbes sèches, de la mousse, des radicelles, doublé 
de crins et de laine, dans une situation variable, le plus souvent à terre, jamais 
sur un arbre. Œufs ovalaires, au nombre de 4 à 6, toujours tachés. 

Régime insectivore et parfois un peu granivore. Oiseaux terrestres ou sub 
aquatiques, perchant peu ou pas. Sédentaires, estivaux ou migrateurs, assez peu 
sociables. 

Chant le plus souvent peu développé. 



(1) Alaemon alaudipes (Desfontaines). Oiseau de taille plus considérable mais de 
l'orme de bec analogue à Chersophilus duponti, do plumage à fond isabelle. Régions 
sahariennes. — Signalé coiuuie ayant été rencontré quelquefois dans le S. de la France 
et de l'Europe. 



FAINE l)K FRANCK. 



113 



TABLEAUX DES ESPECES 

t. Queue échancrée, seusil^l. uioinclre de la moitié de la long, totale. 
Pouce armé souvent plus long que le tarse. Plumage bien tacheté. 
[G. Anthiis.] 2 

— Queue droite ou sub arrondie, souvent au moins moitié de la long. 

totale. Pouce armé moins long que le tarse. Plumage très peu ou 

pas tacheté. [G. Motacitla] 7 

2. Bec d'au moins les 2/3 de la tête en long., relativ. assez robuste 

(165). Tarse nettement plus long que le médian armé. Doigts lat. 
nus ne dépassant pas la 2" articul. du médian. Plumage à fond 
brun et roussàtre 3 

— Bec un peu plus long que la 1/2 tète, relativ. assez mince (166). 

Tarse léger, plus long que le médian armé. Doigts lat. nus dépas- 
sant la 2^ articul. du médian 4 

3. Bec d'environ 1/4 plus court que le médian nu. Ongle du pouce très 

nettement plus long que le doigt (lô?"*. Tarse de 1/6 au plus sup. 
au médian armé. Aile couvrant moins de moitié de lai queue . ' . ' 
Anthus richardi (p.lli) 

— Bec à peu près égal au médian nu (165). Ongle du pouce au plus 

égal au doigt. Tarse de 1/5 plus long que le médian armé. Aile 
couvrant la moitié de la queue. . . . Anthus canipestris (p. 115) 




FiGiuEs 165 à 171. — 164, Anthus campeslris, tèlo ; 166, Anthus trivialis, tète ; 167, 
Anthus vichardi, patte; 168, Anthus trivialis, patte; 169, Anthus pratensis, 
patte ; 170. Motacilla flava, patte ; 171, MotaciUa albo, patte. 



ni FAUNE DE FRANCE. OISEAIX 

k. Oiif^le (lu pnuce sensibl. moins loii^- que le doi^yl, bien arqué (16S^ 
Tarse éj^al ou à peine plus lonj; que le médian armé. Aile couvrant 
environ moitié de la queue A/it/uis f/ivia/is (p. llr>) 

— Ongle du pouce au moins égal au doigi 5 

ô. Moins de l(i cent, de long. Ongle du pouce plus long quL' Je do'; 

il69). Tarse à peine plus long que le médian armé. Aile couvrant 
moins de moitié de la queue. Croupion d'une teinte olivâtre uni- 
forme Anthus pratensis (p. ll(S) 

— Plus de IC) cexil. de long. Ongle du pouce à peu près égal au doigt. 

Tarse plus long- que le médian armé G 

6. Ongle du pouce nettement arqué. Patte l>nin noir. Croupion uni- 

colore Anthus spi?i()Ietta {\)A\Çt] 

— Ongle du pouce laihlvmcnl aiip.K-. Pallc brunâtre clair. Croupion à 

taches longit. noires Anthus cer\iniis pA[()] 

7. (Jiieue sensibl. ini", à la riioiiié de la long, totale, plus courte que 

l'aile. Médian armé au plus égal au pouce armé, dont l'ongle égale 
le doigt en long (170). Aile couvrant environ '1 b de la queue. 
Motocilla /Icu'a {\). \ Il ) 

— Queue d'au monis moitié ùv la long, totale, plus longue que l'aile. 

Médian armé plus long que le pouce armé, dont l'ongle est moins 

long que le doigt 1 171 ' 8 

S. Plumage gris, noir et blanc, sans jaune m \eii MoLdcitla ulbn ip. 119) 

— [>a [)lus grande [larlie de la l'ace inf. jaune. Du verdàtre ou de l'oli- 

vâtre à la l'ace su]) Mo/tici//(i ci/iefea ip. IIS\ 



C. ANTHUS Bkchst. : Pipi. 

l'xT à peu prés ;uissi liiiiit <|ue lar^c à la base, à eiibnen un peu saillant entre 
naiiiics. l)oiL;ts lat. sulx'-^aux. 3 ou 4 premières n'-ui. ii peu j)rès égales, la S*" 
lU'Ileuieul plus courte. 

A. richardi \'u:n.i,. : Pipi Puchard. P : 18,7 à P),7 ; A : 9,4 à 10; Q : 7.4 à 
7,9: T : ;{ à -A/A: U : 1,'i à !,:>. Ongle posl. : 1,.") h ->,3. lîec brun à base claire, 
patle jaunâtre 167), iris brun gris. llém. prim. : l'^ •2^ A" ^- . — cf 9- ^'^'^^ 
sup. brune à plumes bordées de ronssàlre, plus claires au cou. Face inf. 
n.ussàlre, ]tlus rousse à la poiti-int- et aux lianes, ]iresque blanche à la gorge, 
a\ec le bas du cou et le haut de la poitrine mouchetés de brun. Long et large 
sourcil roussàtre. Joue brunâtre variée de roussâlre. Un trait brun entre la 
gorge et le coté du cou. Aile et queue brun noirâtre, les plumes bordées de 
roux ou de blanc et les recl. exl. en grandes jiarties blanches. Le |ilumage 
d'autonnie à l'ai'e sup. plus r(Uissàlre, à l'ace inf. plus claire. — ./. Face sup. 
plus claire, face inf. blanchâtre lavée de gris roussàtre aux flancs et à la poi- 
trine, cette dernière mouchetée en haut de brun noir. 



FAINE DE FRANCE. flISEAtX 115 

Nid h terre dans une petite exeavatioii. — Œii/'x : i- à (i, ovalaircs. Gd : 20,8 à 
23; P(l : 15.5 à 17. Blancliàtres, olixàlres, paifois rosés rorleiiient |)Oiictués et 
tachés de hruu olivâtre, de briui, de liiuii violet. 

Dans les endroits découverts, de passaj;e ou hivernal, assez rare en France. — 
Sibérie. Éinigrant dans le centre et le S. de l'Europe et le N. de rAfri([ue. 

A. campestris (L.) ; ^^'pi rousseliue, A};r(t(lronie champêtre. L : 17 à 18 : 
A : 8,0 à 9,7 ; Q : 6,6 à 7,(î ; T : -J,! à •->,7 ; B : 1,4 à l,(i. Bec brun à base 
inf. jaiinâlre (165), palle jaunâtre, iris brun. Kéni. prini. : 1""" léger, plus 
long-ue que les '2'' et 8'\ — C^ $• Face sup. cendré roussàtre avec le milieu 
(les plumes brunâtre, l-'ace inf. blanc roussàtre avec la poitrine et les flancs 
lavés de roux, léger, tachés ou non de brun. Lai'ge sourcil isabelle. Joue 
variée de brunâtre et de jaunâtre. Lorum noir, ainsi qu'un trait sur le côté 
de la gorge. Aile el queue brunes, la plus grande partie des deux paires de 
rect, ext. blanc roussàtre, ainsi que souvent une tache à l'extrémité de la 
précédente. La Ç plus tachée à la poitrine. En automne, la face sup. plus 
foncée, la face inf. plus tachée. — J. ressemble à la Ç en automne, mais plus 
maculé encore. 

Nid à terre dans une petite excavation, sous une toutTe d'herbes ou une petite 
broussaille. — Œufs : 4 à 5, quelquefois G, d'un ovale plus ou moins allongé. Gd : 
19,5 à 23 ; Pd : 15,5 à 17. Blanchâtres, grisâtres, verdâtres ou rosés, fortement 
ponctués et tachés de gris, de brun, de rougeâtre, d'olivâtre. 

Dans les endroits découverts, arides ou incultes, les dunes. Estival ou de pas- 
sage en France, surtout dans le S. — De la Suède au N. de l'Africfue, à l'E. juscju'à 
l'Asie centrale. 

A. trivialis (L.) [Anihus arboiea Bhisson] ; Pipi des arbres. L : 15,5 à 
16,5 ; A : 8,1 à 9,2 : Q : 6,4 à 6,8 ; T : -2,1 à 2,2 ; B : 1,15 à 1,25. Bec brun à 
base inf. roussàtre (166), patte jaunâtre ll68', iris brun. Rém. prim. : f®, 2e 
et 3* 7^. — çf 9- Face sup. gris brun olivâtre rayée longit. de brun à la tète 
et au dos. Face inf. blanchâtre avec la poitrine et les flancs roussâtres et à 
taches allongées noirâtres. Sourcil jaunâtre. Côté de la tête et du cou jau- 
nâtres avec 2 traits bruns partant du bec. Aile el queue brunes, les plumes 
bordées de clair el les rect. ext. avec du blanc. La 9 avec la face sup. plus 
foncée, l'inf. plus tachée. Le plumage d'aulonuie est moins net et plus taché. 
— J. Moins olivâtre dessus, plus lâché dessous. 

Nid à terre, au pied d'un buisson, d'une touffe d'herbes, d'une souche, dans un 
taillis clair, une lisière. — Œufs : 4 à 0, d'un ovale variable, (iti : 18,5 à 22,5 ; Pd : 
14 à 16,5. Blanchâtres, grisâtres ou jaunâtres, très fortement tachés, souvent sur- 
tout vers le gros bout, de brun ou de brun rougeâtre, ou bien, d'un gris rougeâtre 
ou violacé pointillés et tachés de brun rouge ou de brun violet. 

L'été dans les landes, les taillis bas et les bois clairs, en automne dans les cul- 
tures. Estival et de passage, couunun dans pres([ue toute la France. — Europe 
du 63'' latil. N. aux Pyrénées et au N. de l'Italie. En hiver jusque dans l'Afrique 
et l'Inde. 



116 KALM: de FRANCE. OISEAUX 

A. prateiisis (L.) ; Pipi des prés. L : 15 à 15,8; A : 7,5 à 8,4 ; Q : à 7 ; 
T : 2 à 2,3; B : 1,1 à 1,25. Bec brun noirâtre à base inf. rougeàtre ou jaunâ- 
tre, patte jaunâtre (469), iris noir. Kéni. prim. : Ipreni. ^, ô'^ beaucoup plus 
courte. — cf 9- l'^'^ce sup. olivâtre ou brun olivâtre, lâchée longiL. de brun 
foncé et de noirâtre à la tète et au dos. Face inf. blanche flammée de brun noir 
à la poitrine et aux flancs. Léger sourcil cl bande du bec sous la joue jaunâ- 
tres. .Aile et queue brun foncé, les rém. second, et les g-randes et moyennes 
sus-alaires bordées de grisâtre et les trois rect. ext. avec du blanc. Les teintes 
moins vives et la face inf. plus tachée chez la 9- En automne, la face sup. 
plus claire, la face inf. plus roussâtre et plus tachetée. — J. Hesseml)lant 
beaucoup à la 9- 

.\ifl à terre dnns une pi-niiie fraîclu', une lande niarécag-euse. — (Eufs : 4 à 6, 
d'un ovale vaii:d)k'. (Jd : 17, .5 à 20,:i ; Pd : 13 à t."). Gris verdàtre ou blanc rougeâ. 
tre, avec des taelics do dimensions et de nond)re très variables, souvent plus 
serrées au g-ros bout, brunes, brun rougcàtre ou noirâtres. 

Dans les prés, les champs, les endroits découverts. Estival, de passage, quel- 
(jnefois sédentaire, répandu dans pres([ue toute la France. — N. et (>entre de 
l'Europe, N. de l'Asie, en hiver jusijuau N. de l'Afrique et l'Asie mineure. 

A. cervinus (Fallas); Pipi gorge-rousse. L : 16,5 à 17,5; .A : 9 à 0,8; 
Q : 6,1 à 6,*» ; T : 2 à 2,.'i ; B : 1,2 à 1,:L Bec brun foncé, patte brun clair, 
iris brun. — cf 9 l'^ipL Pj'ce sup. brun clair striée de noir en entier. Face 
inf. isabellc idair avec la gorge et le devant du cou d'un beau roux lie-de-vin 
et la poitrine, les flancs, les dernières sous-caudales à stries noires. Sourcil 
et tache parotique roux lie-de-vin. Aile et queue brun foncé, la plupart des 
plumes bordées de grisâtre et 3 rect. ext. marquées de blanc, çf 9 automne. 
I''\ice sup. moins nette. La gorge, le de\ant du cou et le sourcil roux. La 
face inf. plus claire et plus maculée. — ■ J. Plumage jilus terne et plus 
maculé. 

Nidification semblable à celle de l'espèce précédente. — Œufs ; 4 à 6, d'un 
ovale variable. Gd : 18 à 20,;j ; Pd : 13,5 à 14,5. Gri.sâtres, olivâtres, brunâtres, 
avec des taches de dimen.sions variables et d'autant plus denses qu'elles sont 
plus petites, olivâtres, gris brun, brun noir. 

Dans les endroits découverts, de passage en France. — N. de l'Europe et de 
l'Asie, en hiver juscpi'au N. de l'Afriipie et de la Perse. 

A. spinoletta (L. ) \Anthii.s aqniilivus Becust.] ; Pipi spioncclle. L : 16,8 
à 17, S ; A : 8,6 à U,6 ; Q : 6,5 à 7 ; T : 2,2 à 2,5 ; A : 1,25 à 1,4. Bec noir ou 
brun à base inf. claire, patte brune, iris brun clair. Rém. prim. 2" et 3"^, 
|ro ^_ ^c p^, .-, pj^iup pin<; courte, 5" beaucoup moindre. ^ cf 9 l'^'pL l'ace 
sup. cendix^ brunâtre avec le milieu des plumes de la tète cl du dos plus 
foncé, le croupion plus clair. Face inf. blanchâtre, avec le cou, la poilrnie, 
l'épigastre et les flancs |)lus ou moins fortement lavés de lic-de-vin et 
quelques taches brunâtres aux côtés de la poitrine et aux flancs. Un iarg-e 



KALNE DK KRANCi;. (iISl-Al'X 117 

sourcil blanchâtre, loruin et joue brunâtres. Aile et ([ueue brunes, les réni. 
second, et les sus-alaires bordées de blanchâtre et 2 rect. ext. avec du blanc. 
La 9 à teintes moins pures, la face inf. moins lie-de-vin et plus tachée. — 
(;f 9 hiver. Face sup. gris brun olivâtre, le centre des plumes de la tête et 
du dos plus foncé. Face inf. blanc jaunâtre, à taches allongées brunâtres au 
côté du cou, à la poitrine et aux flancs. Sourcil moins net et blanc des rect. 
plus développé mais moins pur. — J . Face sup. plus brune et foncée, la face 
inf. plus tachée, le sourcil peu visible. 

Nid dans une touffe d'herbe, au pied d'une petite broussaille, parfois entre des 
pierres. — Œufs ; 4 à 6, d'un ovale variable. Gd : 19,5 à 23,5 ; Pd : t5 fi 10,5. Gris 
ou gris l)runâtre, tachés d'une façon extrêmement dense de Ixuii et d'olivâtre. 

Estival dans les endroits découverts des Vosges, des Alpes, des Pyrénées, de 
passage ou hivernal dans les prairies humides, les marécages, dans presque tout 
le reste de la France. — Montagnes du Contre et du S. de l'Europe, en hiver 
jus(prau N. (le l'Africiue. 

S. E. A. S. petrOSUS (Mont.) ; Pipi obscur. En été, patte brun roussàtre. Face 
sup. plus olivâtre que le type, la face inf. lavée de chamois rougeàtre avec le 
côté du cou, la poitrine, les lianes et les sous-caudales tachés de gris et de 
brunâtre. Les 2 rect. ext. manjuées de blanc grisâtre. En hiver, gorge et abdo- 
men roussàtres, taches de la face inf. plus nombreuses que dans le type et du 
gris au lieu de l)Ianc aux rect ext. Sédentaire sur les côtes de la mer du Nord et 
de la Manche, de passage sur les côtes de l'Océan et accident, dans Tint. — 
Côtes des Iles Britanni(jues et des îles Anglo-normandes. 

S. E. A. S. littorRlis Bmf.hm. \e diffère guère de A. s. peirosus <|ue par son 
plumage de noce à gorge teintée de rougeàtre et dépourvue de taches ou presque. 
Hivernal sur les côtes du N. de la France et de la Belgique. — Côtes de Scandi- 
navie, descendant l'hiver plus au S. 



G. MOTACILLA L. ; Bergeronnette. 

Bec un peu plus large que haut à la base, un peu plus de moitié de la tète en 
long. Tarse nettement plus long (jue le médian armé. Aile couvrant au plus les 2,5 
de la queue. 

M. flava L. ; Bergeronnette printannière. L : 16,5 à 18 ; .A : 8 à 8,6 ; Q : 7 
à 7,0 ; T : '1:1 à 2,5 ; B : 1,2 â 1,3. Bec. patte (170) et iris noirâtres. Rém. 
prim. : V et 3^ presque égales à la 2" qui est la plus longue. — cf rupt. 
Dessus de la tête et du cou cendré bleuâtre, reste de la face sup. olivâtre. 
Face inf. d'un beau jaune jonquille avec parfois la gorge blanchâtre. Lorum 
et joue cendré foncé, sourcil et quelquefois une bande sur la joue blancs ou 
blanc jaunâtre. Aile brune avec les rém. second., les grandes et moyennes 
sus-alaires largement bordées de jaunâtre. Queue noirâtre avec 3 et quel- 
quefois 4 rect. ext. marquées de blanc. — çf automne. Face sup. vert olivâtre 



118 FAUNE DK IRANCE. OISI-AIX 

brunâtre. Face inf. d'un jaune uioins pur, avec le haut plus blanchâtre et 
les flancs lavés trolivàlre. — 9* -^u printemps elle ressemble quelquefois au 
çf rupt. Le plus souvent face sup. en entier d'un olivâtre lavé de grisâtre, 
la face inf. moins jaune, avec le haut blanchâtre. Sourcil jaune ou jaunâtre. 
En automne, face sup. encore plus grise, la face inf. plus pâle, la poitrine 
lavée de roussâtre. — J. Face sup. gris jaiuiâlre, face inf. blanchâtre nuan- 
cée de jaunâtre à la poitrine dont les C(')tés sont un peu tachés de brun. 

i\id a terre, dans une petite excavation, au pied d'une touffe d'herbe ou sur le 
rebord d'un fossé, souvent au voisuiage de l'eau. — Œufs .• 5 à 6 d'un ovale un 
peu court et pointu. Gd : 1(1, o à 19,;) ; Pd : 12 à 1j. Blanc jaunâtre, tachés d'une 
façon très dense mais souvent peu nelto de giis roussâtre ou verdàtre. 

Au bord de l'eau, mais aussi dans les prauies et les champs, estivale ou de 
passage, commune dans presque toute la France. — Du milieu de la Scandinavie 
au N. de l'Espagne et de l'Italie. A l'K. juscju'au Daiudje, éungrant jusqu'au S. de 
l'Afrique. 

S. K. M. f. râyi iBonap.). Difîèie du t\ [)e par le dessus et partie des côtés de 
la tète, la nu(pu» vert jaunâtre, plus jaune chez le cf, plus olivâtre chez la 9 » 1^ 
croupion plus vert. Toute la face inf. jaune. Pas toujours un sourcil clair. W. de 
la France, de passage dans les autres pailles. — S. des Iles Britanniques, Portu- 
gal. De passage j)lus à l'E. et descendant l'hiver jusqu'au Congo. 

S. E. M. f. Cinereocapilla Savi. Dessus et partie des cotés de la tête, 
nuque gris ardoise plus ou moins foncé chez le cf, lavé d'olivâtre chez la 9, avec 
ou sans sourcil blanc ou jaunâtre. Face inf. jaune avec la gorge blanche et quel- 
quefois des marques noirâtres à la poitrine. Reste comme le type. De passage 
accidentel en France, et signalée conmie en habitant le S. — S. de l'Europe, 
descendant l'hiver en Afrique. 

S. E. M. f. feldeggi Micu. Dessus, côtés de la tète et nuque noirs avec ou 
sans sourcil blanc ou jaune. Face inf. jaune avec général, une ligne latér. blanche 
au côté de la gorge. De passage accid. en France. — S. E. de rEvn'oi)e, Asie 
mineure. Accid. dans l'W. de l'Europe, le N. de l'Afrique. 

(M. Citreola Pallas ; Bergeronnette eitiine. L : 17 ; A : 8,r) ; Q : 8, .S ; T : 2,7 ; 
B : 1,3. — Tête jaune citron; dos et croupion cendré bleuâtre. La jihis grande 
l^artie de la face inf. jaune citron. Pennes noires, les 2 rect ext. presipie entier, 
blanches. — Signalée comme rencontrt'e accident, en Normandie et dans les 
Pyrénées. — N. de la Russie et de la Sibérie, émigré dans l'Asie centrale ; 
accident. Centre et S. de l'Europe). 

M. cinerea Tunstall [Motncilla .sulfuica Reciist., M. boarula Scor.] ; 
Bergeronnette boarule, Bergeronnette jaune. L : 19,5 à ^O ; A : 8 à 8,5; 
U : 9,5 à 10,5 ; T ; "2 à 2,2 ; B : 1,15 à 1,25. Bec brun foncé, patte brunâtre, 
iris iKuràlre. Béui. prim. : 1™ et 2" !^, 3'' presque aussi longue. — cf rupt. 
Face sup. d'un gris cendré léger, olivâtre, avec le croupion et les sus-cau- 
dales jaune verdàtre. Gorge et devant du cou noirs, le reste de la face inf. 



l'Ai NK ni: iHA>c:i:. nlSI-AlX 119 

);iiino, un peu Maiicliàtre aux lianes el quelquefois au bas de la poilriue, 
Réf^ioii |)ai-()li(|ue i;rise. Sourcil el nioustache blancs. Aile brun l'oncé, les 
dernières réui. second, bordées de blanc olivâtre. Hecl. noires, les médianes 
ixu'dées de jaune vcrdàlre, les 3 e\l. niar([nées de blanc. — Ç rupl. Plus 
petite. (lori^e et devant du cou noii- \arié de lilanc ou blancs, le jaune de la 
l'ace inf. moins pur, le sourcil et la nioustache roussàtres. — çf Q automne, 
(iori^c el devant du cou blancs, la ixiilrine lavée de roussàtre, les lianes de 
l^risàtre, le ventre et les sous-caudales d'un jaune moins pur. Sourcil 
roussàtre. — J . Face sup. grise lavée de brunâtre à la tète. Face inf. rous- 
sàtre la\ée de gris à la gorge, blanchâtre au ventre avec les sous-caudales 
jaunes. lîessem!)lant ensuite à la Ç en aut. 

Nid au l)()i(l (le l"eau, dans une excavation, un lion de her^c, sous une racine, 
un Iniisson. ■ (Eiifa : i à (i, d'un ovale un peu court et C()iii(jiie. (id : 18 à 20,11 ; 
Pd : t:^ à ir.. nianeJiàtres, grisàlics. Ires fortement tachés et pointillés de rous- 
sàtre ou de brunàtii', ou d'olivàlie, souvent surtout au g-ros bout. 

Au i)or(l (les eoiiis d'eau, s'appioctianl l'hiver des habitations. Sédentaire, 
estivale ou de passa<^-e, dans pres(pie toule la France. — Europe, du S. de la 
Scandina\ie au N. de l'Afriijui' et aux t>anaries. 

M. alba L. ; Bergeronnette grise. Hochequeue grise. L : IS à 19,5 ; A : 8 à 9,.i; 
U : 8,(> à 9,8 ; T : 2, 2 à 2,4 ; H : U'i") à 1,3. Bec noir ou brun (82 p. 55), patte 
il71) et iris noirs. Béni, prini. 1"^ cl 2^ 7 '.^'^ un peu plus courte. — cf 9 
rupt. Front, C('>té de la tète et du c(ui, ventre et sous-caudales blancs. Nuque, 
dos et croupion cendré bleuâtre, ce dernier, un peu plus l'oncé. \'erlex, 
occiput, sus-caudales, gorge et [)oitrine noirs. Flancs grisâtres. .Vile noirâtre, 
les rém. prim. liserées de blamdiàtre, les rém. post. largement bordées de 
gris et de blanc. Queue noire, les rect. médianes liserées de blanc, les 
2 paires ext. en gi-ande partie blanches. La 9 ii" peu plus petite, avec un 
peu nuiins de noir. — cf 9 antonine. (lorge et devant du cou blancs, avec 
un hausse-col noir se prolongeant [)lus au moins au C(')lé du cou. — J . F'ace 
sup. d'un gris lavé de roussàtre, face inf. blanchâtre avec un peu de 
roussàtre au cou et un mince hausse-C(d brunâtre. 

Niil sous une raeiiu", dans une pelile i-xcavalion, un tas de pierres, parfois un 
trou (le rocher ou de mur, de pr('l('rciiee au voisiuai^e de l'eau. — (Eiifs : 3 à tl, 
d'un ovale un peu variable. (Id : tS à 'il.;; ;Pd. : 14, a à Ki. Blanc iiuaneé de 
bleuâtre à points el petites taehes bruns ou ^ris olivâtre, stM-r(''s le |)lus souvent 
surtout au uros bout. 

Bord (le l'eau, [irés, champs, estivale, sédentaire ou de passage, r(''pantlue dans 
toule la Franee. — Euro|)e moins l'extrêiiie X., en hiver jusipi'en Afri(pie cen- 
trale. 

S. 1:. M. a. higubriS Tkmm.I .UolucUla j/ar/W/î Gocld]. Dos, croupion et jambe 
noirs ou d'ini noir olivâtre, reste à peu près comme le type. N. el X. W. de la 
France, accident, dans l'E. et le S. — N. W.ule rEuro|)e, descendant en hiver 
jusqu'au N;. de FAfrique. 



12U 



FAlNIi Uli KKANCK. 



F. CERTHIIDAE 

Bec mince, plus ou moins long- et courbé, sans échancrure à la pointe de la 
maxille et sans poils aux commissures, à narines semi-operculées. Pouce armé 
égal ou plus long que le tarse. Aile à 10 rém. prim., la première courte. Queue 
conique ou sub-arrondie. Oiseaux de faible taille. Sexes peu différents. 

Nid en coupe, assez grossier, construit avec de la mousse, de l'herbe sèche, 
des brindilles, doublé de plumes, de crins, de duvet végétal. Dans une cavité ou 
au moins dans une situation bien abritée. Œufs ovales ou un peu piriformes, au 
nombre de 4 à 8, génér. tachetés. 

Insectivores. Oiseaux grimpeurs. Sédentaires ou errati(jues, peu sociables. 

Chant médiocre. 




Figures 172 à 177. 172, Cevlhia brachydactijla. queue, 173 ; Tichodroma nmraria, 
tête; 174, Tichodroma muraria, patte; 175, Cevlhia familiaris macroilaclyla, 
tèle ; i7(), Certhia fumiliaris costae, tète, Certhia familiaris, patte. 



TABLEAUX DES ESPECES 



Bec comprimé, à apex pointu (66 p.âS). Tarse larj;. sculellé devant 

(89 p. Jâi. Rect. raides et pointues (172 1 i* 

Bec cylindrique h apex arrondi (173). Tarse quasi lamelle devant 

(174). Becl. molles, arrondies. Pliiniage non tacheté .... 

Tichodroma muraria (p. i'Jl) 

Onj^le du pouce plus lon^ que le doigt, peu arqué, ayant en 

moyenne 9 mm de long. il77). Sous-alaii-es blanc pur. Face inf. 

général, blanc pur Certhia /'amiliaris [p. l'2l) 



FAI NK UK KK.VNCK. olSrAIX 1"2] 

— Ongle du pouce rarement aussi lonf; que le doigt, arcjué, ayant en 
moyenne 7 mm, 5 de long (89 p. 55). Sous-alaires blanchâtres 
tachées de brun roux ou de noirâtre. Face inf. roussâtrc, plus 
foncée aux flancs Certhia brdchi/ddvhjld (p. Vl'l) 



G. TICHODROMA Illigeh ; Tichodvome. 

Bec beaucoup plus long que la tèle, plus largo que haut à la hase. Pouce armé, 
plus long que le médian armé. Ongles longs et arqués, celui du pouce au moins 
aussi long que le doigt. Aile obtuse ou sur-obtuse couvrant presque complètement 
la queue. 

T. muraria (L.); Tichodrome échelette, Grimpereau des murailles. L : 17 
à 18 ; A : 9,5 à 10,4 ; Q : 5,5 à 6,5 ; T : 2 à 2,2 ; B : 2, \\ à 3,5. Bec (173), 
patte (^174) et iris noirs. Rém. prim. : 4" ou 4^ et 5" 7, l"^" = 1/2 2«. — 
O* Ç rupt. Face sup. et côté du cou gris cendré plus foncé à la tête et aux 
sus-caudales. Gorge et poitrine noirs, reste de la face inf. gris foncé, les 
dernières sous-caudales mouchetées de blanc. Rém. noires à bout g-risâtre 
avec les barbes ext. de la moitié sup. d'un beau rose rouge et les 2" à 6" avec 
une large tache blanche subterminale aux barbes int. Sus-alaires moins les 
grandes secondaires qui sont grises, d'un beau roug'^e rose. Rect. noires, les 
médianes bordées de g"ris, les 2 ext. larg-. terminées de blanc. La $ plus 
petite, à teintes moins pures, le noir de la face inf. moins étendu. — 
(^9 automne. Face sup. plus claire, gorge, poitrine, joue blanches. Toutes 
les sus-alaires rose rouge. — J . Bec beaucoup plus court, (iris de la face 
sup. moins pur, mélangé de rosâtre à l'occiput. Gorge et poitrine grisâti-es. 

Nid dans une fente ou anfractuosité de rocher. — Œufx : .3 à 5, tl'un ovale un 
peu conique et pirifornie. Gd : 20 à 23 ; Pd : 14 à 16. Blanc mat sans taches ou le 
plus souvent un peu tachés de rougeâtre et de brun vers le gros bout. 

Dans les Alpes et les Pyrénées, accident, dans le reste de la France. — Mon- 
tagnes de l'Europe moyenne et luériilionalc, de l'Asie centrale. 



G. CERTHIA L. ; Grimpereau. 

Bec en général au moins aussi haut que large à la base. Doigts ant. un peu 
soudés à la base. Ongles assez longs et courbés, celui du pouce le plus grand. 
Aile obtuse ou sur-obtuse, ne couvrant guère plus de la moitié de la queue. 

C. familiaris L., S. h]. C. f. macrodactyla Breum ; Grimpereau fami- 
lier. L : 13,7 à 15,2 ; .\ : 0,3 à 0,75 ; Q : à (),5 ; T : 1 ,4 à 1 ,t) ; 15 : 1 , 1 à 1 ,4. 
Bec brun noirâtre à base jaunâtre (175), patte brunâtre (177), iris brun. Rém. 
prim. : 4° et 5*^ ^, 2" génér. plus courte que la 8®. — cf $. Face sup. brune 
tachée régulier, et longit. de rou.ssâtre, avec le croupion et les sus-caudales 



12-2 



AIM- I)K JHANCt:. 



roux. Face inf. blanche, avec la région crurale et les sous-caudales nuancées 
de roussâtre. Large sourcil blanc. Joue et région parolique comme le dos. 
Aile brune avec les plumes larg. bordées de roussâtre et de blanchâtre et 
une bande de cette teinte, limitée de noirâtre, en travers des rém. dont le 
bout est blanc. Rect. brun roussâtre faiblement rayées transvers, d'une teinte 
plus soudure. La 9 seulement un peu plus petite. — J . Bec notablement plus 
court et moins arqué, ainsi que l'ongle du pouce. Face sup. plus sombre, 
face inf. d'un blanc moins pur, avec général, les lianes un peu striés longitud. 
de gris noirâtre. 

Nid dans un trou d'.'irbre, une fente de souclic, (liMiitMc une écorce soulevée. — '■ 
Œvfs : '•) à 8 d'un ovale obtus. Gd : i;i,:i à l(),:i; Pd : I2,:i à 13. Blancs à petites 
taches brun-rouge et grises, serrées surtout au gros bout. 

Sédentaire dans les bois de Conifères des Vosges et N. E. de la Belgique, — 
^Yv de rAlleniagnc. 

S. E. C.f. COStcte Bailly. Se distingue du type et de la S, E. précédente par 
sa taille un peu plus forte,^ son bec plus long (176) et les bandes longit. claires 
de la face sup. plus nettes. F'orêts de Conifères des Alpes au dessus de 1.000 m. 
d'altitude. 

S, E. C. f. corsa IIautert. Très sendîlable à la S. E. précédente et peut-être 
identique à elle d'après Ingram, 1913. Régions montagneuses de la Corse. 

S. E. G. f. pyrenaïca. Inguam. Ressemblant beaucoup aux deux S. E. précé- 
dentes, mais la face sup. en général beaucoup plus brune. Croupion fauve vif. 
A : G,o à 6,6. Pyrénées au dessus de 1.000 m. d'altitude. 

Remarque : Pour les S. E. de cet Oiseau, consulter C. Ingram, 1913. 

C. brachydactyla Breum ; Grimpereau brachydactyle, Grimpereau ordi- 
naire. L : 12,7 à 13,5 ; A : 5,8 cà 6,2 ; Q : 5,4 à 6 ; T : 1,5 à 1,7 ; B : 1,35 à 
1,95. Bec noirâtre à base plus claire, patte brunâtre (89 p. 55), iris brun. 
Rém. prim. : 4" et 5^ ^, 2" en général un peu plus longue que la 8*^. — 
Cf 9- Face sup. brune tachée régulier, et longitud. de grisâtre ou de blanc 
roussâtre, avec le croupion et les sus-caudales lavés de gris et de roussâtre. 
Un étroit sourcil blanchâtre ou gris roussâtre. Joue et région parotique 
comme le dos. Aile brune avec les plumes longuement bordées de roussâtre et 
de blanchâtre et une bande de celte teinté, liniitée de noirâtre, en travers des 
rém. dont le bout est plus ou moins blanchâtre. Rect. brun roussâtre clair 
— La 9 pl»^ petite avec le bec un peu plus court et le plumage léger, plus 
sombre. — J. Bec sensibl. plus court et moins arqué. Teintes plus ternes. 

Nid dans un trou d'arbre, sous une écorce soulevée, dans le lieiie d'un tronc, 
à faillie ou moyenne hauteur. — Œufs: 6 à 7, ([uel([uefois plus, d'un ovale obtus. 
Cul: 16 à 16,"); Pd : 12 h 12, ri. Blau" jaunâtre avec des taches grises et surtout 
brun rouge, plus serrées au gros bout. 

Sédentaire dans les bois, les bosquets, dans presque toute la France, surtout 
le N. et le Centre. — Hollande, Belgique, Allemagne,. Suisse, Autriche. 



FAUNE DK KUANCK. 



1:23 



S. E. C.b. ultVâmontana IIarteut. Face sup. d'un hiun pivis fonce'- (juo le 
type. Sus-caudales brun roux. Face inf. lavtV- de jaunàli-e avec le vi-iitie cl les 
lianes nuancés de gris-brun. Dans les mêmes conditions (pu- le t\ [»e dans le S. de 
la France. — Espagne, Italie, Grèce. 



F. SITTIDAE 

Bec un peu conipi'imc^, à mandib, sup. non échancrée. Tarse é^al au médian 
armé ou un peu plus long. Ongles forts, arqués, celui du pouce le plus fort. 
Queue sub-carrée. Oiseaux à corps ramassé, de faible taille. Sexes peu diffé- 
rents. 

Nid grossier, de poussière de bois, de mousse, d'herbes sèches, de crins et de 
laine. Dans un trou d'arbre dont l'ouverture est rétrécie s'il y a lieu avec de la 
lioue ou de la terre gâchée. — Œufs au nombre de 5 à 8, ovales et J;achetés. 

Insectivores et frugivores. Oiseaux grimpeurs. Sédentaires ou erratiques, peu 
sociables. 

Chant très médiocre. 

TABLEAU DES ESPÈCES 

1. Face sup. et recl. médianes gris ardoise. .Sourcil très peu distinct. 
Partie plus ou moins importante de la face int". rousse avec 
les flancs plus ou moins marron. Patte brun jaunâtre. 
Si/ta eutopaea (p. Pi.'î 

— Dessus de la tète et nuque noirs ou tachés de noir. L'n large sour- 
cil blanc ou roussàtre. Face inl'. blanchâtre ou roussâfre clair. 
Patte gris de plomb Sitta whiteheadi (p. 124) 

G. SITTA L. ; SitteUe. 

Bec à mandib. sup. un peu plus longue que l'inf. Ongle du pouce plus court 
que le doigt. Ext. notabl. plus long que Tint. .\ile subaiguë ou sub-obtuse cou- 
vrant plus de moitié de la queue. 

S. europea L., S. E. S. e. cœsia AX'olf ; Sittelle lorchepot. L : 14, 5 à 
16 ; A : 7,5 à 7,9; Q : 4,5 à 5 ; T : 1,9 à 2 ; B: 1,5 à 1,8. Bec gris de plomb 
à pointe noirâtre (83 p. 55), patte brun jaunâtre, iris marron. Rém. prim. 
40 ^ pe ^ 2/5 2'' = 1/3 3% 2-^ < 6«. — cf 9- Face sup., rect. médianes, 
rém. second et partie des sus-alaires gris bleu. Gorge et joue blanc roussà- 
tre, reste de la face inf. roux avec les flancs et la région crurale roux marron, 
les sous-caudales variées de blanc et de roux marron. Une bande noire en 
travers de l'œil, du bec au côté du cou. Rém. prim. brunes liserées de gris. 
Rect, lat. noires, les 3 plus ext. avec une large tache blanche vers l'extré- 



124 



FAINE UE KRANCE. 



mité. LaÇ seulement un peu plus petite et plus terne. — /. Plumage sensibl. 
moins brillant que celui des ad. 

Nid dans un trou d'arbre. — Œufs : 6 à 8, quel([uefois 9, ovales. Gd : t7,5 à 22 ; 
Pd : 14,5 à 15. Blanc jaunâtre pointillés et tachés de brun roug-e, en général sur- 
tout vers le gros bout. 

Dans les bois, les bosquets, sédentaire et répandue dans presque toute la 
France. — Centre de l'Europe jusqu'à la Méditerranée et la Roumanie. 

S. whiteheadi Smarpe ; Sittelle de Whitehead. L : 11,5 à 12, .5 ; A : 7 à 
7,2; Q : 4 ; T: 1,7 ; B : 1,5 à 1,6. Bec gris de plomb à pointe noirâtre, patte 
gris de plomb, iris man-on. — (f . Bonnet, nuque et une ligne en travers de 
l'œil, du bec au côté du cou noirs. Reste de la face sup., rém. second, et 
sus-alaires gris ardoise. Sourcil, côté de la tête et face inf. blancs, léger, 
roussàtre au centre et au tlanc. Grandes rém. noirâtres bordées de gris. 
Rect. médianes gris ardoise avec une bande sub-terminale noire, les lat. 
noires à bout blanc et grisâtre. — 9- ^^'' P^" P^^^ petite. Bonnet, nuque 
et bande en travers de l'œil gris ardoise foncé tachés de noir et de noirâtre, 
le reste de la face sup. plus sombre que le cf. Face inf. plus lavée de 
roussàtre. 

Nid dans un trou dans un Conifère. — Œufs : 5 à 6, ovales. Gd : 17 à 17,8; 
Pd : 13. Blancs, tachés de brun rouge surtout vers le gros bout. 

Sédentaire dans les forêts de Conifères des hautes montagnes de Corse (1). 



F. PARIDAE 

Bec beaucoup plus court que la tête, plus ou moins sub-conique et comprimé, 
avec quelques poils à la base. Pouce armé plus court que le médian armé. Int. 
de la long, de l'ext. ou un peu plus court. Queue variable. Oiseaux de faible 
taille à sexes en général peu différents. 

Nid de structure et situation variables. Œufs assez nombreux, souvent au 
moins 8 ou 10, le plus général tachetés. 

Insectivores et frugivores. Oiseaux arboricoles, plus rarement calamicoles. 
Sédentaires ou un peu migrateurs, ou erraticpies, en général assez sociables. 

Chant variable mais assez médiocre. 

TABLEAUX DES ESPÈCES 

i. Queue au plus égale à la 1/2 long, totale, moins longue que l'aile, 
échancrée, droite ou sub-arrondie. Aile couvrant environ moitié 
de la queue 2 

(1) Sitta neumayeri Michah. Un peu plus gramie que S. e. cœsia, en diffère par sa 
palte gris do idoinh, sa face inf. presque entier, blanclie, avec seulement du roux aux 
flancs el aux sous-caudales. S. E. de l'Europe, Asie mineure. — Signalée comme cap- 
turée en Provence. 



KAINE DE FRANCE. (IISEAI \ 



1-25 




J81 



Fi(.» uLs 178 à 183. — 17S, AegilhulH.s cuudalus, quoue ; 179, Parus ciislalus, lole ; 
180, Parus paluslris, tète ; 181, Parus atricapillus, lèlc ; 182, Panurus biar- 
micus cf , tôle ; 183, Heijulus ignicapillus, lètc. 



— Queue supérieure à la 1/2 long, totale, plus longue que l'aile, bien 

élagée (178i. Doigt médian passabl. plus long que l'ext. Aile cou- 
vrant au plus le 1 4 de la queue 8 

2. Bec conique, un peu plus long que la moitié de la léte (72 p. 53) . 

Tarse à peu près égal au pouce armé. Les 3 doigts ant. suhégaux. 

Queue sensibl. plus courte que le corps 

Anlhoscopus pendulinus (p. 130) 

— Bec conico-convexe, plus ou moins comprimé, au plus d' 12 tète 

de long (73 p. 53). Tarse nettement plus long que le pouce armé. 
Médian sensibl. plus long que l'ext. [G. Parus] 3 

3. Tète avec une forte huppe érigée noire et blanche (ITO l 

Parus cristatus (p. 128) 

— Tête lisse ou à peu près, jamais tachetée de noir et de blanc ... 4 

4. Une tache claire sur la nuque. Au moins une bande transv. claire 

sur l'aile o 

— Pas de tache claire sur la nuque. Pas de bande transv. claire sur 

l'aile. Xi bleu, ni vert, ni jaune dans le plumage .7 

5. P'ace inf. blanchâtre, sans raie abdominale foncée. Une large tache 

lîlanche à la nuque. Deux bandes transv. blanches sur l'aile. Rect. 
unicolores Parus rt/e/'(p. 127) 

— Face inf. au moins en partie jaunâtre, avec une raie abdominale 

médiane foncée Q 

6. Bande abdominale médiane partant de la gorge. Rect. ext. avec du 



126 l'AlNE DE FRANCE. 



OISEAVX 



blanc à rcxlréiuité. Front, vertex, occiput noirs chez l'ad. . . 

Parus major {p. l'2f)) 

Bande abdominale médiane ne s'étendant pas au delà de cette 

partie. Rect. unicolores. Front blanc, vertex et occiput bleus 
entourés de blanc chez l'ad Parus cœruleus {p. V21) 

7. Uect, intermédiaires moyennes ne dépassant pas nettement les 

autres. Calotte noir pur à légers reflets bleus, à plumes normales, 
ne dépassant guère la nuque. Un petit espace noir à la gorge (480) 
Parus palustris (pA'2S) 

— Uect. intermédiaires moyennes dépassant nettement les autres. 

Calotte noir brun, sans reflets, à plumes ei'iilochées, allongées, 
dépassant largement la nuque. Le noir de la gorge descendant 
jusqu'à la poitrme (481 Parus atricapillus (p. \'29) 

8. Bec au plus du tiers de la long, delà tête, presque aussi haut que 
■ long (54 p. 51). Queue beaucoup plus longue que le corps (478) 

.'Egithalus caudatus (p. 129) 

— Bec presque moitié de la télé en long., beaucoup moins haut 

que long 482). Queue un peu plus longue que le corps, 

Panurus biarmicus (p. 131) 

G. PARUS L. ; Mésange. 

Bec avant du 1/3 au 1,2 de la tète en long., à uiaiidib. sup. dépassant un peu 
l'inf. Tarse un peu plus long que le médian armé. Int. nettement plus court que 
l'ext. Aile sur-obtuse à 1" rém. dépassant notablement les grandes sus-alaires 
ant. Sexes presque identiques. 

P. major L. ; Mésange charbonnière. L : 14,5 à 16 ; A : 7,2 à 7,8 ; 
Q : 6,3 à 6,8 ; T : 2 à 2,2 ; B : 0,9 à 1. Bec noirâtre, patte brunâtre, iris noir. 
Rém'. prim. : V^ = 1/2 2« ; 2« < 8«.— cf 9- Dessus de la tête, côté du cou, 
gorge et bande longit. de la gorge à la région anale noirs à reflets bleuâtres. 
Un espace blanc et jaune à la nuque. Dos vert olive, croupion et sus-cau- 
dale gris bleuâtre. Côtés du ventre et flancs jaunes, région anale et sous- 
caudales blanches, ces dernières tachées de noir. Joue blanc pur. Rém. 
noirâtres bordées de gris bleu, les cubitales et les scapulaires bordées de 
jaunâtre. Sus-alaires gris bleuâtre à bout blanc, formant une bande sur 
l'aile pliée. Rect. gris bleuâtre, l'ext. et souvent la pénultième marquées de 
blanc. La 9 seulement un peu plus petite et à plumage léger, moins brdlant. 

— /. Parties noires sans reflets, le blanc de la joue et de l'aile un peu jau- 
nâtre, le reste du plumage plus terne. 

Nid en coupe dans un trou d'arbre, de muraille, une cavité quelconque. Génér. 
volumineux, assez grossier, construit avec de la mousse, des radicelles, des 
herbes sèches, doublé de plumes, de poils, de duvet végétal. — Œufs : 6 à 10, 
quelquefois jusqu'à 14, d'un ovale un peu court. Gd : 16,5 à 10, ^ ; Pd : 12,5 à 15. 



FAINE DE FRANCE. OISEAIX 127 

D'un i)lanc lépèr. jnviuAlrc, tachés de roux, do. brun rouvre, <lt' piM't'i'nMU'c» siulout 
VI' rs le gros bout. 

Dans les bois, les bosjuets, les vergers, répandue dans [iresiju,' toute la 
Franco. — Europe, du Cercle arctique à la Méditerrani^e et à la .Sibéiie. 

S. E. p. m. COrsuS Km;in.sciim. Plug petite que le tyi).\ de teintes |)lus 
sombres, la face inf. d'un jaune moins brillant, le blanc des rect. jiliis éti'oit. 
— Corse, Sardai^ne. 

P. caeruleiis L. ; Mésange bleue. L : 11,5 à 1-2, :■> ; A : 6,ti à 7,2 ; Q : 5,2 
à 5,6; T : 1,0 à 1,7 ; IJ : 0,7 à 0,8. Hec brun noir, patte j^ris de plomb, iris 
noirâtre, Rém. prini. : 7' > 2'' > 8^ — çf Ç. Dessus de la tète bleu entou- 
ré de blanc. Un collier qui rejoint le noir de la gorge, sépare à la nuque un 
petit espace blanc. Dos olivâtre. Sus-caudales et rect. bleu unicolore. Gorge 
noire, reste de la face inf. jaune avec une tache longit. bleu foncé au milieu 
de l'abdomen, suivie d'une large tache blanche. Côté de la tête blanc avec 
un large trait bleu foncé du bec au collier en passant sur l'œil. Rém. grises 
bordées de bleu, les second, et les cubitales terminées de blanc. Sus-alaires 
bleues à extrémité i)lanche. La 9 i^i" peu plus petite et léger, plus terne. — 
y. Toutes les teintes assombries, le bleu lavé de gris, le blanc de jaunâtre. 

Nidification de l'espèce précédente. — Œufs: 7 à 9 parfois 12, d'un ovale un 
peu allongé. Gd : .14,5 à 17; Pd ; [[,") à 12. Blancs ou blanc jaunâtre à taches 
brun rouge souvent plus denses au gros bout. 

Dans les bois, les bosquets, les vergers, répandue dans presque toute la 
France. — Europe du 64" lat. N. à la Méditerranée et au Caucase. 

S. E. P. C. ogliastrae Hautert. Diffère du type par sa face sup. plus fon- 
cée, sa face inf. jauni' plus verdàtre. — Corse, Sardaigne. 

S. E. P. C.pleskii Cab. De taille, un peu plus faible que le type, le bleu de 
la tête plus pâle, le dos gris bleu léger, verdàtre. Face inf. blanc léger, roussâtre, 
plus jaunâtre au tlancs, la poitrine jaune. Très accident, en Belgicjue ( de Selys- 
LoNGCH., 1884). — N. E. de la Russie (1). 

P. ater L. ; Mésange noire. L : 11,5 à 12 ; A : 5,8 à (i,fi ; Q : 4,5 à 4,8 ; 
T : 1,6 à 1,7; B : 0,7 à 0,85. liée et iris noirâtres, pattes gris de plomb. 
Rém. prim. : 1'^ presque moitié de la 2" ; 2'^ < 7'^. — çf 9- l^essus de la 
tète et arrière du cou noirs, encadrant une large tache nucale blanche. 
Reste de la face sup. d'un gris un peu olivâtre. Gorge, haut de la poitrine 
noirs, reste de la face inf. blanc sale fortement lavé de gris roussâtre aux 
lianes et aux sous-caudales. Côté de la tête et du cou blancs, suivis d'un 



(I) Parus cyanus Pam.as. Dessus de la tôtc blanc tournant au blou d'azur à l'occi- 
pul. Dos gris bleu. Faïc inf. blanche avec une tache bleue à l'épigaslre. Sus- caudales 
et rect. bleues terminées de blanc. N. E. de l'ICurope et Sibérie. S'avançant dans le N. \V. 
de l'Europe. — Signalée comme rencontrée très accident, en France. 



1-28 FAINE PE KRANCl 



mi 



nce collier noir. Rém. et scapulaires brunes lisérées de gris clair. Sus- 
alaires gris foncé, les grandes et les moyennes terminées de blanc. Rect. 
brunâtres. La 9 un peu plus petite, avec les parties blanches et noires un 
peu moins étendues. — J. Plumage à teintes moins pures. 

Nid coiunie les deux espèces précédentes. — Œufs ; 6 à 10 d'un ovale souvent 
un peu arrondi. Gd : 14 à 16,5 ; Pd : 10,5 à 12. D'un blanc léger, jaunâtre, à nom- 
breuses petites taches brun rouge surtout vers le gros bout. 

Dans les bois, les bosquets, de préférence do Conifères, assez répandue dans 
prescpu^ toute la France. — Europe du 65° de latit. N. jusqu'à l'Espagne et 
l'Italie ; Sibérie. 

S. E. p. a. sardus Kleinsch. Dos lavé de roux jaunâtre, flancs d'un roux 
plus foncé que le type et aile un peu plus courte. — Corse, Sardaigne. 

P. cristatus L., S. E. P. c. mitratus Rrehm; Mésange huppée. L : 11,5 
à 12,5 ; A : 6 à 6,7 ; Q : 5,1 à 5,4 ; ï : 1,6 à 1,7 ; B : 0,9 à 1,2. Bec noirâtre, 
patte gris de plomb, iris brun. Rém. prim. : 1"= 1/2 2% 8« > 2« > 9«. — 
çf Q. Front et vertex à plumes de plus en plus longues et acuminées, noires, 
bordées de blanc, formant une huppe érigée à pointe recourbée en avant 
(179). Reste de la face sup. d'un gris fortement lavé de roux brun surtout 
au croupion et aux sus-caudales. Gorge et devant du cou noirs, reste de la 
face inf. blanc roussâtre, les flancs lavés de roux. Côté de la tête et du cou 
d'un blanc léger, nuancé de roussâtre, une ligne noire à concavité anté- 
rieure derrière la joue, une autre parallèle à celle-ci allant de l'occiput au 
bas du noir du devant du cou. La 9 un peu plus petite et à huppe un peu 
plus courte. — J. Huppe courte, teintes moins pures. 

Nid comme celui des espèces précédentes, mais toujours dans un trou d'arbre. 
— Œufs ; 5 à 9 d'un ovale un peu court. Gd- : 15 à 17,5 ; Pd : 11,5 à 12,5. Blanc un 
peu jaunâtre, avec plus ou moins de taches rougeâtres, particul. autour du gros 

bout. 

Dans les bois et les bosquets de Conifères de presque toute la France. — 
Centre et W. de l'Europe, jusqu'à la Méditerranée. 

P palustris L., S. E. P. p. longirostris Kleinschm. ; Mésange nonnette, 
Nonnelte vulgaire. L : 11,5 à 12 ; A : 6,2 à 6,8 ; Q : 5,2 à 6; T : 1,5 à 1,65; 
B : 0,8 à 1. Bec noirâtre, patte gris de plomb, iris brun foncé. — cf 9 • 
Bonnet d'un noir à légers reflets bleuâtres (180), reste de la face sup. gris 
brun olivâtre. Une petite tache noiçe et carrée à la gorge, reste de la face 
inf. blanc gris roussâtre, les flancs étant plus foncés. Côtés de la tête crème. 
Aile et queue brun olivâtre à plumes lisérées de clair, La 9 un peu plus 
petite. — J. Plumage plus sombre et moins net. 

Nidification analogue à celle des espèces précédentes. — Œufs ; 6 à 10, jusqu'à 
14, d'un ovale vm peu court. Gd : 14.5 à 15 ; Pd : 1 1 à 12. Blancs, très pointillés 
et tachés de l)run rouge et de rougeâtre, surtout vers le gros bout. 



FAINE HE FRANCE. OISEALX 129 

Dans les bois, les bosquets, les ver-cis, prosquo partout eu France. — Hol- 
lande, Belgique, région rhénane. 

Remarque. Les S. E. de cet Oiseau et du suivant, qui se rencontrent en France, 
sont comme celles de i)eaucoup d'autres très peu connues. En ce qui concerne 
cette Mésange, il est probable que P. p. communis Kleinschm. doit fréquenter les 
Alpes et peut être P. p. italiens Tscnusi le S. E. 

P. atricapillus L., S. E. P. a. rhenanus Kleinschm.; Mésange à tête 
noire. Mésange des Saules. I. : 12 à 12,5 ; A : 5 à 6,3 ; Q : 5 à 6 ; T : 1,7 à 
1,8; B : 0,9 à 1,1. Bec noirâtre, patte gris brun, iris brun noir. — çf Ç, 
Bonnet d'un noir brun mat à plumes allongées, à barbes décomposées, des- 
cendant bas sur la nuque (181), reste de la face sup. gris brun roux. Gorge 
et devant du cou à plumes noires formant des ondes transversales, reste de 
la face inf. blanchâtre, les lianes fortement lavés de roux. Côté de' la tête et 
du cou blanc jaunâtre. Aile et queue brunes à plumes liserées de clair. La 9 
un peu plus petite. — /. Les teintes plus ternes et plus assombries. 

Nid dans un trou d'arbre. — Œurs : 6 à 10, d'un ovale un peu court. Gd : 14,5 
â 16; Pd: 11,5 à 12,5. Blancs, pointillés et tachés de brun rouge et de violacé 
surtout vers le gros bout. 

Dans les bois, les bosquets, surtout dans le N. E. de la France. — Hollande, 
Belgique, région rhénane. 

S. E. P. a. montanus Baldenst. De taille nettement plus grande que le 
type (A : 6,4 à 7,1), le dos brun foncé. Alpes au dessus de 1.200 m. (1). 

G. iEGITHALUS IIehmann ; ^githale. 

Bec à mandib. sup. convexe dépassant un peu l'inf. qui a un angle mentonnier 
bien accusé, à narines non operculées. Tarse plus long que le médian armé. 
Pouce léger, plus grand que le médian, à ongle plus court que le doigt. Aile sur- 
obtuse à 1" rém. dépassant les grandes sus-alaires ant. Plumage long, lâche, 
soyeux. Sexes presque identiques, 

R. caudatus (L); ^Egithale à longue queue, Mésange à longue queue. L : 
14,5 à 17; A: 6,3 à 6,8 ; Q: 8,8 à 11 ; T: 1,7 à 1,8; B: 0,6 à 0,7. Bec et iris 
noirs, patte brunâtre, tour de l'œil jaune. Rém. prim. : l'" < 12 1>«, 9" > 
2« > 10«. — cf 9- Tête et cou blancs, partie sup., du dos el sus-caudales 
noires, scapulaires, partie inf. du dos el croupion rouge lie-de-vin, avec 
plus ou moins de blanc. Face inf. blanche avec les lianes et les sous-caudales 



(1) Parus lugubris Temm., S. E. P. l. anatoliae Hartkrt. L. 16,5. Bonnet noir 
pur, reste de la face sup., aile et queue brun noir. Gorge et devant du cou noirs, reste 
de la face inf. blanc grisâtre nuancé de roussàtre aux flancs. Asie mineure. — Signalée 
comme capturée près de Nice en 1878. 



130 FAUNE t)E FRANCE. OISEAUX 

roses. Rém. noirâtres bordées de blanc. Recl. noires, les '.\ e\l. avec la plus 
g-rande partie des barbes ext. et le bout blanc (178 i. La 9 "'i P^^i' pl"^ petite, 
— ./. Coté du bonnet, nuque et dos brun noir, scapulaires brun l\)iicé. La 
l'ace inf. à teintes ternes. 

JVid arlisli'iiuMil consli-uil , cniivcil, ovoïde à ■^•niiul axe vci'ticiil avec une ouver- 
ture ai-ronilie lah-iale, au tiers sui)éi'ieui-, pail'ois deux ouveituri^s oppost'es. En 
mousse, lielieiis, duvet vég-étai, laine, doubli' de eiiiis, de poils, de pltiuie'^, de 
duvet. A une liauleur varia])le dans une enfourcluuc d'arlnv, parfois dans un 
buisson ranieux, le Lierre d'un arjjre ou pendu .à de fins rameaux retomljant. — 
Œurs : 8 à 12, (piel([uefois plus, ovales Gd : ta à t4; Pd : 10 h 12. D'un blanc sale 
ou rosé, (pud([uefois i)i'es(pu' immaeuh's, le plus souvent lâchés de rouffcàtre, 
frécpiennnent surtout vers le gros bout. 

Dans les bois, les bosquets, les vergers, liiveinal en Fiance. — X. et E. de 
l'Europe, Sii)érie, eu hiver Centre et W. de l'Kuropt'. 

S. E. AJ. C. europaeuS IIermann. Plus petite (pie le type (A : C) h 0,7), avec 
de chaque côté du bonnet, depuis les yeux, une l)ande nf)ire ou l:runc plus ou 
moins large (54 p. 51). Devant de la poitrine avec des ta<dies brunes plus ou 
moins nettes. Région parotique somijre. Bordures blanches des rém. faibles ou 
nulles. Moins de blanc aux rect. lat. Sédentaire ou erratique, répandue dans 
presque toute la France. — Europe, de la Hollande et l'W. de l'Allemagne au N. 
de l'Italie et aux Ralkans. 

S. K. A!. C roseus Bi.vtu. Diffèie de la iirécédente S. E. par le tour de 
IVril rose vif, l'aib> et la ([ucue plus courtes (A : 5,8 à 6,2). Raies latér. noires du 
bonnet plus larges, ne laissant qu'une étroite bande médiane souvent maculée de 
brun noir. Une ligne de taches noires sur le haut delà poitrine. Région parotique 
Inune. W. de la France. — Iles Brilauni<pies. 

S. P>. Al C. italiae Joubu. (y/i. r. irbyi Suari-e). De la taille de la précé- 
tlente. Front brun clair et ligne du dessus de la tète nuancée de brun, les bandes 
latér. du bonnet très larges, se rejoignant h la luuiue. Dos gris avec les scapu- 
laires rouge-vineux clair. .Sus-caudales noires à bout gris. Face inf. blanc sale 
avec la poitrine ei les Hanes rose vineux, la première tachée de brun. Cotés de la 
tête et du cou rayés de biuiiàlr(> et di- noirâtre. Corse et S. de la France, accident, 
juscpie vers Paris. — S. W. de rEurope. 



G. ANTHOSCOPUS Cak. ; Remiz. 

Rcc rapidement atténué et pointu, à narines non operculées. Ongle du pouce 
moins long ([ue le doigt. Aile sub-o])tuse à f'' rém. à peu près égale aux grandes 
sus-alaires ant., recouvi-ant le 13 d(> la «lucue. Oiseaux calamophiles à sexes peu 
ditTérents. 

A. pendulinus (L.) [P<i/us narbonensis Gmel.] ; Remiz penduline. L: 
1 1 à 12 ; A : .5,.-) à (i ; g : 1,8 à ."),-i ; T : 1,6 à 1,65 ; B : 0,W à 1,2. Bec noi- 
râtre nu brunâtre (72. p. r):i), patte noirâtre, iris brun jaune. Rcui. prini. : 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 131 

i^'* = 1/4 2", 2" = 7". — (f 9- Dessus de la tête, du cou, de la nuque blanc 
grisâtre avec un bandeau noir au devant du front, sur l'œil et la joue. Dos 
rou.\ foncé, croupion d'un g-ris un peu olivâtre. Gorge, devant et côté du cou 
blanc jaunâtre, reste de la face inf. roussâtre et blanchâtre, marqué de roux 
vif. Réni. brunes, les prim. liserées de g-ris roussâtre, les second, et les sca- 
pulaires de roux. Sus-alaires brun rouge à bordure rousse. Rect. noirâtres 
bordées de blanc roussâtre. La 9 à parties grises de la tête plus foncées, le 
dos d'un roux plus clair, la face inf. plus pâle, les pennes moins foncées et 
moins larg. bordées. — J. En entier roux et roussâtre, sans lunettes noires 
et sans gris blanc à la tète. 

Aïd admiral>Iement construit, en forme de cornue ovoïde à grand axe vertical, 
le col presque en haut, court, oblique. Suspendu par le haut à une petite 
branche à quelques mètres de hauteur. Bâti avec de la laine, des poils, du duvet 
végétal fixés à de petits filaments décorée et agglutinés avec de la salive. — 
Œufs : .5 à 8, parfois jusqu'à 10, d'un ovale très allongé. Gd : 14 à 17 ; Pd : 10 à 
11. Blancs, quelquefois léger, tachés de roussâtre. 

Dans les marais et au bord des cours d'eau. Estivale et crraticjue dans le S. de 
la France, accident, dans le Centre. — S. ol partie du Centre de l'Europe; Asie 
mineure. 



G. PANURUS KocH ; Panure. 

Bec à mandib sup. convexe, dépassant et embrassant un peu l'inf., échancrée 
vers le bout et à narines operculées. Angle mentonnier assez accusé. Tarse 
nettement plus long que le médian armé qui est plus long ou égal au pouce armé. 
Aile sub-obtuse. Sexes différents. 

P. biarmicus (L.) [Mystacinus dentatus Brehm] ; Panure à moustaches. 
Mésange à moustaches. L : 15,5 à 17 ; A : 5,9 à 6,2 ; Q : 8 à 8,7 ; T : 1,9 à 2 ; 
B : 0,75 à 0,9. Bec et iris jaunes, patte noirâtre. Rém. prim. : 1" = 1/5 2» ; 
6« > 2* > 7*. — cf Tête, derrière et côté du cou gris lilas ou bleuâtre, reste 
de la face sup. d'un beau roux avec les sus-caudales plus pâles. Haut de la 
face inf. blanc fortement lavé de rose un peu violacé, reste de la face inf. 
roux avec les sous-caudales noires. Une large moustache de plumes noires 
effdochées descendant jusqu'au haut de la poitrine. Scapulaires noires et 
d'un blanc roussâtre. Rém. noirâtres largement bordées de roux, sus-alaires 
variées de noir et de roux. Rect. médianes rousses, les intermédiaires plus 
foncées, à bout gris, les ext. noirâtres dans le bas et terminées de blanchâtre. 
— 9- Un peu plus petite, sans moustache noire. Dessus de la tête brun clair 
souvent taché de gris noir, reste de la face sup. rousse avec de légères taches 
noirâtres. Face inf. roussâtre lavée de gris, presque blanche à la gorge. — 
y. Ressemblant beaucoup à la 9 niais avec le dessus de la tête et le dos bien 
marqués de noirâtre. Rect. lat. très foncées à extrémité blanche. 

Nid en coupe profonde, construit avec des feuilles de roseaux, des herbes, du 



132 FAINE DE FRANCE. — OISEAl'X 

duvet (lo roseaux, des plumes, à terre ou à peu de haviteur, sur des roseaux, di-s 
broussailles. — Œul's ; 5 à 7 d'un ovale assez court, (jd : 14,1) à 19; Pd : 1.3 à lo. 
Blanchâtres, tachés et striés de l)run. 

Dans les mai'ais, les massifs de roseaux, çà et là en France. — \V. et S. de 
l'Europe. 

F. REGULIDAE 

Bec droit à maudib. sup. un peu courbée et échancrée à la pointe. Doigt ext. 
un peu i-elié au médian ;» la base. Aile olUuse à 10 rém. prim., la première courte. 
Queue échancrée. Oiseaux de très faible taille, à sexes un peu difféients. 

Nid en coupe assez profonde, sub-cylindrique, bien bâti extérieur, de mousse 
et de lichens, sur un Conifère. — Œufs assez nombreux, d'un ovale un peu court, 
finement ponctués. 

Régime insectivore. Oiseaux arljoricoles, sur les Conifères de préfi'rence. Séden- 
taires, migrateurs ou erratiques, assez sociables. 

Chant assez peu développé. 

TABLEAU DES ESPÈCES 

i. Bec aussi haut que larye à la l)ase. Pas de l^aiide noire en travers 
de l'œil, pas de blanc à la joue (64 j). 53 1. Haut des scapulaires de 
la teinte du dos Régulas régulas (p. 132) 

— Bec un peu moins haut que large à la base. Sourcil blanc. Une bande 
noire en tra^ei^s de l'ceil. Du blanc à la joue (183). Haut des sca- 
pulaires plus ou moins lavé d'orange. . Régulas ignicapillus ji. l."}3) 

G. REGULUS ViiiiLL. ; Roitelet. 

Bec uolal)lement comj)rimé en avant des narines, mesurant au plus moitié de 
la tète. Tai'se netlemenl plus long (pie le médian arnu». Ongle du pouce plus 
court (jue le doigt. Plumage long et doux. 

R. regulus (I>.) [Jlcgulus cristatns Kocuj ; lloilelel huppé. L : 9.5 à 10; 
A : 5,1 à 5,55 : Q : i à 4, -2 ; T : 1,7 à 1,9 ; B : 0,9 à 1. Bec et iris noirâtres, 
patte brune. Rém. prim. : 4- >, 2" =: T*'. — ç^ . Front brunâtre, milieu de 
la tcle orange bordé de jaune et limité de C(")lé par une bande noire (64 p. 53), 
reste de la face sup. ftlivâtre, lavé de gris derrière la tète, de vert au crou- 
pion. Face inf. blanchâtre, nuancée de gris roussâtre à la j)(-titrine. t^ôté de 
la tête grisâtre. Aile brunâtre, les rém. bordées de gris olivâtre clair, les 
post. terminées de blanc. h]\lrémité des grandes et moyennes sus-alaires 
blanches, formant 2 bandes sur l'aile. Rect. brunâtres bordées d'olivâtre. — 
9. Un peu plus petite, avec le milieu de la tête jaune, le reste du plumage un 
peu plus terne. — ./. Dessus de la tête de la teinte du dos, sans jaune ni 
noir, tout le reste du plumage comme la 9» VLun?, plus terne. 



FAUNE DE FRANCK. OISEAIX 133 

.\id au bout (ruue l)ranche ou atlaclu'' à îles rameaux relomlianl à moyenne 
hauteur. - Œufs : 8 à 10, (luehiuefois 11. (id ; 12 à 14 ; IM : 9,5 à 11. Blanc jau- 
nâtre ou rosé avec plus ou moins de peiils puiiils ^risàtri's et roussâlros, do 
préférence autour du g-ros bout. 

Dans les bois, principaleuu'nt de Conifères, assez répandu dans presque toute 
la France. — Europe moins l'extrême X. et W., jusqu'à la Méditerranée, le 
Caucase et l'Asie Mineure. 

S. E. R. r. interni IIartert. Dilfère du type par le cùté de la tète et la 
nuque plus gris, le reste de la face sup. d'un vert ternt! moins jaune. — Corse, 
Sardaigne. 

R. ignicapillus (Temm.) [Hegulus mystaceu.s \\v.\\.i..\ ; Roitelet triple 
bandeau. L : 9,4 à 9,8 ; A : 5,2 à 5,5 ; Q : 3,8 à 4,3 ; T : 1,0 à 1,7 ; B : 0,8 à 
0,9. Bec et iris noirâtres, patte brune. Réni. prim. : 4* >, (i« > '2® > 7^ — 
(2f . b' l'ont roussâtre, milieu de la tète orange vif, léger, bordé de jaune et 
limité en avant et sur les côtés par une bande noire (183), reste de la face 
sup. vert olivâti-e, lavé de jaune à la nuque et au croupion, et les scapulaires 
fortement nuancées d'orange. Face inf. blanchâtre nuancée de gris roussâtre 
à la poitrine. Un sourcil blanc et une bande noire en travers de l'œil. Joue 
blanche et grisâtre et très petite moustache noire. Aile et queue brunâtres, 
les pennes bordées d'olivâtre, les grandes et moyennes sus-alaires à extré- 
mité blanchâtre formant 2 bandes sur l'aile. — 9- Léger, plus petite, le milieu 
de la tête jaune à peine orangé, le reste du plumage un peu plus terne. — 
/. Dessus de la tête comme le reste de la face sup. sans jaune, ni noir, ni 
blanc. Le reste du plumage comme les ad. mais beaucoup plus terne. 

Nid comme la précédente espèce. — Œufs ; 8 à 10 et parfois 12, Gd : 12,îi à 
14,5 ; Pd : 10 à 11. Blanc javuiâtre ou rose roussâtre, plus ou moins tachés de gris 
et de roux. 

Dans les bois et les bosquets, particulier, de Conifères, dans presque toute la 
France. — Europe, de la Baltique à la Méditerranée, Asie mineure, N. tle l'Afriijue. 



F. LANIIDAE 

Bec avec quelques poils à la base, à narines non operculées plus ou moins 
cachées par des plumes piliformes. Tarse plus long que le pouce armé. Aile 
variable, sub-obtuse, à 10 rém. prim., la première courte. Queue variable mais 
longue. Sexes le plus souvent peu différents. 

Nid en coupe, assez volumineux, plus ou moins bien construit avec des brin- 
dilles, des radicelles, de l'herbe sèche, de la mousse, des' lichens, doublé de crins, 
de laine, de duvet végétal. Sur un arbre ou un buisson. — Œiifso\d\es, en général 
au nombre de 4 à 6, avec des taches formant souvent une couronne autour du 
gros bout. 

Insectivores et plus ou moins carnivores, surtout les grandes espèces. Beaucoup 
d'espèces ont l'habitude d'embrocher leurs proies sur des épines. Arboricoles 



134 



FAUNE DE FRANCE. — OISEAIX 



mais plutôt dans les bosquets, les buissons, les arbres isolés, que dans les grands 
bois. Oiseaux peu sociables, le plus souvent migrateurs, quelquefois sédentaires 
ou erratiques. 




J6-é 




JSô 



]^ 




FiGuitKs 184 à 186. 



184, Laniuf! excubitor, aile; \STk Lanius minor, aile; 180, 
Lanius senntov, aile. 



TABLEAUX DES ESPÈCES 



i. Queue de près de moitié de la long, totale, très étagée, couverte au 
plus sur le 1 /3 par l'aile. 3^ et 4^ Réni. ^, i*" beaucoup plus courte 
(184.). Front jamais noir. Plus de "22 cent, de long 2 

— Queue sensibl. plus courte que la 1/2 long, totale, arrondie t)u suIj- 

carrée, couverte sur environ moitié par l'aile. 3® Rém. >, 2" guère 
plus courte. Exceptionn. jusqu'à 22 cent, de long 3 

2, Aile au dessus de 11 cent, de long., avec normal. 2 miroirs blancs. 

Face sup, cendré clair, face inf. blanche . Lanius excubitor (p. 135) 

— Aile au dessous de 11 cent, de long, avec un petit miroir blanc. Face 

sup. cendré bleuâtre foncé, face inf. rose vineux clair 

Lanius meridionalis (p. 135) 

3. l""® llém. aussi longue ou un peu plus longue que les grandes sus- 

alaires ant. (185). Dessus de la tête plus ou moins gris, dos jamais 
noir. Du rose à la face inf. au moins chez \e (f k 

— V^ Rém. dépassant nettement les grandes sus-alaires ant. (186). 

Dessus de la tête et nuque roux, dos noir ou brun noir (ad.). 



FAINE DE FRANCE. OISEAUX 135 

Jamais de rose à la face inl". Vu miroir l)laiic sur l'aile chez le tvpe 

Lanius srnatur (p. \'.\6j 

4. Un miroir blanc sur Taile. Oos de la trinle du reste fie la l'ace sup. 

Plus de 'JO cent, de lon^ Lanius niinor (p. 130) 

— Pas de miroir blanc à l'aile. Dos dillérenL comme couleur des autres 

parties supérieures. Moins de 20 cent, de long. Lanius collurio (p. 1.37) 



G. LANIUS L. ; Pie-gvièche. 

Bec à mandil). sup. bien convexe. Médian nettement plus long que les doi/^ts 
lat. qui sont (puisi ('>^aux. 3'^ et 4" rém. prim. plus ou moins échancrées au 
bord ext. Un baudi-au uoii' ou noirâtre du bec sur l'cr-d et la joue chez l'ad. 

L. excubitor (1>.) \Lanius major Omel] ; Pie-g-rièche grise. L : 24 à 26; 
A : 11 à U/.l; U : 11,2 à I1,7;'t : 2,U à 3; B : 2 à 2,1. Bec 56 (p. 51) et 
pattes noirs, iris brun. Ucm. prim. : l''^' dépassant beaucoup les grandes 
sus-alaires ant., > 1 2 2'", 2'' =: 6'' (184) — cf. Face sup. en entier gris 
cendré bleuâtre avec les scapulaires blanches. Face inf. blanche. Une large 
bande noire du bec sur \\vi\ et la joue surmontée d'un léger sourcil blanc. 
Aile noire avec une lai-ge tai-he blanche formant double miroir sur les rém. 
prim. et second. Rém. moins les prim. à bout blanc. Rect. médianes noires, 
les autres terminées de blanc, d'autant plus qu'elles sont plus ext., ces 
dernières l'étant entier. — Ç. Un peu plus petite. La face sup. un peu plus 
foncée, Tinf. d'un blanc nmins pur, l'aile avec moins de blanc. — /. Toutes 
les teintes plus ternes, les plumes du dos plus ou moins bordées de brunâtre, 
celles de la face inf. de grisâtre. 

Nid sur un arbre. — Œufs : a à 7. (ni : 2.3 à 30,5 ; Pd : 18 à 20,5. Gris verdàtre 
ou roussàtre à taches grises et brun olivâtre éparses et souvent en couronne 
autour du gros bout. 

Sédentaire et de passage mais assez peu répandue, dans le N. et le Centre de 
la France, accidentelle dans le S. — N. et Centre de l'Europe, jusqu'aux 
Pyrénées, aux Alpes et h. la Hongrie. 

L. meridionalis Temm. ; Pie-grièche méridionale. L : 25 à 26 ; A : 10,2 à 
10,9 ; g : 10,7 à 11.1 ; T : 2,85 à 3 ; R : 2,3 à 2,4. Bec et pattes noirs, iris 
brun. — cf. l'ace sup. gris bleuâtre foncé avec le croupion plus clair, le 
bas du front et les grandes scapulaires blancs. Face inf. blanc rosé, plus 
clair au cou, nuancée de gris sur les lianes et les jambes, les sous-caudales 
blanches. Une large bande noire du bec sur l'œil et la joue surmontée d'un 
sourcil blanc parlant du front. Aile noire avec un petit miroir blanc sur les 
rém. prim., les rém. second, post. et les sus-alaires avec plus ou moins de 
blanc terminal. Rect. médianes noires, les autres avec d'autant plus de blanc 
qu'elles sont plus ext. celle-ci ayant encore le tiers sup. noir. — Ç- L'n peu 
plus petite. La face sup. un peu plus foncée, la face inl". moins pure et à peine 



136 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

rosée. Moins de blanc à l'aile. — /. Toutes les teintes plus ternes, sans rose 
à la face inl"., les plumes du dos plus ou moins bordées de roussâtre, celles 
de la face inf. de g^risâtre. 

Nid dans une broussaille à (juelques mètres de hauteur. — Œufs : 5 à 6. 
Gd : 24 à 28 ; Pd : 18 à 20,5. Gris roussâtre ou rosé fortement tachés de g-ris 
brun et brun rouge. 

Sédentaire ou de passag-e dans le S. de la France, accident, dans le Centre. — 
Espagne, Portugal. 

L. minor Gmel. [Lanius roseus Bau.lyJ ; Pie-grièche i\ poitrine rose, Pie- 
grièche d'Italie. L : 21 à 2-> ; A : 1 1 à 12,:^ ; Q : 8,5 à 9,5 ; ï : 2,4 à 2,6 ; B : 
1,45 à 1,55. Bec et patte noirs ou noirâtres, iris brun. Rém. prim. : l'"*" < 1/3 
2*, 1" > 4*, 3" seule bien échancrée au bord ext. (185). — çj^. Un bandeau 
noir sur le front rejoignant la bande de l'œil. Face sup. gris cendré. Gorge et 
sous-caudales blanches, reste de la face inf. rose clair. Rém. brun noir, les 
prim. avec un miroir blanc. Rect. médianes noires, les auti'es noires termi- 
nées de blanc. — Q. Plus petite, avec la face inf. moins rose et moins de 
blanc au.\ rect. — /. Front grisâtre sans bandeau noir net. Plumes de la 
face sup. bordées de brunâtre. Face inf., surtout aux flancs, à plumes bor- 
dées de roussâtre ainsi que le bout des rém. et des sus-alaires. 

Nid sur un arbre cà nioyenno hauteur. — Œufs ; 5 à 6. Gd : 23 à 28 ; Pd : 16,5 à 
19. Verdàtre clair tachés et pointillés de gris et de brun verdâtre, surtout autour 
du gros bout. 

Estivale et de passage, assez répandue surtout dans le Centre et le S. de la 
France. ^ Centre et S. E. de l'Europe, Sibérie, descendant l'hiver en Afrique. 

L. senator L. [Lanius rufus Brisson] ; Pie-grièche rousse. L : 18,7 à 
19,7 : A : 9,3 à 10 ; Q : 7,5 à 8,5 ; T : 2,3 à 2,5 ; B : 1,5 à 1,7. Bec et pattes 
noirs, iris brun. Rém. prim. : 1""^ = 2/5 2«, 2» < 5« (186). — cf. Front 
noir se continuant avec la bande oculaire. Dessus de la tête et nuque roux 
foncé. Dos noir souvent marqué de blanc au bas, croupion gris foncé, sca- 
pulaires et sus-caudales blanches. Face inf. blanche lavée de roussâtre à la 
poitrine et aux flancs. Aile noire avec un miroir blanc sur les rém. prim., 
les second, et les sus-alaires liserées de gris roux. 4 rect. médianes noires, 
les auti^es noires avec d'autant plus de blanc terminal qu'elles sont plus 
ext. — 9- I^oux de la tête et de la nuque plus pâle. Dos brun foncé. Crou- 
pion et sus-caudales gris jaunâtre. Flancs roussâtres. Rém. et partie foncée 
des rect. brunes. — /. Plumes du dessus de la tête blanchâtres bordées de 
grisâtre. Dos varié de brun roussâtre et de gris avec des croissants bruns, 
surtout aux scapulaires et aux sus-caudales. Plumes de la face inf. blan- 
châtres boi'dées de gris brun. 

Nid dans une haute haie, un buisson ou sur un arbre à moyenne hauteur. — 
Œufs : 5 à 6, (pielquefois 7. Gd : 22 à 29 ; Pd : 15.5 à 19. 

Estivale ou de passage, moyennement répandue clans prestpie toute la France. 
— S. et Centre de l'Europe jusqu'au Caucase. 



FALNE DE FRANCE. OISEAUX 137 

S. E. L. s. badiUS Hartlal'b. Boc plus fort et aile plus ioufru,. cpu' le 
tvpe (jusqu'à 10,4). Miroir blanc do l'ailo faible ou aul. (Croupion et face inf. for- 
tement teintés de roux. Corse. — Sardai{j;ue, en hiver X. de l'.Vfritpie. 

L. collurio L. ; Pie-grièche écorcheur. L : 17,5 à 18,5 ; A : 8,9 à 9,8 ; 
Q : 7,5 à 8 ; T : 2,3 à 2,5 ; B : 1,4 à 1,7. Bec noir ou brun, patte brun noir, 
iris brun. Rém. prim. : 1"^^ < 2/5 2«, 4« > 2« > 5^ — cf • Avant du front 
avec une ligne noii'e rejoignant le bandeau oculaire. Tète, derrière du cou, 
croupion et sus-caudales g-ris bleuâtre, dos et scapulaires l'oux marron. Face 
inf. blanche avec la poitrine, l'épigastre et les flancs lavés de rose roussâtre. 
Réni. noirâtres, les prini. liserées de grisâtre, les second, laig. bordées de 
roux et de l^ianchâlre. 4 rect. médianes noires, les lai. noires à la base, blan- 
ches dans le reste. — 9- lète, derrière du cou, croupion gris roux, sus-cau- 
dales rousses. Face inf. blanchâtre avec plus ou moins de plumes de la j)()i- 
Irine et des flancs bordées de I)run roussàlre. l'n léger sourcil blanchâtre et 
bandeau de l'œil et la joue brun. Hect. brunes avec moins de blanc que 
le cf. — J. Ressemble à la 9^ niais les plumes de la face sup. bordées de 
brun et la plupart de celles de la face inf. de brun roussâtre. Rect. plus 
claires, avec peu de blanc terminal. 

Nid dans une haie, un buisson. — Œufs : 4 à 7. Gd : 22 à 2;') ; Pd : 14 à 18,5. 
Jaunâtres, rosâtres ou rarement blanchâtres, plus ou moins tachés et pointillés 
de gris, de roux, de brun, de préférence surtout autour du gros ])out. 

Estivale ou de passage, répandue dans presque toute la France. — N. et (Cen- 
tre de l'Europe, \V. de l'Asie, en hiver N. de l'Africiue. 

S. E. L. C. jourdaitti Parrot. De taille moindre que le type (A : 8,7 à 9,2). 
Dos en général plus foncé. Flancs d'un roux vineux plus foncé. Moins de blanc 
aux rect. — Corse (i). 



F. AMPELIDAE 

Bec avec quelques poils à la hase, à narines cachées par des plumes piliformes. 
Tarse environ de la long, du doigt médian. Ext. un peu soudé au médian à la 
base. Aile à 10 rém. prim. la première étant ti-ès courte. Queue plutôt courte. 
Forme ramassée. Sexes peu différents. 

Nid en coupe, assez volumineux, en brindilles, en mousse, lichens et herbes sè- 
ches, sur un Conifère. — Œufs d\\n ovale très variable, au nombre de 5 à G, tachetés. 

Baccivores et insectivores. Oiseaux sociables, émigrants. Chant peu déve- 
loppé. 

(1) Telephonus senegalus L., S. E. T. s. cucullatus Tkmm. L : 23 à 25 
Dessus de la tète et bandeau sur l'œil noirs. Reste de la face sup. brun gris avec le 
croupion plus gris. Face inf. gris bleuâtre presque blanc à la gorge et au ventre. Aile 
roui vif. Reot. médianes brunes, les later. noires terminées de blanc. N.W deTAfrique, 
— Donné par Deglanu et Gerbe conmie rencontré dans l'W. de la France. 



138 



FAUNE DB FRANCE. OISEAfX 



G. BOMBYCILLA Vieil. ; Jaseur. 



Bec moindre de moitié de ia tète en long. Doigts lat. inégaux. Aile assez lon- 
gue mais n'atteignant pas l'extrémité de la queue. Plumes du front et du vertex 
prolongées en forte huppe. Rém. second, terminées chez l'ad. {)ar une palette 
cornée. 

B. garrula (L.) ; Jaseur de Bohême. L : 19 à 20,5 ; A : 11 à 12 ; Q : 6,2 à 
7 ; T : 2 à 2,15 ; B : 1,1 à 1,2. Bec (57 p. 51) et pattes noirs, iris brun. Rém. 
prim. : 8" >. — cf 9- Cendré roug-eâtre plus foncé à la face sup. avec le 
front marron, le croupion et les sus-caudales gris cendré, la gorge et un trait 
du bec sur Wv'û et la joue noirs. Une petite raie blanche de la mandib. inf. 
sous l'œil et la joue, surmontant une petite tache post-commissurale marron 
roux comme les sous-caudales. Rém. noires, les premières prim. bordées de 
blanc au bout, les autres de blanc et de jaune. Second, à bout blanc pro- 
longé par une petite palette cornée ovale d'un beau rouge. Sus-alaires ant. 
noires à bout blanc, les autres brunes. Rect. noires à bout jaune quelquefois 
terminées chez les vieux çf par de petites palettes cornées rouges. La Ç un 
peu plus petite, à huppe léger, plus courte, les rém. prim. bordées de jaune 
pâle sur le bord ext. seulement, les second, avec moins de blanc terminal et 
les palettes cornées plus petites. — /. Face sup. nuancée et marquée d'olive 
et de grisâtre, avec la base des plumes du front blanche. Gorge blanchâtre 
rayée de gris-brun. Reste de la face inf. gris olivâtre foncé, maculée de 
blanchâtre, le milieu du ventre et les sous-caudales blanchâtres. 

Nid à quelques mètres de hauteur. — Œufs : 5 à 6. Gd : 24 à 28 ; Pd : t5,b à 18. 
Blanchâtres, bleuâtres, blanc roussâtre ou rosâtre, avec des taches éparses grises, 
rouge brun, brunes ou noirâtres. 

De passage et hivernal par périodes espacées, dans presque toute la France. — 
N. de l'Europe et de l'Asie, émigrant plus ou moins irrégul. dans le Centre de 
ces continents. 



F. SYLVIIDAE 

Bec comprimé ou déprimé, aussi large ou plus large que haut à la base. Aile et 
queue variables, cette dernière jamais fourchue, rarement échancrée. Oiseaux à 
plumage peu brillant, de faible taille. Sexes différents ou non. 

Nid variable, presque toujours en coupe et bien l)âli, jamais à grande hauteur. 
Œufs le plus souvent au nombre de 4 à 6, ovales, prescjuc toujours tachetés. 

Régime insectivore et assez fréquemment en partie baccivoro. Oiseaux arbori- 
coles, sub-terrestrcs ou sub-acpiatiques. Estivaux et migrateurs, plus rarement 
sédentaires. Pou ou pas sociables. 

Chant variable, assez souvent bien développé et agréable. 



FAINE DE FRANCE. — OISEAUX 



139 




Figures 187 à 195. — 187, Cetlia cetti, i\\\v\n\ 188, Hypolan i'^terinn. tète ; 189, 
Phylloscopus trochiliis, tête ; 190, Hypoluïs ictevina, aile; 191, Hypolaïs poly- 
glottn, aile ; 192, Phylloscopus sibilatrix, aile ; 193, Phyllosro/ms Irochilus, 
aile; 194, Phylloscopus bnnellii, aile ; 195, Phylloscopus rufas, aile. 



TABLEAUX DES ESPECES 



i. Queue à 10 recl., éludée 187). Bec un peu plus de moilié de la 
tète en long. Ongle du pouce un peu plus court que le doigt. Aile 

sur-obtuse Ccll'ui cetti ([). 157) 

— Queue à 12 rect. 2 

2. Queue, uii peu échancrce. cirrée ou suh-carrée, unicoiore, excep- 
tion, avec les rect. ext. un peu liserées de blanchâtre. Hec à base 
nettement plus large que haute. Plumage non tacheté à teintes 
plus ou moins verdâtres et jaunfitres 3 



140 



FAUNE DE FRANCE. OISEAfX 



— Queue plus ou moins arrondie el élagée. Plunia|j-e exception, à 

teintes verdâtres 10 

3. Bec relat. fort, sensibl. plus Um^ cpic la moitié de la tùte. Celle-ci 

déprimée et étroite (188) [G. Ilypolaïs] k 

— Bec plutôt mince, lonj^- d'environ moitié de la tète. Celle-ci arrondie 

et assez lar<^e (189) [(i. P//7///05C0/;«A-J G 

k. Aile de plus de 7 cent. 5 de lon^., couvrant à peu près les 3/5 de 
la queue. I"^ réin. au plus égale aux grandes sus-alaires ant. 
T rém. > S'' (190) Htjpohus icteiina (p. 152) 

— Aile ne dépassant guère 7 cent, de long-., couvrant environ moitié 

de la queue. 1'" rém. dépassant très sensibl. les grandes sus- 
alaires ant. •2'= rém. < 5^ (1911 5 

5. Face inf. nettement jaune. Face sup. d'un cendré olivâtre un peu 

brunâtre Hijpolaïs pohjgJolta (p. 152) 

— Face inf. blanc léger, jaunâtre. Face sup. gris brunâtre faiblement 

lavé d'olivâtre Hypolais pallida fp. 153) 

C. Ongle du pouce à peu près égal au doigt. 3^ 4" el S*" rém. ^ 
2* rém. < 6". Une bande long-it. médiane claire sur le bonnet. 2 
bandes transv. claires sur l'aile . . . Phylloscopus hitinei {t^. \b\) 

— Ong-le du pouce plus court que le doigt. 3'' rém, ou 3^ et 4'" >, b^ 

rém. toujours plus courte. Bonnet unicolore. Pas de bandes 
transv. nettes sur l'aile 7 

7. Première rém. bien plus courte que les grandes sus-alaires ant. 2" 

rém. lég'èr. plus long-ue que la 4^^(192). Phylloscopus sibilatrLv (p. 151) 

— P^ rém. bien plus longue que les g^randes sus-alaires ant. 2'' rém. 

toujours plus courte que la 5M193) ^ 

8. Aile couvrant environ 3/5 de la queue, 2« rém. à peu près égale à la 

6" (194). Face inf. d'un blanc lustré avec un peu de jaunâtre aux 
flancs et aux sous-caudales. . . . Phylloscopus boneUii {p. \!jl) 

— Aile couvrant environ moitié de la queue. Face inf. d'un blanc 

jaunâtre flammé de jaune 9 

9. Première rém. dépassant de 1/3 au plus les grandes sus-alaires 

ant. 2*^ rém. plus g-rande que la 6' (193). Côtés de la poitrine et 
flancs lavés de jaune Phylloscopus trorhilus {p. lôO) 

— l"' rém. dépassant de moitié environ les grandes sus-alaires ant. 

2" rém. à peu près égale à la 1^ ('195). Côtés de la poitrine et 

flancs lavés de brunâtre Phylloscopus rufus (p. 150) 

iO. Bec nettement arqué (87 p, 55, 196). Tarse plus grand ou égal au 
médian armé. Queue étagée, tricolore (brune terminée de noir 
et de blanc) [197]. . il 

— Bec droit ou sensibl. droit, en général de l(mg. voisine de la moitié 

de la tête. Queue uni- ou bicolore -/2 

a. Bec atteignant près de 2 cent, de long. (87 p. 55). Queue relaliv. 



FAINE DE FRANCE. 



OISEArX 



141 




200 



FiGLHKs 196 à 202. — 19G, Cisticola cislicola, tète ; 197, A. grobates galactotes, (jueue ; 
19S, Cisticola cisticola, aile; 199, Cisticola cisticola, queue ; 200, Sylvia atri- 
capilla, tèle ; 201, Acrocephalus ai'undinaceus, tète; 202, Lusciniola melano- 
pogon, queue. 



longue (197). Kém. second, beaucoup plus courtes que les pri- 
maires. Plumage non tacheté . . . Agrobates galactotes (p. 149) 

— Bec d'un peu plus de 1 cent, de long- (196). Queue courte (199). 

Rém. second, presque aussi longues que les primaires (198). 

Face sup. tachetée Cisticola cisticola (p. 158) 

[2. Tête large, à sommet arrondi (86 p. 55, 200). Ongle du pouce tou- 
jours plus court que le doigt. Queue le plus souvent à recl. ext. 
liserées de blanc, non étagée lorsqu'elle est unicolore. Plumage 
exception, tacheté et alors seulement à la face inf IS 

— Tête aplatie à front ang-uleux (201). Souvent l'ongle du pouce aussi 

long que le doigt. Queue à recl. ext. jamais liserées de blanc, 
toujours étagée. Plumage lorsqu'il est tacheté, de préférence à la 

face sup 21 

L3. Queue plus ou moins arrondie ou subétagée, recouverte par l'aile 
sur au moins 1/.'}. 3'' rém. la plus longue ou l'une des plus longues 
[G. Syhia] i4 



14"2 FALNE DE FRANCE. OISEAUX 

— Queue étagée plus longue que l'aile et l'ecouvei'te par elle à peine 

au delà de la base. 4'" ou 4^ et 5® rém. les plus longues. Bords de 

paupières rouges ou oranges. [G. Mel/zophihis] 27 

i4. Queue peu arrondie, unicolore ib 

— Queue arrondie ou subétagée, avec du blanc au moins au rect ext. . 16 

15. Aile atteignant à peine le milieu de la queue, à f'' rém. dépassant 

un peu les grandes sus-alaires ant. à 2® rém. entre les 5^ et 6*" en 
long. Bonnet d'une autre teinte que le reste de la face sup. (85 
p. 55) Syhia ati icapilla (p. 145) 

— Aile couvrant environ 3/5 de la queue, à f" rém. arrivant au plus 

à la moitié des grandes sus-alaires ant., à 2" rém. presque égale 

à la 3". Bonnet de la teinte du reste de la face sup 

Sylvia simples; (p. lii) 

16. Pi-em. rém. plus courte que les grandes sus-alaires ant. Aile au- 

dessus de 6,8 cent, de long., couvrant près de la moitié de la 
queue. Bonnet jamais noir, gorge jamais rouge brun 17 

— V rém. à peu près égale aux grandes sus-alaires ant. Aile de moins 

de 6,8 cent, de long., couvrant environ 2/5 de la queue. 3 rect. 
ext. marquées de blanc. Tête sans noir, gorge jamais blanche 
Sylvia subalpina (p. 147) 

— l'« rém. nettement plus longue que les grandes sus-alaires ant. Aile 

couvrant au plus les 2/5 de la queue. Gorge toujours blanche ou 

blanchâtre 18 

11 . Plus de 16 cent, de long. Rem. second, sans bordure brun rouge. 
Face inf. blanche plus ou moins marquée de croissants transver- 
saux Syhia nisoria (p. 145) 

— Moins de 15 cent, de long. Rém. second, bordées de brun rouge. 

Face inf. non tachetée, à poitrine et flancs teintés .... 
Syhia communis (p. 146) 

18. Deuxième rém. égale à la 5^ Au plus 2 rect. ext. avec [du blanc. 

Aile ayant entre 6 et 7 cent, de long. Jamais de noir ni de brun à 
la tête, ni le tour de l'fpil rouge. Rém. second, bordées de gris 
olivâtre Syhia curruca (p. 146) 

— 2" rém. au plus égale à la 6''. Presque toujours plus de 2 rect. ext. 

avec du blanc 19 

19. Sensiblement plus de 16 cent, de long. Aile ayant au moins 8 cent. 

de long Syhia orphea (p. 146) 

— Sensiblement moins de 16 cent, de long. Aile de moins de 6 cent. 5 

de long 20 

20. Aile de long, moindre que la queue. 2^ rém. égale à la 7". Rém. 

second, bordées de gris roussâtre. Dessus de la tète bien plus 
foncé que les parties sup. voisines. Poitrine blanche ou blan- 
châtre Syhia melanocephala (p. 147) 



KALNE PK FRANCE. OlSIiAL.V 



113 




206 



20 9 



FiGUHEs 203 à 210. — 203, Acrocephalus schœnobaenus, queue ; 204, Locustella 
iiaevia, lèlo ; 205, Locustella naevia, queue ; 206, Acrocephalus cirpaceus, aile; 
207, Acrocephalus palustris, aile; 208, Aci^ocephalus aquaticiis. Le le ; 209, Acro- 
cephalus schœnobaenus, tête; 210 Locustella naevia, aile. 



— Aile plus longue que la queue. '1'- réni. égale à la 6". Rém. second. 

bordées de roux vif. Dessus de la léte pas plus foncé que les par- 
ties sup. voisines. Poitrine teintée. . SyWia conspicillata (p. 148) 

21. Ongle du pouce plus long que le doigt, celui-ci armé au moins 

aussi long que le médian armé. 3" ¥ et 5'' rém. égales et les plus 
longues. Aile couvrant moins du 1/3 de la queue. Dans celle-ci 

les rect. latér. dépassent les sous-caudales (202) 

. Luscinidla nielanopogon (p. 157) 

— Ongle du pouce au plus de la long, du doigt, celui-ci armé moins 

long que le médian armé. 3" ou 2"^ et 3" rém. les plus longues. 
Aile couvrant au moins le 1/3 de la queue 22 

22. Bec déprimé, plus large que haut à la base, celle-ci avec des soies 

horizontales (201). Sous-caudales plus courtes que les rect. ext. 
(203). [G. Acrocephalus] 23 

— Bec mince, aussi haut que large à la base, sans soies basales (204). 

Les sous-caudales plus longes que les rect. ext. (205). Les rect. 
léger, rayées transvers. [G. Locustella] 28 

23. Plumage non tacheté 2^1 

— Plumage tacheté 26 



144 FALNE DE FRANCE. — OISEArX 

24. .Autour (le 'ÏO cent, de long. Aile de plus de 8 cent, de long. . . 

Acrocephalus arundinaceus (p. 153) 

— iMoins de 15 cent, de long. Aile atteignant au plus 7 cent de long . 25 

25. Preni. réni. presque égale aux grandes sus-alaires ant. 2^ guère 

plus longue que la 5"^ (206). . . Acrocephalus cirpaceus [p. loA) 

— l""*" rém. nettement plus courte que les grandes sus-alaires ant. 2^ 

presque égale à la 3" (207). . . . Acrocephalus palustris (p. 154) 

26. Sus-caudales avec des taches allongées. Milieu de la tète avec une 

bande longit. claire (208) Face inf. tachetée 

Acrocephn/us aquaticus (p. 155) 

— Sus-caudales sans taclies. Milieu de la tête rave longit. sans 

bande claire longit. niédinne (209). Face inl'. peu ou pas tachetée 

Acrocephalus schœnobœnus (p. 154) 

21. Deuxième rém. dépassant la 7''. lîém. second, bordées de roussâtre. 
Gorge, poitrine et flancs d'un brun variable avec le sexe . 
Melizophilus undatus (p. 148) 

— 2'' rém. plus courte que la 7". Rém. second, bordées de gris. Face 

inf. en grande partie gris clair. . . Melizophilus sardus (p. 149) 

28. Aile sub-obtuse (210) à f" rém. à peu près égale aux grandes sus- 

alaires ant., couvrant environ moitié de la queue. Face sup. 
tachetée Locustella naevia (p. 155) 

— Aile sub-aiguë à 1"^° rém. ])lus courte que les grandes Bus-alaires 

ant. Face sup. non tachetée 29 

29. Face sup. brun olive. Devant du cou et haut de la poitrine tachés 

de brun olive. Sous-caudales olivâtres à bout blanc 

Locustella fluviatilis (p. 156) 

— Face sup. brun roux. Devant du cou et poitrine non tachetés ou 

avec seulement quelques petites taches. Sous-caudales brun rous- 
sâtre à bout blanchâtre .... Locustella luscinioïdes (p. 156) 

G. SYLVIA L. ; Fauvette. 

Bec plus ou moins comprimé en avant, à arcto assez accusée, à mandib. sup. 
un peu échancrée sur le bout et dépassant léger, l'inf. Tarse un peu plus long 
que le médian armé. 

S. simplex Lath, [Syhia hortensis auct., S. borin (Bonn.)]; Fauvette 
des jardins. I. : 14,5 à 15,5; A : 7,5 à 8,4; Q : 5,6 à 6,2; T : 2 à 2,2 ; B : 1,25 
à 1,45. Bec brunâtre, patte gris de plomb, iris brun. — cf 9- Face sup. gris 
brun olivâtre. Face inf. blanchâtre avec la poitrine et les flancs nuancés de 
gris roussâtre. Tour de l'œil et faible sourcil post-oculaire blancs ou blan- 
châtres.- Aile et queue un peu plus foncés que la face sup. à bout des plumes 
liseré de plus clair. La Ç un peu plus pâle. — J . Face sup. d'un gris brun 
moins olivâtre. Face inf. plus pâle. 



lAiM, ni-: 1 liANCiî. — ins;i;Ar\ 115 

.Xid en coupe assez grossier, cl h'i^èr. ronstruil iivcc tlt-s IumIk'S sèches cl des 
crins ; dans un buisson, un arl)uste, des ramées de Lc-yuniineiises, quelquefois 
dans une touffe d'herbes. — Œufs : 5, parfois 4 ou 6, d'un ovale assez court. Gd : 
18 à 23; Pd : 13,5 à IG. Blanc grisâtre ou jaunâtre très tachés de café au lait, de 
grisâtre, de brunâtre. 

Dans les petits bois, les bosquets, les haies, les jardins, estivale et de passage, 
plus ou moins répandue dans toute la France. — Eur{)|)c moins l'extrême N. 
Sibérie, Perse, en hiver en Afrique. 

S. atricapilla (L.) : Fauvette à tête noire. J. : 15 à 16 ; A : 7 à 7,8 ; Q : 
() à 6,5 ; T : 1,9 à 2,1 ; B : 1,2 à 1,5. Bec (85 p. 55, 200) et palte gris brun, 
iris brun. — cf. Dessus de la tête noir, derrière du cou gris bleu, reste de 
la face sup. cendré olivâtre. Fac. inf. blanche avec le bas du cou, les cotés 
de la poitrine, les flancs et les sous-caudales lavés de cendré. Loruni^ joue, 
côté du cou gris bleu. Aile et queue cendré olivâtre foncé. — Ç. Dessus de 
la tête roux. Derrière du cou d'un gris moins pur que le cf. la lace sup. plus 
olivâtre, la face inf. plus lavée de gris olivâtre. — /. Ressend:)lant beaucoup 
à la Ç, mais les teintes moins pures. 

Nid ressemblant beaucoup à celui de l'espèce précédente, dans un buisson, un 
arbuste. — Œufs : 5, parfois 4 ou 6, d'un ovale variable. Gd : 17 à 21,5; Pd : 13 
à 13,5. Rosâtres lavés de gris rosé ou vineux, tachés, pointillés, rayés de brun 
rouge ou bien blanc verdâtre, jaunâtre pâle, gris roussâtre avec des taches assez 
grandes ou des points gris, brun olivâtre et noirâtres. 

Dans les bois, les bosquets, les jardins, estivale et de passage, répandue dans 
presque toute la France. — Europe du 66» latil. \. au N. de l'Afrique, à l'Asie 
mineure et jusqu'en Perse. 

S. nisoria (Bechst.) ; Fauvette épervière. L : 16,8 à 18; A : 8,4 à 9 ; Q : 
6,8 à 7,3 ; T : 2,3 à 2,5 ; B : 1,5 à 1,8. Bec brun à base inf. jaunâtre, patte 
brunâtre, iris jaune. — cf 9- Face sup. cendré brunâtre à croupion plus 
clair, barrée transvers, de brunâti^e surtout à ce dernier. Face inf. blanche 
ou blanchâtre avec les plumes bordées de brunâtre sauf souvent au bas ven- 
tre. Aile brunâtre avec les rém. second, et les sus-alaires moins les ant. plus 
ou moins terminées de blanchâtre. Queue grise, avec les 4 rect. ext. termi- 
nées de blanc, surtout la plus ext. La 9 un peu plus foncée en dessus, la face 
inf. lavée de roussâtre à la poitrine et aux flancs et avec les croissants trahs- 
vers. moins nets. Moins de blanc à la queue. — /. Plumage plus pâle, plus 
terne moins nettement tacheté. 

Nid très semblable à celui des espèces précédentes, dans un buisson. — Œufs : 
5 à 6, d'un ovale souvent un peu court. Gd : 19,5 à 24 ; Pd ; 14,5 à 17. Blanc jau- 
nâtre ou grisâtre, pointillés et tachés de roussâtre et d'olivâtre. 

Dans les bois, les bosquets, de préférence humides et marécageux. Estivale et 
surtout de passage, peu commune en France. — Europe centrale, de la Baltique 
à l'Italie et aux Balkans, en hiver jusqu'au N. E. de l'Afrique. 

10 



146 FAINE D1-: FRANCE. ^ OISKAfX 

S. orphea Tf.m.m. [Sijh'in <j;riseii Vieiij,.|; Fauvette orphée. L : 16,7 à 17,4; 
A : 7,8 à 8,4 ; Q : 6,6 à 7 ; T : 2,3 à 2,5 ; B : 1,6 à 1,8. Bec noir à base jau- 
nâtre, patte brun gris, iris blanc jaunâtre. — ç^ . Dessus et côté de la tête 
brun noir, reste de la face sup. gris olivâtre plus brun aux scapulaires. Face 
inf. blanchâtre, lavée de rosé à la poitrine et aux flancs, de gris roussâtre 
aux sous-caudales. Aile gris brun olive, queue brune avec la rect. exl. en 
grande partie blanche, les 2 précédentes plus ou moins terminées de cette 
couleur. — 9- Dessus et côtés de la tête bruns, reste de la face sup. plus 
roussâtre que le ç^ . La face inf. moins rosée et les sous-caudales plus claires. 
Aile et queue plus claires. — ./. Ressemblant en plus terne ii la Ç. 

Nid analogue à celui des autres Fauvettes, assez souvent sur un arbre, parfois 
contre le tronc. — (Eiifs .-4 3 5, ovales. Gd : 17,5 à 21, o ; Pd : 1.3,5 à 15,5, excep- 
tioiin. jusqu'à 22 X ^~- Blanc grisâtre ou bleuâtre tachés et pointillés de jaunâ- 
tre, de gris, de brun olivâtre, de noirâtre, surtout vers le gros bout. 

Dans les bosquets, les jardins, estivale et de passage surtout dans le Midi, plus 
rare ou accidentelle dans le N. — Europe S. W. et partie du Centre, N. \V. de 
l'Afrique. 

S. COmmunis Latu. [Sylvin cinerea Becust.] ; Fauvette grisette, Babillarde 
grisette. L : 14 à 14,8; A : 6,8 à 7,5; Q : 6,3 à 6,8; T : 2 à 2,2 ; B : 1,2 à 1,4. 
Bec brun à bas jaunâtre, patte brunâtre, iris brun roussâtre. — cf 9- ^'^^^ 
et cou gris cendré léger, lavé d'olivâtre, reste de la face sup. gris bruh rous- 
sâtre. Gorge et ventre blancs, bas du cou et poitrine rose clair ou roussâtre, 
flancs et sous-caudales lavés de grisâtre ou de gris roussâtre. Tour de l'œil 
blanc. Aile brune avec les rém. prim. elles sus-alaires liserées de roussâtre, 
les second, de roux. Queue brune, la rect. ext. presque entier, blanche, la 
pénultième à bout blanc. La 9 avec la gorge moins blanche et la poitrine 
roussâtre au lieu de rose. Les teintes plus sombres en automne dans les 2 
sexes. — J . Pas de gris à la tête, face sup. brun roussâtre, face inf. isabelle 
clair, la gorge et le ventre presque blancs. 

Nid en coupe profonde, construit avec les mêmes matériaux que les autres 
Fauvettes, à peu de hauteur dans une haie, un buisson ou sur des végétaux variés. 
— Œufs .• 4 à 5 quelquefois 6, d'un ovale assez variable. Gd : 17 à 20 ; Pd : 13 à 
15. Blanc verdâtre, grisâtres, gris-jaunâtre ou verdàtre, très tachés de gris ver- 
dàtre ou d'olivâtre et de brun verdâtre. 

Dans les bosquets, les buissons, les jardins, estivale et de passage, répandue 
dans toute la France. — Europe du 65° latit. N. à la Méditerranée, en hiver en 
Afrique. 

S. curruca (L.) [Cun-uca garrula Briss.] ; Fauvette babillarde. L : 13 à 
14 ; A : 6,4 à 6,9; Q : 5,3 à 6 ; T : 1,9 à 2 ; B : 1,2 à 1,35. Bec noirâtre ou 
brun, patte gris de plond), iris noisette. — cf 9- ^ête gris ardoise un peu 
plus foncé et brun à la région parotique, reste de la face sup. cendré brunâtre. 
Face inf. et côté du cou blancs, la poitrine lavée de rose roussâtre, les lianes 



FAINE niî FRANCK. OISIÎAIX 1 17 

de ^ris roussâtre. Paupières et léger sourcil blancliâlres. Aile et queue 
brunes, les rém. second, et les sus-alaires bordées de gris olivâtre, la rect. 
ext. en grande partie blanche, la pénultième à bout blanc. La Q seule- 
ment un peu plus terne. Les 2 sexes en automne, un peu plus clairs. — J . 

Face sup. cendrée, face inf. blanchâtre, les rém. second, et les sus-alaires 

bordées de roussâtre. 

Nid comme celui de l'espèce précédente, bas dans un arljusle touffu. — Œufs : 
4 à 6, d'un ovale un peu court. Gd : 16,5 à 18,5; Pd : 12 à 14; exception. ISX^^^J- 
Blanc jaunâtre ou verdàtre, tachés et pointillés de gris et de brun olive, souvent 
surtout autour du gros bout. 

Dans les bosquets, les haies, les jardins, estivale et assez répandue dans 
presipu- toute la France. — Europe, de la Norvège à la Méditerranée, Asie 
mineure, Perse, en hiver au N. de l'Afrique. 

S. melanocephala Gmel. \Syh>ia ruscicola A'ieill.J ; Fauvette mélanocé- 
phale. L : 13,3 à 14 ; A : 5,7 à 6,3 ; Q : 6.2 à 6,6 ; T : 2 à 2,2 ; B : 1,4 à 1,5. 
Bec noir à base claire, patte brune, iris châtain. — (^ . Tête noire, reste de 
la face sup. gris foncé, léger, lavé de roussâtre. Face inf. blanc grisâtre avec 
les flancs nuancés de brun roussâtre. Paupières rougeâtres. Rém. brunes 
bordées de roussâtre. Rect. noirâtres, Text. en grande partie blanche, la 
pénultième et quelquefois l'antépénultième à bout blanc. — 9- Dessus de la 
tête gris foncé, reste de la face sup. brun roussâtre. Face inf. blanche avec 
la poitrine et les flancs lavés de roussâtre. Le blanc des rect. moins pur. — 
J . Ressemblant beaucoup à la Q. 

Nid analogue à celui des espèces précédentes, à peu de hauteur dans un arbuste 
ou un arbre. — Œufs ; 4 à 5 d'un ovale court. Gd : 16 à 19 ; Pd : 13 à 14,5. Gris 
roussâtre ou verdàtre, très tachés et pointillés de fauve et de roux olivâtre. 

Dans les bosquets, les buissons, les haies du midi de la France où elle est en 
partie sédentaire. — Région circumméditerranéenne. 

S. subalpina Temm. ; Fauvette subalpine, Fauvette passerinette. L : 12,2 
à 12,8 ; A : 5,8 à 6,2 ; Q : 5,2 à 5,5; T : 2 ; B : 1,1 à 1,2. Bec brun de corne 
à base jaunâtre, patte brun jaunâtre, iris brun roussâtre. — ç^ . Face sup. et 
côté de la tête cendré foncé, léger, bleuâtre à la tète, au cou et au croupion. 
Face inf. d'un roux marron assez foncé, passant au blanchâtre au bas-ventre 
et aux sous-caudales. Mince moustache blanche séparant le gris de la tête 
du roux de la face inf. Paupières rougeâtres. Aile et queue brunes, les rém. 
secondaires et les sus-alaires bordées de grisâtre, la rect. ext. en grande 
partie blanche, les 2 précédentes à bout blanc. En automne, la face sup. un 
peu lavée d'olivâtre, la face inf. plus claire. — Ç. Ressemble en plus terne 
au çf en automne. — J . Peu différent de la 9- 

Nid assez bien construit mais ressemblant à celui des autres Fauvettes, sur un 
arbuste, un buisson, à faible hauteur. — Œufs : ^ h, -o d'un ovale un peu court. 



liH KAiNK 1)1-: l'RANCi:. - iiisr.\r\ 

(id : i:i ;i 19 : Pd : 12 à i:5.:;. Blanc jaunâtre très pointilléH et tachés de (,n-is bru- 
nàli'e et de hi'un oIIm-. 

Dans les l)()S(]nids, It's eiidroils broussailleux, de préférence accidentés. Estivale, 
de passage, iiuelipiel'uis séileiilaire, dans le S. de la France jusqu'en Savoie, 
(-Oise. — S. W. {1(> l'Europe, remontant un peu dans le Centre. 

S. conspicillata Temm. ; Fauvette à lunettes. L : 12 à 12,6; A : 5,3 à 5,9; 
Q : 5,1 ;i 5,5 ; T : 1,85 à 2 ; 1^ : 1,2 à 1,3. Bec noirâtre à base jaunâtre, patte 
jaunâtre, iris brun. — ç^ . Dessus de la tète, du cou, joue, cendré bleuâtre, 
reste de la face sup. cendré roussâtre. Gorj^e blanc grisâtre, le reste de la 
l'ace inl'. roux vineux avec le ventre plus clair. Lorum et tour de l'œil noirs 
avec les paupières i)lanches. .Aile noirâtre, les sus-alaires bordées de roux 
vil'. Queue brun l'oncé, la rect. cxt. avec les 2/3 inf. blancs, les deux précé- 
dentes à bout ])lanc. Vax autonuie, la face sup. plus j^rise, à plumes bordées 
de roussâtre, la poitrine et les lianes roux, le ventre blanchâtre. — 9- ^^ 
teintes plus ternes, la face sup. gris roux, le lorum blanchâtre, la face inf. 
Isabelle avec la gorg-e et le ventre blancs. — /. Ressend)lant à la 9. mais 
dessus de la tète comme le reste de la face sup. 

Nid très semblable à celui des espèces précédentes, sur un arbuste ou à terre. 
— Œufs ; 4 à 5, ovales. Gd : 15 à 18 ; Pd : 12 à 13,5. Blanc grisâtre, très tachés 
et pointillés d'olivâtre, surtout autour du gros bout. 

Dans les bosquets et les broussailles des lieux accidentés, estivale et de passage, 
çà et là dans le Midi et en Corse. — Pourtour de la Méditerranée. 

G. MELIZOPHILUS Le.uu ; Pitchou. 

Bec menu, comprimé dans sa moitié anl., à mandih. su[). échancrée à la pointe. 
Tarse mince, plus long que le médian armé. 

M. undatus (Bodd.) [Motacilla provincialis Gmel., Sylvia ferruginea 
ViEiLL.] ; Pitchou provençal. L : 13,5 ; A : 5,3 à 5,7 ; Q : 6,4 à 7,2 ; T : 1,9 
à 2 ; B : 1,25 à 1,35. Bec brun à base jaunâtre, patte et iris jaunâtres. — (j*. 
Face sup. d'un cendré léger, bleuâtre à la tête et au cou, olivâtre au dos et 
aux scapulaires. Face inf. i^oux vineux foncé avec quelques taches à la gorge 
et milieu du ventre blanc brillant. Paupières oranges. Aile noirâtre, les sus- 
alaires bordées de roussâtre. Queue brune avec la rect. e\t. en partie 
blanche, la précédente à bout blanc. — 9- 1' ace sup. moins foncée, face inf. 
roux ferrugineux plus clair, avec plus de taches blanches à la gorge. — /. 
Ressemble en plus clair à la 9» avec la face inf. plus striée de blanc. 

Nid ressemblant beaucoup à celui des Fauvettes, dans un buisson, une haie, à 
peu de distance du sol. — Œufs : W à 4, ovales. Gd : 15 à 17,5 ; Pd : 12 à 14. Gris 
pâle, blanc grisâtre ou jaunâtre avec un pointillé dense et peu apparent roux, 
rougeâtre. brun, surtout autour du gros bout. 

Bosquets, broussailles et landes des lieux accidentés, sédentaire dans le S. de 
la France et en Corse. — S. 'W. de l'Europe. 

S, F. M. U. armoriCUS CitErnc uu Pallel : Dillère du type par la teinte 



KAINE Di: FRANCK 



UO 



neltemcul l)riiiiàtro de sa face siip. La l'afc iiif. (Haiil plus Ioikm'c ri plus niaiToii, 
avec les taches de la ^'Ovg;c moins nelles. — \V. de la l-'iaiice, suiloul la Hrela^^iie. 

S. E. M. U. dartfOrdienSiS (Latua.m). Face suf.. nelleineul plus biuiie (jue 
la S. E. précédente. Face inf. i)lus fonci'-e el plus ])iillaule, avec les taches 
blanches de la gorge peu nettes ou [n-escpu' nulles. Sit;uai(' dans l'W. de la 
F^-ance, mais peut-être par suite de confusion avec le |)r("c('Mlenl, — S. de 
l'Angleterre. 

M. sardusiTi-MM.), S. E. M. s. affinis I'ahhot: l'iulmn eoisc. L: i;{à i:{..'); 
A : :> h 5,65; Q : fi à 6,5 : T : 1 ,9 à :> ; 15 : 1,1 à 1,15. liée ii..ir;ilrc> l\ hase 
jaunâtre, patte jaunâtre, iris brun. — cf Face suj). d'un gris ardoise bru- 
nâtre, ti'ès foncé à la tète, plus vUùv à la uu(|ue el .lu cou. l)e\aut el coté de 
la face inf. gris, reste blanchâtre lavé de vineux à l'épigastre, avec les sous- 
caudales gris brunâtre marquées de blanchâtre. Paupières i-ouges. Aile et 
queue brun noir, la rect. ext. bordée et terminée de blanc, les autres latér. 
de gris pâle. — 9- ^'''^^'^ "''■ "" P^"*^' P^"*^ brunâtre, face inf. plus claire, les 
côtés plus brunâtres, le milieu presque blanc. — /. Face sup. gris brun, 
encore plus brunâtre que la Q, face inf. gris brunâtre pâle, le milieu blanc 
roussâtre. Rém. second, liserées de brun de rouille. 

Nid très voisin de celui du précédent. — Œufs : 4 à Ti, ovales. Gd : l(i à 18 ; 
Pd : 12 à 14. Blanc jaunâtre pointillés de gris el de brun. 

Dans les mêmes endroits (jue le précédent, en Corse. 

G. ACROBATES Swains. ; Agrohnte. 

Bec comprimé dans toute son étendue, presque aussi haut que large à la l)ase, 
à mandil). sup. à peine échancrée. Tarse plus long que le médian armé. 

A. galactotes (Temm.) ; Agrobate rubigineux. L : 17 à 17,5; A : 8,3 à 8,95; 
Q : 7 à 7,5; T : "2,7 à 2,8; B : 1,85 à X.S)':'). Bec brun fie corne à base plus 
claire (87 p. 55) patte gris brun, iris brun. — cf. Face sup. roux gris vif, 
plus brun à la tête, plus roux aux sus-caudales. Face inf. Isabelle clair lavé 
de roux vineux à la poitrine et aux lianes. Sourcil et dessous de l'o'il blanc 
jaunâtre, séparés par une ligne foncée sur IVeil. Aile "brun assez, clair, les 
plumes liserées de roux pâle. Queue roux vif, les rect. lat. avec une tache 
blanche terminale précédée d'une tache noire, ces deux taches inverses en 
dimensions (197). — 9- Un peu plus petite et de teintes moins vives que 
le (^ — /. Ressemblant aux ad. mais de teintes plus claires el plus ternes. 

Nid en coupe, volumineux, assez grossier, construit avec des tiges et des brins 
d'herbes, doublé de crins, de laine, de duvet végétal. Près du sol dans un buisson, 
un massif d'Opuntia. — Œufs ; 3 à 5, ovales. Gd : 19,5 à 26 ; Pd : 14 h 18. Blan- 
châtres, blanc jaunâtre ou grisâtre, tachés et |)oinrdlés de brun jaunâtre, de 
brun, de rouge brun, d'olivâtre. 

Accidentel dans le S. de la France. — Pourlour (\o la Médilerranée. accident, 
jusqu'en Angleterre. 



150 faim; I)K FRANCE. OISEAIX 

S. E. A. g. SyriaCB. IIemph. DilYère du type par sa première réni. plus courte 
dépassant à peine les grandes sus-alaires ant., sa face sup. gris brun rougeâtrc 
avec le croupion brun roux comme les sus-caudales. Face inf. nuancée de gris 
brun. Hect. médianes lavées de roux et noir des rect. lat. plus développé. Signalé 
comme accidentel dans la région de Nice. — Pourtour E. de la Méditerranée. 

G. PHYLLOSCOPUS Bon: ; Pouillot. 

Bec comprimé dans la partie ant., à arête assez accusée, à mandib. sup. 
faiblement échancrée vers le bout avec les fosses nasales grandes. Tarse souvent 
de près d'1/3 plus long que le médian armé. Aile subobtuse, avec en général .3 ou 

4 rém. prim. échancrées au bord ext. 

p. rufus Bechst. \Sylvia collyhita Vieill.J ; Pouillot véloce. i. : 11 ,7 à 1"2,."> ; 
A : 5,5 à 6,2 ; Q : 4,6 à 5,5 : T : 1,8 à 2,1 ; B : 1,1 à 1,2. Bec brun à base 
jaunâtre, patte et iris bruns. — cf 9- ^'^^^ ^up. gris brun olivâtre un peu 
plus clair au croupion. Face inf. blanc jaunâtre sale avec quelques taches 
allongées plus jaunes et côté de la poitrine et flancs lavés de brunâtre. In 
sourcil jaunâtre au dessus d'une ligne brunâtre sur l'œil. Joue et coté du cou 
gris brun un peu jaunâtre. Aile (195) et queue brunâtres, la plupart des 
plumes bordées de gris olivâtre. — ./. Plus olivâtre à la face sup., la face inf. 
blanc sale, lavée de gris à la gorge et à la poitrine, de jaunâtre au ventre. 

Nid sphérique à ouvertuie latérale, d'herbes .sèches et de mousse, doublé de 
plumes et de poils, à terre ou près de terre, entre des racines ou sous une souclie. 
- Œufs : ;) à 6, (piehjuefois 7, d'un ovale un peu variable. Gd : 14 à 17,5 ; Pd : Il 
à 13,5. Blancs, pointillés et tachés de gris, de brun, de brun rouge. 

Dans les bois, les bosquets, estival, de passage et quelquefois hivernal, assez 
répandu dans toute la France. — W. et partie du Centre de l'Europe, en hiver, 
dans le N. W. de l'Afrique. 

P. trochilus i L.) \Sijlvia fhnnroslris Vieill., A\ tumarixis GresponI ; 
Poiiillol lilis. L : 12,1 à 12,6 ; A : 6,2 â 7,1 ; Q : 5,3 à 6,7 ; T : 1,8 â 2 ; B : 
1,1 ;i 1,2. Bec brun â base jaunâtre, patte brun jaunâtre, iris brun. — cf Ç- 
Face sup. cendré olivâtre assez foncé, un peu plus clair au croupion. Gorge 
et ventre d'un blanc .plus ou moins pur, le devant du cou, la poitrine, les 
flancs et les sous-caudales jaunâtres tachés de jaune. Aile (193) et queue 
brunâtres, les rém. priui. et les rect. léger, liserées de grisâtre, les dernières 
rém. second, et les sus-alaires liserées de gris olivâtre et de blanchâtre. En 
automne, face sup. plus olive, la face inf. nettement plus jaune ainsi que le 
sourcil. — /. D'un gris brun â peine olivâtre ;i la face sup., d'un blanc sale 
bien taché de jaune â la face inf. 

Nid ressundjlant beaucoup à celui de l'espèce précédente, ii terre dans la 
mousse ou les feuilles ou tout près de terre dans un épais buisson. — Œufs : 

5 et jusqu'à 8, d'un ovale un peu court. Gd : 13,5 à 17.5 ; Pd 11 à 12,5. Blancs 
avec des points et des taches peu nombreux gris ou brun rouge, souvent en cou- 
ronne autour du gros bout. 



FAINE DE FRANCE. OISEAUX 151 

Dans les bois, les bosquets, estival, de passage, quelcjuelois sédentaire dans le 
S., assez répandu dans presque toute la France. — Europe, du cercle arctique à 
la Méditerranée, en hiver jusqu'en Afrique. 

S. E. P. t. eversmanni Bonap. Aile plus longue que le type (6,4 à 7,2), la 
face sup. plus grise, surtout au printemps. Accidentel dans l'E. de la France 
(Ingram, 1913). — N. E. de la Russie, Sibérie, l'hiver en Europe jusqu'en Angle- 
terre. 

P. bonellii Vieill. {St/h'ia na/d^eri Tvmm.\ ; Pouillol de lioiiclli. I. : 11,5 
;'t 12,1 ; A : 5,7 à 6,7 ; Q : 4,7 à 'h'2 ; T : 1,8 à 1.9 ; IJ : 1,(»5 h 1,1. lîcchni- 
iiàlre plus clair à la base, palle hruiiàlre, iris brun. — cf 9- ''^""^ ^^'P- 
cendré olivâtre assez clair, avec le croupion plus jaunâtre. Face inf. blanc 
brillant léger, lavé de jaunâtre aux lianes el aux sous-caudales. In petit 
sourcil blanchàti-e. Joue et côté du cou jaunâtres un peu lavé de grisâtre. 
.\ile (194) et queue brunâtres, les plumes liserées d'olivâtre et de grisâtre. 
— /. L'n peu plus pâle et plus terne que les ad. 

A7ri ressemblant à celui des Pouillots précédents, maisconslruil surtout avecdes 
feuilles, des herbes sèches et doublé de crins ; à terre dans une anfractuosité. — 
Œufs: 5 à 6 d'un ovale court. Gd : 14 à 16 ; Pd : 11 à 12,5. Blancs ou blanchâtres 
1res tachés et pointillés de gris et de brun, souvent surtout vers le gros bout. 

Bois et bosquets, surtout des régions montagneuses, estival et de passage dans 
la plus grande partie de la France. — Centre et S. de l'Europe, descendant 
l'hiver en Afrique. 

P. sibilatrix (Bech.st.) ; Pouillol silileur. L : 12,2 à 12,7 ; A : 7,25 à 
7,85 ; Q : 4,9 à 5,2 ; T : 1,8 à 1,9 ; lî : 1,1 à 1,2. Bec brunâtre à base jau- 
nâtre, patte brun jaunâtre, iris brun. — cT 9- ^'^^^ ^"P- 'verdâtre plus ou 
moins nuancé de gris, le croupion et les sus-caudales plus pâles. Haut de la 
lace inf. jaune soufre, bas de la poitrine, abdomen et sous-caudales blancs 
nuancé de jaune aux jambes el aulour de l'anus. Un sourcil jaune au dessus 
d'une raie brune du bec sur l'œil et la joue. Aile (192) et queue brunes, les 
plumes liserées de vert olive, de gris el de blanc verdâtre. /. Hessemblant 
en plus terne et plus pâle aux ad. 

;V/V/ consliuit et situé connue celui des espèces précédentes, de préférence 
dans un bois humide, Muprès de l'eau. — Œ'j//:« ; o à 7 d'un ovale assez court, 
(id : 14,1) à 18,;i ; Pd : 11,5 à 13,5. Blancs, pointillés et tachés suitout autoui- du 
gros bout, de gris, gris lilas ou brun. 

Dans les bois, surtout les futaies, cslixal onde passage dans la plus gi-aude 
partie de la P'rance. — Europe moyenne, gagnant l'Afrique eu hiver. 

P. humei Brooks, S. E. P. h. prœmium Matu. el Ir. [Reguloïdea 
supffciliosus (iMEE. ] ; Pouillot à grands sourcils. L : 10 à 1 1 ,6 ; A : 5, 1 à 6 ; Q : 
;i,7 à 4 ; T : 1,8. B : 0,9. Bec brun à base jaunâtre, patte brun verdâtre pâle, 
iris brun foncé. — cf 9- l' l'oi'l- ^'^^'^ jaune foncé, reste de la face sup. vert 



152 FAUNE DE FRANCE. OISEAIX 

olivâtre, avec sur le dessus de la lête, une bande médiane longit. jaunâtre, 
et le croupion plus clair. Face inf. blanc jaunâtre, avec les flancs verdâtres. 
Un large sourcil jaune verdàtre, surmontant une ligne brun verdàtre du bec 
au travers de l'œil à la joue. Rém. brunes, bordées de vert jaunâtre, les 
grandes et moyennes sus-alaires terminées de blanc jaunâtre formant 
une double bande. Rect. brunes. La ^ un peu plus petite et à teintes moins 
vives. — ./. Face sup. brunâlre foncé, face inf. blanchâtre. 

Nid coinnie celui des autres Pouillots, doublé de poils de Rennes et de Che- 
vreuils. — Œufs : 4 à '■), ovales. Gd : 15,5 à 16 ; Pd : 11,5 à 12. Blancs tachés de 
rouge brun, surtout autour du gros bout. 

Capturé près de Nice (Arrigoni, 1902). — Sibérie, descend l'hiver dans le S. 
de l'Asie. Accidentel en Europe jusqu'en Angleterre. 



G. HYPOLAIS Brehm ; Hypolaïs. 

Bec comprimé en avant, à arête peu saillante, à niandib. sup. peu échancrée. 
vers le bout. Tarse souvent de près d'un cpiart plus long que le médian armé 
Aile subobtuse à 2 ou 3 rém. prim. échancrées au bord ext.. 

H. icterina (Vieill.) ; Hypolaïs ictérine. L : 13,7 à 15 ; A : 7,5 à 8,*i ; Q : 
5,6 à 5,9 ; T : 2,1 à 2,2 ; B : 1,6 à 1,75. Bec brun à base jaunâtre, patte et 
iris bruns. — çf Ç). Face sup. cendré olivâtre avec le croupion un peu plus 
verdàtre. Face inf. jaune soufre lavée de gris olivâtre à la poitrine et aux 
lianes. Léger sourcil et lorum jaunâtres, côté de la tête et du cou gris oli- 
vâtre marqué de jaunâtre. Aile (190) et queue brunes, les plumes de l'aile 
liserées de gris jaunâtre ou verdàtre, les rect. de grisâtre. — J. Face sup. 
cendré brunâtre faiblement marqué d'olivâtre, face inf. gris blanchâtre 
léger, lavé de jaunâtre. Plumes de l'aile bordées de gris roussâtre. 

Nid en coupe assez profonde et bien construit d'herbes et de tiges sèches, de 
crins, de toiles d'Araignées, à peu de hauteur dans les petites branches d'un 
ail)usle. — Œufs ; 4 à 5, ovales. Gd : 17 h 20,5 ; Pd : 12,5 à 14. Rosâtres ou rose 
lilacé, un peu tachés de brun noir et de noir. 

Dans les bosquets, les jardins, estivale, de passage, [)lus ou moins répandue 
sauf dans l'W. — Europe moins l'extrême W., du cercle arctique à la Méditerra- 
née et à l'Oural, descend l'hiver en Afrique. 

H. polyglotta i\'n:n,i..) ; Hypolaïs polyglollc. L : 12,3 à 13,3: \ : 6,4 à 7 '> 
Q : 5,2 à 5. 7 ; T : 2 à 2,1 ; B : 1,1 à 1,2. liée brun à base jaunâtre, patte 
brunâtre, iris bi-uu. — cf $• Face sup. gris olivâtre plus ou moins nuancé 
de brun roussâtre. Face inf. jaune pâle léger, grisâtre aux flancs. Sourcil et 
lorum jaune pâle, joue et coté du cou variés de gris olivâtre et de jaunâti'e. 
Aile (191) et queue brunes, les rém. et les sus-alaires bordées de grisâtre, 
les rect. de gris verdàtre. — ,/. Face sup. cendré roussâtre, face inf. blan- 
châtre lavée de jaunâtre. Pennes bordées de cendré roussâtic. 



FAINE DE FRANCE. OISEAIX \')3 

Nul rt'ssemijlaiit beaucoup à celui de I espèce préecHleiile. — Œufs : 4 à il, 
ovales. G(i : \(]J) à 19 ; Pd : 12 à 14. Hose lilacé i)oinLillés et tachés de brun noir 
et de noir. 

Même liahilat (juc Tespèce précédente, dans le S. l't le (ienlre de la Fiance, 
accident, dans le N. — S. W, de rKui()|ie, rcnnonlant un peu dans le Gentfe, 
\. W. de r.MVicpie. 

H.pallida IIempr. et Eur., S. H. Hp.opacaC.\B. ; Ilypolaïs paie. L : l-i,i 
à 12,8; A : 6,6 à 7,1 ; g : 5,2 à 6 ; T : 2 à 2,3; B : l,b à 1,7. Bec brun à 
base oraiij^ée, patte et iris bruns. — cf 9- l'^'ce sup. gris brunâtre léger, oli- 
vâtre ou roussâtre, avec le croupion plus clair. Face inf. blanchâtre, léger, 
lavée de jaunâtre avec les cotés de la [xiilrine et les lianes iniancés de gris 
lîrunâtre. Sourcil blanchâtre. Aile et queue brun clair, la rcct. cxl. liserée de 
gris blanchâtre. — J. Ressemble en plus terne aux ad. 

Nid comme les deux espèces précédentes, génér. sur un Olivier. — Œufs : 4 à 
a, ovales. Gd : 17 à 20 ; Pd : 12,5 à 14. Roses ou lilas, pointillés et tachés de brun 
rouge et de noir. 

Très accident, dans le S. de la France. — Espagne, N. W. de l'Africpie, des- 
cendant l'hiver dans FW de F.Vi'ricjue (1). 

G. ACROCEPHALUS Xaim. ; RomsevoUe. 

Bec plus ou moins comprimé en avant, à arête assez saillante, à luandib. sup. 
léger, convexe et un peu échancrée vers le l)out. Tarse un peu plus long que le 
médian armé. Aile subobtuse. 

A. arundinaceus (L.) [Sylvin lurdoïdes Meverj ; Rousserolle turdoïde. 
L : 19,5 à 20 ; A ; 8,8 à 10 ; Q : 7,2 à 8,2 ; T : 2,8 à 3 ; B : 2,2 à 2,5. Bec 
brun à base jaunâtre (201), patte brunâtre, iris noisette. — cf 9- ^'^'^^ ^^P- 
brun fauve plus ou moins nuancé d'olivâtre et de roussâtre, la tète plus fon- 
cée, le croupion plus clair. Face inf. blanchâtre ou un peu jaunâtre ou gri- 
sâtre à la gorge, un peu roussâtre à la poitrine et aux flancs, avec quelques 
stries brunâtres à la gorge et au cou. Un léger sourcil et tour de l'œil blanc 
jaunâtre, loruni brun, joue gris roussâtre et brunâtre. Aile et queue brunes 
ou brun roux plus foncé que la face sup., les pennes un peu liserées de gris 
ou de roussâtre. La 9 "ii \>^^^ pl^^^ petite. — J. Plus roux, les plumes étant 
bordées de clair. 

Nid cylindrique, ouvert, en coupe profonde, bien construit eu tiges et feuilles 
dherbes sèches, feuilles de roseaux, solidement attaché à 4 ou 5 roseaux voisins 
à i m. de hauteur en moyenne. — Œufs : 4 à ;>, (pielquefois 6, d'un ovale plus ou 

(1) Hypolaïs olivetorum (Stiiekl.). L : 15.2. Face sup. gri.s brunâtre. Face inf. 
blanche avec les côtés de la poitrine et les lianes lavés de gris brun. Rect. bnni noir les 
exl. liserées et terminées de blanchâtre, les 2 ou 3 précédentes un peu Iciininées de 
celle teinte. S. E. de l'Europe, Asie mineure. TuiNeslan, l'erse. — Signalée coinine ren- 
contrée près de Nice (Arrigom 1902). 



154 



FAINE DE FRANCE. 



moins allongé. Gd : 21 à 25 ; Pd : 15,5 à 17,5. Blanchâtres, plus fréquemment ver- 
dâtres, bleuâtres, pointillés de gris et tachés d'olivâtre, de brun, de violet, de 
noirâtre souvent surtout vers le gros bout. 

Dans les massifs de roseaux, estivale et de passage, répandue dans toute la 
F'rance. — Centre et S. do l'Europe, N. W. de l'Afrique. 

A. cirpaceus Hermann [Syh'id strepera Vieill., S. a f finis Hardy]; Rous- 
serolle elTarvalte. L : 13 à 13,7 ; A : 6,4 à 7,1 ; Q : 5,5 à 6; T : 2,2 à 2,4; 
B : 1,7 à 1,8. Bec brun à base jaunâtre, patte brunâtre, iris brun rougeâtre. 

— Cf 9- t'ice sup. brun roussàlre plus ou moins olivâtre avec le croupion 
plus clair. Gorge et devant du cou blancs, reste de la face inf. blanc roussà- 
tre, la poitrine et les flancs plus foncés. Léger sourcil blanc roussâlx'e. Joue 
et côté du cou gris roussâtre. Aile (206) et queue d'un brun plus foncé que 
la face sup., les plumes liserées de roussâtre ou d'olivâtre. La 9 un peu plus 
petite. — /. Plus roux dans l'ensemble. 

Nid semblable à celui de l'espèce précédente mais de taille moindre et dans une 
situation analogue, ou bien beaucoup moins haut, hémisphérique, dans un arbuste 
plus ou moins éloigné de l'eau (Calatnoherpe avhorea Cretté, 1884). — Œufs : 
4 à 5 d'un ovale un peu court. Gd : 10,5 à 21,5 ; Pd : 12,5 à 14,5, grisâtres, blanc 
verdâtre, verdàtres, bleuâtres, pointillés et tachés d'olivâtre, de brun noir, de 
noirâtre. 

Dans les massifs de roseaux, parfois dans les bosquets et les jardins, estivale 
et répandue dans toute la France. — Europe depuis le 58° latit. N., N. de l'Afri- 
que, en hiver dans l'Afrique centrale. 

A. palustris (Bechst.) [Calanwhe/-pe prafe/isis Jalbert, C. obscuroce- 
phala DiBois] ; Roussei'otte verderolle. L : 13,5 à 14 ; A : 6,5 à 7 ; Q : 5,2 à 
5,6; T : 2,2 à 2,3; B : 1,5 à 1,7. Bec brun noirâtre à base jaunâtre, patte 
brun jaunâtre un peu verdâtre, iris gris brun. — cf Ç. Face sup. gris brun 
olivâtre léger, nuancé de verdâtre et plus clair au croupion. Face inf. blanc 
jaunâtre, le milieu de la gorge étant blanc, les côtés de la poitrine et surtout 
les flancs nuancés de gris brunâtre. Léger sourcil jaunâtre. Joue et côté du 
cou gris brun clair. Aile (207) et queue brunes, les plumes liserées de gris 
olivâtre. — /. Face sup. plus verdâtre, face inf. blanc roussâtre. 

Nid ressemblant à celui de la précédente espèce, près de terre dans une oseraie, 
un buisson, paifois dans une culture (seigle, chenevière), ou des hautes herbes. 

— Œufs : 4 â 5 d'un ovale un peu allongé. Gd : 18 à 20; Pd : 13 à 14,5. Blanchâ- 
tres, plus souvent gris bleu ou bleuâtres tachés de gris, de brun olivâtre, de noir. 

Dans les cultures, les oseraies, les buissons et broussailles des endroits humides, 
estivale et de passage, plus ou moins répandue dans presque toute la France. — 
Europe depuis la Baltique, N. W. de l'Afrique, descendant l'hiver très bas en 
Afrique. 

A. schœnobaenus (L.) [Sylvia pk/a^/nilis Bechst.J ; Roussei-olle des 
_j..ncs, IMirag.nile des joncs. L : 12,5 à 13 ; A : 6, i à 7 ; Q : 5,1 à 5,6 ; T : 2 



FAUNE DE FRANCE. OISEAIX 155 

à '2,'2 ; B : 1,45 à l,(i. I>ec bnui h \)asv plus claire, palle et ii'is hrunàlres. — • 
(j^ 9. Face sup. gris brun roussàlre rayé loiigit. de noirâtre à la lèle (209', 
taché de la même teinte sur le dos, le croupion presque unicolore. l-'ace inf. 
roussàtre clair, presque blanc à la gorge. Un sourcil blanc jaunâtre. Joue et 
côté du cou gris roussàtre. Aile et queue brunes, les réni. second, les sus- 
alaires et les rect. bordées de gris roussàtre. — J. Ressemblant aux ad. avec 
souvent les côtés de la poitrine maculés de brunâtre. 

.\W en coupe, assez grossier, bâti avec des herbes sèches, des débris de feuilles 
<le roseaux, dans une touffe de plantes aquatiques, un buisson, ou entre les laci- 
nes d'un Saule au bord de l'eau. — Œufs : 4 à G d'un ovale variable, (id : 17 à :2ii : 
IM : 12 à l.'i. .launâti-es ou gris roussàtre pâle, très poiuLillés ou tachés de bru- 
uâlre et de noirâtre. 

Dans l(>s roseaux, les broussailles du boid de l'eau, estivale, de passaj^e, assez 
répandue dans presque toute la France. — Europe du 70'^ latit. N, à la région 
méditerranéenne, Sibérie, Turkestau, en hiver dans le X. île l'Africpie, l'Asie 
mineure. 

A. aquaticus (Gmel.) \Si/U>ia juiludicola \'ieill. j ; Rousscrolle aquatique. 
Phragmitc aquatique. L : ['l,:) à 13,3 ; A : ti à (i,() ; Q : i,8 à 5,1 : T : 1,95 
à -lA ; B: l,"2à 1,4. Bec brun à base jaunâtre, patte jaunâtre, iris noisette. 

— Cf 9- l**^^^"^'!^ <J6 la tête gris jaunâtre clair avec "2 bandes longit. brun noir 
(208), reste de la face sup. cendré olivâtre passant au roux au croupion, 
a\ ec des taches brun noirâtre, petites à la nuque et au croupion, pliis larges 
et allongées longit. sur le dos. Face inf. jaunâtre finement striée longit. de 
brun sur le côté du cou, de la poitrine et les flancs. Aile brun noirâtre à 
rém. second, et sus-alaires bordées de gris olivâtre, rect. brunes liserées de 
grisâtre. — /. Face sup. plus roussàtre, face inf. plus pâle et plus striée. La 
raie du milieu de la tête et les sourcils plus ternes. 

Nid resseudjlanl à celui de l'espèce précédente, plus souvent sui' des plantes 
a(puiti([ues. — Œufs : 5 à 6, ovales. Gd : 13 à 18 ; Pd : 11,5 à 13,5. Gris verdàtre, 
densénient pointillés et tachés de ^ris, d'olivâtre, surtout au gros bout. 

Au bord de l'eau, estivale et de passage, particul. dans le S. de la France. 

— Centre et S. de l'Europe, remontant jusqu'à la Baltique, descendant l'hiver 
en Afrique. 



G. LOCUSTELLA K.vi p ; Locustelle. 

Bec assez conqjrimé en avant, à mandib. sup. à peine échanciée vers le bout. 
Tarse à scutelles plus ou moins nettement visibles, léger, plus long que le 
médian armé. Aile plutôt courte, subaiguë ou subol)tuse. 

L. naevia (Bodd.) \Muscipetn olivacca Kocu] ; Locustelle tachetée. L : 
13,5 à 14, -2 ; A : 6 à 6,6 ; Q : 5 à 5,() ; T : 1,S à 2.1 ; B : 1,3 à 1.45. Bec 
brun à base jaunâtre (204), patte jaunâtre, iris brun clair, — cf 9- l*''"i<"^ ^"P- 



156 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

olivâtre lâchée en long de brun noirâtre, plus tînement à la tête, plus larg-e- 
uient au dos et aux scapulaires. Face int. jaunâtre, presque blanche à la 
gorge et au ventre, lavée de roussâtre el d'olivâtre aux cotés, avec les sous- 
caudales et quelquefois le devant du cou tachés longit. de brun noir. Un 
léger sourcil jaunâtre. Joue brune et gris roussâtre. Aile (210) el queue (205) 
brunes, les réni. liserées de gris olivâtre, les rect. plus ou moins barrées de 
plus sombre. — /. Plus pâles et plus tachetés. 

Nid assez grossier, d'herbes et de tiges sèches, doublé de duvet de Saule et de 
Peuplier, très près du sol dans une touffe d'herbes ou contre les racines d'un 
arbuste. — Œufs : M à 6, quelquefois 7, ovales. Gd : ir> l\ 18 ; Pd : 12,5 à 14. Blanc 
roussâtre, grisâtre ou rosé, ponctués el tachés de brun roux, de brun rouge un 
peu plus densémenl vers le gros bout. 

Dans les taillis, les buissons, les landes, estivale et de passage dans une 
grande partie de la France. — Centre et S. de l'Europe, en hiver dans le N. de 
l'Afrique. 

L. luscinioïdes (Savi) ; Locustelle luscinioïde. L : 12 à 13,5 ; A : 6,5 à 
7,2 : Q : 5,8 à 6,1 ; T : 2,1 à 2,2 ; B : 1,5 à 1,7. Bec brun noir à base jau- 
nâtre, patte brunâtre, iris châtain. — cf 9- l'ace sup. châtain brunâtre, 
avec les sus-caudales plus vives. F'ace inf. blanchâtre, lavée de roussâtre à 
la gorge qui est finement striée de brunâtre, de brun roussâtre au côté du 
cou, à la poitrine, aux flancs et aux sous-caudales, ces dernières terminées 
de grisâtre. Joue et région parotique blanc roussâtre, rém. el rect. brun 
châtain, les premières boi'dées de clair, les secondes léger, rayées transvers. 
— ./. De teintes plus ternes et plus foncées. 

Nid ressemblant à celui de l'espèce précédente, à peu de hauteur au-dessus de 
l'eau, dans un massif de roseaux, plus rarement dans une broussaille ou une 
touffe d'herbes. — Œufs ; 4 à 5 ovales. Gd : 18 à 21,5 ; Pd : 14 à 15. Blancs ou 
grisâtres, fortement ponctués et tachés de gris olivâtre, de brun olive, de brun 
noir. 

Dans les marais, de préférence parmi les l'oscaux, estivale et de passage dans 
le S. et le Centre de la France. — S. et partie du Centre de l'Europe, pourtour 
de la Méditerranée, en hiver jusqu'au Centre de l'Afrique. 

L. fliiviatilis \\'o\.v ; Locustelle lluviatile. L : 14,5 à 15,3; A : 7 à 7,9 ; 
Q : 5,4 à 6,4 : T : 2 à 2,2 ; B : 1,4 \\ 1,6. Bec brunâtre, patte brun rougeâtre, 
ii'is brun. — cf 9- F''fc ^^l'p- '^i'"^'" olivâtre. Gorge et ventre blanchâtres, 
poitrine, flancs et sous-caudales lavés de gris brun léger, olivâtre, la gorge,. 
le cou et les flancs un peu mouchetés de gris brun, les sous-caudales ter- 
minées de blanc. Un faible sourcil jaunâtre, la joue variée de gris jaunâtre 
et de brun. Les pennes d'un brun olivâtre un peu plus foncé que la face sup., 
les rect. un peu rayées transvers. La 9 '"' pt^i' V^^^ i)elite. — /. Ensemble 
plus foncé, plus brun, plus terne. 

Nid comme celui de l'csijèce précédente. — Œuf'x : 4 à 5 ovales, (id : 18 à 22 ; 



FAfM- DE FRANCK. 



l.)7 



Pd : 14 à 16,5. Blanc g-risàlre ou rouss;'iliv, poinlillés i-l laclu-s de f^tis cL de \nm\. 
Signalée comme très accidentelle dniis TE. de la France. — H. et partie du 
Centre de l'Europe, Asie mineure, en hiver juscpu' dans l'AlVicpu' centrale. 

G. LUSGINIOLA Ghav ; Lmciniole. 

Bec effilé, très comprimé jus(iu'à la base, à mandib. sup. à arête vive, échan- 
crée vers l'extrémité, à narines allongées. Aile courte, surobtuse. Rect. larges à 
extrémité arrondie. 

L. melanopogon (^Temm.) ; Lusciniole à moustaches noii-es, Amnicole à 
moustaches n<Mres. L : 13 à 13,5 ; A : 5,4 à 6 ; Q : 5 à 5,7 ; T : 1,9 à 2 ; B : 
1,45 à 1,55. liée brun, patte brunâtre, iiMS noisette. — cf 9- Dessus de la 
tète noir brun, reste de la face sup. brun châtain foncé, le dos tacheté 
longit. de noir. Haut de la face inf., ventre et sous-caudales blancs, ces 
dernières lavées de roussâtre, poitinne, flancs et jambes brun roux. Long 
sourcil blanchâtre surmontant une bande noire du bec au travers de l'œil. 
Aile et queue noirâtres à plumes bordées de roussâtre. La Ç un peu plus 
petite. — /. Ne différant guère de Tad. que par un j)luniage plus terne et 
plus brun. 

Nid en coupe construit avec des herbes sèches, des épis de Phragmites, du duvet 
de roseaux et de Tamaris, dans un massif de roseaux. — Œnfx : 4 à 6, ovales. 
Gd : 16,5 à 19 ; Pd : 12,5 à 14. Blanc grisâtre ou verdàtre, finement tachetés de 
gris olivâtre, de brunâtre. 

Dans les massifs de roseaux, les broussailles des marais, en quelques points du 
S. de la France. — S. et surtout S. E. de l'Europe, N. E. de rAfricjue. 

G. CETTIA BoNAi>. ; Bouscmle. 

Bec assez comprimé, à mandib. sup. léger, convexe, peu échancrée vers 
l'extrémité, à narines allongées, étroites. Tarse à scutelles peu nettes, nettement 
plus long que le médian armé. Aile courte, surobtuse. Rect. à extrémité large, 
arrondie. 

C. cetti (M ARM.) [Sylvia sericea Temm.] ; Bouscarle cetti. L : 13 à 14 ; A : 
5, i à 6,5 ; Q : 6 à 6,5 ; T : 2 à 2,2 ; B : 1,4 à 1,5. Bec noirâtre à base jaunâtre, 
patte brun clair, iris brun. — cf 9- ^^^^ sup. brun marron sombre. Face 
inf. blanche, la poitrine jaunâtre, les flancs, les jambes et les sous-caudales 
brun roux, ces dernièi-es à bout blanc. Sourcil blanchâtre. Paupières blanches, 
l'œil barré de noir. Aile brune à plumes liserées de marron. Rect. brunes 
léger, bordées de marron et faiblement rayées transAcrs. La 9 lui peu plus 
petite et de teintes plus ternes. — /. Plus terne et plus brun. 

Nid en coupe, assez bien construit avec des herbes et des feuilles sèches, près 
du sol, dans des herbes aquatiques ou des broussailles. — Œufs : 4 à 5, ovales» 
Gd : 17,5 à 19,5 ; Pd : 13 à 14,5. Gris rouge, brun rouge ou brique, sans taches. 



158 FAUNE DK FRANCK. OISEAl'X 

Au bord de l'eau, dans les roseaux, les broussailles, les grandes herbes, 

sédentaire ou un peu erratique, dans le S. de la France, la Corse. — S. de l'Eu- 
rope, Asie mineure, Palestine. 



G. CISTICOLA Kai p : Cisticole. 

Bec très comprimé en avant, à mandib. sup. recourbée dans presque toute sa 
Ion».;., non ('chancrée vers lextin'initc' et très pointue, à narines oblong-ues et 
L;r;in(lcs. Tarse de la long, du uiédiiui jiiiik'. Aili- couile, très arrondie, sui'obluse. 

C. cisticola [TEMyi.) \Cist/cola fnhœnicola Bonap.] ; Cisticole ordinaire. 
L : 10,5 à 11, -2 ; A : 4,6 à 5, 2 ; Q : 3,6 à 4 ; T : 1 ,6 à 1,8 ; B : 1 à 1,2. Bec 
brun à base claire (496), patte brunâtre pâle, iris brun. — cf 9- F^ce sup. 
d'un roux plus ou moins grisâtre, le croupion plus roux, avec le centre de. 
plumes brun noir, celles du croupion l'étant peu ou pas. Face inf. blanchâtre, 
la poitrine, les flancs et les sous-caudales d'un roussâtre lavé de jaune. Aile 
(198) brune à plumes bordées de i^oussâtre, rect. (199) brunes bordées de 
roussâtre, les lalér. terminées de blanchâtre avec une tache subterminale 
noirâtre. La 9 p'"'^ petite et plus tachée à la l'ace sup. — J . Plumage plus 
terne. 

Xid ellipsoïde ou fusiforme avec une ouverture latéro-supérieure, artistement 
construit avec des fins brins d'herbes sèches et surtout des matières cotonneuses 
et soyeuses (duvet végétal, laine, fils d'Araignées), solidement fixé à quelques 
décimètres de hauteur à des feuilles et des tiges de Carex, de Joncs, de hautes 
herbes. — Œufs .• 4 à 6, d'un ovale un peu allongé. Gd : 14 à 17 ; Pd : 10 à 13. 
Très variables comme couleur : blancs, bleuâtres, rosés, unicolores ou tachés de 
gris rose, de brun vineux, de brun noir. 

Dans les prairies humides, les marais, des départements bordant la Méiliter- 
ranée. — S. de l'Europe, Asie mineure. Egypte. 



F. TURDIDAE 

Oiseaux de dimensions assez variables, jauuiis de grande taille. Bec quasi-choil, 
plus ou moins comprimé, avec quelques poils à la base, à mandib. sup. un peu 
courbée et le plus souvent léger, échancrée vers la pointe. Narines basâtes, 
ovales, en général en partie operculées. Doigt ext. un peu soudé au médian à la 
base. Ongle du pouce le plus souvent plus court que le doigt. Aile variable, à 10 
rém. prim., la première petite, les second, non échancrées à l'extrémité. Queue 
jamais fourchue ni étagée, normal, à 12 rect. Sexes souvent dilTérents, jeunes 
toujours différents des adultes et à plumage tacheté. 

JSid variable, souvent l)ien bâti. Œttfs noiiual. ovalaires et au nondjre de 4 à fl, 
unicolores ou tachetés. 

Régime insectivore, vermivore, assez souvent aussi baccivore. Oiseaux rare- 



FAINE DE FRANCE. OISEALX 1.")^) 

ment sociables, le plus souveiil iiii<.;ral(Miis, arboricoles ou plus ou moins 
terrestres. 

Chant varié, souvent bien développé et harmonieux. 



TABLEAUX DES ESPECES 

i. Kect. lai. avec une grande partie basale blanche, noires ou brun 
i'oncé dans la partie distale, recouvertes sur au moins les ',i ô 
par l'aile. Pattes noires ou noirâtres. Moins de 20 cent, de long. . 2 

— Rect. lat. sans partie blanche basale visible G 

2. Aile de moins de 8 cent, de long. Croupion et sus-caudales sans 

blanc. Face sup. bien tachetée. Bec subconique en avant . 
Pratincola rubetra (p. 17.'i 

— Aile ayant sensibl. plus de 8 cent, de long. Au moins partie du 

croupion et sus-caudales blanches. Face sup. non tachetée chez 
l'adulte. Bec comprimé en avant (211) [G. Saxicola] 3 

3. Première rém. dépassant très sensibl. les grandes sus-alaires ant. 

Tarse à peine plus long que le médian armé. La plus grande 
pax'tie du plumage noii^e ou brun noir. . Saxicola leucuva (p. 176) 

— Première rém. dépassant très peu ou pas les grandes sus-alaires 

ant. Tarse nettement plus long que le médian armé. La plus 

grande partie du plumage de couleur claire 'i 

k. Deuxième rém. plus grande que la 5'^. Tarse de près de 1/3 plus 
long que le médian armé. Dos gris cendré ou gris roussâtre. Sour- 
cil blanc ou blanchâtre net Saxicola œnanthe\^. 174) 

— Deuxième rém. plus courte que la 5". Tarse d'environ 1/5 plus 

long que le médian armé. Dos roussâtre clairon roux sale. Sour- 
cil faible ou nul ô 

5. Gorge noire ou noirâtre (212) .... Saxicola hispanica (p. 175) 

— Gorge blanche ou blanchâtre (213). . . Saxicola stapazina (p. \16] 
0. Rect. lat. avec une grande partie basale rousse, noirâtres dans la 

partie distale. Bec assez acuminé, un peu bombé entre les nari- 
nes (214). 1''° rém. dépassant sensibl. les grandes sus-alaires ant. 
Moins de 16 cent, de long Cyanecula suecica [p. \10) 

— Rect. lat. unicolores ou quelquefois liserées ou tachées à l'extré- 

mité, mais jamais de deux teintes nettement séparées transvers. . 7 
7. Au max. 16 cent, de long. Bec à peu près moitié de la tète en 
long. (78 p. 53). f" rém. dépassant nettement les grandes sus- 
alaires ant ^ 

— Plus de 16 cent, de long. Bec de long, nettement sup. à la moitié 

de la tête (62 p. 51). T" rém. plus courte que les grandes sus- 
alaires ant., exception, un peu plus longue Il 



Ui() 1 AiMc i)i: iKANCi;. oiseaux 

s. Aile de moins de 7 cent, de long-. Face sup. plus ou moins tache- 
tée chez Tad. Queue unicolore. . . Pratinrola riihicoln (p. 174) 

— Aile de plus de 7 cent, de lonj;-. Face sup. non lachelée chez l'ad. 

Jamais de blanc au croupion 9 

.''. Queue unicolore, brun olive comme la face sup. Haut de la face 
inf. et exti'émité des grandes sus-alaires second, roux \if chez 
l'ad. Tarse quasi-bolté (215). . . . Erylhacus inbeculn (p. 171) 

— Piect. médianes nettement plus foncées que les lat. qui sont 

rousses comme les sus-caudales. Haut de la face inf. jamais roux 
vif. Grandes sus-alaires second, unicolores. [G. P/icr/i/cH/zi.v] . . 10 
m. heuxième rém. à ])eu près égale à la fi*'. 5" plus courte que la 4''. 

Face inf. toujours en partie rousse ou rousscâtre 

Phœnicu/iis pha'nicuiiis p. 11'2 

— Deuxième rém. à peu près ég^ale à la 7^. 5® à peu près égale à la 4®. 

Face inf. peu ou ])as roussâtre, en partie plus ou moins noire ou 

grise Phœniruriis ochruius 'p. 172) 

il. Moins de 20 cent de long. Face sup. et queue unicolores et d'un 
brun variable. Plumage non ou faiblement tacheté. Doigts lat. 
égaux. Tarse habituell. sensibl. plus long que le médian armé . . i'2 

— Presque toujours sensibl. plus de 20 cent, de long. Tarse général. 

à peine plus long que le médian armé i't 

['2. Troisième rém. la plus longue. 2*^ au moins égale à la 5''. Gorge et 

devant du cou blanchailles. [G, Luscinia] 13 

— Troisième et 4" rém. égales et les plus longues. 2*^ plus courte que 

la 6*^. F'' un peu |)lus longue que les grandes sus-alaires ant. 

CnlUope calliope (p. 170) 

i'.>. Première rém. dépassant un peu les grandes sus-alaires ant. (216). 
2" presque égale ci la 5^. Tarse nettement plus long que le médian 
armé. Poitrine à peine plus foncée que le reste de la face inf. 
Luscinia megarhyncha (p. 169l 

— Première rém. beaucoup plus petite que les grandes sus-alaires 

ant. (217), 2" à peu près égale à la 4''. Tarse à peine plus long que 
le médian armé. Poitrine nettement plus foncée que le reste de 

la face inf Luscinia luscinia (p. 169) 

l'i. Queue sensibl. plus longue que le 1/3 de la long, totale, général, 
couverte sur environ moitié ])ar l'aile. Bec nettement comprimé, 
à maxille un peu échancrée à la pointe (62 p. 51, 218). Rect. an- 
guleuses à l'extrémité (2191. Tarse à peu près égal au médian 
armé [G. Turdus] 15 

— Queue s'éloignant peu du 13 de la long, totale, recouverte sur 

plus de moitié par l'aile. Bec peu comprimé, h maxille non 
échancrée à la pointe (220). Tarse nettement plus long que le 
médian armé [G. Monticola\ '2G 



KALNE DE FRANCE. UISEAl X 



Mil 




itKs 211 à 220. — :!ll, Saxiroln aeiuuitlie, tèle ; 212, Saxicola hixjmnica, Irtc ; 
213, SnjL'icola slapazinn am-ila, lôlo; 214, Cynnccula suecica cf, Irtc; 21'i. 
Enjthacus ruheculn, patio; 210, Luscinùi njer/ar/njnrlio, aile; 217, Ltiscin/a /iis- 
riiiia, aile; 218, Tinv/iis rniisirus. Lèlc; 2UI, id., l'ecl. ; 220, Mnnlirola sainti- 
lis cf, tèlo. ... 



lo. Plumage Irès foncé clans l'ensemble (noir, à fond noir, ou en 
grande partie brun noir). Milieu du venli'c jamais blanc ])iir. 
Pas de sourcil net. Recl. unicolores W, 

-i- Plumage exception, très foncé. (Dans ce cas, recl. marquées 
de blanc et sourcil clair.) Au moins milieu du ventre et partie 
des sous-caudales blancs 1~ 



jl'i. Sixième rém 



rétrécie au bord cxt., un peu plus longue tpie 
\ Jamais de hausse-col clair. Plumes de la l'ace inf. non 



prim, 



1H2 lAiM m: 1 ivwci:. - <iisi:.vi.\ 

l)(H-(lt'es (le t'Iair Turdiis n/f/n/ti p. HV.i 

— Sixit'iue l'éui. priiii. l'élrécie au bord cxl.. iiclteinent plus courte 

que la 2''. Un hausse-col blanc ou clair. Plumes de la l'ace int'. 

plus ou moins bordées de blanc ou de clair 

Tuidiis torquatiis (p. 163) 

17. Face sup. et la plus grande partie de la face int'. à plumes jaunes 
dans la partie dislale et bordées de noir formant des ci'oissants 
Iransvers Tardas dauina tp. 164i 

— Face sup. à plumes jauiais jaunes dans la partie distale avec une 

bordure noire iS 

IS. Barbes int. des rei't. lat. en graiule partie roux de rouille. Poitrine 
et lianes plus ou moins tachés de roux marron ou de brun. 
Taida.s naumanni (p. 166i 

— lîarbes int. des rect. lat. avec très peu ou pas de roux de rouille. . i.9 
i'd. Trois rect. ext. terminées de blanc. Face sup. noir bleuâtre ou 

brun olivâtre unicolore. Large sourcil blanc ou roussâtre. Sous- 
caudales unicolores Tardas sibiricas (p. Ifiii 

— Rect. unicolores ou avec seulement une petite bordure blanche 

ou blanchâtre '20 

20. Barbes int. de la plupart des rém. roux de rouille. Sourcil rous- 

sâtre i-ej oignant une moustache de même teinte pour encadrer 
la région parotique foncée. Poitrine et flancs à lunules transvers, 
noirâtres Tardas eunomus (p. 166i 

— Barbes int. des rém. avec très peu ou pas de roux de rouille. . . 21 

21. Flancs non tachetés ou linemenl striés longil. de plus foncé, 

reste de la l'ace inf. non tacheté ou seulement â la gorge et 

à la poitrine 22 

— Flancs toujours très bien tachetés, reste de la face inf. au moins 

en partie tacheté 23 

22. Flancs jaune brun olivâtre unicoh^re. (irand sourcil blanc ou 

roussâtre. Face sup. en entier brun olive unicolore 

Tardas obscurus ip. 168) 

— l'^lancs grisâtres, j)lus ou moins nettement striés de gris brunâtre. 

Som-cil très peu net. Face sup. cendré olivâtre plus foncé au 

dos Tardas atrigularis (p. 167 i 

2'.L Flancs et sous-alaires marron rougeâtre. Large sourcil roussâtre. 

Face sup. et rect. unicolores Tardas iliacus (p. 166i 

— l'Iancs et sous-alaires jamais marron rouge ou de teinte appro- 

chante. Sourcil très faible ou nul 2'i 

\>'i. Dos cl scapiilaiiTs de teinte nettement diU'érente du reste de la 
lace sup. Patte noire ou noirâtre. Sous-alaires blanches. . . . 
Tnidas piloris i p. 167) 

— l'^ace sup. unicolore ou quasi-unicoloi-e. Italie brun clair. . . . 2^') 



lAlNi: Di: IHANCi;. olSI-VI \ I (■).•{ 

?.3. Snisibl. plus (le •J.') cent, dv \<n\'j;. Soiis-Jihiires blaiiclies. 

fiirdus i>isvi{'o/-ufi i\}. \{)i)) 

— Seiisii)!. moins de '25 cent, de lon^. Soiis-alaires jaune roussàlre. 

Tiiidus musicus (p. Ki.'), 

'*ii. Deuxième rém. presque égale à la li'^. Aile couvrant plus des 2/5 de 
la queue. Celle-ci à rect. médianes de leinle diilerente des lai. 
Sus-caudales plus ou moins i-ousses . . Moiilicola sd.valilis ip. 17'/ 

— Deuxième rém. à peu près égale à la 5'". Aile ne couvranl guère 

plus de moitié de la queue. Celle-ci unicolore. Sus-caudales 
jamais rousses Monticola cyanea (p. 177) 



Ci. TURDUS L. ; Mevle, Grice. 

Bec missi haut (|iie large à la base, à arête bien accusée entrant un peu dans les 
plumes (lu front, ce dernier subanguleux. Aile sul)obtuse ou olituse, la première 
rém. étant comptée. Queue un peu arrondie. Plumage le plus souvent plus ou 
moins tacheté fgrivelé) à la face inf. 

T. merula L. ; Merle noir, Merle à bec jaune. L : 25 à 27; A : 12 à 13,4; 
g : 10,5 à 11,7 ; T : 3 a 3,2 ; B : 2,2 à 2,3. Bec jaune \çf] (62, p. 51) ou 
brun [CI. patte et iris bruns. Rém. prim. : i'' ou 3*^, 4<" et 5'^ les plus 
longues. — ç^ . Plumage entier, noir avec le bord des paupières jaune. — 
9- Face sup. et pennes noir léger, olivâtre. Gorge blanchâtre, poitrine et 
épigastre brun roux, striés longit. et mouchetés de brun noir. Reste de 
la l'ace inl'. gris brun. — J . Face sup. brun foncé avec le milieu des plumes 
plus on nn>ins roussàtre, lace inf. l)run plus clair, surtout le venlie, les 
plumes bordées brun foncé. 

Nid épais, en coupe, extér. de radicelles, de mousse, intér. d'herbes sèches 
plus ou moins engluées de terre, à peu de hauteur, parfois très bas, dans 
un buisson, une enfourchure d'arbre. — Œufs : 4 à 6, exception. 3, d'un ovale 
variable. Gd : 24 à 35 ; Pd : 18 à 24. Blanc verdàtre, olivâtre ou roussàtre, tachés 
et mouchetés d'une façon plus ou moins ajjparente, de brun roux et de roux, 
jjarfois surtout vers le gros bout. 

Dans les bois, les bosquets, les haies, sédentaire et de passage, connnun dans 
pres(jue toute la France. — \V. de l'Europe, du cercle aicticjue aux Pyiénées, 
à l'Autriche et à la Hongrie. 

S. E. r. m. SChiebeli Tscmsi. a : 12 à 12,7. ^ cf. Bec orangé, patte brun 
foncé. Plumage noir pur avec la pointe de l'aile brunâtre. — Q. Face sup. brun 
olivâtre avec le bonnet plus foncé. Face inf. à fond gris châtain variable. — Corse. 

T. torquatus L. ; Merle à plastron. L : 28 h 29 ; A : 13,5 à 1 i,5 ; Q : 11 
à 11,8 ; T : 3,2 à 3,5 ; B : 2,5 à 2,6. Bec brun à base plus ou moins jaune 
orangé, patte et iris bruns. Rém. prim. : .3" >, 2° = 5'\ — cf. Noir 
brunâtre avec les rém., les sus-alaires, les plumes du ventre et les sous- 



164 FAT NF DE FRANCE. — OISEAUX 

caudales bordées de blanchâtre ou de grisâtre. L'n lar^^e hausse-col blanc 
pur en été, lavé de brunâtre en automne. — Ç. j^run ruli<;ineux à la l'ace 
SU])., gorge blanchâtre striée de brun, reste de la l'ace inl'. brun, les plumes 
boi-dées de blanc plus ou moins roussàtre. Ilausse-col grisâtre ou roussâtre. 
lîém. second, el grandes sus-alaires liserées de blanchâtre. — J. Plumage 
brun, la l'ace sup. lachelée de roussâtre, la Ïavc inf. \ariée de blanchâtre 
cl d.' jaunâtre. Aile â plumes bordées de gris e( de l'oussalre. 

Xitl i-csst'iul)linil assez à celui tic l'espèce pnkv'-dcule cl dans une silualion aiia- 
l,,n-,H. _ Œufs : 4 â ;i, ovales. Gd : 26,5 à 33,5 ; Pd : l'.l,5 â 23. Neil l)leuàtie, vert 
brunâtre, plus rarement jjlcuàlres, tachés de brun et de brun rouge. 

Dans les bois, les Ijosquets, les liaies, de passage régulier et plus ou moins 
répandu dans presque toute la France. — X. \\'. de TEuroije, descend l'hiver 
jus([u"au N. W. de l'Afrique. 

S. ]"]. T. t. alpestris Bkku.m. Dillere du type parles plumes de la face inf. 
avec une lâche médiane blanche et largement bonh'cs dv la mènu' couleur. Alpes, 
Pyi-énées. — Monlagnes du S. cl Centre tU' l'Eui'ope, Asie mineuie. 

T. sibiricus Pallas ; Merle de Sibérie. I. : :2iâ i>5 ; A : 1 1 ,() à l->,:2: Q : 
S,i à 9 ; T : 3; B : '2,'2 à 2,5. Bec noir à base jaunâtre, patte brun clair, iris 
brun foncé. — çf Plunuige ardoisé très foncé a\ec le sourcil, le milieu du 
ventre, le bord des plumes du coté du ventre et des sous-caudales blancs 
ainsi que l'extrémité des 3 rect cxl. — 9- l'*'*-"^' '"^'P- brun olivâtre. Gorge 
blanc roussâtre taché d'olivâtre, reste de la l'ace inf. brun olivâtre taché de 
blanchâtre, avec le milieu du ventre blanc. Sourcil jaunâtre. .Aile et queue 
brun foncé à |)lumes bordées de plus clair, les .'} rect. ext. terminées de 
blanc. — J. ressemblant beaucoup à la 9- 

Md comme celui de T. mernia. — <Eafs: 4 à :>, ovales. Gd : 20 à 31 ; Pd : 19 
;i 22. I^danc grisâlrc nu olivâtre, gris verdàtre |)à]e, lâchés de hiini châtain, i\c 
hi'un, (le tu'un noir. 

t;;q;tuié très acridenl. en Franct'. — Sibéiie, dcscentlant l'hiver dans le Geiitrc 
el le S. de l'Asie. Excursionne en lMn'0|)e jus(pie dans l'W. 

T. dauma Latu., S. E. T. d. aureus Holl. ; Merle doré. L: 29 à .'iO,.') ; 
A : 15,2 à 16,2 ; Q : 11,2 à 11,8; T : 3,2 à ;i,8; B : 2,7 à 3,1. Bec brun à base 
jaunâtre, patte couleur chair, iris brun. 14 rect. — cf 9- F'Jce sup. à plu- 
mes brun olivâtre dans la région distale, ensuite plus ou moins jaunes et ter- 
minées par une bordure noire formant des croissants transversaux. Face inf. 
blanchâtre, les plumes, sauf celles du haut de la gorge, du milieu du ventre 
des sous-caudales, terminées tie jaune puis de noir comme à la face sup. Aile 
brun noir à plumes plus ou moins liserées et terminées de fau\e. 2 recl. 
médianes olivâtres, les autres brunes un peu terminées et liserées de blanc 
et de roussâtre. — J. Bessemblant beaucoup, nniis en plus terne, aux adultes. 

Nid à moYcnne hauteur sur un arbre, l'cssendjlanl ii celui des espèces précé- 



lAl NE DE l' RANGE. OISEAUX 165 

dentés. — Œufs: 4 h .";, ovales, (id : .{(» à :i:i ; IM : 22 à 2:;. lilaiic ve.dàtie, -ris 
verdàtre, roiissâtres, plus ou moins nellcinciil el d('ns('Mnc'ul laidu-sde brun roujue- 
Rencontré très accident, dans l'E. et le .S. de la France. — N.-H. de l'Asie, des- 
cend en Chine et jns(|n'nux Philippines. .Vceidenl. en Europe jusque dans l'W. 

T. Viscivorus 1-.: Merle draine. I. : 'J.S..-) à 30; A : I 1,5 à 15,8; (,) : 10,5 
à 1-2; T : ;i,-i à ;{,i ; 15 : •_>,4 à ■_>.(■). Dec bnin à hase jaunâtre, patte couleur 
chaii-, iris brun noisette. Rém. prini. : li'' > . — cf 9- l''"<''' ^"P- K''i^ h\'\\\\ 
oli\âtre. Face inl". blanc jaunâtre à taches brun noir plus alloiii;ées en liaui. 
plus arrondies en bas. Un très faible sourcil et tour de l'ceil roussàli'cs. Aile 
brunâtre à plumes liserées de blanchâtre, les sous-alaii'es blanches. Hect. 
biunâtres liserées de blanchâtre, lesexl. surtout. La 9 " pluniaj^e un peu 
plus terne. — J . Ressemblant à la 9- 

-Vu/ assez volumineux, en cf)U[ie, de hrindillcs cl ladiccllcs à l'cxh'iicui-.d hci'hes 
sèches un peu j.;àch(''es de terre à rinlcM'icur, à une hauteur mo\ ciuie sur un arbre. — 
Œufs : 4 à ;•), d'un ovale 1res variai)lc. (id : 28 .à :{2.:; : Pd : 21 à 2;^:i. Blanc grisâ- 
tre, verdàtre, roussàtre, plus ou moins (h-nsément laclit'>s de i)run, brun l'oug'eàtrc 
ou brun noir, assez souvent surtout vers le gros bout. 

Grand mangeur de baies de Gui. Dans les bois, les bos(juets, sédentaire el de 
passage dans presque toute la France. — \., Centre et |)arlic du .S. de rFurope. 
l'hiver jus(|u'au N. de l'Africpie. 

T. musicus L. \Tiirdus philonielos l>ni;uM ; Merle grive. Grive musi- 
cienne. L : 22,5 â 23,2; A : 11,5 à 12,2; Q: 8,2 â V); T : 3,2 â 3,5; H: 2,1 â 
2,3. Rec brun ;'i base un peu jaunâtre, palle brun clair, iris brini loncé. Rém. 
prim. : 3'^ et 4*^^. — cf 9- t'^^^'G sup. brun (divâtre un peu nuancé de gris. 
Face inl'. blanche, lavée de jaune roussâlre à la poitrine el aux lianes et 
uHjuchetée de brun noirâtre et de lirun. Tour de r(cil jauiiairc jiale. joue 
uuirquée de jaunâtre el de brunâtre. Aile counnc ledosa\cc un lin liseré sur 
tpielques rém. et extrémité des grandes sus-alaires roux de rouille. Sous- 
alaires roux jaunâtre. Queue comme le dos. — ./. Les plumes tic la l'ace suji. 
bordées de roussâlre ; la l'ace inl". plus pâle ((ue chez l'adulte. 

Xid en coupe profonde, de mousse, de radicelles, de lichens el iliieiiies sèches 
à l'extérieur, l'intérieur constitué par un mélange de leire, de bois veinioulu, de 
menue paille à l'aspect cartonné, formant une écuelle lisse. A peu de hauteur sur 
im arbre ou dans un buisson. — Œufs: "> à 6, parfois 4 seulenu'id, d'un oxale un 
j)eu court. Gd : 24,5 à 30 ; Pd : 19 à 22. Bleu verdàtre, prescpu- iniicolores ou tachés 
et pointillés de brun, de brun noir et de noir. 

Dans les bois, les bosquets, les haies, les vignes. esti\al ou de passage dans 
presque toute la F"rance. Quelques individus restent en liiver. — Europe du fiO» 
latit. N. jusqu'aux Pyrénées, aux Apennins, à la Grèce, l'hiver dans la région cir- 
c u m méditerranéen n e . 

Remarque: Un certain nombre d'ornithologues considèrent la Grive nuisicienue 
de France et de Belgique comme appartenant à la S. E. T 222. clarkei Hartebi, 



166 FAINK l)i; IKANCE. OISEAl \ 

(l'Angletcnc oii clic est sédent.iirc. (|iii (lillcie du type par sa i'acc sup. brun roii- 
geàtre vif surloiit à la tcte. Pour eux T. m. mmicus (L.) serait uniquement sep- 
tentrional et seulement de passaife dans le Centre et le Sud de l'Europe. 

T. iliacus J^. [Tu/dus niusicus L. in IIartertJ; Merle mauvis, Grive 
niauvis. L : 21.8 à 22,."); A : 11,1 à 11,9; Q : 8 à 8,2; T : 2,8 à 8; B : 2,1 
il 2,3. Bec brun foncé à base un peu jaunâtre, patte brunâtre, iris 
brun. Béin. jirim. : '.Y >, 2- presque égale à la i*". — cf 9- Face sup. et 
queue brun oli\âtre. Face inl". blanchâtre avec les lianes largement tachés 
ou lavés de marron rouge et mouchetée sauf le milieu du ventre, de brun 
noirâtre et de brunâtre. Large sourcil, trait sous l'œil et moustache blan- 
châtres, le premier et la dernière encadrant la région parotique brune striée 
longil. de blanchâtre. Aile brun olivâtre à plumes linement liserées ou 
terminées de roussâtre. Sous-alaires marron rouge. — J . Ressemblant aux 
adultes, mais à plumes de la face sup. un peu bordées de chùr, la face inf. 
plus mouchetée et les lianes moins marron rouge. 

yid en coupe, double dlicrbcs sèches et de radicelles gâchées de Icire, à \)vn 

de hauteur, pai-fois même à tei-re dans les l^roussailles et les forêts. Œufs: W 

à 6, quelquefois 4 seulement, d'un ovale un peu court. Gd : 22 à 20: Pd : I7.:> 
à 20. Blanc bleuâtre, gris verdâtre ou roussâtre pâle densénient mais jilus ou 
moins nettement tachés et pointillés de brunâtre et de roux. 

Dans les bois, les bosquets, de passage et quelquefois hivernal, dans pres(pie 
toute la France. — N. de l'Europe et de l'Asie et régions montagneuses du C.enln- 
de l'Europe, descend l'hiver juscpi'au S. de l'Asie et le N. de l'Afiicpu". 

T. naumanni Temm. ; Merle de Naumann. L : 24,5 à 25; A : 12,5 ii 14; 
Q : 9.5 à H); T : 8,2 à 8,4; B : 2,3 à 2,4. Bec brun à base jaunâtre, patte 
brunâtre, iris brun. — q* . Face sup. gris brun variable, les plumes plus ou 
moins liserées de brun roux, avec le croupion et les sus-caudales roux 
roug-e. Face inf. d'un roux rouge variable plus ou moins marqué de blanc, 
avec des taches noirâtres du bec sur les cotés du cou et le ventre blanc. 
Sourcil roussâtre ou roux. Aile brune, la plupart des plumes bordées de 
roussâtre. Rect. rousses bordées et terminées de brun, surtout les médianes. 
— 9- P'"^ petite. Face sup. beaucoup plus grise, le crtmpion et les sus- 
caudales gris roussâtre. Face inf. beaucoup plus claire, moins rousse, plus 
lavée de gris, le colé du cou et tle la poitrine bien plus tachés de noirâtre. 
Sourcil |)lus clair. Aile et ([ueiic a\ec moins de roux et plus de gris. — 
./. Ressemblant â la Ç, mais be.iucoup plus taches. 

Nidification incoiuiiie. 

Quelques captures dans le S. de la t'rance. — Sibérie, dcscciidaul l'IiiM'r sers 
le S. de l'Asie. Accident, en Europe jus(|ue dans l'W. 

T. eunomus Temm. [ Tiu/fus fttscntus Pael.] ; Merle brun. F : 2i à 25; 
A : 12,2 â 13,4 ; Q : 9,5 à 9.8; T : 8.2 à 8,5; B : 2,3 à 2.4. Bec brun lu.ir à 



)i: iKANCi: 



1(W 



base plus claire, |)alle et iris bruns. — cf. Face sup. brun udir, nuancé de 
gris au clos, les plumes étant liserées de roux. Ciorge et devant du cou rous- 
sàtres plus ou moins marqués de roux brun et bordés de chaque coté par 
des rangées de petites taches noires. Poitrine noire, les plumes bordées de 
blanc roussâtre. Milieu du ventre et sons-caudales blancs, ces dernières à 
base brune. Flancs blancs très fortement tachés de triangles noirâtres. 
Sourcil et moustache roussàtres, encadrant la région parotiqne foncée. Aile 
bi'un noir, la plupart des plumes largement bordées de roux de rouille. 
Kect. brun noir faiblement liserées de roux. — 9- ^''' P^'" p'^'^ petite. Face 
sup. plus claire. Face inf. également plus claire, le plastron noir de la jiois 
trine très faible, les flancs moins tachetés. Sourcil et moustache plus claire 
et plus larges à leur réunion derrière la région parotiqne. Aile cl queue à 
plumes plus largement liserées de teinte claire. — ./. Face sup. à liser- 
clair des plumes plus large. F;\cq inf. blanchPitre très tachée de foncé. 

Nid à terre ou à peu de liauteur sur un buisson ou un arl)ie. — Œufs: 5 à G 
tl'un ovale court. Gd : 24 à 30, o ; Pd : 19 à 21. OlivAtres très tachés de brun roux. 

Capturé dans le S. de la France. — Sibérie, émigrant dans le S. de l'Asie. 
Accident. jus([ue dans l'W de l'Europe. 

T. pilaris L. ; Merle litorne, Grive litorne. L : 27 à 28; A : 14 à 15,3; 
Q : II à 11,."); T : 3,2 à 3,5; B : 2,25 à 2,i5. Bec brun à base jaune, patte 
noirâtre, iris brun. Rém. prim. : 3" >, i" > 2^^ > 5% — cf 9- ^^^^^ ^"P- ^^ 
joue g-ris cendré léger, taché de brunâtre à la tête, le dos, les scapulaires et 
les sus-alaires étant bruns. Face inf. blanche, le cou et la poitrine étant 
lavés de roux jaune et tachetés de brun noir, sauf au ventre. Rém. et sus- 
alaires ant. brunes liserées de grisâtre. Rect. noirâtres, les ext. un peu bor- 
dées de grisâtre. La $ un peu plus petite. — ./. Dessus de la tcte, cou et 
croupion lavés de brunâtre, les plumes du dos à centre rouille et bout noi- 
râtre. Haut et coté de la face inf. à taches noirâtres arrondies. 

.Vid eu coupe, volumineux, à Hialéi-iaux l'orleiiicnl in(''iaug('s de Iciic sui' un 
arbre. — Œufs : 4 à 6, exceplion. 7, d'un on aie vaiia])le. (id : 2(1, il à IVA.W; Pd : 
I'.»,:")à23. Blanc g-risàtre, roussâtre, gris olivâtre, verdàlrcs, larlu^s cl |>oiiilill.'s 
d'une façon plus ou moins apparente et dense, de roux, de lirnn loui^c ou de 
In-un, parfois surtout autour du gros bout. 

De passage ou hivernal, dans les bois, les prairies, les champs, icpamlu dans 
presque toute la France. — N. de l'Europe et de l'Asie, en liixn- juscpic dans \c 
X. de l'Afriipu'. l'Asie mineure, l'Inde N. 'W. 

T. atrigularis Tr.MM.; Merle à gorge nuire. L : '2H à 2U; A : 12,5 à li; 
g : 1».5 à IO,(i; T : 3,2 à 3,4; R : 2,i à 2,5. Rec brun iu)ir à base jaune, 
patte et iris bruns. — çf . P'ace siqî. cendré ol!\âtre plus foncé sur la tète et 
le dos. Gorge, devant et côté du cou, face et haut de la poitrine noirs, les 
plumes un peu bcu'dées de blanchâtre. WvAr de la face inf. blanchaire. lavé 
de H-ris brunâtre sur les cotés et aux M.us-caiulales. les lianes cl ces der- 



J68 



l'AlNK DE IRANCK 



luercs léger, el fi.iemeul slriés lo,.^,l. de ,i;ns brun. A. le el queue brun noir, 
les plumes l.serées de clair. - Ç. Face sup. un peu plus pale. Gorge, 
devant et côté du cou blanc roussâtre tachés longit. de noir. Haut de la poi- 
trine à plumes noirâtres largement bordées de g-risâtre. Flancs plus nette- 
ment striés que le cf. Faible sourcil et moustache roussâtres. encadrant la 
région parotique foncée. Aile et queue plus clairs que chez le cf. — 
/. Teintes plus claires, moins pures, la poitrine peu noire, la face inf. plus 
tachetée. 

Nid eonslruil sn.loul avec des herbes srehes o-rudiôes av(>c de la (erre, à ..eu 
(11- haiihMir sur un ar!)iv. - Œufs : f .-, .•;, „val.-s. (id : 27, ;i à ;{0,:i ; Pd ; 2().:\ à 
2;?. Obvàlics larhps très densémeut de biim roux. 

<:a|ilnrr |>lusi,Miis fois ni France, pailind. dans le S. \V de la Sibérie 

en l.ivr,- Asir renlralr el S. W. ; accidenl. m Ku,.,,,,. .ins,,u-,Mi Anoh.UMiv. 

T. obscurus ('.m\.l. ; Merle obscur. F ; -Jl,.-) -, -J-J ; A : 12. i à i:5 ; () ■ 8 4 
il '-• ; T : ;}, 1 i, :]:a ; h : -J, l ;, -2:4. lîec brun à base jaune, patte brun clair, iris 
brun. — cf. Face sup. brun olivâtre, ardoisé et plus foncé à la tête qui est 
léger, tachée. Menton blanchâtre. Gor-e, devant et coté du cou, poitrine 
gns ardois;". Haut de l'épig-astre et lianes jaune brun, ces derniers très lavés 
d'olivâtre en bas. Reste de la face inf. blanc. Un ga-and sourcil blanc ainsi 
que le bord des paupières. Aile et queue comme la face sup., les 2 recl. ext. 
avec une légère tache blanchâlre h rexlrémilé. - 9. Tète plus claire, de la 
tenite du dos. Gorge et devant du cou blancs, bordés sur le côté par des 
lignes de taches noirâtres descendant du bec. Foilrinc marquée de brun 
olivâtre. Le reste comme le cf • — J. Kessemblant beaucoup à la Ç. 
^ Nid ressend.lant à .vini de T. /n/uris. - Œufs : 4 à 0, ovales. Gd : 26 à .30,;] : 
Pd : 17.:; à 20,:i. nj^uir r.mssalr.. eu olivâlrc, densrnuMil la.-h.'.s de roux, de brun 



Iti'uronl !■(■ at'cid 


cnl. da 


ns le S. dr la 


fiance, un 


\>VU |)ll 


'|nc. Sil)('i-ic. 


d.-SCM 


idanl l'lii\rr 


dans le S. d 


V TAsi 


>>|uc dans lAV. 











ri('(jueinnienl en Hel- 
accidenl. en Europe 



T. migratorius F. ; Merle enatique. L : 24; A : 14; Q : 0; ï ; 3; [} -. i,s. 
l'x'c jaune biunahv. palU' ijiunâtre, iris brun noir. — cT 9 . Face sup. noir ardoise 
l'Ins clair au croupi. ui. (loige vi devant du cou i)lancliâtres très tachés de noir. 
•'"'Inné. ..i .io-asl re el lianes irmx vif, venlre ])lanc, sous-caudales blanches el 
'""""'^- ''"' '■' '■•""■I ^""'■^■i' hianc. Aile el queue J)ruii noir bordées d'ardoise 
c-Iair. les le.i. rx[. lâchées <le blanc à rexlrémilé. Fa Q élanl plus claire surtout 



à la lac,, inf 

IIMII.. t.l '. .... I) Il . I O- . ... 

que septentrio 



Signai.-, .■oiuiiie .-apluiV. ,-u l'iovence ;,laul..Ml, IHaii. — Amérinue 



nale.) 

(T. ustulatus Naît., S. Iv T.u swainsoiii Camams: M..,h- d. 

b : IX,2; A : 10; O : 7 ; T : 2,7; H : 1.2. He.- et palle jaune l.runâln 
noir. ,-? 9. Fice sup., ail,, et .pu-ue brun ..livalie uiiic,>l.,.v. Ftc 



FAUNE DE PRANCE. (lISEAIX 169 

jauiiàlrt' clair avi-c le vciilrc cl les soiis-raiilalcs Wlaiics, les cotes de la f^oi-^e, 
(lu cou, la |)oitrii)e lâchés de hnin noir. 

Siyiialé coiiune caplurc' en Kraiice cl en IJelyiciue. — N.-E. de rAiii('ii([uc. i 



(i. LUSCINIA l'OHsiKK ; Hoxsùjnol. 

Bec plus haut que large à la l)ase, à luaudil). sup. un peu convexe en avant, 
léger, courbée et échancrée vers r(>xlr(''ui il ('•, à arête saillante enli-e les narines. 
Aile subohtuse, en comptant la 1"' ih'mu. (Jueue suhiiri'ondie. Plumage non 
tacheté ou l'orl peu. Sexes scnd)lal)les. 

L. raegarhyiicha IJhkhm; liossignol ordinaire. I. : I i,.') l\ I."),."); A : 7,<.t à 
,S,U ; g : (),<S ;i 7,2 : T : -J.ii à -J.S ; 15 : l,() à 1,8. IJee i)riiu loiieé à hase plus 
chiirc, palle (•(nileur chair, iris hriiu l'oiu'é. — cf 9- f*"<^"P ^"P- Ih'iiii roux, les 
sus-caudiih's el la fjueue rousses. Face inl'. hhuichàlre, un peu nuancée de 
grisâtre à hi poitrine el aux lianes, les sous-caudales lavées de roussàtre. 
Tour de r(eil clair et coté du cou gris. Kéni. (216) un peu plus brunes que 
le dos el léger, liserées de plus clair. La Ç seulement un peu plus pelile. — 
/. Face sup. brunâtre, nuiuchelée de roux clair; lace inl'. ondée de brunâtre 
â la poitrine, lavée de gris brun sur les lianes. Queue l)run roux. 

Nid en coupe assez profon.le. de feuilles vl heri)es sèches, de radicelles, de 
crins; à terre entre des tiges d'ariiuslcs, ciili-c des fagots ou \\ peu de hauteur 
sur un arbuste. — Œufs : 4 à "i, rarenicnl (i, ovalaires. (id : 18 à 2i ; Pd : 14 à 
1(1,;') ; accident. : 24 X l*».- ; l'»!~ X '-• Olivâtres ou brun verdâlre sans taches 
nettes. 

Dans les bois, les bos([uets, estival el conuuun dans prcs(pie toute la France. 
— Centre, W. et S. de l'Furope, pouitour di- la Méditerranée. 

S. F. L. m. corsa Pakuot : \'n [)eu [)lus petit ((ue le l\[)e \ : 7, H â 8,4) el 
de face sup. plus foncée et plus teine. — Corse. 

h.XxxS.GÏmdi \\^.]K\lolticilIa philoDicla Ijecust., Lu.scinia imijor Uheum | ; 
Rossignol progné, Rossignol philonièle. L : 17,5 à 18,5 ; A : 8, i â 9, '2 ; Q : 7 
â 8; T : 2,7 à 2,9; B : 1,6 à 1,8. Bec et iris bruns, patte couleur chair. — 
çf Q. Face sup. brun roux sombre léger, nuancé d'olivâtre, avec les sus- 
caudales et les rei'l. plus claires et sans olivâtre. Gorge blanchâtre, devant 
et c(')té du c(Mi, poitrine et lianes gris brun ou brunâtres. WMitre et sous- 
caudales blanchâtres, ces dernières ijuehpiel'ois lavées de roussâlre. Aile 
217) d'une teinte |>lus brune que la l'ace sup. — /. Face sup. tachée de 
jaune rouille, l'ird". â plumes bordées de gris brunâtre. 

Mdifiration el |)onle 1res s(Mnbla!)les à c(dles de l'espèce précédente. - (Eufs : 

(id : 20 â lï: \\\ : i;;,:; a 17. 

Dans les bois el les boscpiels, surloul des régions luuuides, cslival el (\v pas- 



170 FAINE DK FKANCE. OISEAI X 

sage, iJUT t'ii Fiance. — N. et E. <le l'Europe, rare dans le Centre. En hiver, 
E. de l'Afrique. 



G. CALLIOPE Goi Li. ; Calliope. 

Bec presque aussi haut que large à la base, à arête saillante entre les narines. 
.Celles-ci oblongues et demi-operculées. Queue quasi-droite. Sexes différents. 

C. calliope ( Pallas) ; Calliope de KamlschatUa. L : 15 à 16 ; A : 7,4 à 8,3 ; 
Q : .■'),7 il 6,5 ; T : :i,l à 3.3; B : 1.5 à 1,8. Bec noir ou brun foncé à base 
claire, palte et iris bruns. — ç^ . Face sup. brun de terre d'ombre. Gorge et 
devant du cou d'un beau rouge clair bordé de gris noir plus clair à la poi- 
trine, le reste de cette partie et les lianes brun olivâtre, milieu de l'abdomen 
et sous-caudales roussâtres. Sourcils et moustache blancs, lorum noir. Aile 
et queue comme le dessus, les l'ém. finement liserées de i-oussâtre. — 9- Face 
sup. comme le cf. (iorge blanche le plus souvent marquée de brun fauve et 
lavée de rose. Poitrine et flancs brun roussàlre, milieu de l'abdomen blan- 
châtre et sous-caudales crème. Sourcil crème. — J . Face sup. tachée de 
roussâtre, le bord des plumes étant foncé. Face inf. comme la 9^ "^'^is la 
poitrine et les flancs brunâtres, les plumes liserées de brun foncé. 

Nid fermé, ovo'ide, avec trou d'entrée sur le côté, d'herbes, tiges et feuilles 
sèches et radicelles, à terre entre des branches. — Œufs : 5, ovales. Gd : 20,5 à 
22 ; Pd : 15 à 16. Bleu verdâtre tachés de brun rouge pâle. 

Capturé deux fois dans le S. de la France. — Sibérie, Mongolie, en hiver jus- 
qu'aux Philippines. Accident, en Europe jusqu'en Angleterre. 



G. CYANECULA Hkeiim : Gorge-bleue. 

Bec assez comprimé en avant, à peu près aussi haut que large ;i la basi', à 
mandil). non échancrée à l'exlréniilé. Tarse nellenient [jIus long ([ue le médian 
armé. Aile sui)ohtuse. Queue léger, arroiidie. .Sexes (lill'érenls. 

C. suecica L.i, S. E. C. s. cyanecula (W'oek) ; Gorge-bleue ordinaire. 
L : li,7 à 15,5 ; A : 6.9 à 8,1 ; Q : 5,5 à 6 ; T : "2,7 à •->,8 ; B : 1.5 à 1,6. Bec 
noirâtre (214). patte et iris bruns. Uém. prim. : t^" = 6^ — cf. Face sup. 
brun cendré, le centre des plumes étant plus foncé, surtout sur la tête. 
Goi'ge, devant du cou et haut de la poitrine d'un beau bleu d'azur bordé en 
bas par une bande noire suivie par une bande rousse, souvent séparées l'une 
de l'aulrç par une ligne blanche. Parfois immaculé, ce plastron bleu porte 
général, au centre une tache blanc pur. Reste de la face inf. blanchâtre, la- 
x'é de grisâtre et de roussâtre, particul. aux flancs et aux sous-caudales. 
Sourcil blanchâtre. Région pnr()li(pic bi'iniâlre. striée de i-oux. Aile brnne 
à plumes liserées de gris oli\àlie. llecl. luédianes brunes, les lai. rousses 



lAlNE nK 1 RANGE. OISEAIX 171 

sur les :>/;{ antérieurs. l)ruii noir dans le reste. — Ç. (iorge et haut de la 
poitrine blanchâtres ou léger, roussàtres, encadrés de taches brunes ou noi- 
râtres, plus ou moins sur deux rangs, un peu mélangées dans le bas de roiis- 
sàtre et de bleutàtre. Reste, à peu près comme le cf. — /. Face sup. bnni 
l'once à taches roussàtres plus ou moins en séries longil. l''ace inf. analogue 
mais plus claire. J.a cpieue rcsscMnblanl à celle des adultes. 

Md omssièi-. eonslniit nvec des rcuillcs. des i-ndiccllcs, des lieil.cs sèches. 
(loul)lé de ei'iiis el de plumes. i\ lerr." ou à peu de hauleui- d;nis des liiiides liei- 
bes ou des broussailles. — Œiifa : ii à G. d'un ovnh^ souveni un peu piiilniuie. 
(id : 17 ;i 20,5; Pd : l-\:i à lij. Ôiive elaii- ou verl bleui'ilre, tnchelés d'une l'aron 
|)eu a|)parenle de IjrunTdie el de biun. 

Dans les endroits broussailleux, luuiiides i-l aux bords des cours d'eau, en au- 
tomne dans les cultures, estivale mais surtout de passaj^e, dans une grande pai- 
lle de la France. — Centre el \V. de l'Europe, descendant l'iilvi-r jus([u'an N.W. 
de rAbi(iue. 

S. !•;. C. S. gaetkei (KLEIXSCilM.). cf. a : 7,C> ii S,l. Face sup. d'im ton plus 
lu-un (pie la pri'>c('Mlente el moins nellement taclieU-e. HIen du devant du corps 
un jien [dus (dair, a\ec au milieu une lar,L;'e tache rousse, ipiel([uerois bord('H' de 
blanc, exception. Idanclialre macnb'e de roux. l)e passai;-e el asscv, rar(> en 
France. — Héf^ions montagneuses de la Norvèf^e, descendant l'hiver juscpi'au N. 
de rAb-i(iue. 

/>'einar(/tie : Celle S. H. a été longtemps confondue avec la forme type C. S. sue- 
cica (L.K plus orientale, dont elle ne se dislingni' "uère d'ailleurs que par sa 
tailU' un peu plus forte, son ail»; jibis pointue et l'ensemble de son plumage 
plus foncé. 



(i. ERYTHACUS Cuvieu ; Rourje-ijoi-(je. 

Bec un peu comprimé en avant, plus large que haut à la base, à mandib. suf), 
léger, courbée et écliancrée à l'extrémité, à arête assez saillante entre les nari- 
nes. Tarse passablement plus long que le médian armé. Aile surobtuse. Queue 
léger, échancrée. Sexes sendjlables. 

E. rilbecula iL.i; Rouge-gorge familier. L : 1 i,5 à 1.5,5 ; A : H, 9 à 7,5 ; 
Q : 5,7 à fi, 2; T : 2,5 à 2,7 ; B : 1,25 à 1,5. Bec brun noir à base claire, 
patte brune (215., iris brun rouge. Rém. prim. : 2^ = 8«, 8«- = fi«. — cf 9. 
Face sup. et queue brun oli\àtre. Bas du front, joue, gorge, devant et côté 
du cou, poitrine roux vif en grande partie bordés de gris cendré. Reste de 
la face inf. blanc plus mi moins roussàtre, les lianes lavés de brun. Aile plus 
brune cpie la face sup.. les nn:)yennes sus-alaires à bout roux. La 9 ^^"le- 
ment un peu plus petite. — /. Face sup. très mouchetée de roux. Face inf. 
blanchâtre avec le plastron roux, les plumes boi'dées de bnicé. 

Nid grossier, coustrnil avec des feuilles, de la uu)nsse, des herbes, des radi- 
celles, à terre entre des i-acim-s ou îles bianciies ou à peu de hauleui- eiilre des 



172 



FAINE DE FRANCE. 



branchos, dniis du l.icne. dans un trou d'arbre larg-enienl ouvert. — Œufs : Ij à (>, 
quelquefois 7, dun ovale assez court. Gd : 17, ii à 21,5 ; Pd : 14 à 16,5. Blanc jau- 
nâtre ou roussàtre densément tachetés et pointillés de roussâtre et de rou^eâlre. 
fréquemment surtout vers le gros bout. 

Dans les bois, les bosquets, sédentaire ou de passag-e et assez répandu dans 
presque toute la France. — Europe du 68° lalil. \. à la Méditerranée, \V. de la 
Sibérie, Turkestan. 

S. E. E. r. Sardus Kleinschm. Diffère du type par sa face sup. plus oli- 
vâtre, les sus-caudales de la même teinte ou près que que celle du dos et le ilevant 
du corps d'un roux plus brun. — Montagnes de Corse et de Sardaig-ne. 



G. PHŒNICURUS I'omstf.h : Hourjequeue. 

Bec un peu comprimé en avnnl. picscpic :uissi liaul <pu' large ;i la Ijase. Man- 
dil). sup. 1res léger, échancrée ^ers re\lr('Mnit('. Tarse sensibl. plus long que le 
médian ai'uié. Aile subobtuse ou ()i)luse, conviant enviion i 3 de la (jueue, celle- 
ci subarroiidii'. Sexes différenls. 

P. phœnicurus L.) : Rouge-queue des murailles. L : 14,3 à 15,2; .A : 7.6 
à 8,4; Q : .■),7 à <i,I ; T : 2 à 2,15 ; B : 1,3 à 1,4. Bec (78 p. 53), patte et iris 
brun noir. — ç^ . Front et sourcil blancs. Bonnet, nuque et dos cendré bleu- 
âtre, croupion et sus-caudales roux. Bas du front, joue, g^orge, côté du cou 
et haut de la poitrine noirs. Reste de la l'ace iid'. d"un beau roux avec le mi- 
lieu du ventre blanc ou blanchâtre. Aile lirune à plumes finement liscrées 
de roussâtre. Rect. médianes brunes, les autres rousses. En automne, le plu- 
mage rendu moins pur par la bordure des plumes. — Ç- ^'it'e ^i'|'- <^"Pii(b"é 
roussâtre avec le croupion et les sus-caudales roux. Face inf. loussâtre, la 
gorge et le ventre étant plus clairs. — J . Face sup. brunâtre tachetée de 
roux, face inl'. roussâtre et marquée de brun noirâtre. Queue rappelant celle 
des adultes. 

Nid en coupe grossière, de mousse, d'herbe, de feuilles sèches, doulih' de 
crins, de plumes, de laine, etc. ; dans un trou d'arbre ou plus souvent dans un 
trou de mur, de rocher, sous une toiture, sur un entablement à l'intérieur d'une 
construction. — Œufs : 5 à 6, ovales. Gtl : \H à 2t ; Pd : V.\ à i;'>. D'un bleu vert 
immacvdé. 

l^ans les lieux habités, les endroits rocheux, eslival et répandu dans presque 
toute la France. — Europe, du (]ap Nord ii la Mt-dilerranée, Sibérie. Descend 
l'hiver en Asie mineure et en Afii<[ue. 

P. ochrurus (Gmel. i, S. E. P. o. gibraltariensis Gmel.) [Rutirilla tithys 
auct.!; ilouge-queue tithys. L : 15, i à !(> ; A : S, 5 à 9,2; Q : 6,2 à fi,S : 
T : 2,.'i à 2,5 : 1) : I ,,"{5 à 1 ,5. Bec et patte noirs ou noirâtres, iris brun foncé. 
■ — cf. Face sup. l'endré noirâtre pri'scpie noii au dos et au scapulaires, jjlus 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 173 

clair au verlex et blanchâtre au front, les sus-caudales d'un beau roux. Bas 
du front, joue, gorge, devant el coté du cou. poitrine et épigastre noirs, 
l-'lancs et bas du ventre gris, la région anale blanche, les sous-caudales 
rousscâlres. Aile brun noir avec les réni. second, largement blanches, 
i'orniant un miroir sur l'aile. Rect. médianes brunes, lat. rousses. A un âge 
moins avancé, plumage moins foncé et moins pur et pas de miroir blanc sur 
l'aile. — 9- Cendré brunâtre à face inf. plus claire, les sus-caudales rousses, 
les sous-caudales roussâtres. Aile à plumes léger, liserées de grisâtre. Queue 
comme le çf , mais à teintes moins vives. — J. Brun roussâtre, les plumes 
bordées de brun foncé. Plumes de l'aile bordées de roussâtre. sus-caudales 
et rect. lat. roux brunâtre. Ensuite ressemblant beaucoup à la 9- Sous cette 
dernière livrée, le cf peut s'accoupler [Ruticilla cairei Gv.kb^.] 

Nidification très semblable à celle de l'espèce précédente. — Œufs : I) à fi, 
ovales. Gd : 17 à 21,5 ; Pd : 13,5 à 16. Blanc pur. 

Dans le voisinage des lieux habités, même dans l'intérieur des villes, dans les 
régions rocailleuses, estival, venant tôt, partant tard, répandu dans presque 
toute la France. — Europe, de la Ba]ti([ue à la Méditerranée, en hiver N. de 
l'Afrique, Asie Mineuie. 



G. PRATINCOLA K.xii : Taner. 

Bec subconique en avant, plus large que haut à la hase, à inantlib. sup. un peu 
l'cliancrée vers la pointe. Tarse à peine plus long que le médian armé. Aile sub- 
ohluse. Queue assez courte, subcarrée. Face su|). plus ou moins tachetée. Sexes 
plus ou moins dilTéicnls. 

P. rubetra (L. ^ ; Tarier ordinaire. L : 13,5 à l4,-2 ; A : 7 à 7,8 ; Q : 4,5 â 
4,9; T : '2,'2 à "i,i; B : 1,'2 à 1,3. Bec et patte noirâtres, iris brun foncé. 
Hém. prim. : 1'" guère plus longue que les grandes sus-alaires ant., ^ 1/3 2", 
'i'" presque égale à la 4*'. — cf. Face sup. gris roussâtre, striée et tachée de 
brun noir. Gorge blanche, devant du cou et poitrine roux, reste de la face 
inf. d'un blanc plus ou moins roussâtre. Large et long sourcil blanc. Joue 
noirâtre finement tachetée de roussâtre. Aile brun noir, les plumes plus ou 
moins liserées de roussâtre avec le haut des grandes sus-alaires ant. et toutes 
les dernières sus-alaires blancs. Rect. médianes brunes, les lat. blanches 
dans leur première moitié, brunes dans le reste. — 9- ^^^ P^^ P^^^^ petite. 
Plumage plus clair dans l'ensemble el un peu plus tacheté à la face sup. 
Sourcil moins blanc et moins de blanc à l'aile. — J. Face sup. rousse tachée 
longit. de brun noirâtre, les plumes bordées de blanchâtre. Gorge et sourcil 
roussâtre. La poitrine pointillée de noirâtre. Très peu de blanc à l'aile. 

Nid en coupe, grossier, construit avec des herbes sèches et de la mousse, 
doublé de crins, de laine, de duvet végétal, de plumes, à terre dans une petite 
dépression. — Œufs : 5 à 6, d'un ovale un peu court. Gd : 18,5 à 21,5 ; Pd : 13,5 



174 FAINK 1)1- IKANClv. - — OISEAIX 

à 1 ;>.:'.. l'.lcu \ciL uiiicoloie, ([iiclciuefois Ir'^vv. pointillés do roux vers le gros 
IxniU 

Dans les prairies, les champs, estival el répandu dans presque toute la France. 
— Europe du 70" latit. N. au N. de l'Espag-ne et de l'Italie, l'hiver vu Africiue. 

P. rubicola J.. ) ; Tarier rubicole, Tarier pâtre. L : 13 à 13, .) ; A : 6,4 à 7 ; 
Q : i,7 à 5,1 ; T : iM à -2,3 ; B : 1,4 à 1,5. Bec, patte et iris noirs. Réni. 
prini. : 1''" sensibl. plus longue que les grandes sus-alaires ant. ;= lj'2 2**, 
■i*" 1= 7''. — çf . Tète et gorge noirs, nuque, dos et partie des sus-alaires noir 
brun, les plumes finement boi-dées de roussâtre. Sus-caudales blanches un 
peu tachées de noirâtre et de roussâtre. Poitrine et flanc d'un beau roux, 
milieu du ventre et sous-caudales blanc roussâtre. Une large tache blanche 
au coté du cou. .Aile brune à plumes linemenl liserées de roussâtre et les 
sus-alaires post. blanches. Queue brun iK.iràtre. — 9- F^"^^ ^"P- ^™" "^^^'■' 
les plumes bordées de roussâtre, les sus-caudales de blanchâtre. Gorge, 
devant et coté du cou blanc roussâtre tachés de noirâtre, reste de la face inf. 
roux pâle, le ventre et les sous-caudales blanchâtres. .Vile et queue brunes 
avec les plumes liserées de roussâtre, jamais de blanc à l'aile. — J. Face 
sup. brun grisâtre, les plumes bordées de blanchâtre. Face inf. roussâtre 
tachée de brun et de noirâtre. 

Nidification très semblable à celle de l'espèce |)récédente. — Œufs : "> à 6, d'un 
ovale assez court. Gd : 16,5 à 20; Pd : 13,;) à 15. Bleu veitlàlre, le |>lus souvent 
très finement pointillés de brun rougeàtre. 

Dans les mêmes endroits et de la même fa(;on (jue l'espèce précédente. — 
Europe, (hi S. de la Suède à la .Nh-dilerrauée, en hiver N. de l'Afrique, Palestine. 

S. F. P. r. inSUlariS Fakkot. Dillèrc (hi type par uni' ladlc moindi-e 
(A : 0,1 à 0,55), le [)lumage du cf l'upt. [ilus uoii- el iilus vif à la lace sup., plus 
vif aussi à la face inf., le roux brun de la gorge et des flancs étant [ilus foncé. 
Rém. liserées de roux olivâtre. — Corse. 



G. SAXICOLA Diu iisiriN : Traquet. 

Bec comprluH' eu avant, plus large (|ue haut à la base, à mandil). sup. y\\\ |>cu 
('chancrc'e vers l'extrémité et à arête assez saillante. Taise botté, nettement plus 
lonj;' ipu' le médian armé. Aile subobtuse. Queue uu)yeune, subcarrc'-e. i-'ace 
sup. non tachetée chez l'ad. Sexes peu différents. 

S. œnanthe (F.j \ŒnanUie cinevea \'ieill.j ; Tra(|uel nuUleux. 1- : 15,,) 
à 17 : A : 9 à 9,9 ; Q : 5,1 à 5,9 ; T : 2,55 à 2,75 ; B : 1,0 à 1,7. F.ec .211', 
patte et iris noirs. — ç^ . Face sup. grise avec le haut du croupion un peu 
lavé ti'olixâtre, bas du croupion et sus-caudales blanches. Face inf. blanche, 
lavée de roussâtre surtout ;i la poitrine. V\\ bandeau noir sur \\v\\ et la joue, 
surmonté d'un sourcil blanc qui le sépai-e du gris de la nuque. .\ile noire. 



1 viNi-: ni-: lu.VNCK. — (iiskaix 17.") 

les plumes faiblemenl liserées de gris roiissjilre. Queue hlitiiche à la jjase, 
noire à l'exlrémité, les rect. médianes étant presque entier, noires, les 
autres blanches dans leur plus grande partie. — 9- l''"*^"<-' ^"P- la\ée de 
roussâtre, face inf. également plus roussàtre. Le noir de la joue, de l'aile et 
de la queue nuancé de brun. Les plumes de l'aile plus liserées de roussâtre. 

— J. P'ace sup. tachetée de brun ainsi que le haut de la l'ace inf. Plumes de 
l'aile largement liordées de roux et extrémité des rect. hlanchàlre. 

Nid assez grossier, d'herbes sèches et de mousse, doublé de quelques plumes 
et de crins ; à terre sous une touffe dhei-bes, dans un tas de pierres, quelquefois 
un trou de mur. — Œufs ; 3 à 6, quelquefois 7, dun ovale un peu variable. Gd : 
tu à 23; Pd : 14,5 à 16,5. Bleu pâle, unicolores ou quelquefois pointillés de rou- 
geàtre vers le g-ros bout. 

Dans les champs, les vignes, les prairies sèches, estival et de passage, assez 
répandu dans presque toute la France. — Europe presque entière, N. de l'Asie, 
Asie mineure et Perse, émigrant jusqu'à l'Afrique tropicale. 

S. \\. S. œ. leucorrhoa Gmel. Diffère du type par sa taille supérieure (A : 
9,8 à 11,1 ; T : 2,75 à 2,95), sa face sup. plus lavée de i-oux et la face inf. nettement 
plus rousse. — De passage en France dans les mêmes endroits que le type. — 
N. W. de l'Europe, Grœnland, Amérique septentr., émigrant dans le S. \Y. de 
l'Europe et jusqu'au Sénégal. 

S. hispanica (L.) [Saxicola stapazina Gmel. in Degland et Gerbe, ^S". 
(itiigularis Dlbois, S. occidenlalis Salvad.] ; Traquet à gorge noire. L : 15 
à 16 ; A : 8,6 à U, i ; Q : 6,4 à 6,9 : T : 'i;,\ à 2,45 ; B : 1,6 à 1,U. Hec et patte 
noirs, iris brun foncé. — (j* rupt. Face sup. blanc roussâtre, le derrière du 
cou et le dos plus roussâtre vif. l'ace inf. depuis le cou blanche, fortement 
lavée de roussâtre à la poitrine et aux lianes. Gorge, haut du devant et du 
côté du cou, côté de la face noirs (212). Aile noire a\ec un faible liseré 
[erminal blanc aux rém. second. Queue blanche depuis la base, les l'ecl. 
médianes presque entier, noires, les lat. seulement dans la partie terminale. 

— Cf automne Face sup. rousse passant au brun au dos, avec le croupion et 
les sus-caudales blancs. Face inf. rousse, le ventre et les sous-caudales plus ou 
moins blancs. Plumes noii^es de la face et de la gorge bordées de roux. Plu- 
mes de l'aile et de la queue plus ou moins bordées de roussâtre. — Ç. Face 
sup. roux sale, la tête lavée de brun, croupion et sus-caudales blancs. Face 
inf. blanc roussâtre avec la gorge et le devant du cou, la face noirâtres. Aile 
et queue comme le 0*, mais le noir moins pur et les plumes liserées de 
roussâtre. — J . Face sup. gris roussâtre, les plumes bordées de brun noir- 
âtre, le croupion et les sus-caudales blancs. Face inf. blanchâtre, la poitrine 
et les flancs gris roussâtre, les plumes bordées de brun noirâtre. Les plumes 
des ailes larg-ement bordées de roux plus ou moins pur. Rect. comme les 
ad. mais la partie noire liserée de blanchâtre. 

Nid ressemblant à celui de l'espèce pi'écédente, entre des cailloux, dans un tas 



176 FAINE DE FRANCE. OISEAUX 

de pierres, quelquefois dans un trou de mui'. — Œufs ; o à 6, d'un ovale un peu 
variable. Gd : 18 à 21,5 ; Pd : 14 ii 16. Blanc bleuàti'O ou verdàlre, un peu lâche- 
tés de rougeâtre, de roux, de brun, surtout vers le gros bout. 

Estival et de passage dans les régions découvertes, caillouteuses et accidenlc-es 
du S. de la France. - S. W. de TKurope et X. W. de rAlVique. 

S. stapazina L. i. S. E. S s. aurita iTemm.) [(Enanlhe albicolUs \ieiij... 
Sa.iicola cnterinœ W'iirr. \ ; Traquel oreillard. L : 15 à 16 : A : 8,6 à M» : (^) : 
6.4 à 7; T : i>,3 à i>,5 : B : 1,25 à 1,35. Bec et patte noirs, iris brun ronce. 
— Q* rupl. Face sup. blanche fortement lavée de roux vil" à la nuque et au 
dos. Face inf. blanche lavée de roux à la poitrine. Lorum, tour de r<i'il, joue 
et région parotique noirs (213). Aile noire. Queue blanche a\ec les rect. mé- 
dianes sauf la base et le bout des lai. noires. — ç^ automne. Face sup. rousse 
tournant au brun au dos, avec le croupion et les sus-caudales blancs. Face 
inf. rousse, plus foncée à la poitrine, claire au ventre et aux sous-caudales. 
Les plumes des ailes liserées de roux et de roussâtre. Le noir des rect. liseré 
plus ou moins de blanchâti'e. — 9- Face sup. roux sale, la tête lavée de brun, 
le croupion et les sus-caudales blancs. Face inf. blanc roussâtre. La tache du 
côté de la face brune à plumes bordées de roux. Aile et queue comme le çf 
en automne, mais le noir brunâtre. — J . Face sup. roussâtre, les plumes 
liserées de brun noirâtre, le croupion et les sus-caudales blancs. Face inf. 
blanchâti-e, la poitrine et les flancs gris roussâtre, les plumes bordées de brun 
noii^itre. Les plumes des ailes largement bordées de roux et de roussâtre. 
Rect. comme la 9- 

Nid ressemblant beaucoup à celui de respècc pr(''C(''(lentc, — Œufs : a à G d'un 
ovale un peu variable. Gd : 18,5 à 21 : Pd : 14,:') .î l(i. Bleuàlics ou vcrdàtres, plus 
ou moins tachetés de roux et de brun. 

Estival et de passage dans les régions découvertes arides el caillouteuses du S. 
de la France. — S. W. de l'Europe, N. W. de rAl'iicpie. 

S. leucura I (Imei.. ) I^S'^M'/to/^/ cac/ii/inn/ifi Temm. ; Traquet rieur. L : lU 
à M).') ; A : <J,6 â 10 ; Q : 6,8 à 7,-2 ; T : 2,6 à 2,8 ; B : 1,5 à 1,65. Bec el palle 
noirs, iris brun foncé. — (j' Entier, noir pur, a\ec les sus et les sous-camhi- 
les, la moitié basilaire des rect. médianes cl la plus grande ])arlie des rcct_ 
lat. à partir de la base, blanches. — 9- 1^'un noir nuancé de brun surtout à 
]a face inf. où plus ou moins de plumes sont liserées de celte teinte. — J. 
Ressemblant à la 9' niais les plumes liserées de roux ou de gris el les recl. 
de blanchâtre. 

Nid d'herbes sèches, de radicelles, de crins, de laine et de plumes, entn- des 
rocailles, dans une fente de rocher ou dv muraille. — Œufs : 5 à 0, d'un o\ale 
variable. Gd : 23,5 à 26,5 ; Pd : 17 à 19,5. Blanc bleuûtre, bleuâtres, pointillés et 
tachés de brun rouge surtout vers le gros bout. 

Sédentaire dans les régions découvertes, rocailleuses et accidentt'-es du S. de l.i 
France. S. \V. de ll-'.urope. 



lALNE DE TRANCE. 



177 



S. isabellina Cretzsch. [Sa.vicola .sa/fa/or MEyur., S. .squalidaEvERs.] : 
Traquc't sauteur. L : 17 ; A : 9,8 ; Q : 5,9 ; T : 3,1 ; B : 2. Bec cl patte noirs, iris 
l)run foncé. — cf. Bonnet brun clair, reste de la face sup. gris brunâtre, plus gris 
M la nuque, lavé de roussâtre au dos et au croupion, les sus-caudales étant blan- 
ches. Face inf. blanc jaunâtre lavée de roussâtre à la poitrine. Sourcil blanc jau- 
nâtre surmontant une bande noire du bec sur l'œil à la région parotique oii elle 
devient brune. Aile noirâtre, les phunes largement bordées de gris isabelle et de 
blanchâtre. Recl. l)Ianclies à la base, noires dans le reste, les médianes sur les 
3 4, les latér. sur environ moitié. ~ Ç. Face sup. plus roussâlre, i'ace lui'. |)lus 
jaunâtre. Pennes et bande du travers de l'œil plus l)runes. 

Signalé comme capturé dans l'Hérault [Lacroix, Bull. S. Z. F., 1876]. — Russie 
S. E., Asie Mineure et jusqu'au N. W. de la Chine, émigré dans le N. de l'Afri- 
que. Accident, en Europe jusqu'en Angleterre.) 



G. MONTICOLA Bon:; Montirole. 

Bec plus large cpie haut à la base, léger, couqirimé en avant, à mandil). su}). à 
arête mousse, un peu courbée en avant. Aile suboljtuse. Queue carrée. Sexes 
différents. 

M. saxatilis i L. i ; Monticole de roches, Merle de roches. I. ; 19,7 à 20,6 ; 
-A : 11,7 à 1-2,8 ; Q : 6,2 à 7 ; T : 2,6 à 2,8; R : 2,i à 2,6. Bec noirâtre, 
patte brun foncé, iris brun. — (j' . Tête, cou, haut du dos et de la poitrine 
bleu cendré, bas du dos et scapulaires noirs plus ou moins variés de blanc, 
ci-oupion blanc, sus-caudales ant. noir bleuâti^e, inf. rousses. Face inf. 
rousse, les plumes plus ou moins bordées de blanchâtre. Aile brune et noire, 
les plumes lisei'ées de g-risâtre. Rect. médianes brunâtres, les lat. rousses. 
— 9- l'^t-e sup. et ailes d'un brun grisâtre avec des taches brunes et roussà- 
Ires, le bas du dos blanchâtre et les sus-caudales l'ousses. Face inf. blanc 
roussâtre, plus foncé au ventre et fortement tacheté de brun, avec les sous- 
caudales roux-pâle. Queue comme le çf, mais de teintes moins pures. — 
J. Face sup. brun cendré, les plumes à bout blanchâtre. Face inf. roussâlre 
pâle, plus foncé au liane, les plumes bordées de brun, les sous-caudales 
rousses liserées de blanc. 

Nid en coupe, assez grossier, de mousse, radicelles, herbes sèches, doubh' de 
crins, de laine, dans une fente de rocher, un trou de muraille, parfois entre des 
cailloux. — Œufs ; 4 à 3, quelquefois 6, d'un ovale régulier. Gd : 23 à 30 ; Pd : 17 
à 21. Bleu verdâtre pâle, unicolores ou pointillés de brun et de roux vers le gros 
bout. 

Dans les régions montagneuses et rocheuses, parfois dans les villages et les 
villes de ces régions, estival et de passage, S. et centre de la France. — Régions 
montagneuses du centre et du S. de l'Europe, N. de l'Afrique, Asie mineure et 
jusqu'en Chine. 

M. solitarius ^L.; [Turdus cyaniis L.l ; Monticole bleu, Merle bleu. L : 

12 



178 FAINE DE FRANCE. — OISKAL X 

•J2,:) il •2:i,-2 : A : 1-2 à l.'i : Q : S. 1 h 8,.S ; T : 2.8 h :î ; B : 2,6 à 3. lîec et 
palle noirs, iris brun l'once. — q^. Bleu ardoise, un peu plus pâle à la tête, 
avec quelquefois les sous-caudales un peu bordées de blanc. Aile et queue 
noirâtres, les plumes bordées de bleu ardoise. — ^9- ^^'i^ brun nuancé de 
noirâtre et bleuâtre, le sourcil, la joue, la gorge et la poitrine roussâtres, les 
plumes bordées de brun ainsi que celles du ventre, et des sous-caudales. 
Aile brune à plumes liserées de roussâtre et de grisâti'c et plus ou moins 
terminées de blanchâtre. Queue brun noir. — J. Face sup. brun cendré avec 
le haut des plumes blanchâtre ou roussâtre. Gorge, devant du cou et poitrine 
à plumes rousses bordées de brun, le reste de la face inf. gris roussâtre avec 
le bout des plumes brun. 

Nidification très semblable à celle de l'espèce précédente. — Œufs : 4 à 5, 
ovales. Gd : 24 à 30,5 ; Pd : 18,5 à 2t. Bleu verdàlre pâle, général, pointillés de 
de roussâtre et de brun rouge autour du gros bout. 

Dans les mêmes endroits que l'espèce précédcnle, mais rciuoiitaiil moins vers 
le N. — Régions moiilagueusos du centre et du .S. tlo rEuro})e, ]-*erse, \. de 
l'Afrique. 



F. ACCENTORIDAE 

Oiseaux de faible taille. Bec aigu plus haut que large ù la base, un peu creusé 
en avant des narines, à mandib. sup un peu échancrée vers la pointe. Tarse 
guère plus long que le médian armé. Aile à 10 rém., la première courte, à rém. 
second, post. léger, échancrées, plus ou moins obtuse, couvrant au moins 2/5 de 
la queue. Celle-ci carrée. Sexes semblables, les jeunes plus ou moins différents 
des adultes. 

Nid en coupe, volumineux et assez grossier, de mousse, de radicelles, d'herbes 
sèches, doublé de plumes, de poils, de duvet végétal, souvent à terre, jamais 
haut dans un arbre. — Œufs au nombre de 4 à 6, ovales, en général unicolores. 

Insectivores et un peu granivores. Oiseaux peu sociables, général, sédentaires, 
subterrestres. 



TABLEAU DES ESPECES 

Ongle du pouce égal au doigt. Aile d'au moins 9 cent. 5 de long, 
subobtuse (221), couvrant environ 3/5 de la queue. Bec com- 
primé et pointu en avant (84 p. 55, 222). Prunelln coUaris (p. ITU'l 

Ongle du pouce plus court que le doigt (224). Aile de moins de 
7 cent. 5 de long, obtuse (223), couvrant seulement 2/5 de la 
queue Prunella modula ris (p. 180) 

(i. PRUNELLA ViEiLL. ; Accenteuv. 
rîec à arête arrondie, un peu incliné ii la pointe. Doigts à pelotes sous arlieu- 



FALNli Ui; lIlANCli. 



179 



laires assez développées, à ongles assez forts et courbés. I'«réin. au max. un peu 
plus longue que les grandes sus-alaires ant. Tête arrondie à front large. 







Figures 221 à 224. — 221, Prunella eoUaris, aile; 222, id. 
tête; 223, Prunella modularis, aile; 224, id., patle. 



P. CoUaris (Scop.j [Motacilla alpina Gmel.] ; Accenteur alpin, Accenteur 
pégot. J. : 17,9 à 18,2 ; A : 9,5 à 10,8 ; Q : 6,5 à 7 ; T : 2,5 à 2,6 ; B : 1,6 
à 1,75. Bec (222) brun noir à base jaune, patte brun rougeâtre, iris noisette. 
— cf 9- F^ce sup. cendré brunâtre avec le centre des plumes plus foncé, 
iormant sur le dos des séries longit. de taches brun noirâtre, le bout des 
sus-caudales blanc ou blanchâtre. Gorge et devant du cou blancs mouchetés 
de noir, côté du cou, poitrine, ventre, gris plus ou moins roussâlre. Flanc 
el côté du venlre à plumes roux vif liserées de blanc. Sous-caudales noires 
à bout blanc. Sourcil grisâtre. Rém. prim. brunes liserées de gris roussâtre, 
les rém. second, noirâtres largement bordées de roux, les sus-alaires noires 
plus ou moins bordées de gris et terminées de blanc (221). Rect. brunes, les 
lat. terminées par un peu de blanc ou de roussâtre. La Ç un peu plus petite 
et à teintes un peu moins pures. — J . Face sup. plus roussâtre que les ad., 
la face inf. blanc grisâtre et roussâtre tachetée de gris noirâtre. 

Nid à terre entre des pierres ou dans un trou de rocher. — Œufs : 4 à 5, rare- 
ment 6, ovales. Gd : 20,5 à 26,5 ; Pd : 15 à 17. 

Dans les rochers, les rocailles, les pelouses, jusqu'à la limite des neiges éter- 
nelles, dans les Alpes et les Pyrénées, descendant l'hiver jusqu'à la plaine. — 
Montagnes du S. de l'Europe, accident, l'hiver jusqu'en Belgique et en Angleterre. 

S. E. P. c. tschusii ScHiEBEL. Face sup. d'un gris foncé presque pas brunâ- 
tre, avec le dos plus largement et plus intensément taché que le type. — Hautes 
montagnes de Corse. 



180 lALNE DK KKANCK. flISEAlX 

P. modularis (]..); Accenicui- iiioiu-hcl, Mouchel chanteur. ]. : 14,5 à 
ir),!> ; A : Ci.l à 7,--> : Q : 5,0 à 0,1 ; T : 2 ; B : 1,3 à 1,45. Bec brun noir à 
hase claire, palle i)run jaunàlre (224), iris hrun rouge. — cf 9- Bonnet et 
dessus (lu cou gris olivâtre taché de brun, dos brun l'oux tacheté de noirâtre, 
croupion et sus-c:uulales brun olivâtre unicolore. Gorg-e, devant et côté du 
cou, poitrine gris cendré. \'entre blanchâtre. Flancs grisâtres ou roussâtres 
striés de brun noir. Sous-caudales noirâtres largement bordées de blanc ou 
de blanchâtre. Petit sourcil gris clair. Joue brune marquée de blanchâtre. 
Aile brune, les rém. second, post. et les grandes sus-alaires bordées de roux 
l'once, les dernières terminées en outre de blanchâtre ou de roussâtre (223). 
Queue brune unicolore. — J. Dessus de la tête plus sombre, du cou plus 
clair que les ad. Dos cl cronpion l)ruu roux largement tachés longit. de 
noirâtre. T'ace inf. gris roussiitre plus roux à la poitrine, plus pâle sur le 
ventre, tachetée de brun noirâtre sauf ce dernier. Aile et queue brun noirâtre, 
les plumes bordées de roux, les sus-alaires terminées en outre de jaunâtre. 

iVid h terre ou pi-ès de terre, entre les hi-uiches d'un arlne ou (l'un ('pais 
buisson. — Œufs : 4 à 5, rarement 0, d'un ovale un jx'u court. Gd : 17, ;1 à 21 : 
Pd : 13 à 15. Bleuâtres, en général immaculés. 

Dans les bois, les fourrés, les broussailles épaisses, sédentaire et de passage 
dans presque toute la France. — Europe du 70° latit. N. à la Méditerranée et à 
la Mer Noire, l'hiver N. de rAfri(jue, Asie mineure. 

S. E. P. m. mabbotti IIarpi-r. Un peu i)his grand que le type (A : 0,8) la 2» 
rém. = 1'-, au lieu d'être comme dans celui-ci de près d'un demi cent, jilus 
longue. Do teinte générale beaucoup plus claire, les plumes du dos et des scai)u- 
airos bordées de grisâlrc au lieu de brun loux. — Pyrénées orientales (1). 



F. CINCLIDAE 

Oiseaux de taille assez faii)le. Bec comprimé, sans poils ;i la base, à maudib. 
sup. très peu ("chancrée vers rexlrêmité, à narines basales complet, operculées. 
Patte à articulation tibio-tarsienne nue, à doigts pourvus d'ongles robustes et 
bien arqués et de pelotes sous-articulaires bien développées. Aile courte, arron- 
die à 10 rém. prim , la première petite. Queue courte, quasi carrée. Plumage 
court et serré non tacheté chez l'ad. Sexes semblables, jeune peu ditTérent des 
adultes. 

Nid volumineux, couvert, à ouverture latérale, de mousse, de feuilles et 



(1) Prunella montanella I^allas. L : 14,5. Bonnet noir, reste île la face sup. gris 
rouyL'àlie incMé il(; hritiue. Face inf. crème tachée de brun à la poitrine,"[de gris 
rougeàtre aux lianes. Une bande noire sur l'œil et la région parotique. Aile gris brun, 
les plumes bordées de gris rougeâtre, les sus-alaires terminées de jaunàlre. Qneue 
hriine. Sibérie, hiver Chine, accident, en Europe.'. — Signalé comme rencontré dans l(^s 
Pyrénées orientales (Depkhet, 1882). 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 181 

d'herbes sèches, doublé de crins, de plumes, de duvet véj;<Hal ; dans une exca- 
vation ou sous quelque abri. — Œufs : 4 à 6, un peu piriformcs, blanc; mal, 
unicolores. 

Régime insectivore, vermivore et un peu piscivoie. Oiseaux non soi'iahles, 
sédentaires et plus ou moins erraticjues, sul)a([uali([ues. 

G. CINCLUS BoRKL. ; Cincle. 

Bec léger, retroussé, un peu plus haut que large à la base, à narines oi)longues 
en partie cachées par des plumes. Tarse à peu près égal au médian armé. Ongle 
du pouce i)lus court que le doigt. Aile subobtuse. Front étroit et anguleux. 

C. cinclus (L.), S. E. C. C. aquaticus Bechst. [Hydrobata albicolis 
part.) ViKiLL.] ; Cincle aquatique, Aguassière cincle. ]> : 19 à 19,5; A : 8,5 
à 9,75 ; Q : 5,5 à (i,l : T : '2,6 à 2,9 ; B : i> à 2,1. Bec (77, p. 53) et patte 
brun de corne, iris gris perle. Rém. prim. : 1"" un peu plus longue que les 
grandes sus-alaires ant., '^'' ;> . — cf 9- Bonnet, nuque, den^ère du cou 
brun roussâtre fei'rugineux. Reste de la face sup. ardoise foncé, chaque 
plume bordée de brun sombre ou de noirâtre. Gorge, devant du cou et poi- 
trine blancs, ventre brun roux ferrugineux plus sombre au coté, sous-cau- 
dales noirâtres, les dernières avec le bout plus ou moins blanc-liàtre ou 
roussâtre. Paupières blanches. Aile brune, les plumes bordées de cendré 
bleuâtre. Queue brun noirâtre. La Ç un peu plus petite. — ,/. Bonnet et 
dessus du cou gris. Les plumes du dos et du croupion liserées de noirâtre. 
Plumes de la l'ace inf. blanches l)ordces de gris et de l)run, celles de l'aile de 
blanchâtre. 

Nid dans une anfractuosité tle rochei' au bord de l'eau, vnivc les racines de la 
berge, sous un i)ont, dans un arbre creux etc. — (Eufs : (_îd : 24 ;i 26,;) ; Pd : 17, "S 
il 20. 

Sur le bord des eaux claires et courantes, sédentaire ou cnalique, dans une 
grande partie de la France. — Europe centrale, Belgique. 

S. Iv C. C. cinclus (L.) \Cinclus melanogastev Breum]. De taille un |)eu 
plus forte que la S. E. précédente (A : 8,8 à 9,8) et de teintes (mi général plus 
foncées. Bonnet et nuque brun noirâtre, reste de la face sup. gris ardoise foncé, 
les plumes liserées de noirâtre. Bas de la face inf. brun uoiràli-e, les lianes lavés 
d'ardoisé. Beiicontré accident, en Belgique (Dubois, 191S)c[ probableuicnl aussi 
en France. — N. et E. de l'Europe, descendant l'hiver vers le S. 

S. E. Ce meridionaliS Breum. Dirt'èrede c. r. agua/icus p;n- la face sup. 
plus pâle et le roux de l'épigastre plus vif et plus étendu. S. E. de la France. — 
S. E. de l'Europe. 

S. E. Ce. pyrenaïCUS Dresser. Ditl'ère du lype |)ar sa taille moindre A : 
8,!) à 0,5), sa f-iee sup. |)lus claire, surtout la lèle et le cou, d'un brun paie, lias 
de la face int. plus pâle et plus brune. — Pyrénc-es, 



182 



FAUNE DE FRANCE. 



S. E. C. C. sapsworthi Arrigom, Plus petit que le type (A : 8,1 à 9,6) el 
plus clair, le l)onnel l'I la nuque à tons grisâtres. Se rapprochant en cela de C. c 
aquaticus. — Corse, Sardaigiie. 



F. TROGLODYTIDAE 

Oiseaux de très petite taille. Bec mince, comprimé, sans poils à la base, à 
mandib. sup. sans véritable échancrure vers rextrémité, à narines basales en 
partie recouvertes par un opercule membraneux. Aile courte, arrondie à 10 rém. 
prim., la première assez longue. Queue courte, arrondie. Plumage assez doux, 
strié transvers. Sexes semblables, jeune peu différent des adultes. 

Nid volumineux, couvert, plus ou moins globuleux, avec une ouverture lali'- 
rale. (-oustruit surtout avec de la mousse, doublé de fines herbes sèches, de 
crins, de plumes. A peu de hauteur, de préférence dans une situation abritée. — 
Œufs : 6 à 8, de forme un peu variable, tachetés. 

Régime insectivore. Oiseaux non sociables, sédentaires et plus ou moins erra- 
tiques . 



G. TROGLODYTES Vieill. ; Troglodyte. 

Bec à peu près aussi haut que large à la base, à narines oblongues, grandes. 
Tarse guère plus long que le médian armé qui dépasse peu le pouce armé en 
long. Ce dernier avec un ongle plus court que lui. Aile obtuse. Front arrondi. 

T. troglodytes (L.) [Troglodytes europsea Vieill., T. parvulus Koc}\]; 
Troglodyte mignon. L : 9,7 à 10,2; A : 4,7 à 5 ; Q : 3,2 à 3,5; ï : 1,7 à 1,8; 
B : 1,25 à 1,35. Bec brun à base pliis claire (63 p. 51 ), patte brun jaunâtre, 
iris brun noirâtre. Rém. prim. : 4*^ >, 1'*^ =^ 1/2 2<^, 2- =: 8-, 3- ^ 5''. — 
(^ 9- ^"1"^ sup., aile et queue brun roux plus foncé à la tète el aux rém. 
prim., barrées Iransvers. de noirâtre, avec sur l'aile un peu de roussâtre 
entre les barres noirâtres. Face inf. cendré roux, le ventre elles ilani's rayés 
transv. la région anale el les sous-caudales plus sombres, rayées Iransv. de 
noirâtre et de blanchâtre. La 9 un peu plus petite el plus rousse. — J . De 
teintes plus ternes. 

Nid dans une enfourchuic daiijre, entre des racines ou des branches près (hi 
sol, dans une anfi'actuosilé de rocher, un tas de fagots etc. — Œufs : (id : 14,!) à 
18,5 ; Pd : 11,5 à 13,5. Blancs avec des taches rougeâtres plus ou moins nombreu- 
ses, souvent denses surtout vers le gros bout. 

Dans les bois, les bosquets, les haies, sédentaire el plus ou moins cnalicpu', 
répandu dans prescjue toute la France. — Dans la i)]us grande partie (\v fKuropc. 

S. E. T. t. kœnigi Schiebel. Se dislingue du tyi)e par un l)Oc un peu jilus 
long, un face sup, plus brune et foncée, moins rousse. — Corse. 



FAINE DE FKANCE. OISEAIX 183 

F. MUSCIGAPIDAE 

Oiseaux (le liul)le Laille. Bec (léprimé à la base, plus ou moins caii'iK- en avant, 
fendu général, jusque sous l'œil, à base garnie de pelils poils, à niandib. sup. 
échancrée vers le bout qui est un peu crochu. Tarse quasi-botté et doigts plutôt 
|)etits. Aile à 10 rém. la prem. peu développée. Queue subcarrée ou un peu 
échancrée. Sexes en général dillcMcnts, souvent plumage de noce spécial. Jeune 
à plumage tacheté. 

Nid en coupe, assez grossier, de mousse, iTlierbe sèches et de l'euillcs, doul)l('> 
(11- crins, de laine, de plumes ; dans une position variable, mais d<- |H(''i"('Mcnce 
abritée. — Œufs ; 4 à 6, d'un ovale varié, unicolores ou tacheliVs. 

Hégime insectivore. Oiseaux non sociables, migrateurs, arboricoles. 



TABLEAUX DES ESPECES 

i. l'ii miroir blanc ou blanc roiissàtre sur l'aile. Hec ti-ès peu com- 
primé et caréné en avant (76 p. 53, 225). Plumage non tacheté 
chez l'ad. En général du blanc au rect. [(i. Ficedula] . . . . ? 

-^ Pas de miroir sur l'aile. Bec assez comprimé et bien caréné en 

avant .? 

2. Première rém. dépassant bien les grandes sus-alaires ant. 2'' < 

5^. Jamais de collier blanc ou clair . Ficedula hypoleuca (p. 184) 

— Première rém. aussi longue ou à peine plus longue que les grandes 

sus-alaires ant. 2" > 5".' Collier blanc chez le (^ rupt. indiqué par 
une ligne claire chez la 9 Ficedula collaris f p. 185) 

3. Hec environ 2/3 de la tête en long. i226i. Plumage de l'ad. tacheté. 

Hect. sans blanc. Pouce armé environ de la long, de l'exl. (227 i 
Muscicapa stiiata p. 183i 

— Bec environ moitié de la Icle eu long. (228). Plumage de lad. non 

tacheté. Du blanc aux rect. Pouce armé un peu plus long que 
l'ext EnjthrostciiKi jxirva (p. 185 i 



G. MUSCICAPA BiussoN ; Gobe-mouche, Butalis. 

Bec assez large à la base. Tarse à peine plus long que le médian armé. Aile 
dépassant notablement le milieu de la queue, celle-ci quasi carrée. Plumage gri- 
sâtre plus ou moins moucheté. Sexes semblables. 

M. striata (Pallas) [Muscicapa orisola L.j; Gobe-mouche gris, Butalis 
gris. L : 15 à 15,8 ; A : 8,3 à 8,9 ; Q : à 6,4; T : 1,45 à 1,0 ; B ; l,(i à 1,8. 
Bec noir à base claire (226;, patte noirâtre (227), iris brun l'oucé. Rém. 
prim. : P'' un peu plus longue que les grandes sus-alaires ant. ; 3'' >, i'' > 



184 



lAUNE DE FRANCE. OISEAUX 




2^n 



w 



Figures 225 à 228. — "i^i, Ficedula collaris cf, tête; 226, Musci- 
capa striata, lêlo ; 221, td., patte; 228, Erythrosterna parva, 
tête. 




'2'' > .')''. — cf $• F;ice sup. gris brun, le bonnet strié de brun foncé. Fjire 
inl'. blanchâtre nuancée de gris l)run sur les lianes et striée longil. de brun 
à la gorge et à la poitrine. Aile, queue brun noirâtre, les rém. second, et 
les sus-alaires liserées de blanchâtre. La Ç un peu plus petite. — /. Plumage 
tacheté de jaunâtre et de roussàtre à la face sup.. de brun à la face inf. 

Nid à peu de hauteur entre des rameaux de plantes grimpantes, dans une 
encoignure de branche ou de muraille, un trou largement ouvert. — Œufx : (id : 
16, ri à 21,;) ; Pd : 13 à 13. Blanchâtres ou Idanc bleuâtre, très tachés de roux el 
de brun roux. 

Dans les clairièi'es, les lisièies, les jardins, estival et de passage, assez répandu 
dans presque toute la France. — Pres(pie toute l'Europe, N. de l'Afrique, énii- 
grant jusque dans le S. de l'Afrùiue. 

S. E. M. s. tyrrhenica Schiebel. Piflere du lyi)e par sa lace inl'. h taches 
elfacées, [)res(jue indistinctes. — Corse, Sardaigne. 



G. FICEDULA Buisson; dobe-muuche.. 

Bec Ijcaucoup plus court (jue la tête, large en arrière. Tarse un peu ])lus long 
que le médian armé. Aile dépassant peu ou pas le milieu de la queue. Celle-ci 
léger, échancrée. Sexes différents. Plumage coloré par masse chez l'ad., variable 
avec la saison. 



F. hypoleuca I Pael. ) \Ma.scicap(i nigi-a Ijriss., M. citrivapilhi L. ; (iobe- 
inouche noir. L : i;}.7 à 1 i,2 ; A : 7,8 à 8,4 ; g : J.'J à T),,") ; T : 1,8 ; 15 : l,i> 
à 1,.'}. Bec et pattes noii's, iris brun foncé. Réui. priin. : 1"'^ I '1 '2'\ .'{'' >, 
"2'' < .")''. — cf rupt. I)evant du front blanc, reste de la face sup. noir avec le 
croupion marqué tic gris. P'ace inf. blanche. Aile noire a\ec une tache blan- 
che aux rém. prim. post., à la base des rém. second., aux grandes sus-alaircs 
post. et aux moyennes. Queue noire avec 1 ou "J recl. e\l. bordée de blanc. 
— (f automne. 1^'ace sup. gris brunâlre, face inf. d'un blanc moins pur. — 
Ç. Face sup. gris brunâtre, l'aile et la (|ueiH> d'un noir brunâtre, les parties 
blanches moins pures, celles de l'aile moins dé\elo])pées et plus ou moins 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 185 

lavées fie roussàl rc. I']n auloiiuie, lu l'ace iiil'. |)lus roussàlre. — ./. t''ace siip. 
brun noirâtre lachelée de jaunâtre, l'aee inl". blane jaunâtre tachetée de brun 
noirâtre. 

y>d dans un tronc d"arbre, exception, dans une cni'ouiiluuc d'un ai-bre. — 
Œîifs: Gd : l(i à 18, a; Pd : 12 à 14. Bleu v(M(làtiv claii', noinud. innuiicnlés. 

Dans les bois, les bos(}uets, estival el surtout de passage, dans presque tonte 
la France. — Europe, du 69" latit. N. jusqu'à l'Espagne, l'Italie et rAutriclie, 
émigré en AlVicpu'. 

F. collaris (Becmst.) [Muscicapa albicollis Tkm.m. : (iobe-niouche à 
collier. I. : Il à 14,8 ; .A : 8 à 8,45 ; Q : 5,4 à 5,7 ; T : I ,()5 à 1 ,7 ; H : I ,i> à 
l,;{. Bec et patte noirs, iris brini noir. Ivcin. priui.: I"" < I '.\ 'l'\ '.\' >. 
•1" < 4". — d l'iipl- (ii-i'iide tache blanche au Iront i225 , l'cste tic la 
lace sup. noir a\cc un large collier blanc cl [■e croupion plus ou moins 
\aric de blanc, l'^ace ini'. blanche. .Aile noire avec du blanc à la 
base des réni. prini., sur une partie de rém. second., des grandes sus- 
alaires posl. et des moyennes. Rect. entier, noires ou du l)lanc à 1 ou '2 
plus ext. — 9 •iidonnie. Face sup. gris brun, le collier grisâtre, l'ace inl'. 
d'un blanc moins pur. — 9- Fi'ce sup. cendré brunâtre, le cfdlier léger, 
indiqué par une teinte plus claii-e. Les parties blaïudics moins pures, en 
partie roussâtres, celles de l'aile réduites, le noir de l'aile et de la ((ueue 
brunâtre, celle dernière avec du blanc à '2 recl. ext. — J. Kai-e sup. biani 
noirâtre, tachetée de jaunâtre, le ccdiier à peine indiqué. Face inf. blanc 
jaunâtre tachetée de brun noirâtre. 

Nidification send)lable à celle de l'espèce pr.'"c<'(lcntc. (Eiifs : ( id : IS â l',l,:i; 
IM : 13 à 13. Bleu verdâlre clair, normal, sans Liuhcs. 

Dans les bois, les bosquets, estival cl surtout de [jassagc, |)lus rare ({ne 
le précédent, cependant en beaucoup de points en France. — Europe, Centre 
et S., émigrant en AtVique. 



G. ERYTHROSTERNA Bonac. ; Erytlirosleme. 

Bec assez hu'gi' à l:i base, gi'aduellemenl conq)rinié en avant. Tarsi- [)lus long 
(pie le médian armé. Aile dépassant un peu le nulieu de la (pieue. (!elle-ci un 
peu échancrée. Plumage coloré par unisse chez l'ad. Sexes diU'érents. 

E. parva Iîechst.i; Erythroslerne rougeâlre. L: 11,8 à 12,5; .A: 6,7 à 
7,15 ; Q : 5,1 à 5,5 ; ï : 1,8 ; B : 1,2 à 1,45. Bec (228l brun à base claire, 
palle et iris brun foncé. Rém. prim. : l"" > 1/3 •2^ 3" et 4« 7^, 5'' > 2'^ > 
(i'\ — (^ . P\ice sup. gris brun. Gorge, de\ant du cou el haut de la poi- 
trine roux jaunâtre vif, reste de la face inf. blanche. Joues et C(')té du cou 
cendrés. Aile brune à rém. second, liserées de grisâtre. Queue brun noirâtre, 
i recd. lat. a\ec une grande partie Idancdie. — 9- '''''*"'^' ^"P- *'">">'ï'^' ^^ cf- 
l'ace inf. blanche. la\ée de roux jaunâtre |)âle. très peu au printemps. 



186 



FAINE DE FRANCE. (IISEALX 



nettement en automne. — J. Face sup. gris brun avec le bout des plumes 
jaune brunâtre. P'ace inf. blanche, la gorge et la poitrine lavées de jaune 
brunâtre avec les plumes bordées de brun noir. 

vVîrf dans un trou d'arbre ou une enfourchure {\o l)ranche. — Œufs:"i à 7; 
Gd : 15 à 17, o ; Pd : 12 à 13,5. Blanc verdàtrc ou jaunâtre tachetés de roux 
et de rougeàtre, souvent surtout vers le gros boul. 

Dans les bois, les bosquets, accidentel en France. — X. el E. de l'Europe, 
accidentel dans l'W. ; W. de la Sibérie, éuiigrant dans l'Inde. 



F. HIRUNDINIDAE 

Oiseaux de pclilc laillc. Bec couri, aplati cl large à la base, léger, arqué el 
échancré vers le bout, fendu jusque sous l'œil. Tarse en général à peu près égal, 
au médian armé. Doigts faibles et relativ. courts, le médian notablement plus 
long que les lat. subégaux. Ongles arqués. Aile longue, suraigué, dépassant 
plus ou moins les rect. médianes, à 9 rém. prim., la première général, la plus 
longue, les rém. second, plus ou moins échancrées. Queue échancrée ou 
fourchue. Sexes presque identiques, jeunes peu différents des adultes. 

Nid variable comme construction et situation, toujours abrité, jamais sur un 
arbre. 

Œufs : 4 à 6, ovales, concolores ou tachetés. 

Bégime uniquement insectivore. Oiseaux plus ou moins sociables, migratcu rs 
volant beaucoup, perchant ou posant peu. 



TABLEAUX DES ESPECES 

i. Tarse et doigts empluniés i39 p. 49 1. Bec assez robuste à na- 
rines basales ari'ondies (40 p. i9, 229'. Queue moyen, fourchue 
(230) Croupion blanc Uirundo urhica (p. 188i 

— Tarse et doigts nus ou à peu près. Croupion jamais blanc. . . . 'Z 
"2. Aile n'atteignant pas le bout de la queue. Celle-ci très fourchue 

à rect. lat. tachées de blanc vei's rextrémité, les ext. très pro- 
longées (231). Bec assez faible (55 p. 51). Tarse nu, à peu près 
de la long, du médian (232) [G. Cheîidon] .'/ 

— Aile dépassant le bout de la queue. Celle-ci jamais très fourchue, 

à rect. ext. non prolongées. Bec court, un peu convexe 233 

[G. Riparia] 'i 

3. Face sup. sauf le front, en entier noir bleu luisant. Un collier noir. 

Face inf. non striée Cheîidon rus/ica [p. 187) 

— Nuque et croupion roux fauve vif, reste de la face sup. noir bleu 

luisant. Pas de collier noir. Face inf. striée. Cheîidon daiirica fp. 188) 
'/. Tarse avec (|uelques petites jilumes 2341. Queue nmycini. f(uii'cluic, 



FAINE DE FRANCE. OISEAIX 



187 



lion tachée de blanc (235 . ['ii liaiisse-col l'nncc sur la poitriiic. 

m paria li paria p. 181») 

Tarse enlièr. nu. Queue peu échancrée avec les l'ccl. lat. lâchées 
de blanc (236). Pas de hausse-col foncé, liiparia riipcstii.s p 189) 




'^l 'y ^ àV--^*^' 



FiGunEs 229 a 236. 220, IJirundo urbica, UHc ; 2::!0, «V/.,((ueue; 231, Chelidon 

rustica, ([ueue; 232, id., patte; 233, /t'iparia riparia^ lèLe; 234, id., [uitle; 235, 
id., queue; 236, lîiparia rupestris, ({ueuc. 



G. CHELIDON Fohsteu ; Chéiidon. 

Bec à arèle à peu près droite, à narines basales en paille operculées. Aile 
dépassant les rect. médianes. 



Ch. rustica iL.); Chéiidon rustique. Hirondelle des cheminées. L: 18 
à 19,5; A: 12 à 13; Q: 9,5 à 11,5; T: 1 à 1,1 ; B: 1,15 à 1,3. Bec (55 
p. 51) noir, patte (232) et iris brun noir. — cf 9- ^*'^'^^ ^Lip. sauf le front, 
noir bleu luisant. Front et gorge roux marron, poitrine noir luisant, 
abdomen et sous-caudales blanc plus ou moins roussàlre. Béni, cl rect. 



188 



^Al'NE DE FRANCE. OISEAUX 



noirAires, ces dei-nières moins 2 médianes tachées de blanc f321'l. — J . I>es 
teintes moins brillantes, les pennes ])lns brunes, les rect. ext. peu pro- 
long-ées. 

Nid en éciicllc, iicu profond, larg. ouverl, l'xlér., de terre et de boue gâchées, 
mêlées de paille et de Ijrindilles, douldé de crins et de plumes, accolé à une 
poutre dans une construction ou une encoignure de mur. — Œufs : 4 à 5, 
exception. 6, d'un ovale un peu allongé. Gd : 17 à 23; Pd : 13 à 15. Blancs ou 
blanc rosé, à nombreuses petites taches giises ou brun rouge, parfois surtout 
autour du gros bout. 

Dans les endroits découverts, autour des liabilalions, estivale et de passage, 
répandue dans lonle la France. — Europe, W. de la Sibérie et de l'Asie, N. de 
l'Afri(pie, iiiveiiie dans llnde et rAfrifpu-. 

S. Iv Ch. r. Savignyi (Stei'U.i. Dilléie du l\|.e par la teinte uianon i\\\ 
boni et de la goige plus vive, l'abdomen et les sous-caudales roux de rouille. 
Doiniée comme de rencontre accident, en Fi-ance, mais probablement par suite de 
confusion avec une variété à abdomen foncé de la forme type. — N. E. de l'Afrique. 

Ch. daurica (J..), S. E. Ch. d. rufula (Temm.) ; Chélidon ronsseline. 
Hirondelle rousseline. L : 18 à 19; A : 1 1.8 à 1-2,6 ; Q : 10 à 1 1 ; T : 1 à 1 , 1 ; 
B : 0,9 à 1.1. Bec noir, patte et iris brnn bmcé. — cf 9- l"i'<^'il' nuque et 
croupion roux de rouille vil' passant au blanc jaunâtre aux sus-caudales. 
^'erlex, occiput, dos, scapulaires et dernières sus-caudales noir bleu luisant. 
Face inl". roussîilre, finement striée longil, de brun. Aile et queue noir nuan- 
cé de gris, les reid. lai. marquées de blanc. — J. Plunuige plus terne, les 
teintes lousses de la lace su|). beant'ou]) plus pâles, la l'ace inf. aussi bien 
plus claire, sans stries nettes, lîém. secontl. et sus-alaires bordées de rous- 
sàtre. 

Nidificalion sendjlable à celle de l'espèce précédente. — Œufs : Gd : 10 à 2l,:i ; 
Pd : 13,5 à 15. Colorés comme ceux de Ch. vusHca. 

Accidentelle dans le S. de la F'rance où elle aurai l inème niché (Di;gland et 
Gerbe, 1867). — Asie centrale et S. W., N. E. de l'Africpie, S. E. de l'Europe, 
accident, jusqu'en Angleterre. 



G. HIRUNDO L. : Hirondelle. 

Bec un peu convexe dès la base. Aile (bipassant un peu les rect. ext., les plus 
longues. 

H. urbica iL.i ; Hirondelle des fenêtres. L : i:^,9 à 14,4; A : 10,8 à 11,4; 
g : 6,5 à 6,8; T : 0,9 à 1.15; B : 0,9. Bec (40 p. 49) et iris noirs, patte gar- 
nie de duvet blanc (39 p. 49) — cf 9- ^'^ce sup. noir bleu luisant avec le 
croupion blanc. Face inf. blanche en entier. Aile et queue (230) noirs. — J. 
Le noir de la l'ace siq). terne et nuancé de brunâtre, les parties blanches 
d'une leiide moins pure, j-'eiuies brun noii-, les rém. second, bordées de 
blanchâtre. 



FAL'NE DE l'RANClî. OISEAUX 189 

Nid héiiiisphérujiu' avec uiu' omcilmc lai. |)r('S([iu' circtilairi^ ou plus on moins 
allongée transvers,, ile houe et terre f,'-àcli(''es exU'-r., doulih' de erins, di- menue 
paille, de plumes, sous une corniehe exi. d'une (■(insliuclion ou un rocher sur- 
plombant. — Œufs : D'un ovale, un peu poinlu. (Id : 17 à :il,:'> : Pd : 13 à 14, "j. 
Blanc pui-, exct'ption. un peu [)onctu('s de hiiin \crs le ^^ros houl. 

Dans les endroits découverts, autour des hahilalions, des lalaises, esli\ aie et de 
passage, de moins en moins répandue en l''rance. - Kuiope, <\\\ 70" lalit. N. ii la 
Méditerranée, W. de la Sihérie, (M1 hiv(>i' en Afrlipu' el dans l'Inde. 



G. RI PARIA FoHSTF.u ; Hirondelle, Cohjle. 

Bec court à narines hasales arrondies, un peu saillantes. Aile dépassant plus ou 
moins le bout des rect. ext. 

R. riparia. (L.) ; Hirondelle de rivage, Colyle riveraine. L : 12,5 à 13,5 ; 
.\ : 10,2 à 10,8 ; Q : 5 à 5,5 ; T : 1 à 1,2 ; B : 0,8 à 1. Bec (233) et iris bruns, 
patte (234) brunâtre. — cf 9- 1' '><^"^^ ^"p. et une large bande en travers de la 
|)()itrine gris brun. Reste de la l'ace inl". l)lanc avec quelques petites mouche- 
tures gris brun sous la liande pectorale. Rém. noirâtres à légers reflets ver- 
dâtres. Rect. brunes (235), les ext. finement liserées de blanc au dehors. — 
y. Face sup. plus foncée, les plumes bordées de roux ainsi que celles de 
l'aile. Blanc de la face inf. un peu roussâtre. 

Nid en coupe, d'herbes sèches, de radicelles el dt' ([uehpies |)lumes, dans une 
cavité arrondie sur le côté d'une galerie horizontale creusée dans le sable ou la 
terre d'une falaise, à défaut, dans un trou de muraille. — Œuj'x : D'un ovale un 
peu allongé. Gd : 16 à 20,5; Pd : 12 à 13, o. Blanc très léger, rosé, unicolores. 

Au bord des cours d'eau, des étangs, estivale el de passage, assez répandue dans 
prescjue toute la France. — Europe, du 70° lalit. N. au N. de l'Afrique, Sibérie, 
en hiver dans l'Afrique et dans l'Inde. 

R. rupestris iScoi>. i [lliiundo montana Omei..] ; Hirondelle de rochers. 
Cet vie de rochers. L : 1 i à 15 : A : 12,8 à 13,4 ; g : 5,5 à 5,8 ; T : 1,1 ; B : 
I à 1,15. 13ec noirâtre, patle brunâtre, iris brun. — cf 9- l'''ce sup. gris 
brun. Gorge et poitrine blanchâtres, la première mouchetée de brun sous le 
bec, abdomen gris roussâtre, sous-caudales brunâtres. Aile et queue i236 
brunes, les rect. interméd. avec une tache ovale blanche sur les barbes inl. 

— ] . Plumage plus terne, les plumes du dos et des ailes liserées de rous- 
sâtre. 

Nid ressemblant beaucoup à celui de Chelidon l'ustica, sous une saillie de rocher. 

— Œufs : d'un ovale un peu allongé. Gd : 19 à 23 ; Pd : 13 à 15. Blancs, tachés et 
pointillés de gris et de brun roux. 

Dans les Alpes, les Pyrénées et les régions montagneuses méridionales, esti\ale 
et de passage, parfois sédentaire dans le S. de la France. — S. de l'Europe, pour- 
tour de la Méditerranée, à l'E. jusqu'au Tibet, en hiver en Afrique el dans l'Inde, 



] 90 rAlNIi DE FRANCK. OISEAUX 

O. PIGIFORMES 

S. 0. PI CI EN S 

F. PIGIDAE 

Oiseaux de taille moyenne on faible. Bec fort, pyramidal on conique, plus ou 
moins comprimé en avant. Narines basales, plus ou moins cachées par des plumes 
sétiformes. Tarse court, scutellé devant. 2 doigts en avant, 1 ou 2 en arrière. 
Ongles forts, comprimés, courbés. Aile plus ou moins obtuse à 10 rém, prim. la 
première petite. Queue arrondie ou étagée à 12 rect., l'ext. courte. Sexes sembla- 
bles on un peu différents, jeune peu différent des adultes. 

i^id l'udimcntaire, de débris de bois, dans un trou d'arbre creusé en général par 
l'Oiseau et en forme de cornue. — Œufs : Jusqu'à 8 et i)lus, d'un ovale variable, 
blanc brillant. 

Régime insectivore, larvivore, plus ou moins frugivore. Oiseaux non sociables^ 
sédentaires, plus ou moins erratiques, rarement migrateurs, arboricoles, grim- 
peurs. 

Voix désagréable. La plupart de ces Oiseaux font en outre entendre au printemps 
une sorte de roulement en frappant très rapidement une branche avec le bec. 



TABLEAUX DES ESPECES 

i. Trois doigts, 2 aril., 1 post. (1 p. i3j. Rect, raides, élastiques, 
pointues, ijifurquées à la pointe. Plumage presque en entier 
noir et blanc Picoïdes tridnctylus (p. 195 1 

— Quatre doigts, 1> an(., 2 post. (13 p. 45i 2 

'2. Rect. raides, élastiques, pointues (237i. Bec pyramidal, caréné, à 

sillons latéraux 16. p. 4.), 'i.'Wl. Tarse réticulé ou granuleux en 
arrière '.] 

— Rect. molles à extrémité large et arrondie ('239). Bec conique, non 

caréné, sans sillons latéraux (240). Tarse sculellé derrièie. Plu- 
mage varié de gris de brun de roux. . . Jynx torquilla i p. 195 1 
3. Aile de plus de 23 cent, de long. Plumage entier, noir avec le bon- 
net ou seulement l'occiput rouge vif . . Piciis martius (p. 192i 

— Aile au max. de 17 cent, de long. Plumage avec toujours une par- 

tie importante d'autre couleur que noir ou rouge 'i 

k. Doigt ant. ext. le plus long. Face sup. en grande partie verdàtre 

et jaunâtre [G. Gecinus] 5 

— Doigt post. ext. le plus long. Face sup. noire et plus ou moins 

blanche. [G. Dryobates] 



AINE DE 1-HANCE. 



lui 



HKs 237 ;i 240. — 

■2'M, Gecinus viri- 
dis, queue ; 238, 
id. cf, têle; 230, 
Jyn.r torquilla, 
(lueue ; 240, id., 
trie. 




Aile au min. de 15 cent. .) de lonj;. \'ertex et occiput roug-es. 
Gecinus viridis (p. 19'ij 

Aile de moins de 15 cent. 5 de lonj;. \'ertex et occiput d'un g^ris 
variable Gecinus canus {}^.\'è'l\ 

Aile de moins de 10 cent, de Ion". Sous-caudales blanchâtres 
tachées de noir. Du blanc au dos. . . Dryobates niinor (p. iy4i 

Aile de plus de 12 cent, de Xoiv^. Sous-caudales rouges ou roses. . 7 

Dos et croupion en grande partie blancs. Flancs roses striés longit. 
de noir Dryobates leuconotus (p. 194) 

Dos et croupion entier, noirs 8 

Flancs d'un blanc sale, sans taches. Bas-ventre et sous-caudales 
rouges. Blanc de la joue et du côté du cou séparés par une 
ligne noire (16 p. 45) Dryobates major (p. 193) 

Flancs roses striés longit. de brun noir. Bas- ventre et sous-cauda- 
les roses. Blanc de la joue et du C()té du cou en continuité 
Dryobates médius [Y). WYi 



G. PIGUS L. ; Pic. 



Bec plus larg-e que haut à la base, très comprimé en avant, à sillon nasal |)IiiJ 
près du culmen que de la tomie. Tarse à demi emplumé. Doigt anl. cxl. le pkie 
long. Aile surobtuse. Plumes occipitales allongées eu courte huppe. 



192 lAlNE DE IHANCli. ■ — OISEAUX 

P. raartius L. ; Pic noir. J. : 43 à 49. ; A : 23,5 à 25,8 ; Q : 16 à 19 ; T : 
3,.") h .3,8 ; B : 5,8 à 6,6. Bec jaunâtre â pointe brun noir, patte grise, iris, 
l)lan(' jauiiâlre. Réni. prini. : 1'" dépaysant de près d'un tiers les grandes 
sus-alaires ant., 6'' presque égale à la 5'', la plus grande. — çj^. Plumage noir 
a\ec le bonnet rouge. — Ç. Noire a^■ec seulement locciput rouge. — /. 
(jommc la 9^ mais seulenienl d'un noir brunâtre. 

.Vi/l, sim[)le lit de poussière de bois. — Œufs : 3 à il, (jueLiiu'fois 6. Gd : 31 à 
37 ; Pd : 22 à 27. 

Dans les forêts, parlicul. de Conifères, si-tlciilaire el erratique tlans les Alpes, le 
■luia, les Pyrénées, — Europe, de la Laponie à la ]\Iéditerran(''e, Asie juscju'au 
.lapon. 



G. GECINUS BoiF. ; Gecine. 

Bec léger, coiupriiiié en avant, à sillon nasal près du culnien. Taise iMnphnnt'- 
dans le li;iiil, beaucoup plus t'oui't (pu' le bec. Aile suiobUise. 

G. viridis (L.), S. !•:. G. V. pinetorum {BREim) ; Gécine vert. Pie-vert. 
L : 31 à 35 ; A : 16 â 16,75 : Q : 10 à 11 ; T : 2,8 à 3,3 ; B : 4,5 à 4,8. Bec 
(238) gris l'once à base jaunâtre, patte gris jjrunâtre, iris blanc bleuàti'e. 
Héni. prim : 1"" de près ti'un tiers plus longue que les grandes sus-alaires 
anl. — (j' . Bonnet et moustaches à plumes rouge vif sur fond gris foncé, 
reste de la face sup. et dessus de l'aile vert olivâtre avec le croupion et les 
sus-caudales jaunes. Face inf. \'erl grisâtre clair, les plumes de la jand^e et 
les sous-caudales barrées de noirâtre. Tour de Vœ\\ noir et joue verdâtre. 
Rém. tachées de blanchâtre, les prim. sur fond brun, les second, sur fond 
olivâtre. Rect. brunes barrées d'olivâtre (237). — 9- Comme le (j' , mais un 
peu plus petite et la moustache noire. — J. Teintes plus pâles, le rouge de 
la tète plus uiélangé de gris, le côté de la tête et la face inf. plus ou nudus 
marqués de brun noirâtre, le noir de l'œil et la moustache â peine indiqués. 

Milification seudjlablc à celle de l'espèce précédeute. — Œufx: Jusqu'à 8. (id : 
29 11 34 ; Pd : 21,3 -a i'^. 

Dans les bois, les l)()S([uels, les all(''es de tarauds ai'bres, jjarfois à ten-e, séden- 
taire el eirariipu', n''paudu dans })resque toute la l'ianco. — Europe uioyenne. 

S. K, G. V. Sharpei SAUNDE;ns. Diffère de la S.E. précédente par sa taille 
moindre (A : 15,5 à 15,7), le tour de l'œil qui est gris, le loruni seul étant noir, 
la face su|). plus verte et moins jaunâtre. Capturé dans la Ilaule Garonne 
(Lacroix. Bull. S.Z.F. 1877). — Espagne, Portugal. 

G. canus. iOxMel.) ; Gécine cendré, Pic cendré. L : 28 à 30 : A : 14,3 à 
15,2 ; Q : 10 â 1 1 ; T : 2,5 à 2,7 ; B : 3,9 â 4,4. Bec brun de corne à base 
jaunâtre, patte gris verdâtre, iris rougeâtre. Rém. prim. : 1"^ dépassant d'uu 
quart au plus les grandes sus-alaires ant. — q*. Dessus du bec gris noirâtre. 



lAlMi Di: IHANCi:. nlSlAI \ 193 

IVoiil l'.Mi.'^e. veiiex el occipiil -ris olivàlre. dos cl dessus de Tiiile \cv[ 
(>\\\:\i\\\ l'roiipidii jiuiiie. I'';icc' inf. i^ris olixâlre nwc l;i ,:;i>i-^(' plus el.iire. 
Joue el e(')lé du cou f^ris, loruni el li'ès liue niousliudie noii's. Kéni. laidiées 
de jaunâtre et de blanchâtre, les réni. priui. sur Tond brunâtre, les second. 
sur fond vert olivâtre. Réni. brun olivâtre léf^èr. barrées de j^risâtre. — 9- 
Pas de rouge à la tête qui est cendrée ainsi que le cou. Noir du lorum et 
moustache moins étendus, t— 7. Déteintes plus ternes, partielles plumes 
fie l'aile et rect. marquées de bandes transv. 

Nidification' identique à celle de res[)èce précédenle. — Œit/'s : (i à 8, p.u- 
exception jusqu'à 10. Gd : 24,5 à .30 ; Pd : 19 à 21. 

Dans les mêmes endroits que le précédent. Sédentaire ou enalicpu-, en beau- 
coup de points en France, mais pas très répandu. — Europe, de la Scandinavie 
à l'Espagne et au Caucase. Asie jusqu'au Japon. 



G. DRYOBATES Boie; Dryobate, Pic. 

Bec à peu près aussi haut que lai-ge à la base, léger, comprimé en avant avec 
sillons nasaux plus près de la tomie que du culmen. Tarse un peu emplumé dans 
le haut, léger, plus court ([ue le bec. Aile plus ou moins obtuse. 

D. major (L.), S. E. D. m. pinetorum (Breum) ; Pic épeiche. L : 24 à 
•26 ; A : 13 à 13,8 : Q : 9 à 10 ; T : 2,3 à 2,4 ; B : 2,8 à 3,1. Bec (16 p. 45) et 
patte gris de plomb, iris rouge. Rém. prim. : 1™ guère plus longue que les 
grandes sus-alaires ant., 3", 4° et 5" plus ou moins égales et les plus longues. 
— cf. Devant du front blanc roussâtre, occiput rouge vif, tout le reste de 
la face sup. noir avec les scapulaires blanc pur. Face inf. blanchâtre plus ou 
moins nuancée de roussâtre et de brunâtre, le bas-venti'e et les sous-caudales 
rouge vif. Joue, région pai'olique et côté du cou blancs, une ligne noire du 
bec à une autre transversale de la nuque vers la poitrine. Rém. noires tachées 
de blanc. 2 rect. médianes et l'ext. noires, cette dernière tachée de blanc, 
les autres blanches tachées de noir. — Q. Gomme le çf mais sans rouge à 
l'occipul. — J. Tout le dessus de la tête taché de rouge. Les sous-caudales 
d'un rouge moins vif que chez les adultes. 

Nidification semblable à celle des espèces précédentes. — Œufs ; 4 à 6, ([uel- 
quefois 7. Gd. : 25 à 28 ; Pd. : 18 à 20,5. Exception. Gd. : 23 ; Pd. : 17,5. 

Dans les bois, les bosquets, sédentaire et erratique, répandu dans presque 
toute la France. — Europe moyenne jusqu'aux Pyrénées, au N, de l'Italie, aux 
Balkans, à l'Asie mineure et au Caucase. 

S. E. D. m. parroti Hartert. Un peu plus grand que la S. E. précédente 
(A : 13,3 à 13,9; B : 3 à 3.35). Face inf. beaucoup plus foncée, chocolat clair. 
Bas-ventre et sous-caudales d'un rouge plus vif. — Corse. 

D. médius (L.) [Picus çaiius Lath.] ; Pic mar. L : 21 à 22,7; A : 12,3 à 

13 



10-i lAlNK Dl- Ht.VNCE. (iISI-Al \ 

|-_>.«.»; g : S.l h S.i : T : •_> ;i -JJ.) ; 15 : •_>.:) ;. -2.7.). l'.ec vi palle gris de plomb, 
iris rouge l)nin. Kéiii. prnn. : I"' à peine plus longue cpie les grandes sus- 
alaires ant., 3'', A*" et 5^' ^. — cf 9- ^^ce sup. noire avec le devant du front 
roussàtre, le reste du bonnet rouge, les scapulaires blanches. Face inf. 
blanche plus ou moins huée de roussàlre, avec le bas-ventre et les sous- 
cautlales rose-\il', les lianes rosés striés longil. de brun noir. Joue et côté 
(lu cou d'un blanc sale avec une ligne verticale. noire entre la poitrine et le 
côté du cou. Rém. noires tachées de blanc. — J . Seulement de teintes moins 
pures que les ad. 

Nidificalion connue celle de l'espèce précédente. — Œufs : 5 à 6, exception. 7. 
Gd : 20 à 26; Pd : 10 à 20. 

Sédentaire' ou })kis souvent erratique ou accidentel, en beaucoup de points en 
France. — Europe du S. de la Suède à la Méditerranée et au Caucase. 

D. leuconotus i15kcust.) ; Pic leuconole. L : -26 à 27 ; A : 14 à 14,8 ; Q : 
8,U à 9,8 ; T : 2,2 à 2,3 ; B : 3,0 à 3,9. Bec et patte gris de plomb, iris rouge 
brun. — (^ . Bonnet rouge, derrière du cou, haut du dos, sus-caudales 
noirs, bas du dos et croupion Idancs. Face inf. blanche avec les lianes roses 
striés longit. île noir, le bas-ventre et les sous-caudales rouge vif. Côté de 
la tète et du cou blancs avec une moustache noire rejoignant une ligne 
noire du dos vers le C(')té de la poitrine. .\ile noire tachée de blanc. 2 rect. 
médianes noires, les autres blanches tachées de noir, les ext. noires tachées 
de blanc. — Ç. Diffère surtout du q^ par son bonnet noir. — J . Ressemble 
au çf , mais à teintes bien moins pures et plus ternes. 

Nidification très semblable à celle de l'espèce précédente. — Œufs : 4 à 6 ; 
Gd : 26 à 30 ; Pd : 19 à21,b. 

Donné comme se trouvant dans le Jura, les Pyrénées, la Corse. — N., Centre et 
E. de l'Europe. 

D. minor (L.), S. E. B. m. hortorum (Breum) ; Pic épeichette. L : 14,5 
à IT),.") ; A : 8,7 à 9,3 ; Q : 5,4 à (),1 ; T : 1,35 à 1,5 ; B : 1,65 à 1,8. Bec et 
palte gris de plond), iris rouge. Rém. prim. : I"' à peu près égale aux grands 
sus-alaires ant., i'' et quelquefois 3" >. — cf. Front, sauf le devant qui est 
roussàtre et vertex rouges, reste de la face sup. noir, le dos avec des bandes 
blanches Iransvers. Face inf. blanc grisâtre ou roussàtre, striée longit. de 
iu)iràtre. Côté de la tête et du cou blancs, le premier lavé de roussàtre. L'ne 
moustache noire s'élalant sur le cou vers la nuque et la poitrine. Aile noire 
tachée de blanc. 2 rect. médianes et l'ext. noires, cette dernière tachée de 
blanc, les autres blanches tachées de noir. — Ç. Pas de rouge à la tète dont 
le front est blanchâtre. — J. Plumage plus terne et plus sale que celui 
de la 9. 

.Mdificntinn connue celle des au tics Dnjobates. — Œufs: ") à 0; Ad: 18 à 21 ; 
Pd : 14 à 1".,:;. Dans les bois, les bosquets, sédenlairi' ou ei-rati(pu\ dans luu^ 
grande partie de la l"'rauce. — Europe moyenne. 



1 aim; m: iiîanci;. — oisi-ai \ lUô 

S. K. D. m. buturlini IIahteut. De Uiille un peu |ilus l;iil)lc (jur la S. E. 
précédente (A : 8,2 à 8,8), de lace inl'. plus foncée, brunâtre et tachetée. Le noir 
des rect. Inlerméd. plus grand. PvréinW's el S.-E. de la France. — Italie, Balkans, 
Grèce. 



(i. PICOIDES l-A.M-p. ; Picoïde. 

Bec plus large que haut à la base, bien caréné, léger. coni[)rimé en avant, à 
sillon nasal très proche de la tomie. Tarse eniplumé dans le haut, nettement plus 
court que le bec. Aile obtuse. Rect. médianes fortement bifides à l'exti^émité. 

P.tridactylus(L.), S. E. P. t.alpinus Brehm; Picoïde tridactyle. L : 23 
à 27 ; A : 12,6 à 13,2 ; Q : 8,7 à 9,3 ; T : 2 à 2,3 ; B : 3,2 à 3,5. Bec gris 
noir à base blanchâtre, patte (1 p. 43) gris noir, iris bleuâtre. Rém. prim. : 
l"^" à peu près égale aux grandes sus-aiaires ant., 4*^. — cf. Face sup. 
noire barrée iransv. de blanc avec le vertex jaune vif. Face inf. blanche, les 
flancs et les sous-caudales rayés transvers, de noir. Côté de la tête et du 
cou blancs avec une ligne de l'œil à l'épaule et une nn^uslache noires. Aile 
noire tachée de blanc. Rect noires, les 3 exl. variées de noir et de blanc. 
— 9- Comme le çf , mais sans jaune au vertex. — J. Comme la 9^ nif>ii^ de 
teintes moins pures, plus ternes, le noir brunâtre. 

Nidificatioti semblable à celle des espèces précédentes. Œufs: 4 à Ti. Gd : 23,5 
à 28; Pd : 18 à 19,5. 

Dans les forêts de Conifères des Alpes et du Jura, descendant accident, l'hiver 
dans les plaines proches. — Alpes et Carpathes. 



G. JYNX L. ; TorcoL 

Bec acuniiné, déprimé à la base, narines demi-operculées et en partie cachées 
par les plumes du front. Tarse seulement un peu emplumé en avant, plus court 
que le bec. Aile courte, subobtuse, ne dépassant pas les sus-caudales. Queue à 
12 rect. l'ext. très courte, beaucoup plus que les sous-caudales. Sexes semblables. 

J. torquilla L. ; Torcol ordinaire. I. : 17 à 18,5 ; A : 8,6 à 9,2 ; Q : 6,4 à 
6,9; T: 1,9 à 2,1 ; B: 1,5 à 1,6. Bec (240) et patte brun de corne, iris 
rouge brun. — cf 9- Face sup. grisâtre ou brunâtre, striée de gris et de brun, 
avec des taches noires à la nuque et au dos. Face inf. blanche, lavée de 
roussâtre à la gorge et à la poitrine qui sont rayées transvers, de brun noir, 
le ventre avec des taches brunes en V, les sous-caudales rayées transv. de 
la même teinte. Une tache brune derrière l'œil el sur la joue. Aile un peu 
plus brune que le dos, les plumes rayées de roux, de brun, de noir. Rect. 
gris brunâtre, tachées de brun avec 6 raies transv. noires. — J . Plumage 
seulement plus terne. 



196 lAlNE DE llîANCH. OISEAUX 

Md «le ponssiiMv <!(> Lois, dans un lion ilaihic sonvcnl de IVuilifr piirlois 
larj^viiuMiL ouvrrl. ^^ Œtifs : 7 à 8 cl jns<inà 12. (i<l : 1«,) ii 22,5 ; IM : 1 t,:i à l(i,:; ; 
exception. 17,5 X ^^■ 

Dans les bosquets, les vergers, estival et de })assage, assez répandu dans 
pi'esque toute la France. — Europe depuis le 63" lat. \., en hiver en Africjue, 
Asie jusqu'au Japon. 

S. 1^. J. t. tSChusii Ki.EiNSCiiM. Difîère du type par une taille moindre 
(A : 8,2 à 8,5j et un plumag-e plus foncé. Corse. — Sardaigne, Italie, Dalmatie. 



0. GOGGYGIFORMES 
S. O. CUCULIENS 

F. CUCULIDAE 

Oiseaux île taille moyenne. Bec prol'ondéuienl l'en<lu, ])ius ou moins coniprimt'\ 
à tomies lisses, à narines basales nues ou o})eieuiées. Uoigt ext. rejeté en arrière 
mais versatile. Ongles bien arqués. Tarse plus court ou à peine plus long que le 
médian armé. Aile à 10 rém. prim. bien développées. Queue longue, arrondie ou 
étag'ée à 10 rect. Tour de l'œil plus ou moins dénudé. Sexes semblables, livrée 
du jeuiu> dillV'i'onte de celle des adultes. 

Pas de nid ni d'incubation ou bien nid sur un aritre. — UEufs variables, tache- 
tés ou non. 

Régime insectivore. Oiseaux non sociables, migrateurs, arboricoles. 



TABLEAUX DES ESPECES 

Aile de plus de 19 cent, de long. Tarse en partie eniplunié. Plu- 
mage plus ou moins tachelé ou rayé 2 

Aile de moins de 16 cent, de long., plus courte que la queue. Tarse 

presque entier, nu. Plumage non tacheté 

Coccijzn.s ainericanus (p. 198) 

Tète lisse. (17 p. iôj. .Aile plus longue que la queue et en recouvrant 
au moins les 2/3. Tarse emplumé sur au moins moitié, plus court 
que le dt)igt ant. ext. (241) Cuculus canorus (p. 197) 

Tète huppée (242). .Aile plus courte que la queue. Tarse emplumé 



FAl'NK DE FRANCE. 



l'.tT 



sur moins de moitié de sa loi 



plus loui; que le doij^l anl. e\l. 

. Chtnidtor iiidiulfiriiis p. !*KSi 



CUCULUS L. : Coucou. 



Bec plus large que haut à la base, à nar 
Aile longue, subobtuse. Queue étagée. Toui- 



ihaiTondies un peu 
il un peu (liMiuch''. 



iil.uiles. 



C. canorus L. ; Coucou gris. L : '.VI à 'M^,'^ ; A : 20,8 
T : '1 à •_>,! ; B : '2,5 à 2,8. Bec noirâtre à hase jaune \1 i 
tre (^241 1, ifis et tour de l'œil jaunes, lîéui. priui. : .'{'' >, 
jro^ 7". — (j*. Tète, cou, haut de la poitrine, et lace 
sup. gris cendré plus foncé sur le dos et les scapulaires, 
plus pâle devant. Ventre et sous-caudales blancs 
rayés trans vers, de noir. Rém. gris brun. Rect. noires 
avec de petites taches et le bout blanc. — 9- 1^^"*^ 
petite que le çf ^ plus ou moins nuancée et marquée 
de roux h la l'ace sup., au haut de la poitrine et aux 
sous-caudales. Parfois [Cuculus hepaticus Lath.], 
face sup. en entier roux brun striée transv. de brun 
noir, face inf. blai^châtre plus ou moins lavée de rous- 
sâtre particul. h la gorge, au devant du cou et au 
haut de la poitrine et rayée transvers, de brun noir. — 
J. Face sup., tète, cou et haut de la poitrine biun noir, 
les j)lumes bordées de blanchâtre et plus ou moius 
tachées de roux, avec une large tache blanche à Toc-- 
cipid. Face inf. blanchâlre, ravee transvers, de l}run 



23 



(,) : 18 ; 
palle j; 



l'.l 




FN.nn: 241. - 
lus crnioriis. 



(<Hcn- 
pnlle. 



.\t(Ufication nulle, distribue ses œufs pai' un, t-xeeplion. deux dans dei, nids de 
petits Passérifornies qui les incubent. — (Eufs : o .-i 7 d'un ovale variable et rela- 
liv. Ii'ès petits. (Id : 20 à 2r>,ri ; Pd : 15 à l'J. Coloration très variable. Blancs, 
l)lt'n;ilifs, verdâlres, gris, loussâtres, rosés, tachés et striés <le f;ris, de rousscà- 
Ire, de verdâtre, de brun, de noir, quelquefois bleu verdtâtre iunuacule. 

Dans les bois, les bosquets, estival et répandu dans pres(pie toute la Fiance. 
— Europe moins l'extrême N.; 'W. de l'Asie. 



niiii 



Dill'ère du type par sa f 



S. E. C. c kleinschmidti S( 

foncée, grise. — (^orse. 

Remarque : Pour plus de détails sur la rein-oduclion du Coucou, consulter enli 
autres : X. Raspail, liul/. S. Z. F. 1905. 



CLAMATOR Kup; Corryste. 



Bec aussi haut que large à la base, à narines ovalai 
obtuse. Queue étagée. Tour do l'œil bien dénudé. 



>s. Aile assez longue 



FAUNE DE FRANGE. 



C. glandariîis iL.) [Cuculus pisanus Gmel., C. melissophonus Vieill., 
C. algirits Malherbe]; Goccyste geai, Oxylophe geai. L : 41 à 42,5; A : 

19,5 à 21,8; Q : 21 à 24,8; T : 3 à 3,3; 
B : 2,8 à 3,1. Bec brun noir (242), 
patte gris foncé, iris brun jaunâtre, 
brun gris ou brun foncé. — cf 9- Des 
sus et coté de la tête gris cendré, strié 
longil. de noir, reste de la face sup. 
gris brun léger, verdâlre avec le bout 
des scapulaires et les sus-caudales lai. 
I)lancs. Face inf. blanc jaunâtre avec 
les flancs nuancés de gris. Aile gris 
brun, les plumes terminées de blanc. 
'*'*''• Rect. noirâtres, les médianes avec une 

petite tache blanche terminale, les 
autres très largement blanches dans la 
partie distale. — J. La huppe très courte, brun noir comme le reste de la 
face sup. La face inf. roussâtre. Plumes de l'aile terminées de roussâtre. 




242. 



Clamalor f/landaritis, 



Nidification nulle comme dans l'espèce précédente. — Œufs : pondus général, 
par deux dans un nid de Corvidae. Ovale variable. Gd : 28,5 à 35 ; Pd : 21,5 à 26. 
"Verdâtres tachés et ponctués de roux, de brun. 

De rencontre accidentelle dans le S. de la F'rance. — S. et S. W. de l'Europe, 
Afrique, W. de l'Asie, accident, dans l'Europe moyenne jusqu'en Angleterre. 



(i. COCCYZUS Vieill. ; Coulicou. 



Bec plus haut (pie lai-ge à la base, 
Aile subotjtuse, atteignaiil le milieu di 
très peu dénudé. 



narines ovalaires en partie of)erculées. 
a queue, celle-ci étagée. Tour de lœil 



C. araericanus (L.) ; Coulicou américain. L : 29,5 à 30 ; .A : 14,5 à 15 ; 
<J : 15,7; T : 2.7; B : 2,3. Bec brun à base jaunâtre, patte noire, iris rou- 
gcâtre. — cf 9- l'i^ce sup. gris olivâtre à légers reflets verdàtres et roussà- 
tres. Face inf. blanche lavée de gris au cou, à la poitrine et aux flancs. Aile 
et rect. médianes comme la face sup., rect. lai. noires à bout blanc. La 9 -i 
face sup. plus brune et sans reflets, à face inf. plus grise. — J . Teintes plus 
ternes et plus rembrunies. 



Nid en coupe, de petites branches cl do radicelles, (loul)lé d lieihes sèches cl 
de poils, sur un arbre. — Œufs ; 4 à 5. Bleu verdâtre. 

Quelques captures en France et en Bef^ique. — Amérique seplenir. el cen- 
Irale. Très accidentel dans lAV. de rEurojX'. 



O. C0RACIlFOKMi:S 
S. 0. C Y PS É LIENS 

V. GYPSELIDAE 

Oisfnux de (aille assr/. r;iii)lc. lire pclit, I ivs (lô|iiiiiic, I ii;in- nl;iirr, s;iiis j.oils 
;i la base, non écliancré vers lexlréuiité ({ui csl un peu c-ouvexe el (•(nirhi'e. Tarse 
très court. Doigts épais, courts, subég-aux, à ongles forts et courbés, tous (jualrc 
dirigés en avant. Aile très longvu' l't étroite, suraiguë ou aiguë et dépassant bien 
l'extrémité de la (pieue, à dix réai. [jrim. et sept ou huit second. L'humérus très 
rouit, la uuiin très longue. Queue plutôt courte, à dix rect. Tête large, aplatie. 
Sexes semblables, jeunes très peu dilTérenls des adulles. Ciymnopœdes. 

Nid rudinientaire îi maléii.iux agg-lutinés avec de la salive, dans un Irou de ro- 
cher ou de muraille. — Œuf.s : 2 à 4, elliptiques ou cylindri([ues, d'un blanc mal, 
immaculé. 

Régime exclusiv. insectivore. Oiseaux sociables, migrateurs, presque toujours 
au vol, ne pouvant s'envoler de terre. Cris stridents. 



TABLEAUX DES ESPECES 

Aile de plus de '21 cent, de long-. Grande partie de la l'ace inf. 

blanche Apu.s mclha (p. U>9) 

Aile de moins de 18 cent. 5 de long. Très peu de blanc à la face int". 2 
Aile aiguë, la 1™ rém. étant d'environ cent. 5 plus petite que la "i". 

Plumage très foncé, brun fuligineux presque noir. Apus apiis (p. "ittOi 
.Vile suraiguë, la r*" rém. étant aussi longue ou plus longue que la 

•l". Plumage gris-brun plus ou moins clair. Apus muiinus ip. '200) 



G. APUS Scop. ; Martinet. 

Bec fendu au moins jusqu'au dessous de l'œil, un peu comprimé en avant. 3" 
cl 4<' doigts à trois phalanges seulement. Queue bien échancrée. Cou court. Plu- 
mage non vraiment tacheté. Le petit, né nu, se couvre après quelc[ues jours et 
avant les plumes d'un épais duvet gris. 

A. melba L. ; Martinet alpin. Martinet ii venlrc blanc. L : -l'I à -24; A : 
21,.-) à 23 ; Q : 8,5 à 9,5 ; T : 1,1 à 1,5 ; 15 : 1 à 1,1. Bec noirâtre, patte bru- 
nâtre, iris châtain foncé. — cf 9- ^^^'''^ brun. a\cc la gorge, le devant du cou. 



200 iaim: m; i kance. — oiskaix 

Tépif^aslre et le venlre blancs. — ./. Coniine les adulles, mais les plumes 
bordées de blanchâtre ou de j^ris clair. 

Nid à peine excavé, de débris de plantes, de laine, solidement accolés par de la 
salive, dans un trou de rocher ou de muraille. — Œufs : 3 à 4, quelquefois 2 seu- 
lement. Gd : 28 à 34; Pd : 18 à 20,5. 

Dans les Alpes, le Jura, les Pyrénées, estival et en colonies. — S. de l'Europe, 
pourtour de la Méditerranée, Asie jusqu'au S. de l'Inde, accident, dans le Centre 
de l'Europe et jusqu'en Angleterre. 

A. apus iL.); Martinet noir. L : 17,5 à 19; A : 16 à 18; Q : 7,2 à 7,8; T : 
0,8 à O,!)."!) ; B : 0,7 à 0,8. Bec noirâtre (15 p. 45), patte (14 p. 45), brun noir, 
iris brun foncé. — cf 9- I^ntièr. noir fuligineux à légers reflets bronzés avec 
la gorge blanche. — /. De teinte moins foncée, plus brune, les plumes du 
front et des ailes bordées de grisâtre. 

.\id très semblable à celui de l'espèce précédente, mais de préférence dans un 
trou d'une construction, très rarement dans une fente de rocher. — Œufs ; 2 à 3 ; 
Gd : 22 à 27,5; Pd ; 14,5 à 17,5. 

Estival et très répandu dans toute la France. Venant tard, partant très tôt. — 
Europe du 70" latit. N., jusqu'à l'Oural et partie du S. de l'Europe, émigrant dans 
le S. de l'Afrique. 

A. murinus Brehm; S. K. A. m. illyricus Tcnusi ; Martinet murin. 
L : 1() à 18,5; A : 16,4 à 17,5 ; Q : 7 à 7,6 ; T : 0,8 à 0,9 ; B : 0.7 à 0,8. Bec 
et patte noirâtres, iris brun foncé. — cf 9- l^^l'èi". gi'is brun foncé avec la 
gorge blanche sur une étendue plus grande que A. apus (L.). Les plumes 
de la face inf. très linement liserées de blanchâtre. — ./. Plus clair que les 
adultes, les plumes plus larg-ement liserées. 

Nidification semblable à celle de l'espèce [)récédenle. — (Eufs : Gd : 23,5 à 
26,5; Pd : 16,5 à 17. 

Estival dans le S.-E. de \:\ France, donné connue y remonlant juscpi'à Lyon. — 
Espag-ne, llalie, Dalmnlie. 



S. 0. CAPRIMUUUENS 



F. GAPRIMULGIDAE 

Oiseaux de taille presque moyenne. Bec petit, très déprimé à la base, fendu 
jusqu'au delà de l'œil, à mandib. sup. un peu crochue et léger, échancrée vers 
l'extrémité. Tarse court, en grande pai-lie emplunié. Doigts aiil. léuiiis à l;i base 
par une membrane, les lat. suhégaux. Aile longue, aiguë, à l<) lém. prini. (Jiu'ue 



lAlNE DR FKANCl-:. — oISIAI .\ 201 

longue. T('li' large el aplalie avec l'd-il giaiid. IMuiiiagc mou cl sombre. Sexes 
|ieu (liiïérenls el jeunes ressemblant aux adultes. Plilopa-des. 

.Viil très rudimentaire, de quelques l'i-uilles el luM-bes sèches, à lenc. — (Ki/fs : 
2 à 3, elliptiques ou cylindriques, tachetés. 

Régime exclusiv. insectivore. Oiseaux non sociables, migrateuis, plus ou moins 
arboricoles et subterrestres, créi)usculaires. 



TABLEAU DES ESPECES 

1. Frcniière réin. ;i peu près égale à la '.i'^. Pas de collier derrière la 

lèLc. Une moustache blanche horizontale 

Capi ininlgus euiopicas (p. "201 1 

— Première rém. plus courte que la 4". Un large collier sur la nuque. 

se dirig-eant en avant sous le blanc du cou 

Caprimiilgus ruf/col/is (p. 202' 

G. CAPRIMULGUS L. ; Engoulevent. 

Bec à narines basales, tubuleuses, obliques. Médian arnu> plus long- ({ue le 
tarse. Queue subarrondie à 10 rect. Plumage sombre très varié. 

C. europaeus L. [Cap/i'/nu/gns s'idga ris Vieua..] ; Engoulevent d'l<]urope. 
L : 26,5 à 29; A : 19 à 20,2; Q : l.'i à li; T : 1,5 à 1,7; H : 1 à 1,.'}. Bec 
(38 p. 491 el iris noirâtre, patte (35 p. il) roussàtre. — cf. Face sup. d'un 
gris plus ou moins lavé de roux el de iirun, chiné, strié, IicIk' longii. de noi- 
râtre. Face inl'. roux grisâtre plus ou moins lavée de gris, surioul au cou et 
il la poitrine qui portent des taches blanchâtres e( rayée lrans\ers. de noi- 
râtre. Une moustache blanche plus ou moins forte allant \ers l'occiput. Kém. 
brunes tachées de roux el terminées de gris, les li prem. tachées de blanc au 
milieu des barbes inl. Sus-alaires comme la l'ace sup., mais en partie termi- 
nées de blanc roussàtre. Rect. comme la l'ace sup., les 2 ext. largement ter- 
minées de blanc. — Q. Ressemblant au çj^ , mais le plumage plus roux dans 
l'ensemble et sans blanc au bout des 2 recl. ext. — J. Plumage plus sombre 
el plus terne que celui des adultes, sans blanc à l'aile el à la queue. — P. 
Couvert de duvet gris jaunâtre, plus foncé el \arié de brunâtre à la face sup. 

Nid dans les bois, les bosquets, les landes broussailleuses. — Œufs : Gd : 27 à 
3(>,5 ; Pd : 20 à 24. Blanchâtres, à taches larges et éparses, grises, roussâtres, 
l)run foncé. 

Dans les bois, les endroits Ijroussailleux, estival dans presque toute la France. — 
Europe moins l'extrême N. jusqu'à la Méditerranée, émigré dans toute l'Afrique. 

S. E. c. e. meridionaliS Hartert. Plus petit que le type (A : 17.4 à 19), 
la face sup. à teintes plus vives ou plus claires. (lorse. — Pourtour de la Médi- 
terranée. 



202 FAINE Uli IKANCE. mSEAl X 

C. ruficollis Temm. [Cnprimulgus rufitorquatus X'ieill.] ; Engoulevent 
à cou roux. L : 29,5 à 31 ; A : 20,5 à 21,2 ; Q : 16 à 18 ; T : 1,8 à 1,9 ; B : 
1,2 à 1,4. Bec noirâtre, patte et iris brun. — cf 9- Face sup. gris clair avec 
un large collier nucal roux et des tfaits transvers, en zigzag roussâtres et 
des longit. noirâtres, les sus-caudales noires bordées de grisâtre et de rous- 
sâtre. Scapulaires de la teinte du dos, à taches noires et roussâtres. F'ace inf. 
jaunâtre i-ayée transvers, de noirâtre, avec au cou 2 larges bandes blanches 
où se fond le collier roux. Rém. brun noir, tachées de roux, les 3 prem. avec 
une tache blanche vers le milieu des barbes int. Rect. médianes grises et 
roussHlres ravées Ininsvers. de iioiiAlic. les autres brunes, les 2 ext. lai'ge- 
ment lerminces de blane. La 9 '^^'^''^' '<^' l»lanc de l'aile et des rect. ext. moins 
développé. — ./. Teintes plus sondires et plus ternes. — P. Couvert de duvet 
brun jaunâtre clair. 

Mdifinalion resserahlant becTnc()ii]i à celle de Tespèce précédente. — Œufs : (id : 
28,5 à 34; Pd : 21 à 24,5. 

Accidcnlcl dans le S. (]v la Frniicc. — S. W. de 1 Europe, X.W. de rAlVi.pie, 
eu hivei' dniis le S;dinr;i, accidcid. iiisi|u'cn Anj;leteri'e. 



S. 0. MEROPIENS 



F. MEROPIDAE 

Oiseaux de faible taille. Bec fendu jusqu'à l'œil, caréné en dessus, narines plus 
ou moins couvertes de plumes sétiformes. Tarse très court, guère plus de moitié 
du médian armé, finement réticulé en arrière. Bas de la jambe nu. Doigt médian 
soudé jusqu'à la 2"= articul. avec Text., jusqu'à la l'*" avec Tint. Aile longue, assez 
étroite. Plumage de couleurs vives. Sexes peu différents. 

Nid nul, ponte dans un trou d'une falaise de terre ou de sable. — Œufs : 5 à 7, 
quasi sphériques, blancs sans taches. 

Régime exclusiv. insectivore. Oiseaux sociables, migrateurs et erratiques, 
volant beaucouj). 

TABLEAU DES ESPÈCES 

1. Rect. médianes ne dépassant les autres que de quelques cent. i243i. 

La plus grande partie de la face sup. marron et roux jaune. 

Merops apiaster ! p. 203 i 

— Rect. médianes dépassant les autres d'au moins 5 cent. j244i. La 

plus grande partie de la face sup. verte. Merops persicus (p. 203; 



lAUNK UH KKANCK. OISEAIX 



•203 



G. MEROPS !.. ; (liièpier. 



lî(M- h 



([lie la sup. Aile aigiu'-. Oueiu' à 12 rccl. 



M. apiaster L. : (niépier viil<;i 
n li.:2; T : I à 1,2Ô; H : :{,:5 ;. 
(^9. Froiil hlauchâlre lavé 
ric bleu \cv[, reste de la léle 
et liant (lu fins brun marron, 
lîas (lu dos, soa])ulaires et 
(•n>u|)i(>ii jaiuie roux, sus-cau- 
(Iales\ertes. (ior^e jaune d'or 
horib'e de noir, reste de la l'ace 
inf. bleu vert plus foncé à la 
poitrine. Vn large trait noir du 
bec sur Toul et la région paro- 
titpie. La plupart des réui. 
\ ert bleu à bout noir, les dei- 
uières second, et les sus- 
alaires brun roux avec le dos- 
sier de l'aile vert olivâtre. 
Rect. vert olivâtre. Les teintes 
de la 9 moins pures et les rect, 
médianes moins prolong'ées. 
— J . Marron de la face sup. 
nuancé d'olivâtre, gorge moins 
jaune et sans bordure noire. 
llecl. médianes non prolon- 



•l{\rlly 'MK-1\ A : ILI â I. 



:î,(). Bec iK 



)rune, iri 



,<>: U : Il 
•ouye. — 




Figures 243 et 244.— 243, 
Merops apiaster, queue ; 
244, Merops penicus, 
queue. 



Nid nul, les œufs pondus à même le sol dans le fond d'une gak 
l)rofon(le. — Œufs : Cnl : 24 à 27, o ; Pd : 20 à 23. 

Estival dans le S. de la France, renionlaiil parfois vers le X. A 



io horizontale 



■hé accideni. 



près d'Abbeville. — S. de l'Europe, 
Afrique, partie de FAsie. 



mtant accident, jusqu'en Scandinavie. 



M. persicus Pall. [Memps œgijptius r)o\N.. M. ruficollis \'ieill., M. sfn>i- 
iiiiyi .\ldolinJ ; Guêpier de Perse. L : '27,8 à 29 ; A : 14,2 à Hi ; Q : 14,5 
à 16,5; T : 1,2; B : 3,6 à 4. Bec noir, patte couleur chair, iris rouge. — 
ç^ 9- Pi'oi^l blanc luxé de vert bleu, reste de la face sup. vert olivàti-e. Gorge 
jaune devant du cou marron vif, reste de la face inf. vert clair, léger, lavé 
de roussâtre, avec les sous-caudales bleuâtres. Une baufle noire surmontant 
une ligne bleuâtre, du bec sur \\v'\\ à la région parotique. Aile comme le 



■204 



FAINE DE FRANCE. 



dos, avec le l)out des réin. brunâtre. <^)ueiie \ert bleuâtre. — J. Rect. 
médianes peu prolongées. Face sup. plus sombre, avec le bord des plumes 
clair, menton blanchâtre, maiTon du devant du cou sale et atténué, le reste 
de la face inf. plus clair. 

Nidification 1res semblal)le à celle de Fespèco précédenle. — (Eufs : Gd : 23 
à 26 ; Pd : 19 à 22. 

Signalé comme capturé très accident, dans le S. de la France. — Bords de la 
Caspienne, S. W. de l'Asie, Egypte, descendant fhiver dans lE. de lAfrique. 

Retnaviiuc : Tl se peut que les sujets cajjturés en France appartiennent ii la 
S. M. M. p. chrySOCerCUS Cab. et Heine, facilement reconnaissable ii la bini 
plus f,nand(' ]oii;.^ucur relative des rect. médianes et dans l'habitat est le S. de 
l'Algérie et de la Tunisie. 



S. O. UPUPIENS 



F. UPUPIDAE 

Bec flexible, à i)ase trigonc et plus haute <pie large, profondément fendu, à 
narines basâtes, de long, presque triple de celle du tarse. Celui-ci scutellé devant, 
réticulé derrière. Doigts lat. à peu près égaux, le médian soudé à l'ext. à la base. 
Ongle du pouce le plus jj-rand et le moins arqué. Aile obtuse à 10 rém. prim., la 
première courte. Oueue carri'-e ii 10 rect. Oiseaux de taille assez faible. Sexes 
semblables ; jeune peu ditTérent des adultes. 

Nid grossier de mousse et d'herbes sèches, dans un trou d'arbre, i)lus rarement 
lie rocher ou de mur. — Œufs : oblongs, de i- à (1, normal, sans taches. 
Régime insectivore. Oiseaux non sociables, migrateurs. 
Voix monotone, non variée. 



G. UPUPA L. : Huppn. 

Bec mince, fendu jusqu'à l'œil. Tarse un peu plus court que le médian aruu'. 
Aile couvrant environ 2/3 de la queue. Liviéi' mtdangée de roux, de noir et de 
blanc. 

U. epops L. ; Huppe vulgaire. L : '28 à .'il ; A : 14,5 à 15,5 ; Q : 10 à 11,5; 
T : 2 à 2,.'i; B : 5 à 6. Bec, patte et iris brun foncé. Rém. prim : 4'' >, 
l^e :iir 1/2 2*^. — cf 9- Hupps à plumcs rousses terminées de noir, les 
dernières blanchâtres dans la partie subterminale (41 p. 49). Reste de la 
lête, cou, haut du dos, poitrine et épigastre roux vineux, avec quelques 
taches allong-ées aux flancs. Bas du dos varié de noir. Croupion et région 



iaim: of 1 ranci:. — nisKvrx 205 

;inale blancs. .Vile noire barrée de blane, le.s scapnlaires de ronssàtre. (^)iicue 
noire barrée an niilien dune lij^ne blanche conrbe. La Ç lé^èr. [)lus petite 
el à teintes un peu moins pures. — ,/. r.ee moins lon^- et anpié, huppe plus 
courte, le plumage nuancé de gris, le \entre et les tlaucs tachetés longit. de 
brun. 

Nid dégageant après l'éclosion des petits une odeur fétide. — Œufs : Gd : '2'.\ 
à 29 ; Pd : 16,5 à 19,5. Blanchâtres, grisâtres ou léger, verdâtres. 

Dans les bosquets, les vergers, les prairies, estivale et de passage, dans presque 
toute la France, — Europe depuis la Scandinavie, Asie jusqu'au .lapon, N. de 
l'Afrique. 



S. 0. UALCYONIENS 



F. ALCEDINIDAE 

Bec robuste, caréné au dessus, profondément fendu, à narines basales en partie 
couvertes d'une membrane cmplumée. Tarse guère plus de moitié du médian 
armé, iieu nettement écailleux. Médian soudé à l'externe jusqu'à la 2'' articula- 
tion. Pouce petit. Bas de la jambe un peu dénudé. Aile plutôt courte el arrondie. 
Queue courte, arrondie. Corps ramassé. Oiseaux de t'ail)le taille. Sexes presque 
identiques, jeune peu différent. 

Nid grossier dans une cavité. — Œufs : assez nombreux, pres([ue arrondis, 
blanc lustré, sans taches. 

Régime surtout piscivore, un peu insectivore. Oiseaux non sociables, séden- 
taires ou erratiques, subaquatiques. 



G. ALGEDO L. ; Martin-pèrheuv. 

Bec depuis la commissure environ 5 fois plus long que le tarse. Aile subaiguë 
à 1"''= rém. bien développée. Plumes occipitales un peu allongées. Plumage bril- 
lament coloré. 

A. ispida L. ; xMartin-pêcheur vulgaire. L ; 17 à 18; A : 7,6 à 8,1 ; Q : 
3,8 à 4; T : 1 ; B : 4,3 à 4,7. Bec brun noir à base rougeâtre (125 p. 61), 
patte rouge (21 p. 45), iris brun. Rém. prini. : 2*' et S*" ^, l*"** =4'^. — ç^ 9- 
Bonnet, nuque et moustache bleus rayés transv. de noir, reste de la face 
sup. d'un beau bleu d'azur à reflets. Gorge blanc roussâlre, le reste de la 
l'ace inf. roux lavé de brun à la poitrine. Lorum x'oux, noir en bas, joue 
rousse, côté du cou blanc. Aile bleu vert, les rém. en partie noirâtres et 
brunâtres, les sus-alaires mouchetées de bleu clair. Rect. bleues. La 9 i^"* 



•i(>6 lAlNE 1)K IKANCK. orSKALX 

peu plus petite, de teintes un peu plus sombres, le bleu de la l'ace sup. 
nuancé de verdàlre. — J . Bec plus court, toutes les teintes plus ternes. 

Nid grossier, de radicelles, d'iicrhcs sèches, de plumes, au bord de l'eau, 
pi-ofondément situé, dans une galerie horizontale dans la berge, quelquefois un 
Lrou d'arbre. — Œufs : de r^ jusqu'à 9. Gd : 21 à 24 ; Pd : 17 à 19. 

Sur le bord des eaux, de la mer comme des ruisseaux, sédentaire et erratique 
dans presque toute la France. — De la Suède au N. de l'Afrique et aux Canaries, 
Asie. 



S. 0. COHACIENS 



F. CORACIIDAE 

Oiseaux de taille moyenne. Bec robuste, profondément fendu, à narines basales 
en fente oblique, avec quelques poils à la base. Tarse plus court que le médian 
armé, scutellé devant. Aile assez longue, aiguë. Queue à 12 rect. Tête forte. 
Plumage brillamment coloré. Sexes peu différents, jeune différent des adultes. 

Nid grossier dans une cavité. — <Eufs : 4 à 6, subglobuleux et blanc pur. 
Régime surtout insectivore. Oiseaux plus ou moins sociables, migrateurs. 



G. CORACIAS L. ; RoUier. 

P>cc fendu jus(pie sous l'œil, un peu moiudi'C juscpi'à la commissure du double 
du tarse. Pouce ]ilus court que Tint. Aile à 1"' rém. longue, recouvrant au moins 
;{ ri de la (pieue. Celle-ci assez longue, subarrondie, à rect. ext. pointues et dépas- 
saul un peu les autres. Plumage en grande partie bleu. 

C. garrulus L. : RoUier vulgaire. L : ^0 à ;W ; A : 19,3 à -20,:) ; Q : i-i,.") à 
1 i ; T : •_>,! à !>,;{ ; B : 3,3 à 3,8. Bec (44 p. 49) noirâtre, patte (45 p. i9) 
brunâtre, iris brun. Réni. priui. : 2'>, 1"^' un peu plus petite. — d' 9- Tête, 
cou et l'ace inf. bleu vert clair avec des fines stries longit. blanchâtres au 
devant du cou et le reste de la face inf. plus clair. Dos et scapulaires roux 
brun. Croupion et dossier de l'aile bleu violet foncé. Rém. noir bleu et sus- 
alaires vert bleu. Rect. bleues, les médianes fortement lavées de grisâtre, 
les autres largement terminées de bleu pâle, la pointe des ext. noire. Les 
teintes de la Ç plus ternes. — J . Tête, cou, poitrine et ventre gris brunâtre 
plus ou moins nuancé de vert bleu. Dos brun gris. Rém. à bout grisâtre, 
sus-alaires lavées de roussâtre. Pas de tache noire terminale à la rect. ext. 



lAlNIv ni-; lUANCE. 



207 



Nid de paillr, radircllrs, i)liinics cl crins, d.-ms un Liou d'ail)!'!', de luuiaillc, de 
falaise. — Œufs : Gd : 32 à 40 ; Pd : 2:i,o à 31, :i. 

Dans les endroits garnis d'arbres, estival mais surtout de passage, dans le S. 
et parfois le Centre de la France, accident, dans le N. — P:urope depuis le 60" 
latit. N. Asie W. et Centre, N. de rArri(iue. 



O. STRIGI FORMES 



F. TYTIDAE 

Bec notablement plus long- que la moitié de la tête, à mandib. inf. profondé- 
ment festonnée et à narines elliptiques au bord ant. de la cire ; tarse mesurant 
près de 2 fois le médian nu. Aile aiguë dépassant l'extrémité de la queue. 
Celle-ci courte, carrée ou léger, échancrée, de 12 rect. Disques faciaux triangu- 
laires, à revers nasal long, haut, épais. Sternum attaché à la fourchette et avec 
de chaque côté du bord post. une simple échancrure peu profonde. Oiseaux de 
taille moyenne. Sexes semblables et jeune peu différent des adultes. 

iVid nul. Œufs : pondus dans une cavité, courtement elliptiques, en moyenne de 
4 à 6, mais plus nombreux les années d'abondance, d'un blanc mat et finement 
granuleux. 

Régime Carnivore et un peu insectivore. Oiseaux non sociables, sédentaires 
et erratiques, nocturnes. 

Voix désagréable et lugubre. 



G. TYTO BiLLBERG ; Effraye. 

Bec un peu plus court que le médian nu. Tarse couvert de plumes, courtes 
surtout en bas. Bém. non échancrées, la prem. seulement dentelée au l)()rd exl. 
Opercule de l'oreille dépassant l'œil en flessus. Livrée claire. 

T. alba (L.) [Slri.v flammeo aucl., Flaininea viilga/is Foirnel]; ElFraye 
commune. E : 82 à 38 ; A : 27,5 à 29 ; Q : 12 à 13,5 ; T : 5,5 à 5,9; B : 2,5 
à 3. Bec jaunâtre (32 p. 47), plumes du tarse blanches, doigts lirunâtres à 
ongles noirs (33 p. 47), iris brun foncé. — cf 9- Face sup. d'un jaune rouille 
variable, plus ou moins marqué de gris cendré et de blanchâtre, le bout 
des plumes noir avec une petite tache gutlniée blanche. Face inl". blanc pur 
satiné, parfois un peu lavé de roussàtre à la poitrine et aux lianes, sans 
taches ou général, avec plus ou moins de petites taches arrondies brunes à la 
poitrine et aux flancs. Loruni roux de rouille. Aile de la teinte du this avec 
des bandes transv. grises. Rect. d'un roux plus ou moins clair avec 4 ou 5 



■208 lAI Nli DE IKANCi:. oISKAl V 

Ijaiules tiMiisw ol le bdiil j^ris cciulré. — /. Très seinhlal)lc' ;m\ adultes. — 
/\ Cire et pattes jaiiues. (^ouvert de duvet hlaue. 

.V/>/ iires(|uc loujdui-s dans une conshuclioii. - (Kufs : (id : :{8 à 41 ; IM : 'M à 
32. Surtout dans le voisinage des constructions où elle se cache la journée. 

Sédentaire et erratique dans presque toute la France, surtout dans le S. et 
rW. — S. de l'Europe et pourtour de la Méditerranée. S. de l'Angleterre. 

S. \\. T. a. gilttata (Brf.hm i. Nettement plus foncée dans l'ensemble que 
la pn'ci'deule. La face sup. avec souvent plus de gris. L'inf. d'un roux jaune plus 
ou nioins (dair et taché de points noii'àtres, les lorums brun marron. Dans les 
uièiiics conditions (pie la précédente, dans presque toute la France, surtout dans 
le \. et l'E. — Europe centrale de})uis la Suède jusipi'aux Alpes, l'Aulriche-Ilou- 
grie, en hiver jusqu't'u Roumanie. 

S. E. T. a. ernesti (Kleinsch.I. Dans l'ensemble encore plus claire que le 
type, la face inf. d'un blanc satiné pur. La queue à teintes très atténuées, presque 
blanche. — Corse, Sardaigne. 

Remarque : Beaucoup de sujets français de cette espèce sont, comme il fallait s'y 
attendre, intei'uiédiaires entre T. a. alba et T. a. guttata. 



F. STRIGIDAE 

Bec variable, plus ou moins ramassé et à maudit), inf. échancrée, avec les nari- 
nes ovales sur ou contre le bord ant. de la cire. Patte, aile et queue variables, 
cette dernière à 12 rect. Collerette et oreille plus ou moins développées, tête 
garnie ou non d'aigrette de chaque coté du front. Slernum sans contact avec l'angle 
de la fourchette, avec 2 échancrures assez profondes de chaque côté du bord post. 
Oiseaux de taille très variable. Sexes général, semblables, mais la Q le plus sou- 
vent plus grande, jeune dilTérant peu des adultes. 

Nid nul ou rudimentaire, œufs pondus le plus souvent dans une cavité, parfois sur 
un arbre dans l'ancien nid d'un Oiseau de grande taille ou à terre. — Œufs courts, 
souvent quasi-sphériques, en moyenne de 3 à G mais plus nombreux les années 
d'abondance, blancs ou blanchâtres, mats et sans taches. 

Régime Carnivore, exclusif chez les grandes espèces, d'autant plus insectivore 
que l'espèce est plus petite. Oiseaux peu ou pas sociables, sédentaires, migrateurs 
ou erratiques. 

Voix le plus souvent désagréable et lugubre. 



TABLEAUX DES ESPECES 

1. Aile d'au moins iO cent, de long., subobtuse, n'atteignant pas 

l'exlréniité de la queue. Doigts bien emplumés 2 

— Aile comprise entre 20 et 35 cent, de long. Doigts ])ien emplumés. 

. Tai-se au plus égal au médian armé 3 



lîANCi;. — (iisi;\r\ 



•i(»U 




FiGiiiKs 245 à 248. — 24;;, Buho bubo, lôle; 240, àkIo uIii^, ivW \ 2f7, id., nioiilc; 
248, Strix a/iiro, oreilles. 



— .Aile de moins de '20 cent, de loii^. l)()i,i;ls plus ou iikuus enipluniés. 

Bec plus court que le inédiaii nu. (Jueue plus ou moins arrondie . / 
V. .\u dessus de chaque <eil, une ;ui;relle IVontale bien dé\eloppée 
(245). Tarse au moins éLjal au médian armé, i'ond du plumage 

rou\ Buho buho i p. ^i I .") , 

I — Tèle lisse, sans aii^relles IVonlales, Tarse plu.s court ([ue le médian 

armé. Fond du [duma^^e blanc Ai/clrti nuclea i[). 214) 

3. .Au dessus de chaque œil, une aif^rette frontale plus ou nH)ins 

développée (26 p. 47, 246 . Conque auriculaire très grande, occu- 
pant la hauteur de la tête (247). -Vile aij^uëon subaiguë, atteignant 
au moins rextrémité de la queue qui est arrondie [(i. A.sin\. . . ^ 

— Tète lisse, sans aigrettes frontales. Conc(ue auriculaire Aariable 

mais n'occupant jamais la hauteur de la tète. Aile plus ou moins 
obtuse, n'atteignant ])as l'extrémité de la ([uene (pii est jdiis ou 
moins étagée 

4. -Aigrettes frontales bien déxeloppées (246'. I>ec égal au pouce armé. 

1'" rém. z= 4''. (Jueue à 8 ou 10 br.ndes lraus\ . î-'ace iid'. lacdiée 
longit et transv Asio o/n.s u. -IKSi 



•210 



iaim: m. fhance. — oiseaix 



2^9 








25 O 




255 



FiGi REs 249 à 255. — 249, Otus snop^, tète; 250, id., patte; 251, Athene noctua, 
tête; 252, Aegolius te/igmalmi, oreilles; 253, Glaucidiiim passcriman, patte; 
2^)^, Athene norfua, \yA{U'; 255, id., 2^ rém. 



— Aifj'i'etles frontales petites (26 p. i"/ ). Bec plus loiii;- que le pouce 

armé. T" réni. = W'' . Queue avec 5 ou 6 !)andes Iransv. F'ace inf. 

tachée seulement lon^il Asio /lammeus (p.'IH)) 

5. Ouxcrlure r.uriculaire, liraade, operculée (248). Tarse égal au mé- 
dian armé. .\ile surohtuse couvrant les 4 5 de la queue. Celle-ci 
subétai;ée, non terminée de blanc Strix aluco (p. 21.'}i 

— Ouverture auricnilaire, petite, i\\\ diamètre de Id'il, sans opercule. 

Tarse plus court que le médian armé. Aile suhobtuse cou\ranl au 
plus les 2, .'{(le la fjueue. Celle ci étaj^ée, terminée de blanc 

Sui-nin ulula (p. '2111 i 

G. -Au dessus de (dia(|ue o'il, une aigrette frontale bien développée 
249). Doigts nus, à pelotes sous articulaires bien développées 
250 . Ouverture aui'i( idaire très petite, non operculée. 
Oins scops ip. 21.')) 

— Tête lisse (251 i, sans aigrettes frontales. Doigts toujours plus ou 

moins garnis de plumes ou de j)oils. Aile subobluse n'atteignant 

pas l'exlréunté de la queue 7 

7. Ouvertures auriculaires très grandes, operculées, très asymétriques 



lAiM- m; I iiANt.i:. «nsi ai v 211 

(252\ Tarse un peu |)lus eourl [[ue le mrdiaii iiniié, loi-lenieuL 
eniplunié ainsi (|ue les doigts 24 |). i.") . Aile coin raiil plus des 
3/4 de la queue J-^ji^alius Icni^nnilmi \\).-l\\) 

— Ouvertures auricidaires petites, udu operculées. Doigts uiovenne- 

nienl ou laihleuienl couverts de plumes ou de poils S 

S. Tarse plus court que le médian armé, bien rmplumi' ainsi tpie les 
doigts (253). Aile de moins de I I cent, de long.. cou\ i-inl environ 
moitié de la queue Glaiiiidiuni passeiinum \\).'l\'l 

— Tarse plus long que le médian armé, garni de |)lumes courtes, les 

doigts seulement couverts de poils épars ^ 254 . Aile de plus de !."> 
cent, de long., couvrant au moins les '1 !{ tie la cpieue, avec les 
rém. '2 à i bien échancrées au bord exl. 255 . Atlirnr noclita p. 212 



G. iîGOLlUS Ka. |. : .Xi/ria/e. 

Bec assez haut et coiiii)riiiH'', plus coinl (pic la nioilii' de la létc. (Jiieue assez 
longue et arromlie. Dis(pu's tm-iaux j^iands, airondis, ii revers n'imis sur le devaiil 
du front. Taille faible. 

JE. tengraaimi (Gmel.); Nyctale tengmalm. L : 23 à 27: A : If) à 18; 
Q : 10 à 11 ; T : 2,2 à 2,4; B : 1,6,") à 1,7,). Bec jaune à base brunâtre, patte 
blanche ou léger, roussâtre, à ongles noirs 24 p. i.)), iris jaune, lîém. 
prim. : 3" >, f := 8", 2'' eL 3* un peu échancrées au bord exl. — cf 9- ''''f^ 
sup. gris brun roussâtre tachée de blanc, les taches assez petites et serrées 
vers le front, plus larges et plus espacées dans le reste. Disques faciaux 
blancs ou blanchâtres, lavés de gris.àtre au bord ext. et tachés de noir autour 
de IVeil et au lorum. Face inf. blanchâtre, largement tachée de gris brun ou 
de brun roussâtre clair, surtout transvers, à la poitrine, longit. au ventre. 
.Aile et queue comme le dos, les grandes rém. marquées trans\-. de blanc, 
les recl. avec 4 ou .") étroites bandes trans\-. blanches. La 9 i"' pt^n jj'n^ 
grande et tachée à la face sup. — /. Fond du plumage plus sombre et plus 
roux, le blanc lavé de roussâtre. — P. (Icunerl de duxet blanc, ensuite 
brun fuligineux. 

Md dans un trou d'arbre. - Œufs : 4 à 7. (ul : ^^■2,:\ à :W,S> : Pd : 2't à -JS,.'".. I*.lanc 
mat léger, granuleux. 

Sédentaire et erralicjue, dans les forêts, surloul de (lonifèies, des \'osges, des 
Alpes, des Pyrénées, accident, dans beaucoup de poinls de l'rance. — l^e la limite 
des forêts du N. de l'Europe aux Pyrénées, aux Aliies, ;»ux Garpathes, ,-> la (Cas- 
pienne ; Sil)érie ; X. de l'Anu'rifpie. 



G. ATHENE Boie ; Checèche. 
Bec assez haut et éi)ais, bien convexe ,-i la base, au |)Jus ('-ga! à uioilié de le 



21"2 !aim: di: i li anc.i:. — <!isrAi \ 

U'Ic. l)is(|uc's r.iciiMix !('l;i(i\ . pclils, o\ ;i!('s, tijinsv., à i('\ors disjoinls sur le (l('\anl 
<lu IVoMl. Tnillc rnihlc. 

A. uoclua iSc.oi'.i \i\()c/nri miiior Ijiîisson, Siri.r pds.seriiia (i.Mi;i.. : Che- 
vêche coiiiimiiie. L : l>-> .'i 2},,") ; A ; 15,-J ;! U)'i ; (J : 7..') à .S,,") ; T : .'{,1 \\ :i..j ; 
15 : "J. lîee i-iiiiiàlre à l);i.<e l)niiio 1251), phiines rlii larse hlauehàlres, des 
(h)i:^(s l)hiiu' loussàli'e, oiij^les bruns ! 254 , iris jaune elair. llém. prini. : ."i" 
et \'' ^, 1"' ^= (')''. — cf $• l'iice Slip. Inani cendré plus ou nnuns l'oussàlre, 
lachelée de hhinc ou de Ijlanchàlre, le ])unnet réf^ulièr., la nuque plus lai'i^e- 
nieid, le resle tie la face sup. j)lus ou ninins densénienl. Disques l'aciaux 
\ariés de i;ris hi'un cl de hlanc. In demi-collier brun sous le menton, accom- 
pagné d'une l)ande lilanche sur la i^or^e el le (le\anl du cou. Reste de la 
face inf. hlanc ou blanchâtre taché lonj^it. de l>run sauf les sous-caudales, 
llém. l)ru!ies a\ec des lari^es taches tr,ins\. rfiussàtres, sns-alaires l'oinme le 
dos. (Jneue brun roux axec '1 à (> bandes transw rousses. La Ç un peu plus 
i^rande, avec les teintes moins \i\es, les collii-rs atténués. — J . llessendjlant 
l)eaucoup à la 9- — i^ ■ Gou\ei-l d'un du\et blanc passant ensuite au L;ris. 

Nid dans un trou d'arbre, de nuu', de loehei', un teri'ier de lapin, etc. — Oivfs : 
4 à G, cjuelquefois 7, d'un ovale très court. Gd : 32,5 à 37 : Pd : 211 à 31. 

Sédentaire et un peu migratrice, plus ou moins répandue (huis iires(|uc' toute 
la l'rance. — Europe continentale jusqu'à la Méditerranée. 

S. ]•:. A. n. sarda Ivî.riNscu.. Ue taille en géuéral un peu plus iaible et do 
teintes |)lus claires que le type, avec les scapuiaires plus ou iiioiiis lineuienl 
tachées transv. — Clorse? Sardaif^ne. 

[iS. E. A. n. griaiZATl Sav.!. Souvent de tailie un peu moindre ipie le type (A : 
la à 16, i>). Face sup. ])lus jiâle el d'un luuu plus roux, l'ace inf. d'un blanc plus 
pur, avec les lâches lon^^il. pbis rousses. Aurai! élc- rencontrée accident, dans 
le S. W. de la FiaLice iL.vcuorx, iS73-7ô). — S. de l'Europe? X. de i'Alri(pic. l ; 



(1. GLAUCIDIUM lîoii:; Chevécheile. 

l'.cc haut, courbé dés la base, ncUcuicul j)lus coui-l que la nioilii' de la télé. 
l)is(pacs faciaux peu accusés, à revers dis joiii Is au b-ont. Taille pelile. 

G. passerinum 'i..i \Sli-i.v [lusilld \)\\\n\ ; CJu'Néchelle naine. 1, : l."),.") 
à 17,5; A : *»,<'» à K», 7 ; Q : (> à (•),7 : T : I ,(> à I ,S ; W : ],.") à 1,(1. 15ec jaunâ- 
tre à base brunàirc, patte à plumes blancdies xariées de :;risàtre el de bru- 
nati'c 253 , oui^les i)run noir, iris jaune. l!ém. [)iim. ; W et 1''^. 1"' ,i;uère 
plus lon-ue (pie les rém. second, ant. — q" Ç. h'ace sup. brun cendré. l''ront 
a\ec de ])etib's ta'(dies blamdies bordées de n(Ui-, bas de la inupic a\('C des 

la(diées aussi de Idanihaire. I)i>(pies faciaux biains a\ec(Ie pcliles lâches 
blanciiâtres. ("n demi-collier blanc à la ,i^(u\i;e el s(uis les joues. Face inf. 



lAINt: \1E IHVNCF.. (iISlvVl'X 213 

hlaiirh;iti-e à laclu'-^ l)riiin's alloii-ées, les c.lrs de la poili'iiie ri h>s llaiics 
plus marqués di^ hriin el laclu's de rcnissàtre. lîrm. hi'iiiiL's à laclics hlanclià- 
Ircs DU roussàlres fonnanl sur l'aile pliée dcr< raies lfaus\-. Cuhilales cl sus- 
alaires lâchées de hlaiicdiai re. Queue bruu roussàlre avec j ou (> raies lraiis\-. 
blanches, les médianes Ixu'dées de noir. La 9 i'" |"^'i' I>'i'^ jurande et |)kis 
tachetée. — J. Face sup. hrnn j)lus sond)re, lace inf. plus jaunâtre, les C()lés 
de la poitrine el les llani's plus foncés. — P. Cou\erl de (lu\cl hianc. 

yid dans im trou d"arl)re. Œufs : i à 8. (M : 27 à Hl ; Vd : ii à 2kI\. 
Dans les bois ot les foréls des Alpes, du Jura, des Vos^ies. — N. el Centre de 
l'Enrope; N. do l'Asie. 

(i. SURNIA DiM. ; Siirnie. 

Uec liaul, courbé dès la l)ase, au moins égal à la moitié de la. lèle, iielleiiienl 
plus loiii;' (pie le médian nu. r)is((nes faciaux peu aceust's. Taille moyenne. 

S. ulula L.) : Surnie caparococh. L : 88 à 4-2 ; A : -l'-H h -Ji.S; Q : 16,7 à 
18.."); T : 3; B : '2.2 à 2,5, Bec jaunâtre à base brunâtre, patte recouverte 
d'un duvet blanc, iris jaune. Rém. prini. : ',\'' >, I"' < 5-. — cf 9- ^'^'^^^ 
sup. brun gris avec des taches blanches, petites à la iéte, longues, transv. 
et rapprochées au haut du dos. Une tache brun noir de V<v'i\ au derrière de 
la joue, une autre en travers du haut de la poitrine. Reste de la l'ace inl'. 
blancbâlre ou roussàlre rayé transv. de brun. Aile de la teinte du dos, bien 
tachée de blanc, surtout les scajDulaires. Queue brun gris terminée de blanc 
avec ({uelqucs étroites bandes transv. blanches. La 9 ^^^ teintes un peu plus 
sombres. — J. l'ace sup. ;i fond plus foncé, face inf. plus largement rayée de 
brun, l'ensemble plus foncé que les adultes. — P. (Couvert de duvet Idanc. 

Nid dans un hou d'arbre. — Œi/fs : 3 à G, ((uekpiel'ois plus. Gd 30 à 44 ; Pd : 
31 à 34,;i. 

Accident, dans le X. el l'iv de la France et <n\ F>elgi([U(\ — X. de l'Europe et 
de l'Asie, rare dans le Centre de l'Europe. 



(i. STRIX L. Chnnelte. 

15ec assez haut et coniprinu', couilx' dès la base, parfois do plus de la nioilic- 
de la tète eu long., égal an médian mi. Discpies faciiuix i;rands, londs. bien 
accusés. Taille assez grande. 

S. aluco L. : Chonelte luilolle, Ilulolie chal-huaiil. L : .'ill â i.'i : A: 2:^ 
l\ ;{0.i : Q : 17 à 18; T ; 4,:{ à 4,7 ; 15: 2,7 l\ 2,'.». Bec jaunâtre, pâlie garnie 
de plumes l)lan(diâtres el tachées de biaiu, iris bruu lui brun noir. Bém. 
prim. ; i" el W\ —, I'" = {]". — cT 9- l''''"'d brunâtre, face su|). grisâtre 
variée de taches longit.. de jictils zigzags lran^\•. bruns el de peliles mar- 



•21 A FAINE DK FRANCK. (JISEALX 

ques rousses et bUniehàtres. L'arrière de la collerette, le côté de la tète 
et des scapulaires avec des lâches blanches ovales, plus grandes sur ces 
dernières. Collerette grise ou brune. Disques faciaux blanchâtres ou gri- 
sâtres, avec des légères stries concentriques brunâtres. Face inf. blanche 
ou blanchâtre plus ou moins lavée de roussâtre à la poitrine et aux lianes 
et avec des taches allongées et dentelées brun foncé. Rém. chinées et rayées 
transA . de brun avec 5 à 8 bandes transv. I^a Ç un peu plus grosse et souvent 
plus rousse. — FoiDie rousse: J.e fond du plumage d'un roux plus ou 
moins \ if et marron. Ce plumage a longtemps passé pour la livrée normale 
de la Ç>. — J . De teintes moins pures et volontiers plus foncées que les 
adultes. — Couvert de duvet blanc, plus tard grisâtre (çf) ou roussâ- 
tre (9). 

Nid dans un trou d arbre, plus laremeul de rocher ou de iiiur;iillc, dans un 
vieux nid d'Ecureuil ou de gros Oiseau, parfois à terre dans une excavation. — 
Œufs : 3 à 6 subsphériques. Gd : 46,5 à 52; Pd : 34 à 41. 

Dans les bois i-t les bosquets, sédentaire ou erratic[ue. plus ou moins répandue 
dans toute la f'rance. — Europe presque entière. 

J{emai(/ue : Les individus de l'W. de la France, se rapprochent j)ar leur taille 
plus faible de ceux d'Angleterre [S. a. sylvatica Shaw). 



G. NYCTEA Steph. ; Harfang. 

Bec haut, courbé dès la base, à peu près égal à la moitié de la tête en long., 
nettement plus court que le médian nu. Aile couvrant plus des 3/4 de la 
queue. Grande taille. 

N, nyctea (L.i; Harfang des neiges. L : 54 à 68; A: 40 à 47,5; Q: '22 
à 2() ; T : 5 à (>; H: 2,7 à 2,9. Bec noir, patte à plumes blanches, iris orangé. 
Uém. prim. : ."{'' >. I"' = 5''. — cf 9- I^l'nniige blanc et sauf la face à 
taches transv. brun foncé, assez courtes à la face sup., plus étroites et 
longues à la l'aie inf., d'autant plus espacées et petites que le sujet est 
plus vieux. La 9 p'i^'^ grande. — /. Beaucoup plus tachés que les adultes. — 
P. couvert de duvet blanc. 

iViV/ de Riuyèrcs et de (pielques plumes, n terri' dans une petite excavation. — 
Œufs: 4 à (i et ius(pr;i 10, sid)spliéri(pu's. (id : :;i,a à tio ; Pd : 42 à 48, :i. IManc 
jaunâtre mat. 

Très accidcul. dans !.■ X. de la Fiance et eu Belgique. —X. de l'Europe, de 
l'Asie, de FAuiciiipie, accident, en hiver dans l'Europe moyenne. 



G. BUBO DuM. ; (irand-duc. 

Bec quasi droit à la l)ase, très crochu en avant, à narines grandes, nettement 
plus louj^ (pie la moilii' de la tète, mais plus court (pie le médian nu. Disques 



FAl>r DF, FRANCE. OISEATX 215 

faciaux iri'é^'uliers, |hmi ac<'ns('>s. ()iivcrlui'(^ aiificulaii-c iimmI iorrr, ()|k'I'Cu1c>c der- 
rière l'o-il. Aile couvraiil au [ilns les 34 de la ((iieiie. (Iiaiidc laille. 

B. bubo L. i [Ihibo cutopiVHs Lesson] ; (iraiid-diie ordinaire. I. : (»(l à (hS ; 
A: i;i à il); Q: '1\ h "iU ; T : >S,l à U; H : i à i,C). liée noir (245) p^lle à 
plumes roiissàlres lacdices de l)riiii, ii'is jaiiiie (iraiigc. Héiii. priiii. : W > 
5" > !'■'■ > (V\ — cf Ç. Aij^reltes uoiràlres bordées de roux, l-^iee siip. roux 
jaiinàlre pins clair à la lèle cl an cnn, verniiculce de hrnn avec de jurandes 
et longues taches noiràlres. Disques facianx i^ris ronssàlre, linemenl lacdielés 
de hrnn, les lorunis hlanchàlres à poils noirs, (ior^e et devant du cou phis 
on moins hlancs, reste de la l'ai'c inl'. rousse avec de lines ondulations transv. 
et de Ioniques taches lon^i^il. hrnn noir. Hém. et rcci . i-onsses ^■ermicldées et 
phis on moins hai-rées (Kun hrnn foncé. La Ç [ilus ;;rande que le çf et de 
teintes nu peu plus ternes. — J . Ressemblant en pins terne à la 9- — P- 
Cou\ert d'un dn\et blanc léi;èr. roussâtrc à la l'ace sup. 

iVid dans un trou de rocher, de mur ou d'arbre. — Œufs : i h 3 rarenieiil '.'), sub- 
sphériques. Gd ; 53,5 à 06 ; Pd : 40,5 à 52,5. 

Dans les grands bois des régions rocheuses, sédentaire ou erratique, assez peu 
répandu en France. — Du N. de l'Europe aux Pyrénées, à l'Italie et la Grèce. 



G. OTUS Perm. ; Scops. 

Bec assez comprimé, courbé dès la base, léger, plus long c[ue la moitié de la 
tête. Disque faciaux petits et incomplets. Taille faible. 

0. scops iL.,1 [Scops europxus Lesson] ; Scops d'Kurope, Scops petit-duc. 
L : 18 à -il ; A : 1 i, i à 1(3,2 ; Q : 6,7 à 7,5 ; T : 3 ; B : 1,8 à 1,9. Bec brun 
noir (249), plumes du tarse roussàtres à taches brunes, doigts bruns (250), 
iris jaune, ilém. prim. : 3" >, 2'' et i' un peu plus petites, 1"^' = 5''. — cf $• 
Face sup. d'un gris plus ou nuiins nuancé tle roussàtre et de blanchâtre, 
finement vermiculé et strié longit. de noirâtre, avec sur les scapulaires de 
larges taches allongées, blanchâtres ou roussàtres bordées de noirâtre. Dis- 
ques faciaux gris, le tour de l'ceil un peu roussàtre et le lorum blanc. Pace 
inf. comme la sup. nuiis plus pâle, plus blanchâti-e, les taches longit. plus 
larges, plus espacées, plus noires, les sous-caudales étant roussàtres, striées 
et barrées d'un brun roux. Rém. brunâtres, vermiculées et rayées transv. 
de brun, les 5 ou (i prem. tachées régulier, de blanchâtre aux barbes ext. 
Recl. gris roussàtre avec ordinairement 7 à 8 raies transA-. roussàtres bordées 
de noirâtre. La $ un peu plus grande que le çf et souvent un peu plus grise. 
— /. Un peu plus foncé et terne que les adultes. — P. Couvert d'un épais 
duvet itlanc. 

.V/<7 dans un trou darlue, rpielquefois dans un I rou de loclicr. — tKiifs: À à (», 
sphéri([ucs. Gd ; 29,5 à :H,5 ; IM : 20 â 29. 



216 iaim; i>f, i ua\<;i;. — (HsiiAix 

Eslival el de |.ass;ij^(\ dans les Ix.is cl les bosquets, sui'loul dans le S. de la 
Fraiiee. — CmiIic cl S. iU- IKuiopc, accidentel dans le \., W. de l'Asie, X. de 
l-AIVi-inc. 

S. l']. 0. s. tSChusii ScmiîBi'L. Plumag-e plus nettement lavé de jaune roux 
(]ue le type. j)ailieul. la ^orge. — Corse. 



(i. ASIO ScH^KKKii ; mfjou. 

Bec allonj^i', un peu droit à la base, plus long- ({ue la moitié de la tète, la cire 
plus longue que la partie cornc'c, à narines grandes et oblong-ues. Disques faciaux 
complets se rejoignant sur FumI. Collerette bien marquée. Taille moyenne. 

A. Otus L. ; Olus tilhicnllis \^\vm\, O. conimunis LrssoN : ; Hibou vul- 
gaire. Hibou nioyen-duc. L : .'}:) à Ti ; A : -JS à .'î!),.") ; Q : 1 i à 1. "),.") ; T : /i à 
i,.j ; 1) : 'J,.") à i.~^'^. l>ec brun (246', patte à phiincs rr)ux jaunâtre, iris jaune 
orange. Réni. prini. : 2" ou T et ',Y ^, 1''' = i'\ — cf 9- Aigrettes ])rua 
noir bordées de roux et de blanc. V'avq sup. roux jaunàti'e clair, la nuque 
en général plus claire, \eriniculée de gris, de brun et fortement striée lon- 
gil. de brun. Quelques taches ovales blanches ou blanc roussâtre aux scapu- 
laires et aux sus-alaires. Disques l'aciaux roussâlres nuancés de brunâtre, le 
loruni blanchâtre. (lorge blanche. Reste de la face inf. rousse ou roux jau- 
nâtre variée de blanc, tachée de brun et rayée transvers, de foncé sur le 
côté de la poitrine et le liane, les sous-caudales roussâlres avec une étroite 
strie médiane brune, llém. prim., surtout les ant., rousses et grises large- 
nient barrées de brun. Réni. secondaires barrées de brunâtre. Recl. gris 
roussâire avec 7 à S bandes transw bi-unâtres. La 9 »"" P<^"' p'"'^ grande. — 
./. Plus p:il(^ el plus moucheté cpie l'adidle. — P. (".ouvert rriin duvet blanc, 
se teinlaiil ensuite de i-,)u\ el se mirbrant de brun. 

yiil dans nn arbre creux, un Irou de mur, de roclier, un \ien\ nid d'r'.curcnil 
on de -ros OisiNui. , (Kiifs : \ â 7 assez arron.lis. {i<l : 3S â 'iW ; Pd : :î() à :!i-.:i. 

Dans les l)()is, les l.(.s(|nels. SiVlentaire el de passa-c, iV'pandu dans prcscpae 
loule la iM-ance. - l'inrope du (10" ial. X. an X. de l'Africpu' ; Asie jusqu'au Japon. 

A. flammeus I'ont. : llil)ou brachyole. Hibou des nuirais. L : ijîi à :}«) ; .\ : 
i>0 i> :i;{ ; g : I 5 â Ki ; T : i â \:1 ; P, : •_>,().•) à -J.T:). Hcc noir 26 p. i7 i, pal le 
à plumes roussâlres, iris jaune pâle. Réin. prim. : '!'' >, I"' ^ '.V . — (j* Ç ■ 
.Vigreltes brunes bordées de rc^ussâtre. Plumage roux jaunâtre presque blanc 
sur les sus-alaires et par place. Nuque à stries longil. brunes, (h^s, scapu- 
laires el sus-alaires à lâches I)runes. Disrpu^s faciaux l)lanchâlres ou gris 
roussâli-(^ a\ec lourde^ l^eil cl sti'ies en ('Nentail sur la joue noirâtres, huMim 
blaiu' a\ec des poils miirs. l''ace iuf. à stries brinu's plus larges (d serri'-es sui- 
le devant du cou r\ le liaul de la jx.ilrinc, plus é!roile> sur le \eidre et les 
lianes, les sous-iMiulalcs en général {Mucohu'e.-. Kern. prim. aiil. rousses, les 



lAlNK OK IKANCi:. ÔISI-AIX "217 

l)ail)L's iiil. liir^einenl barrées tie brun, les stM^oud. {)his ou moins l);irrées de 
brun. (Jueue avec 1 on 5 bandes Iransv. brunes. La 9 n" pi'n 1»'"^ grande 
que le çf , un peu plus pâle et moins r(Uisse. — ./. Hcsscudilant beaui'oup 
aux adultes. — /•*. Cou^•erl d'un du\el crème clair, ensuite brun foncé des- 
sus avec des taches et des raies transv. rouille, la l'ace in!', jaune roux. 

.Vid dans une petite excavation, à lei'i-e au milieu des hnbes, des roseaux, des 
bruyères, des céréales. — Œufs : i- à S et (jueltjuerois plus. (îd : X't à 44, :i ; l'd : 
•29,5 à 33. 

Surtout dans les roseaux et les lieri)es des marécaijcs, les (aillis, les landes, 
pail'ois t'slixal ou errati(pu>, parlieulièr. de passa;;e dans picscpie loute la l'rance. 
— iMuope, du cercle; acti([ue à rAfriipie; Asie jusipiau .lapon; Anu'riipie. 



(). ACCIPITIIIFOUMES 
S. 0. PAXD/OMEXS 

F. PANDIONIDAE 

Rec fendu jus(pic sous le i)ord de l'o'il, eonvexe .lus la hase, à bords faiblement 
sinués, à ei-ochet très développé. Cire covuie, plus on moins paiscmi'e de petits 
|ioils, les narines grandes, nu peu en arrière du bord dv la cire. Loium "arni 
(K- poils rayonnants. Tarse plus court ([ue moitié de la jambe. Doij^ts eu ;;rande 
partie granuleux dessus, avec pelotes sons-articulaires ru;;ueuses et plus ou 
moins (épineuses. Ongles arrondis en dessous. Aile subobtuse à rém. très 
rigides. Queue tpiasi carrée de 12 réel. Pa-; de jabot ap|>ar(Mil. Oiseaux i\o laiile 
assez grande, à sexes à peu près i(lculi(pics, jeune peu dilTiMenl des adultes. 

Mifi découvert, large et peu profond [nirni, de branches, de brindilles, iTherbes 
sèches el d'aivlt-s de Poisson, générai, sur un arbre (devi'. - (Enf^ : 2 à 3, 
sul)elli|)li(pH's, tachetés. 

Ih'gime piscivore. Oiseaux non sociables, si'dcntaires et errati((ues. 



G. PANDION Sav. ; Bnihucard. 

Dec il peu près moitit' de la tète en long-. Taise emplumi' de\anl sur plus du 
tiers snp. 

P. haliaetiis (L.i; IJaibuzard lluvialile. I..: T).") à (')."); A: n,.") à .Vi ; 
0: L'I,.") à ■_>;?„■'); T: :> à C. ; 15: :{,7 à i,l. Uecs cl ongles noirs, cire el 
palte 31 p. i7) bleuâtres, iris jaune. Hem. prim. : :i" >. 1'" :== W\ "i" td i" 



218 FALNE DE FRANCE. OISEAIX 

presque égales. — cf 9- Bonnet el nuque i\ plumes blanches rayées longit. 
de brun noir, reste de la face sup., sus-alaires et réni. second, brun brillant 
lé^èr. cendré ou noirâtre, le Ijoi'd des plumes plus ou monis clair. Face 
inf. blanche avec le bas du cou et le haut de la poitrine brun roussàtre 
clair tachetés de brun noir. Une banile noire de Id-il au coté du cou. Réni. 
prim. noirâtres. Rect. brun yris avec des bandes transv. gris clair sur les 
barbes int. des lat. — /. Face sup. l)run noir à plumes bordées de blan- 
châtre ou de roussàtre, l'ace inf. blanc généralement roussàtre tachetée à 
la poitrine de roux et de brunâtre. — P. Couvert d'un duvet gris fuligi- 
neux à la face suii. sauf sur la ligne médiane, blanchâtre en dessous. Cire 
et patte jaunâtres. 

.Vil/ sur un .•u-l)r-e ('"levé, un loelicr, parfois â Icirc. — Œufs: 1 ii 'A (int'l(iucrni,s 4. 
Gd : :■)(>,:> à ()'.) ; Pd : 40 à 50. I3]iuu' léger, jaunâlic, 1res densrmenl larliclés de 
grisâtre et de Ijrun roux, ])arfois surloul \t'i's le gros jjout. 

Sur les cotes, les grandes étendues d'eau, sédentaire, surtout errali([ue el 
accidentel, devenant de plus eu plus rare en France. — Europe, Asie juscpi'au 
Japon, Afri(pie. 



S. 0. ACCIPITRIENS 



F. FALCONIDAE 

Bec plus ou moins fort, profondément fenchi, à liauteur max. à la base. Doigt 
ext. général, relié au médian par une petite membrane basilaire. Ongle int; 
souvent égal à celui du pouce qui est le plus fort. Aile variable. Queue à 12 rect. 
Pas de jabot saillant. Oiseaux de taille très variable. Sexes semblables ou diffé- 
rents, la 9 presque toujours nettement plus grande que le cf. Jeune ressemblant 
en général à la Q connue plumage. 

Nid découvert, peu profond (an-e), volumineux, formé exlér. de matériaux 
grossiers, dans un emplacement variable. — Œufs en nond^re variable, cpiehiuefois 
un seul, général, plus nombreux daus les peliles espèces et le plus souvent 
tachetés. 

Régime Carnivore ou piscivore et plus (ui moins insectivore suivant les 
espèces. Oiseaux hal)ituellement peu ou pas sociables, sédentaires, migiateurs 
ou erratiques. 

TABLEAUX DES ESPÈCES 

i. Tarse au umins égal au médian armé, conqjlèlenienl emplumé, an 
moins de\anl et sur les côtés (256i. <Jueue plus ou moins carrée 



FAUNE Di: FKANCU. UISKAUX 



:19 





f!f:-W"" 





Figures 256 à 265. — 256, Aquila chrysaelus, patte; 257, Buteo lagopus, tarse; 
258, Hiernolus fasciatm, tête; 259, id., patte; 260, Arjuila clanga, tète; 261, 
id., 1'^ rém. ; 262, Aquila pomerana, 7'' hmii.; 26.3, Penu's apivnrus, Irtc; 264, 
id., patte; 265, Buteo huteo, tète. 



■2-20 



AIM- PE 1 UANCr. 



cl arrondie (.'oincrle :in moins sur les .'}/i par l'aile qui est en 
j^éiiéral ohhise ^ 'J 

— Tarse toujours plus ou moins nu d.Mis sa partie distale 

2. Tarse romj;)lèt, emplumé denière. lîee droit à la ba-e 22 p. i7). 

Plumes de la nuque Ioniques et aeuminées S 

— Tarse rui et réticulé sur la li^ne niédianc ariiére 257'. IJec courbé 

dès la hase. Plumes de la nuque peu allongées, arrondies. 
Médian un peu ]:)lus lon^- rpic les doii;t-- lat. sul)éi;au\. 
/jii/eo la go pus \^^.^TM\ 

3. Pec bien droit ,"i la base, à tonnes maxillaires à feston lé<.;cr ou 

presque nul '22 p. i7i. Médian f;uère [ilus lonj^- que les doi^^ls 

lat. i256i. l'ace inf. en i^énéral ti'ès l'oncée. jG. Aqu/7a\. ... 'y 

— lîec droit sur inie très l'aible loni;. à tort feston aux tomics maxil- 

laires, à narines elliptiques et verticales i258i. Médian sensibl. 
plus lon^- cpie les doii^ls lat. i259). l'^ace inf. plus ou moins 

claire toujours tachetée de foncé iCr. .^//V/Y/c///.v 8 

'i. Narines alloui^ées, beaucoup plus longues que larges. Aile presque 

toujours sup. à j~) cent, de long ô 

— Narines subarrondies, peu ou jias plus longues que larges (260 >. 

Aile exception, un peu au dessus de .').") cent, de long .... 7 
5. Aile au dessus de 57 cent, de long. Plumage brun foncé avec le 

derrière de la iêle et la nuque plus clairs G 

— Aile au flessous de ■)7 cent, de long. Plumage brun de rouille, sans 

<'lairà la nucpie, sans blanc aux scapulaires. Aquila rapn.v [\>. T^S)) 
0. (^)ueue aAcc général. .3 haiidcs trans\-. claires. Derrière de la tète 
et nuque ])lus ou nionis c'iwicin- rouille. Normal. j)as de l)lanc 
aux scapulaires Af//i/7<i chi-ysaêtus (p. 238) 

— Queue avec 7 à H bandes traiisw claires. I )crrière de la lète et 

nucpie très clairs. Scapulaires [)lus ou moins blanches. 
Aquihi heliaca p. T.Vd\ 

7. Aile d'au moins ,")() cent, de long., à 7'' rém. au plus de (icent. inf. 

à la [dus longue, largemenl échancrée au bord ext, 261 1. Adulte 

brun noir Aqitila clanga p. 2iO) 

■ — Aile en généi'al ird'. à .")() cent, de long., à 7'" rém. de plus de (î 
cent. inf. à la plus longue, faiblement é(diancrée au boi'd exi. 
(262. .Adulte brun foncé Aqni/a po/i/era/ia [yi. '2U)) 

8. Aile de plus de l.'i cent, de long., n'atteignant pas rcxtrémité 

de la (pieue. Tarse nettement ])lus long que le médian armé. 
Ilienicliis fasc/al/is- p. 2111 

— Aile (h' moins de 'i'A cent, de long., atteignant à [ieu j)rès rcxtré- 

mité <le la (picue. Tarse à peine plus long- que le médian armé. 

Ili'i'r<ii''!iis pcnnnliis p. -2 il) 

,0. Lorum .-arui coniuu' h' fr(ud de pcl îles ()lumes écailleuses , 263 '. 



AiM-: 1)1. riiVNCi:. — oisi-aix 




Fk.i hks 266 ;i 275. — 200, Falro peregrinus, Irh-; 207. Ehinii^ ropi-iilrus, tète; 208, 
Falco l'us/iculus, patle ; 209, Falco peri'tjruius-, patU;; 270, Falco biarmicus, 
pall(>; 271, id., rém. ; 212, Falco clierfiuj, vC^m.; 2~'i, Falco subbuteo, vi'nu.; 
274, Fa/co columhavius, réiii.; 27'), 3/i/riis )/iif/?-ans\ palli-; 270, Mili^us i/iilnis, 
.pieiu-. 



'Z'I'I lAlNK DK llîAM;r.. — OISEAIX 

Tarse rélieiilé, netleiiienl plus couil (|iie le médian armé, 
emplumé devant sur près de sa moitié proximale (264). 
Pernis apiçorus ip. '2i'^\ 

— Lorum i^arni de poils divergents i265) iO 

10. Ik'C courbé dès la base, avec une dent à cha(pie tomie maxillaire 

en arrière du crochet du culmen, correspondant à une échan- 
crure de la tomie mandibulaire (266i. Tarse plus ou moins réti- 
culé devant. Tour de l'œil nu. Aile aiguë [G. Falco] Il 

— Bec à tomies maxillaires droites ou festonnées mais sans dents. . '>0 
il. Tarse plus long que le médian nu. Doigts lat. cpiasi égaux ,268!. 

Moustache petite ou nulle i'2 

— Tarse plus court que le médian nu. Doigt e\t. nettement plus long 

tpic rinl. (269). Moustache général, bien développée IG 

IJ. Aile de plus de .'iô cent, de long. Tarse d'au moins .) cent, de 

long. Pas de large bande subterminale noire à la queue . ... 13 

— Aile de bien moins de .'iO cent, de long. Tarse de moins de .") cent. 

de long. Vue large bande subterminale noire à la queue, (irande 

partie de la face sup. à fond d'un roux variable l.~) 

13. Tarse enqilumé sur les "2 .'^ sup. 1 268). Plumage blanc, gris, noir 

avec peu ou pas de teintes rousses ou brun rouge 

Falco ruslicolus ip. 22Si 

— Tarse emiilumé sur environ sa moitié sup. 1^70). Plumage a\ec 

des teintes rouge-brun et rousses. (Adolle rayée ou tachée. . . i't 
l'i. Aile avant au max. un peu plus de li") cent, de long. Queue de 
moins de 11) cent, de long. Piarbes int. des rém. prim. avec des 
taches régulières et nettes (271 ) . . . Ftilco bidrniicus p. •227) 

— Aile ayant au min. 85 cent, de long. Queue de plus de 19 cent, de 

long. Barbes int. des rém. prim. à taches irrégulières et plus ou 

moins fusionnées (272) Falco cherrug {^.'2Ti) 

l.'). Première rém. beaucoup plus courte que la '^'\ échancrée au bord 
int. ainsi que la '2''. Aile n'atteignant pas l'extrémité de la queue. 
Ongles noirs Falco tiniiuncnlus (p. '231) 

— Première rém. égale à la .'^'^, seule échancrée au bord int. Aile 

atteignant à peu près l'extrémité de la queue. Dngles jaunâtres. 

Falco iiaiiDianni \>.'2'.\\\ 

IC. Aile de plus de 2.") cent, de long. Médian nu de plus de .'î cent, de 
long, (-ire et |)atte jamais rouges ou rougeàtres. I"' rém. au moins 
égaie à la \V et seule échancrée au b.u-d int. (273) Il 

— Aile au max. de 2.") cent, de long. Médian mi de moins de .'{cent. 

de long 10 

17. Aile de plus de 28 cent, de long. Face inf. n'ayant pas de parties à 

teintes tranchant nettement sur le reste 18 

— Aile normal, de moins de 2<S cent, de long atteignant au moins 



lAi \r ni: i liAxci:. — oisi-Atx 



•2-_>;i 




Ffcires 277 à 284. — 277, Milvus milviis, patte; 278, Milvus mii/îvinx, (|ueuf: •270, 
Elaiiiis cœriilem, patte; 280, Haluelm nlbicilla, tète; 281, />/., palte; 2X2. />/., 
([lunie; 283, Cirvaelus (lallicm. pallc: 284, Buleo buleo, pallc 



rextrémité de la queue, à réni. pi'iiii. tachetées, ^'enlre, sous-cau- 
dales et culotte roux de rouille Iraiichanl nettement sur le reste 
de la face inf Falco subbuteo (p. :>:>9) 

18. Aile n'atteignant pas l'extrémité de la (jueue, à rém. prim. bien 

tachetées Falco peregriniis (p. 'l-li^) 

— Aile atteif^nant au moins l'extrémité de la queue, à rém. prim. non 

tachetées Falco eleonorae (p. 'l'IS)) 

19. Aile atteignant au moins l'extrémité de la queue, à 1"" rém. ])lus 

grande que la 3'' et seule échancrée au bord. int. Cire et palte 
rouges ou rougeatres .... . . Falco i>espert/niis (p. 230) 



'2'2i iaim; i>i; i hanci;. — uiskai \ 

— Aile ne coinrjint j^iière que les '2 'A de la (|iieue. à 1"' réin. plus 

{•ourle ((ue la '.V' et échauerée ainsi cpie la 2'' au bord inl. (274). 

Cire cl pâlies jaunes h alco coluinbaiiiis (p.'i'iU) 

?//. <^)ueue Ionique el fourchue. Tarse euipluuié dans sa partie prf).\i- 
niale. sciilclle dans le resle (275). é-al au médian armé (|ui est 
bien plus Ion- cpie les doi-i lai. Aile obtuse jCi. Milvus . ... 21 

— Queue jamais rourehuc. Tarse et aile variables 'J2 

•>l. gueue de [)lus de .'{(> cent, de Ion-., bien lourehuc^ (276. Tarse 

emplumé de\anl dans sa première moitié (277j. Fac-e inl. à fond 

roux ^ il' MiU'us Diih'us (p. "24")) 

(^)ueue d'au plus .'{Oeenl. de loni;', luovennement fourchue (2781. 
Tarse emplumé devant tians son pi'emier tiers (275). Face inf. à 

i'oiid brini Milviis niigians p. 'ii") 

?■?. Tarse j)lus court que le médian ai'uu', réhcidé, de moins de .'i cent. .) 
de lonj.;- (279). Queue courte, lé^^ér. éidiancrée, sensiblement blan- 
che, dépassée |)ar l'aile qui esl aij;u(''. . . Elanns aeruk'us \).2\'i 

— Tarse au moins éf^al au médian armé, de plus de 5ceid. tie lon^. 

Queue carrée ou arrondie. A.ile plus ou un)ins obtuse 2H 

20. Aile de plus de 50 cent, de lonj;., ne cou\rant pas tout à fait la 

queue, lîec droit à la base i280). Plumes de la nuque acuminées . 2'i 

— Aile de umins de 50 cent, de lon^;-. Bec courbé dès la base. Flunies 

de la nuque peu ou pas acuminées. Tarse sculellé devant, beau- 
coup plus long- que le médian armé 25 

2't. Tarse scutellé devant, égal au médian armé (281). Queue arrondie 

à rect. à bout conique (282 i. Cire el patle jaunes 

Ilaliaêtus alhicilla p. îîl'J 

— Tarse entier, réticulé, nettement plus long- que le médian armé (283) 

Queue quasi carrée à recl. à bout arrondi. Cire et patte bleuâtres. 
CircaëLus gallicus (p. •2i-2j 

2.3. Tarse beaucoup plus court que la jambe (284). Narines subarron- 
dies (265). Aile atteignant prescpie rextrémité de la cpieue. 
Doigts lat. subégaux. Forme massi\e . . . 2i] 

■ — Tarse à peu près de la long, de la jambe. Narines oAaIes el en 
partie cachées par les poils de la cire (285). Aile et doigts lat. 
variables. Forme svelle ■ 21 

2l'i. Aile atteignant exception, il cent. 5 de long-. Tarse au max. de 
S cent, de long, emplumé au plus sur les 2 5 sup. llecl. brunes 
avec 10 à I i bandes Iransv. grises liiileu huleo p. 2."i(> 

— Aile descendant exception, à il cent. 5 de long. Tarse au min. de 

(S cenl. de long., emplumé sur en\ iron sa moitié sup. Rect. rous- 
ses plus ou m.>ins ravées Ir.uisv. de brun, lùisemble du ])luinage 

r(iu\ bnni Buleo f'e/o.v [p. 2'M t 

21 Aile c.M!\raiil eminui nioilié (h' la (oiciie. Tarse bien moindre du 



AINE DE IRANCE. — (USEAIX 



•2-25 




289 



FiGi HFs 285 à 290. — 285, Accipife?' nisiis, tèle; 28G, Ci)-rus njaneus cf, li'lo; 287. 
Ai'c/pHer genlilis, patte; 288, Cit'eiis ci/aiieux, aile; 289, Civeus pygargus, aile; 
290, Cirrus niacurux, aile. 



double du médian nu. Doigts lat. variables. Pas de collerelle 
faciale. [G. Accipiter] 28 

— Aile couvrant au moins la plus grande partie de la queue. Tarse 

au moins double du médian nu. Doigt ext. plus long que Tint, 
l'ne collerette faciale plus ou moins développée (286). |(i. C'ir- 

eus] . . . :>9 

28. Tarse emplumé sur sa moitié en avant, doigts robustes, les lat. 
subéga îx (287). Aile de plus de 30 cent, de long, avec les 6 prem. 
rém. échancrées au bord int Accipiter gentilis [\).'T^2) 

— Tarse emn'unié sur 1/4 en avant, doigts minces, Texl. beaucou]) 

15 



•22(? lAlNE I>K lU.WCi;. OISKAl X 

plus long- que l'inL. (22 p. 45). Aile au luax. de 25 cent, de long-, 
avec les cinq premières réni. échancrées au bord int. .. . . . 

Accipitei' nisus (p. 23.'^) 

29. Tarse d'au uioius 8 cent, de long. Sus-caudales jamais l)lanches. 

Queue unicolore. Sexes semblables à livrée toujours brune dans 
sa plus grande partie. 2'' à h'' rém. prini. échancrées au bord ext., 
1'" à 4*^ au lx)rd int Circus aeruginosus {i^.'lM) 

— Tarse de moins de 8 cent, de long. Sus-caudales toujours plus ou 
,. moins blanches. Queue général, tacdietée. Sexes diilërents, la 

.' livrée du (j* normal, en grande partie gris clair HO 

30. Quatrième rém. la plus grande, 2"^' plus pelile que la 5'', 2'' à 5- 

échancrées au bord ext.. t'" à 4'' au bord iiil. (288l Tarse emplu- 
mé sur plus d" 1/3 C ircii.s ci/aneus [p. •l'.M) 

— Ti'oisième rém. la plus grande, 2'' plus grande que la 5'', 2'' à i'^ 

échancrées au bord ext.. 1"' à 3'' au bord int. Tarse au plus 
emplumé sur 1/3 31 

31. Aile atteignant au moins l'extrémité de la queue. Kchancrure 

avant de la 2^ rém. bien au delà de l'extrémité des grandes sus- 

ala ires ant. (289; Circus pygargus {p.'2?>;y\ 

— .Vile n'atteignant manifestement pas l'extrémité de la queue. 

Kchancrure avant de la 2'' rém. arrivant au plus à l'extrémité des 
gi-andes sus-alaires ant.(290). .... Ciiriis maci-iiiu.<i ip.'l'^^ 



G. FALCO L. ; Faucon. 

Bec éj)ais, moindre de moitié du médian armé. Narines arrondies avec tid)er- 
cule médian. Arrière des cotés de la cire garni de poils. Tarse plus ou moins 
emplumé eh haut. Ongles forts. Culotte bien développée. Queue plus ou moins 
carrée ou arrondie. Sexes plus ou moins différents, jeune ressemblant en général 
à la. 9- OEufs fortement colorés. 

F. peregrinus Tunst. [Falco coinmunis Gmel.}; Faucon pèlerin. L : 38 
à 40 (cT;, i8 à 51 (9): A : 29,6 à 32,7 (cf ), 35 à .37 (9); Q : 14,3 à 10 ,cf ), 
17,5 à 18,5 (9); T : 4 à 5; B : 2,3 à 3. Bec noir bleuâtre, cire, tour de \\x-\\ 
et patte (269) jaunes (ad.), jaune verdàtre ou bleuâtres (j.). iris brun. Rém. 
prim. : 1''' > 3'' et seule échancrée au boi-d int, — cf 9- Face sup. et sus- 
alaires gris ardoisé-, plus foncé sur la tête et la nuque, avec des taches on- 
des raies transv. noirâtres au dos, au sus-caudales et aux sus-alaires. Face 
inf. ro-ussâtre, très pâle à la gorge, au devant et au côté du cou, foncé à la 
poitrine, parfois grisâtre dans le reste, avec, sauf la gorge. et le cou. des 
fines stries, des taches et raies trans\-. noirâtres plus ou moins denses. 
Devant de la joue et large moustache noirs. Hém. iincment bordées de l)lau- 
châtre, les prim. brun noir à taches transv. roussâtres, les second, gris brun 
barrées de brun. Hecl. gris brunâtre, plus foncées dans la partie distale, 1er- 



minées de ^risàlre et barrées traiisvers. de l)nin el de iu)ii-àliv. LaÇayaiil la 
face sup. plus ou moins lavée de brun, la face inl". plus foncée el lacbée. — 
J . Face sup. à plumes brunes bordées de l'oussàlre, celles du Iront et de la 
nuque l'étant parfois de blanchâtre. Face inf. plus ronsso cl plu» tachée que 
les adultes. Moustache nuancée de brun. Hém. à bout blanchâtre. Rect. 
brunes à bout et bandes transw roussâtres. — I*. Couver! de du\ct blanc. 

.\id xdluiuiiUHix, exl('r. de l)raiich:iges ontrelaeés, sur un rocher abrupt, phis 
rarement sur un arl)re. — Œufs : 3 à 4, rariMiient 5, d'un ovale court, (id : "il à (iO ; 
Pd : 38 à 4i>. lioussàtres, In-icjue pâle ou brunâtres, densénient niacuh's, taclu'-s, 
j)onctués de brun rouge el de noirâtre. 

Estival dans les régions montag'neuses et de grandes forêts, de passage ou 
erratique ailleurs, peu répandu en France. — Europe, du \. de la Scandinavie à 
la Méditerranée. 

S. E. F. p. brOOkei Sharpe. De taille moindre (pu- le type (A : 27,:; à 30 
[cfj, 32 à 34 [Ç]i, et en général avec la face inf. plus rousse et moins taelice. 
Souvent un espace roux à la nucpie chez le cf. Corse, accident, dans le S. de la 
France. — S. de l'Espag-ne, N. du Maroc, Grèce, Asie mineure, Caucase. 

S. !■]. F. p. peregrinoïdes Temm. [Falco punicus Lfvaiix.]. Dc taille 

un peu plus faible que le précédent (A : 27,3 à 29,3 , cf ], 31,5 à 33,2 [Q]), à face 
sup. plus claire et plus grise. Une étroite ligne frontale brune ou roussâtre et 
nuipie brun roux, taché de noir chez le cf. Signalé dans le S. de la France, peut- 
èli-e par suite de confusion avec la précédente S. E. — N. de l'Afrique. 

F. biarmicus Temm., S. E. F. b. feldeggi Schleg. [Falca Innnrius 
ScuLEG.j; Faucon lanier. L : 37 à 40 icf ,, ij à i8 (Ç); \ : 30,8 à 3-2,7 (rf ), 
34,5 à 35,7 (Q); Q : 17; T : 4,4 à 5,8; B : 2,6 à 3, '2. Bec gris bleu, cire, tour 
de l'œil et patte (270) jaunes (ad.), ou bleuâtres (j.), iris brun. — cf 9- Face 
sup. et sus-alaii-es cendré bleuâtre un peu lavé de roussâtre, le centre des 
plumes plus foncé, la bordure roussâtre ou roux marron sur la tète et la 
nuque. Face inf. roussâtre bien tachée longit. de brun noir. Moustache 
étroite et noirâtre. Rém. brunes bien tachées sur les barbes int. (271). Rect. 
gris brun avec 9 ou 10 bandes transv. gris brunâtre et l'extrémité blanchâtre, 
— J . Face sup. plus foncée, à bordure des plumes plus nette, face inf. plus 
largement tachée. — P. Couvert de duvet blanc. 

Nid i-essemblant à celui de l'espèce précédente, sur un rocher abrui)t. — Œufs: 
2 à 4 d'un ovale court. Gd : 50,5 à 51,5; Pd : 41 à 41,:». Houssàtres, deusémenl 
tachés de brun et de brun noir. 

Accident, dans le S. de la France. — S. E. de l'Europe. 

F. cherrug Grav. [Faho saccr Gmel.j; Faucon sacre. L:48à50 cfi, 
58 iÇ: ; A : 35 à 37,2 i (f i, 38 à 42 iQ); Q : 22 à 23,5; T : 5 à G; B : 2.5 à 3. 
Bec gris bleuâtre à pointe noirâtre, cire, tour de Trcil et patte jaunâlres 
(ad.i, ou bleuâtres (j.j, iris brun. — cf 9- l^"i»net et nuque Idanc rous- 
sâtre tachés longit. de brun noir, reste dc la face sup. giis brun roussàlie, 



228 1 AiNK m-: i kanci:. — oisi-aix 

le bord des plumes plus clair et roussàlre. Face inf. blanche, sauf la gorge 
et le cou, nuancée de roussàlre, avec des lâches arrondies ou allongées for- 
mant des lignes longil. brun foncé. Moustache brun noir petite. Rém. prim, 
fortement tachées aux barbes int. (272). Recl. médianes unicolores, les lat. 
avec de nombreuses marques transv. roussâtres. La Ç plus foncée que le cf. 
— /. Plus foncé dans l'ensemble que les adultes, les bordures des plumes de 
la face sup. plus développées et plus nettes. — P. Couvert de duvet crème. 

Nid ressemblant à celui de l'espèce précédente. — Œufs : 3 à 4, exception. 2 ou 
5, d'un ovale court. Gd : 50,5 à 58,5; Pd : 39 à 43,5. Roussâtres, densément 
tachés de brun rouge. 

Accident, dans le Centre et le S. do la France. — S. E. et E. de l'Europe, acci- 
dent, jusqu'au N. W.; N. de l'Afrique; Asie juscjnen Chine. 

F. rusticolus L. [Falco norwegicus Tristram] ; Faucon g-erfaut. Gerfaut 
de Norvège. L : ."iO ( cf) cà 56 (Ç) ; A : 34,5 à 37,4 (cf ), 38,6 à 40 (9) ; Q : 20 
à 22,2; T : 6 à 6,3; B : 3,3. Bec gris bleuâtre à pointe noirâtre, cire, tour 
de l'œil et patte (268) jaunâtres (ad.), ou bleuâtres (j.), iris brun. — cf 9- 
Front blanc, tête grise, les plumes à rachis noir, reste de la face sup. gris 
bleuâtre avec le centre des plumes plus foncé, le bord plus clair, le croupion 
et les sus-caudales étant plus pâles. Face inf. blanche, sauf la gorge, tachée 
longit. de noir à la poitrine, transv. de noir et de gris dans le reste. Côlé de 
la tête blanc fortement strié de noir, moustache peu nette. Rém. grises bor- 
dées de clair, rect. blanc grisâtre très rayées transv. de noirâtre. La 9 un 
peu plus foncée. — /. Face sup. plus foncée que les adultes, un peu lavée 
de brunâtre, la bordure claire des plumes plus nette. F'ace inf. moins 
blanche avec des taches plus nombreuses et nuancées de brun. — P. Cou- 
vert de duvet blanc léger, jaunâtre. 

Nidification send)lable à celle de l'espèce précédente. — Œufs : 3 à 4, excep- 
tion. 5, d'un ovale court. Gd : 56 à 62,5 ; Pd : 45 à 48,5. Jaunâtres ou roussâtres 
fortement lavés ou tachés de brun et de brun rouge. 

Accident, dans le N. de la France et en Belgicpie. — Scandinavie, X. de la 
Russie, accident, dans le Centre de l'Europe. 

S. E. F. r. CandicanS Gmel. ; Faucon blanc, Gerfaut l^lanc. De taille sup. 
au type (A : 36,3 à 37,8 [cf], 40,5 à 43,5 [ÇJ), à fond du plumage beaucoup plus 
clair, souvent blanc pur, moins taché, surtout à la face inf. qui est en grande 
partie immaculée chez les vieux sujets. Très accident, dans le N. de la France et 
en Belgi(jue. — Groenland, Amérique septentrionale. Accident, dans le X. \V. 
de l'Europe et en Amérique juscpi'aux Etats-Unis. 

S. E. F. r. islandUS Brûnn. De la taille de la S. E. précédente, nuiis 
jamais si blanc, la teinte du fond de la face sup. toujours gris foncé, les plumes 
bordées de blanc plus ou moins roussàlre. La face inf. toujours plus tachée. 
Donné comme rencontré accidenl. dans le X. de la France. — Islande, accident. 
dans les Iles Britanniques et l'W. de rEuro})e. 



FAINE DE FRANCE. (IISEAIX 229 

F. eleoiiorae Gêné; Faucon éléonoi-e. L: 35 (cf j à 41 (Ç); A : 31,4 à 34, <> 
(cf), 32,6 à 34,8 (Q); Q : 17,5 à 19,5; T : 4,5 à 4,8; B : 2,5. Bec noir à base 
plus claire, cire, tour de l'd'il et patte jaune clair, iris l)run. — cf 9- f^^ce 
sup. brun noir plus foncé sur la tète. Face inf. roussàtre, plus claire à la 
gorge, les plumes avec une tache longit. centrale noirâtre, plus étroite sur la 
culotte et les sous-caudales. Forte moustache noire. Rém. prim. brun noir 
à barbes int. unicolores. Rect. gris brun avec des taches Iransv. roussâtres. 
— J . Face sup. gris noir avec les plumes bordées plus ou moins largement 
de roussàtre. Face inf. plus claire que les adultes. — (^ '^ ei J ., forme 
iicsi'i'c. Noir fuligineux plus ou moins fonce et brillant, les recl. unicolores 
ou avec des traces de raies liansv. plus foncées. — P. Couvert de duvet 
blanc crème. 

Nid nul. — Œufs : pondus à même dans un Irou de falaise ahi'uplo ou à la sur- 
face du sol, au nombre de 2 ou .3, d'un ovale court. Gd : .38,5 à 4(3,5 ; Pd : 29,5 à 
35,5. Jaunâtres ou roussâtres avec nombreuses petites taches brunes ou brun 
rouge. 

Accident, dans le S. de la France. — Parties accidentées de la région circum- 
méditérraneenne. 

F. subbuteo L. [Falco barletla Daid.]; Faucon hobereau. L ; 30 à 35; 
A : 25 à 26,5 (cf ), 27,3 à 27,8 (9); Q : 14,3 à 14,7 ((^), 15 à 15,5 (9); T : 3,6 
à 3,8; B ; 2 à 2,6. Bec noir bleuâtre, cire, tour de l'œil et pattes jaunes (ad.), 
cire et tour de l'œil bleuâtres (j.), iris brun. — cf 9- ^ace sup. et sus-alaires 
gris ardoise plus ou moins foncé, un peu plus pâles au croupion et aux sus- 
caudales, avec le rachis des plumes noirâtre et en général deux taches blan- 
châtres ou rousses à la nuque. Goi'ge et devant du cou blancs, reste de la 
face inf. roussàtre, tachée longit. de noirâtre, les sous-caudales et la culotte 
rousses, cette dernière immaculée ou striée longit. de noir. Devant de la 
joue et moustache noirs. Rém. prim. noirâtres avec des taches rousses sur 
les barbes int. i273). Rém. second, gris brun à bordure grisâtre. Rect. mé- 
dianes grises, les lat. à barbes ext. gris brun, à barbes int. brun noirâtre 
barrées de roux. La 9 avec la face sup. nuancée de brun, le roux de la face 
inf. moins vif. — /. Face sup. brun noirâtre à plumes bordées de roussàtre, 
face inf. à teintes beaucoup moins vives et plus tachetée, la culotte bien 
tachée longit. — P. Couvert d'un duvet blanc léger, roussàtre. 

Nid de petites branches et de brindilles sur un arbre élevé ou un rocher. — 
Œufs : 3 à 4, quelquefois 2 ou 5, d'un ovale obtus. Gd ; 38,5 à 46,5 ; Pd : 29,5 à 
35,5. Roussâtres, brunâtres ou rouge brique, densément tachés et pointillés de 
l)run ou de brun rougeâtre. 

Dans les bois, les plaines, autour des étangs, estival et surtout de jiassage, 
dans presque toute la France. — Europe, de la Scandinavie et le N. i\i' la Hussie 
il la Méditerranée ; W. de la Sibérie. 

F. columbarius L., S. E. F. c. regulus \\\\.\ . \lùiIco JHhofah-o Gmei.., 



J230 KAINE DE FRANCE. OISEAUX 

F. H'snloii Gmel.j ; F'aucon émerillon. L : 27 [çf) à 33 (9) ; A : 19,3 à 20,5 
(cf ), -21, r> à 22,0 (9) ; Q : 12,3 à 13, 3 içf], 14 à 14,5 f9i ; T : 3.6 à 3,9 ; B : 
2 à 2,(). Keo bleuâtre à pointe noirâtre, cire, tour de l'ieil et patte jaunes, 
ii'is brun. — (^ . Face sup. et sus-alaires gris bleuâtre avec les rachis noirs, 
l'avant du front et la nuque variés de roux et de roussàtre, le dessus de la 
tête lavé de brun. Gorge blanche, reste de la face inf. roussàtre avec le flanc 
et la culotte plus foncés, les sous-caudales plus pâles et des fines stries 
longit. brunes Moustache fort peu développée, llém. priui. noirâtres avec 
quelques taches grises aux barbes ext. et des barres blanches aux barbes 
int. (274). Hect. gx'ises avec une large bande sublerminale et la pointe noires, 
les deux séparées par une ligne blanche, en outre quelques barres noi- 
râtres aux barbes int. — 9- Face sup. brun cendré, les plumes finement 
liserées de roux. Face inf. bien plus claire et maculée que le ç^ . Rect. brunes, 
les médianes à bandes grises, les lai. à bandes rousses. — J. Face sup. plus 
brune que la 9^ '"^^ plumes plus largement bordées. La face inf. plus claire 
et bien tachée. Rém. tachées et rayées de roux. — P. Couvert d'un duvet 
blanc devenant grisâtre ou brunâtre à la face sup. 

Nid sui' un arbre «'levé ou une tissure do rocher. — Œufs : 4 à 5, exception. 6, 
d'un ovale court. Gd ; .36 à 44; Pd : 28 à 34. Roussâtres, très densémont tachés et 
ponctués de brun ou de brun rouge. 

Estival et surtout de passage, dans presque toute la France. — X. et Centre de 
l'Europe, Asie jusfju'au Japon ; \. de l'Afrique en liiver. 

F. vespertinusL. [Fakonrubripes Fess.] ; Faucon kobe/., Kobez vespéral. 
L : 28 à 32 ; A : 24,2 à 26,2 ; Q : 13 à 14 ; T : 2,9 à 3 ; B : 1,8 à 2,1. Bec 
couleur de corne à pointe noirâtre, cire, tour de Fœil et patte rouge orangé, 
iris brun rougeâlre. — (~f . Gris ardoise plus ou moins foncé, les rém. prini. 
plus foncées vers le bout, les autres rém. et les sus-alaires ant. plus grises, 
avec la culotte, le ventre et les sous-caudales roux rougcâtre vif. — 9- Front 
roussàtre, bonnet et derrière du cou roux à rachis des plumes brun, reste de 
la face sup. et queue gris, rayés transv. de noirâtre, la bande subterminale 
de \a queue plus large. Face inf. d'un roux plus ou moins foncé avec 
quelques fines stries longit. noirâtres, à la poitrine, au ventre et au flanc. L'ne 
moustache brune. Rém. gris noirâtre avec des taches blanches aux barbes 
int. — J. Ressemblant à la 9. "iai« ^^ fi<ce sup. plus brune, à bordure des 
plumes claire, la face inf. bien tachetée. — P. Couvert de duvet blanc. 

Nid |)lus ou moins en colonie, sur un arljre. Très IVôcjucniiiicnl ancien nid 
de Freux, de Corneille ou de Pie. — (Eiifs : 4 à a, exception. 3 seulement, d "un 
ovale court. Gd : 34 à 41,5 ; Pd : 27,5 à 32. D'un roux variable, densément taibcs 
et [)ointillés de jjrun et de brun rouge. 

De passage ii-i'égidier dans le S. d^' la France, accident, dans le Cenlif. — E. 
de l'Europe, accidcnl. dans l'W ; N. ci C(Nilr(' de l'Afriipie : Asie jusiprjui lac 
Baïkal. 



FAINE DE FRANCE. (IISEAI'X 231 

F. tinnunculus !.. ; Faucon ci'écerclle. L : 31 içf) à 37 (Ç) ; A : 23 à 26 ; 
Q : 16,3 à 18 ; T : 3,8 à 4,1 ; B : 2,1 ;i 2,6. Bec bleuâtre h pointe noirâtre, 
cire, tour de l'ci'il et patte jaunes, iris brun. — cf. DeA-ant du front et 
léger sourcil jaunâlres. Dessus de la tète et du cou, croupion et sous- 
caudales cendré bleuâtre. Dos, scapulaires, sus-alaires et réui. post. brun 
rouge à taches noires, plus nombreuses sur l'aile. Face inl". roussâtre, très 
pâle à la gorge, avec des taches brun noir, allongées à la poitrine et au 
ventre, ovales au liane. Côté de la tête gris clair et blanc avec une ligne post- 
oculaire et une petite moustache noires. Rém. brunes, barrées de blanc aux 
•barl)cs inl. (^)ueue cendré bleuâtre avec une large bande subterminale noire 
et le bout Idanc. — 9- F'»^*? sup. rousse ou brun rouge, avec des taches 
brun noirâtre, en stries longit. sur la lète et le cou, triangulaires sur le reste. 
Face inf. roussâtre à taches longil. brunes. Côté de la lète blanchâli'e et 
roussâtre à faible moustache brune. Rém. prim. et rém. second, ant. brunes 
à taches rousses sur les barbes int. Queue rousse, terminée de l'oussâtre, 
avec des barres transv. et une large bande subterminale noirâtres. — 
J. Ressemblant à la Q, mais la face sup. plus sombre, les plumes bordées de 
roussâtre. Face inf. plus pâle. — P. Couvert d'un duvet blanc, nuancé de 
jaunâtre en dessus. 

Nid de brindilles et de ramilles, dans un trou de rocher, de haute muraille, ou 
sur un arbre. — Œufs ; 4 à 6, parfois jusqu'à 8, de forme variable, subsphériques 
ou allongés. Gd : 34 à 44 ; Pd : 26 à 33. Gris roussâtre, jaunâtres, brique clair, 
1res densémenl lâchés el ponctués de roux, de brun rouge, de brun noirâtre. 

Sédentaire el surtout estival et de passage, répandu dans presque toute la 
France. —Europe moins l'extrême N. ; N. de l'Afrique ; N. et W. de l'Asie. 

F. naumanni Fleisch. [Falco tinnunculoïdes Temm., F. cenchris Friscu, 
F. tinnunciilarius Roux] ; Faucon crécerine, Faucon crécerelletle. L : 29 
(Cf ) à 33 (9), ; A : 23 à 24,8 : Q : 14,5 à 16,5 ; T : 3,3 à 3,45 ; B : 1,7 à 2. 
Bec bleuâtre, cire, tour de l'œil et patte jaune clair, iris brun. — cf. Devant 
du front roussâtre, dessus et côté de la tête et du cou, croupion, sus-caudales 
et queue cendré bleuâtre, cette dernière avec une large bande subterminale 
noire et le bout blanchâtre. Dos, scapulaires, sus-alaires et partie des cubi- 
tales brun rouge uniforme. Face inf. rousse, sauf la gorge et les sous- 
caudales qui sont claires et uniccdores, faiblement tachée de brun noir. Pas 
de moustache. Rém. prim. brun noirâtre, rém. second, brunâtres tachées 
de roux aux barbes int., les autres et.les grandes sus-alaires ant. bordées de 
cendré. — 9. Face sup. brun rougeâtre plus pâle que le çf , avec des taches 
noirâtres en lines stries à la tète et au con, plus larges et ccnirlcs sur le reste. 
Gorge blanchâtre, reste de la face inf. roussâtre avec des taches noirâtres, 
sauf aux sous-caudales. Une très faible monslache brunâtre. Rém. tachées 
de roux. Queue rousse à bout blanchâlre, barrée de noiràlre, la bande sub- 
terminale large. — J . Piessendjlanl beaucoup à la 9' ""^''^ '^"^ plumes de la 



232 FAINE DE FRANCE. — OISEAVX 

l'ace Slip, bordées de clair, la face inf. plus claire, la bande foncée subter- 
niinale de la queue guère plus large que les autres. — P. Couverl d'un duvet 
blanc, léger, jaunâtre à la face sup. 

Nid dans une aufractuosité de roclies ou un trou de murailles. — Œufs : 4 à 5, 
quelquefois 3 ou 6, d'un ovale court. Gd : 31,5 à 37,5 ; Pd : 26 à 31. Roussâtres 
ou rougeâtres, très densément tachés et ponctués de rouge brique ou de brun 
rouge. 

Estival et surtout de passage dans le S. de la France, accident, dans le Centre. 

— S. de l'Europe ; pourtour de la Méditerranée ; W. de l'Asie. 

G. ACCIPITER Bniss. ; Epervier. 

Bec court, coiul)t- dès la base, à arête assez accusée, très crochu, sans échan- 
crure à la mandib. inf. Tarse emplumé dans la partie proximale. Doigts long-s, à 
pelotes sous-articulaires bien développées, l'ext. relié à la base au médian par 
une petite membrane. Queue longue, un peu arrondie, à rectrices à extrémité 
ronde. 9 sensibl. plus grande que le cf et de plumage plus ou moins distinct, 
jeune différent des adultes. Œufs à fond blanchâtre ou clair, unicolores ou plus 
ou moins tachetés. 

A. gentilis (L.) [Astiir paluinbarius iL.ij ; Épervier autour, AuLour des 
Palombes. L. : 50 à 55 (cf ), 60 à 65 ($) ; A : 31,5 à 33,5 (cf ), 35 à 38 (9) ; 
Q : 23,5 à 24,3 (cf ), 26 à 29 (9j ; T : 6,9 à 8,3 ; B : 3 à 4. Bec noir bleuâtre, 
cire jaunâtre, patte (287) et iris jaunes, — cf Ç. Face sup. et sus-alaires 
cendré un peu bleuâtre avec sourcil blanc et noir et quelques taches blanches 
à la nuque. Face inf. blanche, tinement striée longit. de brun noirâtre à la 
gorge, avec des barres et des ondulations transv. brun noirâtre dans le reste, 
sauf les sous-caudales qui sont immaculées. Côté de la tête blanc et brunâtre 
plus ou moins strié de noir. Rém. brunâtres avec des taches noirâtres 
aux barbes int. Queue cendrée à bout blanc avec 4 à 5, quelquefois 6, 
bandes transv. noirâtres. La Ç avec la face sup. nuancée de brun, la face 
inf. souvent plus tachée. — ,/. Face sup. brun roussâtre, les plumes bordées 
ou tei'minées de roussâtre, de grisâtre ou de blanchâtre. Face inf. plus ou 
moins roussâtre avec des taches brunes longit. allongées. Côté de la tète 
blanc et roussâtre strié de brun. Rém. prim. brunes, barrées de noirâtre et 
quelquefois tachées de roussâtre. Queue gris roussâtre à bout blanchâtre, 
avec 4 à 6 bandes transv. foncées. — P. Couvert de duvet blanc. 

Nid vohnniucux, en branchages, sur un arbre élevé. — Œufs: 3 à 4. rarement 
2 on '■», (l'un ovidc obtus. Gd : 55 à 64,5 ; Pd : 41,5 à 51. Blanchàlies ou blanc 
bleuâtre, unicolores ou léger, tachés et maculés de brunâtre. 

Sédentaire et erratique dans les régions boisées de presque loulc la l'iance. — 
La plus grande partie de l'Europe, moins l'extrême \. ; N. de rAfii([ue. 

S. F. A. g. arrigonii Kleinsgum. DifTère du lypc i^r une taille moindre 
(A : 29,7 à 30,6 \ cf j, 33,5 à 34,6 [9]). la face sup., Faile et la queue plus foncées. 

— Corse, Sardaigne. 



FAINE DE FRANCE. OISEAl'X '2',i'.i 

A. nisus ! L. I [Aisus communis Less.] ; Kpcrvier orflinaire. \.. : 'A'I [çf) ;i 
il ,9) ; A : 19 à 20,7 (cf ), 23 à 25,2 (9^ ; Q : ir),ri à 20 ; T : 5,2 à (i,l ; B : 
1,5 ;i 2,2. Bec iu>ir à base bleuâtre 285), cire jaune Ncrdàlre, patte jaune 
1^22 p. 45), iris jaune ou orangé. — cf. Face sup. el sus-alaires gris ardoisé 
plus ou moins foncé, souvent l'étant un peu plus sur la tête, avec un léger 
sourcil blanchâtre et quelques petites taches blanches à la nuque. Face inl". 
blanche, souvent plus ou moins lavée de roux, la gorge finement striée 
longil. de brun, le reste, sauf les sous-caudales en général immaculées, 
avec de petites bari-es ou croissants Iransv. roux, brun roux, noirâtres, noirs 
et roux, le rachis des plumes étant brun. Joue blanche et roussâlre ou grise 
et roussâtre. Bém. gris brun avec des bandes sombres peu nettes et d'autres 
blanches aux barbes inl. Rect. gris brun à bout blanchâtre, avec 5 à 8 bandes 
transv. noirâtres surtout nettes aux rect. lat. — 9- Face sup. gris brun, face 
inf. blanche ou blanc grisâtre, la gorge et le devant du cou finement striés 
longitud. de brun, le reste, sauf les sous-caudales unicolores, avec des crois- 
sants transv. bruns ou brun noir. — J. Face sup. plus brune que la 9^ fivec 
les plumes bordées de roussâtre. Face inf. roussâtre avec des taches lan- 
céolées ou plus ou moins lrans\'. brunes ou rousses, sauf les sous-caudales 
seulement un peu marquées de roux. Les pennes terminées et plus ou moins 
bordées de blanchâtre ou de roussâtre. — P. Couvert de duvet blanc, léger. 
crème à la face sup. 

yid, taille à part, très semblable à celui de l'espèce précédente, également sur 
un arbre. Parfois simple aménagement d'un nid d'Kcureuil, de Corneille ou 
d'autre gros Oiseau. — Œufs : 4 à 6 et jusqu'il S, d'un ovale court, (jd : .3^) à iô,'-!; 
Pd : 28,5 à 36. Blanchâtres, blanc verdàtre ou bleuâtre, plus ou moins maculés, 
lâchés et ponctués de brun, de gris brun, de brun rouge. 

Sédentaire et un peu erratique, surtout dans les régions boisées, dans presque 
toute la France. — Europe, du cercle arctique à la Méditerranée; "W'. de l'Asie. 

S. E. A. n. WOlterstorffi Kleinsch. Plus petit (pu- le type {A: 18,1 à 18,3 
[cf], 21,6 à 22,2 [9 i)- à face suj>. plus foncée, à face inf. plus larf^-cment tachetée. 
— Corse, Sardaigne. 

Remarque: Sous le nom d' Accipiter nisus tnajor, Ijekkkr puis de uombieux 
auteurs, ont séparé du type, une forme paraissant avoir la même distribution 
géog-raphique et s'en distinguant surtout par sa grande taille, correspondant aux 
grandes dimensions de la diagnose ci-dessus, el dont la valeur taxouomiipic reste 
à définir. 

G. GIRCUS La(;.;i>. ; Bucord. 

Bec incliné dès la base, comprimé et assez crochu, sans échancrure à la man- 
dib. inf., avec la cire plus ou moins couverte par de longs poils lat. Tarse 
emplunu' dans la i)artie proximale. Doigts relativ. couils el faibles, l'exl. relié 
au médian à la base par une petite membrane. Queue longue, carrée ou subar- 
rondie. Sexes général, différents et variables avec 1 Age, jeunes i-csscmhiant à \f\ 



234 FAUNE DE FRANGE. OISEAIX 

Q ou à plumage spécial. Souvent du diniorpliisme spécifique. Nid à terre. OEufs 
normal, unicolores, blancs, l'intérieui' de la co(piille bleu clair. 

C. aeruginosus (L. i [Ci/eus ru/'us (I.mel., C. sykesi Less.J ; BuzarcI 
harpayc, BuzarcI des marais. L. 50 [ç^] à 57 (9j ; A : 38,5 à 42 (cf), 39,5 à 
43,5 (9) ; Q : 23 à 24 (cf ), 24 à 26 (Ç), T : 8 à 9 ; B : 3 à 4. Bec noir bleuâtre 
(25 p. 47), cire jaune verdâlre, patte jaune, iris jaune ou jaune brunâtre. — - 
cf. Dessus et côté de la tète, côté du cou, roussâtres avec des taches longil. 
brun foncé. Dos, croupion, scapulaires, parties des grandes et moyennes 
sus-alaires, cubitales brun foncé avec de petites places nuancées de roux. 
Sus-caudales ant. et petites sus-alaires variées de roux et de brun. 
Sus-caudales post. grises. Gorge, poitrine, épigastre et flanc roussâtres ou 
roux avec des taches longit. brunes. Abdomen et culotte roux foncé, sous- 
caudales brunes avec plus ou moins de g-ris. Grandes rém. noirâtres à base 
roussâtre, réiîi. second, et sus-alaires ant. gris cendré. Queue g-rise, parfois 
lég-èr. lavée de roussâtre. — • 9- Dessus de la téta, derrière du cou et g'orge 
roussâtre plus ou moins clair, parfois crème, sti'iés long"it. de brun noir. 
Reste de la face sup. brun foncé, le dos strié longit. de roussâtre. Face inf, 
moins la g:orge roux ou chocolat avec des taches roussâtres ou crème. Joue 
et région paroticpie brun foncé. Rém. noirâtre à base roussâli^e, sus-alaires 
rousses avec bordures et marcjues claires. Rect. brunes. — J Dessus de la 
tète, nuque, gorge et parfois quelques taches, roussâtres ou jaune roussâtre 
clair avec ou sans fines stries longit. brunes. Reste du plumage brun 
chocolat avec les plumes de l'aile plus ou moins bordées de roussâtre. 
Ressemblant ensuite à la 9, — P- Couvert de duvet blanc lavé de roussâtre 
à la face sup. 

Nid de roseaux et d'herbes sèches, à terre dans un marais ou sur un amas 
flottant de roseaux. — Œufs : 3 à 5, quekiuefois 6, ovales. Gd : 45 à 54,5 ; Pd : 
36,5 à 42. Blanc léger, bleuâtre, parfois un peu tachés de gris et de brun. 

Dans les marais, les étangs, sédentaire, estival ou de passage, dans presque 
toute la France. — Du S. de la Suède et de la Russie à la Méditerranée; \V. de 
l'Asie. 

C. cyaneus L.) \Circns odllinnrius Sav., C. variegntus \'ieill.]; 
Buzard Saint Martin. L : 47 ( cf ) à 53 i9) ; A : 33,5 à 3(i (cf ), 38 à 40 19 : Q : 
23 à 24 (cf ), 25 à 27,5 (9) ; T : 6,7 à 7,5 : B : 2, i à 3,1 .Bec noir ;286s cire 
jaune verdâtre, patte et iris jaunes. — ç^ . Tèle, cou, face sup., sus-alaires, 
poitrine, rém. moins les prim. ant. cendré bleu, les sus-alaires plus claires, 
quelques petites taches blanches ou blanches et brunes à l'occiput, souvent 
une fine bordure brunâtre aux scapulaires et sus-caudales blanches. Bas de 
la face inf., petite tache sous oculaire blanc pur, parfois avec quelques 
petites macules rousses. Rém. prim. ant. noires à l)ase blanche. Rect. cendré 
bleu, les exi. blanches ;ivec ou sans i)arros lraiis\ . cendrées. - 9- l'^'i"»^' ^"1>- 
brune avec plus ou moins de roux à la lete, au derrière du cou, aux scapu- 



FAI NE DE IRANCE. OISEAfX 235 

laires et ;hix sus-alaires. les sus-caiidales élanl hlauciics. l-'acc iul'. roiissàlrc 
avec l'abcloinen, la culotte et les sous-caudales plus loncés et des taches et 
stries long-it. brunes et brun rouge. Joue et collerette blanchâtres et rous- 
sâtres tachées de brun roux. Rém. (288) brunes, les premières plus ou moins 
liserées extér. de gris. Queue brune ou brunâtre terminée de roussâtre, avec 
une large bande subterminale brune et en g-énéral 4 ou 5 bandes, grisâtres 
sur les rect. médianes, roussâtres sur les lat. — J . Ressend)lant beaucoup 
à la 9i mais volontiers plus taché. Les çf élanl un peu plus clairs et [)lus 
tachés de blanchâtre que les Ç. — P. Couvert d'un duvet blanc. 

Nid de brindilles et d'iierbes sèclies, à terre dans une Ijiuyèrc, un eluiiiip de 
céréales, un taillis, un massif de roseaux. — Œufs : 4 à l\, (piehpicfois (i, ovales. 
Gd : 40 à ^)2 ; Pd : 32 à .38. Blanc bleuâtre, immaculés, quelquefois un peu tachés 
de brunâtre. 

Sédentaire, estival ou de passage, dans les champs, les praiiies. les marais de 
presque toute la France. — Europe depuis la Laponie ; N. de ]'Afri([ue ; Asie 
jusqu'au Japon. 

C. pygargus (L.) [Falco cineraceus Mont. Ciicus monta<>ni, \'ieill., 
(\ ater \'iEn.L.] ; Buzard montagu, Buzard cendré. L ; il (çf) à 47 (9); A : 

35 à 37,7 (cf ), 37 à 39 (9) ; Q : 21,6 à 25 ; T : 5,5 à (S ; B : 2,4 à 3. Bec noi- 
râtre, cire, patte et iris jaunes. — (^ . Tête, cou, poitrine, dos et grande 
partie des sus-alaires gris ardoisé, croupion et sus-caudales blancs. Reste de 
la face inf. blanc avec des taches longit. étroites roux vif. Rém prim. (289) 
noirâtres, rém. second, et grandes sus-alaires ant. gris ardoisé, un peu plus 
clair que le dos, avec 2 bandes transv. noii'es. Rect. médianes gris ardoisé, 
les lat. blanchâtres avec 4 ou 5 bandes transv. brunâtres ou roussâtres. 
Parfois plumage en entier gris ardoisé noir plus ou moins nuancé de brun. 
— 9- I'>'it'e sup., aile et queue, moins les sus-caudales qui sont blanches, 
brunes plus-ou moins marquées et tachées de roux. Face iid". roussâtre ou 
rousse avec des taches longit. rousses ou brun njux plus ou moins nombreuses. 
Parfois plumage en entier d'un brun noir. — J . Plus foncés cl plus tachés 
que la 9- — !*• Couvert d'un duvet blanc nuancé de roussâtre à la face sup. 

Nid très semblable à celui de l'espèce précédente, mais en général dans un 
endroit frais ou marécageux et souvent en colonie. — Œufs : 4 à 5, ovales. Gd : 

36 à 46,") : Pd : 32 à 3:1,5. Blanc bleuâtre, unicolores, quelquefois un peu })oinlil]és 
(le hrunàlre. 

Estival et plus ou moins en colonies dans les plaines humides et maréca- 
geuses, ou de passage, dans presque toute la France. — S. el Genlrc de l'Europe, 
accident, dans le N. ; xVfrique ; Asie jusqu'en Chine. 

C. macrurus (Gmel.) [Circus sivainsoni Smith, C. albescens Less.J ; 
Buzard blafard, Buzard de Swainson. L : 45 (cf ) à 51 (9) : A : 34 à 37 ; Q : 
22 à 25: T: 0,6 à 7,1 ; B : 2,4 à 3. Bec noir bleuâtre, cire, patte el iris 
jaunes. — cf. Face sup. ardoise clair. s(ui\enl un peu laidié de brunâtre 



236 FAINE DE FRANCE. — OISEAUX 

avec les sus-caudales blanches un peu rayées de yrisâli-e et de roussàli^e. 
Face inf. blanche, le côté de la têle, le cou, la poitrine plus ou moins lavés 
de gris. Rém. (290) grises, les ant. avec la moitié distale noirâtre, les post. 
avec un peu de blanc vers le bout. Queue ardoise clair avec les rect. ext. en 
partie blanches. Les rect. médianes unicolores, les autres avec 7 ou 8 bandes 
transv. brunâtres plus ou moins nettes. — Ç. Face sup. et sus-alaires rousses, 
la nuque plus claire, le dos plus foncé, le tout taché de brun, les sus-caudales 
blanches. Face inf. roux clair souvent sans taches. Colé de la tête et colle- 
rette en partie blanchâtres et tachés de ])run. Hém. brunes barrées de 
foncé. Rect. gris brun à bout blanchâtre, les lai. plus pâles que les médianes, 
avec 4 ou 5 larges bandes transv. brunes. — ./. Rcssend)lant à la Ç mais un 
peu plus foncé et la l'ace inf. bien lâchée longil. — P. Couvert dun duvet 
blanc lavé de roussâlre à la face sup. 

Nidificalioii très seial>laljle à celle du C. cyaneux. — (T^ufs : 3 à 5, ovales. Gd : 40 
à 50; Pd : 32, o à 37. Blanc bleuâlie, unicolores, exceplion. un peu tachés de 
brunâtre. 

Accident, en France, surtout dans le S. — S. E. et centre de l'Europe, accident. 
dans l'W. ; Asie jusqu'en Chine, en hiver en Afrique. 



G. BUTEO Lacép. ; Buse. 

Bec au plus de moitié de la tèle en long-., un peu couqjrimé, bien crochu, à 
tjords plus ou moins festonnés. Des poils aux côtés delà cire. Tarse sensibl. plus 
long que le médian armé, plus ou moins cmplumé. Doigt ext. relié à la base au 
médian par une i)etite mendirane. Ongles bien courbés et plats en dessous. Queue 
moyenne, carrée ou subarrondie. Sexes semblables sauf la taille, jeunes ressem- 
blant plus ou moins aux adultes. OEufs à fond blanc ou très clair, tachetés. 

B. buteo (I-.j [B. fasciatns el B. tnittans \'iEn.L., B. communis Less., 
B. vaiiegatus et B. albidus Selvs] ; Buse commune. I^ : 50 (cf ) à 65 (9) ', 
A : 37 à 39,5 (cf ), 38,5 à 42, ,4 (9) ; Q : 22 à 24,5 ; ï : 7,1 à 8 : B : 4 à 4,8. 
Bec (265) noirâtre, cire et patte (284) jaunes, iris brun, roux ou jaunâtre. — 
ç^^ e\. J . Plumage très variable, pour ainsi dire jamais deux sujets identi- 
ques, toujours plus ou moins tacheté de brun noir ou de noirâtre. Du brun 
noirâtre rui roussâtre avec un peu de blanc, de gris, de roussâtre à la face 
inf. et plus ou moins de taches noirâtres, à un plumage en grande partie 
roussâtre, blanc ou blanchâtre, particulier, à la tèle el à la face inf. Rém. 
en gi'ande partie brun noirâtre plus ou moins barrées de teintes claires. 
Rect. variables du brun au blanc a\ec en général 10 à 12 bandes transv. 
brunes. — /''. Cou\ert de duvet blanc la\é de gris à la su|i. 

Nid volunimcux de branchages entrelacés à l'exl., de brindilles cl d'herbes 
sèches à Tint., sur un arbre élevé, exception, sur un rocher. — Œufs : "2 à 4 d'un 
ovale assez court. Gd ; îiO à 02 ; Pd ; 39 à 48. Blanchâtres, verdàtres, Ideuàtres, 



lAtNi; l>i: IKWCK. i.ISKAl \ '2'M 

|UVS({UO imniaculrs on (jIms <ui moins hiclicti-s cl poncUit'S dn i^ris, de ronx, do 
l)rnn, iiaifois snitonl vers nn Ix.nt. 

Dans les bois, les bosqnrls, 1rs lisii-ros, sédonlairo, (Miali([nc on do passage, 
répandue dans presque toulc la France. — Europe du MV> lalil. \. à la Mcditerra- 
ncc, à TH. ius(in"ii la Russie cl aux Balkans. 

S. K. B. b. arrigonii Piccm. Plus pciiic ([ue le type {\ : :{4,r. à :î8,:i). Face 

sup. à plumes bordées de brnn roniile. Face in!', bbuudic à marqnes brnnes. — 
Corse, Sardaifîne. 

S. E. B. b. zimmermannae Ehmeke. Uu i>eu pins peiiie que le type 

(A : 34,8 [d'] à 39,:i[9]), eadiiïère par sa teinte générale plus ou moins rousse, 
ses sous-caudales blanches barrées de roux, ses rcct. roussâtres à bandes transv. 
bien moins larges et nettes sauf une large bande subterminale. Accident, en 
Belgi([ue et peut-être le N. E. de la France. — N. et Centre de la Russie, 
Pologne, Roumanie. 

(S. E. B. b anceps Breum [Buleo deaertomm auct.].En[vG le type et \n^. E. 
précédente comme taille. Beaucoup plus rousse et roux de rouille que celle-ci, 
surtout la culotte et la queue. Aurait été capturée dans l'Ain (Rkunaiu), PJO'.I). — 
S. E. de n^urope ; W, de l'Asie ; E. de rAi'ri(pu\i. 

B. îerox (Gmel.) [Circus pectoralis Vieuj..] ; Buse féroce. L: 55 (f) à 
lO , V ' : A : il à 44,5 {çf), 44 à 49 ($) ; Q : -28 à -27 ; T : S ■• 9,5 ; 15 : 4,7. 
liée noiràlre, cire et patte jaunes, iris brun ou brun jaune. — cf 9- '"^'^ ^^ 
cou nuissàlres avec de fines stries longil. brun noir, reste de la l'ace sup. 
brun avec les plumes du dos, les scapulaires et les sus-alaires bordées de 
roux ocracé, les sus-caudales roux fauve. Face inf. roux fauve Uanunée de 
brun à la poitrine à l'abdomen et au flanc et partie des sous-caudales brunes, 
lléni. prim. brunes à base blanche. Rect. roussâtres à bout blanchâtre, les 
ext. lavées de gris aux barbes ext. — J. D'un roux plus foncé, avec les bor- 
dures des plumes plus nettes, les rect. plus claires que les adultes et rayées 
transv. de f(uu'é. — P. Couvert d'un duvet crème. 

A'id de brindilles doublé d'herbes sèches et de laine, sur un rocher, un arbre, 
ou à terre. — Œufs: 3 à 4, quelquefois 2 seulement, d'un ovale obtus. Gd : 5"),"» à 
0;i,5 ; Pd : 44,5 à 50. Blanchâtres, tachés et pointillés de roux et de brun. 

Accident, dans le S. E. de la France. — S. E. de l'Europe ; Asie jus([u'à l'Hima- 
laya ; E. et N. de l'Afrique. 

B. lagopus (Brûnn) [B. pennalus Daid.] ; Buse paltue. I. : 55 (cf ) à 
(if) (9) ; A : 41,5 à 43,3 (cf ), 43,2 à 45,8 (Q) ; Q : 22 à 25,5 ; T i257i : <),4 à 
6,9; B: 3,6 à 4,2. Bec noirâtre, cire et doigts jaunes, iris gris brun. — 
cf 9 ^^ ^' • BlLimage variable. Tête blanchâtre ou jaunâtre rayée de brun 
avec un sourcil brun plus ou moins net. Face sup. d'un brun variable, les 
plumes avec une bordure plus ou moins large blanchâtre ou roussâtre 
formant parfois des taches. Face inf. blanchâtre, jaunâtre ou roussâtre avec 
des raies brun noir longit. à la gorge, au cou, à la |)oitrine, transv. au 



238 1 AlNi: i)i: 1 lîANCK. (IISKAIV 

ventre el à la culotte, les lianes bruns. Réni. brun noirâtre j)lus ou moins 
marquées de blanc aux barbes int. Kect. blanches ou lavées de roussâtre, 
barrées de gris, de brun, avec une large bande subterminale noirâtre. 
Certains sujets avec beaucoup plus de blanc, d'autres bien plus foncés ou 
tachés. — P. Couvert d'un duvet blanchâtre, la face sup. lavée de gris brun. 

Nid semblable à celui de Buleo buteo (L.), siu- un ail)i'e ou un rocher. — Œufs: 
3 ou 4, quelquefois 6, d'un ovale court, Gd : 48 ;"i "l.' ; Pd : 40 it 4r),!l. Blanchâtres, 
tachés et pointillés de gris brun et de brun. 

En hiver et plus ou moins rég-ulièr. en France. — N. do l'Europe el de l'Asie, 
en hiver vers le Centre et le S. de l'Europe. 

G. AQUILA Hmss. ; Airjle. 

Bec plus long- (pie nioilié de la tète. Aile atteignant à peu près l'extréniilé de 
la queue, avec en général les 6 premières rém. échancrées au bord int. Forme 
plus ou moins massive. Taille forte ou assez forte. Sexes semblables, jeunes plus 
ou moins différents des adultes. OEufs peu nombreux, à fond blanc ou très clair, 
plus ou moins laeheti''S. 

A. chrysaëtus (J..) \Falco fulvus L., F. nquila Daid., F. rcgalis Tkmm., 
Aquila regia Li-ss., A . harUieleiniji Jaibert] ; Aigle royal, Aigle fauve. 
L : 88 à 95 (cf), 100 à 110 (Q) ; A : 60 à 65 (cf ), 65 à 70,5 (Çi ; Q : ?>?, à 38 ; 
T: 10,5 à 12 ; B : 6 à 7,2. Bec brun de corne (29 p. 47), cire et doigts (256) 
jaunes, iris brun roux. — (5^ 9- Plumage variable. Dessus de la tête, joue, 
derrière et côté du cou roux fauve avec le rachis des plumes brun. Reste 
de la face sup. et sus-alaires brun foncé avec parfois les scapulaires en partie 
blanches [Aquila bartheleniyi ^wb^kt) et les sus-caudales lég-èr. variées de 
gris ou de blanc. Corge brun foncé, devant du cou parfois nuancé de roux, 
Reste de la face inf. brun souvent lavé de roux surtout aux jambes et les 
sous-caudales rousses, roussâtres ou variées de roux et de brun ou avec 
quelques taches blanches. Tarse brun, roux ou gris roussâtre. Rém. prim. 
et second, brun noir ainsi que les grandes sus-alaires ant., le dossier de 
l'aile roux ou roussâtre. Rect. noirâtres, avec en général 2 ou 3 bandes 
transv. irrég. grises ou blanches vers le milieu. — J. Plus foncé que l'adulte. 
Brun noirâtre, avec la nuque et le derrière du cou brun rouge, la culotte et 
souvent la face inf. tachée de blanc, le tarse roussâtre ou blanc roussâtre. 
Queue blanche dans les 2/3 ant. — P. Cou\ert d'un duvet blanc l;né de 
roussâtre à la face sup. 

Nid très grand el l)lat, exlér. de branches et l'ameaux assez \ oluniiiieux, de 
brindilles et radicelles au centre, sur un rocher inaccessible, i-arement sur un 
gros arbre. — Œufs : 2, exception. 1, 3 ou 4, d'un ovale obtus. Gd : 70 à 89 ; Pd : 
51 .à (36. Blancs, grisâtres f)u jaunâtres, parfois pres([ue immaculés, d'ordinaire 

.Sédt'utaire ou ei'i'al iipie, dans les Alpes, les Pyrénées, les hautes uionlagnes, 



• la I. 


•1 .le 
■M"" 


lie 


iiulcs Ion 
ri ,lu \. 


.M s, 

(le 1; 


(Ic'vonanl 
a lUissie, 


r.\sic 


. N. 


(le 


rAiiUM'i.i 


lie. 





lAlNK liK lU.VNCi:. OISIi.VlX -J.'W 

autrefois clans beaucoup de ré<>ious moulai^ 
(le plus en plus raie en Franet-. — Kurope, 
;'. la M.Mlilcrranée el à l'Asie mineure; \V. 

A. heliaca Sw. [Falco imperialis Bechst.J ; Aigle impérial. I^ : 80 à 95 
(Cf I à 100 i9V: A : 57 à 61 (o^), 61 à 66,5 (9) ; Q : 27, 5 à 31 (cf) ; 30 à 33 
(9' ; 1 '■ •' à I I ; B : 6,i. Bec noivàli'e à hase bleuâtre, cire et doigts jaunes, 
iris brun noisette. — cT $• l'''"*'!'^ I)i'ini noir, reste du I)onnet. joue et der- 
rière du cou blanc roussâtre ou jaunâtre avec les rachis brun noir. Reste de 
la face sup. brun noir brillant avec les scapulaires en partie blanches. Face 
inf. et culotte brun noir, avec le ventre et les sous-caudales brun clair ou 
terre d'ombre clair. Rém. brun noir avec à la partie proximale les barbes 
iut. irrégul. barrées de gris brun. Rect. gris brun foncé à extrémité blan- 
châtre, avec 7 ou 8 bandes transv. claires. — /. Beaucoup plus clair que 
l'adulte, face sup. brun clair avec le centre des plumes fauve, le bas du dos, 
le croupion et les sus-caudales fortement nuancées de fauve. Face inf. jau- 
nâtre, les plumes lancéolées de la poitrine et du ventre avec une bordure 
brun foncé. Aile avec 3 bandes transv. fauves. Queue brune à extrémité 
blanc briuiâlre. — P. Couvert d'un duvet blanc pur. 

Nid seniblalîle à celui de l'espèce précédente, sur un arbre. — Œufs : 2, (piel- 
quefois 3, d'un ovale court. Gd : 67,5 à 82,5 ; Pd : 53 à 00. Blanchàti-es ou jau- 
nâtres, tachés de bi'un, de brun rouge, de gris violac('>. 

Très accident, dans le S. E. de la France. — S. E. de l'Europe; Asie juscpren 
Chine ; E. de l'Afiique. 

S. V.. A. h. adalberti Brehm. DifTère du type par les scapulaires ])lanches 
en entier, le dossier de l'aile blanc au lieu de foncé et les pi-tites sus-alaires 
également blanches. /. d'aspect unicolore, Isabelle lavé de roux. Pyrénées, acci- 
dent, dans le S. W. de la F'rauce. — Espagne, Portugal ; N. \\'. d(> rAtVi<pu'. 

A. rapax Temm.., S. E. A. r. belisariiis Levaill. i ; Aigle ravisseur, 
Aigle névioïde. L : 80 ; A : 53 à 55 cf ^ •>i '"» ^5,5 (9) ; Q : 25 à 29 ; T : 8 ; 
B : 1,6. Bec brun noir à base bleuâtre, cire et doigts jaunes, iris gris jaune 
ou gris. — {^f 9- Face sup. brun foncé plus ou moins roussâtre sur la tête 
et le cou, fauve sur le dos et blanchâtre sur les sus-caudales, les plumes 
plus claires au centre, surtout dans les parties scapulaires et intersca- 
pulaire. Face inf. brun fauve foncé avec le milieu des plumes de la poitrine 
et de l'abdomen plus foncé. Rém. brun noir. Rect. brunes marquées de gris 
et terminées de roussâtre. — J. Fauve ocracé plus clair à la face inf., lavé 
de cendré jaunâtre sur le cou et la gorge, de gi'isàtre sur les pennes et le 
bord de l'aile. Beaucoup de tectrices, particulier, de l'aile, du cou, de la 
poitrine, des flancs, en partie fauve à rachis cendré, en partie brun chocolat 
à reflets pourpres. Rect. brun cendré à bout fauve. — P. Couvert d'un duvet 
blanchâtre. 

iVid ressend)lant à celui des espèc(>s |)i(''C('denles, sur un ju'bre. — (Kufs- : '2 en 



•2iO ialm; 1)i: irancf. — uiskai \ 

-imummI. dnii ovjilc (.l.iiis. (i(i. : G!s,:i à 1 '^ : IM. ::;i.:i à :;'»,:;. liiinuiiriiics, larlu-s 

lie Ijrun. 

Signalé comme rencontré dans le S. de la France. — Maroc, Algérie, Tunisie, 
accident, dans le S. de rEuropo. 

A. clauga Paixas \FaIco maculatus Gmel., Aquila fusca Brehm] ; Aigle 
criard. L : 65 ((f ) à 71 (9) ; A : 50 à 53 ((f i ; 52,5 à 56 (Q) ; Q : 24 à 27 ; T : 
9,5 à 10,5 ; H : 5 à 6,2. Hec (260) bleuâtre à pointe noii-e, cire et patte jaunes, 
iris brun. — cf 9- l^i'm^ i'<^ii' uniforme avec des reflets pourprés à la 
face sup. et une légère teinte roussâtre derrièi'e le cou. Une légère teinte 
grise vers le bout de la queue . — J. De coloration générale plus claire. Sca- 
pulaires, sus-alaires et croupion avec une tache blanc roussâtre à la pointe 
des plumes, les sus-caudales blanches. Gorge brunâtre, plumes de la poitrine 
avec le centre brun ocracé. Abdomen ocracé unicolore, sous-caudales fauve 
ocracé. Queue noirâtre terminée de blanc roussâtre. — P. Couvert de duvet 
blanchâtre. 

Nid ressemblant à celui des espèces précédentes, sur un arbre. — Œufs : 1 à 3, 
d'un ovale court. Gd. : 64,5 à 74,5 ; Pd. : 51 à 58. Blanchâtres ou grisâtres, tachés 
de gris, de l)nui, de violac(''. 

De passage irrégulier cl rare on France. — E. et S. E. de l'Europe ; Turkeslan, 
S. de la Sibérie ; accidenl. dans IW. de rEinope. 



A. pomerana Brehm [Aquila nae<>nn ami.] ; Aigle tacheté. Aigle de 
Poméranie. J. : 52 (cf) à 59 (9) ; A : 46 â 49 (q^), 49,5 à 52,5 (9) ; Q : 23 à 
26; T : 8,5 à 10; B : 5,4. Bec noir bleuâtre, cire et doigts jaunes, iris 
jaune foncé taché de brun. — d^ 9- Plumage brun ocracé avec les scapu- 
laires et les rém. (262) plus foncées, le bonnet, la nuque et les petites sus- 
alaires un peu plus clairs. Rect. brun foncé avec la pointe et des bandes 
transv. irrégulières et plus ou moins nettes aux rect. ext. de teinte claire. 
— J . Face sup. chocolat clair â légers reflets pourpres, le bout des plumes 
plus ou moins taché de l'oux ou de roux jaunâtre. Face inf. brune, marquée 
de roux ocracé, les sous-caudales fauves et le tarse taché de crème. Rém. 
second., grandes et moyennes sus-alaires terminées de roux jaunâtre. Rect. 
brun foncé à extrémité gris clair et des bandes transv. grises irrég. et peu 
nettes. — P. Couvert de duvet blanc brunâtre. 

Nid semblable à celui de i'es])èce précédenle, sui' un arl)r(\ — Œiifx : I à l. 
(|uelqnefois 3, de même l'orme que ceux des autres Aigles, (id. : 57 à OU ; Pd : >»1.5 
à 56. lîlanclîâlres ou grisâtres, tachés de gris, de violacé, de biun roux. 

Donné comme quelquefois sédentaire dans les régions montagneuses et boisées 
de l'E. et du S. de la France, en général erratique et accidentel. — E. de l'Europi', 
accidentel dans l'W. ; Asie mineure ; N. E. de rAfriijue. 



FAINE DE lUANCE. OISEAUX 24l 



Ci. HIERAETUS K.up ; Ilieraele. 



Bec environ moitié de Ja lùte en lonj^-. Aile n'alleignani pas rexLréniilé de la 
queue, avec en général les 5 premières rém. éclKuuic'cs au Ijord inl. Forme plus 
ou moins massive. Taille variable. Sexes send)lal)lcs. i<'utu's plus ou moins ditl'é- 
rents des adultes. OEufs peu nombreux à fond hiaiic ou très clair, unicolores ou 
plus ou moins tachetés. 

H. fasciatUS (Vieill.) [Fcilco bo/ielli/TKSiM., Aquilu inlennedia IJuitardJ; 
Hiéraëte à queue barrée, Aigle de Hoiielli. LAM (cf j à 75 [^); A : 46 à 4y(cf ), 
49 à 52 (9) ; Q : SOà 29 ; T : Kl à 11 ; W : 5. Bec bleuâtre à pointe noirâtre 
(258), cire et doigts (259) jaunâtres, iris jaune orangé ou jaune foncé. — 
ç^ 9- l'ace sup. et sus-alaires brunes, avec une légère bordure blanchâtre à 
quelques plumes du cou et aux sus-caudales. Face inf. blanche avec plus ou 
moins de plumes striées longitud. de brun au centre et avec les sous-caudales 
barrées Iransvers. de roux et la culotte irrégul. barrée de brun et de roux. 
Rém. noirâti'es. Rect. gris brunâtre léger, terminées de roussâtre, barrées 
irrégul. de brun, avec une légère bande subterminale plus foncée. — J . Face 
sup. brun roussâtre, le centre des plumes plus foncé, la bordure plus rousse 
au cou, blanchâtre aux scapulaires. Face inf. rousse avec l'abdomen et les 
jambes plus clairs et une strie brune au centre des plumes. Rém. et sus- 
alaires à bord blanchâtre. Rect. gris roussâtre avec 9 à 10 bandes transv. et 
sans bande noirâtre subterminale. — P. Couvert d'un duvet blanc saie, 
nuancé de brunâtre à \i\ face sup. 

Nid de branchages et de brindilles doublé d'herbes sèches, dans une crevasse 
de rocher, exceptionn. sur un arbre. — Œufs : 2, quelquefois 3, d'un ovale court. 
Gd ; 64,0 à 73,5 ; Pd : 49,5 à 57,5. Blanchâtres ou grisâtres, unicolores ou faible- 
ment tachés de brun rouge pâle. 

Sédentaire ou erratique dans les régions montagneuses du S. de la France, 
accident, dans le Centre. — S. de l'Europe ; N. de l'Africiue ; S. de l'Asie jusqu'en 
Chine, 

H. pennatus (Gmel.) [Aquila minuta Brehm] ; Aigle botté. L : 47 (cf ) 
à 53 (9); A : 36 à 38 (cf), 39,5 à 41,5 191; Q : 20 à 23; T : 5,8 â 6,4; 
B : 3,5 à 4. Bec bleuâtre à pointe noirâtre, cire el doigts jaunes, ii'is brun 
roux. — cf 9- Fi'oiit blanchâtre, reste de la tète et cou fauves avec des 
taches longit. brunes. Reste de la face sup. brun sombre, les plumes bordées 
de brun clair et souvent les scapulaires sup. blanches, les sus-caudales étant 
brun clair et liserées de blanchâtre. Face inf, blanche, blanc roussâtre ou 
bien brun i-oux foncé [Aquila minuta Breum], avec au centime des plumes 
une strie longit, brune ou noirâtre, surtout à la poitrine et à l'abdomen, les 
jambes avec des bandes transv. rousses. Rém. brun noir, sus-alaires large- 
ment bordées de gris roussâtre. Rect. brun noirâtre terminées de blanchâtre 
ou de roussâtre, avec des bandes transv. fcnicées irrégul. et peu nettes. • — 

10 



24ti FAUSR DK FRANCE. OISKAIX 

/. Face Slip, brun roussàlre, plus clair ;i la lèle cl derricre le cou. Face iaf. 
roussâlre ou brun roux, avec des raies longit. foncées. Rect. avec des bandes 
transv. nettes. — P. Couvert d'un duvet blanc pur ou brunâtre. 

Nid ressemblant à celui de l'espèce précédente, sur un arbre. — Œufs : 2, quel- 
quefois 3, d'un ovale très court. Gd : 50 à 60 ; Pd : 39,5 à 47,5, Blanc sale ou 
léger, bleuté, unicolores ou avec des taches rousses ou brun rouge. 

Sédentaire ou erratique et rare, dans les grandes forêts du S. et du Centre de 
la France. — S. et partie du Centre de l'Europe ; Afrique ; Asie jusqu'en Birmanie. 

G. HALIAÈTDS Sav. ; Pygavgue. 

Bec gros, plus long que moitié de la tète, profondément fendu, à narines assez 
grandes, elliptiques et obliques. Cire assez grande, nue ou à peu près. Doigt ext. 
libre et un peu réversible. Ongles forts, creusés en dessous. Aile grande et large, 
n'atteignant pas tout à fait le bout de la queue. Corps robuste de très forte taille. 
Sexes semblables, jeune différent des adultes. OEufs pou nombreux, blancs ou 
blanchâtres unicolores ou un peu tachetés. 

H. albicilla (L.) [Falco (ilhicaudus (jmkl., F . pygargus Daid.]; Pygargue 
ordinaire. L : 85 (cf ) à 100 (9j ; A : 59,5 à 63 (cf ), 65 à 71 (Ç) ; Q : 29 à 35 ; 
T : 9 à 10; B : 7,8 à 8,6. Bec (280), cire, patte (281) et iris jaunes. — 
0* 9. Tète et cou gris roussâtre clair, reste de la l'ace sup. brun avec la bor- 
dure des plumes plus claire et les dernières sus-caudales blanches. Face inf. 
comme la sup., les sous-caudales et la culotte d'une teinte plus foncée et 
uniforme. Rém. bi'un noir. Rect. (282) blanc pur. — J . Tète et cou bruns 
avec la bordure des plumes plus claire, reste de la face sup. d'un brun un 
peu plus pâle que les adultes, plus roussâtre, avec le bout des plumes brun 
foncé. Face inf. brun roux taché de brun foncé et de noîi'atre. Rect. brun 
noii^itre marbrées de blanchâtre. — P. Couvert de duvet brun grisâtre clair 
avec le cou blanchâtre. 

Nid très volumineux et grossier, construit, suivant le lieu, sur un rocher, un 
grand arbre, à terre dans des broussailles ou des roseaux. — Œufs : 2, (juelque- 
l'ois 3, d'un ovale obtus. Gd : 66 à 82 ; Pd : 53 à 63,5. Blanc léger. l)leuàtre, 
immaculés ou avec de petites taches brun rouge pâle. 

De passage irrégulier et devenu très rare en France. Aurait niché en 1892 près 
de Thonon (Fatio, 1899). — Toute l'F^urope ; N. de l'Afrique; Asie jusqu'au 
Japon (1). 

G. CIRCAËTUS ViEiLL. ; Circaète. 

Bec environ moitié de la tète eu long, assez profondément fendu et bien crochu, 
à bords à peu j)rès droits. Narines ellipticiues subverticales, un peu en arrière de 

(1) Haliaëtus leucOCephalus(L.).Toteutcoii blanc purclioz l'aJiille. Anu-iique duN, 
Signalé par erreur connue renoontrt' en Franco et d'autres régions de l'W, et <iu N, de 
rKuiope. 



KAlNE DE FRANCi:. OISEAI \ 243 

la cire qui est courte. Doij,'-ts lat. suliégaux, l'cxl. un peu relié à la base.au médian 
par une petite membrane. Aile n'atleiyaant pas tout à lait lextrémité de la queue. 
Corps robuste. Plumage assez variable. Sexes semblables el à peu près de même 
taille, jeune peu dilTérent des adultes. Normal. Un seul œuf, blanc ou blanchâtre, 
unicolore. 

C. gallicus (GxMEL.i; Circaële Jean le lilaac. L : 65 à 72 ; A : 51 à 56; 
Q : 28,8 à 30,5 ; T : 9 à 9,5 ; B : 5 à 5,7. Bec noirâlre, cire et palte (283) 
bleuâtres, iris jaune d'or ou jaune oranf:;e. — cf 9- l'-'C'^' ^^ip. et sus-alaires 
cendré brun à bordures des plumes plus claires, parl'ois tète blanche avec le 
centre des plumes plus ou moins raye longit. de brun. Gorge et devant du 
cou cendré brun ou blancs avec le centre des plumes rayé longit. de brun. 
Reste de la face inl". blanche avec la poitrine tachée longit. de brun, le 
ventre, les flancs el les sous-caudales avec des barres et des taches transv. 
brunes plus ou moins denses. Rém. prim. noirâtres, second, brun foncé. 
Rect. brun grisâtre avec 3 larges bandes brun noir. — J . La gorge, le devant 
du cou et le haut de la poitrine brun roux, striés ou non de foncé, le reste de 
la face inf. bien plus taché que les adultes. — P. Couvert d'un duvet blanc. 

Nid de branches enchevêtrées avec le centre garni de brindilles et d'herbes 
sèches, sur un arbre, parfois un rocher ou des broussailles. — Œufs : 1 , excep- 
tionn. 2, d'un ovale court. Gd : 62 à TtJ ; Pd : bO à 62,.^. Blanc sale ou léger, 
bleuâtre, en général immaculés. 

Dans les régions très boisées et accidentées, estival el de passage, sédentaire 
dans le S. — Centre el S. de l'Europe, accidentel dans le N. ; N. de l'Afrique ; Asie 
jusqu'en Chine. 

G. PERNIS Cl v. ; Bondrée. 

Bec au moins moitié de la tète en long., médiocrement fendu, à bords à peu 
près droits. Narines grandes, elliptiques, obliques. Cire assez grande, totalement 
nue. Doigt médian guère plus long que les lat., subégaux, relié à la base à l'exl. 
par une petite membrane. Ongles longs, peu arqués. Aile atteignant presque l'ex- 
trémité de la queue qui est longue et subarrondie. Sexes semblables, jeune 
plus ou moins différent des adultes. Plumage variable. OEufs [teu nombreux, très 
fortement colorés. 

P. apivorus (L.) [Falco tachardus Daid., Pernis coinmunis Less.]; 
Bondrée apivore. L : 54 à 65 ; A : .'i9,5 à 42,5 ; U ; 25,5 à 27,5 ; T : 5 à 5,4; 
B : 3,4 à 4,2. Bec noirâtre à base jaunâtre (263), cire gris de plondi ou ver- 
dâtre, patte jaune (264), iris jaune ou orange — cf 9- l->essus et coté de la 
tête souvent cendré bleuâtre, reste de la face sup. et sus-alaires brun plus ou 
moins foncé, ou roussâtre ou grisâtre avec le bord des plumes plus clair, les 
sus-caudales et souvent la nuque plus ou moins tachés de blanc. Face inf. 
en général blanche ou blanchâtre, plus mi moins tachetée longit. à la gorge 
et au cou, transv, dans le reste. Rém. bruiio. plus foncées avant le bout qui 



244 



1 AUNi: i)i: l'HANCK. — oisi;au\ 



esl général. l)lancliàLre. Kecl. brunes ou brunàlres ji boni plus (Ui moins 
blanc, avec 4 larges bandes transv.. les li premières proches les unes des 
autres, la dernière très séparée. — J . Très variable. Entier, brun foncé ou 
bien au contraire avec beaucoup de blanc dans le plumage. — P. Couvei't 
il'un duvet blanc crème, léger, plus foncé sur la tète. 

Nul largo, de hrauchages enchevêtrés avec g-arnilui-e tle brintHlles, radicelles, 
lierhes sèches et feuilles, sur un arl)i'e. — (Eufs : 2 parfois 3, d'un ovale court. 
Gd : 46,0 à 00; Pd : 38,5 à 44. Blancliàtres ou roussàtre pâle en général lavés de 
brun et plus ou moins couverts de larges taches acajou ou brun rouge. 

Surtout dans les régions boisées, estivale et de passage, plus ou moins répan- 
due dans pres(jue toute la France. — Euro])e du 02" latil. N. à la région méditer- 
ranéenne ; Asie nuneure, Svi-ie ; eu liiver en Afri(nu'. 



G. ELANUS Sav.: Elanion. 

Bec court, fortement couihi' dès la i)ase, comprimé en avant, fendu jusque sous 
le nnlieu de l'œil. Tarse eiuphimc' sui- plus de sa première moitié. Doigts courts, 
entier, séparés. Ongle du [)ouce le plus fort. Aile étroite, dépassant l'extrémité 
de la queue. Plumage non tacheté eliez l'adulte. Sexes send)lables. Jeune différent 
des adultes. Œufs en moyenne de 3 ;i il, à fond blanc, tachetés. 

E. caerilleus (Di-sf.) \ Falco fiichi/ioplerus Daiu.i ; l*]lanion blac. L : 30,5 
à 3-2 : A : -25.8 à i>8,3 ; g : 1-2,3 à 1-2,8 ; T : 3,2 à 3,4 ; B : 2,9. Bec noir ^267) 
cire et patte (279) jaunes, iris orangé ou rouge. — cf $• Face sup. moins le 
front gris cendré plus clair à la tête. Front, côté de la tête et face inf. blancs 
avec les cotés de la poitrine léger, cendrés et une tache noire sur l'œil. Réni. 
gris de plondi, moyennes et petites sus-alaires noires, le dossier de l'aile 
blanc. Kect. médianes gris clair, les autres blanches. — J. Face sup. lavée 
de brun avec les plumes bordées de roussàtre. Face inf. blanche avec les 
côtés de la poitrine roussàtres et des fines stries longit. brunâtres. Les 
plumes de l'aile terminées de blanchâtre et de roussàtre. — P. Couvert 
d'un duvet gris roussàtre. 

Nid sur un arbre, un Palm 
Gd : 3o à 43 ; Pd : 28,5 à 33. 
rouge et de rouge sang. 

Accident, en France, parti 
jusqu'en Birmanie. 

G. MILVUS l.A.i-p. : Milan. 

P>ec au plus égal à la moitié (k> la tète, fendu jusipie sous l'cril, bien crochu à 
bord léger, festoimés. Narines ovales et oblitpies. (lôtés de la cire garnis de petits 
poils. Aile longue et étroite. Plumes de la nuque ellilées. Gorps allongé. Forte 



er. — Œufs : 3 ii 


3. (piel([uefois (>, ( 


l'un ova 


le court. 


Blancs ou blanc 


lia très, macult's et 


tachés 


de brun 


■ul. dans le S. - 


- N. de l'Afriiuie : 


; S. W 


de l'Asie 



taille. Si'xes [)its(hu' soinl)hil)U>s, J(miiu' [hmi diir.Mvnl dos adultes Œufs h l'oud 
très clair, tachetés. 

M. milvus (L.) [Mihms i-egoHs Roix] ; Milan royal. L : 05 à 75 : .\ : 47,5 
à .53 ; Q .- .33 à 38 ; T : 5,5; B : 3,8 à 4,4. Bec brun à pointe noire, eiie, patte 
277) et iris jaunes. — cf 9- ^'^'^^ sup. et sus-alaires à phunes l)runes ou 
l)runâtres, largement bordées de blanchâtre, de roussàlre, de "ris clair et de 
roux, suivant les régions, le croupion plus clair et les sus-caudales rousses ou 
roussâtres. Gorge blanche striée longit. de brun, poitrine blanche et rousse 
striée long-it. de noirâtre, ventre, flanc et culotte roux ou roux tachés longit. 
de brun noir, sous-caudales rousses ou roussâtres. Réni. prini. noires, second, 
brun foncé en dehors, barrées de blanc en dedans, Rect. (276j brun roux ou 
rousses, plus ou moins barrées de brun, les médianes plus claires et moins 
tachées, les exl. plus brunes. — J . Dessus de la tête brun, moucheté de rous- 
sâtre, reste de la face sup. brun et roux avec quelques taches l^lanchâtres. 
Face inf. variée de blanchâtre, de roux et de brun. Queue en grande partie 
rousse, moins fourchue que celle des adultes. — P. Couvert d'un duvet blanc 
fauve et brunâtre à la face sup., blanc à la face inf. 

Nid de branches entrelacées avec Tint, de radicelles, d'herbes sèches et 
mousse, sur un arbre ou un buisson accroché à un rocher. — Œufs : 2 à 4 d'un 
ovale court. Gd : 52,5 à 0.3; Pd : 41 à 49. Blanc grisâtre ou jaunâtre, tachés et 
maculés de brunâtre, de brun, de brun noir. 

De préférence dans les régions de plaines, estival et de passage, dans presque 
toute la France. — Europe depuis la Scandinavie ; Asie mineure ; Afrique. 

M. migrans (Bodd.) [Falco kor.schun Gmel., F. ater Gmel., Milçus rus- 
sicus D.vin., M. nigev Bonap.] ; Milan noir. L : 55 à 62 ; A : 42,5 à 47,5 ; 
Q : 26 à 30 ; T : 5 à 6; B : 3,8 à 4,4. Bec noir, cire et patte (275) jaunes, iris 
brun noirâtre. — cf 9- Tète et nuque à plumes brun noir très largement 
bordées de blanchâtre, reste de la face sup., sus-alaires et rém. second, brun 
plus ou moins foncé, les sus-alaires nuancées de gris roussâtre. Gorge et cou 
blanchâtres striés long-it. de brun, le reste de la face inf. d'un brun plus clair 
que le dos, surtout le ventre, les sous-caudales et la culotte qui sont aussi 
plus roussâtres, le tout strié longitud. de noir et de noirâtre. Rém. prim. 
noires. Rect. (278^ brunes, transvers, barrées de plus foncé. Les teintes de 
la 9 plus ternes et plus sombres. — /. Face sup. brune mouchetée de rous- 
sâtre, les sus-alaires général, terminées de blanchâtre ou de roussâtre. Face 
inf. brune, striée longitud. de roussâtre et de blanchâtre, l'extrémité des rect. 
claire. — P. Couvert d'un duvet blanc et brunâtre sur la face sup., crème 
à la face inf., les régions oculaire et parotique noirâtres. 

Nid semblable à celui de l'espèce précédente, sur un arbre ou un rocher. — 
Œufs : 2 à 4, d'un ovale court. Gd : 47 à 61 ; Pd : 39,5 à 46. Blanc jaunâtre, gri- 
sâtre ou bleuâtre, plus ou moins tachés de brun, de brun rouge, de brun noir. 



246 



KANCi;. — 



Dans les pliiiiics humides, au l)oid de l'eau, estival ou de passage, plus ou 
moins répandu dans presque toute la France. — S., Centre et E. de l'Europe, 
accident, dans le N. ; Afrique ; S. W. de l'Asie (1). 



F. GYPAETIDAE 

Bec à peu près de la lon^;. de la lête, jirofondément fendu, lorlement convexe 
en avant de la cire qui en couvre plus de la moitié et est cachée par de longs poils 
dirigés en avant. Lorums garnis de poils et de plumes. Tarse à peu près égal au 
médian nu. Doigts ant. un peu l'eliés à la base par une petite membrane. Ongle 
du doigt int. presque égal à celui du pouce. Aile grande, subaiguë, n'atteignant 
pas l'extrémité de la (pieu(\ Clelle-ci longue, conique, à 12 rect. Oiseaux de très 
forte taille. Sexes seml)ial)les. .leuue ditl'ércnt des adultes. Un poussin. 

Nid volumineux, plat (aire), grossier, construit dans une anfractuosité ou sur 
une saillie de rocher inaccessible. — Œufs ; 2 ou 1 seulement, d'un ovale court, 
plus ou moins fortement colorés et tachés. 

Régime Carnivore. Oiseaux montagnards, sédentaires et erratiques, solitaires. 



G. GYPAETUS Storr ; Gypaète. 

Bec comprimé en avant, à narines avancées, ovales et obliques. Rém. second, 
demeurant peu en arrière des prim. Rect. étagées, subconiques à l'extrémité. 
Sclérotique visible autour de l'iris en un cercle coloré. Corps robuste mais assea 
allongé. 

G. barbatus (L.), S. E. G. h. grandis Storr [Gypaëtus alpinus Daid.] ; 
Gypaëte barbu. L : 105 à 150 ; A : 73 à 91 ; Q : 48 à 60 ; T : 7,9 à 9 ; 
B : 9 à 10,5. Bec (30 p. 47) brun de corne, doigts bleuâtres, iris jaune cerclé 
de rouge. — cf 9- P'^ils de la cire et de la barbe noirs. Bonnet et côté de 
la tête blancs ou blanchâtres avec une ligne longit. médiane plus ou moins 
nette sur le bonnet, une bande du bec au travers de l'œil vers l'occiput et 
une petite moustache noires. Derrière de la tête roussâtre ou roux. Face sup. 
et sus-alaires brun grisâti'e ou noirâtre, avec le croupion et les sus-caudales 
plus foncés, un trait longit. blanc ou roussâtre à extrémité élargie, sur le 
milieu de la plupart des plumes, surtout au dos et aux sus-alaires. Face ini". 



(1) M. m. aegyptius (Gmel.) qui se (iisllngue du type princi|)id. par son bec jaunâtre 
et sa lùte moins blanche, plus rousse et habile le N.-E. de l'Afrique, l'Asie mineure, 
visitant acci.ient. le S.-K. t\e l'iMirope et M. m. govinda Sykes, plus foncé, avec la 
base des rém. prim. blanche, dont l'habitat est l'Inde et les régions voisines, ont été 
signalés comme de rencontre aceid. dans le S. de la Kranee, par suite de confusion 
avec des jeunes du type. 



lAtM- Di: iliANci:, — insr.Aix :247 

blanc roussàlrc on loux de rcniille [jlus pàli' à la })arlie posl. du corps, avec 
quelques grandes taches brunes sur la poitrine, souvent quelques petites 
stries longit. brunes à la gorg-e et quelques taches brunes aux sous-caudales. 
Réni. prim. et rect. brun cendré ou noirâtre, à rachis blanchâtre. Réni. 
second, grises, bordées de brun noirâtre ou très largement terminées de cette 
teinte. — /. Brun avec la tète et le cou plus foncés, presque noirs. Ensuite 
tète et cou bruns, le reste de la face sup. brun grisâtre taché de gris, la face 
inf. plus claire et tachée de foncé. — P. Couvert d'un duvet blanc brunis- 
sant ensuite. 

Nid très grand, de branches et de racines enclievêtrées et mélangées de terre 
avec quelques herbes sèches et plumes au centre. — Œufs : 2 ou 1 seulement. 
Gd : 75 à 92 ; Pd : 56 à 70. Blanchâtres, jaunâtres, roussâtres, rosaires, prescjue 
iunnaculés ou plus ou moins fortement lavés et tachés de brun rouge, de gris 
violacé, de violacé. 

Dans les Alpes, les Pyrénées, en Corse, sédentaire et errali(jue, devenu très 
rare. — S. de l'Europe et de l'Asie ; N.-E. de l'Afrique, 



F. VULTURIDAE 

Bec plus ou moins profondément fendu, à bords mandib. sup. plus ou moins 
onduleux, couvert sur plus de la moitié par la cire. Tarse plutôt court. Doigts 
ant. plus ou moins reliés à la base par une membrane. Ongles relativ. faibles et 
peu crochus, celui du doigt int. presque égal à celui du pouce. Aile grande et 
large, plus ou moins obtuse. Queue de 12 à 14 rect. Jabot plus ou moins saillant. 
Oiseaux de forte ou très forte taille. Sexes semblables, la Q étant un peu plus 
petite. Jeune plus ou moins différent des adultes. 

Nid volumineux et plat (aire), grossier, construit extér. de branches, le plus 
souvent sur un rocher. — Œufs : général, au noml)re de 2, ovales, unicolores ou 
plus ou moins tachetés. 

Régime Carnivore, mangeant particul. les charognes. Oiseaux plus ou moins 
sédentaires, migrateurs ou erratiques, sociables. 



TABLEAU DES ESPECES 

Bec étroit, à peu près de la long, de la tête, dessus de la tête, 
face et devant du cou nus, vertex et nuque avec des plumes 
longues et effilées (27, p. 47). Tarse à peu près entier, nu. 

14 rect. Rém. prim. dépassant sensibl. les second 

Neophron percnopterus (p. :248) 

Bec fort, robuste, un peu plus court que la tête (28 p. 47), celle-ci 
et le cou plus ou moins garnis de duvet, avec une collerette de 
longues plumes au dessous de la partie duveteuse. Tarse em- 



•24S 



lAlNF. Di; IRANCl 





Figures 291 el 292. — 2UI, Ologyps auricularis, tète; 292, jEgypius monachus, tête. 

pliuné sur au moins le 1/3 sup. (23, p. ij). Kém. second, atlei- 
gnanl presque l'exlrémilé des prini 2 

2. Bec peu bombé devant la cire, un peu rentlé latér., à narines allon- 

j;ées, verticales (28 p. -47). Cou long- entier, garni ainsi que la 
tète de duvet soyeux. Occiput non saillant. Tarse emplumé dans 
le 18 sup. seulement, li rect Gyps fuhu^ (p.^i'i)) 

— Hoc l)ien bondiè tle\ant la cire, comprimé latér. Cou moyen, 

comme la tète en partie nu. en partie couvert de duvet. Occiput 
saillant. Tarse emplumé sur au moins la moitié sup. 12 rect. . 3 

3. Narines subarrondies, sensiblement plus larges que le méat auditif 

(292). Queue arrondie. Face ext. de la jambe emplumée. Tint, 
duveteuse ^"Egi/piiis monarhiis \p.''2i9) 

— Narines allongées, verticales, sensibl. plus étroites que le méat 

auditif (291). Queue subétag-ée. Face ext. de la jambe duveteuse 
comme Tint O/ooyps auricularis (p. 2Ï)0) 

G. NEOPHRON Sav. ; Néophron. 

Bec fortement crochu en avant de la cire qui dépasse le milieu du bec, à 
narines elliptiques, horizontales. Tarse empliftné seulement à l'articulation, plus 
long que le médian nu. Queue conicpie et étagée dépassant un peu rextrémité de 
l'aile. Celle-ci subobtuse. 



N. percnopterus (L.) [Vultur alimoch Lapevr., V. albus D.vud.] ; 
Néophron percnoptère. L : 65 a 75 ; A : 47,5 à 52 ; Q : 25,5 à 28 ; T : 7,5 à 
8,5 ; B : 5,8 à 6,9, Bec (27 p. 47) brun de corne, cire, partie nue de la face 
et du cou jaune un peu orangé, patte rougCcâtre ou lilacée, iris brun foncé 
ou brun rouge. — çfÇ- Plui»ag(" blanc nuancé de roussàlre, surtout les 
plumes cfiilées de la nuque, avec les rem. noires. — J. En entier brun noir 
plus ou moins manpié de roussàlre, les parties nues de la tète et du cou 
avec un léger duvet grisâtre. — P. (^uivei'l d'un duvet blanc plus ou moins 
roussâtre à la face sup. 



FAINK DE llîANCi:. OISI-AI'X 2 19 

Nid g-rossièr. construit avec des l)raucliag-es, dos herbes sèches, des chiffons, 
des crins, des os, sur un rocher, une muraille, quelquefois sur un arbre. — 
Œufs : 2, exceptionn. 1 ou 3, d'un ovale obtus. Gd : 58 à 76,5 ; Pd : 43 à 56. Blanc 
jaunâtre ou roussâtre, couverts de larges taches brunes plus ou moins éparses ou 
confluentes. 

Estival et de passage dans les régions montagneuses du S. de la France, 
particul. les] Alpes, les Pyrénées et la Corse, accident, dans le Centre; Asie 
jusqu'aux Indes ; Afrique. 

G. GYPS Sav. ; Gyps. 

Bec épais, médiocrement fendu, à narines vers le bord ant. de la cire. Tarse 
plus court que le médian armé. Queue subétagée dépassant un peu l'aile, celle-ci 
subobtuse ou obtuse. 

G. fulvus (Habl.) [Gyps ^'ulgarfs Sav.] ; Gyps fauve. L: 110 à 130; 
A : 69 à 75 ; : 31 à .34 ; T : 10 à 11 ; R : 7,3 à 8. Bec (28 p. i7) jaunâtre ou 
brunâtre, cire ardoise foncé, patte grise ou gris verdàlre, iris brun ou brun 
jaunâtre. — cf9- Tète et cou couverts de duvet blanchâtre, collerette 
blanche ou blanchâtre. Face sup. gris brunâtre ou fauve, face inf. plus 
roussâtre. Pennes noirâtres. — J . Tête et cou couverts de duvet blanc, 
collerette jaunâtre ou rousse. Reste du plumage brun roux, les pennes gris 
brunâtre. — P. Couvert d'un (lu\et gris clair. 

Nid de branches et brindilles, de folioles et fibres de palmiers, d'herbes sèches, 
sur un rocher inaccessible, parfois un arbre, le sommet d'une dune. — Œufs : 
1 ou 2 d'un ovale court. Gd : 82,5 à lOl ; Pd : 66 à 75. Blanc sale, unicolores ou 
tachés de lirunàtre, et de brun vers le gros bout. 

Estival, de passage ou erratique dans les Pyrénées et le S. de la France, très 
accident, dans le Centre et le N. — S. de l'Europe, accident, dans le Centre ; N. 
de l'Afrique ; S. W. de l'Asie. 

G. iEGYPIUS Sav.; Vanlour. 

Bec fort, profondément fendu, à crochet très développé, à narines jiercées vers 
le bout ant. de la cire. Tarse emplumé sur plus de moitié, léger, plus long que le 
médian armé. Aile subobtuse atteignant presque l'extrémité de la queue. Lorum 
garni d'une épaisse touffe de poils divergents. Plumes axillaires formant de fortes 
touffes. 

Si. monachus (L.) [Vultur cinereus Gmel., V. vulgaris et V. niger 
Dald.] ; ^'autour moine, Vautour arrian. L : 110 à 125; A : 76 à 84 ; Q : 
35 à 41 ; T : 12 à 13 ; B : 8,8 à 9,7. Bec noirâtre à base bleuâtre (?92^, cire 
et patte bleuâtre clair, tour de l'œil rougeâtre ou violacé, iris brun foncé. — 
ç^ 9. Tête et gorge en grande partie couverts d'un épais duvet fauve bru- 
nâtre retroussé sur l'occipul, avec des poils [noirs au lorum. Nuque et haut 



250 lAlNK DK KKANCE. — - OISKAIX 

du COU nus et bleuâti-e plus ou moins clair, bas du cou et jabot brun foncé 
ou noirâtres. Collerette et reste du plumage brun foncé nuancé de noirâtre 
aux rém. et souvent moucheté de fauve à la face inf. — J . Tête et cou garnis 
de duvet gris. Plumage brun un peu fauve, les plumes de la face eup. bor- 
dées de clair. — P. Couvert d'un duvet gris clair. 

Nid ressemblant à celui du Gyps fulvus, sur un arbre, exceptionn, sur un rocher. 
— Œufs : 1, rarement 2, ovale obtus. Gd : 83,5 à 107 ; Pd : î)6 à 76. Blanc sale, 
général, tachés de brun rougoâtre ou de brun noirâtre. 

Estival ou erratique dans les Pyrénées et le S. de la France, accident, dans le 
Centre et le N. — S. de l'Europe, accident, dans le Centre et le N. ; N. de l'Afrique; 
Asie jusqu'en Chine, 

G. OTOGYPS Gray; Otogyps. 

Bec fort, profondément fendu, à crochet très développé, à narines percées assez 
près du bord ant. de la cire. Tarse emplumé sur environ la première moitié, un 
peu plus long que le médian armé. Aile subaiguë ou subobtuse. Très peu de duvet 
à la tête et au cou qui sont en grande partie nus. 

0. auricularis (Daud.) [Vultur imperialîs Temm.] ; Otogyps oricou. L : 
115 à 120 ; A : 75 à 79; Q : 36 à 39; T : 12 à 13 ; B : 8,8 à"9,8. Bec (291) 
couleur de corne à pointe brune, cii-e ardoise, patte gris bleu, iris brun 
foncé. — cf Ç. Tête et cou couleur chair ou rouge violacé avec quelques poils 
noirs raides au vertex, à la base de la mandib. inf., aux joues et autour du 
méat auditif et surtout vers le jabot, du duvet ras et soyeux. Collerette avec 
des plumes courtes, larges et arrondies. Face sup. brun foncé avec souvent 
sur le haut du dos, des plumes crèmes ou blanchâtres. Face inf. avec un 
épais duvet blanchâtre et des plumes longues, en forme de sabre, brun foncé 
à bordure claire. Rém. prim. noires. Queue brun foncé. — J. Ressemblant 
assez aux adultes, mais dessus de la tête couvert de duvet blanchâtre, le 
duvet de la face inf. brun pâle. — P. Côté de la tète nu, reste couvert de 
duvet blanchâtre, lavé de brun fuligineux. 

Nid ressemblant à celui de l'espèce précédente, sur un arbre ou un rocher. — 
Œufs : i ou 2, d'un ovale court. Gd : 89 à 99 ; Pd : 69 à 74. Blancs ou jaunâtres 
tachés de brun rouge. 

Très accident, dans le S. de la France. — N. et Centre de l'Afrique ; accident, 
dans le S. de l'Europe. 



lALNE DE 1 KANCi:. 



•Jjl 



0. PKLKCAMFORMES 
F. PELEGANIDAE 

Bec beaucoup plus long- que la tête, fendu jusque sous l'œil, à tomies lisses, 
aplati en dessus et terminé par un onglet crochu. Narines en fente, très étroites, 
se continuant en un sillon allant juscjue vers le bout du bec. Sac membraneux 
très volumineux occupant l'espace interramal. Régions périophthalmique et com- 
missurale nues. Tarse plus court ([ue le médian armé, réticulé. Doigt médian le 
plus long, pouce bien développé, ayant un ongle crochu et aigu. Aile longue et 
subaiguë avec les rém, post. recouvrant et dépassant un peu les rém. prim. 
Celles-ci n'atteignant pas l'extrémité de la queue qui est courte, subcarrée, avec 
20 à 24 rect. Plumes général, allongées et plus ou moins effilées. Oiseaux de 
grande taille. Sexes semblables, la Ç un peu plus petite. Jeunes différents des 
adultes. Petit naissant nu, mais se couvrant ti-ès vite de duvet. 

Nid volumineux, de roseaux et d'herbes, à terre. — Œufs peu nombreux, blancs, 
recouverts d'un enduit crayeux. 

Régime piscivore. Oiseaux aquatiques, sédentaires et plus ou moins erratiques, 
sociables. 

G. PELECANUS L. ; Pélican. 

Palmure très peu échancrée. Ongles arqués et lisses, celui du pouce le plus 
crochu. Jambe nue sur un petit espace distal. 4 ou 5 premières rém. général, un 
peu échancrées et rétrécies. Tète relativ. petite ainsi que l'œil. Cou long. Corps 
massif et allongé. Poussin vêtu d'un duvet court. 

P. Oiiocrotalus L. ; Pélican blanc, Pélican onocrotale. L : 140 à 185 ; A : 
60 à 72; Q : 17 à 20; T : 11 à 13 ; B : 32 à 34. Bec gris bleu au milieu, jaune 
sur les côtés, la bordure, le crochet et une pi'otubérance frontale de mue 
ruptile rouges (ad. I, ou bec livide (j.) (111 p. 59), partie périophthalmique 
nue rose jaunâtre ou rougeâtre, patte rose orangé (ad.) ou brun cendré (j.), 
iris rouge ou brun. Rém. prim. : P' < 5". — cf 9- Plumes occipitales 
longues, elTilées, en huppe tombante. Plumage blanc rosé avec le jabot 
jaune d'ocre et les rém. noires. — J. Cendré blanchâtre plus foncé au dos, 
aux scapulaires et aux sus-alaires. Rém. noirâtres. — P. Couvert de duvet 
grisâtre. 

Nid très volumineux de roseaux et d'herbes au milieu de la haute végétation 
d'un marais. — Œufs : 2 à 4, subelliptiques. Gd : 78 à 89 ; Pd : 52 à 59. Blanc 
bleuâtre couverts d'un enduit crayeux blanc ou jaunâtre. 

Très accident, en France. — S. E. de l'Europe, accident, dans le Centre ; N. de 
l'Afrique; W. de l'Asie (1). 

(1) Pelecanus crispus Bruch. A peu près de la même taille que P. onocrotalm L. 
région périophlhalmique peu dénudée. Pattes gris foncé. Plumes du bonnet frisées. 
Plumage blanc d'argent avec les grandes rém. noires. Europe S. E. ; N. de l'Afrique ; 
Asie jusqu'en Chine. — Donné comme rencontré accident, sur la Marne (Lécuyer, 
1880). 



252 KAINI- l)i: 1 HANCK. — OISEAIX 



F. SULIDAE 



Bec plus long- que la tête, fendu au delà de l'angle post. de l'reil, droit, conique, 
à bord finement dentelé en scie, à branches mandib. inf. séparées presque jusque 
vers l'extrémité. Narines basales extrêmement étroites et très prolongées. Tarse 
environ 1/3 plus court que le médian, dont l'ongle est pectine au bord int. et qui 
est à peu près de la long-, de l'ext. Queue médiocre, conique, avec 12 à 18 rect. 
Aile allongée atteignant presque l'extrémité de la queue. Oiseaux de forte taille. 
Sexes semblables, la 9 seulement un peu plus petite. Mue simple et pas de 
plumage de noce. Jeune très différent des ad. et n'ayant son plumage définitif 
qu'après plusieurs années. Petit d'abord nu, mais se vêtant très vite. 

Nid grossier d'Algues et d'herbes sèches, en colonie sur un rocher. — Un seul 
(Bm/" elliptique, blanc, couvert d'un enduit crayeux. 

Régime piscivore. Oiseaux aquatiques, marins, migrateurs, sociables. 

G. SULA Bmss. ; Fou. 

Bec léger, comprimé, à bords rentrants, à mandil). sup. un peu fléchie à la 
pointe. Queue à rect. résistantes. Aile aiguè. 

S. bassana (L.) Morus bassanns \'ii:ii.l.] ; Vov\ de Hassan. I. : 80 à 90 ; 
A : 46 à 49,5 ; Q : 19 à 21 ; T : 5,5 à 6,5 ; B : 9,5 à 12. Bec gris bleu et 
partie nue de la face noirâtre (ad.) ou bec et partie nue de la face bruns 
{].) (110 p. 59), patte brun verdâtre marquée de jaunâtre avec les palmures 
brunes, iris jaune, 12 rect. — d^ $• Plumage blanc avec le bonnet et la 
nuque jaune d'ocre et les rém. noires. — J . Brun noirâtre avec de très 
nombreuses taches blanches, petites et très rapprochées à la tête et au cou, 
plus grandes et plus espacées sur le dos, les ailes, la poitrine, l'abdomen et 
les sous-caudales blanchâtres tachées de gris brun. Pennes brunes. — P. 
Couvert de duvet blanc. 

Nid grossier d'Algues, d'herbes sèches et de plumes, en grande colonie sur un 
rocher.— Œuf : Gd : 70 à 80 ; Pd : 40 à 52. Blanc, couvert d'un enduit crayeux, 
se salissant de jaunâtre pendant l'incubation. 

De passage et hivernal sur les côtes de la Manche et de l'Océan, beaucoup plus 
rare sur celles de la Méditerranée, ti-ès accident, dans l'intérieur des terres. — 
N, W. de l'Europe ; émigrant jusqu'au N. W. de l'Africpie ; Amérique N. E., 
descendant l'hiver jusqu'au Mexique (1). 

F. PHALACROCORACIDAE 

Becgénéi'id. j)lus long (jue la lête. fendu au delà de l'angle post. de l'œil, h'gèr. 

(1) Sula piscator (L.) [S. fiber (L.)]. De taille moindre que S. bassana, la palle 
rouge vermillon, le plumage blanc avec les ailes marquées de gris cendré. Mers tropi- 
cales. — Aurait été capturé près de Dunkerque (Van Kempen, 1889), 



iAiNt: nt: fhanci;. — oiséalx "2,")3 

coiiipi'init:'. Maiulib. sup. à arête arrondie avec d'étroits sillons lat. à la l)ase 
desqiu'ls se trouvent les narines en fente très étroites. Régions périophthalniique 
el comniissurale nues. Sac g-ulaire pelil. Tarse d"! 3 environ moindre que le doigt 
médian dont l'ongle est pectine au l)ord inl. Doigt ext. le plus grand. Palmure 
complèle et quasi droite. Queue plus ou moins allongée de 12 à i(i rect. rigides 
et élasti({ues, peu ou pas recouverte par l'aile ipii est moyenne, aigué ou suh- 
aiguë. Oiseaux de taille assez forte. Sexes général. seud)laldcs i-l plumage 
variable avec la saison. Jeune différent des adultes. Petit nu à la naissance mais 
se revêtant très rapidement. 

Nid grossier, presque toujours sur un arbre ou un rocher. — Œufs peu nombreux, 
elliptiijues, allongés, plus ou moins couverts d'un enduit crayeux. 

Héginie piscivore. Oiseaux aquatiques, plus ou moins sédentaires ou migra- 
teurs, sociables. 



TABLEAUX DES ESPECES 

i. Aile d'au moins .31 cent, de long. Normal, li recL, exceplionii. 12 
ou 16. Bec à peu près de la long, de la télé, depuis la commis- 
sure au dessus de 10 cent, de long. Tête lisse (112 p. JUj . . . 
Phalacrocorajc carbo (p. 253) 

— Aile sensibl. au dessous de 30 cent, de long. Normal. 12 rect . . 2 
2. Aile d'au moins 25 cent, de long. Bec plus long que la tête, depuis 

la commissure au plus de 9,5 cenl. de long. Tète huppée en 
plumage rupt. (293 1 Phalacrocorax graculus {p.^bi) 

— Aile au dessous de 22 cent, de long. Bec plus court que la tête, 

depuis la commissure au dessous de 5 cent, de long. Tête tou- 
jours lisse, brune en plumage rupt 

. Phaldcrocorax pi/g/nxus (p. 255) 



G. PHALACROCORAX Bmss.; Cormoran. 

Tomies lisses. Mandib. sup. terminée par un crochet aigu el tranchant 
juscju'auquel s'avancent les sillons lat. Mandib. inf. un peu élargie ou fléchie 
vers le bout. Tarse comprimé latér. Rém. ant. plus ou moins échancrées. OEil 
petit et avancé. 

P. carbo (L.) [Cormoranns crassi'roslris Baill., Graculus major 
Ti:mm.] ; Cormoran ordinaire. L : 81 à 92; A : 31 à 37,2 ; Q : 16,5 à 18,8; 
T : 5,6 à 6 ; B : 7,2 à 7,8. Bec noirâtre (ad. ) ou brun (j.) (112 p. 59), partie 
nue de la face verdâlre (ad.) ou jaune (j.), patte noire, iris verl. Rém. prim. : 
2" ^ 3°, 1'" ^= 4'-. — cf 9- Corps en grande partie noir vert à reflets, avec 
le haut du dos, les scapulaires, les sus-alaires et les rém, second, brun rous- 
sàtre à reflets pourprés et bi'onzés, la bordure des plumes étant noire. Rém, 



254 



FAUNK DK FRANCE. OISEAUX 



prim. et rect. noires. En mue riipt. le dessus el partie du côté de la tête, le 
haut du cou à plumes allong^ées et soyeuses blanches et une larj^e tache 
blanche au bas du flanc. — J . Tête et cou brun noirâtre, plus clair et 
mélangé de blanc jaunâtre sur les côtés, la gorge blanchâtre et le devant du 
cou et de la poitrine marqués de blanchâtre. Reste de la face sup., sus- 
alaires et rém. second, à peu près comme les adultes, mais de teintes moins 
belles. Ventre blanchâtre plus ou moins tacheté de brun. Bas du flanc, 
jambe, sous-caudales noir verdâtre. — P. D'abord nu et gris noirâtre, 
bientôt couvert, sauf la face, d'un duvet fuligineux avec du blanc aux ailes. 

Nid de brindilles, radicelles el végétaux herbacés, sur un grand arbre, un 
rocher, exceptionn. dans un buisson ou des roseaux, parfois dans un vieux nid do 
gros Oiseau, normal, en colonie. — Œuf^ : 3 à 5, elliptiques, assez allongés. 
Gd : 60 à 65 ; Pd : 40 à 42. Bleu verdâtre plus ou moins complètement recouverts 
d'un enduit crayeux blanc. 

Sédentaire ou estival en quelques poiuts de France, mais surtout de passage 
sur les côtes, les lacs, les grands cours d'eau. — Europe depuis le cap Nord ; 
N. E, de l'Amérique; Asie jus(}u'au Japon; Afrique; Australie et Nouvelle- 
Zélande. 



P. graculusL.) [I/ydrocora 
Cormoran huppé. L : 70 à 76 




FiGURK 293. — Phalacvocorax fjrarulus 
rupt., tête. 



brun verdâtre. Face inf. gris brun 
et le milieu de l'abdomen blanchâtres 
fuligineux. 



V crislatus Vieill., Carho cristatus Temm.] ; 

A : ->.-) à 26,5 ; Q : 14 à 16,5 ; T : 5,3 à 5,8 ; 
B : 5.9 à 6,5. Bec noir à base jaune 
lad.) ou jaune brunâtre (j.) (293), par- 
tie nue de la face noii'e marquée de 
jaune (ad.j ou jaune (j.), patte noi- 
râtre (ad.), iris vert bouteille (ad.) ou 
brunâtre (j.). — cf 9- ^'^^'^ foncé à 
reflets bronzés, avec les scapulaires, 
les sus-alaires plus brunes et bordées 
de noir, avec en plumage de noce, les 
plumes occipitales allongées, érectiles, 
formant un toupet. — J. Face sup. 
tachée de brun foncé, avec 1;> gorge 
P. Couvert, sauf la face, de duvet 



Nid surtout de plantes marines, dans une anfractuosité de rocher. — Œufs : 3 
à 5, exceptionn. 0, elliptiques allongés. Gd : 57 à 60 ; Pd : 36 à 40. Bleu verdâtre 
plus ou moins entier, recouverts d'un enduit crayeux d'abord blanc, ensuite 
jaunâtre. Sédentaire ou surtout de passage sur les côtes de la Manche et de 
l'Océan, accident, dans l'intérieur des terres. — Côtes W. de l'Europe, de 
l'Islande au Portugal. 



S. E. P. g. desmaresti (BAVRAi-n.i. Do hiillo un pou moindre cpu^ le type, 
le bec plus loug el minco, la huppe du plumage rupl. j)lus courte cl moins 



IFALNE DK FRANCE. OISEAUX 255 

épaisse, la teinte générale moins vive et métallique. Jeune avec l'abcloinen blanc 
pur. Côtes de la Méditerranée. — Mers Noire, Caspienne. 

P. pygmaeus (Pam,.); Cormoran pygmée. L : 52 à 58; A : 19,5 à 21,5; 
Q : 15 à 16,5; T : 3 à 3,5 ; B : 2,9 à 3,2. Bec et partie nue de la face noirs 
(ad.) ou bec brun et partie nue de la face jaunâtre (j.) ; patte ^vis noir (ad.) 
ou noire (j.), iris noir bleu. Rém. prini. : l"^*^ =z 4®, 2" = 3''. — O^ 9- l'ête 
et haut du cou brun marron, corps noir vert à rellels, les scapulaires, 
les sus-alaires et les rém. second, brun cendré à bordures noires. Rém. 
prim. et rect. noir verdàtre. En plumage rupt. des plumes effilées dessinant 
des traits blancs à la tète, au cou, au liane. — /. Face sup. brun cendré, les 
plumes plus ou moins bordées de gris l'oussâti'c. Face inf. gris roussâlre 
marquée de brun, avec la gorge blanchâtre. Pennes brun noirâtre. — P. Nu 
et cendré noirâtre, bientôt couvert, sauf la tête, de duvet noir. 

Nid sur un arbre, dans un buisson près d'un marais, ou dans des roseaux. — 
Œufs: 4 à 5, elliptiques. Gd : 45 à 51 ; Pd : 27,5 à Xi. Bleuâtres, recouverts d'un 
enduit crayeux blanc. 

Très accident, en France. — S. E. de l'Europe, accident, dans le centre ; N. de 
l'Afrique ; Asie jusqu'à l'Afghanistan (1). 



0. ANSKRl FORMES 
F. ANATIDAE 

Bec exceptionn. très allongé, enveloppé d'une peau molle, sauf la pointe qui 
est terminée par un onglet corné. Bords int. des mandib. garnis de lamelles ou 
d'appendices cornés plus ou moins développés. Narines général, découvertes et 
percées de part en part. Jambe le plus souvent courte et emplumée presque 
jusqu'à l'articulation tibio-tarsienne et plus ou moins reculée à l'arrière du corps. 
Tarse ordinairement court, plus ou moins comprimé et général, réticulé. Palmure 
le plus souvent entière. Queue général, courte. Aile jamais bien longue, plus ou 



(i) Ânhinga anhinga(L.) Bec droit, aigu, sans crochet terminal, à bords finement 
dentelés. Cou et queue longs. Plumage noir verdàtre avec une ligne longit. blanche au 
côté du cou et des taches blanches sur le dos et l'aile. Extrémité de la queue blanciie. 
Américiue du Sud. — Deux captures signalées en France, mais très probablement d'Oi- 
seaux échappés de captivité. 



256 tAlîMî DE IRANCt:. OISEAUX 

moins étroite et aiguë à 10 rém. prim. Fréquemment une surrémige à la base de la 
i""*^ rém. et assez souvent un tubercule dur au poignet. Plumes sans hyporachis. 
Langue général, charnue et dentelée sur les côtés. Un jabot ou plus souvent un 
œsophage très dilatable. Parfois trachée avec des courbures et fréquemment chez 
le cT des renflements trachéens (tambour etc.). Oiseaux de taille très forte ou 
moyenne. Rém. tombant simultanément à la reproduction, laissant quelque 
temps l'oiseau privé du vol. Le plus souvent sexes ditïérents et plumage variable 
avec la saison. Jeune ressemblant souvent à la Ç. Un poussin, nidifuge. 

Nid variable. — Œufs assez nombreux, de forme ovale, à coquille lisse et non 
tachetée» 

Régime variable plus ou moins omnivore, herbivore, piscivore etc. Oiseaux 
aquatiques ou subaquatiques, sédentaires ou migrateurs, habituellement 
sociables (1). 



TABLEAUX DES ESPECES 

i. Bec étroit, à toniies garnies d'appendices cornés dentiformes, 
pointus, dirigés en arrière et bien apparents, à onglet bien crochu 
et à mandib. inf. découverte (116 p. 61, 294). Tarse nettement 
plus court que le doigt int. armé, le doigt ext. au moins égal au 
médian, le pouce pinné. [G. Mergus] 2 

— Bec toujours plus ou moins large et déprimé en avant, à tomies 

gax^nies d'appendices cornés lamelleux ou en tubercules subco- 
niques et obtus, exceptionn. en partie dentiformes (115 p. 61, 295, 
296). Patte et doigts vai^ables 4 

2. Bec plus court que la tête et que le doigt int., pointe de l'onglet 

dépassant à peine la mandib. inf. (294). 16 rect. Aile de moins 

de 22 cent, de long Mergus albellus (p. 268) 

— Bec à peu près de la long, de la tête et plus long que le doigt int., 

à pointe dé l'onglet dépassant bien la mandib. inf. (116 p. 61). 

18 rect. Aile de plus de 22 cent, de long , . . . o' 

3. Plumes s'avançant sur les côtés du bec au moins aussi loin à la man- 

dib. inf. qu'à la sup. (297). Aile au dessus de 26 cent, de long. Tarse 
au dessus de 4,5 cent, de long. Plumes de la nuque ne formant 
huppe que lorsqu'elles sont dressées (o^ rupt.) Menton plus ou 



(1) Remarque : De nombreuses Anatidae exotiques étant conservées en captivité, 
c'est vraisemblablement à des individus échappés qu'il faut rapporter les captures d'un 
certain nombre d'espèces parmi lesquelles : Chenopsis atr'ata (Lath.) d'Australie, 
Branla canadensis (L.) d'Amérique du Nord, Dendrocygna arcuala (Hohsf.) de la région 
indo-malaise, Dendrocygna viduata (L.) de l'Afrique et Amérique tropicales, Mareca 
sibilairix (I^epp.) de l'Amérique australe, Aix sponsa (L.) de l'Amérique seplenlriotiale, 
Aix galericulala (L.) de l'Asie orientale, Caivina moschata (L.) d'Amérique ccnlralo. 



FAINE de FRANCE. OISEAUX 



■257 




Figures 294à 302. — "294, Mergus albeUus çf rupt., tête ; 29S, Branla beniida, tète; 
296, Oidemia perspiciUata çf rupt., tête ; 297, Mergus mergansev cf rupt., 
bec; 298, Mergus servator çf rupt., tête ; 299, Cygniis olor, tête ; 300, Cygnus 
cygnus, tête; 301, Cygnus bewicki, tête; 302, Chen hyperboreus, tête. 



moins blanc (cf automne et 9 •• • • Me/giLs /ne/ganser (p. 267) 
Plumes s'avançant sur les cotés du l)ec nettement moins loin à la 
mandib. inf. qu'à la sup. f298i. Aile au dessous de "26 cent, de 
long. Tarse de moins de 4,5 cent, de long. Plumes de la nuque 
formant une longue huppe pendante ((j' rupt.). Menton plus ou 
moins roux ((;f automne et Ç) . . . . Mergus serrator (p. 268) 
Tête et cou environ moitié de la long, totale. Tarse de plus de 
9 cent, de long., nettement plus court que le médian armé. 
Lorum nu. Plumage entier, blanc (ad.i ou gris clair (j.i 

[G. Ojgnus] , 

17 



258 kalm: I)i: franci;. — uiskaix 

— TèLe el cou toujours iut'. à la moitié de la long, lotale. Tarse de 

moins de 9 cent, fie lonj^-. J.orum toujours cmplumé. Plumagv 

normal, jamais entier, blanc ou gris clair 7 

,'). La base du bec tuberculée sur le dessus chez l'adulte (279) et noire 
ainsi que le tour des narines, les bords mandibul. et l'onglet, le 
reste orange (ad.) ou gris clair (j.). Queue subconique de 22 à 
24 rect. Trachée ne formant pas une anse logée dans le bréchet. 
Cygnus olor (p. 294) 

— La base du bec non tuberculée chez, l'adulte et jaune, le reste noir. 

Queue arrondie el subari'ondie normal, d'au plus 20 rect. 

Trachée formant une anse logée dans le bréchet 6 

1). La partie noire du bec ne dépassant pas les narines et le milieu 
des bords de la mandib. sup. (300). Aile au dessus de 58 cent, de 
long. Queue de 20, exceptionn. 22 rect. . Cz/gnus ci/gnus [p.'29i) 

— La partie noire du bec dépassant nettement les narines et 

s'étendant aux bords de la mandib. sup. jusqu'à la commissure 
(301j. Aile au plus de 53 cent, de long. Queue de 18 à 20 rect. 

Cygnus hewlcki (p. 295') 

7. Bec plus étroit à l'extrémité qu'à la base, avec les appendices des 
tomies en tubercules obtus subconiques, à mandib. inf. décou- 
verte, à narines submédianes (295, 302). Tarse au dessus de 
5 cent, de long., réticulé. Doigt médian plus long que l'ext. 
Pouce sans pinnure. Aile sans miroir [S. F. Anserinaie . . . . 8 

— Bec en général aussi large ou plus large à l'extrémité qu'à la base, 

avec les appendices des tomies plus ou moins lamelleux et à 

mandib. inf. plus ou moins cachée parla sup 16 

S. Bec à tubercules des tomies nettement visibles extér., presque 
toujours de long, voisine de la tète (303), jamais entier, noir chez 
l'adulte pas plus que la patte toujours de teinte rouge, rose ou 
orange. Tarse variable 9 

— Bec à ornements des tomies entier, ou presque entier, cachés 

extér., beaucoup plus court que la tète (295), noir ainsi que la 
patte. Tarse au moins égal au médian armé G. /hanloi. . . . Ik 
9. Tarse plus long que le médian. Plumage blanc en entier avec 
partie des grandes rém. noires (ad.i. Bec fort, élevé à la base à 
garniture visible le long de la mandib. sup. (302). 16 rect. . . 
Cheii hyperboreus (p. 293) 

— Tarse un peu plus court que le médian, mais plus long que le bec. 

Plumage normal, à tons gris et bruns dominants, avec peu de 

blanc pur [G. Anser] 10 

iO. Bec, y compris l'onglet, en grande partie noir. Jamais de taches 

noires à l'abdomen il 

— Bec de couleur claire, sans noir. Souvent du noir à l'abdomen chez 



FAl.Mi DE FRANCt:. (JISEAUX 259 

l'adulte 12 

H. Bec autour de G cent, de long., depuis la coniinissure à peu près 
de la long-, du doigt int. armé, noir avec une bande transv. brun 

orange (303). Aile d'au moins 42 cent, de long 

1//.SC'/- fabalis (p. 292) 

— Bec autour de 4, j cent . de long, depuis la couimissure, moindre 

que le doigt int. armé, noir avec une bande transv. rose (304). 

Aile au dessous de 42 cent, de long. 

A user hnichijrhrjnchus (p. 292) 

i2. Pas sensibl. de blanc au front, à la base du bec. Aile d'au moins 
44 cent, de long. Bec depuis la commissure au moins égal au 
doigt int. armé. 18 rect Anner anser [y^.'l^i] 

— Du blanc au front à la base du bec. Aile toujours inf. à 44 cent, de 

long. 16 rect 13 

i.V. Le blanc du front n'arrivant pas à la ligne interoculaire (305). Bec 
à la commissure à peu près aussi long que le doigt int. armé. Aile 
d'au moins 40 cent, de long Anser albif'rons i p. 293) 

— Le blanc du front atteignant la ligne interoculaire (306). Bec à la 

commissure moins long que le doigt int. armé. Aile au dessous 

de 40 cent, de long Anser finmarchicus (p. 293) 

i4. Devant du cou et région temporale rouge marron. Reste du plu- 
mage noir et blanc Branla riificollis (p. 291) 

— Devant du cou et région temporale jamais rouge marron. Du brun 

et du gris dans le reste du plumage 15 

15. Aile au dessus de 39 cent, de long. Front, côté et dessous de tête 

blancs ^307), cou entier, noir Branta leucopsis {p.'290) 

— Aile au dessous de 34 cent, de long. Tète entier, noire (295). Une 

tache blanche de chaque côté du cou. . Branta bernicla (p. 290) 

16. Pouce avec large pinnure (308j. Palmure très ample, dépassant 

habit, la base des ongles. Doigt ext. général, plus long que le 
médian. Tarse moindre que le doigt int. Narines habit, sub- 
médianes. Ailes couvrant en général fort peu de la queue, rare- 
ment avec un miroir, alors celui-ci avec peu ou pas de reflets 
métalliques. [S. F. Fuligulinae] . . , il 

— Pouce sans pinnure [12 p. 45). Palmure ne dépassant pas la base 

des ongles. Doigt ext. au plus égal au médian. Narines général, 
sub-basales. Aile couvrant général, une grande partie de la queue, 
avec le plus souvent un miroir à reflets métalliques [ S. F. Ana- 

tinae] 32 

il. Queue à 18 plumes longues, étroites, raides et élastiques (309). 
Bec à peu près de la long, de la tète, relevé et aplati à l'extré- 
mité, à onglet très étroit (310). Tarse beaucoup plus court que le 
doigt int. Aile ne dépassant guère la base de la queue. 
i'ir'snialurd UiKcoccpliala [).209) 



260 



FAINE DE FRANCE. OISEAIX 




KiGiHES 303 ;i 314. - ;iO:], A user fa/uil/s, Irlo ; 304, A user /jrftchijrhi/nchus, ii'lo \ 
30;'), Anst'f a/bif/aiis, U'U' ; oOG, Aiiscr /inmarc/iicus, ti-li" ; 307, Branla /eu- 
copsis, tôle; 308, Nyrora inarila, patte; 309, /Crisi/taliini leucncephuln, queue; 
310. Èrisinfiliirn lenrore/)luil(i cTrupl., lèle; 31 1, Somatprin mnllixsimd çf rupt,, 
lèle; 312, ?./. 9, UHc ; 313, .V, sperlahi/ts d l'upl., lOle ; 314, id. ç, lèle. 



— QiuMie à I i «m K) phtiiies rl'jispcrl e1 consistanco noriiialee*. Dec 

variable de forme 18 

IS. Plumes du côté de la tête formant une pointe s'avançant loin sur 
le côté de la mandib. sup. (311, 313). Bec rétréci vers l'avant, 
à onglet très large, à narines dans la moitié distale (312. 314!. 
Aile atteignant seulement la base de la queue. [G. Sonuiterio] . . l'J 

— Plumes du côté de la tête ne s'avançant pas sensiblement sur le 

côté de la mandib. sup '20 

lu. Plumes du front s'avançant moins sur le bec que les plumes de 
côté qui atteig-ivent le dessous des narines (311, 312). Doigt int. 
notablement plus long que le tarse. Aile d'au moins 29 cent, de 

long. Bec toujours plus ou moins verdâtre 

Somatevia mollissima ('p.271) 

— Plumes du front s'avançant plus sur le bec que les plumes de côté 

qui n'atteignent pas le dessous des narines (313, 3141. Doigt int. 
à peine plus long que le tarse. Aile de moins de 29 cent, de 

long. Bec toujours plus ou moins rouge 

Somatei'ia spectabi/is (p.'212) 

20. Bec gibbeux à la base, à peu près de la long, de la tête, à onglet de 

plus d'un cent, de large (296, 315). Plumes de la tête jamais 
allongées et effilées. Queue courte et conique de 14 rect. 
couverte à la base seulement par l'aile. Plumage très sombre 
[G. Oidemia] 2i 

— Bec non gibbeux à la base, à onglet de largeur toujours inf. à 

un cent. Fréquemment plumes de la tête allongées et plus ou 
moins effilées. Plumage souvent varié 23 

21. Plumes du front s'avançant loin sur le dessus du bec (296), celui- 

ci à base presque aussi haute que la tête. Aile sans miroir. 

Oidemia perspicillata (p. 271) 

— ■ Plumes du front ne s'avançant pas sur le dessus du bec (316), 

celui-ci à base nettement moins haute que la tête 2? 

22. Première rémige très échancrée au boixl int. (317). Bec depuis la 

commissure nettement moins long que le doigt int. nu (316). Pas 

de miroir blanc à l'aile Oidemia nigra (p. 270) 

— Première rém. non échancrée au bord int. Bec depuis la commis- 

sure, nettement plus long que le doigt int. nu (315). Un miroir 
blanc sur l'aile Oidemia fusca (p. 270) 

23. Lamelles des tomies mandibul. sup. saillantes et visibles sur au 

moins la moitié de la long, du bec. Celui-ci un peu rétréci en 
avant. 2* rém. plus ou moins rétrécie au bord ext 2'i 

— Lamelles des tomies mandibul. sup. très peu ou pas visibles extér. 

Bec toujours plus coui-t que la tête 25 

2^i' Aile au dessus de 26 cent, de long., dépassant le milieu de la 



i>6-2 



AIM-: nn ihanci:. — (iisr.Aix 




Figures 315 à 322. — 315, Oidemia fvsca cf rupt., tète ; 316, Oidemia nujra cf rupt., 
tôtp ; 317, id., prem. rém. ; 318, NeVa rufina cf rupt., tète; 319, Havelda 
ki/emafis çf rupt., tète ; 320, ?V/., fpieuc ; 321, Nyroca fuligida cf rupt., tète; 
322, Clangula cLangulu cf rupl., tète. 



queue, celle-ci courte cl nrronflic, de 16 rect. Bec environ de la 
long, de la têle à lamelles \isibles sur environ les '1 'i de la long. 
(318) Nc'itn rufina (p. 279) 

— Aile au dessous de 23 cent, de long., n'arrivant qu'à la base de la 
queue, celle-ci conique, à rect. médianes très prolongées chez la 
cf, à 14 rect. (320). Bec beaucoup plus court (|ue In tête, à 

lamelles visibles sur environ moitié de la long. (319 

Ilarelda hi/emalis {^.^ri\) 

?.'). Onglet sup. beaucoup pins élroit que rcxlrémilé du bec. 16 rect. 
Bec léger, relevé en avant, ;i mandib. inf. plus ou moins visible 
en arrière 'JO 



faim: di: ihanci:. — (ilsi:Ar.\ '26.'î 

— Onglcl sup. ocrupaul loiile la lar;^eiir de rexlréniilé du bec. Quoiio 
courte, très conique. Sur l'aile un miroir à reflets métalliques 
au moins chez le (j^ 31 

26. Bec un peu plus court que la tète, nettement sup. à i conl. de 
long-., peu élevé à la base qui est général, moins large (pic l'avant 
i321). Patte noirâtre. Aile dépassant le milieu de la cpieue cpii 
est arrondie [G. Nijroca] ?7 

— Bec bien plus court que la tête, inf. à 4 cent, en long., fortement 

élevé à la base qui est plus large que l'avant (322). Patte plus 
ou moins jaune. Aile ne dépassant pas le milieu de la queue qui 

est conique [G. Clang'uln] 30 

?7. Bec un peu plus court que le doigt int. armé, large en avant, à 
carènes frontales ne s'étendant pas jusqu'au niveau des commis- 
sures (323). Tète et cou noirs à reflets (cf) 28 

— Bec un peu plus long que le doigt int. armé, peu large en avant, 

à carènes frontales s'étendant au delà du niveau des commis- 
sures (324). Tête et cou marron rouge {(j') 20 

28. Dos noirâtre ou brun noirâtre. Aile au plus de 21,5 cent, de long. 
-' Tète avec une huppe tombante (cf) . . Nyi-oca fuligula (p-'IlS) 

— Dos vermiculé de foncé ou de clair. Aile d'au moins 21,5 cent, de 

long. Tête sans huppe tombante (cf ). . . Nyroca mavila (p. 278) 
20. Dos vermiculé de foncé et de clair. Iris coloré. Aile de plus de 20 
cent, de long. Partie ant. de la tête avec une zone claire autour 
du bec (Ç) Nyroca fei-ina {p.Mll) 

— Dos brun plus ou moins foncé. Iris blanc. Aile de moins de 20 

cent, de long. Partie ant. de la tête sans zone claire autour du 
bec (9) Nyroca nyroca (p. 277) 

30. Aile au plus de 23 cent, de long. Tête noii-e à i-eflets avec une tache 

blanche arrondie au côté du bec (^f rupt.) [322], ou tête brune 
avec un large collier blanc [çf automne et 9)- Scapulaires mé- 
dianes noires, pointues, en lancette (çf rupt.) 

Clangida clangula {^.•21'S) 

— Aile de plus de 23 cent, de long. Tête noire à reflets avec une tache 

blanche en forme de croissant vertical au côté du bec {(^ rupt.) 
[325J, ou tête brune avec un étroit collier blanc (cf automne 
et 9)- Scapulaires médianes noires et blanches, tronquées au 
milieu ((^ rupt.) [326J Clangula ishindica {]^.Ti^) 

31. Bec à peu près de la même larg. dans toute sa long, sans lamelles 

au 1/3 ant. des tomies (327). Onglet ne s'étendant pas jusqu'au 
bord ant. des narines Polyslicta slelleri {p.'lT.V} 

— Bec subconique, se réli'écissant en avant, à lamelles subdentiformes 

(339). Onglet s'étendant jusqu'au bord ant. des narines. Queue 
étagée de 14 rect. recouverte par l'aile sur le tiers pro.\imal . . 
'."..■ Histrionicus hisliio/iicus (p. 274) 



264 



rAINT, V>r. IRANG]' 



32. Tarse notablement plus long- que le médian armé, de plus de 7 

cent, de long-. Jambe bien dénudée dans sa partie distale. Bec 
plus court que la tête, droit, à narines submédianes, à lamelles 
ne dépassant pas les bords mandib. (328). Aile armée au poignet 
d'un fort tubercule saillant, et atteig-nant le bout de la queue 
Alopechen segt/p/iacus {p.289) 

— Tarse au plus de la long-, du médian armé, ne dépassant pas 6 cent. 

de long-. Jambe à peine dénudée à la partie distale 33 

33. Tarse au dessus de 5 cent, de long. Bec plus ou moins retroussé 

vers le haut, plus court que la tête. 14 rect 34 

— Tarse au dessous de 5 cent, de long. Bec quasi droit 35 

3'i. Bec à arête bien concave, tubercule à la base chez le (f rupt (329), 

plus ou moins l'ose ou rougeâtrë ainsi que la patte. Queue blanche 
à bout noir. Seulement un large plastron fauve rouge, l'este du 
plumage de teintes variées Tadoiiia tadovna (p. "288) 

— Bec à arête faiblement concave, non tubercule à la base chez le cf 

rupt., plus ou moins noir ou noirâtre ainsi que la patte. Queue 
noire. La plus grande partie du plumage fauve rouge .... 

Casarca ferruginea (p. 288) 

5ô. Bec nettement plus long que la tête, à extrémité élargie et spatulée, 
2 fois plus large que l'arrière (330). Mandib. sup. à lamelles 
longues, minces, très visibles sur la moitié environ des côtés. 

Tarse un peu plus court que le doigt int, armé 

Spatula clypeata (p. 281) 

— Bec au plus de la long, de la tête, à extrémité jamais nettement 

élargie et spatulée 36 

36. Aile toujours au dessus de 25 cent, de long 31 

— Aile toujours au dessous de 23 cent, de long. Bec au moins égal au 

médian armé, h lamelles très peu visibles extér., plus ou moins 

noirâtre ou bleuâtre 'iO 

31 . Queue assez longue, pointue, à 16 rect., les médianes plus ou moins 
prolongées surtout chez le çf rupt. (331). Bec demi-cylindrique, 
plus long que le médian armé, bleuâtre ou noirâtre à lamelles 
peu ou pas visibles extér, (332). Cou assez long. Do fila acuta (p. 280) 

— Queue courte, à rect. médianes non prolongées. Bec au plus égal 

au médian armé. Cou assez court 38 

38. Bec large, à peu près aussi long que la tête et que le médian armé, 
à lamelles très peu visibles, plus ou moins jaune ou verdâtre (115 
p. 61). Queue subconique normal, à 18 ou 20 rect., dontlesdeux 
paires médianes se recourbent en haut en crochet chez le cf rupt. 
Miroir bleu ou ^■iolet à rellets . . . Anas })hili/rhijiichiis (p. 287) 

— Bec relativ. étroit, nettement plus court que la tête et moindre 

que le médian armé. Au plus 16 rect 39 



AUNK DE IKANCr:. — OIsrAFX 



•265 




Figures 323 ii 332. — 323, Nyvnca fuligula çf bec ; 324, Nyrnra fei-ina cT, bec ; 
32)'). (".laïKpiln islaitf/icu çf vupl , tête; 326, id., scapulaire ; 327, Pohjsticta 
stellei-i cf rupL., tète ; 328, Alopechen aegyptincua cf, tèle ; 329, Tadorna 
tadorna cf rupt., tète; 330, 330', Spatula clypeata, iêle et bec; 'i3i,Dafila 
acuta cf rupt., queue ; 332, id., tête. 



•266 



l'ALNi: i>i: 1 lîANCi:. — oisuaix 




Figures 333 à 339. — 333, 333' Chaule/a.^miis streperits cf rupt., tête et bec ; 334, 
Mareca penelope cf rupt. ; 335, Marniaronettn auqiisiirostris cf l'upt.. tète; 
336, Querqaedula querquedula cf l'upt., tète ; 337, Querqueduln f'ovmosa cf 
rupt. ; 338, 338' Querquedula crecca cf rupt. ; 339, Histrionirus fiistrionieus 
cf rupt. 



39. Lamelles de la inandib. sup. bien visibles extér. sur une gi'ande 
partie de la long, du bec (333i. Bec noir, cf , plus ou moins jau- 
nâtre, 9- Patte plus ou moins jaune. Miroir blanc largement 
bordé de noir violet, cf , ou blanc, 9- Queue arrondie à 16 rect. 

Chtiulelasiniis slreperus (p. "286) 

— Lamelles de la niandib. sup. peu visibles extér. i334^. Bec bleu- 
âtre à bout noir. Patte plus ou moins giùse ou noirâtre. Miroir 
vert bordé de noir, cf , ou gris bordé de blanc, 9- Queue conique 
à 14 rect Mareca penelope [p. 'ISj) 

'lO. Bec à peu près de la long, de la lête (335). Pas de miroir. Plumage 



FAfNE DE IHANCK. OISl-VIV 267 

f^ris brun tacheté sans teintes métalliques 

Marmaronetta nngustirostris (p. 282) 

— Bec plus court que la tête. Un miroir à reflets, plus ou moins 

distinct. Plumage à teintes variés, vives chez le cf rupt. [G. Quer- 

quedula] 'li 

'il. Sus-alaires gris bleu. I4rect. Bec à peu près de la long, du médian 
armé (336). Un sourcil blanc plus ou moins larg-e suivant le sexe. 
Miroir vert métallique bordé de blanc des deux côtés, peu 
distinct chez la 9 Querquedula querquedula (p. 283) 

— Sus-alaires jamais gris bleu. 16 rect 'i'2 

'i\K Aile de plus de 19 cent, de long. Miroir vert bronzé et noir violet 

bordé de blanc en arrière (cf ) ou brun g-ris foncé (9)- Dessus de 
la tête noir {x^ rupt.) [337]. Au côté de la tête deux larges taches 
jaune vif, q^, ou roussâtres, 9 • • Querquedula formosa (p. 284) 

— Aile de mains de 19 cent, de long. Miroir vert à reflets, bordé de 

blanc et de roussâtre en haut, de blanc en bas. Dessus de la tête 
marron (cf rupt.) (3381. Pas de lai'ges taches jaunes ou roussâtres 
au côté de la tête Querquedula crecca (\^.)2S3 



G. MERGUS L. ; ffarle. 

Bec droit ou léger, relevé, fendu à peu près jusque sous le bord ant. de l'œil, 
à arête assez arrondie et à étroits sillons lat. prolongés jusqu'à l'onglet qui est 
épais, crochu et de la largeur de la mandib. sup. Pattes insérées très en arrière 
du corps. Tarse comprimé latér. Aile étroite, aiguë ou suraiguë, restant loin de 
l'extrémité de la queue. Celle-ci arrondie, plutôt courte. Oiseaux surtout pisci- 
vores. 

M. merganser L. [M. castor L., Merganser cinereus Briss.] ; Harle 
bièvre. L : 61 à 76 ; A : 26,5 à 30 ; Q : lo'à 12,8 ; T : 4,5 à 5,2 ; B : 6,4 à 7. 
Bec (116 p. 61, 297) en grande partie rougeâtre, patte rouge, iris rouge (cf) 
ou brun roux {'^\. ■ — rf l'upt. Tête et haut du cou noir vert à reflets, bas du 
cou blanc saumoné. Haut du dos et scapulaires noir brillant. Bas du dos 
croupion et sus-caudales gris léger, bleuâtre. Face inf. blanc saumoné. 
Héiu. prini. et sus-alaires ant. noires, autres rém., grandes et moyennes sus- 
alaires blanches, les rém. secondaires étant bordées de noir. Petites sus- 
alaires noires bordées de blanc. Rect. brun cendré. — (^ été. Tète et haut 
du cou brun roux un peu lavé de noirâtre au lorum et au boi-d du cou, reste 
du plumage gris ardoise avec la gorge blanchâtre, le devant du cou, le milieu 
de la poitrine, le ventre et les sous-caudales blanc jaunâtre, les rém. prim. 
brun noir, les second, et les sus-alaires blanches. — 9- Ressemblant au q* 
en été, mais la tête et la face sup. un peu plus claires, la face inf. plus jau- 
nâtre et une grande partie des sus-alaires grises. — /. Ressemblant en moins 



268 



FAi'NE DK rrt.wcr. — oiSE.vrx 



pur à la 9- — J^- Rpc noirâtre à onglet jnune, patte brun jaunâtre. Capuchon 
et derrière du cou brun marron avec un trait clair sur l'œil et la rég^ion 
parotique roux pâle. Reste de la face sup. brun lég-èr. olivâtre avec 4 
grandes taches blanches au dos. Face inf. blanche. 

Nid de brindilles, de roseaux, doublé d'herbes sèches, de lichens, de duvet, sur 
un arbre, un vieux nid de gros Oiseau, dans l'excavation d'un vieux tronc, d'une 
berge, parfois à terre dans les herbes près de l'eau. — Œufs : 8 à i2. quelquefois 
14, elliptiques. Gd : 65 à 72 ; Pd : 44 à 49. Blanc roussâtre. 

De passage et hivernal en France. — N. de l'Europe, Allemagne, Suisse ; N. de 
l'Asie jusqu'au Kamtchatka, l'hiver jusqu'à la Méditerranée, le Japon, la Chine. 

M. serrator L. [Merorartser o-isintus Briss.] ; Harle huppé. L : 55 à 63 ; 
A : 24 à 25,5 ; Q : 10 à 11,5 ; T : 4 à 4,5 ; B : 5,3 à 6,5. Bec (298) et pattes 
rouges ou oranges, iris rouge ou brun. — (j* rupt. Tète et haut du cou noirs 
à reflets verts. Milieu du cou blanc. Dos, scapulaires, petites sus-alaires et 
cubitales post. noirs avec quelques taches blanches sur l'épaule. Croupion, 
sus-caudales, bas du flanc et région anale gris chiné. Bas du cou et haut de 
la poitrine roux avec des taches allongées noirâtres, reste de la face inf. 
blanc. Rém. prim. et sus-alaires ant. noires, rém. second, ant. noires à 
deuxième moitié blanche, les post. blanches bordées de noir. Grandes sus- 
alaires noires terminées de blanc, moyennes sus-alaires blanches. Rect. bru- 
nâtres. — (^ été. Tête et haut du cou brun roussâtre plus foncé dessus et 
derrière la tête, la huppe plus courte qu'en plumage de noce. Face sup. 
gris ardoisé plus ou moins marqué de blanc. Face inf. blanche avec le 
devant du cou nuancé de gris cendré. Aile avec un miroir comme en plumage 
rupt. — 9 Ressemblant beaucoup au çf en été, mais pas de blanc à la face 
sup. oià les rachis des plumes sont foncés. Face inf. nuancée de jaunâtre au 
milieu et de gris sur les côtés. Aile sans miroir. Rém. prim. brun noir. Rém- 
second, ant. noires à la base, blanches en avant, cubitales, sus-alaires et 
scapulaires gris ardoisé. Rect. brun cendré. — J . Semblable à la 9 niais 
les teintes moins pures, la tête plus brune. — P. Semblable à celui de 
l'espèce précédente, mais le duvet de la poitrine à base brune. 

Nid comme celui de l'espèce précédente. — Œufs: 8 à 14, ellipti<pies. Gd : 62 
à 68 ; Pd : 43 à 45. Blanc roussâtre. 

De passage et hivernal en France, particulier, sur les côtes. — N. de l'Evu-ope, 
de l'Asie, de l'Amérique, descendant en hiver jusqu'au \. de l'Afrique, aux mers 
Noire et Caspienne, à la Chine et au Japon, en Horide et Cuba. 

M. albellus L. [M. m/nufiis L., M. stcUatus Briss. 1 ; Harle piette, Piette 
blanche. L : 41 à 48 ; A : 18,5 à 20,5 ; Q : 8 à «1,2 : T : 2.8 à 3,2 ; B : 3 à 3,7. 
Bec (294) et patte gris de plomb, la palmure noirâtre, iris l)run ou gris. — 
Cf rupt. Tète et cou blancs avec une large tache noire sur le lorum et l'œil, 
ainsi qu'une bande sous la huppe à l'occiput. Dos nojr brillant, scapulaires 



FAUNE DE FRANCE. — OISEAUX -HYJ 

bliinclies bordées de noir. (]roii[)ioii et sus-caudales f;ris foncé. Face inf. 
])lanche avec "2 lignes lr.ins\'. noires, l'une au bas du cou, l'autre au niveau 
de l'épaule et les lianes \erniiculés <ie gris brun ou de noirâtre, (irandes 
rém. brun noir, réui. second, noires à bordures blanclies à l'exlréniilé, 
iornianl sur l'aile un miroir noir l)or(lé de l)lanc. Cubitales post. gi-ises bor- 
dées de blanc. (Irandes sus-alaires noires à bordure blanche, nH)vennes 
Idanches, petites noires. Rect. brunes. — cf été. Tète et derrière du cou 
brun marron, le loruni et la tempe plus ou moins noirs. Gorge et devant du 
cou blancs. Face sup., liane et queue noir aixloisé. Face inf. blanche avec 
une tache transv. foncée sur le coté du cou. Aile comme en plumage rupt. 
— 9- Dessus et cè)té de la tète, derrière du cou brun marron plus roux cpie 
le cf ei^ été. Face sup., scapulaires, cubitales et rect. brun cendré. Face inf. 
blanche avec le jabot et la région crurale gris brun. Sus-alaires moyennes 
grises et blanches. — /. Ressemblant en plus terne à la 9- — J*- Rcc noirâtre 
à onglet jaunâtre. Capuchon, face sup. cl cuisse brun noir. Joue, i taches 
sur le dos, gorge et lace inf. blanches. 

Nid ressemblant, taille à part, à celui de l'espèce précédente. — Œufs : 6 à 10 
et jusqu'à 12, elliptiques. Gd : 43 à o7 ; Pd : 31 à 39. Blanc jaunâtre ou roussàtre. 

De passage et hivernal en France. — X. de la région paléarctique, en hiver 
jusqu'au N. W. de l'Afrique, les mers Noire et Caspienne, le X. de l'Inde, la 
Chine (1). 

G. ERISMATORA Bonap. ; /l ris mature. 

Bec large en avant, renflé en arrière à arête fortement ascendante en arrière 
des narines et divisée en 2 carènes saillantes et prolongées. Onglet court, brus- 
«luement recourbé en dessous. Lamelles sup. coniques, plus ou moins visibles 
dans la partie post. du bec. Tarse très trapu. Aile sans miioir. 

E. leucocephala (Scop.) [Anaf> me/sa Pall.I ; Erismature Icucocéphale. 
L : iO à :y2 ; A : 16,8 à 17,2 ; Q : 10 à 1-2 (309j liée gris bleu (cf j (310) ou 
gris roussàtre (9), patte gris brun (cf j ou roussàtre (^9)» ^^^^ jaune. — çf 
rupt. Tète blanche avec le vertex noir, milieu du cou noir. Dos, sus-alaires 
et ilanc finement striés transvers, de noirâtre. Croupion roux noirâtre, sus- 
caudales roux violacé. Poitrine brun roux, ventre et sous-caudales rous- 
sâtres, le tout barré transvers, de noir. Rém. brunâtres. Rect. brun noir. — • 
(j' été, 9 et J, Bcnmet et nuque brun foncé. Face sup. roux grisâtre avec 



(1) Mergus CUCuUatus L. A peu près de la taille de M. albellus. Le cf avec le bec 
rouge, la palto couleur chair, une huppe dressée aplatie latér., demi circulaire, brun 
non- avec une large tache blanche. Dessus du corps brun noir, l'abdomen blanc, l'aile 
avec (lu gris, du blanc et du noir. La Ç avec la huppe brun rouge foncé sans blanc. Le 
dos brun cendré manjué de noir, la poitrine grise, l'abilomen blanc. Amérique seplen- 
rionale. — Aurait été capturé en France (BH.\sn-, 191-i), 



270 FAINE DK FRANCU. OISEAUX 

des stries transv. noirâtres peu nettes. Haut et bas de la joue, gorge et 
devant du cou blanc jaunâtre. Poitrine roux grisâtre plus clair que la face 
sup. — P. Bec noirâtre à onglet roux, patte brun roux a palmure noirâtre. 
Couvert d'un duvet épais brun fuligineux presque noir à la tête, le bas du 
cou et l'épigastre plus clairs, avec 2 bandes blanchâtres horizontales au 
dessus et au dessous de la joue. La gorge, le ventre et les sous-caudales 
grisâtres. 

Nid dans les herbes des étangs et des lacs ou au bord de la mer. — Œufs : 8 
à 10, ovoïdes. Gd : 65 à 72 ; Pd ; 49 à 53. Blanc jaunâtre ou verdâtre. 

Très accid. en France. — S. de l'Europe, accident, dans le Centre ; N. de 
l'Afrique ; Asie centrale. 



G. OIDEMIA Flem. ; Macreuse. 

Bec large dans presque toute son élendue, seulement un peu rétréci à l'avant 
qui est un peu i-elevé. Onglet sup. plat et peu courbé. Mandib. inf. plus ou moins 
découverte. Corps épais et ramassé, cf sensibl. plus gros (}ue la Q. 

0. fusca (L.) ; Macreuse brune. L : T)! à 61 ; A : 24.2 à 30 ; Q : 7,3 à 9,5; 
T : 4,2 à 4,8; B : 4,2 à 5. Bec rouge orangé à b trds et lubérosités sus- 
nasales noires [çf rupt) (315) ou brunâtre ( cf été et 9u patte rouge à pal- 
mures noires, iris blanc (cf rupt) ou brun iQ'- — Cf l'upt- Noir avec de 
légers reflets bruns à la face inf., une petite tache blanche sous l'œil et 
grande partie des rém. second, et des grandes sus-alaires blanches formant 
un long miroir sur l'aile. — cf été. Brun noir avec la poitrine blanchâtre 
tachée de gris brun. I^orum, tache auriculaire et miroir alaire blancs. — 
9 et J . Ressemblant beaucoup au cf en été. — P. Bec brun à onglet pâle, 
patte brun olivâtre. Couvert d'un duvet assez épais, brun plus ou moins 
foncé avec 4 taches pâles peu nettes sur le dos, la gorge et la poitrine 
blanche, l'abdomen gris, le côté de la tète en partie blanc. 

Nid de brindilles, d'herbes sèches et de plumes, à terre parmi les herbes et les 
buissons, non loin de l'eau. — Œufs : 7 à 10, elliptiques assez allongés. Gd : 02 à 
74 ; Pd : 46 à 49. Coquille lisse, blanc jaunâtre ou grisâtre. 

De passage ou hivernal particulier, sur les côtes, surtout celles du N. — N. de 
l'Europe ; W. de la Sibérie, en hiver jusqu'au N. de l'Afrique, les mers Noire et 
Caspienne. 

0. nigra (L.) [Somateria nigra de Selys] ; Macreuse noire. L : 48 à 55 ; 
A : 23 à 25 ; Q : 13 à 14,5 ; T : 3,6 à 4,2 ; B : 4,6 à 5. Bec noir à dessus 
jaune orange ou jaunâtre (ad.) (316) ou brun noirâtre (j.l, patte brunâtre à 
palmure noire (cf) ou brunâtre (Çj, iris brun rougeâtre. — cf rupt- Entier, 
noir, à reflets bleus et violets. — cf été. Brun noirâtre avec joue, gorge et 
ventre blanchâtres, ce dernier taché de gris brun. — 9- Hessemblaut au ç^ 



FAINE D13 FRANCK. OISEAUX 271 

en été mais les plumes du dos bordées de cendré, la joue, le devant et le 
côté de la partie sup. du cou gris clair, le reste de la face iuf. brun plus 
ou moins gris. — J . Face sup. brun nnissàhv, Va l'ace inl". plus claire, les 
plumes bordées de gris, l'abdomen presque blanc. — /-*. Bec gris noir à 
onglet roux, patte brun olivâtre à palmure plus foncée. Couvert d'un duvet 
brun fuligineux, la poitrine et le flanc plus pâles, la gorge, le devant du cou 
et l'abdomen gris. 

Nid très semblable à celui de l'espèce précédente. — Œufs : 8 à 10, elUptiques. 
Gd : 62 à 64 ; Pd : 4.3 à 45. Isabelle clair. 

De passage ou hivernal sur les côtes, accident, dans Tint, des terres. — N. de 
l'Europe ; W de la Sibérie ; l'hiver jusqu'au N. de l'Afrique. 

0. perspicillata (L.) [Macroraniphus perspicillaUis Less.j ; Macreuse à 
lunettes, Canard marchand. L : 47 à 56 ; A : 24 à 2."j ; Q : 7,8 à 8,8 ; T : 3,8 
à 4, "2; B : 5,6 à 6,6. Bec rougeâtre à protubérances lat. noires (q^ rupt.) 
(296) ou brun (9), patte rouge orange à palmure noirâtre \ ç^ rupt.) ou jaune 
verdâlre (9), iris blanchâtre (cf) ou brunâtre i^9'- — cf l'upt. Entier, noir 
avec l'arrière du front, l'occiput et la nuque blancs. — ç^ été. Brun avec le 
bonnet plus foncé, la face inf., l'abdomen surtout et la joue plus clairs, une 
tache blanchâtre sur la nuque ainsi que 2 sur le cr)té de la tète. — 9 ^*^ ''• 
Ressemblant beaucoup au çf en été. — P. Très semblable à celui de l'espèce 
précédente. 

Nid comme celui des autres Macreuses. — (Eufs : 8 à 10, elliptiques. Gd : 57 Ji 
58,5 ; Pd : 40,5 à 44. Blanc roussâtre. 

Très accid. sur les côtes N. et W. de la France — Groenland ; Amérique du 
N., l'hiver jusqu'en Floride ; accident, dans l'W. de l'Europe. 



G. SOMATERIA Leach ; Eider. 

Bec de long, voisine de celle de la tète, quasi droit, à onglet prenant toute 
l'extrémité, peu courbé et ovale, derrière lequel l'arête est un peu creusée. 
Mandib. inf. un peu découverte en arrière. Lamelles assez espacées, invisibles 
extér. Aile aiguë avec les 2 prem. rém. léger, échancrées. Rém. cubitales 
courbées en faucilles chez le cf. Miroir peu accusé, sans reflets métallicjues. 
Queue courte, conique, de 14 rect. 

S. moUissima ! L.) [Anser lanuginosus Briss.] ; Eider ordinaii-e. L : 
60 à 68 ; A : 28 à 30; Q : 10 à 11,5 ; T : 4,6 à 5 ; B : 6,8 à 7,5. Bec vert 
brunâtre ( cf l'upti (311) ou noir verdâli^e (9) (312), patte verte (çf ) ou noir 
A erdâtre (9)' "'is brun. — cf J'upt. Dessus de la tète noir avec à l'arrière 
une raie longit. médiane blanche. Une large tache verte sur la nuque et le 
derrière du cou. Côté du bec, joue, gorge, majeure partie du cou, dos, 
scapulaires, rém. second, post., cubitales, petites et moyennes sus-alaires et 



272 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

côlé du croupion blanc pur. Dessus du croupion, sus-caudales, l'ém. second, 
ant., grantles sus-alaires, bas de la poitrine, venlre et sous-caudales noirs. 
Bas du cou et poitrine lie de vin clair. Rém. prim. et rect. brun noir. — ç^ 
été. Ressemblant à la 9 mais plus foncé, gris brun taché de noirâtre. — Ç. 
Tète et cou roussàtres avec de petites taches longit. noires. Haut du dos, 
scapulaires, sus-alaires, cubitales, poitrine et liane roussàtres largement 
rayés Iransvers. de noirâtre. Bas du dos, crouj)ion, sus-caudales et partie 
des sous-caudales roussàtres, plus foncés et plus étroitement i^ayés transvers, 
de noirâtre. Ventre brun ou gris brun. Rém., grandes sus-alaii'es et rect. 
brun noirâtre, les sus-alaires et quelquefois les rém. second, terminées de 
blanc. — y. Brun lég-èr. cendré, plus foncé sur le dos, plus pâle devant, 
avec les plumes du dos et les scapulaires léger, liserées de roussâtre. Quel- 
ques petites marques blanches au lorum et autour de l'œil et de petites 
raies transv. noirâtres à la face inf. — P. Bec gris à onglet roussâtre, patte 
brun olivâtre. Couvert d'un duvet brun fuligineux à la face sup. Face inf. 
grise plus pâle à la gorge et au venlre, plus foncée à la poitrine et à l'épi- 
gastre. Une bande sourcilière grise bordée en bas d'une ligne noirâtre. 

AVf/ de brindilles, de tiges d'iierbes, de mousse, avec une épaisse doublure de 
duvet, souvent en colonie, sur des rochers, des falaises ou sur le sol entre des 
pierres, sous un buisson, — Œufs : 5 à 6, ovales. Gd : 75 à 83; Pd : 50 à 54. 
Coquille lisse, vert olivâtre clair. 

Se repi'oduisant encore, plus ou moins régulier., sur quelques points des côtes 
W. de la France, mais y étant surtout de passage ou hivernal. Accident, dans 
l'intérieur. — N. W. de la l'égion paléarclique, en hiver jusqu'au S. de l'Europe. 

S. spectabilis (L.) [Anas freti-hudsoni Briss.j ; Eider à tète grise. L : 
55 à 57 ; A : 25,3 à 27 ; Q : 7 à 8,8 ; T : 4 à 4,7 ; B : 3,2 à 3,7. Bec et protu- 
bérance frontale rouge orange {çf rupt.) (313) ou rougeâtre (9) (314), patte 
rougeâtre ou brun jaunâtre à palmure foncée, iris noir. — çf rupt. Dessus 
de la tète bleuâtre clair, nuque, haut du dos, côté du croupion blancs. Bas 
du dos, milieu du croupion et sus-caudales noirs. Gorge et devant du cou 
blancs avec le dessous de chacune des bi'anches mandibul. inf. noir. Poitrine 
isabelle clair. .Abdomen, flanc et sous-caudales noirs. Pourtour sup. de la 
tubérosité frontale noir. Joue blanche et verdâtre. Rém. prim. noirâtres, 
les cubitales en faucilles et les grandes sus-alaires moyennes blanches, les 
petites brunes. — ç^ été. Dessus de la tête et partie sup. de la nuque brun 
roussâtre, bas de la nuque d'une teinte plus brune. Reste de la face sup. 
brun, toutes les plumes bordées de cendré, de roussâtre et les scapulaires 
terminées de blanchâtre. Face inf. cendré roussâtre avec des raies transv. 
brunes. Joue brun noirâtre. — 9- Tète et cou roux tachés de noir. Face sup. 
brun noirâtre, les plumes du dos et les scapulaires bordées de roux. Bas du 
dos, sus-caudales, cou, poitrine, flanc roux rougeâtre à taches lancéolées 
noires. Abdomen gris brun. Rém. et rect. brun noir. Grandes et movennes 



l'ALNI- DE IHANCE. 



)11S 



sus-alaires brun noirùlre à pointe blanche, petites sus-alaires comme le dos. 
— J. Ressemblant beaucoup comme plumage à la Ç. — P. Bec et patte 
brun roug-eàtre. Face sup. brune, face int'. blanc roussàlre, la poitrine plus 
brune et foncée. Côté de la tète blanchâtre. 

Nid ressemblant à celui de l'espèce précédenle. — O^'u/'s ; 5 à 0, elliptiques. 
Gd : 64 à 73 ; Pd : 45 à 48. Gris olivâtre. 

De rencontre très accid. sur les côtes de France. — N. de l'Europe, de 
l'Asie, de l'Amérique ; en hiver jusqu'au S. de l'Europe, en Géorgie et en Cali- 
fornie. 



G. POLYSTICTA Evton ; Eniconelte. 

Bec plus court que la tête, demi-cylindrique, convexe, à mandib. inf. profon- 
dément cachée par les bords de la sup. Narines submédianes, étroites, ellip- 
tiques. Aile aiguë à rém. cubitales contournées en faucilles chez le cf , à miroir à 
reflets métalliques dans les deux sexes. 

P. stelleri (Pall.) [Anas occidua Bonnat.J; Eniconelte de Steller. L : 
44,5 à 46; A : 20 à 21,5; Q : 7 à 8; T : 3 à 3,7; B : 3,5 à 4. Bec gris bleuâtre 
{c^) (327) ou brun verdâtre (9); patte gris noirâtre, iris brun clair. — (j* 
rupt. Tête et haut du cou, scapulaires, petites et moyennes sus-alaii-es d'un 
blanc pur avec le tour de l'ieil noir et 2 taches vertes l'une sur le lorum, 
l'autre sur une houppo courte à rocci})ul. Dessus du cou verl, reste de la 
face sup., gorge, devant du cou et une large tache sur le coté de la poitrine 
noir bleuâtre. Un collier vert bouteille se fondant dans la teinte noire du 
dos. Reste de la face inf. roux jaunâtre passant au noirâtre au ventre. Rém. 
prim. et premières second, brun noirâtre, les suivantes bleu acier avec des 
reflets violets. Rém. cubitales bleu noir à barbes int. blanches. Grandes 
sus-alaires secondaires violettes et blanches. Recl. brun noir. — 9- '^^^<^ et 
cou Isabelle avec des stries brunes et une tache blanchâtre derrière l'œil. 
Reste de la face sup. brunâtre, les plumes bordées de roux. Poitrine brun 
foncé marqué de roux et de marron. Abdomen brun noirâtre. Rém. prim. 
et rect. brunes. Rém. cubitales noir bleu à barbes int. grises. Sus-alaires 
ardoise, les grandes et les moyennes à bout blanc. Miroir de l'aile bleu acier. 
— J . Ressemblant en plus terne à la 9- — ^ ■ ^^ec et patle noirâtres. Face 
sup. brun noir, le côté de la tête brun et marqué de brunâtre clair et de 
blanchâtre au lorum et dans la région oculaire. P'ace inf. gris brun foncé, 
la gorge et le cou plus clairs, la poitrine plus foncée. 

Nid d'herbes, de mousse, de duvet, sur un rocher. — Œufs : fi à 9, elliptiques. 
Gd : 56 à 64 ; Pd : 39 à 41. Jaune verdâtre ou bleuâtres. 

Très accid. sur les côtes N. de la France. — Régions arctiques et suliarc- 
liques, descendant plus ou moins l'hiver vei's le centre des eontincnls. 

18 



i274 



G. HISTRIONICUS Li:ss. ; Histrion. 

Bec un peu plus haut que large à la l)ase, s'altéuuaut graduellenient en avant 
depuis le niveau des narines, à mandib. inf. découverte dans la moitié proximale. 
Aile étroite et effilée, avec un miroir à reflets métalliques chez le cf. Q sensibl. 
plus petite que le cT. 

H. histrionicus (L. ; Histrion arle({uin, (iarrol hislrioii. L : 4(> à 47; A : 
19 à :2U,5; U : 7 à K),."); T : 3,1 à :{,B; B : \\ l\ Wrl. Bec ardoise l'oncé à onglet 
jannâtre (339), patte noirâtre, iris brun. — ç^ rupt. Tète, cou, haut rlu dos et 
poitrine ardoise brillant, avec le dessus de hi tète noir et des taches blanches 
plus ou moins bordées de noir : en large croissant vertical entre le bec et l'œil, 
arrondie derrière l'œil, allongée le long du côté du cou, en collier, trans- 
versale sur l'épaule et une tache allongée rousse de chaque côté du 
vertex. Reste de la lace sup. noir brillant. \'entre brun, flanc roux, sous- 
caudales noires avec de chaque coté une tache arrondie blanche. Réiu. 
prim. et rect. brun noir. Réni. second, ant. bleu violet à barbes int. bru- 
nâtres. Rém. cubitales et scapulaires noires et blanches. Sus-alaires noi- 
râtres, quelques-unes tachées de blanc. — çf été et Q. Plumage brun foncé 
plus ou moins nuancé de gris, plus chiir à la poitrine et au ventre qui sont 
tachés de foncé et avec un peu de blanchâtre sur le coté du front, devant 
et sous l'œil et derrière l'oreille. Aile plus foncée, sans miroir net. Les 
taches chez le cf étant plus nettes que chez la Ç. — J . Ressemblant à la 9> 
mais le plumage jdIus terne et maculé. — P. Face sup. brun noirâtre, la 
face inf., un collier et 4 taches sur l'aile et la cuisse blancs. 

Nid grossier dherhes et tiges entre des broussailles ou des herbes au bord de 
1 eau. — Œufs : 5 à 8, quelquefois 10, elliptiques assez courts. Gd : 49 à 51; 
Pd : 35,5 à 37,5. Blanc roussàtre, blanc brunâtre, gris olivâtre pâle. 

Très accid. en France. — N. de l'Amérique, Groenland, N. E. de l'Asie, 
descendant l'hiver vers le Centre de l'Europe, en Améri(jue jusqu'aux Etats-Unis. 



G. HARELDA Snrn. ; llarelde. 

Bec sensibl. droit, assez épais, léger, plus haut que large à la base qui est un 
peu recouverte par les plumes du front, un peu attéimé en avant, avec un onglet 
peu saillant et courbé. Narines en avant du milieu du bec. Scapulaires longues, 
effilées, tombantes (cT rupt.). Coi|)s assez gros ot pou allongé. 

H. hyeraalis {\j.]\Àntis i^lacialifi L. ; llarelde glaciale. Canard île .Mique- 
lon. L : .■);ià 70 icf rupt),' il) â i;},.") (9) ; A : iy,."3 à :22,4 ; g : •_>:>.;') â 30 
[(S rupt. ! (320), (),') ,à 8,5 (Ci ; T : .3 à 3.6:) ; B : :2.6 à 2,8. Bec noir avec le 
milieu orangé q* lupt., i319t ou briui barré de jaune 9 ' p-'H*^' noirâtre 



tAlNK DE KRANCi;. (HSKAIX 2/0 

avec le devant du tarse et le dessus des doi^Ls j,mms, iris jaune (ç^) ou 
marron [(^). — çf rupt. 'i'ète, cou, liant du dos, sca[)ulaires, liane, sous- 
caudales, recl. lai. I^lancs, le enté de la tête lavé de f.;ris surlt)ut derrière 
IVeil et avec une large tache brun foncé de la ré;,ioii paroti(|ue sur le coté 
du cou. Milieu du dos, croupion, sus-alaires, poitrine, épif^aslre et rect. 
médianes brun noir. Uém. second, avec les barbes e.\t. brun marron foncé, 
les barbes int. brunâtres. — ç^ été. Dessus de la tète avec une bande longit. 
noire s'élargissant vers l'occiput cpii esl plus ou moins blanc. (]ou, dos, 
croupion, aile, poitrine, liant du Acnlrc noir brun axcc de larges bordures 
rousses aux plumes du haut du dos et des cubitales, blanchâtres aux scapu- 
laires et le haut de la poitrine parfois varié de blanc. \'entre, flanc et sous- 
caudales blancs barrés de gris. Coté de la tète gris avec un peu de blanc 
autour de l'œil. Barbes ext. des rém. second, brun gris. Rect. lat. blanches. 
— 9- l^luniage un peu variable avec la saison. Tête et cou blancs marqués 
de brun roux ou de gris noir sur le vertcx, la nuque, l'arrière des joues, le 
haut du côté du cou. Haut du dos noircàtre. Reste du dos, ci'oupion, scapu- 
laires et cubitales bruns, les plumes bordées de roussàtre. Bas du cou, haut 
de la poitrine roux marqués de gris et de brun. \'entre et sous-caudales 
blancs. Aile brun noirâtre. Rect. brunes, les lat. bordées de blanc. — ./. 
Dessus de la tète et nuque bruns ou blancs marqués de brun. Dos, croupion 
et aile brun noirâtre ou grisâtre, les scapulaires plus claires et souvent avec 
fin blanc. Devant du cou et haut de la poitrine gris brun. Poitrine et liane 
blanchâtres marqués de gris et de brun. Ventre et sous-caudales blancs avec 
une tache anale grise. Côié de la tète et du cou blancs marqués de gris 
brun sur les joues et le cou. — P. Bec brun, patte brun roussàtre avec le 
dessus des doigts jaunâtre. Face sup., poitrine et côlé de la tète brun fuli- 
gineux, le reste blanc. 

Nid d'herbes, de mousse, de duvet, presque toujours au bord des eaux douces, 
dans les herbes, sous les Ijroussailles. — Œufs : ij à 7, ovales. Gd : 51 à 54 ; 
Pd : 36 à 39. Gris verdâtre ou olivâtre. 

De passage irrégulier sur les côtes N. et \V., accident, dans l'iulérieur de la 
France. — Régions arctiques; en hiver jusqu'à la Méditerranée, à la Caspienne, 
au Baïkal, à la Chine, au golfe du Mexique. 



G. CLANGULA Lkach; Carrof. 

Bec beaucoup plus haut (juc large à l,i base, à onglel assez long et peu courbé. 
Mandib. inf. un peu visible en arrière seulement. Queue conique et étagée. Tète 
assez forte, grossie par une huppe plus ou moins développée. Cou plutôt court. 
Corps ramassé. 9 sensibl. plus petite que le cf. 

C. clangula t'L.i [Ajias gJaucion L.;; (larrot vulgaire. L : 48 à 50 (cf i, 
-il à 43 9,; A : 11), (> à 23 ; Q ; 8 à 11: T : 3,--> à 3,0; B : 3. 5 à 3,8. Bec lîoir 



276 VÀlNl' DE KRANGi;. OISEAUX 

bleuâtre i cf i ou noirâtre à bout jaunâtre iÇ' ! patte orange [çf ) ou jaunàti'e 
[Q) à pahnure noirâtre ou brune, iris jaune. — çf rupL. Tête et haut (hi cou 
noirs à reflets verts et violacés avec une tache ovale blanche au coté du bec 
(322), reste blanc taché de noirâtre à la région anale, avec le dos, le crou- 
pion, les sus-caudales, partie des scapulaires, cubitales, rém. prim., barbes 
int. des second, ant., grandes sus-alaires ant. noirs. — (j^ été. ïète et haut 
du cou brun roux foncé sans tache blanche au côté du bec. Cou gris plus 
clair en dessous. Dos, croupion, sus-caudales et scapulaires bruns, les 
plumes bordées de cendré. Bas du cou et haut de la poitrine gris. Le reste 
de la l'ace inf. blanc taché de noii'âtre au ilanc et aux jambes. Sus-alaires 
blanches. Rém. et rect. brun noirâtre. — 9- ^ l'ès semblable au (j^ en été, 
mais l'ensendjle du plumage plus clair et les sus-alaires en partie noires et 
non blanches en entier. — J. Ressemblant beaucoup à la 9- — ^- Bec brun. 
Face sup. et devant de la tête bruns avec quatre taches blanches sur le dos 
et l'aile. Face inf. blanche avec une bande brunâtre en travers de la poi- 
trine. 

Nid d'iierbes sèches el de plumes dans un trou de falaise ou sur le sol parmi 
les roseaux, souvent à même dans un trou d"arbre. — Œufs: 9 à 14 et même au 
delà, subelliptiques, Gd : ;)4 à 60 ; Pd : 41 à 43. Verdàtres ou gris vert. 

De passage ou hivernal en France, particulier, sur les côtes. — N. de la région 
paléarcti(pie, en hiver jusqu'à la Méditerranée, la Caspienne, le N. de l'Inde, la 
Chine, le Japon. 

C. islaudica iGmel. ; (iarrol d'Islande, Canard de Barrow. L: 48 à 52; 
A: 21,5 à 25 ; Q : 9 à lO; T : 4,5 à 4,8; B : 3,5 à 3,8. Bec noir [çf rupt.) 
(ui noirâtre à bout jaunâtre (9), patte orange à palmui'e noire, iris jaune 
pâle. — o* rupt. Tête et haut du cou noirs à vifs reflets pourpres et verts 
a^■ec une grande tache blanche en croissant vertical sur le côté du bec (325), 
bas du cou et épaule blancs, reste de la face sup. noir avec le milieu des 
scapulaii'cs blanc (326). Face inf. blanche avec une ligne noire au flanc et 
les sous-caudales lat. brunes. Rém. prim. et cubitales noires, les second, 
à barbes cxt. et extrémité blanches. Extrémité des grandes sus-alaires et 
la plupart des moyennes blanches. Queue brune. — çf été, 9- l'ète et 
haut du cou brun roux foncé. Bas du cou blanc taché de brun et de gris. Dos, 
croupion, scapulaires et sus-caudales brunes, les plumes bordées de gris. 
Haut de la poitrine et flancs bruns, les plumes bordées de grisâtre, reste 
de la poitrine et abdomen blancs, la région anale brune, (irandes sus-alaires 
blanches à bout noir, moyennes sus-alaires noires et blanches. La 9 un peu 
plus claire. — J. Ressemblant beaucoup à la 9- — ^^- Gomme celui de 
l'espèce précédente. 

Nid très senddable à celui de l'espèce ()ivcédente. — Œufs : 10 à 12 et plus. 
Gd : 59,5 à 04; Pd : 41 à 42, ii. Vert bleuâtre clair. 

Plusieurs captures sur les côtes N. de France. — Américiue septentr., Groenland, 
Islande ; très accident, dans l'W. de l'Europe. 



G. NYROCA Fi.EM. ; Fuligule. 

Bec à peu près aussi large que haul à la base, à onglet plus ou moins oour])é. 
Mandib. inf. un peu découverte à la base. Aile effilée suraiguë on iiif^iii', .-i 2' vv\\\. 
lin peu échancrée au bord ext. Queue courte et arrondie. Corps lr;i|iu cl airondi. 

N. nyroca (Gûld.) ; Fuligule nyroca, Canard à iris blanc. L : .39 à 4.*^ ; 
A : 18, .5 à 19,5 ; Q : 6 à 6,4 ; T : 2,9 à 3,4 ; B : 4,9 à 5,2. Bec ardoise, patte 
grise à palmure noire, iris blanc. — ç^ rupt. Tête, cou, poitrine et flanc 
roux marron vif avec une petite tache blanche au menton et un léger collier 
brun noir vers le milieu du cou. Dos, ci'oupion, sus-caudales, scapulaires, 
cubitales et sus-alaires brun noir à reflets bronzés. Ventre et sous-caudales 
blancs. Jambe et région anale brune. Rém. prim. brunes sur les barbes ext. 
Hem. second, blanches largement bordées de noir brun verdâtre, les post. 
avec souvent en plus un fin liseré blanc. Rect. brun foncé. — çf été, Ç. 
Teintes bien moins pures et sans collier brun. Les plumes rousses bordées 
de roussâtre, le brun de la face sup. peu brillant et nuancé de roux. Le 
blanc de la face inf. moins pur. L'ensemble encore plus terne chez la 9- — 
/. -Assez semblable à la 9 niais les teintes plus sombres et les plumes à 
bordures plus larges. — P. Bec brun à onglet jaune, patte brun l'oux à 
dessus des doigts jaunâtre. Face sup. brun olivâtre avec 4 taches jaune 
sale peu apparentes. Face inf. jaune vif avec du roux à la poitrine et du 
brun à l'abdomen. 

Nid d'horbes doublé de plumes, dans les roseaux, sous des broussailles près de 
l'eau. — Œufs: 8 à 12, ovalaires. Gd : 50 à 53 ; Pd : 35 à 38. Gris jaunâtre ou 
roussâtre. 

Accid., estival, surtout de passage mais assez peu répandu en France, — Centre 
et S. de l'Europe; Canaries ; Afrique jusqu'à l'Abyssinie ; W. de l'Asie jusqu'à 
l'Inde. 

N. ferina iL.) [Anas eri/throcephala Gmel.] ; Fuligule milouin. L: 43,5 
à .50 ; .A : 20,8 à 22,5 ; Q : 5,4 à 7 ; T : 3,2 à 3,7 ; B : 5,7 h 6,2. Bec bleuâtre 
et noir '324), patte bleuâtre à palmure noire ((j^ rupl.) ou gris verdâtre et 
brunâtre (9), ii'is orange ((j^) ou jaune (9)- — cf rupt. Tête et moitié sup. 
du cou roux rougeâti'e, bas du cou, haut du dos et de la poitrine, croupion 
et sus-caudales noir brun. Milieu du dos, scapulaires, sus-alaires, cubitales 
et flanc blanc chiné de noirâtre. Bas de la poitrine et ventre blancs. Derrière 
de la jambe et région anale nuancés et chinés de brun. Sous-caudales brun 
noir. Rém, prim. gris brunâtre plus ou moins bordées de brun, second- 
grises ou blanches chinées de gris, les post. bordées de blanc. Rect. brunes. 
— (^ été, 9- Tête, cou, haut du clos et de la poitrine brun roussâtre presque 
noirâtre sur le derrière de la tête, plus pâle autour du bec, des yeux et à 
la gorge, les plumes de la poitrine bordées de blanchâtre. Dos, scapulaires 



278 lAlNK Dr. IKANCi:. (ilSKAIX 

et flancs gris l)riin avec des stries en zigzags blanchâtres. CroujDion et sus-cau- 
dales brun noirâtre. Bas de la poitrine et ventre blanchâtres. Région anale et 
sous-caudales brun gris j)lus ou moins chiné. Rém. brunâtres plus foncées au 
bout. Miroir gris brun. Sus-alaires brunes pointillées de gris.Rect. gris 
brun. Les teintes plus ternes et plus sombres chez la 9- — J' Ressemblant 
beaucoup à la 9i i»ais plus foncé et à bordure des plumes plus nette. — 
P. Bec gris brun à dessous jaunâtre, patte l)rnne avec des bandes jaunâtres ou 
verdâlres. Face sup. brun olivâtre a\ ec 4 taches roussâtres. Oirge blanchâtre, 
côté de la tète et du cou et reste de hi face inf. jaunâtres, maculés au bas 
A'entre et aux sous-caudales. 

Nidification analogue à celle de l'espèce précédente. — Œufs : 8 à 12 d'un ovale 
obtus. Gd : 00 à 63 ; Pd : 43 à 4;'). Gris verdâtre ou gris olivâtre. 

Estival en quelques points de France, y étant surtout de passage. — Europe 
depuis la Suède moyenne ; N. de l'Asie juscpi'au Japon, descendant l'hiver dans 
le N. de l'Afrique et le N. de l'Inde. 

N. fuligula (L.) \Anns coli/mbis Pall., A. cris la ta Leach]; Fuligule 
morillon. L : 39 à -i") ; A : 20.8 à 21,5 ; Q : 5,4 à 6,2; T : 2,9 à 3,2 ; B : 4,2 à 
4,7. lîec bleuâtre et noir (323), patte bleuâtre à palmure noirâtre, iris 
jaune. — cf rupt. Tète, huji'pe et haut du cou noirs à reflets violets (321), 
reste de la face sup., scapulaires et cubitales noir brunâtre, les scapulaires 
très finement marquées de roussâlre. Poitrine noire. Ventre et flanc blancs. 
Derrière de la jambe et sous-caudales noirâtres. Grandes rém. noirâtres en 
dehors, gris brun aux barbes int. Rém. second, blanches, terminées de 
noirâtre formant un miroir blanc bordé de noir. Sus-alaires brunes. Rect. 
noirâtres. — (j^ été, 9- Huppe courte. Tète, cou, face sup., poitrine, flanc 
et aile brun noii'e, les scapulaires et le flanc marqués de roussâtre, le miroir 
blanc de l'aile étroit. Ventre blanc lavé de brunâtre. La 9 ^' teintes plus 
ternes et sensibl. plus brune à la face sup., la base du bec largement entourée 
de brunâtre, le blanc du ventre moins large. — J . Arrière du bec largement 
blanchâtre. Face sup. brun noirâtre, les plumes bordées de clair. Côté de la 
tète et cou brun roussâtre. Poitrine brune et roussâtre, reste de la face inf. 
blanc sale, le flanc et le bas ventre marqués de brun et de roussâtre. — 
P. Bec noirâtre marqué de jaunâtre, patte brune à dessus des doigts jaunâtres. 
Brun fuligineux, la face inf. plus claire, avec la gorge et le ventre fauves. 

i\'id de roseaux et d'herbes sèches doublé de phnnes, ciiivc les joncs ou sous 
un buisson près de l'eau. — Œufs : 8 à 10, quelqucfc/is 12, d'un ovale court. 
Gd : 56 à 59 ; Pd : 39 à 42. Gris roussâtre ou olivâtre. 

- Estival en quelques points de France, surtout de passage, assez commun, 
|)arliculit"'r. sur les rôles \. et W. — N. et Ct'iilre de l'Europe et de l'Asie, en 
liiviT jus([ircu Al)ys.siiuc et dans le S. de l'Asie. 

N. marila (L.) \An(is frciuiUi Si'akiî.m.; ; Fuligule milouinan. L : 46 â 51 ; 



iaim: i>r. ihanci:. — disi-aix ^79 

A : -21,0 à -2-2,3 : Q : r. h 7 : T : 3, M h :î,9 ; B : 4,4 à i,0. Bec bl;inchâtro et 
noir (cfl ou bleuâtre et brun (Ç), patle gris de plomb avec palmure noire f'çf 
ou brun verdàlre (Ç^, iris plus ou moins jaune. — cf rupt. Tèle, cou, liant 
du dos et de la poitrine noirs, la tête et le haut du cou à reflets verts, le 
reste à reflets pourprés, lîas du dos et scapulaii-cs blancliàl ics, liiicment 
chinés de noir. Croupion et sus-caudales noir brunâtre. Has de la face inf. 
blanc finement strié transvei'S. de brunâtre au flanc et au bas ventre et sous- 
caudales noii"es. Rém. prim., cubitales et rect. brunes. Rém. second, ant. 
blanches à bout noir, les post. noir vert à barbes int. brunâtres, l'ensemble 
formant un miroir blanc bordé de noir en haut et en arrière. Sus-alaires 
noirâtres marquées de blanchâtre. — çf été, Q. Un large espace blanc ou 
jaunâtre autour du bec, reste de la tête et haut du cou brun foncé avec 
-général, une tache blanche ou jaunâtre sur l'oreille. Bas du cou, haut du 
dos et poitrine bruns marqués de roussâlre. Reste de la face sup., aile et 
cjueuebrun fuligineux, le dos et les scapulaires chinés de blanchâtre. Ventre 
blanc ou blanchâtre, jambe et région anale brunâtres, flanc et sous- 
caudales blancs chinés de brun. Miroir de l'aile blanc ou blanchâtre. La Ç 
de teintes un peu plus claires que le cf , avec le blanc de la tête plus étendu 
et plus pur. — J. Ressemblant à la 9' lirais les teintes moins pures, sans 
zigzags blanchâtres sur le dos, le blanc du tour du bec moins développé et 
lavé de jaunâtre. — P. Bec brun roux à onglet plus pâle et mandib. inf. 
jaune, patte brun verdâtre à doigts jaunâtres. Face sup. brun roussâtre, 
face inf. brunâtre avec la goi-ge et le ventre jaune gris. Côté de la tête jaune 
foncé. 

iVirf ressemblant à celui de l'espèce précédente, mais plus particulier, au bord 
de la mer. — Œufs : 8 à 10 ou 12, d'un ovale un peu allongé. Gd : 64 à 67 ; Pd : 42 
à 44. Gris olivâtre ou verdâtre. 

De passage ou hivernal en France, principal, sur les côtes N. et W. — N. de 
l'Europe et de l'Asie, l'hiver jusqu'au N. de l'Afrique et au Japon. 



G. NETTA Kaup. ; Nette, Brante. 

Bec au plus aussi haut que large à la hase, un peu plus étroit à l'avant, qui est 
déprimé, qu'en arrière, un peu prolongé sur les côtés du front. Mandib. inf. 
droite, un peu visible sur le bec fermé. Aile très étroite, pointue, aiguë ou sur- 
aiguë, à 2« rém. un peu rétrécie au bord ext. Scapulaires larges. Miroir sans 
reflets métalliques. Plumes de la tête allongées chez le cf. 

N. rufina (Pall.); Nette rousse, Brante roussâtre. Canard sifflcur huppé. 
L : 53,5 à 57,5 ; A : 26 à 29 ; Q : 8 à 9,5 ; T : 3,8 à 4,2 ; B : 5,3 à 5,7. Bec 
(318) et iris rouges (çf rupt.) ou bi-un rougeâtre (9)- — cf l'upl- Tête et 
haut du cou roux vif, la huppe un peu plus claire. Nuque, cou, face inf. 
moins le flanc noir brun. Dos, croupion, scapulaires inf. grandes et moyennes 



280 I Arxi- in; i-RANcr.. — oisi-.\r\ 

sus-alaires gris brun. Scapulaires sup., petites sus-alaires et flancs blancs, 
plus ou moins nuancés de roussâtre vif. Rém. prim, noirâtres, rém. second, 
ant. blanches bordées de gris., post. à barbes ext. gris brunâtre, à barbe 
int. blanches ou de la teinte des ext. Miroir blanc. Rect. gris brun à bout 
clair. — o^, été, 9- Dessus de la tète brun roux, joue et haut du cou gris ou 
gris roussâtre. Face sup. brun cendré avec le croupion plus foncé. Ras du 
cou, poitrine et flanc brun jauuàlres, ventre blanchâtre, sous-caudales blanc 
roussâtre. I^a Q un peu plus tciiic, avec le miroir grisâtre. — ./. Ressemblant 
beaucoup à la 9- — f^- ^>ec noirâtre ;i onglet et mandib. inf. jaunes, patte 
brune avec le bord des doigts jaune. Face sup. brun roux avec 4 taches 
blanches, face inf. blanche, lavée de gris à la poitrine et à l'épigastre. Côté 
de la tête et du cou blancs avec un trait brun postoculaire. 

iVîrf d'herbes sèclies et de plumes sur un îlot, parmi les joncs. — Œufs : 7 à 10, 
ovalaires. Gd : 55 à 60 ; Pd : 40 à 42. Gris jaunâtre, roussâtre ou léger, verdâtre. 

Estivale mais rare, dans le S. et le Centre de la France, surtout de passage. — 
S. de l'Europe, remontant i)lus ou moins dans le Centre ; N. de l'Afrique; Asie 
centrale. 



G. DAFILA Leach ; Pilet. 

Bec presque de la long, de la tète, nettement plus haut que large à la base, à 
arête à légers prolongements frontaux. Onglet petit, brusquement courbé. 
Mandib. inf. un peu visible à la base. Aile suraiguë atteignant à peu près le bout 
des rect. moyennes. Corps assez long. 

D. acuta (L.) [Anas longicauda Rriss.] ; Pilet acuticaude, Canard pilet, 
L : 54 (9) à 66,5 (cf ) ; A : 25,5 à 27,5 : Q : 12,5 (9) à 22 ((f ) (331 ) ; T : 3,5 
à 4,1 ; R : 5,2 à 5,7. Rec (332) et patte gris noirâtre (cf rupt.) ou brun 
noirâtre (9), ii'is brun. — çf rupt. Tête et haut du cou bruns à reflets 
pourpres et mouchetés de noirâtre, avec une ligne longit. blanche sur le 
côté du cou. Nuque et milieu du dessus du cou noirs. Reste de la face sup., 
haut des scapulaires et flancs blanchâtres chinés de noirâtre, les sus- 
caudales brunes bordées de blanc roussâtre. Scapulaires inf. noires plus ou 
moins marquées de blanchâtre sur les boi'ds. Ras du dos, poitrine, épigastre 
d'un blanc plus ou moins pur. Ras ventre grisâtre chiné de noirâtre, sous- 
caudales noires. Rém. prim. brunes. Rém. second, à barbes ext. vert violet 
ou pourpres, à barbes int. noires, à bout noir et blanc. Cubitales noires 
largement boixlées de gris. Sus-alaires grises, les gi-andes terminées de roux. 
Rect. médianes noires à reflets verdâtres, lai. brimes bordées de blanc. — 
çf été, 9- Tête et cou roussâtres mouchetés de brun. Face sup. brun foncé, 
les plumes bordées de grisâtre ou de roussâtre clair. Face inf. roussâtre 
plus ou moins tachetée de brun. Aile brune à miroir pourpre à reflets ((f) 
ou brun sans reflets avec bordure blanche en haut, noire et blanche en 



lAUNi: r>r iitANcr. 



•281 



bas iÇ . Rect. brunes lisercesde blaiichàlre et barrées transvers, de roussâtre 
chez la 9- Celle-ci dans l'ensendile, plus claire. — J. Ressemblant beaucoup 
à la Ç. — P. Bec noirâtre à onglel et mandib. inf. jaunâtre, patte brune. 
Face sup. brune avec 4 taches blanches, face inf. blanche avec la poitrine 
j^rise. Côté de la tète blanc avec '1 bandes brunes, l'une sur l'œil, l'autre en 
travers de la joue. 

iVirf d'herbes sèches et de plumes aux bords des eaux douces, parmi les roseaux, 
les grandes herbes, les broussailles. — Œufs : 8 à 10, subelliptiques. Gd : 54 à 58 ; 
Pd : 38 à 41. Gris verdâtre, olivâtre ou roussâtre. 

De passage régulier et hivernal on France. — Régions subarcliques, descendant 
l'hiver jusqu'au N. de l'Afrique, à l'Inde, à Bornéo, à Panama et à Cuba. 

G. SPATULA BoiK ; Souchet. 

Bec bien plus haut que large à la l)ase, à arête avec 2 petits prolongements 
fi'ontaux, à onglet petit et brus(piement courbé. Aile longue, suraiguë, atteignant 
à peu près le bout de la queue. Celle-ci courte, conique à 14 ou 10 rect. Tête 
forte. 9 presque aussi grande que le cf. 

S. clypeata (L.) ; Souchet commun. L : 44 à 50 ; A : 23,8 à 26 ; Q : 8,5 à 
10,5; T : 3,4 à 3,7; R : 6,5 à 7. Rec noirâtre à nuindil). inf. plus ou moins 
jaunâtre (330), patte jaune plus ou moins orang-é, iris jaune. — (^ rupt. 
Tète et haut du cou verts à retlets. Ras du cou et poitrine blancs. Dos brun 
foncé marqué de blanchâtre, croupion noir, sus-caudales noires et vertes à 
reflets, scapulaires blanches un peu tachées de noirâtre. Ventre et flancs 
marrons, région crurale avec un peu de brun, la rég-ion anale blanche tachée 
de noiràli'e au milieu, sous-caudales noires à reflets verts. Rém. prim. brunes, 
réni. second, à bai'bes ext. vertes à reflets cuivrés, à bai-bes int. brunes, 
formant un large miroir bordé de blanc en haut. Cubitales noires, les plus 
grandes avec une raie longit. blanches. Grandes sus-alaires gris brun à bout 
blanc, les autres bleu gris. Rect. médianes brunes, suivantes blanches et 
brunes, les lat. presque entier, blanches. — (j^ été, 9- Tête et cou roussâtres 
à taches noii'âtres, reste de la face sup. brun, les plumes largement bordées 
de roussâtre. Face inf. roussâtre, plus claire à la poitrine, plus rousse au 
^cntre et tachée de brun. Aile comme le çf rupt,, niais à teintes moins pures, 
particulier, chez la 9 q^ii est aussi plus claire et plus maculée dans l'ensemble. 
— J . Ressemblant en plus terne à la 9- — P- Face sup. brun roux avec une 
tache longit. fauve de chaque côté du dos. Gorge et devant du cou grisâtres, 
la poitrine plus foncée, ventre jaune roussâtre pâle. Côté de la tête clair avec 
une bande brune du bec sur l'œil vers la nuque. 

Nid d'herbes sèches et de plumes dans les roseaux, les herbes ou les brous- 
sailles près de l'eau. — Œufs: 8 à 14, subovalaires. Gd ; 51 à 56 ; Pd : 35 à 37. 
Gris olivâtre ou verdâtre clair. 



282 1AIM-: l)i: lUANCK. OISKAIX 

De passage et hivernal en France, signalé comme y nichant parfois. — Régions 
subarctiques, descendant l'hiver bas en Afrique, Asie et Amérique. 

(G. EUNETTA Bonap.; Ennelte.) 

E. falcata iGkgrgii; Eunetto à faucilles. L : 4S ; A : 25; Q : 7,6; T : 3,5; 
B : 4,5. Bec noirâtre, patte grise à palmure noirâtre, iris brun. — cf rupt. Dessus 
de la tête marron, son côlé, la nuque et la huppe verts à reilets bronzés. Un 
collier vert suivi d'un blanc. Gorge et devant du cou blancs. Presque tout le corps 
gris vermiculé de brun foncé, la poitrine avec des croissants transv. noirs et 
blancs. Abdomen blanchâtre. Sus et sous-caudales noires. L'aile avec un miroir 
vert à reflets et les cubitales, longues, étroites, en faucille. — cf été, 9 • Huppe 
peu développée, pas de faucilles à l'aile. Tête et cou bruns avec des marques 
roussàtres. Dos brun noir avec du fauve et du roux. Poitrine rousse avec des 
croissants transv. bruns. Abdomen roux fauve taché de brun. Aile avec un miroir 
noir à reflets verts. Rect. gris brun à pointes rougeâlres. — Signalée comme ayant 
été accident, capturée en France. — Asie orientale, très accid. en Europe. 

G. MARMARONETTA Reichenb. ; Marmavonette, 

Bec comprimé en arrière, presque de la même largeur sur toute la longueur 
à onglet bien recourbé. Tarse comprimé, sensibl. plus court que le médian. Aile, 
n'atteignant pas tout à fait le bout de la queue. Sexes presque identiques. 

M. angustirostris (Ménétr.) ; Marmaronette marbrée. L : 39 à 43; 
A : 20 à 22 ; Q : 8,5 à 9 ; T : 3,4 à 3,6; B : 4,8 à 5. Bec et patte noirâtres, 
iris brun. — cf 9- Bonnet et cou blanchâtres striés de brun (335), reste de 
la face sup. et scapulaires terre d'ombre, avec les plumes terminées d'isabelle, 
les scapulaires tachées de blanc cendré. Face inf. blanchâtre, avec des 
ondulations transv. brun clair, le bas ventre étant plus clair et moins marqué 
de foncé. Une tache brune autour de l'œil. Aile brun gris clair avec les rém. 
second, terminées de blanc. La Ç seulement de teintes plus claires, la face 
inf. plus blanche, l'ensemble moins marbré. — J . Comme la Ç, mais plus 
terne. — P. Face sup. brun foncé avec 4 taches blanchàlres. Face inf. et 
jaune brunâtre clair. Une ligne brun foncé du bei- sur l'œil vers l'arrière de 
la tête. 

Nid d'herbes sèches et de plumes, au bord de l'eau. — Œufs : tO à 12, ellip- 
tiques. Gd : 44,5 à 49 ; Pd : 33 à 35 Jaunâtres ou roussàtres. 

Très accident, dans le S. de la France. — S. de l'Europe ; N. de l'Afrique ; 
S. W. de l'Asie. 

G. QUERQUEDULA Steph. ; Sarcelle. 

Bec demi-cylindrique avec général, de petits prolongements frontaux. Onglet 
un peu courbé vers le bout. Mandib. inf. découverte seulement un peu à la base. 



l'AiNi: nE iitANcr.. — (iisr..\r\ 283 

Narines petites et rapprochées, assez près de la base du hoo. Aile suraiguë, atlei- 
gnant ou presque l'extrémité de la queue. 

Q. querquedula i L.) [Anas circia L.J ; Sarcelle d'été. L : .35 à 41 ; A : 19 à 
20, ô; Q : 7,:i à 8; T : -2, .5 à ;i, 1 ; B : 3,9 à 4,3. Bec brun noir, patte gris 
brunâtre, iris brun. — çf rupt. Dessus de la tête et nuque bruns bordés d'un 
larg^e sourcil blanc (336). Coté de la tète et cou brun roux mouchetés de 
blanc. Reste de la face sup. brun avec bordure des plumes grise. Partie des 
scapulaires grises, les autres grises et noires avec des rellets verdâtres et une 
bande longit. blanche. Gorge noire. Poitrine l'oussâtre avec le bout des 
plumes formant des ci'oissants noirâtres. Reste de la face inf. blanc jaunâtre, 
rayé Iransvers. de noir sur les flancs, et taché de brun au bas ventre et aux 
sous-caudales. Les crurales blanches bordées de noir et terminées de gris. 
Rém. prim. et rect. brunes plus ou moins bordées de blanchâtre. Rém. 
second, à barbes ext. vert à reflets, à barbes int. brunes, à bout blanc. Cubi- 
tales brunes rayées et bordées de blanc. Sus-alaires gris bleu, les grandes à 
bout blanc. — ç^ été, Ç. Face sup. brune avec les plumes bordées de gris 
roussâtre. Gorge blanchâtre ainsi que le sourcil. Reste de la face inf. blanc 
roussâtre taché de brun, sauf au ventre. Scapulaires brunes, cubitales 
noirâtres bordées de blanc \ç^) ou brunes boi'dées de roussâtre (Q). Sus- 
alaires d'un gris plus ou moins bleuâtre. Miroir vert, brillant [ç^) ou terne 
(9)- — •/• Ressemblant à la Ç. — P. Bec brun à onglet roux, patte 
brun roux. Face sup. brun roux plus foncé au vertex, et au croupion avec 
4 taches jaunes au dos. Face inf. jaune roussâtre, la poitrine lavée de brun, 
l'abdomen de gris. Côté de la tête jaune roux avec 2 bandes transv. brunes, 
l'une sur l'œil, l'autre sur la joue. 

Nid de roseaux et d'herbes, doublé de duvet et de plumes, dans les herbes du 
bord de l'eau ou sous une broussaille à une certaine distance de l'eau. — Œufs : 
8 à 12, elliptiques. Gd : 46 à 49 ; Pd : 32 à 34. Jaunâtres ou roussâtre pâle. 

Estivale et de passage en France. — Uégions paléarctique, sous-arctique et 
presque jusqu'à l'Afrique centrale. 

Q. crecca L. Q. minoi- Briss.j ; Sarcelle d'hiver. L : 32 à 39,5 ; A : 17 à 
l(S,5 ; Q : 7 à 7.() ; T : 2,6 à 3 ; B : 3,9 à 4,2. Bec noirâtre, patte gi-ise, iris 
brun. — (2f rupt. Tète et haut du cou marron avec de chaque côté, à partir 
de l'œil qu'elle encadre, une large tache vert foncé à rellets gagnant la 
nuque et entourée d'une fine ligne blanchâtre (338). Gorge noire. Bas du cou, 
scapulaires sup. et flancs blancs chinés de noir, autres scapulaires blanches 
à bout noir. Croupion brun. Sus-caudales médianes gris brun en haut, 
noirâtre à bordure blanchâti'e en bas, les lat. noir à reflets bordées de 
jaunâtre. Poitrine roussâtre à taches noires rondes, reste de la face inf. jau- 
nâtre, le bas ventre lavé de brun, les sous-caudales médianes ant. noires, les 
autres d'un blanc plus ou moins jaunâtre. Rém. prim. et rect. brunes plus 
ou moins bordées de l)lnnrhâtre. Rénj. second, ant. noires extér., post. vert 



284 jAiNi: i)i; 1 liANcr,. — ois):.\i\ 

à reflets extér., toutes brunes aux liarhes int. et lerniinées de blane. 
Cubitales grises et brunes. Sus-alaires gris olivâtre, les grandes lerniinées de 
roux et de blanc. — çf été, Ç. Bonnet brun un peu taché de roussâtre, côté 
de la tête et cou roussâtres tachés de brun. Face sup., scapulaires et cubitales 
brun noirâtre, les plumes bordées de roussâtre plus ou moins foncé. Face inf., 
moins le cou, blanchâtre maculée de brun à la poitrine, aux flancs et 
aux sous-caudales. Miroir comme le (^ rupt. mais moins brillant, surtout la 
9- Sus-alaires grises [çf) ou gris brun (Ç). — J . Ressemblant beaucoup à la 
9- — P- Très semblable au poussin de Q. qnerquedula seulement un peu 
plus petit, le bec rappelant celui de l'adulte. 

Nidification rappelant beaucoup celle de la Sarcelle d'été. — Œufs : 9 à 14, 
elliptiques. Gd : 43 à 46 ; Pd : 31 à 33. Blanc jaunâtre ou verdàtre. 

Estivale, de passage ou hivernale en France. — Eiuope ; Asie ; Afrique jusqu'à 
l'Abyssinie. 

Q. formosa ((teorgi) [Anas glocltans Pau,.]; Sarcelle élégante. L : 39,5 à 
47 ; A : 19,5 à 22 ; Q : 9,5 à 10,5 ; T : 3,3 à 3,8 ; B : 3,6 à 3,8. Bec et patte 
noirâtres, iris brun. — <^ rupt. Bonnet noir violacé entouré par une bande 
sourcillère blanche, du bec autour de l'occiput. Côté de la tête jaune clair 
bordé de blanc, coupé par une bande verticale noire, de l'œil à la gorge de 
même teinte. Un bandeau vert d'un œil à l'autre au dessous du blanc de l'oc- 
ciput et descendant en noircissant sur le cou pour former un collier séparant 
en arrière une tache blanche de chaque côté du cou (337). Partie postéro-sup. 
du cou noir violacé. Dos gris à ondulations transv. brunes. Scapulaires longit. 
noires, rousses et blanches. Cou et poitrine brique pâle taché de noir. Abdomen 
roussâtre. Bas ventre noir avec une ligne transv. blanche et les côtés roux 
vif. Flanc gris fauve vermiculé. Réni. prim. et rect. brunes. Sus-alaires roux 
vif, les grandes second, à bout vert avec un trait subterminal foncé. Miroir 
noir violet bordé de blanc en arrière. — çf été, 9- Plumes du bonnet noires 
bordées de roussâtre. Derrière du cou roussâtre strié de noirâtre, reste de la 
face sup. brune, les plumes bordées de roussâtre et de gris. Face inf. blanche, 
la gorge lavée de jaunâtre, le haut du cou tacheté de noir, le bas du cou et 
la poitrine lavés de roussâtre et tachetés de brun, les flancs ondes de brun 
roussâtre, le bas ventre et les sous-caudales tachés de brun. De chaque côté 
du bec une tache chamois surmontée d'une tache brune piquetée de noir. 
Rém. prim. brunes à extrémité plus foncée. Rém. second, ant. noires à bout 
blanc, les post. noires avec la moitié dislale ext. vert doré et le bout blanc. 
Cubitales brunes à bout noir bordé de roussâtre. Sus-alaires comme le cf 
rupt. — J . Ressemblant en plus terne à la 9- — P- Comme celui de l'espèce 
précédente, mais de taille un peu plus forte. 

Nidification semblable à celle de Q. crecca. — Œufx : 8 à 10, ellipli([uos, Gd : 45 
à 48 ; Pd : 32 à 36. Verdâlres ou olivâtres. 



FAlNË L>E FRANCE. — OISI-AUX 285 

Tuée dans la Maiiclir ol on Saône-el-Loiro. — Asie oiientalo ; accident, en 
Europe (1). 

(i. MARECA SiiiPii.; Marèque, Si f finir. 

Bec à hase lég-èr. plus haute (jue lai-g-e, très léger, rétréci vers le hout, à petils 
prolongements frontaux. Ong-let court cl bien courbé. Mandib. inf. un (leu visible 
à la hase. Aile suraiguë n'atteignant général, pas le bout de la queue. 

M. peiielope (L.) \Anas fistuhiris Hriss.J ; Marèque péiiélope, Canaixl 
siffleur. L : 46 à 54 ; A : 25,6 à 30; g : I(»à 10,7 ; T : 3.5 à 3,6; B : 3,5 à 4. 
Bec bleuâtre à pointe noire, patte j^rit^e, iris brun. — çf rupt. Tèle et haut 
du cou roux et ponctués de noirâtre (334) Reste de la face inf. sauf les sus- 
caudales, scapulaires, haut des flancs et arrière de la jambe blanchâtres 
chinés de noir ou de noirâtre. Sus-caudales ant. brunes, post. blanc chiné, 
lai. noires. Gorge noire ou noii'âtre. Devant du cou et poitrine roux lie de 
vin avec souvent des marques brunes. \'entre blanc jaunâtre et sous-caudales 
noires. Rém. prim. et rect. brunes, ces dernières bordées de blanchâtre. 
Rém. second, d'un vert à reflets dorés extér., brunes inlér., terminées de 
noir et à pointe blanche, formant un miroir vert bordé de noir en haut et en 
bas et de blanc eu arrière. Cubitales noires bordées de blanc. Grandes et 
moyennes sus-alaires blanches, les premières à boul noir, petites grises. — 
çf été. Tête et cou roux foncé mouchetés de noir. Dos brun avec les boi'dures 
des plumes un peu plus claires. Poitrine cl flanc brun marron, la première 
rayée transvers, de nt)ir. ^'entre et sous-caudales blancs, celles-ci tachées 
de brun. Aile à peu près comme au printemps. — 9. Ressemblant au cf en 
été, mais ensemble du plumage plus clair, plus gris et plus maculé. L'aile 
beaucoup moins brillante, le miroir cendré boi'dé de blanc en arrière. — 
y. Ressemblant à la Ç. — P. Bec noirâtre à onglet et dessous jaunâtres, 
patte brun roux. Face sup. brun roux foncé. Face inf. jaune ou jaunâtre, la 
poitrine nuancée de gris. Côté de la têle et du cou roux gris. 

Nid de feuilles, de roseaux, d'herbes sèches, de duvet et de plumes, au bord de 
l'eau parmi les Jiautes herbes ou sous une broussaille. — Œtifs ; 8 à 12, ovalaires. 
Gd : 52 à 57 ; Pd ; .37 à 39. Blanchâtres, blanc jaunâtre ou olivâtre. 



(1) Querquedula discors (L.) A peu près do la (aille (le Q. querquedula. — cf rupt, 
Dessus (ie la ItHe gris à reflets verts i. la nuque. Une tache blanche en croissant, entre 
le bec et l'œil. Sus-alaires bleu vif et un miroir alaire vert métallique bordé de blanc en 
avant. Face inf. marron clair tachée de brun foncé et barrée de noirâtre.— Ç> . Grisâtre, 
tachée de fauve clair à la face sup., de brun foncé a la face inf. Un sourcil blanc net. 
Aile avec un miroir gris brun bordé de blanc d'un côté. Amérique septcntr. et centrale, 
très accident. W. de l'iiurope. — Aurait été capturée près de Carentan (Degland et 
Gerbe, i867) [Cette capture a été aussi rapportée à Q. torquata (Vieill.), espèce de 
l'Amérique méridionale qui n'a pas été signalée ailleurs en Europe]. 



^286 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

Exceplionn. estivale, principal, de passage et hivernale en France. — Rég-ions 
subarcticiues de l'Europe et de TAsie, descendant l'hiver jusqu'en Abyssinie et 
Bornéo; accid. dans le N. de l'Ainérique. 

!M. americana (Gmel.) ; MarÏMiue américaine. L : 50; A : 26,5; Q : 10; T : 
3,5 ; B : 3,0. Bec bleuâtre à onglet noir, patte noirâtre, iris brun. — cf rupt. 
Front et vertex blancs, occiput et haut du cou roux marron. Dos et scapulaires 
brun gris avec des lignes transv. noires et rousses. Sus-caudales noires. Face inf. 
et une large bande sur l'aile blanches. Côté de la tête et cou blanchâtres poin- 
tillés de noir, avec une large bande verte à reflets de l'œil sur la nuque. Rém. 
prim. brun foncé, second, bleu noir frangées de blanc. Miroir vert doré bordé de 
bleu noir. Rect. médianes noires, lat. grises. — Ç. Tête et cou blanc jaunâtre 
tachés de noir. Dos brun sombre. Poitrine teintée de roussâtre. Signalée comme 
exceptionn. capturée en France. — Amérique septentr., l'hiver dans l'Amérique 
centrale ; accident, en Angleterre.] 



G. GHAULELASMUS Cu.av ; Chipeau. 

Bec très léger, plus haut que large à la base, un peu aplati et subarrondi en 
avant, à onglet brusquement courbé. Faibles prolongements frontaux. Mandib. 
inf découverte en arrière seulement. Narines très peu avancées sur le bec. Tarse 
comprimé. Aile suraiguë atteignant i)resque rextr(''niité de la (jueue. Celle-c' 
courte et arrondie. 

Ch. streperus (L. ) ; Chipeau bruyant, Canard ridenue. L : 47,5 à 55 ; A : 
25,5 à 28; Q : 8,5 à 10,2; T : 3,3 à 3,7 ; B : 4,6 à 5,1. Bec noir bleuâtre ( cf i 
(333) ou gris vei'dâlre foncé à bords jaune rougeâtre (Ç), patte orange à pal- 
mure noirâtre, iris brun. — q^ rupt. Front, joue, gorge et moitié sup. du cou 
gris roussâtre taché de brun, dessus de la tète brun léger, marqué de 
roussâtre. Bas du cou, haut du dos, scapulaires, poitrine et flanc noirâtres 
avec des croissants transv. blanchâtres ou roussâtres, sauf aux deux derniers 
où ce sont des ondulations transv. de même couleur. Bas du dos et croupion 
brun. Sus et sous-caudales noires à reflets. \'enlre blanchâtre plus ou moins 
strié de brun surtout dans la région anale. Rém. prim., cubitales, petites sus- 
alaires et rect. brun cendré, les dernières bordées de gris roussâtre. Rém. 
second, ant. brun gris liserées de blanc, les suivantes extér. noires en haut, 
blanches en bas, intér. brunâtres, formant un miroir blanc largement enca- 
dré de noir violacé devant et derrière. Grandes eus-alaires ant. marron, post. 
noires. Moyennes sus-alaires roux mai'ron. — (^ été, 9 et J . Face aup. brun 
noirâtre, les plumes largement bordées de roussâtre, le croupion et les sus- 
caudales gris. Cou gris roussâtre plus ou moins pâle et fortement tacheté. 
Poitrine et flanc l'oussâtres, tachés de noir, ^'entre blanc. Sous-caudales 
plus ou moins tachées de noir. Miroir comme au printemps et souvent des 
traces de marron aux sus-alaires [(^ ) ou sans bordures noir violacé (Ç el J), 



FAUNE Di; lUANCK. OISEAUX "287 

»— P. Bec brun à onglet et base jaunâtres, patte brune à bords des doigts 
jaunâtres. Face sup., aile et cuisse brun, plus foncé au vertex et au bas du 
dos, avec six taches blanchâtres. Face inf. gris clair, la poitrine lavée de 
brunâtre, le ventre blanc. Ci")té de la tête fauve avec "2 bandes transv. 
foncées, l'une sur l'œil, Taulrc sur la joue. 

Nid d'herbes sèches et de plumes, à terre dans les roseaux d'un marais. — 
Œufs : 8 à 12, ovalaires. Gd : 52 à 56; Pd : 37 à 40. Gris jaunâtre ou léger, verdàtre. 

De passage et hivernal en France. — Régions subarctiqiies, en hiver jnscfu'cn 
Ahyssinie, dans l'Inde, en Chine, en Floride, au Mexique. 



(;. AN AS F. ; Canard. 

Hec un i)eu plus haut que large l\ la base, assez a[)lali, à bords largement 
arrondis en avant, à onglet convexe, court. Légers prolongements frontaux. Man- 
(lib. inf. découverte à la base seulement. Lamelles un peu visibles au milieu du 
bec. Aile aiguë n'atteignant pas tout à fait l'extrémité de la queue. 

A- platyrhynchus L. [A. boschas L., A. fera Briss., ; Canard sauvage. 
L : 5-i,5 à 6-> ; \ : 25,5 à 29: Q : 1>,3 à 1 1 ; T : :},8à 4,5 ; B : 5,5 à 6,7. Bec 
jaune ou jaune verdàtre à onglet noir [(^ rupl., 115 p. tiFi, ou gris verdàtre 
ou brunâtre à bords et base jaunes (Ç . j)atte orange, iris brun ou brun rou- 
geàtre. — çf rupl. Tète et haut du cou vert foncé à reliefs limité par un 
étroit collier blanc du reste du cou gris brun derrière ainsi que le haut du 
dos (ineuienl onde transvers, de brun. Bas du dos brun noirâtre. Sus-caudales 
et i rect. médianes retroussées en crochet, noir à reliefs. Scapulaires et 
cubitales blanchâtres, grises ou brunes et plus ou moins chinées. Bas du cou 
en avant et poitrine roux marron foncé. Reste de la face inf. blanchâtre, 
finement strié transvers, de noirâtre. Sous-caudales noires. Rém. prim. gris 
brun. Rém. second, bleu violet extér., à bout noir et pointe blanche, formant 
un miroir à reflets bordé de noir et de blanc en avant et en arrière. Sus- 
alaires gris brun, les grandes blanches vers le bout et terminées de noir. 
Rect. lat. à barbes ext. blanches, à barbes int. grises ou gris brun. — cf 
été, Ç et J . Tête et cou roussâtx-es mouchetés et striés de noirâtre, au dessus 
et sur le côté, le bonnet et une bande oculaire longit. étant plus foncés. 
Face sup. brun foncé, toutes les plumes largement bordées de roussâtre. 
Face inf. roussâtre, lavée de brun au bas du cou et à la poitrine avec des 
taches brunes. Rém. prim. gris brun. Miroir violet bordé de noir et d.e blanc, 
Sus-alaires brun foncé. Rect. brunes bordées de blanchâtre. La Q plus pâle 
cpie le cf , le J . plus terne que la Ç. — P. Bec brun olivâtre, à onglet pâle 
et dessous jaune, patte brun jaunâtre. Face sup. olivâtre foncé avec 4 taches 
sninélriques jaune pâle. Face inf. jaune pâle. Côté de la tête et du cou jaune 
pâle avec une bande transv. olivâtre foncé sur l'œil, vers la nuque et une 
ache de même couleur sur l'oreille. 



-iOO FAUNIi Ï)B FRANGE. — UlSEALX 

Nid de roseaux, d'herbes sèches et de plumes entre les herbes ou les brous- 
sailles, sur le l)ord de l'eau ou plus ou moins loin d'elle, accident, dans un trou 
d'arbre. — Œufs: 9 à 12 et jusqu'à 14, ovalaircs. Gd : 5o à 60 ; Pd : 41 à 4a, 
verdàtre clair. 

Estival, de passage et hivernal, répandu dans presque toute la France. — N. et 
Centre de l'Hémisphère arctique. 



G. CASARCA BoNAP. ; Casavca. 

Bec un peu plus haut que large à la base, à peu près de la même largeur sur 
toute la long., avec de petits prolongements frontaux. Onglet convexe et courbé 
au bout. Mandib. inf. découverte sur la moitié proximale. Tarse un peu plus long 
que le bec. Aile dépassant un peu le bout de la (|ueuo, celle-ci subarrondie. Sexes 
peu difTérents. 

C. ferruginea (Pall.) [Anas ca.sarca L., A. rulila Pai.l. , ; Gasarca roux, 
Tadorne casarca. L : 54,5 à 63 ; A : 35,5 à 37,5 ; Q : 13,5 à 14,8 ; T : 5,3 à 
6; B : 4,4 à 5,2. Bec noir, palle noiràlre, iris brun jaunâtre, — ç;f. Tête 
fauve clair. Reste du corps roux marron avec un mince collier noirâtre 
autour du cou, le bas du dos plus ou moins chiné de roussâlre et de noirâtre, 
le croupion, les sus-caudales et une lâche de chaque côté de la région anale 
noir verdàtre. Rém. prim. et rect. noir verdàtre. Rém. second; à barbes 
ext. vertes à reflets, à barbes int. brunes. Cubitales à barbes ext. roux 
marron et à bout blanchâtre. Sus-alaires blanches. — 9 ^^^ •^- Comme le cf, 
mais de teintes moins pures et sans collier noir au cou. — P. Face sup. et 
cuisse brun roux, avec le l'ronl, des taches lat. dorsales, la face inf. et le 
côté de la tète blancs. 

Nid dans un trou à terre, un trou de rocher ou d'arbre. — Œufs : 8 à 10, ovales» 
Gd : 62 à 66 ; Pd : 44 à 48. Blancs ou léger, jaunâtres. 

Rencontré accident, en France, surtout dans le Midi. — S. E. de l'Europe ; N 
de l'Afrique; Asie jusqu'au Japon et l'hiver jusqu'en Indo-Chine. 



G. TADORNA Flem. ; Tadorne. 

Bec beaucoup plus haut que large à la base, aplati et plus large en avant qu'en 
arrière, sans prolongements frontaux. Onglet, petit, étroit, brusquement 
recourbé en dessous. Mandib. inf. découverte sur la moitié proximale. Aile aiguë, 
atteignant à peu près le bout de la queue. Celle-ci quasi carrée. Sexes peu 
difTérents. 

T. tadorna (L.) [T. beloni Ray, T. corniita Gmel,] ; Tadorne ordinaire, 
Canard tadorne. L : 56 à 64; A : 32 à 36; Q : 11 à 12,3; T : 5,1 à 5,7 ; R : 

5,2 à 6. Bec rouge l'ose à tubercule frontal ((^f rupt) (329) ou sans tubercule 
frontal [çf été, 9) ou brun rougeâtrc (/), patte rose, iris brun. — çf. Tète 



lAlNË DE FKANCK. — OISEAIX "289 

et haut du COU vert foncé. Reste de la face sup., moins le haut du dos, 
région int. des scapulafres et des cubitales, sus-alaires cl liane blanc pur. 
Haut du dos et poitrine avec une large ceinture roux \ir. Milieu de l'ab- 
donien, grande partie des scapulaires el i-éni. prini. noirs. Sous-caudales 
rousses. Héni. second., pour la plupart, à barbes e\l. \ert l'oncé à reflets, à 
barbes int. blanches, à bordure noire et blanclu'. (hdjitales roux marron à 
bordure noire. Queue blanche terminée de noir. — Ç. Ressemblant au ^f , 
mais le plumage plus terne, la tète et le cou l)run n(^ir. verdàtre, avec une 
tache blanche au front et souvent à la paLi[)ière inf. Milieu du ventre moins 
largement noir. Miroir plus terne. — ./. Tète et cou bruns tachetés de blan- 
chtàtre. Les plumes rousses du dos liserées de l)run. Scapulaires en partie 
gris brun. Roux de la poitrine éti'oit et taché de noir. Milieu du ventre varié 
de blanc. Sus-alaires bordées de gris. Queue terminée de brun, à bout blan- 
châtre. — P. Très semblable à celui de Casarca ferruginea. 

Nid dans un trou eu terre, souvent vieux terrier de Mammifère dans un Irou de 
rocher ou d'arbre. — Œufs : 7 à 12, ovalaires, Gd : 62 à 74 ; Pd : 44 à 48. 

Estival et rare, sur quelques points des côtes de France, surtout de passage, 
particul. au bord de la mer. — La plus grande partie de l'Europe ; N. de 
l'Afrique ; Asie jusqu'au Japon, descendant l'hiver jusqu'aux Indes. 



G. ALOPECHEN Stejn. ; Alopéchen, Chénalopex. 

Bec avec un petit bourrelet charnu au côté du front, à peu près de la même 
largeur sur toute la long., à mandib. inf. un peu visible, à onglet large, brusque- 
ment recourbé. Sexes semblables. 

A. aegyptiacus ( L. i ; Alopéchen d'Egypte, Oie d'Egypte. L : 66 à 72 ; A : 
40 à 44; Q : 14 à 15,5; T : 7,5 à 8,8 ; B : 4,5 à 4,7. Bec rose rougeâtre à 
onglet noirâtre (328), patte rose rougeâtre, iris orange. — q^. Devant du 
front, lorum et tour de Wn'û marron vif, reste de la tête et cou isabelles 
passant au brun sur le dessus, avec une large tache aui^culaire foncée. Haut 
du dos marron clair, milieu du dos et scapulaires brun rougeâtre, le tout 
vermiculé de noirâtre. Sus-caudales noires. Bas du cou brun marron. Poi- 
trine et flanc isabelle jaunâtre à zigzags transvers, bruns et une large tache 
marron vif au milieu de la première. Milieu de l'abdomen blanc roussàtre, 
sous-caudales roux clair. Rém. prim. noires. Rém. second, vert à reflets 
pourpres. Cubitales à barbes ext. roux vif. Sus-alaires blanches, les grandes 
avec une bande noire. Queue brun violacé. — 9- Seulement de teintes plus 
tei'nes que \e ç^ . — J . Tête et dessus du cou roux taché de brun. Dos rous- 
sàtre et scapulaires brun roux avec des zigzags transv. foncés. Croupion 
noir à ondulations grises. Sus-caudales noires. Gorge blanchâtre tachée de 
roux, le milieu du cou brun taché de roux. Poitrine roussâlre à zigzags 
transv. bruns. Abdomen gris roux. Flancs à zigzags transv. l'.oiràlres. Sous- 

19 



290 KAUNK UK IRANCE. OISÉAIX 

caudales rousses. Rcni. noires. Sus-alaires grises. Queue noirâtre. — P. 
P^ace sup. longit. rayée de brun loncé et de gris clair, face inf. blanchâtre. 

Nid sur un arbre, dans un trou d'arbre, dans les broussailles, les hautes herbes 
du bord des eaux. — Œufs : 4 à 7 d'un ovale court. Gd : 68 à 71 ; Pd ; 49 à 54,5. 
Blanc jaunâtre ou léger, verdâtre. 

Très accid. en France, la plupart des rencontres signalées devant être i-appor- 
lées à des individus échai)p6s de captivilé. — N. E. et E. de l'Afrique; S. \V. de 
l'Asie. 

G. BRANTA Scop. ; Bentac/ie. 

Bec un peu convexe au dessus des narines, déprimé et atténué en avant, à 
onglet fortement recourbé, à narines submédianes ouvertes dans de larges fosses 
nasales. Aile aiguë dépassant l'extrémité de la queue. Celle-ci courte, carrée ou 
arrondie, à 14 ou 16 rect. Sexes semblables. 

B. leucopsis (Becust. ) ; Harnache nonnette, Beraache à joues blanches. 
L : 58 à 70 ; A .'M h 4-J,5 ; g : V2r2 h 17 ; T : ,'),8 à 6,2 ; H : 3,3 à 3,6. Bec et 
patte noirs, iris brun foncé. — cT 9» Devant et côté de la tête blancs (307), 
vertex, lorum, cou et haut de la poitrine noirs. Dos, scapulaires, cubitales 
et partie des sus-alaires gris cendré, la plupart des plumes tachées de brun 
vers le bout et bordées de blanchàli-e. Croupion noirâtre, sus-caudales lat. 
post. blanches. Bas de la face inf. blanc. Réiu. noires bordées de gris. Rect. 
noires. La 9 seulenientunpeu plus petite. — /. Toutes les teintes moins pures. 
Le blanc de la tète plus ou moins taché de noirâtre. Plumes du dos bordées 
de roussàlre. Ventre blanc lavé de grisâtre. Flanc gris brun. — P. Bec noi- 
râtre à onglet clair, patte brune. Face sup. et aile gris foncé, face inf. blan- 
châtre cl gris clair. 

Nid grossier d'herbes et plantes sèches, près de la mer ou des marais. — Œufs : 
6 à 10, d'un ovale allongé. Gd : 71 à 77 ; Pd : 47 à 53. Blanc jaunâtre. 

De passage et hivernale en France, surtout sur les côtes N. W. — Régions 
arctiques, descendant l'hiver jusqu'au N. W. de l'Afrique. 

B. bernicla (L.j [Anse/- lurqucUim Frisch, Bemicla hrenta Steph.j ; Ber- 
nache cravant. L : 57 à 62 ; A : 32 à 36 ; Q : 9,6 à 11,8 ; T : 5,3 à 6,2; B : 
3,7 à 4. Bec et patte noirs, iris brun noirâtre. — cf 9- Tête (295), cou et 
haut de la poitrine noirs, avec une tache allongée, oblique sur le côté de la 
moitié sup, du cou. Dos, scapulaires cl sus-alaires gris brun avec les plumes 
bordées de grisâtre ou de blanchâtre. Le croupion plus foncé et plus brun. 
Sus caudales lai. et terminales blanches. Bas de la poitrine, ventre et partie 
des tlancs brunâtres plus ou nutins foncés, les plumes à bout grisâtre. Bas 
ventre cl sous-caudales blancs, llém. et rect. noires. La 9 seulement un peu 
plus petite. — J. Tète, cou et haut de la poitrine noirâtres, sans tache 
blanche au cou. Plumes du dos à bordure gris roussàlre. Poitrine, ventre cl 



l'ÀLNli L)E lUANCH. - — OlSEALX 29l 

flanc gvis brunâtre. Réni. second, et cubitales, {grandes sus-alaires et rect. 
lat. terminées de blanchâtre. — P. Hec noirâtre, patte brun noirâtre. Face 
sup. gris noir avec une tache blanche au cou et une autre blanchâtre à 
l'aile. Face inl", blanc brunâtre et grisâtre, la gorge blanchâtre. 

Nidiftcatioa très semblable à celle de l'espèce précédriilc. — Œufs : 6 à 9, d'un 
ovale allongé. Gd : 69 à 72 ; Pd : 42 à 46. Blanc jaunâtre ou léger, vei'dâtre. 

De passage ou hivernale, surtout sur les côtes N. et W. de la France. — 
Régions arctiques, descendant l'hiver jusqu'aux contrées méditerranéennes. 

B. ruficoUis (P.\ll.j; Bernache à cou roux. 1. : i9,j à 05; A : 35 à 37 ; 
g : 10 à 1-J,5; T : 5,5 à 5,8; B : -2,7 à 2,8. Bec l^run noir, patte noire, iris 
brun jaune. — cf 9- ^'^^^ sup. noire avec le devant du Iront, le côté du 
croupion et les sus-caudales blancs. Menton blanc. Gorge noire. Devant 
et partie du coté du cou et haut de la poitrine roux vil', bordés en bas par 
une ligne blanche qui remonte sur le dos. Haut de l'abdomen et liane noirs. 
Bas ventre et sous-caudales blancs. Une longue tache blanche sur le côté du 
bec séparée par une ligne noire allant de l'œil à la gorge, d'une tache roux 
vif entourée de blanc qui occupe la région parotique et le haut du côté du 
cou, du noir du derrière de cette partie. Aile et queue noires, les grandes et 
moyennes sus-alaires terminées de blanc, La 9 un peu plus petite et de 
teintes moins pures. — J. Les parties noires nuancées de brunâtre, la région 
parotique d'un brun fauve, le roux du cou et de la poitrine lavé de fauve, 
l'abdomen, les sus et sous-caudales blancs. 

Nidiftcalioii ressemblant beaucoup à celle des deux espèces précédentes. — 
Œu/'s ; 6 à 9 d'un ovale allongé, Gd : 69 à 71 ; Pd : 44 à 4o. Blanc jaunâtre. 

De rencontre très accid. en France. — Sibérie, descendant l'hiver dans le 
centre de l'Asie, la région Caspienne et très accident, en Europe. 



G. ANSER Biuss. ; Oie. 

Bec à arête sup. subarrondie, à onglet terminal peu courbé et occupant la 
largeur du bec. Mandib. inl". creusée d'un long sillon lat. Aile aiguë n'atteignant 
pas tout à fait ou dépassant un peu le bout de la queue. Celle-ci arrondie, ayant 
de 16 à 20 rect. Sexes semblables. 

A. anser i^L.) [^4. cinercus Mever, .1. f'ci-us Steph.] ; Oie cendrée. L : '8 
à 98; A : 42 à 47; Q : 15 â 17 ; T : C),^ à 7,5 ; B : 6,1 à 6,8. Bec jaune 
orangé à onglet blanchâtre, patte jaune ou rougeâtre, iris brun foncé. — 
(j* Ç. Tète et cou gris brunâtre avec souvent une fine ligne blanche à l'avant 
du front. Haut du dos, scapulaires, partie des moyennes et grandes sus- 
alaires et cubitales gris brun, les plumes bordées de blanc roussâtre ou 
grisâtre. Bas du dos, croupion, petites sus-alaires, partie des moyennes et 
grandes aat. gris bleuâtre. Sus-caudales lat, et extrên^es blanches. Poitrine 



^92 lALNlî 1)K IH.WCK. oISI-Al \ 

cl ventre j^ris clair, l^'laiic onde de brun, iîc^ion anale et sous-caudales 
hlanclies, parlois avec des lâches noinilres. liéui. noirâtres, les 3 ])reni. à 
l)()rd ext. f^ris. llecL. brimes et plus ou moins blanches. La Ç plus petite et 
un peu plus claire. — J. \in grande partie g'ris roussâtre. — P. Bec noirâtre 
à on;4-let bhuudiàtre, patte brune à palmure jaunâtre. Front et côté de la tête 
jaune sale. Face siip. \ erl jaunâtre sondjre. Face inl'. jaune lavé de rous- 
sâtre à la poitrine et de yris à la cuisse. Lorum, tour de l'œil et joue pâles. 
Aile g-rjs lavé de jaune. 

-V/V/ grossier de brindilles et de roseaux, doublé de duvet, sur le sol d'un marais. — 
Œufs: 7 à 12 et justpi'à 14, subeilipti(jues. Gd : 8.t à UO ; Pd : .'Ji à 64, blanc jau- 
nàlre. 

De passage en France, surtout sur les cotes. - \. de l'Europe et de l'Asie, 
descendant l'hiver jusqu'au \. de l'Afrique, aux Indes el ;i la (^liiue. 

A. fabalis (L.^tu.) [A. sTjIveslris Briss., Anas .segeln/n Gmrl. | ; Oie sau- 
vage, Oie des moissons. L : 70 à 8;") ; A : 42, 8. à 47,8; Q : 13,5 à 15 ; T : 0,5 
à 7,3 ; B : 6,1 à 7. Bec noir à milieu jaune orangé, patte orange, iris brun 
foncé. — cf 9- A^te (303) et cou gris brun, plus brun à la tête. Haut du dos, 
scapulaires, partie des moyennes et des grandes sus-alaires, cubitales, brun 
cendré à plumes bordées de roussâtre ou de blanchâtre. Bas du dos et 
croupion noirâtres, sus-caudales lat. et extrêmes blanches. Poitrine et 
ventre gris roussâtre clair, bas \entre et sous-caudales blancs, côté de la 
poitrine, liane et jambe ondes de brun. Rém. noires, les 2 ou 3 premières 
grises en dehoi's, grandes sus-alaires ant., partie des moyennes et petites 
grises. Rect. noirâtres, terminées de blanc. La 9 ^^^^ peu plus petite et de 
teintes plus ternes. — J. Teintes beaucoup plus ternes, la tête et le cou 
lavés de roussâtre avec les plumes de bordure du bec blanches. — P. Res- 
semblant beaucoup à celui de l'espèce précédente. 

Xidi/icaiion seud)lal)ie à celle de 1 espèce précédente. — Œufs: 7 à 12, subel- 
lipli(iues. Gil : 84 à 72 ; Fd : 'Ki à '18. Blanc jaunâtre. 

Ue passage en France, surtout dans l'intérieur des terres. — X, de l'Europe, 
l'hiver jusqu'au N. tle l'Afrique et le S. W. de l'Asie. 

A. brachyrhynchus (Bah.i..) ; Oie à bec court. L : 64 à 66 ; A : 4() à 42; 
: 13 il 14 ; T : 5,5 â 6,3 ; B : 4,2 à 5. Bec noir à milieu rose (304), patte 

l'ose, iris brun jaune. — cf 9- Flmnage semblable à celui de l'espèce précé- 
dente, mais tèle et haut du cou d'un brun plus sombre et croupion noirâtre 
léger, lavé de brun cendré. — J ., P. A la taille près, sendjlables â ceux de 
l'espèce précédente. 

.Mdi/ication el i)onle connue A. fabalis. — (Kafs : Gd : 79 à 8o ; Pd : '.'t.] h 50. 
De passage irrégulier et rai'e en Fiiuice, — N. de l'Euroiie, desceiidani eu hiver 
plus ou moins vers le S. de ce eontim-ul. 



lAiM- Di: iH.wci:. ■ - (iisi;\rv 203 

A. albifrofiS S.:..!-. ; oie à fronl l)!;iiic, Oie rieuse. L : 6i à 70; A : iO 
à 43,5 ; Q : 12 à 15 ; T : 6,2 à 6,5 ; B : 4,7 à 5,4. Bec jaune orange à onglet 
blanchâtre (ad.) ou jaunâtre à onglet Ijrunâtre iJj, patle jaune orange (ad.) 
ou jaune pâle (J.), iris brun foncé. — çf 9- Front blanc, bordé on arrière de 
noirâtre (305), reste de la tête et cou brun cendré léger, roussâlrc. Ilaiil du 
dos, scapulaires, partie des sus-alaires et cubitales brun cendré, les plumes 
bordées de gris roussâtre ou de blanchâtre. Bas du dos et croupion noirâtre 
lavé de cendré. Sus-caudales lat. et extrêmes blanches. Poitrine et ventre 
gris clair plusou moins lavé de roussâtre avec, ainsi que le flanc, des larges 
taches ti'ansv. noires ou brun noir. Bas ventre et sous-caudales blancs. Rém. 
brun noirâtre, les premières bordées de gris bleuâtre. Grandes sus-alaires 
ant. et partie des petites gris bleuâtre. Rect. brun foncé, largement terminées 
de blanc. La 9 i^n^ peu plus petite, avec moins de blanc au front et de taches 
noires à \a face inf. — J. De teintes plus sombres, avec à peine de blanc au 
front et sans taches noires à la face inf. — P. De plumage un peu plus clair 
que celui des Oies précédentes. 

Nidification semblable à celle d'^. anser. — Œufs : 6 à 10, ellipti(iues. 
Gd : 79 à 84 ; Pd : 53 à 48. Blanc jaunâtre. 

De passage plus ou moins irrégulier en France. — Régions subarctiques de 
l'Europe et de l'Asie. Descendant l'hiver jusqu'au N. de l'Afrique et à la Chine. 

A. finraarchicus (Gunn.) \Anûs erylhropus L., Atiser minutus Naum.] ; 
Oie naine. L : 54 à 60 ; A : 36 à 39,5 ; Q : 9 à 10 ; T : 5,4 à 6; B : 3,6 à 4,6. 
Bec rosé à onglet couleur de corne (ad.), patte orange (ad.), iris brun foncé. 
— Cf 9- Ti'ès semblable à l'espèce précédente mais s'en distinguant, outre 
sa taille moindre, par la teinte plus pâle du bec, plus vive de la patte et sur- 
tout la plus grande extension du blanc du front ''306). — J . et P., semblables 
à la taille près à ceux d'.l. alb/'frons. 

Nidification analogue à celle des autres Oies. — Œnfs : 5 à 10, elliptiques. 
Gd : 72 à 73 ; Pd : 49 à 50. Blanc jaunâtre et à coquille à grain plus fin que celle 
de l'espèce précédente. 

De passage irrégulier en France. — N. de l'Europe el de la Sibérie ; descen- 
dant l'hiver vers le S. de l'Europe, les Indes, la Chine. 



G. CHEN BoiE ; Chen. 

Bec élevé au niveau des narines, assez étroit à l'extrémité, à onglet large et 
peu recourbé, à bords rentrants. Aile aiguë dépassant général, un peu le bout do 
la queue. Sexes semblables. 

Ch. hyperboreus (P.vi.i..) ; Chen hyperboré. L : 72 à 85 ; A : 43,5 à à 45 ; 
Q : 14,5 à 16; T : 6,9 à 7,3 ; B : 7 à 7,2. Bec rouge à onglet pâle fad.) (302), 
ou gris noir (j.), patte rouge (ad.) ou grise fj.), iris gris brun. — ç^ <^. Plu- 



294 



MNF. nr FRANcr. 



mage entier, blanc sauf les rém. prun. qui sont noires à base grise et à rachis 
blanc. — J . Face sup. gris brun avec des taches rousses à la face, face inf. 
plus pâle. Rém. g-ris noir, les second, bordées de blanchâtre. Rect. gris foncé 
à bout clair. 

Nidification analogue à celle des Oies. — Œuf)^ : "> h 8 ovalaires. Gd : 72 à 86 ; 
Pd : 48 à o6. Blanc sale ou jaunâtre. 

Rencontré très accident, l'iiivor en Franco. — Régions arctiques de l'E. de 
l'Asie et l'W. de l'Amérique, dessoudant l'hiver jusqu'au Japun cl on Californie 
et accident, dans l'W. de l'Europe. 



G. CYGNUS Becust. ; Cygne. 

Bec au moins aussi long que la tête, plus haut que large à la base, à peu près 
de inême larg. sur toute la long., à mandih. inf. presque entier, cachée par la 
sup., à onglet assez large et courbé. Doigt ext. presque égal au médian. Aile 
ample, aiguë, n'atteignant pas l'extrémité de la queue, les cubitales couvrant 
presque les grandes rémiges. Sexes semblables, la Ç étant nettement plus petite. 

C. olor (Gmel.) [C. mn/isne/i/s Ray] ; Cyg-ne tubercule. Cygne domestique, 
Cygne muet. L : 1 i5 (Ç) à ]<S0 fcf ) ; A : 57 à 70 ; Q : 19 à 25 ; T : 10,2 à 12,5 ; 
B : 10 à 12,6. Bec orangé à tubercule, base, bords, onglet et lorum noirs 
(ad.) (299) ou gris bleu fj.), patte noire (ad.) ou gris bleu (j.), iris brun foncé. 

— Cf 9- Entier, d'un blanc pur. — J. Face sup. gris brun, face inf. de même 
couleur, mais nettement plus pâle. — P. Bec noirâtre, patte brun roux, 
lorum duveteux. Gris clair léger, lavé de brunâtre au dos, la face inf. blan- 
châtre. Le duvet s'avançant en pointe jusqu'au milieu des narines. Parfois 
entier, blanc pur [Cygnus immutabilis 'Wrr.]. 

Nid grossier, simple amas de débris végétaux et de phunes, à terre au bord de 
l'eau. — Œufs : \\ à 8, elliptiques. Gd : 100 à Ho ; Pd : 72 à 74. Gris verdâtre. 

Accid. l'hiver en France, beaucoup de rencontres devant se rapporter à des 
individus échappés de captivité. Domestiqué depuis longteinps. — A l'état 
sauvage dans le N. de l'Europe et de l'Asie, descendant en hiver plus ou moins 
dans le S. de ces continents. 

C. cygnus (L.) \C. férus Rav, C. musicus Becust.] ; Cygne sauvage. 
L : 120 9) à 160 (cf ) ; A : 56 à 68 ; Q : 18 à 23,5 ; T : 11 à 12,8 ; B : 10,2 
à 11,5. Bec jaune à la base ainsi que le lorum, noir à l'avant (ad.) (300) ou à 
base et lorum livides (j.), patte noire (ad.) ou gris brun (j. ), iris brun foncé. 

— d^ 9- Entier, d'un blanc pur. — J . Gris clair. — P. Ressemblant beau- 
coup à celui de l'espèce précédente, mais le duvet coupé carrément au front. 

Nidificalion seml)lai)lo à colle du précéiloiit. — Œufx : '1 à 7, elliptiques. Gd : 110 
à 130 ; Pd : 70 à 7G. Blanc jaunâtre ou verdâtre. 

Irrégulièr. l'hiver en France, surtout les hivers rigoureux. — N. de l'Europe et 
de l'Asie, descendant plus ou moins l'hiver vers le Centre et le S. de ces continents. 



faim: m: ihanci:. — (p|si:Ai v "295 

C. bewicki ^ akh.; [C minoi- Kkvs. et liLAS.J ; Gyf^ne de Bewick. L : llj 
à 140 ; A : 59 à 64 ; Q : 16 à 21 ; T : 9,4 à 10,5 ; B : 9 à 10, -2. Bec jaune à la 
base ainsi que le loruni, noir à l'avanL (ad.) (301) ou à base et loruui livides (j.), 
patte noire (ad.) ou gris brun (j.), iris brun noir. — cf 9- l''"'''"'''- fl'mi l>linic 
piii-. — /. Gris clair. — P. Ressemblant à celui de res|)èce précédente, 
mais de taille moindre. 

Nidification semlilable à celle de Cygnus cygmis. - Œufs: Gd : 9r) à iOîi ; Pd : O'i 
à 70. Un peu plus foncés que ceux de l'espèce précédente. 

Accident, l'hiver en France. — N. de l'Europe et de l'Asie, descendant l'hiver 
vers le Centre de ces continents. 



0. PHŒNIGOPTÉRIFORMES 
F. PHŒNICOPTERIDAE 

Bec à bords garnis de lamelles cornées petites et serrées, à fosses nasales 
prolongées en un étroit sillon lat. jusque vers le bout. Lorum nu. Jambe et tarse 
très longs et à peu près de même long. Doigts lat. entier, palmés. Pouce très 
petit, ne touchant pas terre. Aile aiguë n'atteignant général, pas l'extrémité de la 
queue, à 11 rém. prim., les premières rétrécies et échancrées, à cubitales courbées 
et prolongées. Queue carrée à 12 rect. arrondies. Tète petite à œil avancé. Langue 
épaisse, charnue, à bords dentelés. Oiseaux de grande taille à forme très allongée. 
Oiseaux incapables de voler après l'accouplement par chute simultanée des lém. 
Sexes peu différents. Jeune à plumage spécial. Un poussin, nidifuge. 

Nid en terre, monticule tronconique, à sommet excavé, sur le bord de l'eau. — 
Œufs : très peu nombreux, ellipti(iues à coquille crétacée blanche se salissant 
pendant l'incubation 

Régime vermivore, insectivore, etc. Oiseaux aquatiques, migrateurs et erra- 
tiques, sociables. 

G. PHŒNICOPTERUS Briss. ; Phœnicopiéve, Flamant. 

Bec plus long que la tête, plus haut que large, à mandib. sup. plane en dessus, 
plus haute que l'inf. à la base, au contraire beaucoup plus mince en avant que 
l'inf. qui est très creuse au milieu et à angle mentonnier bien accentué. Doigt 
médian à dernière articulation libre et bordée, le doigt int. beaucoup plus court 
que l'ext. 9 plus petite que le cf. 



296 l'AiNi: Di; iRANCi:. — n!si;Ar\ 

P roseus Pall.) [P. cni-opaeus \'ieill., P. tuiticjuoruin Temm.i ; Phœni- 
coplère rose, Flamant rose. L : 110 (9) à 150 ((f ); A : 39 à 44; Q : 14 à 18; 
T : 30 à 38 ; B : 14 à 16,5 en suivant la courbure. Bec rose à bout noir (ad.) 
(113 p. 59) ou grisâtre à bout brun (j.); patte rose rouge (ad.) ou livide (j.), 
lorum et tour de l'œil rose (ad.), iris jaune. — cf 9- Plumag-e rose, plus vif 
sur la tête, le dos el les barbes ext. des rect., avec les sus-alaires d'un beau 
rouge carmin el les rém. prim. noires. La 9 fie teintes moins vives. — 
J. Gris clair avec des lâches noirâtres aux rém. second, el aux rect. — 
P. Bec droit, roux brun. Patte roux pâle. Couvert d'un duvet laineux blan- 
châtre lavé de gris à la têle, au dos et aux ailes. 

Nid de boue, sur le bord de l'eau, général, eu colonie. — Œufs ; 1 à 2, quelque- 
fois 3, elliptiques assez allongés, (id : 80 à 9)1 ; Pd : IjO à 60. Blanc crayeux au 
moment de la ponte. 

Estival dans les étangs de la Ciuiiarguc, erraticjue el accidentel jusque dans le 
N. de la France. — S. de TEurope et de l'Asie jusqu'aux Indes ; N. de l'Afrique. 



0. ARDb:iFORAIES 

S. 0. ARDKENS 

F. ARDEIDAE 

Bec robuste, comprimé, poinlu, ù aivle aplatie en arrière ; à narines lat. en 
fente large, percées de part en pari, à mandib. général, finement dentelées sur 
les bords, subégales. Doigts ant. effilés, léger, bordés, l'ext. relié au médian par 
une courte palmure basale. Ongles longs, arqués, comprimés, celui du médian 
pectine au bord int. Aile, avec fréquemment une surrémige, longue, atteignant 
])resque ou dépassant l'extrémité de la queue. Celle-ci courte, à 10 ou 12 l'ect. 
Cou long, souvent, avec la tête, au moins moitié de la long, totale. Corps com- 
primé. Tête étroite et allongée, à front aplati et à œil avancé. Souvent des plumes 
ornementales sur la tête, le bas du cou ou le dos. Oiseaux de taille variable mais 
jamais petite. Sexes en général presque identiques. Jeune plus ou moins différent 
des adultes et ne prenant son plumage définitif qu'au bout de plusieurs années. 
Un poussin, imparfait et nidicole. 

Nid volumineux dans un emplacenu-nl variable. — (Etifa : assez peu nombreux, 
subellipti(pies, immaculés. 

Bégime piscivore, reptilivoie et plus ou uioins vermivorc et insectivore. 
Oiseaux aquatiques ou suba(iuati(pu^s, surtout limnophiles, migrateurs et plus ou 
moins errati(pies. Général, sociables au mouient de la reproduction. 



lAlNi; PK IltANCl 




343, Ai'deola 



^iGUREs 340 à 345. — 340, Egretta ulba, tête; 341, Botau- 
rus stellaris, tête ; 342, Nycticoi-ax nycticorox, tête ; 
al/oïdes, tête; 344, id., patte: 345 Ardea, melanocephala, tête. 



TABLEAUX DES ESPECES 



1. Jambe entier, eiiipluinée. Aile de moins de 15 cent, de long. Bee 

droit à peu près de la long, de la tête, du tarse et du médian 
armé (43 p. 49). Doig^t ext. au plus égal à Tint, à ongle un peu 
plus fort que celui du médian. 10 rect. . l.iobrychus ininutus (p. 303) 
— Jambe toujours plus ou moins nue à sa partie distale. Aile toujours 

sensibl. au dessus de 20 cent, de long 2 

2. Bec bien plus long que la tête (340, 345). Cou très long, entier. 

emplumé, mais à plumage court. Base de la jambe bien dénudée. 



298 lAlM- Di: IHANCK. (JISKAIX 

Doigt ext. plus long que Tint. Rém. prim. échancrées au bord 

int. 12 rect 3 

— Bec au max. un peu plus long que la lète (341, 343 1. Cou moyen, 

plus ou moins déplumé à l'arrière mais à plumage long. Tarse au 

max. de la long, du doigt médian armé (344) 7 

5. Partie nue de la jambe réticulée. Plumage plus ou moins tacheté, 

jamais entier, blanc [G. Ardea] 4 

— Partie nue de la jambe plus ou moins scutellée. Plumage blanc. 

Tarse bien plus long que le médian armé [G. Egretta] 6' 

4. Bec et médian armé un peu plus longs que le tarse. Aile de moins 

de 40 cent, de long. Plumage avec beaucoup de roux 

Ardea parpurea (p. 300) 

— Bec et médian armé moins longs que le tarse. Aile au dessus de 

40 cent, de long. Plumage avec fort peu ou pas de roux o 

F). Dessus du cou et haut du dos gris cendré (101 p. 57). Sous-alaires 

en partie grises \rden cinerea (p. 299) 

— Dessus du cou et haut du dos noirs (345). Sous-alaires entier. 

blanches Ardea melanocephala (p. 299) 

G. Bec droit (340), d'environ 2/3 du tarse en long, et général, plus 
court que le médian armé. Jami)e nue sur environ moitié de la 
long. Aile au dessus de 40 cent, de long, atteignant le bout de la 
queue. Tarse de plus de 16 cent, de long. . Egretta alba (p. 301) 

— Bec léger, fléchi d'à peu près les 4/5 du tarse en long, et plus long- 

que le médian armé. Aile au dessous de 32 cent, de long., n'attei- 
gnant pas tout à fait le bout de la queue. Tarse de moins de 
12 cent, de long Egrella garzetta (p. 301) 

7. Bec très léger, arqué, au plus égal au tarse en long. (341, 342). . . 8 

— Bec droit, nettement plus long que le tarse (343"). Doigt ext. au plus 

égal à Tint, (344). Rém. prim. non échancrées au bord int. Aile 

de moins de 24 cent, de long Ardeola ralloïdes {Tp.SO'2) 

8. Aile de moins de 26 cent, de long. Jambe nue sur environ la moitié 

distale. Bec très faiblement arqué, jaune ainsi que la patte de l'ad. 
Plumage clair, en grande partie blanc. . . Bubulcus ibis (p. 301) 

— Aile de plus de 26 cent, de long. Jambe nue sur sensibl. moins de 

sa moitié distale. Bec et patte jamais jaunes chez. l'ad. Plumage 

en partie fortement coloré 9 

9. Bec à peine arqué (341). Derrière du cou complètement déplumé. 

Partie nue de la jambe scutellée. Doigt ext. plus court que Tint. 
Rém. prim. non échancrées au bord int. 10 rect. Plumage forte- 
ment tacheté chez l'ad Bota unis Stella ris {p. 30-i) 

— Bec nettement arqué (342). Derrière du cou déplumé en partie seu- 

lement. Partie nue de la jambe et tarse réticulés. Doigt ext. plus 
long que Tint. Rém. prim. échanci'ées au bord int. 12 rect. Plu- 
mage de l'ad. non tacheté . . . . Nijcficom.T n?/ct/cora.r (p.'30^) 



•JUU 



G. ARDEA L. ; Héron. 

Bec assez régulier, atténué, fendu jusqu'en arrière de ]'œil, à arête tectiforme 
en avant, le derrière de l'œil plus ou moins dénudé. Jambe nue sur le 1/3 ou la 
moitié de sa long. 2", 3* et 4» rém. ^. Cubitales et rect. très larges. Des plumes 
longues et effilées, retombantes, derrière la tête et au bas du cou. 

A. cinerea (L.) 1.4. cristala et .4. naevia Briss.] ; Héron cendré. L : 95 
à 110 ; A : 46 à 50 ; Q : 16 à 19 ; T : 14 à 16,5 ; B : 12 à 13. Bec et lorum 
jaunes, l'arête plus ou moins nuancée de brunâtre (ad.) (101 p. 57), ou 
verdâtres (j.), patte brunâtre (ad.) ou noirâtre (j.), iris jaune. — cf 9- Bon- 
net noir à devant et milieu blancs, avec plusieurs plumes occipitales noir 
bleuâtre, longues, eflilées et retombantes. Arrière du cou gris cendré presque 
blanc en haut. Reste de la l'ace sup., la plus grande partie des sus-alaires, 
cubitales, rém. post. et rect. cendre bleuâtre, les scapulaires longues, effilées, 
couchées, gris clair. Joue, gorge, devant du cou, milieu de la poitrine, ligne 
ventrale longit. médiane et sous-caudales blancs, le cou avec des taches 
longit. noires. Plumes du jabot, longues, effilées, grises ou blanches. Côtés 
de la poitrine et du ventre noirs. Flanc cendré. Rém. noires et dossier de 
l'aile blanc, — J . Bonnet noir ou noirâtre, à plumes occipitales peu allon- 
gées. Reste de la face sup. cendi-é foncé un peu lavé de brunâtre, les plumes 
des côtés du dos peu allongées. Face inf. blanche lavée de cendré par place, 
le devant du cou avec de nombreuses taches longit. noirâtres, les plumes du 
jabot peu allongées. Dossier de l'aile taché de roux. — P . Bec brun olivâtre, 
patte gris foncé. P^ace, gorge, derrière du cou, face inf. de la cuisse et de 
l'aile nus et plus ou moins jaunes, reste couvert de duvet clairsemé gris 
pâle à la face sup., blanchâtre à l'inf. 

Nid volumineux de branchages, de brindilles, de radicelles, de préférence sur 
un arbre et en colonie (héronnière), quelquefois dans un massif de roseaux. — 
Œufs : 3 à 4, sul)L-llipti(iues. Gd : 54 à (il ; Pd : 40 à 44. Bleu verdâtre plus ou 
moins pâle. 

Estival, de passage ou erratique dans presque toute la France. — Europe ; 
grande partie de l'Asie. 

A. melanocephala, \'ig. ; Héron mélanocéphale. L : 95 à 105; A : 40 à 
47 ; g : 16 à 18; T : 11 â 17 ; B : 10,5 à 15,4. Bec brun à dessous jaune (ad.), 
palle noire (ad.), iris jaune. — cf 9- Dessus de la tète, joue, derrière du cou, 
plumes effilées de la nuque noir brillant (345). Haut du dos noir à reflets, 
reste de la face sup. gris ardoise passant au blanchâtre au bout des longues 
plumes du côté du dos. Gorge et haut du devant du cou blancs. Milieu du 
devant du cou noir à lâches longit. blanches. Reste de la face inf. gris cendré 
unicolore. Rém. et rect. noir bleu. Sus-alaires comme le dos. — J. Plumes 
de la nuque, du dos et du jabot peu allongées. Nettement plus brunâtres que 



300 lAiNi: i)i: FHANCi;. — nisK.vrx 

les ad. Tète noirâtre, derrière du cou j^i-is cendré, reste de la face sup. brun 
cendré. Face inf. blanche, le devant du cou et le coté de la poitrine lavés de 
jaune, le premier avec des taches noirâtres. — P. Ressemblant beaucoup à 
celui de l'espèce précédente. 

Nidification et ponte très semblables à celles du Iléi-on gris. 
Capturé très accident, dans le S. de la I-'rance. — Afrique; dans le S. W. de 
l'Europe. 

A. purpurea L. A. monticoln Lai-evr.] ; Fléron pourpré. L : 82 à 9.5; 
A : 35 à 38; Q : 12, .5 à 13,5 ; T : 11,5 à 12,6; B : 12 à 13,2. Bec et lorum 
jaunes, l'arête brunâtre (ad.) ou jaunâtre à dessous brun (j.), patte brune à 
doigts plus ou moins jaunâtres (ad.) ou brun verdâtre ou noirâtre (j.), iris 
orange. — cf 9- Dessus de la tête et plumes effilées de la nuque noir ver- 
dâtre. Derrière du cou noir limité de roux vif dans sa première moitié, ensuite 
gris. Reste de la face sup. cendré roussâtre à reflets, la région scapulaire 
avec des plumes allongées, effilées, roux vif. Gorge blanche, côté et devant 
du cou roux vif avec de chaque côté une ligne longit. de taches noires plus 
ou moins confluentes et devant une autre série de taches longit. noires s'éta- 
lant au jabot en se mêlant à de longues plumes effilées grises, roussâtres ou 
blanchâtres. Côté de la poitrine et bout du ventre mari-on roux. Flanc gris 
brun, jambe rousse, sous-caudales noires. Côté de la tête roux vif avec une 
ligne noire de la commissure à l'occiput. Rém. noirâtres à légers reflets, les 
post. et les cubitales gris noirâti'e à reflets. Grandes sus-alaires ant. roux 
pâle, la plus part des autres sus-alaires gris olivâtre fortement lavé de roux. 
Dossier de l'aile roux vif. Rect. noirâtres. La Qâ teintes un peu plus ternes. 
— /. Pas de longues plumes effilées à la nuque, aux scapulaires et au jabot. 
Bonnet noirâtre en avant, roux foncé en arrière. Derrière du cou roux et 
gris roux. Reste de la face sup. et sus-alaires roux tachés de gris noir. Gorge 
blanche. Cou roussâtre avec des taches longit. noires et une ligne ant. longit. 
blanchâtre. Poitrine et ventre gris roussâtre. Sous-caudales blanches. Rém. 
et rect. noirâtres. — P. Bec jaunâtre, patte jaune. Face, gorge, derrière du 
cou, côté de la cuisse nus et plus ou moins jaunes, reste couvert d'un duvet 
clairsemé brun à la face sup. avec celui de la lêle à pointe blanche, blanc à 
la face inf. 

Nid ressemblant à celui des espèces précédentes du g., général, dans un massif 
de roseaux. — CEufs ; 3 à 4, exceptionn. 5, elliptiques. G<1 : o2 à oO ; Pd : 38 à 40. 
Bleu verdâtre plus ou moins clair. 

Estival, de passage ou accid., surtout dans le S. ^Xi- la France. — Centre i;t S 
de l'Europe, N. de l'Afrique. 



G. EGRETTA Forst. ; Aigrette. 
Bec droit ou faiblement arcpié, comprimé, 2' et 3* rém, ou 2% y et 4" ^. Queue 



FAUNE Dl- FRANCE. OISEAUX .'{Ol 

assez courte, j)lus ou moins carrée. Scapulaives rigides, allongées, décomposées 
dans le [tlumage de noce. Oiseaux nichant normal, en colonie. 

E. alba L. i [Anlea candidu BrisSj; Aigrelte blanche. L: lOOà 1 19; .\A2U 
i7; g : 15,5 à 19,5 ; T : 17,5 à 20; B : 12 à 13,7. Bec noir i341j etlorum ver- 
dàtre (j.), iris jaune. — cf $ rupt. Plumage entier, blanc brillant avec les 
plumes occipitales peu allong-ées, mais celles du jabol allong-ées et effilées et 
les scapulaii'es très longues, droites, à barbes filiformes bien espacées. — 
cf Ç automne. Plumage également blanc, mais les plumes de l'occiput et du 
jabot beaucoup plus courtes et sans les longues scapulaircs ornementales. 
— J. Bec brun jaunâtre. Plumage à peu près comme les ad. en automne, mais 
d'un blanc moins brillant. — P. Bec et patte rousscâtres. Face, gorge, devant 
et derrière du cou, liane, nus et jaunes, reste couvert de duvet clairsemé 
blanc. 

Md ressemblant beaucoup à celui des Hérons, sur un arbre ou dans les 
roseaux. — Œufs : :5 à 4, suhellipliciues, à jjout rond. Gd : ;i8 à 63 ; Pd : 40 a 46. 
Bleu verdâtre pâle. 

Très accid. en F'rance. — S. E. de l'Europe, accident, dans le Centre ; 
S. W. de l'Asie ; \. W. de l'Afrique. 

E. garzetta (L. : Aigrette garzette. L : 56 à 67 ; A : 26 à 31 ; Q : 10 à 11 ; 
T : 10 à 11 ; B : 8,4 à 9. Bec noir à base léger, jaunâtre et lorum bleuâtre 
ad.) ou noirâtre à lorum verdâtre fj.i, patte noire à doigts jaunes (ad.) ou 
noirâtre (j.), iris jaune. — çf 9 l'^ipt- Plumage entier, blanc brillant avec les 
plumes de l'occiput et du jabol très longues et effilées et les scapulaires très 
longues, retroussées vers le bout, à barbes filiformes bien espacées. — (^f Ç* 
automne. Plumage également blanc, mais sans les plumes longues de l'occi- 
put et du jabot et les longues scapulaires. — J. Comme les ad. en automne, 
mais d'un blanc moins brillant. — P. Bec jaune à bout brun, reste, sauf la 
taille, comme celui de l'espèce précédente. 

Nid semblable ;i celui de l'Aigrette blanche. — Œufs : H à 5, subelliptiques. 
Gd : 44 h 48; Pd : 30 à 35. Bleu verdâtre pâle. 

Accid. en France, surtout dans le S, — S. de l'Europe, accident, dans le 
Centre et le S. de l'Asie ; Afrique. 



G. BUBULCUS BoNAP. ; Garde-bœuf. 

Bec au max, un peu plus long que la tète, à arête faiblement courbée sur toute 
la long., à mandib. sup. dépassant un peu l'inf. Ongle du pouce bien arqué, 
presque aussi long que le doigt. Queue carrée. 

B. ibis (L.) [Ardea bubulcus Sav., .1. veranyi Rorx] ; Garde-bœuf ibis. 
L : i6 à 17; A : 2i à 25,5 ; Q : 9 à 9,7 ; T : 7,8 à 8,3 ; B : 5,5 à 6. Bec et 



302 FAUNE DE IRANCE. OISEAUX 

lorum jaunes, palLe jaune (ad.) ou noiràlce (j.j, iris jaune. — cf 9 ^'^^pt- 
Blanc pur avec des plumes longues, effilées, tombantes, roux rouges, sur le 
dessus de la tèle et au bas du cou, fauve rougeâtre sur le milieu du dos. — 
(j^9 automne. Gomme au printemps, mais les teintes rousses moins vives, 
les plumes effilées et tombantes plus courtes, celles du dos manquantes. — 
J. Sans plumes allong-ées. Blanc avec le dessus de la tête, du cou et du dos 
lavés de fauve et le gosier strié de noir. — P. Ressemblant beaucoup à celui 
des Aig-rettes. 

Nid ressemblant beaucoup à celui des espèces précédentes d'Avdeidœ. — Œufs : 
3 à 5, elliptiques. Gd : 45 à 47 ; Pd : 32 à 33. Bleu verdàtre clair. 

Accid. dans le S. de la France. — Afrique; accident, dans le S. de l'Europe. 



G. ARDEOLA Boik ; Crabier. 

Bec à peine plus long que la lèle, fendu jusque sous l'œil, très comprimé et 
pointu, à arête vive en avant. Jambe nue sur le tiers distal au plus. Aile aiguë ou 
subaiguë, atteignant le bout de la (jueue. Celle-ci courte, subcarrée, à 10 ou 12 
rect. 

A. ralloïdes (Scop.) [Ardea coiuala V\\.l.\\ Crabier chevelu. 1. : 44 à 49 : 
A : 21,5 à 23,5; Q : 8 à 9 ; T : 5,6 à (i ; H : r>,2 à 7. Bec bleuâtre à pointe 
noire avec le lorum jaune verdàtre (ad.) (343) ou brun verdàtre à base jau- 
nâtre et lorum verdàtre (j.), patte jaune verdàtre (^ ad.) (344) ou gris verdàtre 
(j.), iris jaune. — cf 9- Bonnet et haut du derrière du cou à plumes très 
allongées, jaunâtres, rayées de noir, avec une touffe de plumes plus longues 
et effdées, Idanchàtres à bordure noire, tombant presque jusqu'au dos. Cou 
jaune roussàtre, plus clair devant, surtout à la gorge qui est blanchâtre, plus 
roux aux longues plumes de la base. Haut du dos et scapulaires d'un i^oux 
vineux ou rougeâtre, les dernières plus claires et jaunâtres sur le bord, ainsi 
que de longues plumes décomposées et filiformes, latéi'O-dorsalcs, retombant 
sur les ailes et la queue. Reste des faces sup. et inf., à partir de la poitrine, 
rém. et rect. blancs, les cubitales et les sus-alaires lavées de jaunâtre ou de 
roussàtre. En automne les plumes ornementales moins allongées. — /. Sans 
plumes allongées à l'occiput et au dos. Tète, cou, sus-alaires sup. brun roux 
avec de longues taches brunes ou noirâtres. Haut du dos et scapulaires 
brunes. Reste de la face sup., face inf. moins le cou et pennes d'un blanc 
plus ou moins pur. — 7^. Bec jaune, patte brunâtre. Face, devant et côté du 
cou et flancs nus et jaunâtres, reste avec du duvet clairsemé gris vineux à la 
face sup. et au côté du cou, blanc au bonnet et à la face inf. 

Nid analogue à celui de l'espèce précédente, sur un arbre, un buisson ou dans 
les roseaux. - Œufs ; 4 à 5, subelliptiques. Gd : 37 à 42 ; Pd : 27 à 30. Bleu 
verdàtre clair. 

De passage irrégulier dans le S. de la France, accident, dans le Centre cl le N. 



t'AUNË DE FRANCE. UISEÀLX M)'^ 

— Région ciicuimiiédileiranéeiine et S. di- la Russie, accident, dans le reste de 
TEurope. 

G. NYCTIGORAX l-ousr. ; Bilwreau. 

Bec beaucoup plus haut que large, tectifornie, fendu jusquen arrière de l'œil. 
Jambe dénudée au plus sur le tiers distal. Aile subaiguë ii rém. cubitales amples 
couvrant les grandes rém., atteignant, ou à peu près, rextrémité de la queue. 
Celle-ci quasi carrée. UEil proportionn. beaucoup plus gros que celui des Avdeidse 
précédentes. 

N. nycticorax (J^.j [Ardea grisea L., Nyclicora.v europaeus Steph., 
]\ . ardeola Tem,]; Bihoreau d'Europe, Bihoreau à manteau noir. L : 52,5 
à (il ; A : 28 à 31 ; Q : 8,5 à 11,5 ; T : 7 à 7,5 ; B : G,5 à 7, i. Bec noir et 
loruni jaune verdàlre (ad.j ou brun verdâli^e (j.), patte jaune verdâtre, iris 
rose rouge (ad.) ou brun rougeàlre (j.). — o^9 Bonnet et un peu arrière du 
cou, haut du dos et scapulaires noir vert brillant, avec 3 à 5 plumes très 
longues, étroites, blanches, tombantes à l'occiput (^342). Derrière et côté du 
cou, reste de la face sup. et haut du liane ardoise clair. Devant du fi'ont et 
de la joue et l'ace inf. blancs, celte dernière depuis la poitrine nuancée de 
gris. Aile et queue gris cendi'é. — J . Sans longues plumes occipitales. Face 
sup. blanc roussâtre, les plumes très longuement bordées de brun. Face inf. 
blanchâtre à taches allongées gris brunâtre, le côté de la tète et du cou 
lavés de roussâtre. Aile et queue gris brun avec des taches blanc roussâtre 
aux sus-alaires. — P. Bec jaune à pointe brune, patte jaune. Face, derrière 
du cou, dessous de l'aile nus et jaunâtres. Dessus de la tète à duvet allongé 
blanchâtre, reste de la face sup. brun lilacé. Face inf. blanche. 

Nid grossier, de brindilles et d'herbes sèches, normal, en colonie et sur un 
arbre, ou dans les roseaux, ou dans un buisson. — Œufs ; 4 à 5, subelliptiques. 
Gd : 46 à 51 ; Pd : 33,5 à 36. Bleu verdâtre pâle. 

Estival seulement dans le S. de la France, de passage ou accidentel dans le 
Centre ou le N. — Centre et S. de l'Eui'ope ; grande partie de l'Asie ; N. de 
l'Afrique. 



G. IXOBRYCHUS Billb. ; Blongios. 

Bec très comprimé et pointu en avant, à arête assez vive, fendu presque jusque 
sous l'œil, à angle mentonnier très avancé et assez accusé. Tarse relativ. épais, 
largement scutellé devant. Doigt ext. égal ou presque à Tint. Aile aiguë à 
premières rém. non échancrées au boi'd int., atteignant ou dépassant léger, le 
bout de la queue. Celle-ci courte, arrondie, à 10 rect. Oiseaux non sociables. 

I. miuutus (L.) [Ardea minuta L.]; Blongios nain. L : 36 à 38,5; A : 
13,8 à 1 i,0; Q : 4,6 à 5; T : 4,1 à 4,3 ; B : 4,1 à 4,5. Bec jaune à pointe brune 



30 1 FALNH DE FRANCE. OISEAL'X 

(43 p. 49), loruiu et iris jaunes, patte verdâtre. — çj^. Bonnet, dos, scapu- 
laii'es, cubitales, réni. second, post. et queue noir à reflets verdàtres. Dos et 
côté du cou gris vif, surtout à l'arrière de ce dernier. Gorge et devant du 
cou roux ocracé. Haut de la poitrine avec plus ou moins de larges plumes 
noirâtres bordées de roux. Reste tle la face inf. roussâtre plus ou moins clair. 
Rém. noires ou noirâtres. Sus-alaires blanches et plus ou moins nuancées de 
jaunâtre et de gris perle. — 9- l^onnet noirâtre. Dessus du cou roux rou- 
geâtre. Dos, scapulaires, haut de la poitrine, rém. second, bruns, la plupart des 
plumes léger, liserées de jaunâtre. Face inf., moins le haut de la poitrine, 
roussâtre, le flanc rayé de brun, le ventre et les sous-caudales blanchâtres. 
Rém. prim. noirâtres. Sus-alaires jaunâtres. Queue noii-e. — J . Bonnet 
brun, les plumes liserées de roux, joue et derrière du cou brun roux tachés 
de roux. Dos, scapulaires, sus-alaires et cubitales à plumes brun plus ou 
moins foncé et bordées de roussâtre. Face inf. roussâtre plus ou moins clair 
avec des taches allongées brunes et les sous-caudales blanches. Rém. et rect. 
noirâtres. — P. Bec et patte jaune verdâtre ainsi que les parties nues de la 
face, du derrière du cou, de la poitrine et du dessous de l'aile. Reste cou- 
vert d'un duvet fauve, plus roussâtre au dos. 

Nid de brindilles et d'herbes sèches, parmi les roseaux, les grandes herbes ou 
sur une broussaille près de l'eau. — Œufs ; 4 à 6, quelquefois 7, subelliptiques. 
Gd : 35 à 36 ; Pd ; 25 à 28. Blanc mat, exceptionn. un peu maculés de brun 
rougeâtre. 

Estival et commun dans la plus grande partie de la France. — Centre et S. de 
l'Europe ; Centre de l'Asie ; l'hiver dans le X. de l'Afrique et aux Indes (1). 



G. BOTAURUS Biuss. ; Butor. 

Bec fendu jusqu'au delà de l'œil, un peu plus haut que large à la base, à arête 
subarrondie, à angle mentonnier très avancé et assez accusé. Jambe nue sur le 
cinquième distal à peu près. Ongles très longs, arqués, celui du pouce le plus 
grand. Aile aiguë ou subaiguë, atteignant à peu près l'extrémité de la queue. 
Celle-ci arrondie. OEil relativ. petit. Oiseaux non sociables. Voix très forte, sorte 
de beuglement. 

B. stellaris (L.) [Ardea botaurus Briss.]; Butor commun. Butor étoile. 
L : 65 à 76 ; A : 31,5 à 35 ; Q : 9,5 à 13 ; T : 9 à 10; B : 6,5 à 7,4. Bec brun 
à base jaunâtre (341), lorum, patte et iris vert jaunâtre. — cf 9- ^ peu près 
entier, roux jaunâtre clair, avec le bonnet à plumes occipitales un peu 
allongées, noir, les dernières léger, terminées de jaunâtre. Dos, scapulaires. 



(1) Ixobrychus Sturmi (Wagl.). Jambe léger, dénudée à la partie dislale. Face sup. 
gris ardoise. Poitrine à taches noires allongées. Afrique. — Signalé comme rencontré 
accident, dans les Pyrénées (Bonap.xiitk, C. /{. Ar. Se, ISôO). 



FAINK UE b-RANCE. UlSEAlV 305 

et cubitales avec de laryes bandes et de petites taches irrégulières noires, 
tioi-ge blanc jaunâtre avec une ligne médiane de marques brunes et limitée 
"de côté jDar une moustache descendante noirâtre. Cou et plumes assez 
allongées du jabot rayés transvers, de brun noirâti^e avec des longues 
bandes roux brun et noirâtres. Reste de la face inf. roux jaune pâle taché 
longit. de noirâtre, liéin. et sus-alairesant. roux marron barrées de noirâtre, 
reste des sus-alaires onde de brun noir. Rect. tachées et ondées de noirâtre. 
— J . Seulement de teintes plus ternes et plus claires, le bonnet et la mous- 
tache brun foncé. — P. Hec jaune à culmen brunâtre, patte fauve roussâtre. 
Face, devant et derrière du cou, partie de la face inf. nus et jaunes. Reste 
couvert d'un duvet clairsemé roux marron clair. 

Nid grossier et volumineux de roseaux et d'herbes sèches, dans un massif de 
roseaux. — Œufx : 3 à 5, subelliptiques. Gd : 50 à 55 ; Pd : 37 à 39. Jaune bru- 
nâtre pâle, gris roussâtre clair ou Isabelle. 

Estival, de passage ou hivernal en France. — Parties moyennes de la région 
paléarctique, en hiver N. de l'Afrique et Indes. 



S. 0. CICONIENS 
F. CICONIIDAE 

Bec robuste, quasi conique et déprimé, droit ou faiblement retroussé, à narines 
assez hautes et peu avancées. Tai-se et jambe longs et assez robustes, la dernière 
nwv sur une importante partie distale. Ongle du médian à bords non dentelés. 
Aile «grande, assez longue, à rém. prim. plus ou moins échancrées et rétrécies. 
(Jueue courte à 12 rect. Cou assez long. Tête forte à œil petit. Oiseaux de très 
forte taille. Sexes semblables. Jeune plus ou moins difl'érent des adultes. Un 
poussin, nidicole. 

Nid volumineux, en large coupe, ex ter. de branches et de brindilles, sur un 
arbre ou une construction. — Œufs assez peu nombreux, ovalo-ellipliques, à 
coquille épaisse et mate, général, blancs et non tachetés. 

Régime reptilivore, piscivore et plus bu moins Carnivore et vermivore. Oiseaux 
subaquatiques, limnophiles, migrateurs. Muets, ne faisant entendre qu'un claque- 
ment de bec. 



TABLEAU DES ESPECES 

i. Bec plus court que le tarse, droit (103 p. 59). Tarse nettement plus 
du double tiu médian armé. Télé, cou et face sup. blancs . 

Ciconia ciconid (p. 306) 

20 



306 



FALNE DE FRANCE. 



Bec à peu près égal au tarse, léger, retroussé (346 j. Tarse à peu 
près double du médian armé. Tête, cou et face sup. d'un noir 
plus ou moins pur Ciconia nigra (p. 306) 



G. CICONIA Briss.. ; Cigogne. 

Bec beaucoup phis long que la tète, à bords léger, rentrants, à mandlb. inf. un 
peu relevée dans son dernier tiers, rouge ainsi que la patte chez l'ad. Jambe nue 
et réticulée au moins dans son tiers distal. Doigts assez largement bordés, l'ext. 
assez largement palmé à la base, l'int. nettement moins. Ongles courts, larges, 
plats et obtus, dépassant peu les doigts. Ade à 11 rém. prim., atteignant ordm. 
le bout de la queue. Celle-ci arrondie. Menton nu. 

C ciconia (L.) [Ciconia alba Briss.] ; Gigogne blanche. L : 103 à 120 ; 
A : 55 à 67 ; Q : 22 à 26; T : 19 à 23,5 ; B : 14 à 19,3. Bec (103 p. 59) et 
patte rouge' vermillon (ad.) ou noir rougeàlrc (j.), lorum noir, iris brun 
foncé. — (^ 9- Entier, blanc pur avec les rem., les grandes sus-alaires et les 
scapulaires noires avec de légers reliefs. - J. D'un blanc terne et sale, le 
noir de l'aile lavé de brun. -P. Bec noirâtre à bout jaunâtre, patte noirâtre 
à doigts jaunâtre clair. Couvert d'un duvet laineux blanc. 

Nid sur une cheminée, un toit ou un arbre. - Œufs ; 3 à 4, quelquefois 5, 
elliptiques, assez allongés. Gd : 73 à 85 ; Pd : 51 à 60. Blanc mat, quelquefois un 
peu lavés de jaunâtre. 

Estivale dans l'E. de la France, de passage plus ou moins régulier ou erratique 
dans le reste. - Europe moins l'extrême N. ; N. de l'Afrique ; W. et Centre de 
l'Asie ; descendant l'hiver jusqu'au S. de l'Afrique, aux Indes et à Ceylan. 

90 à 
18 à 19,3 ; B : 15,5 à 18,7, Bec (346), 
lorum et patte rouge sombre (ad.) ou 
brun verdâtre (j.), iris brun (ad.) ou 
noirâtre (j.). — cf 9- Tète, cou, face 
sup., aile et queue noir léger, bru- 
nâtre à reflets verts, violets ou 
pourpres. Reste de la face inf. blanc 
pur. — /. Tête, cou, face sup., aile 
et queue brun foncé ou noii'âtres 
avec de légers reflets verdàtres et 
bleuâtres, les plumes plus ou moins 
bordées de roussâtre, surtout à la tête et au cou. — P. Bec et patte roux, 
iris brun noir. Face, bas du cou, milieu du ventre à peu près nus, reste cou- 
vert d'un duvet gris pâle à la face sup., blanc à la face ini. 

Nid de brindilles, radicelles, mottes de gazon, herbes sèches et plumes, sur un 



C niara (L.) [6'. fiusca Briss., Ardea ignea L.] ; Cigogne noire. L 



1 14 ; A : 54,5 à 56 ; Q : 21 à 24,5 ; T 




Figure 346. — Ciconia nigra, tête. 



FAUNE DE IRANCE. OISEAUX 307 

ai'bre, parfois un rochei^. — Œufs : 3 à il, assez courls. (Jd : G3 à 08 ; Pd : 48 à 51. 
Blanc matou léyèr. roussâlres. 

De passage accid. el rare en France. — Europe moins Texlrème N. et l'W. ; 
Asie tempérée ; l'hiver en Afrique et dans l'Inde. 



S. 0. PLATALEENS 
F. PLATALEIDAE 

Bec très déprimé et flexible, beaucoup plus long que le tarse, bien plus large 
que haut, à extrémité un peu courbée, peu fendu. Narines ouvertes sur le dessus, 
elliptiques, assez rapprochées, dans un étroit sillon prolongé jusqu'à l'extrémité 
du bec. Face et gorge nues. Jambe en grande partie nue. Tarse long et entier, 
réticulé. Doigts ant. assez largement palmés, le médian plus court que le tarse, 
le pouce léger, surélevé. Aile grande, aiguë, à rém. prim. plus ou moins échan- 
crées et rétrécies. Queue courte de 12 rect. OEil petit, avancé. Langue rudimen- 
taire. Des plumes ornementales allongées en plumage de noce. Oiseaux assez 
grands, à plumage clair et non tacheté chez l'ad. Sexes presque semblables. Jeune 
assez différent des adultes. Un poussin, nidicole. 

Nid assez volumineux et grossier de brindilles et d'herbes sèches, sur un arbre, 
une broussaille ou dans les roseaux. — Œufs peu nombreux, ovales, blancs ou 
blanchâtres, plus ou moins tachetés. 

Régime vermivore, insectivore, piscivore etc. Oiseaux aquatiques, surtout halo- 
philes, migrateurs et sociables. 



G. PLATALLA L. ; Spatule. 

Bec fendu seulement jusqu'en avant de l'œil, à extrémité en spatule arrondie 
et crochue. iMandib. sup. cannelée transvers, en dessus. Jambe nue sur environ 
sa moitié distale. Doigt ext. plus long que Tint. Aile atteignant à peu près l'extré- 
mité de la queue. Cubitales couvrant à peu près les grandes rém. Queue carrée. 

P. leucorodia L. [P. nivea Cuv.]; Spatule blanche. L : "/'i à 87 ; A : 38 à 
43; g : 11,5 à 14; T : 1-2,8 à 14,5; B: 18,2 à 22,3. Bec noir onde transvers. 

de jaunâtre, à spatule jaune bordée de noir (ad., 95 p. 57) ou brunâtre (j.). 

Cf 9- Pai'ties nues de la face et de la gorge jaune plus ou moins orangé. Plumes 
occipitales très allongées et ellilées, en huppe tombante. Plumage blanc 
avec la huppe plus ou moins teintée de roussâtre et le haut de la poitrine 
roux jaunâtre. La Ç un peu plus petite et à huppe plus courte. — /. Blanc 
sans huppe ni roux jaune à la poitrine. Grandes rém. à rachis et bout noi- 



308 KAINE DE FRANCE. OISEAUX 

ràtres. — P. Bec, palte et partie nue de la face jaunes. Reste couvert d'un 
duvet court et laineux blanc. 

Nid normal, en colonie, au Ijord de l'eau. — Œufs ; 3 à 4, ovales. Gd : 04 à 71 ; 
Pd : 43 à 48. Blancs ou blanchâtres, plus ou moins tachés de brun ou de brun 
rougeâtre, parfois immaculés. 

De passage plus ou moins régulier en France, particulier, sur les cotes. — 
Grande partie de l'Europe; N. et E. de l'Afrique; W. et centre de l'Asie, en hiver 
jusqu'aux Indes. 



F. IBIDAE 

Bec plus ou moins tlexible, long, assez mince, arqué, à base tétragone, plus ou 
moins comprimé en avant, à arête assez saillante, à apex obtus, à commissures en 
avant de l'œil, à narines basâtes en fente étroite et sur le dessus, à mandib. lon- 
git. sillonnées. Jambe nue sur près de sa moitié dislale, réticulée. Tarse long, 
scutellé devant. Doigts moyens, un peu palmés à la base, le médian armé beau- 
coup plus court que le tarse. Doigt ext. général, plus long que Tint. Pouce plutôt 
petit, léger, surélevé. Aile grande, atteignant au moins le bout de la queue. 
Celle-ci courte à 12 rect. Cou assez long. Langue rudimenlaire. Oiseaux de taille 
assez grande. Sexes semblables. Jeune diflërent des adultes cl u'ayanl le plumage 
définitif qu'au bout de plusieurs années. Un poussin, nidicole. 

Nid sur un arbre ou sur les roseaux. — Œufs peu nombreux, tachetés ou rarement 
unicolores. 

Régime vermivore, insectivore, plus ou moins piscivore et reptilivore. Oiseaux 
aquatiques, migrateurs et sociables. 



G. PLEGADIS Kaip. ; Falcinelle. 

Bec plus long que le tarse, arqué, surtout en avant, à peu près aussi haut que 
large à la base qui est nue ainsi que le lorum, le menton et le tour de l'œil. Ongle 
du médian pectine. Aile à premières rém. échancrées et rétrécies en avant. Queue 
courte et carrée. Plumes de la tète et du cou un peu étroites et acuminées. 

P. falcinellus (L.) [Nunienius vividis et N. castaneus Briss., Ibis sacra 
Temm., FaUiiudlus igneus Grav] ; Falcinelle éclatant. Ibis falcinelle. L: 
53,5 à 63,5 ; A : 27 à 32 ; U : 9,5 à 12 ; T : 8 à 10,2 ; B : 11 à 14,5. Bec noir 
verdàtre avec le nu de la face vert (ad.) (96 p. 57;, patte brun verdàtre, iris 
brun. — cf 9- Plumage brun rouge brillant, avec le milieu et le bas du dos, 
les sus et sous-caudales et l'aile noir bronzé à reflets verts, pourpres et 
violets. La 9 un peu plus petite. — J. Tète, cou et la face inf. brun ver- 
dàtre, les premiers finement mouchetés de blanchâtre. Reste de la face sup. 
brun bronzé foncé à légers reflets. Aile et queue noirâtres. — P. Bec jaune vif 
à base et bout noirâtres, patte jaune, iris brun foncé. Couvert d'un duvet 



FAINE DE FRANCE. OISEAfX 309 

noir à la face sup., brun l"ulif,'-ineux à la l'ace inf. et a\t'c nn bandeau roux cl 
blanc sur le vcrlex et des bandes blanches sur le bas du cou. 

Nid grossier de brindilles et de roseaux, siu' un ]H'lil arbre ou des roseaux cou- 
chés au dessus de l'eau, général, en colonie. — Œufs : 3 à 4 ovales. Gd : 49 à 5.3 ; 
Pd : 36 à 38. Bleu verdâtre immaculé. 

De passage irrégulier surtout dans le S. de la France. — E. et S. E. de l'Europe, 
accident, dans le reste du Continent ; Asie W. et S. ; partie de l'Afrique, de 
l'Amérique et de l'Australie. 



0. GUUIFORMES 

A'. O. (;ÉRANIENS 

F. GRUIDAE 

Bec robuste à revêtement basai un peu mou, quasi droit et subconique, plus ou 
moins comprimé et à bords tranchants. Général, au moins aussi long que la tète, 
pas très fendu. Narines lat. ovales, percées de part en part. Jambe longue, nue 
sur un long espace distal. Tarse long. Pouce petit, surélevé, ne touchant terre 
que par le bout. Doigts moyens, l'ext. un peu réuni à la base du médian par une 
palmure. Aile assez longue, les réni. second, post. et les cubitales longues et 
-larges, dépassant les rém. prim. et général, le bout de la queue. Celle-ci plus ou 
moins courte, à 12 rect. Cou très long, tête petite souvent en partie nue ou avec 
des ornements plumeux ou pileux. Oiseaux de grande taille à sexes presque sem- 
blables, à jeune général, assez peu différent des adultes. Un poussin, nidifuge. 

Nid grossier de brindilles, d'herbes et feuilles sèches, à terre dans un marais. 
— Œufs très peu nombreux, ovalaires, maculés. 

Régime quasi onniivoi-e. Oiseaux subaquatiques, limnophiles, migrateurs et 
sociables. 



TABLEAUX DES ESPECES 

Aile au dessus de ."^O cent, de long., tarse au dessus de 20 cent, de 
liiiii;. Tète nue au dessus chez l'adulte et sans toufïe de longues 
phnnes enilées sur le côté (100 p. 57) . . Megalornis orus (p. 310) 

Aile au dessous de 50 cent, de long., tarse de inoins de 20 cent, de 
long. Tête entier, emplumée chez l'adulte et avec de chaque côté 

une touffe de longues plumes effilées blanches (347) 

Anthropoïdes virgo {t^.'HQ) 



310 



FAUNE DE FRANCE. 



G. MEGALORNIS GnAv : Grue. 



Bec bien plus haut que Inrjje i> la base, à arèlc mousse, à mandil). à peu près 
d'ég'ale long, et haut. Jaail)i> nue sur la nioitit' dislnle à [leu près, réticulée. Tarse 
scutellé devant, réticulé en arrière. Médian arnu' im |ieu moins long- que le bec. 
2'"-, .3*= et 4*" rem. ^, notablement dépassées par les v^''u\. cubitales en faucilles, 
formant un panache frisé. Queue subai'rondie. Q nettcuionl |ilus |)etile que le cf- 

M. grus (L.) [Gins cinerea Bechst.J ; Grue cendrée. L : 111 (9) à 140 
((f) ; A : 53,5 à 65 ; Q : 20 à 23 ; T : 23 à 27; B : 10 à 12. Bec noir verdâtre 
à base rougeâtre 'ad., 100 p. 57), patte noire, iris briiii rouge. — cf 9- 
Front et lorum noirs à reflets, vertex quasi chauve et rouge, nuque dont les 
plumes sont un peu effilées, gorge, bas de la joue, côté et devant fin cou 
dans la partie sup. gris noir foncé. Haut de la joue et derrière du cou jusqu'au 
milieu blancs. Reste gris foncé avec les réni. prini., la plupart des second, 
et rect. noires et les plumes en faucilles grises et noires. L'hiver le plumage 
moins brillant. — /. Vertex emplumé. Panache cubital peu développé. La 
tête et le cou gris, le reste du plumage plus terne et lavé de brun. — P. 
Bec brun rougeàlre à base plus claire, patte jaune verdâtre. Couvert d'un 
duvet laineux roux à la face sup., avec le vertex, trois taches sur le dos, le 
croupion et l'aile plus rougeâtres. Reste roux plus pâle avec la gorge et le 
ventre blanchâtres. 

Nid grossier de branchages, herbes et feuilles sèches, à terre dans un marais 
— Œufs : 2, d'un ovale variable, général, allongé. Gd : 85 à 100; Pd : 56 à 65. 
Gris verdâtre, roux olivâtre ou brunâtre, plus ou moins fortement tachés de gris 
brun violacé ou de brun rouge. 

De passage régulier en France. — N. de l'Europe, un peu l'E. et le S. W., N, 
W. de l'Asie ; l'hiver dans le N. de l'Afrique et jusqu'en Abyssinie. 

G. anthropoïdes Vieu^l. ; Anthropoïde. Demoiselle. 

Bec guère plus long que la tête, épais, à narines percées de part en part dans 
un large sillon. Aile longue, pointue, subobtuse avec plumes cubitales très 
longues pointues et tombantes, dépassant de beaucoup l'extrémité de la queue. 

A. virgo (L.) [Grus numidica Briss.] ; Anthropo'ïde demoiselle. Demoi- 
selle de Numidie. L : 88 à 95; A : 43 
à 49,5: : 18 à 19; T : 17,5 à 19; 
B : 6 à 7. Bec brun olivâtre à pointe 
rougeâtre (ad., 347), patte noirâtre, 
iris rouge. — cf 9- Plumage gris 
bleuâtre avec une toufl"e de longues 

c- o/T i ,u , '" i-i plumes blanches décomposées et 

FIGURE J47 — Anlhi ofiuides tngo, tête >^ ^. 

pendantes partant de derrière l'œil 

ets'étendant en arrière. La joue, le haut du cou, son devant tout entier, les 




FAINE DE FRANCE. OISEAIX 311 

plumes effilées du jabot, les rém. noir pur et la queue brune à bout noirâtre. 
La 9 de teintes un peu moins pures et les plumes ornementales un peu plus 
courtes. — J. Teintes beaucoup plus ternes, la tète et le cou gris de plomb, 
la touffe de plumes postoculaires courte et grisâtre, les plumes effilées et 
pendantes de l'aile beaucoup moins longues que chez les adultes. 

Nidification très semblable à celle de Megaloi-nis grus. — Œufs : 2 général., d'un 
ovale allongé. Gd : 84 à 87 ; Pd : 53 à 5.5. Gris olivâtre clair, gris jaunâtre clair ou 
gris, plus ou moins tachés de gris violet, de brun roux, de roux. 

Capturée très acccident. en France. — S. E. de l'Europe ; W. de l'Asie, des- 
cendant dans rW. de l'Africiue et accident, dans le S. W. de l'Europe. 



0. CHARADRIIFORMES 
S. 0. OTIDIENS 
F. OTIDAE 

Bec quasi droit, à mandib. sup. un peu courbée en avant et dépassant un peu 
l'inf., fendu presque jusque sous le bord ant. de l'œil, à angle mentonnier très 
avancé et peu accusé, à narines elliptiques ou ovales, lat. et plus ou moins basales. 
Jambe robuste, nue sur au moins le quart distal, cette partie finement réticulée. 
Tarse robuste et entier, réticulé. Doigts courts, épais, largement bordés et à base 
un peu reliée par une étroite palmure, le doigt ext. un peu plus long que Tint. 
Pouce nul. Ongles courts, larges, obtus, celui du médian le plus fort. Aile ample 
n'atteignant général, pas l'extrémité de la queue. Celle-ci jamais longue, plus ou 
moins arrondie, à rect. larges au moins au nombre de 20. Plumes du front s'avan- 
çant plus ou moins sur le bec. Souvent des plumes ornementales à la tête et au cou. 
Corps massif. Oiseaux de plus ou moins grande taille. Sexes semblables ou 
différents en plumage de noce, la Ç en général nettement plus petite que le cf. 
Jeune ressemblant à la Q ou à plumage spécial. Rém. tombant ensemble après 
raccoui)]ement, laissant l'animal incapable de voler pendant un temps. Un pous- 
sin nidifuge ou plus ou moins nidicole. 

Nid très rudimentaire, sur le sol, dans un lieu découvert et sec. — Œufs peu 
nombreux, de forme assez variable, bien colorés et tachés. 

Régime iasectivore et herbivore. Oiseaux terrestres, xérophiles, migrateurs et 
plus ou moins erratiques, sociables, 



312 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 





ii/:'#*''' 




Figures 348 ii 351. — 348, Olix tarda cT mpl., tcMc; .340, Otis teirax Q, tête; 350, 
Houbara tindulata, tête; 3.51, Houhara inactjiieeni, tête. 



TABLEAUX DES ESPECES 



1. Bec assez robuste, beaucoup plus court que la lèle, à peu près 

aussi haut que large à la base, à fosses nasales n'en atteignant pas 
le milieu (348, 346). Dessus de la tête lisse ou à peu près. Jambe 
nue sur un quart environ. [G. Ofis] ^ 

— Bec assez mince, presque aussi long que la tête, nettement plus 

larg-e que haut à la base, à fosses nasales en atteignant le milieu. 
Tête huppée (350, 351). Jambe nue sur un tiers environ. Côté du 
cou orné d'une collerette étalée latér. de plumes très allongées, 
noires et blanches. [G. Houbara] c 

2. Aile subobtuse de plus de 45 cent, de long. Tarse plus du double 

du médian armé. Rect. en grande partie rousses avec 2 bandes 
transv. noires Ofi.s faida (p.',i['.{) 

— Aile subaiguë de moins de 30 cent, de long. Tarse environ le double 

du médian armé. Rect. en grande partie blanches avec 2 ou 4 
bandes transv. noires Otif; /e/ /a. r {p. 313) 

3. Huppe entier, blanche (350). Plumes allongées du jabot blanches. 

Collerette du côté du cou noire dans la moitié ant., ensuite 
blanche Houbara undulata (p. 314) 



FAUNE DE FRANCE. 



;U3 



Huppe variée de roux et de noir (351). Plumes allongées du jabot 
i^-ris bleuâtre. CoUeretle du coté du cou à plumes basales noires, 
les autres blanches à bout noir puis en une toulTe blanche . 
tloulxira iiKicqueeiii (p. 315) 



(i. OTIS L. ; Outarde. 

Bec assez comprimé cl un peu [ilus haut on avant des narines qui débutent 
contre les plumes préfroulalcs. Cut)ilales larges et recouvrant presque les grandes 
rém. Tète ronde et convexe, cf avec un plumage de noce spécial. Jeune ressem- 
blant à la 9 . 

0. tarda L.i; Outarde barbue, Grande Outarde. L : S-2 à 100 (9) à IGO ((f) ; 
.A: 48 à ()8; Q : "23 à 30 ; T : 12,.-) à 17 ; IJ : 3,.") à 4,8. lîec couleur de corne 
(348), patte grise (9 p. 43), iris jaune orange. Hém. prim. : 3" >, 2" := 4^, 
|rp ^ (^c — ç^ rupt. Tête et cou gris bleuâtre avec une petite bande longit. 
médiane brun roux sur le bonnet, une toutTe de plumes longues, décomposées, 
de chaque côté de la mandib. inf. s'étalant obliquement vers l'arrière, un 
espace violet à peu près nu au haut du cou, le côté de celui-ci étant plus 
clair. Un lai'ge collier roux vif, la plupart de ses plumes avec une bande 
subterminale noire au bas du cou et du haut de la poitrine. Reste de la face 
sup., scapulaires, petites et moyennes sus-alaires et cubitales sup. roux 
jaunâtre avec des croissants transv. noirs plus larges sur les scapulaires et 
les cubitales. Face inf., depuis le bas de la poitrine, blanche. Rém. noires, 
les prim. à base gris brun, les second, et les cubitales inf. de plus en plus 
blanches. Rect. rousses à bout blanc, moins les trois ext. blanches ou 
blanchâtres, les 2 médianes avec 2 bandes transv. noires, les autres avec 
une seule. — çf automne, Ç. Dilïérent du çf rupt. surtout par l'absence de 
moustache de plumes décomposées, l'espace nu du cou et du plastron roux 
vif du devant de la poitrine. — /. Ressemblant à la 9) mais de teintes moins 
vives. — P . lîec brun à base olivâtre, patte gris verdâtre. Couvert d'un 
duvet fauve, plus roux au cou et à la poitrine, le reste de la face inf. presque 
blanc, en grande partie taché et marqué de noir. 

Nid simple dépression du sol tapissée de quelques herbes sèches. — Œufs : 2 
à 3, ellipticjues ou subgloftuleux. Gd : 74 à 83; Pd : 53 à 60. Gris olivâtre, verts, 
vert olive ou brun olivâtre, tachés de gris violacé, de brun violacé, de brun. 

Autrefois estivale et commune dans les g-randes plaines de France, maintenant 
seulement de passage irrégulier l'hiver et de plus en plus rare. — Grandes 
plaines du Centre et du S. de l'Europe; N. de l'Afrique; Asie centrale. * 

0. tetrax I^. [Tetra. v campeulris Leacuj ; Outarde canepetière. Petite 
Outarde. L; 42 (9) à 50 (çf) ; A: 23,5 â 27 ; Q : 10 à 13,5; T : 6 à 6,6 ; 
B : 2,3 à 2,5. Bec (349) et patte gris jaunâtre, iris jaune. Rém. prim. : 



314 



FAUNE DE FRANCE. 



2*^ > 5*, !'■'' ;= ;y. — (j' rupt. Bonnet roux jaune taché de noir, reste de la 
tête et haut du cou gris bleu limité en bas jDar une étroite ligne blanche 
descendant obliquement sur le devant du cou, grande partie du reste du cou 
à plumes noires un peu allongées et érectiles, limité en bas par un collier 
blanc bien plus large que le premier et non oblique, suivi lui-même d'un 
collier noir interrompu en arrière. Face sup. depuis le bas du cou, scapu- 
laires, sus-alaires, majeui^e partie des cubitales et côté de la poitrine roux 
jaunâtre chiné et taché de noir et de noirâtre, les sus-caudales étant en 
grande partie blanches avec quelques taches noires. Face inf., depuis le 
milieu de la poitrine, blanche. Rém. blanches à la base, ensuite noires, le 
blanc s'étendant de plus en plus des premières aux suivantes. Grandes et 
moyennes sus-alaires en grande partie blanches. Rect. blanches chinées de 
noir avec 3 ou 4 bandes transv. noires, les médianes de plus en partie 
rousses. — q* automne, Q. Côté de la tête et cou sans gris bleu ni noir et 
sans colliers blancs. La goi^ge blanchâtre, le reste du cou roux jaunâtre avec 
des taches noirâtres ainsi que la face inf. La Ç plus petite, plus pâle et plus 
tachetée. — /. Ressemblant à la Q, mais de teintes moins pures et plus 
maculé. — P. Bec brun olivâtre, patte livide, iris brun pâle. Couvert d'un 
duvet roux taché de noir à la face sup., au côté du corps, sur la cuisse et 
sur l'aile dont le bout est blanc. Milieu de la face inf. blanchâtre. Large 
sourcil roussâtre. 

Nid rudimentaii-e dans une petite dépression du sol, dans une prairie sèche, un 
champ de céréales, etc. — Œufs ; 3 à o, général, d'un ovale assez court. Gd : 50 
à 56; Pd : 38 à 43. Brun olive, vert olive, verts, avec des taches brunes plus ou 
moins grandes et foncées. 

Estivale et commune dans les régions de plaines, étendant de plus en plus son 
aire de dispersion en France. — Centre et S. de l'Europe; N. de l'Afrique; Asie 
moyenne, l'hiver jusqu'aux Indes. 



G. HOUBARA Bonai>. ; Houbam. 

Roc déprimé n la base, compi-imé et un peu convexe en avant des narines qui 
débutent un peu en avant des plumes préfrontales. Mandib. inf. droite, un peu 
dépassée par la sup. dont l'extrémité est léger, courbée. Aile ne couvrant guère 
plus des 2/3 de la queue, à cubitales ne recouvrant pas entier, les grandes rém. 
Tête ovale et aplatie. Sexes peu différents en toutes saisons. Jeune différent des 
adultes. 

H. undulata (Jacq.) [(his kohnia Desfont. J ; Houbara ondulée. L: 63 à 
80; A: 38 à 42 ; Q : 23 à 30; T : 9 à 9,9 ; B : 3,8 à 4,5. Bec brun, patte jaune 
ou jaune verdâtre, iris jaune. — cf 9- Bonnet roussâtre, taché de brun sur 
le bord avec au milieu une huppe de plumes allongées et décomposées 
entier, blanches (350). Cou grisâtre, plus clair en arrière, chiné de brun 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 315 

avec sur le côté dans la inoilië iiii'., une cuTlleretle de pltunes allongées, 
décomposées, érectilës, s'étalant latér., noires dans la partie sup., blanches 
en bas, avec au jabot des plumes allongées entier, blanches. Reste de la 
face sup., sus-alaires et côté de la poitrine roux ocracé, onde et vermiculé 
de noirtâlre. Vace inf. blanche depuis la poitrine. Rém. brun noirâtre 
à base blanc roussâtre, grandes sus-alaires ant. noirâtres. Rect. roux plus 
foncé que le dos, vermiculées comme lui, à bout blanc et avec 3 ou 4 quel- 
quefois 5 bandes transv. noirâtres ou gris bleuâtre. La 9 plus petite à huppe, 
collerette et plumes du jabot plus courtes. — J. Comme les adultes, mais 
de teintes moins pures, sans huppe, ni collerette, ni plumes allongées au 
jabot. 

Nidification très semblable à celle des Outardes. — Œufs : 3 à 5 de forme 
variable. Gd : 60 à 73; Pd : 44 à 47. Roux olivâtre, roussâtres ou brunâtres, tachés 
de gris brun, gris violacé, brun roux, brun foncé. 

Très accident, dans le S. de la France. — N. de l'Afrique; S. W. de l'Asie; 
accident, dans le S. de l'Europe. 

H. macqueeni fGRAv) ; Iloubara de Macqueen. L : 58 à 71 ; A : 36 à 40 ; 
Q : 18 à 30 ; T : 8,6 à 9,1 ; B : 3,5 à 4. Bec brun à base un peu jaunâtre, 
patte jaune ou jaune verdâtre, iris jaune plus ou moins foncé. — cf 9- 
Bonnet roussâtre taché de noirâtre avec une huppe médiane de plumes allongées 
et décomposées, blanches à la base, puis noires, à pointe grisâtre ou roussâtre 
(351). Cou blanchâtre et grisâtre, chiné de brun avec sur le côté, qui est en 
partie noir, une collerette de plumes allongées, décomposées, érectiles, 
s'étalant latér., noires à la base, puis blanches à bout noir, puis entier, 
blanches, collerette moins longue que celle de l'espèce pi'écédente et placée 
plus haut. Jabot à plumes allongées gris bleuâtre. Reste de la face sup., 
sus-alaires et côté de la poitrine roux jaunâtre, onde et finement chiné de 
noirâtre, les secondes plus pâles et avec un peu de blanc. Face inf. blanche 
depuis la poitrine. Grandes rém. noires à base blanc roussâtre. Grandes 
sus-alaires ant. noirâtres. Queue d'un roux un peu plus vif que le dos, fine- 
ment vermiculée de noii'âtre, avec 4 à 5 bandes transv. noirâtres ou gris 
noirâtre bleuâtre. La 9 plus petite à huppe, collerette et plumes du jabot 
plus courtes. —J. De teintes moins pures que les adultes, sans huppe ni 
collerette ni plumes allongées au jabot. 

Nidificatinn li'ès semblable à celle des Outardes. — Œufs : 3 à 5, de forme 
variable. Gd : (M à 66 ; Pd : 44 à 46. Gris olivâtre, brun olivâtre, tachés de brun. 

Quelques captures en France et en Belgique. — Centre de l'Asie, accident, en 
Europe jusqu'en Angleterre. 



316 FAUNE DE FRANCE. 



S. 0. OKDICNEMIEAS 
F. OEDICNEMIDAE 

Bec droit, robuste, fendu jusque sous le bord ant. de l'œil, à base molle, un 
peu rétréci et comprimé en avant des narines, celles-ci en atteignant à peu près 
le milieu, en avant duquel se trouve l'angle mentonnier très accusé. Jambe assez 
longue, nue sur environ le tiers distal, réticulée ainsi que le tarse qui est long. 
Doigts courts, épais, largement bordés et un peu palmés à la base, l'ext. plus long 
que Tint. Pouce nul. Aile aiguë n'atteignant pas l'extrémilé de la queue, à cubi- 
tales assez allongées. Queue assez longue et étagée. OEil très gros avec un petit 
espace triangulaire nu derrière. Plumage tacheté. Oiseaux de taille assez grande. 
Sexes semblables, jeune peu différent des adultes. Poussin nidifuge. 

Niil rudimentaire dans une pelile dépression du sol. — Œufs ovales, peu 
nombreux, bien colorés et tachetés. 

Régime surtout insectivore et vermivore. Oiseaux terrestres, xérophiles, 
migrateurs. 



G. BURHINUS Illigeb; Œdicnème. 

Bec à base à peu près aussi large que haute, environ moitié du tarse en long. 
Aile dépassant peu les rect. lat. 

B. œdicnemus (L.) [Pluvialis major Briss., Chaïadrius scolopacinus 
Gmel., Œdicnemus c/epitans Temm., (E. e iir opieus \m\hL.y, Œià\cnen\e 
criard. L : 42 à 45 ; A : 25 à 26,6; Q : 12,4 à 1.3.5 ; T : 6,8 à 7,8 ; B : 3,5 à 4, 
Bec jaune dans la première moitié, brun noir dans le reste ill p. 43"), arrière 
de l'œil et patte jaune verdâtre (10 p. 43), iris jaune. Rém. prim. : 2" >, 
P^ ^ ;îf. — cf 9- Face sup. roussâtre plus ou moins gris avec une tache 
allongée brune au centre des plumes. Gorge, lorum, sourcil et moustache 
blancs, la première séparée de la dernière par une ligne brune allant vers 
l'oreille. Face inf. moins le ventre qui est blanchâtre d'un roux plus ou 
moins foncé, avec, sauf aux sous-caudales, des taches allongées brunes 
devenant de plus en plus longues et étroites en approchant du ventre. Rém. 
noires, les 3 ant. tachées de blanc, les posl. à pointe blanche. Gi-andes sus- 
alaires noires à bout blanc. Weci. médianes entier., les plus voisines en 
grande partie, gris roussâtre vermiculées de brunâtre, les cinq ext. d'autant 
plus blanches qu'elles sont plus lat., et rayées transvers, de noir. En automne, 
les teintes plus brunes et plus rousses. — J . Seulement de teintes plus 
ternes que les adultes. — P. Bec verdâtre à pointe plus foncée, pattes et 
iris verdàtres. Face sup. fauve, des bandes noires, longil. médiane sur le 



FAUNK DE IRANCE. OISEAUX .51 / 

Ijoiinet, "2 longit. lai. sur le dos, une sur l'aile, une autour du bassin, une 
(lu bec sous le côLé de la tète, vers l'occiput. Face int'. blanc roussùlre. 

Xid 1res rudiinentairc de ([ueltjues lierlies sèches, dans une petite dépression 
ou entre des cadloux, dans une IViche, un champ sec, en phiine comme en pays 
accidenté. — Œufs : 1 à 3, d'un ovale variable. Gd : 50 à 50; Pd : 37 à 42. Roux 
jaunâtre, roux gris, roux oHvàlrc, jjlus ou moins densément tachés de gris et de 
l)run foncé. 

Estival et de passage dans 1(îs régions sèches et surtout accidentées de France. 
— Centre et S. de l'Europe; Asie centrale; N. de l'Afrique; descendant plus ou 
moins l'hiver dans des régions plus méridionales. 



S. O.CUnSOR/ENS 
F. GLAREOLIDAE 

Bec à base molle et large, comprimé en avant, à arête assez saillante, à mandib. 
sup. un peu crochue à la pointe, profondément fendu, à angle mentonnier médian 
et assez accusé. Fosse nasale large, envahie jusqu'à la narine par les plumes 
frontales. Jambe nue sur un petit espace. Tarse scutellé devant et derrière. Pouce 
surmonté, ne touchant terre que par le bout. Doigts assez grêles, peu bordés, un 
peu reliés à la base par une taible palmure. Ongles assez longs, arqués et 
comprimés. Aile suraiguë, très longue et étroite,' à cubitales assez courtes. Queue 
très fourchue, de 12 rect. Cou assez court. OEil assez gros. Oiseaux de taille 
moyenne. Sexes semblables et jeune peu différent des adultes. Un poussin, 
nidifuge. 

Nul très rudimentaire dans une petite dépression du sol, — Œufs : peu nom- 
breux, d'un ovale court, bien colorés et tachetés. 

Régime insectivore et vermivore. Oiseaux subaquatiques, surtout halophiles, 
udgrateurs, sociables. 



G. GLAREOLA Briss. ; Glaréole. 

Bec un peu moindre de moitié du tarse, léger, plus large que haut à la base, 
tendu jusque sous le bord de l'œil. Jambe nue sur le (juart distal environ. Tarse 
[)lus long que le médian armé. Celui-ci à ongle de beaucoup le plus grand, pectine 
au bord int. Aile dépassant un peu les rect. ext., à cubitales ne dépassant guère 
la 7^ rém. prim. Rect. ext. doubles à peu près des médianes. Plumage de l'adulte 
non tacheté. 

G. pratincola (L.j [G. torquala Mey. etW.j; Glaréole pratincole. L: 26,5 
à -Jj',; A: 19,4 à -JO; Q: 11 à 11, G (93 p. 57); T : 3,1 à 3,3 ; B : 1,0 à 1,8, Bec 



318 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

noir à base roug-e ou rougeâtre (94 p. 57), patte et iris brun roux. — cf Ç. 
Face sup., sus-alaix'es et cubitales gris brun un peu roussàtre à la nuque, 
avec les sus-caudales blanches. Gorge roux jaunâtre clair encadrée d'une 
ligne noire frangée de blanc. Bas du cou et poitrine gris brunâtre passant 
au roussàtre à l'abdomen, le reste de la face inf. blanc. Lorum brun gris. 
Rém. prim. noirâtres, la première à rachis blanc, les rém. second, à bout 
blanc. Sous-alaires marron vif. Rect. médianes noirâtres, les autres blanches 
à la base, noirâtres à la partie distale. En automne les teintes un peu plus 
foncées, — /. Face sup. gris brun clair à taches brunes et ondulations 
blanchâtres. Gorge roussàtre tachée de brun, à bordure noii-e irrégulière. 
Plumes de la poitrine à bordure jaunâtre. Ventre et sous-caudales souvent 
tachés de brun. — P. Bec noirâtre, patte brun roussàtre. Face sup. grise, 
lavée de roussàtre à la tète et à l'aile, tachée de noir au vertex et au dos. 
Joue, côté du cou, poitrine et dessous de l'aile nankin pâle, reste de la face 
inf. blanc. 

Nid de quelques herbes sèches, dans une petite dépression du sol. — Œufs : 2 
à 4, d'un ovale court. Gd : 30 à 32; Pd : 23 à 25. Houx jaunâtie, grisâlies ou 
verdâtres, tachés de brun, de gris, de noir. 

Estivale dans la région méditerranéenne, accid. dans le reste de la France. — 
S. de l'Europe; Centre de l'Asie; N. de l'Afrique; descendant l'iiiver vers le S. 
de ces derniers continents. 



F. CURSORIIDAE 

Bec un peu arqué, un peu moins long que la tête, léger, déprimé à la base qui 
est molle, à arête un peu élevée en avant des narines, fendu presque jusqu'au 
niveau de l'œil, la mandib. sup. dépassant un peu l'inf. qui a un angle mentonnier 
peu accusé. Jambe longue, nue sur environ sa moitié distale, scutellée ainsi que 
le devant du tarse Doigts ant. léger, bordés, l'ext. plus long que Tint. Pouce 
nul. Aile suraiguë et effilée, à cubitales moyennes. Queue courte, carrée à 12 à 
14 rect. Oiseaux de taille moyenne. Sexes semblables, jeune assez ditïérent des 
adultes. Un poussin, nidifuge. 

Nid très rudimentaire dans une petite dépression du sol. — Œufs peu nombreux, 
d'un ovale assez court ou léger, piriformes, bien colorés et tachetés. 

Régime insectivore et \ei'uiivore. Oiseaux terrestres, xéropliiles, sédentaires et 
erratiques. 



G. CURSORIUS I.AiH.; Coui-cite. 

Doigt ext. léger, relié au médian par uiil- Liible paliuuie basale, Tint, à peu près 
libre, environ 2/3 du médian dont lOuf^lc ui'llenuMit le plus fort est pectine au 
bord int. Aile atteignant au moins le bout de la cpieue et à cubitales n'atteignant 
pas les 4 ou 5 premières rém. 



FAUNE DE FRANCE. 



319 



C. gallicus (Gmel.j [Chcuadiius corrira Bonnat., Cursorius isabellinus 
Mev. et W.] ; Courvite isahelle. L : -23,5 à "26 ; A : 15,4 à 16 ; Q : 6,1 à 7 ; 
T: 5,6 à 6 ; B: 2,3 à 2,5. Bec uoiràlre (8 p. 13), patte jaune grisâtre clair 
(7 p. 43), iris noisetle. — cf 9- Plumage roux isabelle avec le front et le 
verlex plus clairs, roccipul gris bleu limité à la nuque par un peu de noir. 
Bande sourcilière blanche allant border en arrière le noir de la nuque et 
elle-même bordée en bas depuis l'œil par une lig-ne noire. Gorge blanchâtre, 
région anale et sous-caudales blanches. Rém. prim. noires, les second, 
à bout noir et pointe blanche. Hect. lat. à bande subterminale noire et 
bout blanc. — J. Face sup. plus claire que les ad. avec de petites taches 
brunes, la l'ace inf. encore plus claii^e avec quelques taches sur lès joues 
et le haut de la poitrine. La bande postoculaire blanche et noire remplacée 
par une ligne claire. Grandes rém. noirâtres à bout roussâtre. — P. Bec et 
patte gi'isâtres. Couvert d'un duvet fauve à la face sup., blanchâtre à la face 
inf. 

Nid simple pelile dépression du sol, dans un endroit aride. — Œufs ; 3 à 4, 
ovale court, ou léger, pirii'ornies. Gd : 36 à 38 ; Pd : 27 à 29. Gris verdâtre, gris 
jaunâtre ou fauves, tachés de gris et de brun, souvent surtout vers le gros bout. 

Accid. en France, rencontré surtout dans le S. — N. de l'Afrique ; W. de l'Asie, 
accident, dans le S. de l'Europe. 



S. 0. CHARADRIËNS 
F. CHARADRIIDAE 

Bec de forme et de long, très variables, mais jamais très court ni très robuste, 
presque toujours à base molle, corné en avant, à narines découvertes, lat. et dans 
des fosses nasales le plus souvent allongées et prolongées en un étroit sillon. 
Jambe plus ou moins longue et dénudée dans la partie distale, très exceptionn. 
entier, emplumée. Tarse aussi de long, très variable, jamais très robuste ni 
beaucoup plus court que le médian armé, réticulé ou scutellé. Doigts ant. jamais 
très longs, libres, ou souvent un peu palmés à la base, l'ext. principalement, 
quelquefois élargis par des membranes lat. à bords libres et festonnés. Pouce 
petit ou nul, inséré au dessus des doigts ant., ne portant par suite sur le sol que 
dans la partie distale. Aile longue, général, suraiguë, souvent pourvue d'une 
surrémige et s'avauçant plus ou moins loin sur la queue. Celle-ci courte, assez 
rarement à plus de 12 recl., presque toujours carrée, arrondie ou conique. 
Oiseaux de taille moyonnc ou petite, exceptionn. assez grande. Sexes général, 
semblables, mais souvent un plumage de noce. Jeune fréquemment différent des 
adultes. Un poussin, nidifuge. 



320 



FAUNE DE FRANCE. 



Nid grossier ou nul, toujours à terre. — Œufs peu nombreux, relativ. gros, 
plus ou moins piriformes, toujours colorés et bien tachés. 

Régime vermivore, insectivore. Oiseaux aquatiques ou rarement terrestres, 
incapables de se percher. Migrateurs, rarement sédentaires, en général sociables. 



TABLEAUX DES ESPECES 

i. Patte à 3 doig-ts, tous dirigés en iivaiit 2 

— Patte à 4 doigts dont 3 anl .g 

2. Tarse 3 fois environ plus long que le médian armé, réticulé 

(3 p. 43). Jambe très longue, au 3/4 dénudée. Palmure nette à la 
base des doigts. Bec droit, sensibl. plus long que la tète (4 p. 43i 
Hiinantopus hininntopus (p. 351) 

— Tarse au max. d"I/4 plus long que le médian armé. Bec drf)it, 

variable .V 

3. Bec beaucoup plus long que la tête, très comprimé en a\ant, un 

peu étranglé au milieu et tronqué en avant, de plus de 5 cent, de 
long, (352). Tarse réticulé. Doigts épais el courts, avec une 
petite palmure basale (353j . . . Hxmatopiis oslralegus (p. 358) 

— Bec plus court que la tète, de moins de 3,5 cent, de long .... 4 

4. Tarse scutellé. Doigts entier, libres, les lat. à peu près égaux (354). 

Bec plus long que le tarse (355). Aile n'atteignant pas l'extrémité 

de la queue Culidris leitcopluea (p. 339) 

— Tarse plus ou moins tinement réticulé. Doigt ext. relié au médian 

par une petite mendjane basale et plus long que Tint. (356). Bec 
moins long que le tarse, à base molle. Aile atteignant l'extrémité 
de la queue [G. Charadrius] 5 

5. Face sup. foncée, très tachetée de clair. Bec égal à l'ext. nu i357). 

Tarse dT/5 plus long que le médian armé. Patte plus ou moins 
noirâtre. Queue quasi carrée . . Charadrius npiica/iu.s [p. ^53) 

— Face sup. peu ou pas tachetée et jamais de clair sur foiu'é. Queue 

plus ou moins arrondie G 

6. Aile au dessus de 15 cent, de long-. Jamais de collier blanc com- 

plet. Tarse d'1/4 environ plus long que le médian armé. Patte 
plus ou moins jaune verdàtre. Bec au plus égal à la moitié du 
tarse (358j Charadrius niorinellus (p. 354) 

— Aile an dessous de 15 cent, de long. Toujours un collier blanc 

complet 7 

7. Bec bicolore au moins chez ladulle. Patte plus ou moins jaune. Le 

blanc de la gorge et de la poitrine séparés par une bande foncée. . 8 

— Bec unicolore à tout âge. Palte noire ou noirâtre. Le blanc de la 

gorge et de la poitrine en continuité sur le devant 

Charadrius aie. Kindrinus ip.355) 



FAINF I)K IKANCE. OISI-AIK 



321 




Figures 352 à 363. — 3u2, Hxmalopus o!;tralegus, tèle; 353, id., paltc; 354, Calidr.s 
îeuco/ihaeti, palle; 355, id., tête; 35G, (^haradi-ius apricaruis, patte; 357, id., 
tète; 358, Charatrius mofine//ii^, tête ; 359, Charadriufi kidticnUi, tète; 360, 
Recurcirofitra avocetla, patte; 301, /-'kaldropua fulicarius, bec; 362, Phalaropus 
lolxiltis, bec; 363, Ndineniiix (l'-qnaliit, tète. 



8. Bec léger, retroussé, ordiii. un peu plus court que le doigt int. 

armé, à inandib. sup. bicolore (359 ;. Aile d'au moins 12,5 cent, de 

long, avec au min. les 5 premières rém. à rachis blanc en partie. 

. . Charadi-in.s hutliculn (p. 354) 

— Rec droit, nu moins égal au doigt int. armé, à mandib. sup. entier. 

noire. Aile de moins de 12 cent, de Ion"', à l"^'rém. seule à rachis 



322 



TAINK Di: FRANCE. 




FiGi TRES 364 à 374. — 3G4, Numenius phœopus, lête ; 365, IVumenius arc/ iia (us, patie; 
366, .Vumenius (enuiroxtrù, lèle ; 367, Scolopax fusticola, patte; 368, Macroi'- 
hanip/ius griseus, tète; 369, (Hillinago yallinago, tête; 370, Limnocryptes galli- 
nula, lèle; 371, Sqaatarola s(jualarola, palle; 372, id., tête; 373, Limosa lap- 
ponira, tête; 374. Vlii'thmia gregaria, tête. 



blanc en partie Chdiualrius dnbius (p. 3j.5) 

.9. Doigis ant. bien palmés, le lart^e réliculé double du doigt médian 
(360). Bec mince, pointu, llexible, bien retroussé vers le haut, de 
plus de 7 cent, de long-. (114 p. 01) RecuivirosLra avocetld (p. 352) 
— Doigts ant. élargis par des membranes à bords libres et festonnés 



FAINF DK KKANCE. OISKAIV 



323 



(106 p. 59), à tarse de lony. peu diU'érente de celle du médian 
armé. Bec droit de moins de 3 cent, de long, à peu près égal à la 
tèieiiOl li. 59) \G. P/in /a ropufi] 10 

— Doigts libres ou l'aiblemcnl nuis à la base par une palmure courte, 

réunissant raremenl le I ;> proximal des doigts, sans membrane 

lat. à bords libres Il 

10. Bec déprimé, un peu dilaté en avant (361)] Tarse à peu près égal 

au médian armé. Queue à peu près égale à la moitié de la Kmg. de 

l'aile, celle-ci de plus de l^ cent, de long 

Phtihi rojxis /(///■■(i/iii.s (p. 329) 

— Bec mince et pointu (362). Tarse un peu plus court que le médian 

armé. Queue un peu moindre de moitié de la long, de l'aile, celle- 
ci inf. à 12 cent, en long PJialaropus loba/i/s (p. 330) 

11. Bec fortement incurvé vers le bas, au moins de long, double de 

celle de la tête et de plus de 5 cent. (363, 364). Tars^e en grande 
partie scutellé devant, de 2/5 au moins plus long que le médian 
armé (365). Doigts ant. un peu reliés à la base par une petite pal- 
mure. [G. Numenius] • l'J 

— Bec noii incurvé vers le bas ou s'il lest un peu, inf. à 4 cent, de 

long i4 

12. Aile autour de 30 cent, de long. Tarse au dessus de 7 cent, de long. 

Bec assez robuste de près de 3 fois la long, de la tête (363). 
Jambe nue sur près de moitié de sa long. Nuniaiiins arqualus (p. 349) 

— Aile sensibl. au dessous de 30 cent, de long. Bec au max. double de 

la k)ng. de la tète. Jambe nue sur moins de sa moitié dislale. . . l'.i 

13. Bec au moins 1 fois 1 /2 la long, du tarse, assez robuste (364,. Médian 

armé à peu près 2 3 de la long, du tarse. Dessus de la tète avec un 
large espace brun foncé, coupé longitud. au milieu par une étroite 
ligne claire Nuinciiiiis piehopu.s (p. 350) 

— - Bec au plus 1 fois 1/3 la long, du tarse, grèie ^366j. Médian armé 
environ 3/5 de la long, du tarse. Dessus de la tête uniformément 
coloré et taché de brun .... Nuinenius lenuiiosliis (p. 350) 

l'i. Bas de la jambe entier, emplumé (367), tarse inf. en long, au 
médian armé, scutellé devant. Bec droit environ double de long. 
de la lête (42 p. 49). Aile atteignanl au plus les 2 3 de la queue. 
Scolopa.v i-iislicola (p. 330) 

— Bas de la jambe toujours dénudé sur une long, variable 15 

15. Tète ornée d'une forte huppe de plumes effilées et retroussées, plus 

longue que le bec qui est droit et environ moitié du tarse en long. 
(91 p. 55) Celui-ci d'I '4 plus long que le médian armé (90 p. 55:. 
Aile atteignant le bout de la queue avec un tubercule numsse au 
poignet Vdiielhis {'aiipllus (p. 356) 

— Tête jamais ornée d'une huppe de plumes eflilées et retroussées . . 10 



324 FAINE UE IRANCE. OISEAUX 

10. Bec droit, bien plus long- que la tète et nettement plus que la partie 

nue de la patte (tarse et jambe) H 

— Bec variable, mais toujours plus court que la partie nue de la 

patte (tarse et jambe) 20 

il. Doigts ant. à peu près libres en entier. Tarse un peu plus court 
que le médian armé. Jambe nue sur 1 4 au plus. Aile n'atteignant 
pas l'extrémité de la queue i6' 

— Doigt médian relié à la base aux lat. par une petite palmure nette- 

ment plus développée au doigt ext. Tarse un peu plus long que le 
médian armé. Jambe nue dans la moitié distale. Aile dépassant 
l'extrémité de la queue. Bec près du double de la. tète en long. 
(368) Macroihaniphus griseus (p. 347) 

18. Aile de plus de Vl cent, de long. Tarse d'au moins 3 cent, de long. 

Une raie claire longit. au milieu de la tête ;369) Uueue arron- 
die, normal, de 14 à 16 rect. [G. Galli.nago\ Vé 

— Aile de moins de 1"2 cent, de long. Tarse de moins de '2,.') cent, de 

long. Une bande longit. foncée au milieu de la lèle et bec im peu 
moindre du double du tarse (370). CJueue conique à \'l rect., les 

médianes dépassant nettement les autres 

Lin/tiicri/j>h's g/iZ/i/uitt/ {p.'33ii\ 

19. Bec de moins de 6,5 cent, de long., inf. au double du tarse. Aile de 

plus de 13,0 cent, de long Gullinago tiierlid ip.331) 

— Bec d'au moins 6,5 cent, de long., au moins égal au double du 

tarse. Aile de moins de 13,5 de long . Gallinago gdlli/iogo (p. 332) 

20. Pouce rudimentaire et tarse finement réticulé devant (374;, d'un 

quart plus long que le médian armé qui est relié à Tint, par une 
petite palmure basale. Bec droit, plus court que la tète à angle 
mentonnier assez accusé (372). . Sqndluioln squaUiroln (p. 352) 

— Pouce jamais rudimentaire, tarse presque toujours scutellé devant . '21 

21. Bec d'au moins "i cent, de long., au moins le double de la tète en 

long. (92 p. 55). Jambe nue au min. sur près de sa moitié distale. 
Tarse d'au moins 1 4 plus long que le médian armé [G. Li/no.sa] . 22 

— Bec toujours sensibl. inl". à 7 cent, de long 23 

22. Bec quasi droit, souvent d'I /4 plus long que le tarse (92 p. 55). 

Tarse sensibl. au dessus de 6 cent, de long. Ongle du médian 
allongé, presque droit, fortement denticulé. Queue noire. 
Croupion blanc Limosa limosa (p. 348) 

— Bec nettement retroussé, de moins d'I 4 plus long que le tarse 

(373). Tarse sensibl. inf. à 6 cent, de long. Ongle du médian net- 
tement arqué, non denticulé. Croupion blanc et noir 

, Limosa lapponica (p. 349) 

23. BeG assez mince, droit, au plus moitié du tarse et presque égal à 

la^éte en long. (374). Tarse très long mais variable, irrégulièr. 



FAINE DE FRANCE. OISEAr\: 



325 




Figures 375 à 384. — 37o, Terekia rinerea, tète; 376, Tringa tri/thropiif;, patte; 
377, Erolia a/pina, patte; 378, Tri/iga hypoleucus, patte; 379, id., tète; 380, 
Machetex piH/nax çf rupt., tète; 381, Trinç/a tolauus. queue; 382, Tringa nebu- 
lariKs, tête; 383, Tringa totanus, tête; 384, Tringa ochrophus, tête. 



scutellé devant. Joinhe nue sur environ sa moitié disiale. Aile 
dépassant l'extréniilé de la queue, r. poignet armé d'un tubercule 

dur [G. CItillusia\ 2'i 

Bec toujours sensibl. plus de moitié du tarse en long 25 

Tarse moins du double du médian armé. Aile autour de 20 cent, en 
long-; Queue barrée de noir. Vertex et un trait sur l'œil noirs 
(374) Chettusia gregaria ('p.357) 



326 



FAINE DE FRANCE. 



— Tarse double du médian armé. Aile autour de 17 cent, en long. 

Queue entier, blanche. \>rtex brun clair et pas de trait noir sur 

l'œil Chclltisia lenrunt i p. 357) 

25. \}ïiQ palmure basale nette entre le médian et chacun des doigts lat. 
Bec environ de long, double de la lèle et du tarse, nettement 
retroussé (375). Tarse plus long que le médian armé. J 'inbe nue 
sur la moitié distale Terckia cinerea (p. 341) 

— Une palmure basale nette entre les doigts médian et e\t. seulement 

(3761 . . ?^ 

— Pas de palmure basale nette entre les doigts ant. (377 .3.9 

20. Tarse à peu près égal au médian armé et au bec (378 . Celui-ci 

droit, à peine plus long que la tète 379). Aile de moins de 
12 cent, de long., n'atteignant pas l'extrémité de la queue. 
Jambe nue au plus sur le tiers distal. Sus-caudales gris brun oli- 
vâtre ... . Tringa hyppleucus (p. 346) 

— Tarse nettement plus long que le médian armé. Aile atteignant au 

moins l'extrémité de la queue. Général, jandje nue sur au moins 

la moitié distale 27 

27. Bec droit, à peu près de la long, de la tête et de la cominissui'e à 

l'apex à peu près égal au médian armé (380i. Kxt. un peu plus 
grand que l'ijit. Queue subarrondie . . Macheles jjagnn.v p. 340) 

— Bec de la commissure à la pointe sensibl. plus long que le médian 

armé, plus ou moins droit ou un peu retroussé. Queue à rect. 
médianes dépassant général, un peu les autres (381). Sus-cau- 
dales toujours plus ou moins blanches 28 

28. Bec nettement retroussé, noirâtre (382). Aile d'au moins 18 cent. 

de long. Tarse de 5,4 cent, de long, min., verdâtre comme le 
reste de la patte. Manteau à taches longit. allongées .... 
Tringa nebalai iiis (p. 344) 

— Bec sensibl. droit ou très faiblement retroussé ou arqué. Aile tou- 

jours inf. à 18 cent, de long. Manteau à taches transvers, allongées 29 

29. Aile d'au moins 15,5 cent, de long. Tarse d'au moins 5,5 cent, de 

long., rouge comme le l'este de la patte (376). Bec noir à base 
rougeâtre à peu près de la long, du tarse. Tringa eri/lliropus (p. 342) 

— Aile d'au plus 15,5 cent, de long. Tarse d'au plus 5 cent, de long. . 30 

30. Aile d'au moins 14,5 cent, de long. Bec droit, nettement plus court 

que le tarse, noirâtre à base rougeâtre (383^. Tarse à peu près 
d'1/3 plus long que le médian armé, rouge comme le reste de la 
patte Tringa tolanas {\).\^i'^^] 

— Aile de moins de 14,5 cent, de long 3i 

31 . Tarse de plus de 4,5 cent, de long, nettement plus long que le bec 

et 2/5 environ plus long que le médian armé. Bec droit et noir, 
patte olivâtre foncé 7^ringa stagnalis (p.SAS) 



FAINE UE l-RANCi:. 



327 







Figures 385 à 394. — 383, Tringn {/Lareola, rect. méd. ; 386, Triiuja ochrophns, rect. 
méd.; 387, i >-fiirir/a iiilpr/»'es. têle; 388, Lim/cola plati/i-hi/ncha, tète et bec; 
389, Ciiiiiiiiis ciiiiiiitf;, queue; 390, id., tête; 391, Erolia fetv^uf/inea, tête; 392, 
Ero/ia alpinn, tète; 393, EroLia temmincki, queue; 394, Scolopax rusticola, 
1'"'' ré m. 



— Tar.-e d'environ 4 cent, de long. Bec plus ou moins noir. Patte 

verdàtre 32 

'.l'>. Bec droit, de près d'i/4 plus court que le tarse. Aile de moins de 
13 cent, de long., à rachis de la [)remière réni. blanc. Rect. avec 
au moins 8 bandes transv. brunes ^385). . Tringa glaveola (p. 345) 



328 FALNE DE FRANCE. OISEAIX 

— Bec très faililpiiient iirqué, léger, plus lon^^ que le tarse (384). Aile 

de plus (le 13 ceul. de long., à rachis de l.i première rém. noirâtre. 
Rect. avec i ou j larges bandes transv. noirâtres !386i . 

Trifioa oc/i/ ophus {p.Sib) 

33. Bec léger, retroussé, plus court que li kic et le tarse, comprimé, 
à apex pointu iSS?!. Tarse à peu près égal au médian armé. Jambe 
nue sur au moins 1/5. Aile suraig-uë dépassant un peu Textrémité 
de la queue A/e/iai/a interpre.s \^.'ib^ 

— Bec droit ou léger, fléchi, à apex mousse 3'i 

3'i. Bec assez, gros, d'I /3 environ plus long que le tarse, à mandil). sup. 

aplatie sur presque toute la long., à menton nu, à myxa au 1/4 
ant. 388). Tarse à peu près de la long, du médian armé. Jambe 
nue sur au moins le l/idistal. . [Jiiiicohi pldti/rhi/iichd (p. 334). 

— Bec assez grêle, à mandib. sup. seulement un peu aplatie ;i l'extré- 

mité, à myxa au delà de la première moitié du bec 3o 

35. Aile au dessus de 15 cent, de long. Bec droit, un peu plus long 

que le tarse (390;, celui-ci plus long que le médian armé. Jambe 
nue sui- environ le 1/3 distal. Queue quasi carré 389;. 

ddiiutus ennui us p. 339) 

— Aile de moins de 14 cent, de long. Queue à rect. médianes débor- 

dant plus ou moins les lat. [G. Eioliti] 36 

36. Aile toujours au dessus de 10 cent, de long. Bec sup. à '2 cent. . . 31 

— Aile toujours au dessous de 10 cent, de long. Bec inf. à 2 cent., tou- 

jours plus court que la tête et au plus égal au tarse '!<) 

31. Bec droit, mince, environ 2/3 du tarse en long., celui-ci sensibl. 

plus long que le médian armé. Jambe nue sur environ la moitié 

distale. Queue conique, un peu étagée. Emlia ,siib/-u/ic()//is (p. '.i38) 
Bec au moins aussi long que le tarse. Jand;)e dénudée sur le 1/3 

distal au plus 38 

38. Bec droit, nettement plus long que le tarse. Celui-ci plus court que 

le médian armé. Patte jaune. Jambe nue sur le cinquième distal 

au plus. Queue subconique E/oIia ma/ iti/nd {p. 331) 

— Bec toujours plus ou moins arqué. Tarse au moins égal au médian 

armé, patte noire ou noirâtre. Jandoe nue sur au moins le quart 
distal 39 

39. Bec nettement arqué, d'environ 1/4 plus long que le tarse 391). 

Celui-ci plus long que le médian armé. Aile de plus de 12,5 cent. 

de long, menton en partie dénudé . . E/olia. fer/u^i/œa (p. 335) 

— Bec très faiblement arqué, au max. d'un cinquième plus long que 

le tarse (392), celui-ci égal au médian armé. Aile d'au plus 12 

cent, de long E/olia alpiiid (p. 336i 

hO. Bec droit, plus court que le tarse, celui-ci plus long que le médian 
armé. Jambe dénudée sur plus du tiers dislal. Queue léger, bi- 
échancrée Erolia miiuUa ^p. 334) 



FALNE DE FRANCE. 



3-29 



Bec très léger, arqué, au plus de la long, du larse, celui-ci au plus 
de la long', du médian armé. Jambe dénudée au max. sur le ciuarl 
distal. Queue subcarrée à recl. médianes nettement prolongées 
(393) E/ofiti /e/nmincki (jp.'Mio) 



G. PHALAROPUS Bmss. ; Phalurope. 

Bec comprimé en arrière, à narines peu avancées, demi-operculées, dans des 
sillons lat. s'avançant jusque vers le bout du bec. Jambe nue sur un petit espace 
distal. Tarse comprimé latér. Pouce pinné. Aile suraiguë atteignant à peu près le 
bout de la queue, à cubitales ne couvrant pas les premières rém. Queue subconique 
à 12 rect. Un plumage de noce. Q un peu plus grande que le cf • 

Ph. fillicariiîS i L. i \Ph. lu/esceits Briss., Ph. platijrhynchus Temm., 
Cri/niophilits rufiis Vieill.J ; Fhalarope dentelé, Phalarope platyrhynque. 
L : 20 n l>!2,5 ; A : 12.3 à 13.3; Q : 6 à 7; T : 2,1 à 2,15 ; B : 2,15 à 2,5. 
Bec jaune à pointe noire ou brune (ad. rupt.j, (3611, patte jaune verdàtre 
(ad. rupl.\ iris brun foncé. — cf 9 l'L'pt. tace sup. et scapulaires noirs, le 
bonnet lavé de brunâtre, les plumes du manteau largement bordées de roux 
jaunâtres, les sus-caudales rousses marquées de brun ou de noirâtre et chez 
la 9 souvent une partie de la nuque rousse. Lorum et gorge noirs ou noi- 
râtres, reste de la face inf. roux rougeâtre à légers reflets bleuâtres. Tne 
large tache blanche sur Toeil et l'oreille. Rém. prim. noires à rachis blanc. 
Sus-alaires noirâtres, les grandes bordées de blanc. Rect. médianesnoirâtres, 
les lat. brun cendré. — cf 9 automne. Tète blanche avec occiput, nuque, 
derrière du cou, tour de l'ceil et oreilles noirâtres. Reste de la face sup. et 
scapulaires cendré bleu, les sus-caudales gris noii'âtre varié de blanc. Face 
inf. blanche, lavée de gris à la poitrine. Aile noirâtre, les sus-alaires, et les 
cubitales, plus ou moins bordées de blanc. Rect. brun cendré, les médianes 
plus foncées et liserées de roussâtre. — /. Front, coté du cou et face inf. 
blancs. Calotte et tour de l'œil noirs. Reste de la face sup. brun cendré, les 
plumes bordées de roux jaunâtre. Aile noirâtre, le bas des grandes sus- 
alaires et un tin liseré aux rém. blancs. Rect. médianes bordées de roussâtre. 
— P. Bec et patte brun verdàtre. Tête rousse avec le bonnet, le lorum et 
l'oreille noirâtres. Trois raies longit. noirâtres et quati^e blanches sur le dos. 
Croupion, face inf., aile et cuisse roux varié de noir, avec gorge et devant du 
cou roussâtres. 

Nid grossier de débris végétaux, à lerre entre les herbes. — Œufs : 4, piri- 
formes. Gd : 30 à 34; Pd : 22 à 25. Roux olivâtre, brun roux clair, fortement 
tachés de brun, de noirâtre et de gris, les taches souvent plus denses autour du 
gros bout. 

De passage irrégul. en France, surtout sur les côtes N. etW., bien plus rarement 
dans l'intérieur des terres. — Régions arctiques, descendant l'hiver jusqu'à la 
Méditerranée, l'Inde, la Chine, la Nouvelle-Zélande, le Chili. 



330 



FAINE DK FRANCE. 



P. lobatus L.) [Tiiii<;(t hijperborcti J.., Ph(il(ir()j>us fusciis et Ph. 
cinereus Bris.s.] ; Phalarope lobé, Lobipède hyperboi'é. L : 17 à 19; A : \{),'l 
à 11,5 ; Q : 4,8 à 5,2 ; T : 1,8 à 2 ; B : 2 à 2,"^2. Bec noir 362), palle brun 
verdâlre, iris brun. — (^ (^ rupl. Face sup. cl côté de la tête gris brun, avec 
les plumes du uianleau lai-gement bordées de roux et les sous-caudales brun 
noirâtre. Gorge et haut du cou blancs, un large collier roux vif sur le bas 
et le coté du cou. Haut et côté de la poitrine gris brun, reste de la face inf. 
blanc, avec le ventre, le flanc et les sous-caudales largement tachés de gris 
brunâtre. Aile et queue brim noirâtre, le rachis des grandes rém., le bout des 
grandes sus-alaires et le bord des rect. lat, blancs. — (j^ Ç automne. Front 
blanc. Face sup. gris brunâtre, avec le centre des plumes noirâtre. Coté du 
cou et face inf. blancs avec le côté de la poitrine gris et le ventre un peu lavé 
de rose. Une l)ande gris foncé derrière l'œil. Sus-alaires bordées de blan- 
châtre. — /. Front blanc, reste de la face sup. et une tache post-oculaire 
brun noirâtre, les plumes du manteau et les cubitales largement bordées de 
roussâtre. Sourcil et face inf. blancs, le côté de la poitrine lavé de gris brun. 
Aile comme le dos, avec les sus-alaires plus ou moins bordées de blanchâtre. 
Rect. médianes brunes, les lat. gris brun liserées de blanchâtre. — P. Bec 
brun à base jaunâtre, patte jaune ^■erdâtre, reste à peu près comme celui de 
l'espèce précédente. 

Nidification très semjjlaljle à celle du précédent. — Œufs : 4, piriformes. Gd : 
27 à 30; Pd : 20 à 21. Roux olivâtre, olivâtre clair, tachés et ponctués de brun 
foncé, de noirâtre, général, plus densément vers le gros bout. 

De passage irrégulier en France, surtout sur les côtes N. et W. - tJégions arc- 
tiques ; remontant moins haut que le précédent, descendant l'iiiver jusqu'au N. 
de l'Afrique, l'Inde, la Malaisie et le Guatemala. 



G. SCOLOPAX L. ; Bécasse. 

Bec un peu dilaté à Texti-émitéqui est criblée de petites fossettes verslebout de 
la mandib. sup. Tarse réticulé derrière. Ongle du pouce petit, ne dépassant guère 
le doigt. Cubitales ne couvrant général, pas entier, les cinq ou six premières rém. 
Queue courte, subarrondie, normal, à 12 rect. Tète large à œil très haut et reculé. 
Pas de plumage de noce net. Les 2 sexes et le jeune presque identiques. Oiseaux 
terrestres, crépusculaires, non sociables. 

S. ruslicola L. [liu.sticoht v/i/on/is \'ieili,., /?. europtieus Less.j ; Bécasse 
commune. L : 33,5 à 42 ; A : 18,5 à 21 ; Q : 8,2 à 9,5; T : 3,2 à 3,7; B : 7 à 
8,5. Bec brun à pointe plus foncée (42 p. 49), patte d'un brun rose, jaunâtre 
ou grisâtre (367), iris brun foncé. — 0*9- bonnet gris varié de brun et de 
roussâtre en avant puis avec de larges bandes transv. noir brun, séparées de 
roussâtre. Le reste de la face sup-. varié de l)nni, de roux, de jaunâtre et tle 
gris, avec des taches irrégulières noii'es, devenant plus rousses au croupion 



FALNE DE FRANCE. 



:};}i 



et aux sus-caudales, (lorge blancliàtre, reste de la l'ace inf. roussâlre marqué 
de grisâtre et de blanchâtre et rayé transvers, de brun noirâtre, les sous-cau- 
dales terminées de blanc. Côté de la poitrine avec souvent quelques larges 
taches rousses ou brunes. Lorum brun noir. Rém. brun noir liserées extér. 
de roussâtreel tachées de roux, le liseré dentelé sauf celui de la première rém. 
(394). Sus-alaires terminées de grisâtre ou de rous!»àlre. Hect. noires à bout 
blanc cendré et rayées extér. de roux. La 9 souvent un peu i)lus grosse que 
le cf. — J . Seulement à palle plus pâle, à teintes plus ternes, la première 
rém. à liseré ext. roussâtre dentelé comme celui des autres rém. prim. et 
non en ligne continue (394). — P. Bec brun à base claire, patte rosaire. 
Couvert d'un duvet roussâtre, plus blanchâtre à la gorge, plus foncé à la poi- 
trine avec du brun marron en une large tache sur la tête, de plus petites sur 
son côté, au bas du cou, à l'aile et à la cuisse et en 3 bandes longit. sur le 
dos. 

iV/c/rudimentaire de quelques feuilles et de mousse, dans une petite dépression 
du sol, sous des broussailles. — Œufs : 3 ou 4, ovoïconiques ou piriformes. Gd : 
42 à 45 ; Pd : 30 à 33. Roussâlres, brun jaunâtre clair, lâchés de gris lilacé et de 
brun, souvent jilus densément vers le gros boni. 

Dans les bois et les bosquets, sédentaire ou estivale, quelquefois hivernale, sur- 
tout de passage, dans toute la France. — Europe et Asie, du 66" lai. N. à laMédi- 
teiTanée, aux Canaries et à Madère, descendant l'hiver jusqu'au N. de l'Afrique, 
l'Inde, la Chine et le Japon; accident, dans le N.-E. de l'Amérique. 

Remnrqne : La Bécasse varie sensibl. comme taille et comme plumage. Certains 
auteurs distinguent sous le nom de Scolopax major Leach, Cocarde, Grosse l'ouge, 
une Bécasse plus grosse, à patte rougeâtre, à Ions roux dominant, d'une Bécasse 
plus petite, à patte gris bleuâtre, à tons i)lus ou moins gris [Scolopax sylvestris 
Macgill., s. pmelorum Brehm, Nordetle, ■Marlinelte), formes dont la valeur taxo- 
nomique n'est pas définie et entre lesquelles d'ailleurs on trouve tous les intermé- 
diaires. 



G. GALLINAGO Leach; Bémxsine. 

Bec assez dilaté à l'extrémité, rugueux. Tarse scutellé devant et plus ou moins 
régulier, derrière. Ongle du pouce dépassant nettement le doigt. Cubitales cou- 
vrant plus ou moins les grandes rém. Les 2 sexes et le jeune presque identiques. 
Pas de plumage de noce net. Oiseaux paludicoles. 

G. média (Latu.) [Sco/opa.r //i(ij\>r Gmva..]; Bécassine double. L : 27 à 29; 
A : 13,i à 14,4 ; Q : .5,0 à 6,2 ; T : 3,4 à 3.6 ; B : 5,6 à 6,5. Bec brun à base 
l'ougeâtre, patte gris verdâtre, iris brun foncé. — cf 9- Bonnet roussâtre 
clair avec 2 larges bandes longit. brun noir un peu tachées de roux, reste de 
la face sup. noir ou noir brun, les plumes tachées ou bordées de roux clair, 
surtout derrière le cou et les sus-caudales. Le cou, le haut de la poitrine et 



332 FAINE DE FRANCE. OISEAIX 

les snu3-cauflales roussâlre pâle tachetés de brun, la poitrine et le ventre 
blanchâtres tachés ou barrés de noirâtre. Loruni noir brun. Joue rdussâtre 
tachetée de brun. Rém. prim. brun noir, la première à rachis blanc. Sus- 
alaires noir brunâtre à bout blanc, les sup. marquées de roussâtre. 2 ou 3 
paires de rect. médianes noires, ensuite rousses avec des bandes noirâtres et 
la bordure blanchâtre, les lat. en grande partie blanches. En automne, les 
teintes plus ternes, la face inf. plus roussâtre et plus maculée, les rect. lat. 
avec plus de noir. — J. Seulement de teintes moins pures que les adultes. — 
P. Duvet s'avançant sur le côté du bec jusqu'au niveau de l'extrémité distale 
des narines, gris roussâtre, nuancé de roux à la face sup., lavé de brun à la 
poitrine, le dos et les ailes à taches et bandes noires semés de points blancs. 
Une bande longit. noire sur la tèie, 2 traits noirs sur son côté et un sourcil 
blanc. 

N/d simple petit amas d'herbes sèches dans une pelile dépression du sol, entre 
les joncs ou les roseaux. — Œufs : 3 à 4, ovoïconiques. Gd : 43 à 46; Pd : 31 à 32. 
Gris roussâtre ou léger, verdâtre, tachés de g-ris brunâtre ou de brun noirâtre. 

Dans les marais, les bords d'étangs, les prés humides, de passage et peu com- 
mune en France, signalée comme y nichant quelquefois. — N. de l'Europe et de 
l'Asie, descendant l'hiver jusqu'au S. de l'Afrique et en Perse. 

G gallinago L. [C. scoldjuicinus Honap.;; Bécassine ordinaire. L : 26 
â 28 ; A : 12,.^) à 13.2 ; Q : 5,6 à 6,5 ; T : 3. 1 à 3,3 ; B : 6,3 à 7. Bec brun à 
base grisâtre (369), patte verdâtre, ii-is noii\âtre. — cf 9- Dessus de la tète 
jaunâtre, avec 2 larges raies longit. noir brunâtre, les plumes tachées et 
bordées de roux jaunâtre clair, formant plus ou moins des raies longit., les 
sus-caudales roussâtres barrées de noir, les médianes à bout blanc. Gorge 
blanche, reste delà face inf. roussâtre à Inches brunes, le ventre et général, 
la jambe blanc pur. Lorum brun noir. Joue jaunâtre tachée de brun. Rém. 
prim. n(»iràtres, sns-,ilaires !)runcs plus ou moins marquées de gris roussâtre 
et terminées de blanchâtre. Rect. à base nuire, ensuite rousses avec un trait 
noirâtre et la pointe blanchâtre, l'exl. avec la partie rousse passant au blanc. 
En automne les teintes plus ternes. — J . Plumage moins pur et plus maculé. 
— P. Duvet s'avançant vers le côté du bec jusqu'au ni\eau du bord proxi- 
mal des narines, roux marron maculé et taché à peu près comme celui de 
l'espèce précédente. 

Nidification 1res semblable à celle de l'espèce précédente. — Œufs ; 4 à 5 piri- 
formes. Gd : 38 à 41 ; Pd : 28 à 30. Olivâtres, roux olivâtre ou gris verdâtre, poin- 
tillés et tachés de gris roussâtre, de brun olivâtre ou noirâtre, souvent plus den- 
sémenl vers le gros bout. 

Dans les marais, les bords d'étangs, les prés humides, estivale et surtout de 
passage, répandue dans presque toute la France. — Europe et Asie du 47° au C9" 
lat. N. ; descendant l'hiver jusqu'au N. de l'Africpie. aux Indes, à la Chine, même 
jusqu'aux Bermudes. 



AUNE DE FRANCE. 



•^■^3 



/{emar.jues : Au uiomout. des anioui's, le çf de colle espèce fait entendre, en exé- 
CLilanL dans les airstles voiles el des plongeons, un bruit chevrotant attribué aux 
vibrations des rect. 

Cet oiseau présente une variété foncée décrite sous le nom de Sculnjxi.v sabinci 

ViGOKS. 



G. LIMNOCRYPTES K.vre.; Limnon-i/fitc 

Ne diffère fjuère du genre précédent que jjar un bec proporlionn. plus court, à 
base i)lus large, le nomljre et la forme des rect. et surtout par le sleiuum à une 
seule échancrure post. de chaque côté au lieu de deux. 

L. gallinula (,L. ) [(idlUmiiCo niinor Briss. \ ; Limnocryple gallinule, Bécas- 
sine sourde. L : 18 à 20 ; A : 10,5 à 1! ,5 ; Q : 5 à 5,5 ; f : 2,1 à 2,25 ; B : 3,9 
à 4,1. Bec noir à base brun rougeâtre (370), patte verdâlre, iris noir. — cf $. 
Bonnet roussàtrc avec une iarge bande longit. et un mince sourcil noir lég-èr. 
mouchetés de roux. Nuf[ue brun roussâtre -chinée de noir et de grisâtre. 
Reste de la l'ace sup. et scapulaires noirs à reflets verts et violets, les plumes 
finement bordées de roux ou de gris. Cou et poitrine blanchâtres, plus ou 
moins lavés de roussâtre et finement tachés de brun. Reste de la face inf. 
blanc pur, les sous-caudales un peu lacliées de brun vers le bout. Lorum et 
ligne du bec à la joue brun noir. Aile brun noirâtre, les sus-alaires plus ou 
moins bordées de grisâtre ou de roussâtre. Rect. médianes brun noirâtre, 
lai-gement bordées de roux, les autres variées de brun et de gris roussâtre et 
d'autant plus claires qu'elles sont plus lat. En automne les teintes plus ternes. 
— J . Plumage moins pur, plus maculé et sans reflets au manteau. — P. Bec 
noirâtre, patte brune. Duvet ne s'avançaut pas sur le côté du bec jusqu'au 
niveau des narines, roux brun avec des taches, des bandes noires et des flo- 
cons blancs, à la face sup., roux clair à la gorge, plus foncé à la poitrine, 
grisâtre dans le reste de la face inf. La tète et les côtés avec des marques 
noires, 

Midificalion ressemblant beaucoup à celle des Bécassines. — Œiifx : 4, parfois 5, 
pii'iformes. Gd : 33 à 3G ; Pd : 24 à 25. Gris jaunâtre, roussâtre clair, olivâtre clair, 
ponctués et tachés de g-ris, de brun, de noirâtre, parfois surtout vers le gros bout. 

Dans les marais, les boi'ds d'étangs, les endroits humides, exceptionn. estivale, 
surtout de passage et un peu hivernale, assez répandue dans presque toute la 
France. — N. de l'Europe el de l'Asie, émigrant jusqu'au N. de l'Afrique, de 
l'Inde, la Chine et le Japon. 



G. LIMICOLA Koch; LimicoU. 

Bec présentant une double courbure, à bout lisse. Tarse scutellé devant el der- 
ière. Aile étroite, à cubitales ne couvrant pas en entier les 3 ou 4 [)remières rém. 



334 



FAUNE DE FRANCE. ^ OI- 



Queue quasi carrée à 12 rect. étroites, les médianes conicjues. Sexes presque 
identiques. Oiseaux surtout pakidicoles. 

L, platyrhyiicha (Tem.m.) [Numc/iius p/j^o/iK^us L.\rH., "J'/i/iua eloriodes 
ViEiLL.] ; Limicole platyrhynque. L : 15 à 17,5 ; A : lU à 1 1 ; Q : 3,7 à 4,3; 
T : 2 à '2.'2b; B : 3 à 3.3. \^ec noir à base rougeàtre (ad. rupt.) (388), patte 
g-ris vei'd.àtre ou brun l'once, iris bi'ini l'once. — cf $ rupt. Face sup. noir 
brun avec un sourcil blanchâtre gagnant le côté de l'occiput, la nuque mar- 
quée de grisâtre, les plumes du manteau bordées de roux et de blanchâtre, 
les sus-caudales lat. marquées de roussàtre et de blanc. Face ini". blanche, le 
cou, la poitrine et le tlanc lavés de roux et mouchetés de brun noir. Lorum 
brun. Joue blanchâtre lâchée de brun. Kéin. prim. brun noir à rachis clair. 
Grandes sus-alaires brun noirâtre, les autres variées de gris et de brun et 
bordées de blanchâtre. Rect. médianes noires bordées de grisel de roux, les 
lat. grises bordées de blanc. — cf 9 automne. Face sup. brune tachée de g-ris 
l'oussâtre. Face inl'. blanche, léger, tachée de brun au cou, la poitrine, le 
tlanc et les sous-caudales marqués de roussâlre. — J . Ressemblant aux ad. 
en automne, mais le sourcil roussâlre el la l'ace inl'. plus blanche. — /^. Bec 
droit el court, noir à base jaunâtre, patle brunâtre. Face sup. brun marron 
marquée de iKiir et de blanc, la tète avec des bandes longit. noires. Face inl". 
blanchâtre. 

Niilifiraliiiii rappelant beaucoup celle des Bécassines. — Œufs : général. 4, piri- 
formes. Gd : 29 à 35 ; Pd : 20 à 23. Olivâtres ou roussàtres, ponctués et tachés de 
gris foncé, de brun, de noirâtre, souvent plus densément vers le gros boul. 

Dans les marais, les ]:>ords d'élangs, le bord de la mer, de passage et rare en 
Fra:;ce. — N. de l'Europe et de l'Asie, émigranl dans le S. de l'Europe, le N. de 
l'Afrique. 



G. EROLIA ViEiLL. ; Bécasseau. 

Bec plus on moins comprimé, lisse à l'exh'émité général, un peu dilatée. Tarse 
sculellé devant et derrière. Queue à 12 rect., les médianes souvent coniques. 
Sexes semblables mais un plumage de noce. Jeune ressemblant beaucoup aux ad. 
en hiver. Oiseaux surtout halophiles et sociables. 

E. minuta (Li;isl.) \Ti-ing(t pnsilhi Latm.J; Bécasseau minule. L : 13,2 à 
15 ; A : 9 à V»,5 ; Q : 3,8 à 4.«) ; T : 1 ,U à -2,1 ; B : 1,65 à 1,95. Bec el patte 
noirs, iris noirâtre. — (^f 9 rupt. l'ace sup. noire, les plumes bordées de roux 
vil" el les sus-caudales lat. blanches. (Ion el poitrine gris roussâlre à taches 
brunes ou noirâtres, reste de la lace mf. blanc. Sourcil blanc, joue g^ris rous- 
sâlre tachée de brun. Hém. prim. noirâtres à rachis blanc. Rect. médianes 
noirâtres bordées de roux, les lat. gris brunâtre liserées de blanc. La 9 •' 
l'ace sup. lavée de brunâtre, le couella poitrine plus tachés. — ^f 9a'^'^'^"^^^^' 



FAUNE DE FRANCE. 



Xi') 



Fi-oat et sourcil blancliàtres. Face sup. ^ris léger, roussàtre avec le centre 
des plumes brun noirâtre, les plumes du croupion et les sus-caudales 
médianes noirâtres bordées ou non de roux, les sns-cautlales lat. blanches. 
Cou et poitrine grisâtres ou roussàtres tachetés ou non de brunâtre, (iorge, 
ventre et sous-caudales blancs. Lornni et joue gris brunâtre. Grandes sus- 
alaires à bout blanc, lîect. nu'dianes noirâtres, lat. cendrées. — „'". Front, 
sourcil, lorum, sus-caudales et recl. comme les ad. en autonnie, reste de la 
lace sup. noir brunâtre, les plumes frangées de roux, la luuiue léger, grisâtre, 
les seapulaires à bi)ul blanchâtre. Face iid'. blanche avec le côté du cou et 
de la poitrine la\és de gris roussâlre et léger, maculés de brunâtre. — J*. Bec 
brunâtre à base claire, patte jaunâtre. Bonnet noir et fauve, reste tie la face 
sup. fauve tachée tle noir et de l)lanc. I-'ace inf. l)lanc roussâlre. 

Aid rudiuieiilaire de (luelques herbes sèches, dans une petite dépression du sol. 
— Œufs : o-énéral. 4, pirii'onnes, assez allongés. Gd : 28 à 3t ; Pd : 20 à 21. 

De passage, particulier, sur les cotes N. et \V. de la France, bien plus rare 
dans l'intérieur des terres. - N. de l'Europe et de l'Asie, descendant l'hiver jus- 
(ju'au S. de l'Africpie, de l'Iii le et Ceylan. 

E. lemmiiicki (Lnsi.. ; Bécasseau de Temminck, Bécasseau temmia. 
L ; i;5.jà IJ,.") ; A : 9 à U.j ; Q : 4,5 à 5,2 ^393) ; T : 1,(35 à 1,75 ; B : 1,6 à 1 ,75. 
Bec et patte noirâtres, iris brun foncé. — çf 9 l'^pt- Front et sourcil gris 
roussàtre. Face sup. et partie des sus-alaires à plumes noires ou brun noir 
largement bordées de roux foncé et en partie terminées de blanc roussàtre. 
Sus-caudales lat. blanches. Gorge, \entre et sous-caudales blancs. Cou et 
poitrine gris roussàtre a\ec de petites taches brun noirâtre. Rém. prim. 
noires, la première à rachis blanc. Hect. méthanesnoirâlres bordées de roux, 
les suivantes grisâtres, les autres d'autant plus blanches qu'elles sont plus 
lat. — (;f Ç automne. Face sup. à plumes brun fuligineux ou gris noirâtre 
avec le rachis noirâtre et des taches grisâtres ou roussàtres aux sus-alaires. 
Face inf. comme au printemps mais sans macules. Grandes sus-alaires bor- 
dées et terminées de blanc. — ./. Face sup. gris brun ou noirâtre, tachée de 
noii'àti'e et de roussàtre. Face inf. comme les ad., le cou et la poitrine léger, 
mouchetés de brunâtre. — P. Ressemblant beaucoup à celui de l'espèce pré- 
cédente. 

Nidiftcation comme celle d'A'. wimila. — Œufs : i, pirii'ormes, assez courts. 
Gd : 27 à 29; Pd : 20 à 21. Roussàtre clair, jaunâtre, olivâtre pâle, pointillés et 
tachés de brun et de noirâtre, souvent surtout vers le gros bout. 

Sur les grèves, les bords de lacs et d'étangs, dans les marais, de passage en 
France. — N. de l'Europe et tle l'Asie, émigranl dans le X. de l'Afrique, l'Inde et 
la Chine. 

E. feiTuginea Brïiw.i [Sco/opa.v fiiilxirquata Gûldenst.] ; Bécasseau 
cocorli. L : 20 â 22; A : 12,(j â 13; Q : 4, S à 5,1 ; T : 2,8 à 3; B : 3,5 à 4,3. 



336 FAT NE DE FRANCE. OISEAIX 

Bec (391) et patte brun noir, iris brun foncé. — cf 9 rupt- Bonnet noirâtre 
à plumes bordées de roux et de grisâtre, derrière du cou roux marron un 
peu taché de noirâlre et de grisâtre, manteau roux taché de noir, de grisâtre 
et de blanchâtre. Croupion gris. Sus-caudales blanc lavé de roux, barrées de 
noirâtre. Face inf. roux roug-eâtre, les plumes finement bordées de blanc et 
avec souvent cjuelques taches noires au côté de la poitrine, le bas ventre 
taché de blanc, les sous-caudales blanc roussâtre à taches ti'ansv. brun noir. 
Lorum et sourcil blanchâtres. Rém. prim. et grandes sus-alaii-es anl. noi- 
râtres, quelques-unes à bout blanc, les premières à rachis blanc. Autres 
sus-alaires gris brunâtre, à bordure claire. Rect. médianes brunes avec un 
peu de gris et de roussâtre, les lat. gris brun à rachis et fine bordure blan- 
châtres. — cf 9 automne, l'^ice et sourcil blanchâtres. Face sup. brun cendré, 
plus pâle au cou et à la nuque, les plumes bordées de clair. Sus-caudales 
blanches. Face inf. blanche, lavée de gris au bas du cou et à la poitrine. 
Rect. brunâtres bordées de blanchâti-e. — J . ressemblant aux ad. en automne, 
mais les plumes du dos léger, bordées de jaunâii-e, les sus-caudales à bout un 
peu noirâtre. La poitrine lavée de roussâtre et iégèr. tachée de brunâtre. 

Nidificalinn semblable à celle dos espèces précédentes du g. — W«/'s- : 4, pii-i- 
formes. Gd : 36 à 38 ; Pd : 26 à 26,5. Verdâlro clair, tachés et pondues de brun, 
général, surtout vers le gros bout. 

De passage surtout sur les côtes \. et W. de la Franco, licaucouj) plus rarement 
dans l'intérieur. — N. de l'Asie, émigraiit en Europe, on Afrique, jiisipi'au S., 
dans rinde, la Chine, l'Australie ; accident, dans le X. W. de l'Amérique. 

E. alpina Ji.i i /'/■///i.'V/ cinclus liaiss., T. s'arinhilis Temm. ; llécasseau 
variable. Bécasseau cincle. L : 17 â 20 : A : 10..') â li ; Q : 4,5 à 5,3: T : -2.1 
à 2,4; H : 2,2 â 3,(3. Bec (392) et (397) noirs, iris !)run foncé. — (f ^ . Front, 
sourcil et partie de la joue blancs, finement tachetés de bi-un. Face sup. 
variée de roux, de noir et de gris, la nuque plus grise, le croupion et les 
sus-caudales médianes bruns, les dernières léger, liserées de roux, les sus- 
caudales lat. blanches. Face inf. blanche, le cou et la poitrine à nombi'euses 
petites taches allongées brun noir, l'épigastre avec de larges taches noires, 
formant plus ou moins un plastron. Rém. prim. et grandes sus-alaires ant. 
brun noirâtre, la première rém. à rachis blanc, les sus-alaires bordées de 
blanc. Les autres sus-alaires gris brun à liseré clair. Rect. médianes brun 
noir, lat. grisâtres largement bordées de blanchâtre. — cf 9 ^lutomne. Front 
et sourcil grisâtres. Face sup. gris brun, les ji^iumes foncées au milieu, plu^ 
claires au bord. Face inf. blanche, le cou et la poitrine léger, lavésde gris et 
avec quelques légères stries brunâtres. Rém. et sus-alaires brunes liserées 
de gris, plus clair et étroit aux premières. Rect. médianes brun foncé, lat. 
gris brun bordées de blanc. — • J. Bonnet et côté delà tète roux jaunâtre 
pâle avec de petites taches brunâtres, nuque gris jaunâtre pâle à stries bru- 
nâtres. Dos brun à plumes bordées de blanchâtre, de grisâtre ou de roussâtre. 



Faune de france. — oiseaux 337 

Face inf. blanche avec le cou et la poitrine ^l'is roussâlre striés de brun 
noir surtout sur les cotés. — P. Bec brun, patte roux olivâtre. V'ertex noir 
et roux. Face sup., aile et cuisse rousses tachées de noir et de blanc roussâtre. 
Face inf. blanche lavée de roux à la poitrine et à l'abdomen. Deux traits 
noirs, l'un sur l'œil, l'autre dessous. 

Nidificalion analogue ;V celle des espèces précédentcîs du g-. — Œufs : 3 à 4, 
piriformes. Gd : 34 à 3(3 ; Pd : 24 à 23. Olivâtres ou roux olivâtre clair, tachés de 
brun plus ou moins foncé, surtout vers le gros bout. 

Exceptionn. estival et nichant sur quelques points des cotes i\., surtout de 
passage sur les rôles cl dans l'intérieur. — N. et un pini Centr(; de l'iùn'ope cl de 
l'Asie, descendant l'iiixci' en Afrique, dans l'Inde ; accident, dans le N. \V. de 
rAmérique. 

S. E. JEJ. a. SChinzi (Breum). Taille moindre que le type (dimensions nnn. de 
la diagnose), et plumage plus clair. De i)assage mais plus i-are que le type. — 
Même distribution géographique. 

S. E. E. a. americana (Cass). Dimensions plus fortes que le type. A : 11,3 à 
12,8; T : 2,4 à 2,8; li : 3,8 à 4,3. Tué en mars 190^; dans le Calvados (I^rasil, 
1914). — Amérique septentr, 

E. maritima (Brûnx.) [Tringa striata L.]; Bécasseau violet. Bécasseau 
maritime. L : 19,5 à i>l,r); A : 1-2 à 12,7; Q : 5,(3 à (3,-i; T : 1>,1 à 2,2; B : 2,3 
à 2,9. Bec noir à base jaune ou rougeâtre, patte jaune, iris brun foncé. — 
(^ 9 rupt. Face sup. noire à reflets violacés, les plumes du manteau large- 
ment bordées de i^oux et les sus-caudales lat. blanches tachées de noir. Cou, 
poitrine et flanc grisâtres à taches noirâtres, plus allongées et foncées à la 
poitrine. Milieu du ventre et sous-caudales blancs, ces dernières striées de 
brun. Sourcil blanchâtre. Aile noirâtre, le rachis des rém. blanc, les sus- 
alaires à bordure claire. Rect. médianes brun noir, les lat. blanches tachées 
de brun noir. — cf 9 ^^lutomne. Face sup. cendré noirâtre à légers reflets 
pourpres, le dos et le croupion plus foncés, le premier à plumes bordées de 
gris. Face, cou, haut de la poitrine et flanc gris brunâtre, la gorge et le bord 
des plumes de la poitrine et du flanc blanchâtres. Ventre et sous-caudales 
blancs, ces dernières striées de brun. Sus-alaires à bordure blanche. Rect. 
médianes brun noir, lat. gris brun à bordure blanchâlre. — ./. Vacq sup. 
brunâtre avec la plus grande partie des plumes, ainsi que les sus-alaires et 
partie des rém. bordées de roussâtre ou de blanchâtre. Face inf. blanchâtre, 
presque entier, tachée de brun. 

Nidification analogue à celle de l'espèce précédente. — Œufs : ordin. 4, piii- 
formes. Gd : 36 à 39 ; Pd : 24 à 2G. Olivâtres ou verdâtres, tachés de gris brun, 
brun roussâtre ou brun foncé, souvent plus densément vers le gros bout. 

De passage sur les côtes N. et W., beaucoup plus rarement dans le reste de la 
France. — Régions arctiques, descendant l'hiver jusqu'à la Métiiterranée, le Centre 
de l'Asie et les États-Unis. yX > , 

2^^: ■ 



338 



FAUNE DE FRANCE. OISEALX 



E. subruficoUis (V'ieill.) [T/inga rufescens Yieïll.]; Bécasseau rousset, 
Acliluie lOLissel. L : 11) à '22; A : 12,5 à 13; Q : 5,2 à 5,6; T : 2,8 à 3; B : 2,1 
à 2,4. Bec noir, paLLe jaune ou jaunâtre, iris brun foncé. — cf 9- l'^'ce sup. 
brune, les plumes bordées de gris roux. Face inf. et joue roux clair, les 
plumes depuis la poitrine liserées de grisâtre et le côté de la poitrine, le liane, 
le bas ventre tachés de noir. Bém. brunes, les premières blanches et vermi- 
culées de noir en dessous, sus-alaires comme le manteau. Rcct. médianes 
brunes, terminées de noirâtre et de roussâtre, les lat. grises avec des zigzags 
transv. noirs et le bout blanc. La Ç à l'ace sup. plus brune, à face inf. plus 
tachée. — /. Face sup. moins foncée, les plumes bordées de clair. Face inf. 
roussâtre très tachée de brun. 

Nidification semblable à celle des autres espèces du g-. — (Eitfs : ordiu. 4, piri- 
foriues. Gris ou brun olivâtre, tachés de brun foncé surLoul vers le gros bout. 

Rencontré très accident, sur les côtes N. de la France. — N. de TAmérique, 
émigrant jusqu'au Pérou et au Pai^aguay, accident, dans l'W. de l'Euiope, jusqu'en 
Suisse. 

[E. maculata (Vieill.) ; Bécasseau lâcheté. L : 1S,7; A : 13 ; Q : 4,3 ; T : 2,9; 
B : 2,9. Bec noir à base orangée, patte jaune verdàLre. — cf 9 • l'ace sup. noir 
brun à plumes bordées de roux, de roussâln^ ou de gris, le crou[)ion et les sus- 
caudales médianes noirs, les sus-caudales lai. blanclies tachées de noir. Gorge, 
haut du devant du cou, abdomen et sous-eaudales blancs, bas du cou et poiti-ine 
gris roussâtre à stries longil. noirâtres. Sourcil et tour de l'œil blanchâtres. Rém. 
brunes, la première à rachis blanc. Rect. médianes noires à bord roux, lat. 
brun gris liserées de blanc. — ■ Aurait été rencontré accidenl. sur les côtes de 
France. — N. de l'Américpie, l'hiver jusqu'au Pérou, au Chili, à la Patagonie, très 
accidenl. en Angleterre.] 

[S. E. E. m. acuminata (Housf.). Diflérant du type par sa queue qui est 
nettement bi-échancrée et non régulier, conique, par la teinte de la poitrine 
nettement tranchée des parties voisines et tachée et non striée. — Signalé comme 
rencontré accident, en France (Brasil, 1914). — N. E. de l'Asie, émigrant au 
Japon, en Nouvelle -Guinée, en Australie et jusqu'en Nouvelle-Zélande, très 
accident, en Angleterre.] 

{E. bairdi (Coues.); Bécasseau de Baird. L : 18; A : 12 ; Q : 4; T : 2,2; B :2,3. 
Bec et patte noirs. Face sup. brun noir plus clair au cou, plus foncé au croupion, 
les plumes bordées de roussâtre, plus ou moins clair. Face inf. blanche avec la 
gorge lavée de brun clair et striée longit. de brun, les flancs également striés. 
Rect. médianes brun noir à bout blanchâtre, lat. gris brun bordées de blanc. — 
Aurait été capturé accidenl. en France (d'Hamonville, 1870). — N. de l'Amé- 
rique, émigxant jusqu'en Patagonie, accidenl. dans le S. W. de l'Afrique et en 
Angleterre.) 

G. CANUTUS Breum; Maubèciie. 
Bec assez dilaté vers l'extrénnlé. Doigts relaliv. robustes. Queue à rect. assez 







FAUNK DE FRANCK. OISEAUX 


larges et 


subar 


romlics. Oiseaux assez massirs. Sexes pei 


Liuiye de 


IU)f(!. 


Jeune ri'sseinblanl aux ad. eu aulouiue. ( 



339 

x'u diU'éieuLs, mais un plu- 
ux liaiopliiles. 

C. catuitus ^I..) I T/i//i;/i cinered Buunn.J; Maubèche caïuil. L : 21,0 à 26; 
A : 15,8 à I(),3; Q : 5, S à (),G (389); T : "2,7 à 2,9; 15 : 3,2 à 3,3. Bec (390) 
et paLle lunv xeriiàlre ou bruns, iris brun. — O^ 9 '"l'pl- l>onuel, tlessus du 
cou et manteau roux tacliés de noir, croupion brun ceutiré taché tle l)lau- 
cliàtre. Sus-caudales blanches, rayées de noir avec un peu de roux. Sourcil, 
joue et face inf. jusqu'au l)as ventre roux tle rouille, réj^ion anale et sous- 
caudales l)lanclies lavées de roux et ua peu tachelées de noir. Réni. priui. 
et sus-alaires anl. Ijrun noir, les premières à rachis blanc. /Vulres sus-alaires 
brunes liserées de grisâtre. Uect. brunâtres bordées de blanchâtre. — cf 9 
automne. Face sup. gris clair, avec des taches brunes à la tète el au cou, les 
plumes du manteau et la plupart des sus-alaires à rachis brun et liserées de 
blanchâtre. Sus-caudales blanches à bout noir. Face inl'. blanche avec de 
petites taches brunes allongées sur le cou, le haut de la poitrine, le liane et 
un peu les sous-caudales. — /. Face sup. cendré plus foncé, la tète tachetée 
de brun, les plumes du manteau avec une double ligne noirâtre et blanchâtre. 
Sus-caudales blanches et noirâtres. Face inf. blanc roussâtre tachée de 
noirâtre au cou, à la poitrine, au flanc et aux sous-caudales. Rém. et grandes 
sus-alaires brunes bordées de blanchâtre. — P. Bec noirâti^e, patte vei-dâtre. 
Gris roussâtre pâle, plus clair à la face inf., la face sup., l'aile et la cuisse 
tachées de noir et de blanc. 

Nid rudiuienlaire de quelques herbes sèches dans une petite dépression du sol. 
— Œufs : 4, ph-ifonnes. Gd : 39 à 43 ; Pd : 28 à 30. Gris verdâtre pâle, tachés et 
ponctués de gris brun ou de brun olivâtre, souvent plus densément vers le gros 
bout. 

De passage, surtout sur les côtes N. et W. de la Franco, rarement dans l'inté- 
rieur. — N. de l'Europe, de l'Asie et de l'Amérique, descendant Tliiver jusqu'au 
S. de l'Afrique, le S. de l'A&ie, le Japon, l'Auslralie, le Brésil. 



G. CALIDRIS Cuv. ; Sanderling. 

Bec presque de la long, de la lète, comprimé à la base, un peu étranglé dans la 
moitié distale, lisse et nettement dilaté vers l'extrémité. Partie de la peau du 
menton nue. Tarse scutellé en partie derrière. Ongles petits. Aile suraiguë. Queue 
courte, bi-échancrée à 12 rect., les médianes coniques. Sexes semblables. Un 
plumage de noce. Oiseaux halophiles. 

C. leucophœa (Pall.) [Tn'nga arenaiia L., Chanidrius rubidus Gmel.] ; 
Sanderling des sables. L : 17 â 19; A : 11,0 à 12,1 ; Q : 4,8 à 5,6; T : 2,2 à 
2,4; B : 2,3 à 2,5. Bec (355), patte (354) et iris noirs. — cf 9 ™pt- F'^^ce 
sup. noire, les plumes bordées de roux et de blanchâtre. Face, cou, poitrine 



340 FAINE DE FRANCE. OISEAIX 

et haut du flanc i^oux jj-ris, les plumes à centre noir et à pointe blanchâtre. 
Reste de la face inf. blanc pur. Rém. prim. noirâtres. Grandes sus-alaires 
larg-ement terminées de blanc, autres sus-alaires brun noirâtre, tachées de 
roux et de blanchâtre. Rect. médianes noirâtres bordées de roussâtre, les 
lat. blanches. — cf 9 automne. Face sup. grise avec une petite tache brune 
ou brun noir au centre des plumes. Face et parties inf. blanches. Cubitales 
brunes bordées de blanchâtre. Rect. médianes brunes, lat. grises, toutes 
boi'dées de blanc. — J . Face sup. noirâtre, les plumes largement bordées de 
gris et de roussâtre. Face inf. blanche, la gorge, le cou et la poitrine lavés 
de roux et mouchetés de brun. Lorum brunâtre. 

Nid dans une pelile dépression du sol. — CEiifs : ordin. 4, pirifornies, assez 
allongés. Gd : 34 à 40; Pd : 22 à 20. Verdàtres, très tachés et pondues de gris 
rougeâtre, de brun, de noirâtre. 

De passage, particulier, sur les côtes N. et W. de France, beaucou]) plus rare- 
ment dans rinlérieur. — • Régions arctiques, émigrant jusqu'au S de l'Afritjue, 
l'Inde, la Chine, l'Australie, le Chili. 



(G. BARTRAMIA Less. ; B„rlramie.) 

[B. lougicauda (Bechst.); BarUamie longicaiule. L : 28 ; A : 10,4; Q : 8,4; 
T : 4,4: B : 2,9. Bec noir à base jaune, patte brun jaune, iris brun. Bonnet avec 
une raie longit. médiane blanchâtre et des taches noires sur fond roussâtre. Reste 
de la face sup. brun noir, les plumes bordées de roussâtre, le croupion brun noir. 
Face inf. blanche avec le devant du cou et la poitrine lavés de roussâtre et tachés 
de brun foncé, le flanc barré de brun. I^ect. médianes notabl. plus longues que 
les autres, brunes, barrées de noir, les lat. fauves, barrées de noir et à bout 
blanc. — Signalé comme capturé plusieurs fois en France. — Amérique, très 
accident, en Europe.] 



G. MACHETES Cuv. ; Combattant. 

Bec assez comprimé, lisse et un peu dilaté vers le bout. Tarse scutellé devant et 
derrière. Ongles assez allongés, faiblement arqués, comprimés, aigus. Aile 
suraiguë. Queue subarrondie à 12 rect. larges et arrondies. Plumage très variable 
chez le cf rupt. qui présente une grande collerette et de longs oreillons de plumes 
ornementales. Sexes ne différant guère en automne que par la taille, jeune 
ressemblant aux ad. en cette saison. 

M. pugnax (L.) [Tolanus cinei-eics Rriss.j; Combattant variable. L : "23 à 
•27 (9), 29 à 32 (cf); A : 1 i à IC) (9), 17,5 à 19 (cT); Q : 5,(3 à 7.5; T : 3,0 à 
5; H : 2,8 à 3,8. Bec bi-un ou noii', pade jaune brunâtre ou verdâtre, iris 
brun. — cf rupt. Face et tour de l'œd général, plus ou moins dénudés et 
garnis de petites papilles charnues jaunâtres ou rougcâtres. Plumes de 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 



341 



l'arrière de la tète et du I)as du cou 1res allongées, érecliles, fonnanl deux 
grands oreillons et une grande collerette (380). Tête et cou roux ou noirs à 
reflets violets et pourprés, ou gris, ou blancs, inunarulés ou tachés de roux, 
de gris, de blanc, de noir. Dos et sus-caudales médianes plus ou moins de 
la teinte de la collerette. Sus-caudales lai. blanches avec ou sans taches 
noires. Poitrine et épigastre variables comme la collerette, bas ventre et 
sous-caudales le plus souvent blancs. Aile brune, les sus-alaires tachées de 
noir, de blanc, de roux. Red. médianes brunes ou rousses, barrées plus ou 
moins de noir, lat. grisâtres ou brunâtres. — Q rupt. Nettement plus petite, 
sans papilles charnues à la l'ace et sans plumes ornementales à la tête et au 
cou. Face su p. gris brun à taches rousses et noires à reliefs. Face inf. plus 
pâle, avec le ventre blanc. — cf Ç automne. Sans papilles ni plumes orne- 
mentales. Face sup. brune tachée de noir et de roussâtre. Cou et poitrine 
gris roussâtre plus ou moins tachés de brun. Reste de la face inf. blanche. 
— J. Ressendilant beaucoup aux ad. en automne. Les plumes du manteau 
largement bordées tle roux ef de jaunâtre, les petites sus-alaires bordées de 
blanc roussâtre, les rccl. plus ou moins tachetées. — 7*. Bec noirâtre, patte 
brun roux. P\^ce sup. rousse xariée de noir avec de petites taches blanchâtres, 
le dessus de la tète avec 5 raies longit. noires. Face inf. et côté de la tête 
roux plus clair, avec une ligne noire partant de la mandib. inf. 

Nid de débris végétaux dans une petite dépression du sol, entre les herbes d'un 
marais ou d'une prairie liumide. — Œufs : Ordin. 4, piriformes. Gd : 42 à 46; Pd : 
31 à 33. Gris verdâtre, roux olivâtre, olivâtres, brunâtres, isabelles, tachés de gris 
lilacé, de brun, de brun olivâtre, parfois surtout autour du gros bout. 

Autrefois estival et commun dans les marais, sur les grèves du N. et du Centre 
de la France, n'étant plus guère actuellement que de passage. — N. et un peu 
Centre de l'Europe, Asie jusqu'au Kamtchatka, émigrant jusqu'au S. de l'Afrique, 
aux Indes et à Bornéo, accident, dans le N. E. de l'Amérique. 



G. TEREKIA Bonap. ; Térékie. 

Bec à mandib. léger, dilatées et un peu courbées l'une vers l'autre à l'extrémité. 
Partie du menton nu. Tarse en grande partie scutellé. Ongles petits, faiblement 
arqués. Aile longue, étroite et échancrée, atteignant au moins le bout de la 
queue. Celle-ci arrondie, à 12 rect. Sexes semblables. Pas de plumage de noce net. 
Jeune ressemblant aux adultes. 

T. cinerea (GiiLn. i [Liniosa /cjek Temm., Liniicula lerek Vieill.] ; Térékie 
cendrée. L : -21.5 à 23,3; A : 12,5 à 13; Q : 5,2 à 5,6; T : 2,6 à 2,9; 
B : 3.6 à 5,1. Bec noirâtre à base jaunâtre (375), patte jaunâtre, iris brun 
foncé. — cf 9- Face sup. gris brunâtre avec des taches noii'es peu nom- 
breuses sur les scapulaires et le centre des cubitales noir. Face inf. blan- 
châtre, lavée de gris brun au bas du cou et à la poitx'ine, avec quelques 



342 



FAUNE DE FRANCE. 



petiles stries brunes. Sourcil blanchâtre, loruni brunâtre. Joue blanchâtre 
striée de brunâtre. Aile brun noii^âtre, les rém. second, largement bordées 
de blanc. Rect. médianes comme le dos, avec le bord un peu roussâtre, lat. 
gris brunâtre pâle à bordure blanche. En automne la face sup. plus grise et 
plus tachée. La face inf. plus blanche, le devant du cou moucheté léger, de 
gris. — J . Comme les ad. en automne, les sus-caudales avec du brunâtre, les 
rém. second, moins blanches. — P. Bec brun à base olivâtre, patte jau- 
nâtre. Face sup. gris roussâtre, face inf. blanche avec la poitrine nuancée de 
roux. Des petites taches noires du bec à la nuque, sur le lorum et l'œil, une 
bande longit. de même couleur sur le bonnet et le dos. 

Nid rudimentaire dans une petite dépression du sol. — Œufs : 4, piriformes, 
assez renflés. Gd : 35 à 38 ; Pd : 26 à 27. Jaunâtres, olivâtre clair, ponctués et 
tachés de gris, de brun, de brun noir, souvent surtout autour du gros bout. 

Très accid. en France. ^ N. de la Russie et de la Sibérie, émigrant jusqu'au 
S. de l'Afrique, l'Inde, le Japon, TAustralie. 



G. TRINGA L. ; Chevalier. 

Bec sillonné latér. sur au moins moitié de sa long., à mandib. sup. dépassant un 
peu l'inf. Menton bien emplumé. Tarse à peu près entier, scutellé devant et der- 
rière. Cubitales allongées et effilées. Queue carrée, arrondie ou faiblement éta- 
gée, à 12 rect. sub arrondies. Tête plutôt petite. Sexes sendilables, jeune un peu 
différent des ad. 

T. erythropus (Palf.). [ScoJopn.v fusca L., Tofanns macninrid Tixst.] ; 
Chevalier arlequin, Chevalier brun. L : 29,5 à 32,5 ; A : 16 à 17 ; Q :7 à 7,5; 
T : 5,5 à 5,9 ; B : 5,5 à 6. Bec noir à base rouge, patte rouge ou brun rouge 
(376), iris brun noir. — (j^Q^'^P^- Face sup. en grande partie brun noirâtre à 
faibles reflets pourprés, avec des taches blanches triangulaires sur le man- 
teau. La moitié inf. du dos blanche, les sus-caudales noires barrées de 
blanc. Devant de la têle, joue et face inf. noirs avec le tour de l'œd blanc, 
quelques taches blanches dans la région anale, les sous-caudales noirâtres et 
blanches. Rém. prim. brunes, la première à rachis blanc. Sus-alaires comme 
le manteau et un peu tachées de blanc. La Ç plus brunâtre el plus terne, la 
face inf. avec partie des plumes plus ou moins bordées de blanc. — cf 9 
automne. F'ace sup. gris cendré, les plumes un peu bordées de blanchâtre, 
le bas du dos blanc, les sus-caudales grises barrées de blanc. Face inf. 
blanche, avec le devant du cou, la poitrine et le flanc variés de gris. Rect. 
gris brunâtre barrées de blanc. — J . Face sup. brune à plumes bordées et un 
peu tachées de blanc. Face inf. blanchâtre, le cou taché de cendré, le reste, 
sauf la gorge, rayé transvers. — P. Bec noir à base jaunâtre, patle brun 
jaune. Milieu du bonnet brun fuligineux, reste de la face sup. gris roux 
avec des taches et des petites bandes noires au dos. Face inf. gris pâle, plus 
clair à la gorge et au ventre. Une bande noire'du bec à la nuque. 



FAUNE DK FRANCE. OISEAUX 343 

Nid. (le ([urhjiu's (lôhi'is \ t'-f^-élaiix dans une pel.ile dépression du sol. — Œufx : 
général. 4, jiiril'ornies, assez allongés. Gd : 47 à 49; Pd : 315 à .34. Vcrdàlrcs ou 
olivâtres, tachés de gris, de brun, de noirâtre, souvent surtout vers le gros bout. 

De passage en France aux bords des eaux, surtout des eaux douces. — N. de 
l'Europe et de l'Asie, descendant l'hiver jus([u'au S. de l'vVl'rique, l'Inde, l'Aus- 
tralie ; accident. E. de l'Amérique. 

T. toianus{L.)[7\<ia/nù('ff/i cl ScoJonax calidris L.]; Chevalier gamljette. 
Chevalier à pieds rouges. l.:-27à:?(); .\:']5àl6,4; Q:6,5à7(381);T:4,5à5; B: 
3,7à4,4. Bec rouge ;i partie dislah' luiii-c ou brune (383), patte rouge, iris brun. 
— cf Çrupt. Face sup.gris brun olivàlreà lâches brunes, avec le bas du dos et 
les sus-caudales blancs, ces dernières barrées de noir. Face inf. blanche 
nuancée de gris au coté de la poitrine et avec des taches brun noir au centre 
des plumes saul" au liane, au bas ^'entrc, à la jambe et aux sous-caudales qui 
sont tachées transvers. Dessus de l'ceil blanc. Lorum et joue noirâtres et 
blancs. Rém. prim. noiràlrcs, la première ci rachis blanc. Second, en grande 
partie blanches. Cu!)ilales. grandes et moyennes sus-alaii^es à taches transv. 
brunes. Dossier de l'aile brun olivâtre. Sous-alaires blanches un peu tachés 
de gris et de lirun. Recl. blanches, saul'les médianes nuancées de gris brun, 
et barrées de noirâtre. — cT 9 automne. Haut de la face sup. gris brunâtre, 
avec le centre des plumes brun ou noirâtre, le bord plus clair. Face inf. 
blanche, lavée de cendré au côté du cou et de la poitrine, avec plus ou moins 
de petites taches brunes. — J . Face sup. brunâtre, les plumes de la tête et 
du cou bordées de blanc roussâtre. Face inf. blanche, le cou et la poitrine 
lavés de gris roussâtre et tachés de brun, le flanc et les sous-caudales tachées 
de noirâtre. — P. Bec noirâtre à base jaunâtre, patte jaune sale. Face sup. 
gris roussâlre avec une calotte rousse entourée de noir et deux bandes 
noires sur le côté du dos. Un trait noir du bec à la nuque. Face inf. blanche 
lavée de roussâtre au cou, à la poitrine et à l'abdomen. 

Nid de quelques herbes sèches dans une petite dépression du sol, entre les 
herbes, près de l'eau. — Œufs : 3 à 4, jiiriformes, un peu allongés. Gd ; 44 à 47 ; 
Pd : 30 à 33. Blanc jaunâtre, roussâtres, rosâtres, jaune brunâtre ou verdâtre, à 
taches irrégulières grises, brunes, noirâtres. 

Au bord des eaux douces et salées. Sédentaire dans le S., estival ou de passage 
dans la plupart des autres [lailies de la France. — Europe, moins l'extrême N. ; 
Asie jusqu'au Japon, descendant l'hiver jusqu'au S. de l'Afrique, l'Inde, la Chine, 
la Malaisie. 

T. stagnatilis (Bechst.) ; Chevalier stagnatile. L : 23 à 25; A : 13,5 à 14; 
Q : 5,5 à 6,5 ; T : 4,0 à 5,2; B : 3,9 à 4,2. Bec noir ou noirâtre, patte brun 
verdâtre ou olivâtre, iris brun. — cf Ç rupt. Fi'ont, lorum et sourcil blancs 
pointillés de noir. Dessus de la tète et du cou blanchâtres, tachés de noir. 
Haut du manteau gris cendré taché de noir. Bas du dos et sus-caudales 
blancs, ces dernières en partie ban-ées de noirâtre. Face inf. blanche avec 



344 



FAUiNE DE FRAXCE. 



des lâches noires, ovales au cou et à la poitrine, Iransv. au flanc, en stries 
long-it. aux sous-caudales. Rém. prizn. noirâtres, la première à i^achis blanc. 
Cubitales grises tachées de noir. Sus-alaires gris brunâtre, les grandes bordées 
de blanc. Sous-alaires blanches un peu tachées de brun. Rect. blanches plus 
ou moins lavées de grisâtre, rayées transvers, de noirâtre. — cf 9 automne. 
Haut de la face sup. gris clair, les plumes bordées de blanchâtre, la nuque 
rayée de brun. Face inf. avec les taches plus brunes qu'au printemps. — J . 
Haut de la face sup. brune, les plumes bordées de jaunâtre. Face inf. 
blanche, tachée de brun au cou et à la poitrine. Rém. prim. brunes à bout 
blanchâtre, les cubitales rayées transvers, de brun foncé. 

Nidification semblable à celle des espèces précédeules du g. — Œufs : 4, piri- 
formes, renflés. Gd : .38 à 42 ; Pd : 28 à 31. Jaunâtres ou roussâtres, tachés de gris, 
de brun. 

Marais, le bord des eaux, principalement des eaux douces, irrégulièr. et rare- 
ment en France. — Parties moyennes et S. de l'E. de l'Europe, accid. dans le 
N. et l'W. ; Asie moyenne; E. de l'Afrique; émigrant jusque dans l'Inde, la 
Malaisie, l'Australie. 

T. nebularius(Gù\N. [L//;eo.sY? o77*ea., Briss., L. olottis Pall.]; Chevalier 
gris, Chevalier aboyeur. L : 33,5a 37; A : 18à 19,2 ; Q : 8 à 10 ; T : 5,6à 6,1 ; B : 5,3 
à 5,7. Bec noirâtre à base verdâtre (382), patte verdâtre, iris brun noir. — 
(^ 9 l'i^ipf- Bonnet et dessus du cou noirs, l'ayés longit. de blanc. Manteau 
noirâtre, les plumes bordées de blanchâtre avec un peu de roussâtre aux 
scapulaires. Bas du dos et sus-caudales blancs, les dernières rayées trans- 
vers, de brun. Face inf. blanche, le cou, la poitrine et le flanc tachés de 
noirâtre. Sourcil, lorum et joue blancs pointillés de noir. Rém. prim. noi- 
râtre, la première à rachis blanc. Cubitales noirâtres et brunâtres, en partie 
liserées de blanchâtre. Sus-alaires brunes, les grandes bordées de blanc. 
Sous-alaires blanches tachées de brun. Rect. blanches, les médianes barrées 
de brunâtre, les lat. peu ou pas tachées, cj' Q automne. Face sup. brun gris, 
la tête et le cou rayés de blanchâtre, les plumes du manteau avec une fine 
ligne noirâtre centrale et le bord blanchâtre, les scapulaires et les cubitales 
avec du noirâti-e près du bord. Bas du dos et sus-caudales comme au prin- 
temps. Face inf. blanche tachée de brunâtre au cou et à la poitrine. Sourcil, 
tour de l'œil et joue blancs, cette dernière pointillée de noir. J^orum brun. 
Sus-alaires brun foncé, la plupart bordées de blanchâtre. Rect. médianes 
grisâtres, lat. blanches, toutes rayées plus ou moins de brun noir. — 
J. Haut de la face sup. brun foncé, les plumes bordées de roussâtre clair. Face 
inf. blanche avec le cou et la poitrine rayés transvers, de gris roussâtre. — 
P. Bec noirâtre à base rousse, patte gris olivâtre. Front blanc, dessus du 
bonnet à taches noires plus ou moins confluentes. Reste de la face sup. grise 
nuancée de rosâtre au dos, avec une bande longit. noire et 2 lignes de taches 
noii'es de chaque côté. Face inf. blanche. 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 345 

Nidification semblable à celle des autres Clievalieis. — (Eufs:^, piriformes, 
assez allongés. Gd : '12 à ."i"') ; IM : :Vi à3:l. ixoussàtres, olivâtre clair, tachés de gris, 
de brun roux, de roux foncé. 

De passage, priuci[ial. sur les cotes N. et W. de la i''i'ance, beaucoup plus rai'c- 
nient dans l'intérieur. — N. dt^ l'Eurojxî ; Asie justprau .lapon, descendant 
l'hiver jusqu'au S. de rAIVicpu-, rind(;, l'Australie ; accident, .hiiis TH. de l'Amé- 
rique. 

T. glareola L. ; Chevalier sylvain. L : I •.),:> à 22,8; A : 12,2 à 12,7 ; (,) : 
4,9 à 5,9 ; T : ii.S à 4; B : 2, (S à 3. Bec noii- à base verdâlre, iris brun noir. 
ç^ Ç riipl. Face su|). i)riine un peu tachée de noirâtre et de blanchâtre, les 
sus-caudales blanches barrées de noirâtre dans la moitié dislale. Face inf. 
blanche, lavée de gris au cou et à la poitrine, avec des taches brunes, allon- 
gées au cou, plus larges ou ti-ansv. au côté de la poitrine et au liane, en 
stries ou cruciformes aux sous-caudales. Lorum brun, sourcils et joue 
blancs pointillés de brun. Béni. prim. brun foncé, la première à rachis 
blanc. Sous-alaires blanches tachées de brun. Bect. blanches avec au moins 
8 barres transv. brun noirâtre (3851. — cf Ç automne. P'ace sup. brune 
marquée de roussâtre. Face inf. blanche, le cou, la poitrine et le flanc lavés 
de gris et tachetés de brun. — J . Plus taché et roussâtre à la face sup., sali de 
gris et tacheté à la poitrine. — P. Bec noir à base jaunâtre ; patte gris oli- 
vâtre. Milieu du bonnet et ligne du bec vers la nuque noirs. La face sup. 
gris roussâtre avec 3 bandes et des taches noires sur le dos. Face inf. 
blanche, l'abdomen lavé de roux. 

Nirlifieation semblable à celle de l'espèce précédente. — Œufn : 4, piriformes. 
Gd : 37 à 40 ; Pd : 26 à 28. Olivâtre pâle ou roussâtre, ponctués et tachés de gris, 
de brun, de brun foncé et de noirâtre, souvent plus densément vers le gros bout. 

Au bord des eaux douces, de préférence dans les endroits boisés. Rarement 
estival, surtout de passage en France. — Europe moins l'extrême N. ; Asie 
moyenne, l'hiver jusqu'au S. de l'Afrique, l'Inde, la Malaisie, l'Australie. 

T. ochrophus L. 1 Totoiins piinctulalus Dubois]; Chevalier cul-blanc. 
L : 21,5 à 23.5 ; A ; 13,7 à 14 ; Q : 5,2 à 6,2; T : 3,2 à 3,5; B : 3,5 à 3,7. 
Bec noirverdâtre (384), patte gris verdâtre, iris brun foncé. — çj^ 9 l'upt- 
Face sup. jusqu'au bas du dos, brun olivâtre, à rellets, finement ponctuée de 
blanchâtre. Sus-caudales et face inf, blanches, le cou et la poitrine un peu 
lavés de brunâtre et tachetés de brun. Sourcil blanc, lorum brun. Joue 
blanche tachée de brun. Bém. prim. brun noir à rellets. Sous-alaires brunes 
tachées de blanc. Bect. blanches avec 3 ou 4 larges bandes transv. noirâtres 
sur les médianes (386), moins sur les lai. — çf 9 automne. Face sup. à 
mouchetures un peu roussâtres, les taches brunes du cou et de la poitrine un 
peu fondues. — J . Face sup. d'un brun plus clair, semée de petites taches 
roussâtres. Le cou et la poitrine plus tachés. La queue avec plus de noirâtre. 
— P. Bec noir à base vert jaunâtre, patte gris olivâtre. Face sup. i-oux 



346 



FAITNF IIF FRANCE. OrSF.AUX 



^'inell\ cliiir n\ec de iioiiihrciiscs hiclics noires ot 5 1);iik1ps de iriênie couleur 
à la tôle, 3 sur le honueL el uue de dijuiue côté, et une ];ir<^e bande noire 
sur le dos. Face inl". blanche. 

Nidificnlion analog-uc à celle de l'espèce pivcédenle. — (Enfi^ : i-, piriforines. 
Gd : 37 à 41 ; Pd : 26 à 28. Houssàlres ou verdâ Irc p:ile, |)oiicUiés el lâchés de 
gris, de brun jainn'ilfc el (h' l)ini) rouf^eâlre. 

Dans les mai'ais, sui' le bord des eaux, (h)uces de pn-féreuce, de passage et 
assez répandu en France, y élanl laicmeiil estival. — N. de l'Europe; Asie jus- 
qu'au Japon, éniigranl juscpie dans li- S. de i'Africjue, l'Inde, la Malaisie ; acci- 
dent, en Nouvelle-Ecosse. 

T. hypoleucus b. 17'. liuit^iu^thi et T. 'inclus Briss] ; Chevalier gui- 
onelle, (un-nctle vid^aire. b : 11» à !>•_> ; A : 10,4 à 11 ; Q : 5,7 à 6,2; T : 
'J,-i à -J, i ; P. : -2,4 à 2,5. Bec gris brun (379), pallc brun vcrdAtre (378), iris 
brun. — cf 9- ''''^-^ *^"P- ^^ sus-alaires gi-is brun ()li\àlre à rcilels un peu 
cuivrés, avec de légers Irails noirâlres, longil. sur la Icle, le cou, le liani du 
dos, Iransv. ci en zigzags sur le bas du dos, le tM-on|)ion, les sus-caudales et 
les sus-alaii-cs. l-'ace inl'. blanche a\'cclec(ité <\\\ cou el la poilrin(> lorlcuicnt 
nuancés de gris bnni cl lincnionl siriésde l)run b)ncé. Sourcil, lornin, pau- 
pièi-es cl joue |)lus on moins blancs, la dernière lâchée de brun. Héni. brun 
noir, les priiii., saut la preniièr(>, laché(>s de blanc ,\\\\ barbes inl., les der- 
nières à boni blanc. Second, barrées et plus on moins lei'uiinécs de blanc, 
les post. |)res([ue entier. blan(du's. Hc(d. nu'diam^s bruiu's bari-écs de noi- 
râtre, lat. grises, la(du>es el bai'rées de brun e( à boni blanc, l'exl. blanche 
tachée de non\ Va\ aulomne, seidcmenl a\ec moins de rcdlels, les stries du 
cou el de la poilrine moins ncdies. — ,/. i*'ace snp. d'un brun plus sombre, 
les plumes bordc'-es de l'oiissàlrc, le liaid de l'aile rave lrans\crs. de brun et 
de ronssàirc. Milieu de la poitrine cl du cou blanc pur. — P. lîec brun, 
patle gris x'erdàlrc. I''ace snp. gris roiissàlre [)onctuéc de noir, avec une 
bande loiigit. noire sur le boniiel, une de cha(pie côté de la tète et line lon- 
gil. dorsale (II- mciiu' leinle. I^'acc inl'. blanche. 

Nid. simple pelile (h'picssion du sol, enlrc les jiicrres OU les herbes. — Œufs: 
3 à i, i;nci,ieiil i., piii fonnes, couris. (id : 34 à 37,5; Pd : 25,5 à 26. Fauves ou 
roussâlre paie, poinUdés el Lâchés de ^ris, de brun, de brun rougeàtre, souvent 
d'une façon [)lus (lcns(> vei-s le gros bout. 

Sur le bord des eaux douces, rarement sur le Ijonl (l(> la mer, eslival el surtout 
de passage, répandu dans presque loule la l'iancc. — Europe; Asie jusqu'au 
Japon; N. de l'Afrique;; l'hiver jusqu'au S. de l'Afrique, l'Inde, l'Australie. 

(T. macularius b. ; Chevalier giivelè. b: 11),:'.; A : 10,5; Q : 5,6; T : 2.3; 
B : 2,3 Face snp. aile el (pieue ,'i |)eu piès eomme l't'sjjèce précédente, les rect. 
lai. à barbes inl. un p(>u plus rayées. Face inf blanche, léger, brunâtre au côté 
de la poitrine, en mue rupt. toute garnie de taches noires arrondies, sauf aux 
sous-caudales où elles sont allongées, en automne avec seulement des traces de 



FAiîNr: nr rn^NCF. — oisr.vrv 347 

ces taclies au càlv <hi cou ol (l(* la poilriiu^ saus jauiais sur ci-s parlics les sirics 
brunes de T. hi/po/eiiriis. — Sin-ualé coniuu» ayant été reucoul ir vu plusieurs 
endroits de France. — ■ Améri(|ue seplenlr., éniigrant jus(|u'au Mrésil; liés acci- 
dent, dans rW. de l'iMiiope : A nj:;! enterre, Allemagne, Suisse.) 



G. MACRORHAMPHUS Kka. u ; Marrorhampli,: 

I!cc un peu (lilal(' et chaoriiu- à l'ex liVunih'. à inandii.. iiH'. creus('e en dessous 
d'un sillon, à narines l.asales, lai., allon-ves. Aile longue et étroite, gueue 
(puisi-carrée. 

M. griseus (Gmi-i,.); Maciorlianiphe gi'is. L : -J.") à '2S; A : M à 15,'); 
g : .") à ;■•),;{ : T : ;{,.") à 1 ; ]'> : 5 à (i. lîee hnin l'oiieé (368^, palle lé-èr. oli- 
vâtre jauiiàli-e, iris hrmi l'oneé. — cf 9 '""'P'- "''n' •'<' '" '"'"'' ^"f- 1"'"" i'<>">; 
taché de noir, les taches plus petites à la ninpie. IJas du dos blanc avec 
quehjues taches noires, sus-caudales gris clair, 1res lâchées de croissants 
noirs. V-acc inC. i-oux clair avec des lâches iu)iràtres, petites au cou, plus 
grandes à la poilriiu", trans\'. an liane et aux sous-candales, le milieu de 
rabdonien blancliAlre. Sourcil el jone jannàlres avec de |)elil(>s laciies gris 
noirâti-e. lieni. noirfdres, la preinièi'c à rachis blanc. Sns-alaires coninie le 
dr)s. gneue blan(du\ ii-régnlici-. I)arrée. — çf 9 <'iiilonine. Face snp. gris 
briMi nniloruH', les plumes du manteau tachées de foncé, le ( ron|>ion et les 
sus-caudales blancs a\ec des croissaids lrans\'. noii's. Sourcil el l'ace inl'. 
blancs avec un peu de brnnàlre an cote'' (\\i c<ui, (pudcpies lâches grises sui- 
le liane et des raies lrans\'. brimes aux s(Mis-caiidales. Iumii. prim. comme 
au printemps, second, gris brun à bordure blanche. Mecl. médianes grises, 
les antres blanches barrées comme en plumage riipl. — ./. Ilaiil de la face 
Slip, roux lâché de noirâtre, bas du dos blanc avec (|iiel(pies laciies noires, 
les sus-caudales blanc grisâlre avec des /ig/.ags Iraiisv. noirs. Sourcil el lace 
inl'. blanc l'onssâl iv, la poiliine plus l'oncée, des petites lâches brunes au 
cou, à la poitrine d au liane, des /ig/.ags noirâircs aux sous-caudales. 

iVii/i/icaltoii resseml.iaiil ;i celle du g. Tr/nfja. — <'A'///V : (iéinu-al. î, piiirorines. 
Gd : .30 à i'i,:;; Pd : iC à :{(),:;. \'ci(lfilic paie ou jaune olivâtre, tachés de chocolat 
ou de terre d'ombre. 

Heucontré liés accident, dans h; N, W. de la Franc.-. — N. de rAiiiéii(pie ; très 
accident, dans l'W. de l'Europe. 



(G. CATOPTROPHORUS I'.onm'.: Si/mphemù'.) 

IC. semipalraatus (GMia..); Syinph.Mnic seuiipalmée. I. : 40; A : 19,:; ; (J : 5 ; 
T : G; B : 0. Bec et iris brun ronce, palte noire. — cT Q i"iipt. Face snp. grise 
avec des taches longit. noirâtres à la télc et au dos, transv. aux seapnlaires et 
aux sus-alaires, la bordure des plumes plus claire. Sus-caudales blanches. Face 



348 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

iiif. hltuicbe, iiven dos lâches brun roux, ;irrondies ou allong-ées, sauf au flanc et 
aux sous-caudalos où elles sont en zigzags transv. Grandes rém. noires et 
blanches. Queue grise avec quehjues macules. — cf 9 automne. Face sup. cendré 
uniforme avec une tache brunâtre au milieu de chaque plume, la bordure claire. 
Sus-caudales blanches, ponctuées de gris. Face inf. blanche, le cou et la poitrine 
g-ris striés longitud. de brun et le flanc taché de gris. Sus-alaires gris brun à bor- 
dure des plumes blanchâtre. Rect. médianes brunes, les autres à zigzags gris. — 
Aurait été capturée plusieurs fois en France (Degland et Gerbe, 1867). — Amé- 
rique septentr., descendant l'hiver jusqu'aux Antilles.) 



G. LIMOSA Bhiss.: Bmrje 

Bec à extrémité un peu dilatée, a niandib. sup. très lisse, dépassant un peu 
l'inf. Narines presque basales, en fente, assez courtes. Menton bien emplumé. 
Tarse en partie scutellé devant et derrière. Queue co.urle, carrée, à 12 rect. 
larges, subarrondies. Sexes peu ditférents, la 9 général, la plus grande. Une 
livrée de noce très nette. 

L. limosa (L.) \ L incldiunut J^eisl.,. L. icoocephdla Pall.] ; Barge égocé- 
phale, Barge à queue noire. L : iO à 48 ; A : 21 à '23; Q : 8 à 9; T : 6,7 à 
8,6; B : 10 à 12. Bec brun à hase orange (92 p. 55), patte noirâtre, iris brun 
i^oux. — cf 9 l'i^ipl- Bonnet et cou roux tachés de noirâtre, en stines longit. 
à la tète, en pointillé au cou. Haut du manteau noir, les plumes lai-gement 
bordées de roux. Bas du dos ncnr, sus-caudales blanches sauf à la base. 
Face inf. roux rougeàtre, la poitrine et le liane barrés de noir, le ventre, la 
jambe et les sous-caudales blancs. Joue rousse striée de noirâtre. Sus- 
alaires et cubitales gris brun, les premières terminées de blanc, les secondes 
tachées de roux et de noir, (irandes rém. et rect. noires avec plus ou moins 
de blanc. — cf 9 aulonuie. Face sup. brun cendré avec le centre des 
plumes plus l'once et le bas du dos brun noirâtre. Cou, poitrine et flanc 
gris, ventre et sous-caudales blancs. Bect. médianes à bout blanchâtre. — 
./. Bonnet el cou gris roussâtre avec des stries brunes à la tète. Haut du 
manteau, sus-al. lires et cubitales gris brun, les plumes liserées de gris plus 
ou nmins roussâlre. Bas du dos brun. Cou, poitrine el flanc roussâtre gri- 
sâtre a^■ec quelques nnicules brunâtres aux deux derniers. Gorge, ventre 
el sous-caudales blancs. Sourcil blanchâtre, lorum brunâtre. Joue blan- 
châtre lavée de roussâtre. Rect. plus ou moins terminées de blanchâtre. 
— P. Bec el patle bruns. Bonnet blanc roussâtre à milieu brun foncé, l'este 
de la l'at'c sup. varié de fauve el de imirâtre. Face iid'. fauve, barrée de 
roux au liane. Une bande noirâtre du liée sur l'œil et l'oreilh". 

Niil, petite dépression du sol à peine garnie de quelques lierbes sèches. — 
(Eiifs : 4, pirifoi'ines. Gd : 53 à 60 ; Pd : 3(5 à 40. Olivâtres, roussàtres et gris vcr- 
dâlre, plus ou moins fortement tachés de gris brun et de brun. 



FAUNE DE FRANCE. OISEAl V ."i 49 

Surtout sur les côtes, aussi sur le l)or(l des eaux douces, dans les marais, les 
prés liuiiiides, estivale et surtout dt' passage en 1* rance. — lùirope, Asie juscprau 
Jai>on; l'iiiver jusqu'en Abyssiuie, Tlnde, la Malaisie, l'Australie. 

L. lapponica (L.) \ScoJopa.i K^gocephalti L., Liinosa rii/a I^riss., 
L. mei/cri Leisl.J ; Barge rousse. L : 33 à 38; A : 20 ;i 21, i>; g : (3,8 à 8; 
ï : i,7 à 5,2; 1> : 7,1 à 9. Bec noirâtre à base brun rougeàlre (373), patte 
noirâtre, iris brun roux. • — cf 9 ''"P'- J t'I*^ l'I cou roux avec des stries lon- 
git. noirâtres sur la tête. Ilaid du manteau et cubitales noirâtres, les 
plumes bordées et tachées de l'oux et en partie de l)lancliâlre. Croupion 
et sus-caudales blancs, tachés de brun noir, les secondes un peu lavées de 
roux. Face inf. roux rougeâtre a\ec quelques stries longit. noires au cou, à 
la poitrine et pai-i'ois à la région s(jus-caudale qui est variée de jjlanc. Aile 
noirâtre, les rém. movennes et les grandes sus-alaires anl. terminées de 
blanc, les autres sus-alaires g-ris brun, la plupart à bout blanc. Rect. 
blanches, barrées de brun. — $ cf automne. Face sup. brune, les plumes 
de la tète et du cou bordées de gris, celles du haut du manteau et les cubi- 
tales bordées de gris roussâtre ou de blanchâtre. Croupion et sus-caudales 
blancs tachés de brun. Gorge, ^'entre et sous-caudales blancs. Cou et poi- 
trine gris roussâtre striés de brun. Sourcil, lorum et joue gris roussâtre, un 
peu tachetés de brun. Sus-alaires brunes à bordure blanchâtre. Rect. 
blanches rayées de brun. — ./. Ressemblant aux ad. en automne, mais l'ace 
sup. à bordure des plumes plus roussâtre, le blanc du bas de la face inl'. et 
de la queue lavé de roussâtre ou de gris roussâtre. — P. Ressemblant beau- 
coup à celui de l'espèce précédente, s'en distinguant outre la taille par le 
développement moindre de l'ongle du doigt médian à peine plus grand que 
celui de Tint. 

Nid comme celui de la Barge égocé[)hale. — Œufs : 4, ])iriformes. Gd : 50 à 5îj ; 
Pd : 35 à 37. Olive pâle, gris olivâtre ou roussâtre, tachés de gris violacé et de 
brun roussâtre. 

De passage en France, particulier, sur les côtes N. et W., signalée comme y 
nichant accident. — N. de l'Europe et de l'Asie, émigrant jusqu'en Sénégambie 
et au S. de l'Asie. 



G. NUMENIUS Binss. ; Courlis. 

Bec un peu comprimé à la base, à mandii). su[). un peu dilatée au bout et 
dépassant un peu l'iuf. Narines en l'ente allongée, subbasales. Menton bien 
emplumé. Tarse en grande partie scidellé tie\aul, réticulé derrière. Ongle du 
médian général, tordu vers 1 ext. (Jueue canée ou sul)arrondie à 12 rect. Cou 
assez long. Sexes sembiajjles et [)eu dill'érents suivant les saisons, jeune ressem- 
blant beaucoup aux ad. 

N. aiquatus (L.; ; Courlis cendré. L : m h 70; A : 29 à 32; Q : 11,5 



350 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

à 12,3 ; T : 7,8 à 8,6; B : li> à 20. Bec brun U base un peu j,mse ^363), patle 
gi'ise (365), iris brun roux. — cf 9- f'^^*-' ^"P- '^l'i'i^ noirâtre, les plumes 
largement boidées de gris roussâtre, le croupion et les sus-caudales blancs 
plus ou moins tachés de brun noir. F'ace ini". blanche avec le cou et la poi- 
trine roussàtres et tachés longit. de brun, le ventre à taches plus larges et, 
plus espacées, les sous-caudales avec quelques lines stries. Sourcil et joue 
roussàtres striés de brun. liém. noirâtres à bail)es int. marbrées de blanc. 
Cubitales bordées et tachées de gris ou de gris i-oussâtre. Hect. blanches 
barrées de brun, les médianes lavées de gris. — /. Le bec plus court et 
moins arqué, le plumage plus gris. — P. Bec presque droit et noirâtre à 
base jaunâtre, patte brun olivâtre. Face sup. roux pâle tachée de brun avec 
de plus grandes marques de cette teinte, une large sur le vertex, inie autre 
au lorum et une sur l'oreille. Face inf. roussâtre clair. 

Nid de quelques débris végétaux dans une petite dépression du sol d'un marais 
ou d'une tourbière. — Œufs : 4, piriformes. Gd : 66 à 76 ; Pd : 45 à 50. Olivâtre 
verdâtre ou brunâtre, tachés de gris, de brun olivâtre, de ])run foncé. 

Au bord de la mer et des eaux douces, dans les marais, estival, surtout de 
passage et plus ou moins répandu en France. — Europe, moins l'extrême N. ; 
Asie jusqu'au Japon; en hiver dans toute l'Afrique et dans l'Inde. 

N. tenuirostris Vieill. ; Courlis à bec grêle. L : 43 à 47; A : 24,5 à 26,8; 
Q : 9,5 à 10,2; T : 6,4 à (■),6; B : 7,1 à 9,5. Bec brun à base plus claire (3661, 
patte grise, iris brun. — çfQ- Face sup. brun léger, grisâtre, les plumes du 
bonnet et du cou largement bordées de roussâtre clair et de blanchâtre, 
celles du haut du manteau et les cubitales bordées de gris roussâtre, le 
croupion et les sus-caudales blancs, avec quelques taches brunes sur ces 
dernières. Face inf. blanche, un peu barrée de grisâtre au cou et à la poi- 
trine, avec, sauf généi^al. aux sous-caudales, de nombreuses taches noi- 
râtres, plus grandes au ventre et au flanc qu'au cou et à la poitrine. Rém. 
noirâtres, sauf les premières, tachées de blanc. Sus-alaires bordées de blan- 
châtre. Rect. blanches, barrées de noirâtre. — /. Ressemblant aux ad., le 
bec plus court, le plumage plus terne. — P. Sauf la taille, très semblable à 
celui de l'espèce précédente. 

Nidificalioii rappelant celle du Courlis cendré. — Œufs : 3 à 4, piriformes. 
Gd : 55 à 57; Pd ; 38 à 42. Vert olivâtre ou l)run olivâtre, tachés de brun olive 
ou de brun foncé. 

De passage en b'rance, surtout dans le S., accident, dans le N., dans les mômes 
endroits que le précédent. — S. de l'Europe; régions caspieuues; X. de l'Afrique; 
accident. N. de l'Europe. 

N. phaBOpus (L.) [A', niinor Bmss.J; Courlis courlicu. L : i3 à 50 ; A : 24 
à 25; Q : 10 à 11 ; T : 5,6 à 5,8 ; B : 7,8 à 10. Bec noirâtre à base rougeâtre 
(364), patte gris bleuâtre, iris brun. — cf $• Bonnet brun foncé avec une 
ligne longit. médiane roussâtre clair. Reste de la face sup. brun grisâtre, 



FALNE t)E FRANCE. OtSEAl'X 351 

les plumes lîordées de gris roussâti-e, le croupion el les sus-caudales blancs 
avec quelques lignes transv. brunes. Face inl'. blanche, le cou, la poitrine et 
le liane lavés de gris roussàLre et à taches brunes plus ou moins allongées et 
seri-ées aux premières, plus espacées, larges el Iransv. au dernier, quelques 
stries brunes au venlre el aux sous-caudales. Large sourcil roussàtre pâle, 
lorum l'orlemenl taché (h- brun foncé. Joue blanchâtre striée de brun. Rém. 
lutiràlres marquées de blanc. Sus-alaires bordées de blanchâtre, liect. 
médianes gris brunâtre, les lai. presque blan(;hes, \c boni blanc et des 
bandes Iransv. brunes. — J. Le bec plus courl, la l'ace sup. à leinles plus 
soudjres et plus ternes, le bas du dos plus taché, la pt)drnie plus roussàtre. 
— P. Bec noirâtre à base jaunâtre, patte grise. Une large tache noire au 
vertex, la l'ace sup. gris roussàtre clair avec des taches longit. noires sur le 
dos et l'aile. Face uif. et sourcil blanchâtres. Quelques traits noirs au coté 
de la tète. 

Nidification analogue à celle du précédent. — Œufs : 3 à 4, piriformes. Gd : l'û 
à 02; Pd : 41 à 44. Verdâtres ou olivâtres, tachés de gris et de brua, souvent sur- 
tout autour du gros bout. 

De passage en France, surtout sur les côtes N. et W. — N. de l'Europe et de 
l'Asie, émigrant jusqu'au S. de l'Afrique, l'Inde, la Malaisie. 

G. HIMANTOPUS limss. ; Éc/iasse. 

Bec un peu comprimé, à bout de la mandib. sup. dépassant un peu l'inf., à 
sillons lat. atteignant à peine le milieu du bec, à narines prébasales. Tarse réti- 
culé devant et derrière. Ongles courts. Aile dépassant notablement l'extrémité 
de la queue. Queue quasi carrée. Sexe et jeune peu dill'érents. 

H. hiinaiitopus ^L.) [//. candidus Boxnat., //. nielanopterus Temm., 
H. albicullis Vieill.,//. y^//«// Flem.J ; Échasse blanche, Échasse à manteau 
noir. L : ;U â 40; A : ±l,b à -24; Q : 7,8 à \) ; T : 11,8 à 12,5 ; B : 6 à (3,t). 
Bec noir (4 p. 43), patte l'ouge vermillon (3 p. 43], iris rouge. — Ç rupt. 
Blanc, avec la face inf. lavée de rose, l'arrière de la tête et le haut du cou 
jusqu'à l'œil, le haut du manteau et l'aile noirs à rellets verdàtre, la queue 
gris clair. — Ç rupt. Lu peu plus pclile, le noir du plumage avec peu de 
rellets et lavé de brun, le derrière de la tête taché de gris et de brun. — 
Cf 9 automne. La tête et le cou entier, blancs, pas de rose à la l'ace iid'., le 
reste à peu près comme au printemps. — J . Ressemblanl à la Ç, mais les 
plumes brun noirâtre plus ou moins bordées de clair. — P. Bec noir à pointe 
claire, patte jaune brun. (k)uvert, saut sur le côté du cou, de duvet gris 
roussàtre taché de noir à la l'ace sup., blanc à la l'ace inf. Une bande noire 
au vertex, une sur l'œil, et deux autres au dos. 

Nid, simple petit amas de débris végétaux, à terre. — Œufs : 4, pirilormes. 
Gd : 42 à 40; l^d : 31 à 32. Jaunâtres, roussâlres ou olivâtre clair, ponctués et 



352 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

tachés de gris, de brun rouge, de noirâtre, souvent surtout autour du gros bout. 
Au bord des eaux, de préférence salées, nichant plus ou moins régulier, dans 
le S., de i^assage ou accid. dans le reste de la France. — S. de l'Europe, acci- 
dent, dans la partie moyenne; Asie moyenne; émigrant en Afric^ue et le S. de 
l'Asie. 



G. RECURVIROSTRA I..: Amretle. 

Bec déprimé en arrière, à extrémité pointue souvent un peu infléchie vers le 
Jjas, sillonné lat. sur moins de sa première moitié, très flexible. Tarse réticulé 
devant et derrière. Pouce très petit, surélevé, ne touchant pas terre. Aile attei- 
gnant ou dépassant un peu le bout de la queue. Celle-ci carrée. Cou assez long. 
Tète très convexe. Sexes peu dill'érents. Pas de plumage de noce. 

R. avocetta L. [H. europwti Dum.J ; Avocette à nuque noire, Récurvi- 
rostre avocette. L : 4:i à 47 ; A : "22 à -IW; Q : 1 ,:> à 9,2; T ; 8,4 à 9; B : 7,5 
à y, 5. Bec noir ou noirâtre (114 p. 61 j, palte gris de plomb (360), iris brun. 

— cf ?• Blancs avec le bonnet, le dessus du cou, partie des scapulaires, 
petites et moyennes sus-abiires el rém. prim. noirs. I^a 9 ^ni peu plus petite 
et le noir léger, brunâtre. — J . Le blanc moins pur, lavé de gris, le noir 
fortement nuancé de brun et de gris, les plumes bordées de gris roussâtre. 

— P. Bec noir à base bleuâtre, patte gris de plomb. Face sup. gris fauve 
avec des taches et des bandes irrégulières noirâtres ou gris noir. Face inf. 
blanche avec le cou gris, l'abdomen un peu lavé de roussâtre. 

Nid de quelques débris végétaux dans une petite dépression du sol. — Œufs: 
2 à 3, ovales ou ovoïconiques. Gd : 47 à 53; Pd : 33 à 36. Houssàlre un peu oli- 
vâti^e, ponctués et tachés de brun et de noirâtre. 

Sur les côtes, plus rarement dans les marais, nichant en quelques points, de 
passage ou accid. dans le reste de la France. — Europe moyenne et S., Asie jus- 
qu'à la Chine, descendant l'hiver jusqu'au S. de l'Afrique el de l'Inde. 



G. SQUATAROLA Ciiv. ; S<jualarole. 

Bec l)eaucoup plus haut que large vers le milieu, fortement convexe sur la 
moitié ou les 2/3 ant., à angle mentonnier assez accusé, à narines en l'ente, à peu 
près basales, dans un large sillon dépassant le milieu du bec. Tarse réticulé 
devant et derrière. Pouce rudimentaire, ne touchant pas le sol. Aile atteignant à 
peu près ou dépassant un peu l'exlrémité de la queue. Celle-ci quasi carrée à 12 
rect. Tête large, l'oi'te et bombée. Sexes à peu près identiques. Un plumage de 
noce. 

S. squatarola (L.) | Triiii^a heh'clicd F., Vdnclhis <^ri.seits Briss., V. 
melunogasler Biicus.] ; Squatarole gi'ise, \ anneau suisse, \ anneau pluvier. 
L : 28,5 à 30; A : 19 à 20,5 ; g : 7,5 â 9; T : 4,2 â i,6 : B : 2,0 à 3. Bec noir 



FAUNE DE FRANCE. OISEAITX 353 

(372i, patte noirâtre (371), iris brun noir. — çf 9 l'upt. Front et sourcil blancs, 
bonnet, C(')té et derrière du cou blanchâtres tachés de noirâtre. Manteau et 
sus-alaires noirs lâchetés ou bariolés de blanc, sus-caudales blanches avec 
quelques taches noires. Loruni et face inf. noirs avec quelques taches 
blanches sur le côté de la poitrine et les sous-caudales blanches, les lat. avec 
quelques taches nuiràtres. Héni. noires à rachis blanc. Queue blanche barrée 
de noir. La Ç ^^^ teintes un peu moins pures. — cf 9 automne. Face sup. 
brun noirâtre tachée de jaunâtre et de blanchâtre. Face inf. blanche à taches 
grises et brunes, plus ou moins allongées, au cou, à la poitrine, au liane et 
aux sous-caudales. Queue blanche barrée de brun surtout sur les rect. 
médianes et moyennes qui ont le bout jaunâtre. — J. Ressemblant aux ad. 
en automne, la face sup. plus claire et grise, la face inf. plus tachée. 

Nid de quelques débris végétaux dans une faible dépression du sol entre les 
herbes d'un marécage. — Œufs : 4, piriformes. Gd : 51 à lïS ; Pd : 34 à 3."). Jaune 
d'ocre, tachés de brun. 

De passage en France, particulier, sur les côtes N. et \V. — \. de rEuroj)e, de 
l'Asie et de l'Amérique, descendant l'hiver en Afrique, dans le S. de l'Asie, l'Aus- 
tralie, l'Amérique du S. 



G. CHARADRIUS L. ; Pluvier. 

Bec plus haut que large au milieu, fortement convexe dans la première moitié, 
à angle mentonnier })lus ou moins accusé, à narines en fente, à peu près basales, 
dans un large sillon dépassant le milieu du bec. Tarse largement réticulé devant, 
beaucoup plus finement derrière. Pouce nul. Aile atteignant à peu près ou dépas- 
sant un peu l'extrémité de la queue. Sexes peu différents. 

Ch. apricarius F. \Ch. pluvialis L., Phiv/a/is aiirea Briss. ] ; Pluvier 
doré. L : 26,5 à 28,5 ; A : 17,0 à 18,6; Q : 7 â 8 ; T : 3,9 à i,2 ; B : 2,1 à 2,3. 
Bec (357), patte (356) et iris noirâtres. — cf 9 l'i^^pF Face sup. noire avec au 
bout des plumes une tache jaune d'or, souvent jaunâtre ou blanchâtre sur 
le croupion et les sus-alaires, les sus-caudales mf. et les rect. blanchâtres 
barrées de brun noir. Lorum, joue et face inf. noirs, bordés depuis le front 
d'une ligne blanche tachée de jaune et de noir au niveau de la poitrine et du 
liane. Sous-caudales blanches, les lat. tachées de brun. Uéni. brunes, en 
partie à rachis blanc. — cf 9 autonuie. Face sup. noirâtre â taches jaune 
d'or. Face inf. blanche, le cou et la poitrine lavés de gris et tachés de brun 
et de noirâti:e, les sous-caudales lat. tachées de noirâtre et de jaunâtre. — 
J. Face sup, gris noirâtre, tachetée de blanchâtre et de jaunâtre. Face inf. 
grise, mouchetée de brunâtre et tachée de jaunâtre au C(")té du cou et de la 
poitrine. — P. Bec brun noirâtre, patte brun roussâtre, iris brun. Face sup., 
aile et cuisse jaunes avec des lignes et des petites taches noires. Front et face 
inf. blancs. 

23 



354 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

Nid de quelques herbes sèches, dans une petite dépression du sol. — Œufs : 3 
à 4, piriformes, plus ou moins épais. Gd : 49 à 54 ; Pd : 36 à 37. Roux jaunâtre, 
olivâtre, parlois rougeàtre, tachés de gris, de brun noir, souvent surtout vers le 
gros bout. 

De passage en France sur les cotes, également au bord des eaux douces, dans 
les marécages et les prairies humides. — Ein'o[je X. et moyenne; Asie jusqu'au 
lénisséi, émigrant dans le S. de l'AlVicpie, l'Inde; accident, au Groenland. 

Ch. moriuellus L. [Ch. luppunicus L., Morinclltis sibiiicus lîoNAi'.j ; Pui- 
viei' guigiiaid, Guigiiard de Sil)érie. L : 'l'I à "25; A : \'),'l à Hi,- ; (J '• ''.*J i^> 
7,0; T : :i,2 à .'^,5 ; 15 : l,i,')à 1,7. Bec noirâlre (358;, patte jaune verdàlre, 
iris brun i'oiicé. — çf rupl. Front blanchâtre, b(ninel iioii' a\ec un large 
sourcil blanc, nianleau gris brun, les scapulaires, les sus-alaires et les cubi- 
tales bordées de roux ou de roussàtre. Sous-caudales brunâtres bordées de 
grisâtre. Gorge blanche tachetée de noirâtre de c(")té et en bas. Cou et haut 
de la poitrine gris brunâtre limité en bas par un ceinturon blanc bordé de 
noir. Epigaslre et ilanc roux niai'ron, xenlre el jandje noirs, région anale et 
sous-caudales blanc roussàtre. liéui. et recl. I)run noirâlre, la première 
prim. à rachis blanc, les second, et les rect. à bout blanc. — Ç rupt. Les 
teintes moins pures, le noir du bonnet taché de roussàtre, le sourcil lavé de 
même teinte, la gorge plus lâchée, le ceinturon moins net, le roux de l'épi- 
gastre et du tlanc varié de gris, le noir du \entre moins pur. — cf 9 
automne. De teintes encore moins pures que la 9 l'upt. Le bas du cou et le 
haut de la poitrine lavés de roussàtre, le ceinturon pectoral presque rml, 
l'épigastre à peine roux terne et mélangé de gris. Pas de noir au ventre. — 
J . Bonnet brun taché de roux, sourcil roussàtre. Face sup. brunâtre tachée 
de roux et de roussàtre. Face inl". blanchâtre av^ec le cou et la poitrine lavés 
de gris brunâtre el un peu tachés de brun. — ]K Bec brun â base et pointe 
plus pâles, patte brun roux. Face sup., aile et cuisse l'auves lâchées de roux 
et de noir, trois traits noirs depuis la mandib. sup. sur le Iront, le lorum et 
ja région oculaii'e. Face inl'. blanche, lavée de roussàtre à la poitrine et à 
l'abdomen. 

Nid ressemblant à celui de l'espèce précédente, mais en terrain sec. — Œufs : 
3 à 4, léger, piriformes. Gd : 39 à 42; Pd : à 9 à 30. Vert jaunâtre ou vert brunâtre 
pâle, ponctués et tachés de brun noir el de noirâtre, souvent plus densément vers 
le gros bout. 

Dans les endroits découverts, secs comme plus ou moins humides, aussi sur 
les grèves, devenu rare comme estival et nicheur, surtout de passage en France. 
— N. et Centre de l'Europe; N. de l'Asie, descendant l'hiver dans le N. de 
l'Afrique, le ïurkestan, la Perse. 

Ch. hiaticula L. [Pliwialis lofqaalus Briss., ('haradiius intennedius 
Menetk.J ; Pluvier hiaticule, (irand Gravelot â collier. L : 17, ô à PJ ; A : 
l-2,C)à l.'i; Q : 5„'3 à (■>,! ; i' : -2,1 à 2,(3; B : 1,3 à ],ô. Bec jaune orange à 



lar^e j)l;isli'oii 


se eonliuiiaul en ; 


iin-icM-e en ini eollic 


Une l)aiKle hla 


nehe .l'un umI à l'a 


iilre sur le milieu d 


sLis-faïulales hi 


it., l'are iui'. sauf le 


plasiron vi un eolli 


hlaiifs. liL'iii. 


noirâtres, les prei: 


uières ;i raehis Mai 


plus vu plus 


(le hlane. lleel. 


médianes nou't's a\ 


l'extréiuité, lai 


l. plus ou moins bri 


unes et a\ ee tle plu; 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 355 

bout noir (ad.i (359), patte jaune ()rani;(' lad.), iris hriui noir. — cT 9- (^"^l'^iiK^e 
partie de la lace sup., sus-alaires et cubitales brun eeudré, les i^randes sus- 
alaires bordées de blanc. Front, le devaid du vertex, le lorum, la joue et un 

étroit complel, noirs. 
Iront. A ri'i ère-sourcil, 
i- complet le précédant, 
, les sui\antes a\ec de 
,\ec ini peu de blanc à 
plus de blanc, Texl. 
élaul piesque entier, tle cette couleur. La Ç et les 'i sexes en automne avec 
les parties noires moins laryes et moins brillantes. — J. Face sup. et plastron 
brun cendré, les plumes bordées de grisâtre, pas de noir à la tête, le blanc 
du front se continuant avec le sourcil. F^ace inf., moins le plastron, blanche. 
Rém. et grandes sus-alaires terminées de blanc. — P. lîec noir, patte jau- 
nâtre. F'ace sup. grise, mouchetée de noir, avec une ligne noire sur la nuque 
et une autre de l'œil sur la joue. Bas du front, collier et face inf. blancs. 

.\id ressemblant à celui des autres Pluviers, sur le bord de l'eau. - Œufs : 3 à 
4, plus ou moins piriformes. Gd : 33 à 37 ; Pd : 25 à 20. Gris roussâtre, roussâtres 
ou roux jaunâtre clan-, tachés et ponctués de gris violacé et de noirâtre, souvent 
surtout vers le gros bout. 

Estival et de passage en France, sur le bord de la mer comme sur celui des 
eaux douces. — Europe jusqu'à la Méditerranée ; Asie depuis le 74'= lai. N. ; 
Groenland; N. E. de l'Amérique; en hiver jusqu'au S. de rAl'ricpie el l'Inde. 

Ch. dubius Scop. [Ch. philippinus Lath., Ch. iiiinor Mev. et W.J ; Plu- 
vier des Philippines, Petit Gravelot à collier. L : 15,5 à 17 ; A : 11,3 à 11,8; 
Q : 5,6 à 6,3 ; T : '2,3 à '2,5 ; B : 1 ,2 à 1 ,3. Bec noir h base mandibul. inf. jaune, 
patte jaune, iris brun noir. — Plumage ressemblant beaucoup comme colo- 
ration à celui de l'espèce précédente, en différent surtout, outre la taille, par 
le plastron noir nettement moins large. — l*. Rappelant aussi beaucoup celui 
du Ch. hiaticula, en différant surtout par son bec noir à base mandib. inf. 
jaunâtre, sa patte gris jaunâtre, trois demi-colliers au lieu de deux, un blanc 
entre deux noirs. 

Nidificalion analogue à celle de l'espèce précédente. — ft'«/s ; 3 à 4, quelque- 
fois 5, piriformes. Gd : 28 à 31 ; Pd : 21 à 23. Gris roussâtre, roussâtres, roux 
jaunâtre clair, ponctués et tachés de gris violacé, de noirâtre, souvent surtout vers 
le gros bout. 

Estival et de passage en P'rance, fréquentant plus les eaux douces que le pré- 
cédent. — Europe moins l'extrême N. ; Asie jusqu'au .lapon ; descendant l'hiver 
en Afrique, dans l'Inde, la Malaisie, la Nouvelle-Guinée. 

Ch. alexandrinus L. [Cli. cantianus Lath.J ; Pluvier à collier interrompu, 
Gravelot de Kent. L : 16,5 à 18; A : Il à 11,8; U : i,8 à 5,5; T : 2,6 à 2,8 ; 
B : 1,4 à 1,5. Bec, patte et iris noirs. — cT 9 • l'^i'onl, sourcil et un large 



356 FAUNE DE FRANCE. — OISEAUX 

collier blanc. Devant du vertex et une lig^ne du bec sur l'œil et au delà noirs 
((j^) ou plus ou moins bruns (Ç), reste du bonnet roux fauve. Manteau et 
cubitales gris brun, les sus-caudales lat. blanches. Face inf. blanche avec une 
large tache sur le côté de la poitrine, noire ((j^) ou brune [Q ]. Hém. noirâtres, 
les prim. à rachis en partie blanc, les second, plus ou moins blanches. Rect. 
médianes brunes, les autres blanches, lavées de gris, saut les 3 ext. — 
/. Front, sourcil et bordure des sus-alaires blanchcâlres. Face sup. et bande 
oculaire gris brun, les plumes lisérées de gris rousscâtre. Collier et l'ace inf. 
blancs, avec une tache brunâtre au côté de la poitrine. — P. Bec noir, patte 
gris noir. Front, tour de l'o-il et face inf. blancs. Reste gris roussâtre taché 
de noir. Un trait noir sur lieil. 

Nid analogue à celui de l'espèce précédente. — Œufs : .3 .-i 4, léger, piriformes. 
Gd : .32 à 34, ."i; Pd : 23 ;i 24. l^oussâtres ou gris verdàlie, pcjnetués et tachés de 
gris, de noirâtre. 

Estival et de passage en France, surtout sur les côtes. — Europe moyenne et 
S.; Asie justpiau Japon; l'hiver jusqu'au S. de l'Afrique, de l'Inde, la Chine, 
l'Australie. 



G. VANELLUS Bmss. ; Vannpaii. 

Bec comprimé et convexe dans sou tiers distal, avec un angle nientonnier plus 
ou moins accusé, à narines en fente, subbasales, dans un large sillon s'étendant 
sur plus de moitié du bec. Tarse en grande partie scutellé devant, réticulé der- 
rière. Pouce court, touchant à peine terre. Aile à l""*^ et à 3'^ rém. échancrées au bord 
int. Queue carrée à 12 rect. larges. Sexes peu différents, pas de plumage de noce 
liieu net. 

V. vanelluslL.) {V. vuli^ari.s lÎEcnsT., 1^ crisldlus ^\xî.\. et ^^'.J ; ^'an- 
neau hu[.pe. L : :U ,â à 3i; A : 22 à 2;^,.') ; g : 1(»,.") â 12 : T : i,7 à :),2; B : 
2,i à 2,7. Bec noir (91 p. 55), patte brun rougeâtre (90 p. 5J), iris brun noir. 
— Cf 9- l^ùnnet, huppe, loruni et tour de l'ieil noirs à reilets verdàtres, 
post-sourcil, C()té de la tète et du haut du cou blancs, avec plus ou moins de 
i-oussâtre à ce dernier, lieste de la face sup., scapulaires et sus-alaii'es 
vert olive à reilets métalliques poui'pres et l)leus. Partie des sus-caudales et 
sous-caudales rousses. Face inf. juscpi'au bas de la poitrine noir à reflets, 
ensuite blanche. Rém. ntjir brillant, les dernières à bout roussâtre. Queue 
blanche dans la partie proximale, noire dans le reste. En automne, huppe 
plus courte et plumage avec nn:)ins de reilets, la gorge et le devant du cou 
blancs. — J. Huppe courte, le plumage plus terne et avec bien moins de 
reilets, le noir lavé de brunâtre, beaucoup de plumes bordées de roussâtre, le 
côté de la tête et du cou lavés de roux, la gorge et le devant du cou blan- 
châtres ainsi que le bout des rect. — P. lîec brun, patte brunâtre. Face sup., 
aile et cuisse roux brunâtre avec des taches noires et un demi collier blan- 
châtre. Face inf. et côté de la tète blanchâtres avec un plastron noirâtre. 



FAUNE DE FRANCE. OISEAIX 



357 



-V/V/ de (iuel(|iies débris voi^hUîuix dans une [ndilc d(''|)r('ssion du sol cuire les 
herbes d"ua niaivcage ou d'une prairie hiuuide. — (Kufs : .5 à i, pirifonnes. Gd : 
41 à 47 ; Pd : M à 34. Olivâtres ou roux olivfdre, bien tarlu'-s de gris et de brun 
noirâtre. 

Au l)ord des élang-s, ilans les marais, les prairies iiumides, mais aussi ilans les 
champs et sur les côtes. Estival, de [)assagc ou hivernal, plus ou moins répandu 
dans presque toute la France. — Europe ; Asie jus(|u'au .lapon, l'hiver dans 
le N. de l'Afrique, le N. W. de l'Inde, la Chine. 



G. CHETTUSIA Bon ve. ; Chettime. 

Bec com[)rimé et convexe dans son tiers distal, à angle mentonnier plus f)u 
moins accusé, à mandib. sup. dépassant un peu l'inf., à narines en fente, subha- 
sales, dans un sillon dépassant le milieu du liée. Tarse en grande [)ai'lie scutellé 
devant. Pouce petit. Sexes semblables. 

Ch. gregaria Pau,.) l/rr/'/n^n hcpinsrhka Lepechin| ; Chetlusie sociable. 
L : 30 à 32 ; .\ : •_>(> â iM ; (,) : 8 h 0,5 ; T : .^,fi à H ; B : -2,8 à 3. Bec i374) et 
patte noirs, iris l^ruii. — cT 9- ï'i"'^iil d sourcil blancs, avec le dessus du 
bonnet, une bande du bec sur l'œil et au delà noirs. Face sup., partie des 
sus-alaires et cubitales gris lavé de brun. Gorge blanche, cou et poitrine 
isabelle, poitrine et haut de l'épigastre gris. Abdomen noir en avant, roux 
marron en arrière, bas ventre et sous-caudales blancs. Rém. prim. noires. 
Rém. second, et grandes sus-alaires blanches. Recl. blanches et, moins les 
2 ext., avec une bande transv. noire sublerminale et à bout un peu roussâtre. 
La 9 fie teintes moins pures. — J . Bonnet varié de roux, la face sup. plus 
foncée que chez lad., l'abdomen sans noir ni roux marron. — P. Bec brun 
à base claire, patte roux jaunâtre. Face sup., aile et cuisse roussàtres tachées 
de noir. Face inf. et un demi-collier nucal blancs, avec un plastron noir et 
l'abdnmen lavé de rouss.âtre. 

Nid comme celui du Vanneau, mais dans un endroit sec. — Œufs : 4. subpiri- 
formes. Gd : 4îj à 45,5 ; Pd : .32 à 33, o. Jaune ocreux ou verdâtre, ponctués et 
tachés de gris foncé, de brun, de noirâtre. 

Accid. en France, surtout dans le S. — S. E. de l'Europe, accident, dans le 
Centre et l'W. ; steppes de l'Asie ; en hiver en Afri<jue, en Arabie, dans l'Inde et 
Ceylan. 

Ch. leucura ^Licut.) \VaneIIus villotei Aviiovi-s]; Chettusie albicaude. 
L : 20,5 à 27; A : 17 à 18; g : 8,8 à «) ; T : 6,5 à 7,5; B : 2,9 à 3. Bec noir, 
[latle jaune, iris briui. — cf 9- ^J>';»iif'c' partie de la face sup. brun clair lavé 
de rose sur le manteau. Front et côté de la tête brun clair. Sus-caudales, 
rect., gorge, ventre, sous-caudales et sous-alaires blancs. Cou gris roussâtre, 
poitrine et haut de l'épigastre gris bleuâtre un peu violacé. Rém. prim. 
noires, rém. second., les premières terminées de noir, les autres en partie 



358 



FAINE DE FRANCE. OISEAIX 



grises bordées de bnui noir et terminées de l)lanc. Grandes sus-alaires plus 
ou moins blanches. La 9 f'e teintes moins nettes. — J . Les teintes encore 
moins pures que la Ç, les plumes de la face sup. bordées de clair. 

Nidification et œufs ressemblant beaucoup à ceux de l'espèce précédente. 

Une capture dans l'Hérault en 1840 (Crespon, t844). — S. E. de l'Europe, W. de 
l'Asie; accident, dans le S. W. de l'Europe et N. de l'Afrique; l'hiver en Perse 
et dans l'Inde. 



G. HiEMATOPUS L. ; Iluilrier. 

Bec droit ou léger, retroussé, peu fendu, à arête arrondie à la base, un peu 
rétréci au milieu, très comprimé en avant, à mandib. à peu près égales, à angle 
mentonnier nettement accusé. Narines en fente, subbasales. Tarse finement réti- 
culé derrière. Jambe nue sur un petit espace distal. Pas de pouce. Aile atteignant 
ou presque l'extrémité de la queue. Celle-ci moyenne, quasi-carrée, à 12 rect. 
Sexes semblables, jeune peu différent. Oiseaux halopliiles: 

H. oslralegus L. \Oslralega europœa Less.]; Iluîtrier pie. L : 41 à 43; 
A : 25 à 26; Q : 10,5 à 12; T : 4,4 à 5; B : 7 à 7,6. Bec rouge orange (352), 
patte l'ose brunâtre (353i, iris rouge vineux. — cf Ç- Noir lustré avec le 
ci'oupion, les sus-caudales, la face inf. à parlir de la poitrine, la paupière 
inf., une tache sur les rém. prim., la plus grande paidie des rém. second., 
un large miroir aux sus-alaires et la moitié proximale de la queue blancs. 
En hiver, le noir moins beau. — ./. Le noir très lavé de brunâtre, les 
plumes bordées de grisâtre, un demi collier grisâtre plus ou moins net sur 
le devant du cou. — P. Bec jaunâtre à pointe noire, patte jaunâtre. Face 
sup. et aile gris roussâtre taché de noir et avec des raies de même teinte, 
irrégulières sur la tête et le dos. Face inf. blanche avec la gorge et le cou 
brun noirâtre. 

Nid quasi nul, dans une faible dépression du sol. —■ Œufs : 2 à 3, d'un ovale 
obtus. Gd : 51 à 58 ; Pd : 39 ii 41. Roux jaunâtre ou un peu olivâtre, avec des 
taches irrégulières grises et surtout brun noir. 

Sur les côtes de France, particulier. N. et W., estival et surtout de passage, 
très rarement dans l'intérieur. — Europe; Asie jusqu'au Japon, émigrant l'hiver, 
en Afrique, dans l'Inde et Ceylan. 



G. ARENARIA Bniss.; Tnurnepien-e. 

Bec peu fendu, à arête aplatie à la base, sul)coui(iuo, à sdion nasal évasé en 
avant, à narines lat. assez allongées, demi-operculées et prébasales, à angle 
mentonnier assez prononcé, à mandib. quasi égales. Tai-se irrégulièr. scutellé 
devant, finement réticulé derrière. Pouce petit, ne touchant terre que par le bout. 
Aile étroite dépassant un peu la queue. Celle-ci siibarrondie à 12 recl. Plumage 
asymétriquement coloré. Sexes semblables. Oiseaux halophiles. 



FAUNE DE FRANCE. 



359 



A. interpres L.i \ '/'//ni;-// morincl/d L., Aiciidiid cincrcd Hiuss.] ; 
Tournepierre interprète. J. : 21 à 24; A : 14,7 à 15; Q : 5, 2 à (),(>; '1' : 2,4 ;i 
2,56; B : 2 à 2,3. Bec noir (387), patte orauj^e, iris hi-iiu iioii'. — a< 9 rupt. 
Tête et dessus du cou blancs avec des raies noiràlrcs ,iu verlex et à Toccipul 
et souvent des taches brunes au cou. Haut du nianlrau noir lâché de roux, 
bas du dos et sus-caudales inf. blancs, souvent partie du croupion et sus- 
caudales sup. noirâtres. l*";ico inC. blanche avec le i)as (hi cou et la jxiitiine 
noirs. Un trait noir du front \er^ I'omI rejoignant une moustache descendant 
sur le coté du cou. Héni. prim. brini noir à nichis blanc, second, en grande 
partie blanches. Sus-alaires brun noirâtre tachées de roux, les jurandes 
largement bordées de blanc. Rect. au 2/3 blanches, noirâtres dans le tiers 
distal, avec souvent le bout blanchâtre, les ext. avec beaucoup [dus de blanc. 
— Cf 9 autonnie. Bien moins de blanc, de noir pur et de roux dans le 
plumage qui est aussi plus maculé. — J . UessendDlanl assez aux ad. en 
automne. Tête et^ cou gris roussâtre tachés de brun. Haut du manteau à 
plumes brunes bordées de roussâtre. Xi noir ni bhuic à la l'ace. Gorge et 
partie du devant du cou !)lancs. Moustache, collier et plastron peu nets. 
Bout blanc des reet. plus étendu. — P. Bec brun, patte jaunâtre. Face sup. 
grise, lavée de fauve et tachetée de noir. Face inf. blanche, le côté de la 
poitrine lavé de brun. 

Nid rudimentaire dans une petite dépression du sol. — (Eiifs ; 3 à 4, piriformes. 
Gd : 40 à 43 ; Pd : 29 à 31. Verdâtres, vert olivâtre, vert brunâtre clair, tachés de 
gris, de brun olivâtre, souvent plus densément vers le gros bout. 

De passage sur les côtes de France, particulier, celles N et W., rare dans 
l'intérieur. — Europe; Asie jusqu'au Japon; émigrant dans la plus grande partie 
du reste du monde. 



0. LARIFORMES 
F. STERCORARIIDAE 

Bec couvert sur plus de sa moitié proximale, et au delà des narines par une 
membrane molle (cire), arrondi au dessus, peu conqirimé, profondément fendu, à 
fort onglet crochu terminal, commme surajouté, à angle mentonnier très avancé. 
Tarse couvert en avant de sculelles bombées, en arrière grossier, granuleux. 
Doigt médian le plus long. Ongles bien courbés et aigus. Pouce surmonté, court, 
ne portant pas sur le sol, à ongle assez fort. Jambe peu reculée. Aile longue, 
suraiguë, à rém. non échancrées, dépassant plus ou moins les rect. ial. Queue 
de 12 rect., les médianes plus ou moins fortement prolongées. Oiseaux de taille 



360 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 




->'-i 



too 



ik 



f;#«y.fi 



w 



^,'>H 



96 




'' f '', ( ' Figures 395 à 400. — 395, Stercorarius skua, patte; .396, 
'^'' StercoraiHUs pottiarinnx, queue; 397, Stercorai-iits para- 

siticus, tête; 398, ici., queue; 399, Stercorarius longicaudîts, tête; 400, id., (jueue. 



moyenne ou assez forte. Sexes semblables et à plumage de noce peu net. Jeune 
bien différent des ad. et passant par plusieurs livrées de transition avant le 
plumage définitif. Un poussin, quasi nidifuge. 

Nid grossier et rudimentaire dans une petite dépression du sol, parfois dans un 
rocher, général, en colonie, près de l'eau douce, à quelque distance de la mer. — 
Œufs peu nombreux, ovoïdes, bien tachés. 

Régime piscivore, malacophage, vermivore. Oiseaux marins, sédentaires ou 
migrateurs, non sociables en dehors de l'époque de la reproduction. 



TABLEAUX DES ESPECES 



i. Aile au dessus de 38 cent, de long., avec un large miroir blanc, 
dépassant peu la queue. Tarse un peu plus court que le médian 



FAUNE DE FRANCE. 



361 



. armé, à onylels l'oiis, bien crochiis (^395'i. ('.«m cl l'are iiif. l)riins et 

recl. nii'diaiics dépassant peu les lai. chez l'ad 

Siercoidiiiis skiid (|).301) 

— Aile sensihi. au dessous de .'{(S {'enl. de loiii;., sans miroir blanc, 

dépassant l)ien les rect. la t. ("ou et l'ace inl'. cdairs et l'ccl. médianes 

dépassant fortement les lai . chez l'ad 2 

2. Aile d'au moins 34 cent, fie lont;., lai'se de plus de i,8 cent, de long., 
à peu pi'ès égal au médian armé. Hect. médianes arrondies à 
l'extrémité chez l'ad. (396) . . . Siercoidrius pomarinus (p. 362) 

— Aile au plus de 34 cent, de long-., tarse inl'., à 4,5 cent, de long. 

Rect. médianes pointues à l'extrémité chez l'ad 'S 

'■'). Bec à narines percées dans la moitié distale (397). Tarse au plus de 
la long, du médian armé, grandes réni. à rachis blanc. Hect. 
médianes dépassant au plus les lat. de 11 cent, chez l'ad. (398) 
Siercorariiis p(ii(i.silicus (p. 362) 

— Bec à narines percées dans la moitié proximale (399). Tarse 

nettement plus long que le médian armé. "2 prem. rém. seules à 
rachis blanc. Rect. médianes dépassant les lat. d'au moins 16 cent, 
chez l'ad. (400) Stercovdiius loni^icaudus (p. 363) 



G. STERCORARIUS Bmss.; Siercoroire. 

Bec fendu presfjue jusque sous l'reil, suJ:)cylindrif[ue en arrière, à arête nn peu 
déclive jusqu'à l'onglet. Narines en fente un peu obli(jue, derrière le bord de 
l'onglet, souvent se terminant passablement en avant de la première moitié du 
bec. Ongle du doigt int. le ])lus crochu, celui du médian tranchant au bord int. 
Cubitales atteignant ou dépassant la moitié desreet. lal. Queue un peu arrondie, 
non comprises les recl. médianes. 

S. sklia (Brùnn.i \L<irus /'user/s Briss., L. c<it(ura(tes L.] ; Stercoraire 
calarracte. L : .56 à .V.); A : io,.") à i3 ; g : i:),.") à 17,1 ; T : 6,} à 7 ; B : 4,7 
à 5,2. lîec brun foncé à bout noir, patte noire fad.) ou plus ou moins grise 
(j.) (395), iris brun. — cf 9- l'été, cou cl face sup. brun foncé, tachés de 
jaune roussâlre. Face inf. depuis la poitrine, d'un gris brun |)lns clair et plus 
ou moins lavé de roussâtre. Aile brune, les grandes rém. noirâtres, les 5 ou 
6 premières blanches sur la moitié proximale, formant un miroir. Rect. noi- 
râtres à base blanche. En automne, les Ions un peu plus gris. — J . Rect. 
médianes non prolongées. Face sup. brun noirâtre. Face inf. brun fuligineux 
avec des stries claires au cou, au dos et à la |)oilrine. — P. Couvert d'un 
duvet brunâtre foncé, uniforme. 

,Vid sur l'herbe ou la mousse, général, à quelque dislance de la mer. — (Eu fa : 
2, ovoïdes. Gd : 68 à 72 ; Pd : 49 à 50. Brun olivtàtre, tachés de gris, de brun 
foncé, de noirâtre, souvent plus densément vers le gros bout. 



362 



FAUNE DE FRANCE. 



En France, de passage el liivcrnal sur les côtes N. et \V., ])arliculièr. accid. 
dans l'inlérieur des terres. — N. de l'Europe, descendant i)lus ou moins l'hiver 
juscju'à la Méditerranée, 

S. pomarinus (Temm.) [Si. st/i/itus Hriss.]; Stercoraire pomarin. L : 50 
à j8,J: A : ;{i à ;5fi; Q : 20 à 25,8 (396); ï : 4,9 à 5,5; B : 3,5 k 3,8. Bec 
oli\àtre à on_i;lel noir, palle noire à devant du tarse bleuâtre, iris brun 
foncé. — d^ 9- Grande partie de la tête et face sup., rect. médianes et sous- 
caudales brun fuligineux, lavé de cendré au croupion et aux sus-caudales. 
Face inf., coté de la tête et tour du cou blanc jaunâtre, parfois, chez les vieux 
individus, ilanuné de jaune au bas de la joue, sur le côté et le derrière du 
cou, et avec des taches noirâtres au côté de la poitrine et au flanc. Rém. 
noirâtres à base blanche, les 6 à 7 premières avec le rachis en partie blanc. 
Rccl. à hase plus ou moins blanche. En automne, partie des plumes du 
manteau liserées de gris roussâtre, la face inf. un peu striée de brun au cou, 
barrée de même teinte à la poitrine. — /. Rect. médianes non prolongées. 
Tête et cou plus ou moins roux, tachés de brun ou bruns et noirâtres. Reste 
brun variable, les plumes de la face sup. largement bordées de roussâtre, 
plus au moins tachées et l'ayées transvers, de brun, de roux, de gris brun, de 
blanchâtre à la face inf. Sus et sous-caudales brunes, rayées transvers, de 
roux ou de blanchâtre. Pennes à bout souvent roussâtre, les 5 ou 6 premières 
rém. à rachis blanc. — P. Couvert de duvet brun, plus foncé à la face sup. 

Nidification ressemblant à celle de l'espèce précédente. — Œufs : 2, ordin., 
ovoïdes ou subpiriformes. Gd : 60 à 64 ; Pd : 41 à 43. Olivâtres, olivâtre brunâtre, 
tachés de gris et de brun, souvent surtout vers le gros bout. 

De passage et hivernal, principal, sur les côtes N. et "W. de la France, accident, 
dans l'intérieur des terres. — Régions arctiques, émigrant jusqu'à l'W. de 
l'Afrique, le N. de l'Australie, l'Amérique du N. jusqu'aux Grands Lacs. 

S. parasiticus (L.) \ La/us crepidnfii.s B\yKS, (\ithai-ravt(t richnrd.soni 
Macgu.l.] ; Stercoraire parasite. Stercoraire de Richardson. L : 49 à 56 ; A : 
31 à 34; g : 22 à 22,1 1398); T : 4,.l à 4,4; B ; 2,9 à 3,2. Bec verdâtre à 
onglet noir (397), patte bleuâtre et noirâtre, iris brun. — cf 9- ^'ace sup., 
sous-caudales, aile et queue brun cendré foncé, les sous-caudales parfois 
avec un peu de blanc, les pennes plus foncées, les 4 ou 5 premières rém. à 
rachis blanc. Tour du cou blanc plus ou moins jaunâtre et souvent un peu de 
gris à l'arrière. Face inf. blanche, plus ou moins lavée par place de gris brun 
et barrée transvers, de bi'unâlre. Assez fréquemment entier, brun fuligineux 
presque immaculé, la face ird". étant plus claire. — J . Têle ci cou roussâlres 
et striés de brun. Manteau brun, les plumes bordées de gris roussâtre. Face 
inf. l'oussâtre ou blanchâtre, striée et barrée de brun surtout aux sous- 
caudales qui sont aussi plus rousses. — P. Couvert d'un du\e( brunâtre 
bien plus clair en dessous. 



FAl'NE DE FRANCE. OISEAIX 363 

Nidification in])pe]anl cvWc du St. skiia. — Œufs : 2, ovoùU^s. Gd : o'i à 58 ; Pd : 
40 à 42. Brun olivâtre, roussàlre ou verdâtre, lâchés de brun el de gris brun. 

De passage ou hivernal sur les côtes de France, accident, dans l'intérieur des 
terres. — Régions arctiques, descendant l'hiver jusqu'à l'Afrique, l'Australie, la 
Nouvelle Zélande et le Brésil. 

St. longicaudus Vieili,. {Larus pn/tisit/'ci/s \j., Sleicoran'us hiifl'oni 
Boie] ; Stercoi'aire à long^iie queue, Stercoraire de Bullou. L : 58 ;i 65 ; 
A : 27,5 à 32,5 ; Q : 37 à 38 (400) ; T : 4 à 4,2 ; B : 2,6 à 2,8. Bec bleu foncé 
à pointe noire (399), patte bleuâtre et noire, iris brun. — cf 9- ^ fice sup. 
et sous-caudales gris brunâtre avec la nuque plus grise, le derrièi-e du cou 
et la joue jaunâtres maculés de jaune. Face inf. blanc jaunâtre lavée de gris 
au centre. Rém. noirâtres, les 2 premières à rachis blanc. Rect. noirâtres, 
les médianes à base plus claire. En automne, un peu plus foncés dans l'en- 
semble. — /. Face sup. brun gris, les plumes bordées de grisâtre ou de 
blanchâtre, les sus-caudales plus brunes et barrées de blanc. Face inf. gris 
brunâtre ou blanchâtre, tachées et barrées de brun. Rém. prim. noirâtres, 
les 2 premières à rachis blanc, rém. second, et grandes sus-alaires à bout 
blanc. Rect. brun foncé. — P. Couvert d'un duvet brun foncé au dos, plus 
pâle à la face inf., presque gris à la joue. 

Nidification très semblable à celle vies autres espèces du g. — (J-Jufs : Ordin. 2, 
ovoïdes un peu allongés. Gd : TiS à 56 ; Pd : 37 à 39. Olivâtres ou brun olivâtre, 
tachés de gris et de brun, souvent surtout vers le gros bout. 

De passage et hivernal sur les côtes de France, accident, dans l'intérieur des 
terres. — Régions arctiques, l'hiver jusqu'à la Méditerranée, aux Philippines, à la 
Floride et à la Californie. 



F. LARIDAE 

Bec entier, corné, sans cire molle à la base, assez profond, fendu, crochu ou 
droit à l'extrémité, à narines lat. horizontales, allongées, à ongle mentonnier 
plus ou moins avancé et accusé. Tarse général, scutellé devant. Doigt médian 
Iiabituell. le plus long. Ongles variables. Pouce surélevé, plus ou moins libre, 
petit ou presque rudimentaire. Jambe nue sur un espace distal variable, peu 
reculée. Aile longue, le plus souvent suraiguë, à rém. habit, sans échancrures. 
Queue variable à 12 rect. Oiseaux de taille très variable. Sexes semblables, jeune 
bien différent des ad. Uu plumage de noce et plusieurs livrées de transition avant 
le plumage définitif Un poussin, quasi nidifuge. 

Nid assez vaste et grossier, de tiges et herbes sèches mélangées parfois de 
terre, général, en colonie, dans un emplacement variable. — Œufs : général, au 
nombre de 2 à 4, ovales ou suhpiriformes, bien colorés et tachés. 

Régime piscivore, malacophage, vermivore et parfois plus ou moins Carnivore 
dans les grandes espèces. Oiseaux aquatiques, général, marins, migrateurs, 
rarement sédentaires, le plus souvent sociables. 



364 



FALNE DE FRANCE. 




' 'À/l rV, 




FiGUHEs 401 à 406. — 401, Hissa triddrtyhi, patio; 402, Pdifophila eburnea, palte ; 
403, Rhodnstelhia rosea, queue; 404, G. Larus, queue; 40r), Xema sahiuei, 
queue; 406, Lan/s triarinus, tête. 



TABLEAUX [)ES ESPECES 



3. 



Bec à iii.iudih. siip. plus ou nuiiiis courl^ée et crochue à l'extré- 
mité (122 p. (il 1, plus court que la tête, à narines submédianes. 
Palmure peu nu pas échancrée. Queue général, arrondie ou 
carrée, très rarement échancrée chez l'ad. [S. F. Larinae\ ... 2 

Hec pointu, à luandih. sup. non crochue à l'exlrémilé (121p. fil), 
à narines plus ou moins hasales. Palmure toujours plus ou moins 
échancrée. Queue l'ourchue ou au nu)ins échancrée chez l'ad. 
[S. V. Sterninae] Il 

Pouce rudimentaire (401). Tarse ini". en lon<^-. au médian armé. 
Jaudie dénudée sur une lonj^. à peu près égale à la moitié du 
tarse. Aile dépassant peu l'ext rémité de la cpieue (pii est suh- 
carrée ///.v.sv/ Iriddctijld (p. 379) 

Pouce petit mais non rudimenlaire. Tarse variable ."/ 

Jambe presque entier, emplumée (402). Pouce épais, un peu relié 
au doigt int. par une membrane à bord dentelé. Tarse plus court 
que le médian armé. Queue léger, arrondie. Ad. eiilièr. blanc. 
Pagophilii l'burnea (p. 372) 



F.M N-n DE 1-RANCE. OlSEAl'.V 



365 




Figures 407 à 410. — 407, Lams tnarinus, aile; 408, L. fitsriis, aile; 409, L. argen- 
tuttis, aile; 410, L. caiius, aile. 



366 FAUNE DE FRANCE. — OISEAUX 

— Jambe loujoiii's iielteinenl dénudée à la parlie dislale. Pouce entier, 
libre, 'l'arse f^éjieral. au moins aussi lon<;- que le médian armé. 
Ad. jamais entier, blanc 



6. (Jueuc ('(iniciue, à recl. médianes dépassant nettement les lat. 403i. 

.Iaud»e dénud(''e sur une petite pai'lie dislale. Tarse à peu près 

éf^al au médian armé, lîec noir, patte ron^e 

Illiodoslethi,! n>s(^a ip. -271) 

— Queue tpiasi-cai'rée ou subarrontlic chez Tad. (404). Jaud)e dénudée 

dans la partie dislale sur une Iou^l;. au UH)ins égale au tiers du 
tarse. Celui-ci général, au moins égal au médian armé. Patte 
jauiais noire |G. L(iriis\ 5 

— Queue nettement échan(;rée (405). Jambe bien dénudée à la partie 

distale. Tarse à peu près égal au médian armé. Bec noir à bout 

orangé. Patte noire Xeina sabiiiei \\^.'i^()) 

5. Bec fort, élevé, bien crochu (406). Aile au dessus de 'A'2 cent, de 
long. Tarse presque toujours de plus de i,5 cent, de long. Jamais 
de capuchon foncé en plumage de noce. Face inf. du jeune avec 
peu ou pas de blanc pur, tachetée G 

— Bec relativ. faible et peu crochu (122 p. 61), sans ou avec fort peu 

de jaune chez l'ad. Aile atteignant exceptionn. 3:2 cent, de long. 
Tarse de plus de 4,5 cent, de long. Un capuchon très foncé en 
plumage de noce. Face inf. du jeune blanche au moins dans sa 

plus grande partie, pas ou fort peu tachetée 13 

0. Rém. sans noir. Aile dépassant peu ou pas rexlrémilé de la queue. 
Tai'se égal au médian armé. Pas de bande transv. noire à la 
queue du jeune 7 

— Rém. avec toujours plus ou moins de noir. Aile dépassant plus ou 

moins l'extrémité de la queue. Tyrse presque toujours plus long- 
que le médian armé. Une bande transv. noirâtre à la queue du 
jeune 8 

7. Aile au dessus de 45 cent, de long., moindre du 1/3 de la long, totale 

de l'Oiseau. Tarse autour de 7 cent, de long. Larus glaucus (p. 378) 

— Aile sensibl. au dessous de 45 cent, de long., sup. au tiers de la 

long, totale de l'Oiseau. Tarse autour de 5 cent, de long . 
Larus k'iicopterus [p.'MS) 

8. Manteau ardoise foncé ou ardoisé noir. Rém. où le noir domine 

chez lad 9 

— Manteau gris bleu. Rém. où le gris et le blanc dominent chez l'ad. . 10 

9. Tarse égal au médian armé, au dessus de 7 cent, de long. Aile d'au 

moins 48 cent, de long. Première rém. à bout blanc (407). 
Patte couleur chair Lanis iiuirinus (p. 377) 

— Tarse plus long (jue le médian armé, au plus de () ciMil. de long. 

.Aile de 15 cent, de loni^. max. Première rém. à bout blanc barré 



FAINE DE FRANCE. OISEAUX 



■MM 




Figures 411 à 414. — 411, Larus ge/asles, aile; 412, L. minntiix, aile; 413, L. inela- 
nocephalus , Aïlc ; 414, L. ridifmiidus, aile. 



368 FAUNE t»E KRANCE. OISEAUX 

transvers, de noir (408). Patte jaune. . . La ru s fuse us (p. 377) 
10. Aile au dessus de 39 cent, de long. Tarse de plus de 5 cent, de 

long Il 

— Aile nettement au dessous de 39 cent, de long. Tarse sensibl. plus 

long que le médian aruR' [2 

il. Bec sensibl. plus court que le médian armé, jaune à bout orangé. 
Aile au dessus de 42 cent, de long. Tarse de dimension peu diffé- 
rente du doigt médian. Patte rose ou jaune. P^" rém. à bout blanc 

barré de noir (409) La/-us a/'g-en/atus i p.'.ilQj 

■ — Bec presque aussi long que le médian armé, rose à bande subter- 
minale noire. Aile ne dépassant guère 40 cent, de long. Patte -vert 
olive. 2 premières rém. noires à bout blanc. La/us audouini (p. 877j 
12. Aile déplus de 35 cent, de long., la première rém. à bout blanc 
barré de noir (410). Bec jaune à base verdâtre. Patte verdàtre 
ou bleuâtre. Tête striée de brun en automne chez l'ad. 
Larus cunus (p. 375) 

— Aile nettement au dessous de 35 cent, de long., à première rém. 

à bout noir (411). Bec rouge ou orange, patte rouge ou jaune. Tête 

blanche en automne chez l'ad Larus gelastes (p. 375) 

i5. Aile de moins de 23 cent, de long., sans noir, les rém. prim. grises 

à bout blanc (412) Tarse inf. à 3 cent, de long 

Larus minulus (p. 372) 

— Aile nettement de plus de 23 cent, de long. Tarse sensibl. de plus 

de 3 cent, de long l'i 

Ik. Première rém. entier, noire. Manteau gris ardoise. Aile de plus 
de .'{G cent, de long. Tarse au dessus de 5 cent, de long. 
, Larus alricilla (p. 374) 

— Première rém. jamais entier, noire. Manteau gris perle iô 

Ib. Kém. prim. blanc pur avec seulement un petit liseré ext. noir 

n'atteignant pas le bout à la première chez l'ad. (413). Aile de 
moins de 30 cent, de long. Tarse autour de 5 cent, de long. 
Larus nielanocephalus (p. 373) 

— Rém. prim. à bout noir. Tarse sensibl. inl'. à 5 cent, de long. . . 10 
llj. Aile d'au moins 29 cent, de long. Tarse de plus de 4 cent, de long. 

3*^ rém. à pointe noire (414). Bec rouge chez l'ad 

Larus //dibundus ip.'rilA) 

— Aile sensibl. inl'. à 29 cent, en long. Tarse de moins de 4 cent, de 

long. 3" rém. à pointe blanche. Bec noir chez l'ad 

Larus philadelphia (p. 373) 

17. Palmure peu échancrée (415). Bec général, au moins aussi long que 
la tête. Queue bien fourchue, dépassant souvent l'extrémité de 
la queue [G. S le ma] 18 

— Palmure bien échancrée (20 p. 45). Bec toujours [)lus coui't que la 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 



369 




Figures 415 à 420. — 515, Sterna kirundo, palle; 41G, Ilydruchelidon nifjra rupl., 
tèle; 417, Slerna tschegrava rupl., lète; 418, Slerna nilotica rupt., tète; 
419, Slerna dougaUi, queue; 420, S terna sandvicensis rupi., tête. 



tête (416). Queue médiocrement fourchue, bien dépassée par la 
pointe de l'aile [G. Hydrochelidoii] 25 

18. Face sup., aile et queue noir brun. Tarse nettement plus court que 

le médian armé. Bec et patte noirs. Aile de près de 30 cent, de 
long- SteriKi fuscdia i'ç.'i^'i) 

— Face sup. moins le bonnet et la nuque, sus-alaires et queue g-ris 

clair ou blancs 19 

19. Aile autour de 40 cent, de long-. Bec relaliv. très robuste, épais 

d'environ 1/3 plus long- que le tarse (417). Celui-ci à peu près 
égal au médian armé Steriui Ischeg/m'a [p.^Sl) 

— Aile toujours au dessous de 32 cent, de long 20 

2U. Tai'se plus long que le médian armé. Queue de long-, moindre de 

moitié de celle de l'aile. Bec relativ. robuste, assez court, guère 
plus long que le tarse (418) S/erna nilotica (p. 381) 

— Tarse au plus de la long, du doigt médian. Queue au moins la 

moitié de l'aile en long., bien fourchue (419) 21 

21. Aile de moins de "20 cent, de long., dépassant peu ou pas l'extré- 
milé de la queue. Bec sensibl. moindre du double de la long, du 

tarse. Celui-ci plus court que le médian armé 

Stenid alhifrons (p. 384) 

24 



370 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 




Figures 421 à 425.— 421, 
Larus rne/anncepkalus 
juv., aile ; 422, Z. p/ii- 
ladeiphia juv., aile; 
423, L. ridibundus, 
juv., aile ; 424, L. at'- 
gentatusiu\ ., aile ; 425, 
L. marhius juv., aile. 






— Aile de plus de -JO cent, de lonj^. lîec à peu près du double du tarse 

en lon^- 22 

22. Tarse éyal au médian armé. Aile autour de .30 cent, de long-., 
dépassant lextrémilé de la queue. Bec relaliv. allongé et mince 
(420) noir à pointe jaune. Patte noire. Sternn sand^'icenvis (p. 381) 

— Tarse plus court que le médian armé. Aile au max. de 28 cent, de 

long. Bec jamais noir à pointe jaune. Patte rouge 23 

2o. Aile de '24 cent, au plus de long-., restant beaucoup en arrière de 
l'extrémité de la queue qui est bil'urquée sur plus de moitié de sa 
long. (419) Slerna (louodlli {^i.'^m) 

— Aile toujours nettement au dessus de 25 cent, de long 24 



FAUNE DE FRANCE. OISEAIX 371 

24. Tarse plus court que le médian nu, au plus de 1,6 cent, de lon^. 
Queue au dessus de 17 cent, de long., dépassant un peu l'extré- 
mité de l'aile, bil'urquée sur au moins la moitié de sa long. Bec 
unicolore ou presque Slerna paradisea (p.38i) 

— Tarse un peu |)lus long que le médian nu, de plus de 1,7 cent, de 

lony. Queue au dessous de 17 cent, de lonj^., atteij^nant au plus 
l'extrémité de l'aile, bil'urquée sur moins de moitié de sa long-. 

Bec bicolore Sterna hiiundo [\).'^^'l] 

2.J. Queue échancrée sur 1/8 au plus de sa long., blanche ainsi que les 
sus et sous-caudales (ad.) ou grise avec le croupion blanc (j.). 
Bec et patte rouges Ili/drocJielidon leiicopteva (p. 385) 

— Queue échancrée sur 1/8 de sa long, au moins, toujours grise. 

Croupion gris(j.) 2lt 

20. Aile au dessus de "23 cent, de long. Tarse de plus de "icent. de long. 

Bec et patte rouge foncé . . Hydrochelidon leucopaieia (p. 385) 

— Aile au plus de *22 cent, de long. Tarse de moins de 2 cent, de long. 

Bec noir à base rougeâtre. Patte brun rougeâtre 

Hydrochelidon nigra (p. 386) 

G. RHODOSTETHIA Macgill. ; lihudostéthie. 

Bec sensibl. plus court que la tête, comprimé, mince, de la base à la myxa, à 
peu près de hauteur uniforme. Narines étroites, submédianes. Tarse sculellé 
devant, réticulé derrière. Aile allongée, suraiguë. Queue assez courte, conique, 
les rect. médianes dépassant sensibl. les voisines. 

R. rosea (Macgill.) [Larus rossii Ricil\rd.J ; Rhodostéthie de Ross. L : 
29,4 à 30,5; A : 25,5 à 27,5; Q : 11,8 à 13; T : 3,1 à 3,3; B : 3,3 à 3,5. 
Bec noir, patte et tour de l'œil rouge vif, iris brun, — ^f 9 rupt. Tète et 
haut du cou blancs avec le tour de l'ceil étroitement noir. Un collier noir 
oblique. Manteau gris perle. Sus-caudales et queue blanc rosé. Face inf. 
depuis le collier d'un beau rose. Rém. gris bleuâtre à bout blanc, la première 
à barbes ext. noires. — cf 9 fi^ilomne. Pas de collier noir. Une tache noi- 
râtre à l'oreille. Face inf. blanche. — J . Pas de collier noir ni de rose dans 
le plumage. Une tache noirâtre à l'oreille. Derrière de la tète et du cou lavés 
de gris, le manteau taché de noirâtre et de brun. Grandes rém. à bords noi- 
râtres. Une bande transv. subterminale brun noirâtre à la queue. 

Nidificalion et œufa inconnus. 

Une capture en Vendée en décembre 1913 (Bull. S. Z. F., 1914). Régions arc- 
tiques, descendant Iliiver plus ou moins vers le S. 

G. PAGOPHILA Kaip; Pagophile. 
Dec droit, robuste, assez haut, peu comprimé, fendu jusque sous le bord de 



372 FAUNE De FRANCE. OISEAU.V 

l'œil, à mandib. sup. peu crochue à l'exLrémilé, à angle mentounier assez accusé, 
à narines médianes, à peu près de la long, du tarse. Celui-ci assez robuste, plus 
long que le doigt int. armé, scutellé devant. Pouce ne touchant terre que par le 
bout de l'ongle. Aile longue, suraiguë, dépassant un peu l'extrémité de la queue. 
Celle-ci assez longue et un peu arrondie. Pas de plumage de noce. 

P. eburnea (Piiipps) [La/us ni^eus Marteî^s, L. candidus Fabr.]; Pag'o- 
phile blanche, Mouette sénateur. L : 42,5 à 50; A : 32 à 33,5 ; Q : 13,5 à 14,5 ; 
T : 3,25 à 3,8; B : 3,2 à 3,4. Bec jaune à pointe roug-e, la base parfois bleu- 
âtre (ad.) ou jaunâtre à base bleuâtre (j.), patte noirâtre, paupières rouges, 
iris rouge orange (ad.) ou brun (j.). — cf 9- Kntièr. blanc pur, avec la face 
inf. très faiblement lavée de rose. — J . Blanc avec des taches gris noirâtre 
à la tète, d'autres plus foncées sur le manteau et un peu sur le devant du cou. 
Bout des rém. et des grandes sus-alaires noirâtre. Une bande transv. subter- 
minale brun noir à la queue. 

Nid grossier de varechs et de lichens, en colonie dans les falaises. — Œufs : 2 
à 3, ovales. Gd : 58 à 61; Pd : 41 à 44. Gris verdàtre ou olivâtre pâle, tachés de 
gris, de brun olivâtre. 

Très accident, sur les côtes N. \V. de la France. — Régions arctiques ; descen- 
dant l'hiver jusqu'à la région moyenne de l'Europe, de l'Asie et de l'Amérique du N. 

G. LARUS L. ; Goéland, Mouette, 

Bec plus ou moins fort, élevé et comprimé, fendu presque jusque sous le bord 
ant. de l'œil, à angle mentonnier plus ou moins saillant, très en avant du milieu 
du bec. Narines lat. en fente, à peu près médianes. Tarse un peu comprimé, géné- 
ral, au moins aussi long que la médian armé. Ongles peu grands et arqués, celui 
du médian le plus fort. Pouce court. Aile efOlée, à cubitales assez prolongées, 
général, suraiguë. Queue quasi carrée. 

L. minutusFAiL. [L. orbignyi Avu., L. /i/^i-ulis\.Ess.\; (ioéland pyg-mée. 
L : 20 à 29 ; A : 20,7 à 22 : Q : 8,2 à 0,7 ; T : 2,3 à 2,t) ; B : 2,2 à 2,4. Bec 
rouge brun (ad.), patte rouge, iris brun foncé. — cf 9 ri^pt- Capuchon 
s'étendantau haut du cou, noir brunâtre. iManteau et rém. gris bleuâtre pâle. 
Tour du cou, sus-caudales, face inf., bout des rém. (412) et queue blancs. 
— çf 9 iiutomne. Pas de capuchon foncé, la tête et le cou blancs avec l'occi- 
put, la nuque, une tache derrière l'oreille gris brun. Reste comme au pi'in- 
temps. — J. Tête blanche avec son arrière, une tache devant l'œil et une sur 
l'oreille brunâtres. Manteau et cubitales gris et brun plus ou moins foncé, les 
plumes bordées de blanchâtre. Face inf. blanche avec un peu de brun au 
côté de la poitrine. 5 premières rém. noires à bout el bordure int. blancs, 
la 6" g'rise et blanche avec une petite tache subterminale noire. Rém. second, 
à barbes ext. g-rises et avec un trait longit. médian noir. Grandes sus-alaires 
gris clair. Queue blanche avec une bande subterminale noirâtre. — P. Bec 
jaune à pointe brune, patte jaune pâle. Face sup. gris lavé de fuligineux et de 



FAL'NE DE FRANCE. OISEAIV 373 

roux cl irré^iilicr. tachée de noir, surloul à la fèlc cl l'ormanl une bande lon- 
git. inlerronipue sur le dos et l'aile. Face inf. <;risâtrc sale. 

Xi(l assez yrossierdc clé))ris de roseaux, de joncs t'I d'Iierljt's sèclies, en colonie, 
riilre les herbes d'un marais ou d'un marécage. — Œufs: 3, quelquefois 4, sub- 
piiirormes. Gd : 38 à 42; Pd : 29 à 31. Gris olivâtre, Iirun jaunâtre clair, tachés 
de g-ris, de brun, souvent surtout veis le gros bout. 

De passage ou hivernal, rarement estival et nicheur en i<'raiu"e, surloul sur les 
eaux douces. — N.-E. de l'Europe et Asie juscju'en Chine, éuùgianl juscpi'au N. 
de l'Afrique et l'Inde. 

L. melanocephalus Temm. ; Goélanfl mélanocéphale, Mouette à tête noire. 
L : 38 à \'2 ; A : l>9,5 à 33 ; Q : 12 à 13,5 ; T : 4,6 à 5,2 ; B : 3,1 à 3,5. Bec 

rouge I ad. rupt.) ou rougeàtre et orange avec une bande transv. noirâtre sub- 
terniinale et la pointe jaune (ad. automne) ou livide à bout noirâtre (j.), pau- 
pières et patte rouges (ad.) ou patte brun rosé (j.), iris roux foncé. — cf $ 
rupt. Tète et haut du cou noirs avec un peu de blanc autour de l'teil. Man- 
teau gris bleuâtre pâle. Tour du cou, sus-caudales, queue et face inf. blancs, 
cette dei'nière un peu lavée de rc^se. Rém. prim. blanches, la première bordée 
ext. en grande partie de noir. (413). Rém. second, grises et blanches. — (^ 
Ç automne. Tète et cou blancs, avec des macules noirâtres à la nuque, autour 
de l'œil et sur l'oreille. Face inf. blanc pur. Reste comme au printemps. — 
J . Tête et cou blanc brunâtre rayés transvers, de gris. Manteau brun avec 
du gris bleuâtre, les plumes bordées de blanchâtre. F\ace inf. blanche, un peu 
hn ée de roussâtre au côté. Rém. prim. en grande partie noirâtre (421). Queue 
blanche avec un bande transv. subterminale noirâtre. 

Nul grossier, de piaules aquatiques et herbes sèches ou simple dépression à 
peine g'arnie de débris végétaux entre les herbes d'un marais. — Œufs : 3, quel- 
(juefois 2 seulement, ovo'ides, Gd : 55 à 60 ; Pd : 38 à 40. Gris jaunâtre, roussâtre 
ou verdâtre clair, tachés de gris et de brun. 

Estival, mais surtout de passage ou hivernal, sur les côtes de la Méditerranée, 
accident, dans le reste de la France. — Mers Méditerranée et Noire, accident, 
dans l'Europe moyenne et jusqu'en Angleterre, l'hiver en Afrique jusqu'en Nubie. 

L. philadelphia Ord \ L. honapavlei Swains.] ; (ioéland de Bonaparte. L : 
32 à 33 ; A : 26 à 21), 3 Tq : 1 1 à 1 1 ,6 ; T : 3,5 à 3,7 ; B : 3,6 à 3,8. Bec noir, 
patte rouge ou orange, iris brun foncé. — cf Ç rupt. Tête et haut du cou 
noir bleuâtre avec un peu de blanc autour de l'œil. Manteau gris bleuâtre. 
Cou, sus-caudales, queue et face inf. blancs, cette dernière un peu lavée de 
rose. Premières rém. blanches, la 1'" à barbes ext. et bout noirs, les suivantes 
à bout noir avec l'extrême pointe blanche. — cf ? automne. Tête et cou 
blancs avec un peu de noirâtre vers I'œmI, du gris ardoise sur l'occiput et 
l'oreille. Face inf. sans rose. Reste comme au printemps. — J. Manteau for- 
tement taché de brun. Premières rém. à bout noir (422). Queue avec une 
bande transv. subterminale brun noir. 



374 



FAINE DE FRANCE. 



Nid général, sur un arbre ou un buisson, exceplionn. à terre. — Œufs : 2 à ?,, 
ovoïdes. Gd : 48 à 52; Pd : 34 à 36,5. Jaunâtres, brunâtres ou brun olivâtre, tachés 
de brun foncé et de gris brun. 

Capturé en Vendée en 1910 (Seguin-Jard, Bull. Se. nnt. Ouest. Fr., 1910). — 
Amérique du N. jusqu'aux Bermudes, très accident, dans l'W. de l'Europe. 

L. atricilla L. [Atricilla cateshxi Bonap.]; Goéland atricille, Mouette à 
capuchon plombé. L : 39 à 43 ; A : 31,5 à 32,5; Q : 12 à 13; T : 4,6 à 5; B : 
3,35 à 3,7. Bec et patte rouge foncé (ad. rupt.) ou noirâtres (ad. automne), 
iris brun. — çf 9 rupt. Tête et haut du cou noir ardoisé descendant un peu 
plus bas devant que derrière, avec un peu de blanc autour de l'œil. Manteau 
gris brun ardoise. Cou, sus-caudales, queue et face inf. blancs, cette dernière 
un peu lavée de rose. Premières rém. noires. — ^ cf Ç automne. Tête et cou 
blancs, avec l'occiput, la nuque, le devant de l'œil et l'oreille tachés de gris 
foncé ou de noirâtre. Pas de rose à la face inf. Reste à peu près comme au 
printemps. — ./. Face sup. gris brun, les plumes largement bordées de gris 
et un peu de jaunâtre. Face inf. blanche, le cou et la poitrine lavés de gris 
brun. Premières rém. noires. Queue grisâtre à bout roussâtre, avec une bande 
transv. subterminale brun noirâtre. 

Nid rappelant celui de L. melanocephalus. — Œufs ; 2 à 3, ovoïdes. Gd : 50 à 
56; Pd : 38 h 39. Blanc jaunâtre, gris olivâtre, tachés de gris, de brun, de brun 
rougeâtre. 

Une capture au Crotoy en 1877 (Ménégaux, Calai, coll. Marmottan, 1012). — 
Amérique septentr., signalé comme accid. dans l'W. de l'Europe. 

L. ridibundus L. [L. cinerarius L., L. capistratus Temm.]; Goéland rieur, 
Mouette rieuse. L : 30 à 42; A : 29,2 à 32; Q : 11,8 à 13; T : 4,4 à 5; B : 3,2 
à 3,6. Bec (122 p. 61) et patte (119 p. 61) rouges (ad.) ou bec et patte bru- 
nâtre rosé, le premier à pointe noirâtre (j.), iris brun. — cf 9 l'upt. Tête 
jusqu'à l'occiput et devant du haut du cou brun foncé, presque noir en bas 
avec très peu de blanc à l'œil. Manteau gris bleuâtre. Nuque, cou, sus-cau- 
dales, queue et face inf. blancs, cette dernière un peu lavée de rose. Grandes 
rém. en grande partie blanches, terminées et plus ou moins bordées de noir 
(414). — cf 9 'iiitomne. Tête et cou blancs avec une petite tache noirâtre 
devant l'œil et une plus grande sur l'oreille. Face inf. sans rose. Reste à peu 
prés comme au printemps. — J . Tête et cou blanc grisâtre avec une tache 
brune devant l'œil et une sur l'oreille. Nuque et face inf. blancs. Manteau 
brun avec du gris par places, les plumes bordées de roussâtre. Rém. prim. 
bien plus largement bordées de foncé que chez les ad. (423). Queue blanche 
avec une large bande transv. presque terminale brun noir. — P. Bec et 
patte jaunâtres. Roux pâle tachés de noir à la face sup. et à la gorge. 

Nid grossier de débris de roseaux et d'herbes sèches, parfois presque rudimen- 
taire et dans une petite dépression du sol, en colonie, au milieu de la végétation 
herbacée d'un marais ou sur les côtes. — (Eufs : 3, quelquefois 2 seulement» 



FAINE DE FRANCE. OISEAUX 375 

ovoïdes el plus ou uioins alloujUH's. Gd : 47 à 56; Pd ; 34 à .'Vj. Houx olivâtre, pris 
verdàtre ou olivâtre, plus ou moins foncés, tachés de gris cl de brun. 

Sur les côtes, au bord des grands étangs, des fleuves, etc. Sédentaire, estival, 
de passage ou hivernal, dans pres(juo toute; la France. — iMiropi' moins rcxlréme 
N. ; Asie jusqu'au Japon, l'hiver en Al'riqvie, dans l'Inde, hi (Ihine, les Pliilip- 
pines (1). 

L. gelastes Liciist. r/^. rubn's'cnlris \'ieim,., L. li'nuirosliis Temm.] ; 
Goéland railieiir. L : ;W,j à io,,-); A : M à ;«; g : 11,.-) à l-i,7:); T : 4,9 3 
5,1; B : 5,5 à 5,75. Bec, tour de l'ceil et patte rouges (ad. rupt.) ou bec 
orangé et patte jaune (ad. automne). — cf $ rupt. Tête, cou, sus-caudales, 
queue et face ini". blancs, cette dernière lavée de rose. Manteau gris perle. 
Premières rém. blanches, terminées et bordées de noir (411). — cf 9 
automne. A part la teinte différente du bec et de la patte et la diminution de 
la teinte rose de la lace inf. , ta peu près comme au printemps. — /. Diffère 
surtout des ad. par l'absence de rose dans le plumage, une lâche grise 
préoculaire et une autre plus large et un peu plus foncée sur l'oreille. Du 
brun foncé sur le manteau et aux rém. second, et une bande transv. subter- 
minale noirâtre <à la queue. 

Nid de quelques débris végétaux dai\s une petite dépression du sol. — (Eufs : 
2 à 3, ovo'i'des. Gd : 53 à 57; Pd : 36,5 à 41. Blanchâtres, blanc jaunâtre ou 
verdàtre, tachés de gris, de brun roux, de brun foncé, de noirâtre. 

Sur les côtes et les marais salés du S. de la France, estival mais surtout de 
passage. — Pourtour de la Méditerranée, S. W. de l'Asie. 

L. canus L.; Goéland cendré. L : 42,5 à 48; A : 36 à 38,5; Q : 13 à 51 ; 
T : 4,8 à 5,6; B : 3,3 à 3,7. Bec jaune à base verdàtre, patte jaunâtre lavé 
de bleuâtre, tour de l'œil rouge, iris brun foncé. — cf 9 l'upt- Tête, cou, 
sus-caudales, face inf., dossier de l'aile et queue blanc pur. Manteau gris 
bleuâtre. Premières rém. en grande partie noires, tachées de blanc vers 
l'extrémité (410). Rém. second., cubitales et scapulaires plus ou moins 
bordées de blanc. — cf 9 automne. Tête et cou tachetés de brun. Reste à 
peu près comme au printemps. — J. Dessus de la tête el du cou grisâtres 
striés de brun. Manteau et partie des rém. post. bruns, les plumes bordées 
de gris roussâtre. Sus-caudales blanches el g"rises avec quelques taches 
brunâtres. Face inf. blanche, lavée de grisâtre et plus ou moins tachée de 



(t) Larus leucophthalmus Lichst. L : 42. — Ad. rupt. Bec rouge à pointe noire, patte 
orange, iris blanc. Capuchon noir plus ou moins pur, jusqu'à l'occiput, descendant 
beaucoup plus bas en avant, av(;c du blanc autour de l'œil. Manteau gris brunâtre 
s'étendant un peu au côté de la poitrine. Reste du corps et queue blancs. 3 premières 
rém. noires en entier, les autres à bout blanc. Mer Kouge, E. île la Méditoi'ranée. — 
Signalé comme capturé près de Nice (Vian, 1877). 



376 



FAUNE DE FRANCE. 



brun iiu cou, à la poitrine et au flanc. Rém. prim. et grandes aus-alaires ant. 
brun noirâtre. Queue blanche avec une large bande subterminale brun 
noirâtre. — P. Bec rougeàtre à base noire, patte rougeâtre. Gris un peu lavé 
de roussâtre, avec des lâches irrégulières noires à la face sup., surtout à la 
tête, la gorge blanchâtre bordée de taches noires en bas, le cou et la cuisse 
plus foncés. 

Nid grossier de débris végétaux plus ou moins abondants, général, en colonie, 
dans une petite dépression du sol, à terre ou sur des rochers, sur les côtes, le 
bord des lacs, comme dans les marais. — Œuf'i ; 2 à 3, ovoïdes. Gd : 53 à 60; Pd : 
40 à 43. Gris verdâtre ou gris roussâtre, tachés de gris, de brun de noirâtre. 

De passage ou hivernal, rarement estival en France, particulier, sur les côtes. 
— N. de l'Europe et de l'Asie depuis le 53" lat. N., l'hiver jusque dans le N. de 
l'Afrique et le golfe Persique. 

L. argenlatus Pontopp.; Goéland argenté, Goéland à manteau bleu. 
L : 55,5 à 63; A : 44 à 45,2; Q : 16,5 à 18; T : 6 à 6,5; B : 4,7 à 5,3. Bec 
jaune à base bleuâtre et avec une tache rouge vers l'extrémité de la mandib. 
inf. (ad.) ou brunâtre à pointe noirâtre (j.), patte rose brunâtre (ad.") ou 
brunâtre (j.), iris jaune clair (ad.) ou brun jaunâtre (j.), paupières orange 
(ad.). — cf 9 l'Lipt. Tète, cou, sus-caudales, dossier de l'aile et face inf. 
blanc pur. Manteau et gi^ande partie *des scapulaires, des cubitales et des 
rém. second, gris bleu. Premières rém. en grande partie noires avec la 
pointe blanche comme les suivantes (409). — cf 9 iuilomne. Tête et cou 
striés de brun, reste à peu près comme au printemps. — /. Tête et cou gri- 
sâtres striés de brun. Reste de la face sup. brune, les plumes bordées de 
grisâtre, de l'oussâtre, de blanchâtre suivant les parties. Face inf. blanchâtre 
plus ou moins lavée de grisâtre, avec des taches brunes ou brunâtres for- 
mant des raies transv. aux sous-caudales. Grandes rém. brun noirâtre (424). 
Queue blanche très largement tachée de brun noirâtre. — P. Bec en gi^ande 
partie jaunâtre, patte brunâtre. Gris jaunâtre avec à la face sup. des taches 
peu foncées, sauf à la tête. 

Nid grossier de débris végétaux, sur un rocher ou sur le sol au bord de la mer. 
— Œufs : 2 à 3, ovoïdes. Gd : 70 à 75; Pd : 48 à 52, exceptionn. 67 X -^7 ou 
76X^3. Ocracés, brunâtres, olivâtre clair, gris olivâtre, tachés de gris, de brun, 
de noirâtre. 

Sédentaire, estival ou de passage sur les côtes de France, surtout N. et W., 
accident, dans l'intérieur des terres. — N. de l'Europe, de l'Asie et de l'Amé- 
rique, l'hiver jusqu'à la Méditerranée, les mers Noire et Caspienne, Cuba et le S. 
de la Californie. 

S. K. L. a. cachinnans Pall. De taille un peu plus forte que le type 
(A : 47, T : 7,2). Plus de rouge orange au bec, patte jaune vif, manteau plus 
foncé. En France, sur les côtes de la Méditerranée et accident, celles de l'W — 
Méditerranée, mers Noire et Caspienne, N. de l'Inde, Açores, Canaries, Afrique 
jusqu'à l'Angola. 



FAL'NE DE FRANCE. OISEAUX 377 

L. audouini I'avraid. \ L. [xu/ ra udei \\v.u.\..]\ Goéland (rAudouin. L : 45 
à 5(t; A : 31) à ;}U,8: Q : I i,5 Ix l(>; T : 5,:{ à :^.1\ H : î,() à 4,8. Bec rouj^c 
barré U'ans\'ers. de noir (ad. rupl.), palle noire ou brune, paupières rouj^-'es, 
iris brun foncé. — cf Ç rnpi. Tète, cou, sns-caudales, (pieue et face inf. 
I)lancs, cette dernière lavée de rose. Manteau ^ris perle. Héui. prini. en 
fjrande partie noires à bout blanc. — cf 9 ■'•iitonine. Tête et cou striés de 
f^'-ris, reste à peu près comme au printemps. — J . Plumage lavé de gris et de 
brun, le manteau brun à plumes bordées de clair et de roussàtre. Q)ueue 
tachée de brun noir. 

Nid ressemblant à celui de l'espèce précédente, sur des rocliers. — Œufs : 2 
à 3, ovoïdes. Gel : fiil à 70; Pd : 4S à '10. Gris, jaimâlres, p^ris verdâtre ou jau- 
nâtre, tachés de gris foncé, de bran foncé, de noirâtre. 

En France sur les côtes méditerranéennes, surtout la Corse. — Régions cen- 
trale et occidentale de la Méditerranée. 

L. fuscus P. \L. gi-iseus Briss., L. /hivipes Mev et W.]; Goéland brun, 
Goéland à pieds jaunes. P : 49 à 55; A : :}S à 42; Q : 14 à 16; T : 5,3 à 5,7 ; 
B : 4,1 à 4,8. Bec jaune à tache rouge préterminale (ad.) ou noirâtre (j.), 
patte jaune ou jaunâtre, paupières oranges, iris jaune clair. — cf 9 '""P'^- 
Tète, cou, sus-caudales, queue, dossier de l'aile et face inf. blanc pur. Man- 
teau noir léger, ardoisé. Trois premières rém. en grande partie noires avec 
le bout blanc comme les suivantes (408). — ^ cf 9 f>i'P''iTine. Dessus de la tête 
et du cou tachés de brun, reste à peu près comme au printemps. — J . Tête 
et cou blanchâtres très tachés de brun. Manteau brun à plumes bordées de 
roussàtre et de blanchâtre. Sus et sous-caudales blanches, rayées de brun. 
Face inf. grisâtre tachée de gris et de brun. Grandes rém. et grandes sus- 
alaires noirâtres, ces dernières à bout blanchâtre. Queue blanche, fortement 
tachée de noirâtre. — P. Bec à base noirâtre et à bout jaune, patte bru- 
nâtre. Gris plus ou moins lavé de roussàtre, avec des taches noirâtres et 
brunes. 

Nidification rappelant beaucoup celle de L. oi-gentatiis. — Œufs : 2 à 3, ovoïdes. 
Gd : 64 à 70; Pd ; 4'j à 49. Grisâtres, gris verdâtre, gris roussàtre, olivâtres, 
ponctués et tachés de gris, de brun, de noirâtre. 

Sédentaire, estival ou de passage sur les cotes de France, accident, dans les 
autres parties. — Europe moins l'extix'me N., l'hiver jusqu'aux Canaries, à la 
Sénéganibic, la mer Caspienne et le golfe Persicjue. 

S. E. L. f affinis Beinu. De taille un peu plus forte que le type (A : 39, b 
à 45; T : o,5 à 6), le manteau un peu plus clair, plus nuancé d'ardoise. Côtes N, 
de la France. — N. W. de l'Europe, éniigrant dans le N. W. de l'Afrique. 

L. mariuus P. [L. nigcr et L. vdiius Briss.]; Goéland marin. Goéland à 
manteau noir. L : 65,5 à 72; A : 48,5 à 50; Q : 18 à 20; T : 7 à 7,6; B : 6 
à 6,5. Bec g-énéraP jaune avec une tache rouge sublerminale à la mandib. 



378 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

inf. (ad.), ou noinilre à pointe claire (j.i, patte couleur chair (ad.i, g'risâtre 
ou brunâtre (j.), iris jaune, paupières orange. — (j* 9 l'upt- Tête, cou, sus- 
caudales, queue et face inf. blanc pur. Manteau noir ardoise. Grandes rém. 
noires ou noires et grises, à bout blanc (407) comme les rém. second., les 
cubitales et les scapulaires. — cf $ automne. Tête et cou striés de brunâtre, 
le reste à peu près comme au printemps. — /. Face sup. grisâtre avec des 
stries brunes à la lèle et au cou, des taches plus grandes et plus foncées au 
manteau. Face inf. blanche plus ou moins lavée de grisâtre, avec des stries 
et des taches brunes au cou et sur les cotés. Sus et sous-caudales blanchâtres 
avec quelques taches brunes. Grandes rém. en grande partie noires (425). 
Queue blanche tachée et vermiculée de noirâtre. — P. Bec brun à pointe 
jaune, patte brunâtre. Face sup. grise, lavée et tachée de brun et de noir, 
surtout à la lèle. Face inf. gris brunâtre, le ventre presque blanc. 

Nidification resseml)lanl à celle de Tespèce précédente. — Œuf)i : 3, rarement 
2 ou 4, subovales ou ovoïdes. Gd : 77 à SI; Pd : ")3 à 57, exceplionn. 75X^3. 
Gris verdâtre ou jaunâtre, olivâtres, roussâtres, tachés de gris lilacé, de brun, de 
noirâtre, souvent plus densément vers le gros bout. 

Estival, de passage ou hivernal sur les côtes de France, accident, dans Tinté- 
rieur des terres. — N. de l'Europe et de l'Amérique jusqu'au 70"^ lat. N. environ, 
émigrant jusqu'au N. de l'Afrique et aux Canaries. 

L. glaucus Iîrïinn.; Goéland bourgmestre. L : 69 à 73; A : 46 à 47,5; 

Q : 17 à 18,8; T : 7 à 7,5; B : 6,5 à 7. Bec jaune avec une tache subtermi- 
nale rouge à la mandib. inf. (ad.) ou couleur de corne (j.), patte d'un jaune 
variable (ad.), iris brun, paupièi'cs oranges. — çf 9 l'upt. Blancs avec le 
manteau et les rém. à partir de la base, sur une plus ou moins grande long., 
gris perle. — cf 9 fintomne. Tête et cou striés de brun clair, reste à peu 
près comme au printemps. — ,/. (iris clair taché de brun roussâtre, les 
plumes du manteau à bordure roussâtre. Premières grandes rém. gris rous- 
sâtre à extrémité plus claire. Bect. blanchâtres marbrées de brun roussâtre. 

Nidificution analogue à celle de l'espèce précédente. — Œufs : 2 ou 3, ovoïdes, 
assez allongés. Gd : 73 à 81 ; Pu : 50 à 53. Brun jaunâtre clair, roux olivâtre, 
ponctués et tachés de gris, de brun noir, de noir. 

Accident, hivernal- ou de passage sur les côtes N. ou W. de la France. — 
Régions arctiques, descendant l'hiver jusqu'aux mers Méditerranée, Noire et Cas- 
pienne et le N. E. de l'Amérique. 

L. leucopterus Faber ; Goéland leucoptère. I^ : 54 à 56; A : 40 à 42; 
Q : 16 à 19 ; T : 5,6 à 6,5 ; B : 4,3 à 5. Très semblable comme coloration à 
l'espèce précédente, ne s'en distinguant guère que par sa taille notablement 
inf. et son aile relat. bien plus longue. 

Mdifiralioii l'cssemblant beaucoup à celle de l'espèce précédente. Œufs : 2 h 3, 
ovoïdes. Gd : 70 à 73 ; Pd : 48 à 50. Brun roux, brun olivâtre clair, jaune ocracé, 
jaune verdâtre, ponctués et tachés de gris, de brun, de brun iioir. 



FALNE DE FRANCE. 



379 



Accidoiil 


. riiivcr 


SUI 


• 1( 


Groenland ; 


desconi 


lant 


rii 


rique. 









côtes N. et W. de la l''rance. - Europe arctique, 
iM- jus(|u'au f,'-olfe de Gascogne et le N. E. de l'Anié- 



L. fuliginosus Gom.i.; Go.dand fuli-ineux. L : 42 ; A : 36 ; Q : 13; T : 4,8: B : 
3,3. Bec noir rougerUre à base rouge (ad.), ou noirâtre (j.), palte noir roug-eâtre (ad.) 
ou noirâtre (j.), iris hiuu, paupières rouges, — cf 9 mpt- Capuchon gris noir, 
reste du corps gris foncé, la face inf. plus claire, surtout l'abdomen qui est gris 
blanchâtre. Le tour de l'œil et les sus-caudales blancs, ces dernières léger, lavées 
de gris. Premières rém. noires, suivantes terminées de clair, les second, à bout 
blanc. Les 2 rect. les plus lat. de chaque côté, à barbes exl. blanches. — /. 
Moins foncé, surtout à la face inf., les plumes de la face sup. bordées de rous- 
sâtrc. — Une capture sur les côtes de Belgique, (de Contreras, Gerfaut lOlO). 
— Iles Galapagos. 



G. RISSA Steph. ; /lisse. 

Bec très léger, arqué, assez comprimé en avant, peu crochu, fendu presque 
jusque sous le bord. ant. de l'œil, à angle mentonnier peu manjué. Tarse assez 
grêle, scutellé devant, finement réticulé derrière. Pouce rudimentaire avec un 
ongle très petit. Ongles ant. assez arqués. Aile effilée, suraiguë, dépassant peu 
l'extrémité de la queue. Colle-ci droite chez l'ad., assez échancrée chez le jeune. 
Sexes semblables, jeune différent. 

R. tridactyla (L.) [Gavia cineica Briss.] ; Risse tridactylc. L : 39 à 46; 
A : -29 à 32 ; Q : 12 à 13 ; T : 2,9 à 3,5 ; B : 3,1 à 3,9. Bec jaune verdâtre à 
commissure rouge (ad.; ou noir verdâtre (j.), patte brun olivâtre foncé (ad. 
rupt., (401) ou brun jaunâtre (j.), paupières rouges (ad. rupt.). — (^9i''^'pt- 
Blanc pur, avec le manteau, les scapulaires elles rém. second, et cubitales, 
moins rextrémilé, gris bleuâtre assez foncé. Rém. prim. comme le manteau, 
la première l)ordée et terminée de noir, les suivantes seulement à bout noir 
avec ou sans pointe blanche. — cf ^ automne. Bec sans rouge à la commis- 
sure. Derrière de la tête et du cou, oreille, gris bleuâti-e, le reste à peu près 
comme au printemps. — J . .Arrière de la tête et du cou gris bleuâtre foncé, 
du noirâtre près de r(eil et sur l'oreille, le manteau taché de noirâtre et de 
brun, la queue avec une légère bande subterminale noirâtre. — ]\ Bec 
brun à base jaunâtre, patte brun roux. Face sup. grise, l'ace inf. blanchâtre. 

. Nid de mousse, d'iu-rbes sèches et de terre, en colonie sur les rochers. — 
Œufs : 2 ou 3, exceptionn. 4, un peu variables de forme. Gd : 51 à 57 ; Pd : 39 à 
41. Gris clair, blanc roussâtre ou bleuâtre, tachés de g'ris, de brun, de noirâtre, 
parfois surtout vers le gros bout. 

En France, de passage et hivernale, sur les côtes comme dans l'intérieur des 
terres, répandue surtout sur les côtes \. et W. où elle niche en quelques 
points. — N. del'Europe, de l'Asie, de l'Amérique ; l'hiver jusqu'à la Méditerranée, 
la Caspienne, les Canaries, les Bermudes. 



380 FAUNE DE FRANCE. 



G. XEMA Llacii; Xéme. 

Bec assez convexe et compriiué en avant, à angle nientonnier assez accusé, à 
narines en fente assez avancées. Tarse scutellé devant, réticulé derrière. Pouce 
court à on|T;-le (ionique. Aile dépassant notablement l'extrémité de la queue. Celle- 
ci passalilement échancrée. 

X. sabinei (Sabine) ; Xème de Sabine. I^ : 32,5 à 35,5; A : 25 à 28; 
Q : 9,3 il 11,3 ; T : 2, 75 à 3,15 ; P) : 2,5 à 2,8. Ww noir à bout orange, patte 
et iris noirs ou noirâtres, paupières rouges (ad.). — (^f 9 l'upt. Tète et haut 
du cou gris l'oncé, étroitement limité de noir en lias. Manteau gris bleu. 
Tour fin cou, sus-caudales, queue l405), l'ace inl'. et rém. second, blancs. 
Rém. prim. et grandes sus-alaires anl. noires, les premières à bout blanc. — • 
ç^ 9 aiiloiiiiic. Pas de capuchon, la tête et le haut du cou blancs, tachés de 
gris surfont dans la région du collier et de noirâtre dans le voisinage de l^eil 
et de l'oreille. Reste à peu près comme au printemps. — /. Derrière de la 
tête et face sup. gi-is brun tachés de roux et de blanchâtre. Face inf. blan- 
châtre, l'ne bande transv. l'oncée sur la queue. — P. Bec jaunâtre, patte 
brunâtre. Jaune roussâtre taché de noir, le bas de la face inf. depuis la poi- 
trine blanchâtre. 

Nid f,''rossier, de débris vc^gétaux, dans une petite dépression du sol dans un 
endroit marécageux. — (Eufx : 2 à 3, sulipiriformes. Gd ; 41 à 40,5 ; Pd : 21», 5 à 
33,5. Jaune vei'dâlre foncé, tachés de brun. 

Accident, en automne et en hiver sur les côtes N. et W. de la France. — 
Régions arclicpies, descendant l'hiver jiis<|ir;i la France, la Suisse, la Hongrie, les 
Bermudes. 



(G. ANOUS Stkpu. ; Noddi.) 

[A. stolidus (]..): Nod.li niais. L. : 41 ; A : 25,5; Q : 17 ; T : 2,5 : B : 5,6. Bec et 
pattes noirs. Queue fourchue, la ri-ct. exl. n'étant pas la plus longue. Dessus de la 
tête grise ; reste du plumage brun noirâtre. — Signalé comme capturé à plusieurs 
reprises sur les côtes N. de la France. — Mers tropicales et subtropicales.] 



G. STERNA F. ; Sterne. 

Bec droit ou h'-gèr. arqué, jamais très élevé, pointu et comprimé en avant, à 
mandib. ;i peu |)rès égales, à angle menlonnier variable, général, en arrière du 
milieu de la rhamphothèque, à narines en tente ou eilipti(ines, allongées, dépas- 
sant rarement le tiers proximal du bee et plus ou moins loin des plumes du 
front. Ongles arqués, celui du médian général, tranchant au bord int. Pouce court 
à ongle petit. Aile longue, très effilée et suraiguë. Sexes à peu près identiques. 



FAUNE DE FRANCK. OtSEAl'X 



381 



S. tschegrava Lepech. \S. cns-pin Pam..] ; Sterne tsche^ra\a. L : 4\) à 55; 
A : 40,5 à 42 ; Q : 15 à !6 ; T : 4 ù 4,7 ; B : 6,0 ,\ 7. M. W-c r..ii-e h bout 
brunâtre et apex jamiàire fad.) (417), patle noire. ii-is brun jaiiiiàlre. — • çf 
Ç. Bonnet et nuque noir brillant, reste blanc a\ei' le inanlcMU el laile t;ris 
bleuâtre très clair, les grandes réni. nuancées de brun udiràtre" au C(ité iid. 
En automne, la partie noire de la tète à plumes bordées de blanc, uuv lâche 
noirâtre devant l'd'il, une autre plus large sur l'oreille, les grandes réiii. |)lus 
lavées de l)run surtout vers le bout. — J. Bonnet, nuque et j)artie du C(')té 
de la tète à plumes noires bordées de blanchâtre. Les plumes de la l'ace snp. 
liserées de noirâtre roussâlre. Les |)ennes nuancées de briniâtre surtout \ers 
rextréniitè cjui est liserée de clair. — P. Bec i^ougeâtre à bout brunâtre, 
patte brun rougeâtre. Face sup. gris brun un peu maculé de noirâtre, l'ace 
inf. blanche, le cou et la poitrine lavés de grisâtre. 

N/d simple dé[)ression du sol, en colonie, général, sur une grève ou une dune. 
— Œufft : 2 à .3, ovoïdes, plus ou moins renllés. Gd : S8 à 68 ; Pd : 42 à 48. (iris 
jaunâtre ou brunâtre clair, ponctués et tachés de gris et de brun noirâtre. 

Accident, en France sur les côtes, plus rarement encore dans l'intérieur des 
terres. — Mers Baltique, Méditerranée, Noire et Caspienne ; Asie jusqu'en Chine; 
Malaisie ; Australie; Nouvelle-Zélande; Afrique; N. de l'Amérique. 

S. nilotica Gmel. [S. anglica Mont.] ; Sterne hansel. L : 34 à 39 ; A : 30 
à 30,4; Q : 12 à 14,5; T :'3,3 à 3,6; B : 3,5 à 3,8. Bec (418) et patte noirs 
(ad.), iris brun foncé. — cf 9- Bonnet et nuque noirs, reste de la face sup., 
aile et queue gris bleuâtre pâle, les grandes rém. lavées de brunâtre vei\s le 
bout. Face inf. et coté de la tête et du cou blancs. En automne, les plumes 
noires de la tête et du cou bordées de blanc, les régions oculaire et auricu- 
laire très tachées de noir, les grandes rém. plus foncées. — J . Dessus et 
partie du côté de la tète, nuque, blanchâtres tachés de brun. Face sup. et 
sus-alaires à plumes grises bordées de brun et de jaunâtre. Face inf. blanche 
un peu lavée de roussâlre au côté. Kém. gris brun plus foncées vers l'extré- 
mité qui est liserée de clair. — /-*. Bec et patte jaunâtres. Face sup. fauve 
clair un peu mouchetée de brun. Face inf. blanche marquée de brunâtre 
au cou. 

Nid en colonie, de quelques débris végétaux dans une petite dépression du sol 
d'une grève ou d'un marais. — (Eufs : 2 à 3, exceptionn. 4, ovoïdes, un peu 
variables. Gd : 44 à 52 ; Pd : 34 à 3a. Gris roussâtre, jaunâtre, verdàlre clair ou 
blanchâtre, tachés de gris, de brun, de noirâtre, parfois plus densémenl vei-s le 
gros bout. 

Accident, en France, surtout sur les côtes S. — E. et S.-E. de l'Europe; Asie 
moyenne et S. ; Africpie ; Australie. 

S. sandvicensis Latu. [S. cantiaca Gimel.] ; Sterne caugek. L : 38 à 43; 
A : 29,5 à ;il ; g : 14 â 17 ; T : "2,5 à 2,7; B : 5 à 5,7. Bec noir à pointe jaune 



382 Faune de France. — oiseaux 

(ad.) (420), ou noirâtre (j.j, patte noire ou noirâtre, iris Ijrun noir. — cf 9- 
Bonnet et nuque noirs, i-este blanc avec le manteau et l'aile gris bleuâtre, les 
rém, plus pâles et avec du blanc, les 4 premières un peu lavées de noirâtre 
vers le bout. En automne, les plumes noires de la tête plus ou moins large- 
ment bordées de blanc, le côté de la tète fortement taché de noir. Les rém. 
nettement plus foncées. — /. Face sup. blanc plus ou moins lavé de rous- 
sâtre et taché de noii^âtre ou de brun. Face inf. blanche. Rém. gris noirâtre 
bordées de blanc. Rect. grises et tachées de brun vers le bout qui est blanc. 
— P. Bec jaune et brunâtre, patte brun noirâtre. Face sup. roussâtre clair, 
finement flammée de noir. Face inf. blanche. 

Nid en colonie, simple petite dépression du sol sur le bord de la mer. — Œufs : 
2 à 3, ovoïdes ou swbpiriformes. Gd : 50 à 53 ; Pd : 35 à 38. Blanchâtres, jau- 
nâtres, roussâtres ou verdâtre clair, tachés de gris, de brun, de noirâtre. 

Estivale ou de passage sur les côtes de France, surtout celles N. et W., très 
accident, dans l'intérieur des terres. — Europe moyenne et S. ; Asie ; Afrique ; 
N.-E. de l'Amérique, Antilles, Brésil. 

S. dougalli Mont.; sterne de Dougall. L : 86 à 42,5; A : 22,8 à 24; 
Q : 18,5 à 21,5(419); T : l,9;i2; B : 3,6 à 4,1. Bec noir à base rouge (ad.) ou 
brun noirâtre (j.), patte rouge ou orange, iris brun foncé. — • cf 9- Bonnet et 
nuque noirs. Reste de la face sup. et aile moins les premières rém. gris 
bleuâtre, les sus-caudales et la queue blanc léger, lavé de gris bleuâtre. Face 
inf. blanc rosé. Premières rém. à barbes ext. noires, les suivantes en partie 
noirâtres, le bout liseré de blanc. En automne, le fond blanc, les plumes 
noires du reste du bonnet et de la nuque bordées de blanc, la face int. sans 
teinte rose. — J. Front blanchâtre: les plumes noires du reste du bonnet et 
de la nuque bordées de roussâtre, le dos taché de brun et de roussâtre. Face 
inf. blanche. — P. Face sup. roussâtre tachée de gins et de brun, face inf. 
blanchâtre. 

Nidification analogue à celle des espèces précédentes. — Œufs .• 2 à 3, exceptionn. 
4, ovoïdes un peu allongés. Gd : 40 à 43; Pd : 29 à 31. Jaunâtres, roussâtres ou 
brun roussâtre clair, pointillés et tachés de gris, de brun, de noirâtre. 

Rarement estivale, surtout de passage irrégulier sur les côtes N. et W. de la 
France, y nichant sur quelques points. — W. de l'Europe et de l'Afrique; Asie; 
Australie; Nouvelle-Calédonie; E. de l'Amérique du N. et jusqu'aux Antilles. 

S. hirundo L. [A', fluvidlilis Naum., A'. çii/<^a/is Dubois]; Sterne hiron- 
delle. Sterne Fierre-Garin. L : 34 à 4() ; A : 25,5 â 27,5; Q : 13,8 à 16,5; 
T : 1,9 à 2,1 ; B : 3,4 à 3,65. Bec rouge à pointe noire (ad.), (121 p. 61), 
patte rouge ou orange (415), iris brun. — cf 9- Bonnet et nuque noirs. Man- 
teau gris bleuâtre assez foncé. Dossier de l'aile, sus-caudales, rect. médianes 
et face inf. blancs, cette dernière-lavée de gris à la poitrine, à l'épigaslre et 
au flanc. Grandes rém. gris foncé passant au noirâtre vers l'extrémité, la pre- 



FAINE DE FRANCE. 



:î,s:î 



mière à barbesext. noires. Réni. second, et cubitales grises à bordure Ijlanche. 
Rect. lat. g-iMses. En automne, plumage moins pur, 1 ■ finnt blanc, les plumes 
noires du res'e du boimet et de la nuque bordées (K' hl.inc. — ,/. Front et 
vertex blanc rou;isàtre, le dernier taché de brun, occipiil cl mit|ii(' biini noi- 
râtre tachés de gris roussàtre. Manteau gris à lâches Iraiisw brnnalrcs et 
roussàtres. Sus-caudales, tour du cou et l'ace in!', blancs. I"' réni. en grande 
partie noire, suivantes à Ihli-bcs e\l. grises. Héni. second, et grandes sus- 
alaires grises à bout lilanc. Petites sus-alaires noirâtres bordées de giis. Hect. 
gris clair. — P. Bec à pointe noire, patte brunâtre rosé. Fai-e sup. fauve 
roussàtre taché tle noir, l'ace inl'. blanchâtre, la gorge lavée de noiràlre. 

Nid en colonie, de quelques débris végétaux, simple petite dépression du sol, 
sur le sable, entre des pierres ou des herbes, sur les grèves, les dunes, le bord 
des eaux douces, les marais. — Œaf)< : 3, quelquefois 2, ovoïdes ou subphifonnes. 
Gd : 38 à 44 ; Pd : 29 à 31. De couleur très variable, blanchâtres, fauves, gris 
roussàtre, olivâtre ou verdâtre clair, ponctués et tachés de gris lilacé, de brun 
violet, de brun rougeàtre, de brun olivâtre. 

Estivale ou de passage, plus ou moins répandue, dans la plus grande partie de 
la France. — Europe moins l'extrême N. ; Asie moyenne; N. de l'Amérique; l'hiver 
jusqu'au S. de l'Afrique, l'Inde, Malacca et le Brésil. 

S. paradisea Brïinn. [S. macrura Naum., à\ arctica Temm.]; Sterne pai^a- 
dis. L : 37 à 39 ; A : 27,2 à 28 ; Q : 17,5 à 2U ; T : 1,3 à 1,6 ; B : 3,1 à 3,5. 
Bec et patte rouges (ad.), iris brun noir. — cf 9- Ressemblant beaucoup à 
l'espèce précédente, un peu plus petite, la queue plus courte, le manteau 
léger, plus foncé, la face inf. nettement plus gris bleuâtre à la poitrine, à l'épi- 
gastre et au flanc, la queue plus grise, les barbes ext. des rect. lat. gris 
bleuâtre. En automne, le front blanc, les plumes noires du vertex, de l'oc- 
ciput et de la nuque bordées de blanc, reste à peu près comme au printemps 
— J. Ressemblant à part la taille beaucoup à celui à.& Si. hirundo, le bec. 
brun à base rougeàtre. — P. Bec brun à base jaunâtre, patte jaunâtre. Front 
et gorge noirâtres, le tour de l'œil et le devant du vertex gris. Reste de la 
face sup. gris marbré de noir. Face inf. blanche, l'abdomen et la cuisse lavés 
de gris clair. 

Nidification très semblable à celle de l'espèce précédente, mais seulement au 
bord de la mer. — Œuf'x : 3, ({uelquefois 2 ou 4, ovoïdes. Gd : 44 à 45; Pd : 30 à 
31. Jaune sale, brun jaunâtre clair, roux plus ou moins clair ou foncé, tachés de 
gris, de brun violacé, de brun rougeàtre, de brun olivâtre, souvent beaucoup plus 
densément vers le gros bout. 

De passage sur les côtes N. et W. de la France. — Régions arctiques, émi- 
grant jusqu'en Afrique et le S. de l'Amérique. 

S. albifrons Pall. \S. minor Briss., A", minuta L.]; Sterne naine. L : 21 à 
24; A : 17 à 18 ; Q : 7,2 à 8,2; T: 1,5 à 1,55; B: 2,5 à 3. Bec jaune à pointe 



384 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

noire (^ad.), patte orange, iris brun noir. — cf 9- Front, côté du verlex jus- 
qu'à l'œil, face inl'., jjout des grandes sus-alaires et des rém. second, et rect. 
blancs. Reste du bonnet et nuque noirs. Face sup. et aile sauf les deux pre- 
mières réni. gris bleuâtre, les sus-caudales étant presque blanches. Deux pre- 
mières réni. brun noirâtre lisei'ées de blanc aux barbes int. En automne, le 
bec et la patte de teintes moins vives, les plumes noires de la tête bordées 
de blanc. — /. Front blanchâtre, verlex, occiput, nuque et une tache au 
loruni, brun noirâtre, les plumes liserées de gris roussâtre. Manteau gris, 
lavé liai" j)lace de roussâtre, avec une ligne transv. subterminale brune aux 
plumes. Sus-caudales et rect. gris bleuâtre clair. Face inf. blanche. Uém. 
prim. gris foncé un peu brunâtre, la première brun noirâtre. Rém. second, 
à barbes ext. g-rises, à barbes int. blanches. — P. Bec jaune à pointe brune, 
patte orange terne. F'ront et g'orge blanchâtres. Face sup. fauve tachetée de 
noir. Face inf. blanc léger, roussâtre. 

Nidification rappelant beaucoup celle de St. hirundo. — Œufs : 3, quelque- 
fois 2, ovoïdes, asssez courts. Gd : 30 à 34 ; Pd ; 23 à 24. Blanc jaunâtre, rous- 
sâtres, verdâtre clair, ponctués et tachés de gris, de brun, de noir. 

Sédentaire ou estivale en quelques points, surtout de passage sur les côtes et le 
long des grands cours d'eau de France. — Europe moins l'extrême N. ; Asie 
moyenne; descendant l'iiiver jusqu'au S. de l'Afrique, l'Inde et Java, 

S. fuscata L. [S.fusca Briss., S. fulioinosa Gmel.J ; Sterne fuligineuse. 
L : 38 à 40 ; A : ^6,5 à 28 ; Q : 17,5 à 18 ; T : 2,2 à 2,6 ; B : 4 à 4,2. Bec et 
patte noirs, iris brun foncé. — cf 9- Front, coté du vertex jusqu'au dessus 
de l'œil, joue, côté du cou et face inf. blancs. Face sup., un peu côté de la 
tête, aile et queue moins la rect. ext. qui est en grande partie gris clair, noir 
fuligineux brillant. En automne, le dessus de la tête taché de blanc. — 
J. Brun noir clair, les plumes du manteau bordées de blanchâtre, la face iid'. 
beaucoup plus claire, passant au blanchâtre au milieu du ventre. 

Nidification en grande colonie, analogue à celle des autres Sternes. — Œufs : 3, 
ordin. ovoïdes. Gd : 40,5 à 54,5 ; Pd : 32,5 à 37,5. Jaunâtres, tachés de violacé et 
de brun. 

Plusieurs captures en France. — Atlantique tropicale; mers des Indes et jus- 
qu'à l'Australie; accident, dans l'W. de l'Europe. 

Remarque : Pour les captures européennes et la dislril)ution géographique de 
cette espèce, consulter: L. Bureau, 1904. 



G. HYDROCHELIDON Ho.e ; Guifette. 

Bec droit ou très faiblement arqué, jamais très élevé, fortement comprimé en 
avant, à Ijords tranchants un peu rentrants, à arête entrant un peu dans les plumes 
du front, à angle mentonnier assez accusé, à peu près au milieu de la rampho- 
thèque. Tarse un peu comprimé, scutellé devant, réticulé derrière. Ongles assez 



FAUNE DE FRANCE. <lISEAlî\ 385 

allong'és, minces et aigus, relui du uiédiau le plus i'orl. Poure porlanl sur le sol par 
le bout. Queue à rccl. lai. subarroudies à l'exlréniilé. Sexes semblables. Oiseaux 
paludicoles. 

H. leucoptera (Temm.) [Sle/nn /îssipes Pai.e., llydrochelidon /u'i^ra (îkayJ ; 
GuifeUe leucoptère, Guilette noire. L : L>:i à 26 ; A : 21 à 21, S ; Q : 7 à S ; 
T : 1,85 à 2 ; B : 2,5 à 2,6. Bec et patte rouges (ad. rupt.) ou jjruu rouge (ad. 
automne et j.), iris brun noir. — cf 9 rupt. D'un noir plus ou moins pur 
avec les sus et sous-caudales, la région anale, le dossier de l'aile, les petites 
sus-alaires et la queue blancs. Rém. gris assez foncé, les premières à Ijout 
noirâtre, les autres et les grandes sus-alaires d'un gris un peu plus clair, les 
moyennes sus-alaires presque blanchâtres. — (^ Ç autounie. Front, côté de 
la tête, cou, face inf. dossier de l'aile et queue blancs. Nuque, arrière du cou 
et région auriculaire à plumes gris noir bordées de blanc. Manteau et aile 
gris cendré, les rém. plus foncées. —7. Front, coté et un peu arrière du cou, 
croupion et face inf. blancs. \'erte.\, nuque, partie du côté de la lèle bruns 
tachés de noirâtre. Manteau lavé de brunâtre, un peu taché de brun, les 
pkunes bordées de roussàtre. Queue grise. — P. Bec brun à base couleur 
chair, patte jaunâtre. Face sup. rousse tachée de noir. Face inf. roux bru- 
nâtre plus claire au milieu. Lorum et tour de l'œil blanchâtres. 

lYid g-rossier, en coupe évasée, de tiges et herbes sèches, radicelles, sur des 
roseaux couchés, des moites émergées, dans les étangs, les marais. — Œufs : 3, 
exceptionn. 2 ou 4, ovoïdes. Gd : 33 à 39; Pd : 24 à 28. Roux jaunâtre, verdâtre, 
olivâtre, brunâtre, maculés et tachés de gris, de brun, de noirâtre, souvent plus 
densément vers le gros bout. 

Sur les étangs, les marais, etc., estivale et de passage en France, surtout dans 
le S. — Europe et Asie moyenne et S. ; émigrant jusque vers h; S. de l'Afrique, 
l'Australie, la Nouvelle-Zélande; accident, en Amérique. 

H. leucopareia (Temm.) [Stcr/ia hi/bn'da Pall., S. dchnnotld ViEnx.] ; 
Guifette moustac, Guifette hybride. L : 26 à 28; A : 2:i,S â 2i,i ; Q : 8,6 à 
9,4; T : 2,1 à 2,3; B : 2,9 à 3,4. Bec rouge (ad.) ou brun à base rougeâtre 
y.), patte rouge (ad.) ou brun rougeâtre (j.), iris brun noir. — ç^ (^ rupt. 
Dessus delà tête et du cou noirs. Reste de la face sup., sus-alaires, rém. 
nK)ins les anl. et la plus grande partie de la queue gris cendré bleuâtre, le 
dos un peu plus foncé. Côté et dessous de la tête, sous-caudales et sous- 
alaires blanc pur. Reste de la face inf. gris avec le ventre noirâtre. Première 
rém. en grande partie brun noirâtre avec le rachis blanc, les suivantes grises 
lavées de brun vers le bout et à rachis blanc. Rcct. lai. à barbes ext. 
blanches. — cf 9 automne. Devant et côté de la tète, tour du cou en bas et 
face inf. blancs. Vertex, nuque et région auriculaire noirs, les plumes bordées 
de blanc. Reste de teintes plus claires qu'au printenq^s. — J . Ressemblant 
beaucoup à celui de l'espèce précédente. S'en distinguanl surtout, outre sa 
taille plus grande, par son croupion gris et non blanc. — /*. Bec noirâtre à 

25 



386 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

base plus claire, paLte jaunâtre. Front noir, puis roux vif, reste de la face 
sup. fauve irré^ulièr. taché de noir. Haut de la face inf. blanc avec la govge 
noir fuligineux, l'abdomen roux. 

Nidification très semblable à celle de l'espèce précédente. — Œufs : 2 ou 3, 
exceptionn. 4, ovoïdes plus ou moins allongés, quelquefois subpiriformes. Gd : 
37 à 43 ; Pd : 27 à 31, exceptionn. 47X23. Isabelles, jaunâtres, verdâtre clair ou 
léger, bleuâtre, ponctués et tachés de gris Hlacé, de brun noirâtre et de noir, par- 
fois surtout vers le gros bout. 

Surtout dans les étangs, les marais, le bord des lacs, estivale ou de passage, 
surtout dans le S. delà France. — Europe et Asie moyenne et S; émigrant l'hiver 
jusqu'au S. de l'Africjue, la Malaisie, l'Australie ; très accident, aux Antilles. 

H. nigra (L.) [SteriKt im'via Briss., .V. /is.s/'pes Latu.J ; Guifettc épou- 
vanlail. L : 23 à 26 ; A : 21,3 à 22 ; Q : 8 à ',) ; T : 1,.^ à 1,6 ; B : 2,7 à 2,9. 
Bec noir à base rougeâtre (ad.) ou brun (j.), patte brun rougeâtre (ad.) ou 
brunâtre (j.), iris brun noir. — (j^ 9 ï'"pl. Tète (416) cou et face inf. noirs, 
cette dernière très lavée de cendré chez la Ç. Beste gris foncé un peu lavé de 
brun au dos, avec le dossier et partie du bas de l'aile, partie des sus-caudales, 
la rég-ion anale, les sous-caudales et les sous-alaires blancs. La première 
rém. en grande partie noirâtre età rachis blanc ainsi f[ue celui des suivantes. 
— Cf 9 automne. Devant de la tète et face inf. blancs, cette dernière plus 
ou moins marquée de gris à la poitrine et à l'épigastre. Verlex, occiput, 
nuque et partie du côté de la tète noir brunâtre, les plumes bordées de blanc. 
Face sup., aile et queue g-ris bleuâtre, cette dernière à rect. lat. blanches 
extér. — J. Ressemblant beaucoup à celui de l'espèce précédente, mais de 
taille moindre, les taches de la face sup., surtout celles de l'arrière de la tête, 
plus brunes, moins noirâtres. — P. Bec brun à base jaunâtre, patte jaunâtre. 
Face sup., g'orge et C(")té du cou fauve léger, lavé de vineux, tachés de noir. 
Lorum et poitrine blancs, abdomen roussâtre. Tour de l'œil et joue g-risâtres. 

Nidification très semblable à celle des autres Guifettes. — Œufs: 3, exceptionn. 
4, ovoïdes, subpiriformes. Gd : 32 à 3G, exceptionn. jusqu'à 39; Pd : 24 à 26. 
Roux jaunâtre, verdâtre, olivâtre ou brunâtre, ponctués et tachés de gris, de brun, 
de noirâtre, surtout vers le gros bout. 

Estivale et de passage en France, dans les mêmes endroits que la précédente, 
remontant plus vers le N. — Europe depuis le 60° lat. N. ; W. de l'Asie ; descen- 
dant en liiver en Afrique. 



FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 387 

O. ALCIFÔHMKS 
F. ALCIDAE 

Bec jamais bien long, variable de forme, à narines général, percées de part en 
part, plus ou moins operculées. Jambe 1res courte et reculée, enlièr. empluniée. 
Tarse peu comprimé. Doigt médian le plus long. Ongles arcpn-s cl. un peu com- 
primés. Aile suraiguë étroite et pointue, peu développée, ii rém. non éehancrées. 
Queue courte, à rect. raides, général, au nombre de 12. Plumage épais et court. 
Oiseaux perdant la faculté de voler après la reproduction, par chute simultanée 
des rém. Oiseaux de taille moyenne ou assez forte. Sexes prcscjne ideuLicjues, 
jeune différent des ad. Un plumage de noce. Un poussin, sul)niilicole. 

Nid nul. — Œufs très peu nombreux, souvent un seul par couvée, déposés dans 
un trou à terre ou dans une crevasse de rocher, de forme variable, et général, 
bien colorés et tachés. 

Régime malacophage, vermivore, etc. Oiseaux aquatiques, marins, sociables, 
migrateurs. 

TABLEAUX DES ESPÈCES 

i. Bec très comprimé, élevé, sillonné sur les côtés, l\ niaiulih. sup. 
un peu crochue à l'exlrémité (426, 427, 428). Tarse scutellé 
devant 2 

— Bec peu comprimé et élevé, lisse (429, 430) ... 3 

2. Bec au moins aussi haut que long, avec le tour des narine nu, de 

couleur vive (426 et 427). 16 rect. Patte orange 
Frdlerciila (irctica {^.'.i^^) 

— Bec sensibl. plus long que haut, à narines en gi\ande partie i^ecou- 

vertes de plumes, de couleur sombre (428). 12 rect. Patte noire. 
Alcd larda (p. 389) 

3. Bec court, épais, renflé, à narines operculées, d'au plus "2,5 cent. 

de long, depuis la commissure (429). Tarse en partie scutellé. 
Aile d'au plus 13,5 cent, de long Aile aile (p. 392) 

— Bec pointu, assez long, à narines en partie cachées par des 

plumes, d'au moins 4,5 cent, de long, depuis la commissure. 
Tarse réticulé. Aile d'au moins 15,5 cent, de long k 

4. Aile au dessous de 17 cent, de long., avec un grand miroir blanc. 

Patte rouge Uria ^r^/lle [p. 391) 

— Aile nettement au dessus de 17 cent, de long., avec une simple 

ligne étroite blanche. Patte plus ou moins noirâtre avec devant 

du tarse et des doigts jaunâtres 5 

5. Bec depuis la couimissure d'an moins 7 cent, de long., à myxa 

peu saillante, unicolore (430) Un'a Iroïlle {p.'S'ôO) 



:}88 



l-AUNE DE rnANCE. OISEAIX 




^L-0 : .,xu- 







Figures 426 :t 431. — 42G, Fralfrcula arctira l'upt., lèle 
AIru tordu rupl , Lète ; 420, Mie aile riipt., lèle 
tête; 431, U. tvoille rupi., tête. 



427, id. hiver, tête ; 428. 
430, Uria lomvia rupt., 



Bec depuis la commissure au inax. de 7 cent, de long., à myxa 
bien saillante, noirâtre avec une bande longit. jaunâtre à la 
mandib. sup Uria lomvia (391) 



G. FRATERCULA Bhiss. ; Macareux. 

Bec dégagé, subtriangulaire, très élevé et comprimé, à bords à peu près droits, 
fendu jusqu'au niveau des limites de la rhamphothèque, avec des sillons transv, 
obliques et courbés. Mandib. sup. à culmen très convexe, limitée à la tête par un 
bourrelet charnu. Mandib. inf. avec une arête mince. Une rosace charnue autour 
de la commissure. Narines linéaires, le long du bord de la mandib., percées de 
part en part. Tarse un peu comprimé, plus court que le doigt int. armé. Aile 
suraiguë ne dépassant pas la queue. Celle-ci courte, à 16 rect. Oiseaux subissant 
une mue du bec. 



F.arctica(]j.)| F.fratercuUi Briss.; Alca deleta Brunn.]; Macareux moine. 



L : 30 à 34; A : 15,5 à 17; Q 



6; T : !>,3 



B : 4,8 à 5,4. Bec gris 



bleu dans son premier tiers, rouge dans le reste, patte et paupières rouge 



FAINE DE FRANCE. 



389 



oraiif^e, iris hlauchâlre. — (j^ Q rupl. Bec haut, avec iiiie forte rosace com- 
inissurale jaune oranj^e, 2 plaques cornées gris bleu suret sous Td'il (426i. 
Face sup., haut du cou, aile et queue noir brillant. Face inf. blanclic. Tout 
le coté et le dessous de la tête gris blanchâtre. — cf 9 aiilouiuc. Hcc moins 
haut, avec la rosace comniissurale réduite et pas de |)la(pies cornées à l'o'il 
(427). Le coté et le dessous de la lète gris neltenienl pins l'oncé (pi'au prin- 
temps. — J. Bec moins haut, bien moins neltenienl sillonné et de teintes 
moins vives que les ad. Face sup. Ia\ée de brun. Face inl'. blanc sale, le 
flanc lavé de brun. — P. Bet' rougeàlre à base gi'is bleuâtre, patte orange. 
Brun fuligineux, la face inf. plus claire, avec la poitrine et l'abdomen blan- 
châtres. 

.Vid, en colonie, dans un |)eLiL leriier ou dans une crevasse de rocher. — Œuf: 
unique, relativ. très gros, ovoïde ou subpiriforme. Gd : îî8 à 63 ; Pd : 42 à 44. 
Blanchâtre ou léger, grisâtre, à taches peu apparentes grises ou roussâtres. 

Sédentaire, eslival, de passage ou hivernal, ré[)andu sur les côtes de PYance, 
très accid. dans l'intérieur des terres. — N. ci \V. de l'Europe, Groenland ; 
l'hiver jusqu'au N. W. de l'Afrique et aux Canaries. 



G. ALCA L. ; Pingouin. 

Bec droit, fendu presque jusque sous l'œil et à peu près de la long, de la tète, 
très comprimé en avant, à mandib. sup. convexe en avant des narines et avec des 
sillons obliques. Narines très avancées, longit., près du bord du bec, s'étendant 
au delà de sa moitié et recouvertes d'une membrane emplumée. Tarse à peu près 
de la long, du doigt int., nu, assez comprimé. Doigts médian et ext. à peu près 
égaux. Aile suraiguë. Queue assez courte, conique, de 12 rect. 

A. torda L. [A. niinor Briss., Pingniniis p/'cti Bonnat.] ; Pingouin torda. 
Pingouin macroplère. J. : 4t» à 46 ; A : 19,5 à 21,5 ; Q : 9 à 9,9 ; T : 3,1 à 
3,5 ; B : 5 à 5,3. Bec noir avec le bourrelet principal formant une ligne 
transv. blanche, courbe (428), patte noire, iris brun. — (j'Ç rupt. Tète, cou, 
face sup., aile et queue noir fuligineux avec un trait blanc de l'œil au haut 
du bec. Face inf., depuis la poitrine, blanche. — cf 9 automne. Face sup. 
plus nuancée de brun avec un peu de gris et de blanc deri'ière la tête. Face 
inf., côté de la tête et bout des rém. second, blancs. — J. Bec moins nette- 
ment sillonné, sans la ligne blanche transv., ressemblant pour le reste aux 
ad. en automne, mais les teintes moins pures. — P. Bec brun, patte noirâtre 
et brune. Face sup. brune, la pointe du duvet blanchâtre sur la tête et le 
cou, roussâlre sur le dos, milieu de la face inf. blanchâtre. 

Nid, en colonie, dans une anfractuosité de rocher. — Œuf : unique, relat. très 
gros, ovoïconique. Gd : 73 à 80 ; Pd : 47 à 49. Blanchâtre ou roussâlre, taché de 
gris, de brun, de noir, souvent plus densément vers le gros bout. 

Estival en quelques points des côtes N. et W. de la France, y étant surloul de. 



390 



FAUNE DE FRANCE. 



passage ou hivernal, même sur celles de la Méditerranée, accid. dans l'intérieur 
des terres. — N. de l'Atlantique, depuis le 73° lat. X ; émigrant juscju'aux Açores 
et aux Canaries ; E. de l'Amérique. 

t A. impennis L. ; Pingouin brachyptère, Grand Pingouin. L : 80 ; A : 16 ; 
Q : 7,8 ; T : 5, 6 ; B : 11. Bec noir avec de petites lignes transv. blanches, patte 
noii-e, iris brun foncé. — cf 9 . Tête, cou, face sup., aile et queue noirs. Une 
large tache ovale blanche devant l'œil. Face inf. et bord des rém. second, blancs. 
En automne, plumage moins pur, la gorge, le devant du cou et le côté de la tête 
blancs. — /. Ressemblant à Fad. en automne, mais le plumage encore moins pur 
et le bec noirâtre et peu sillonné. — Nid dans une crevasse de rocher. — Œuf, 
unique, piriforme allongé, très gros. Gd : 125 à 130; Pd : 75 à 78. Roux clair, isa- 
belle, avec des taches et des zigzags cendrés, gris violet, brun plus ou moins 
foncé, noirs. — A été capturé plusieurs fois au début du siècle dernier sur les 
côtes N. de la France. — N. de l'Atlantique, Groenland, Islande, Orcades ; accid. 
sur les côtes N. W. de l'Europe. Espèce éteinte depuis 1844 environ. 



G. URIA Briss. ; Guillemot. 

Bec droit ou très léger, arqué, bien plus long que le tarse et fendu presque 
jusque sous l'œil, notabl. comprimé en avant des narines, à angle mentonnier 
plus ou moins accusé, à narines lat., étroites, recouvertes par les plumes fron- 
tales. Tarse à peu près de la long, du doigt int. armé, peu comprimé. Doigt 
médian le plus long. Aile suraiguë atteignant ou dépassant un peu la base de la 
queue. Celle-ci courte, arrondie, de 12 rect. 

U. troille {\j.)\U. uria Briss.]; Guillemot Iroille, Guillemot à capuchon. 
L : 42 à 47 ; A : 19 à 20 ; Q : 5,2 à 6,2 ; T : .'} à 3,5 ; B : 6 à 6,5. Bec noir 
ou brun noir (431), patte brune et jaunâlre, iris brun roux. — cf 9- Tête, 
cou, face sup., aile et queue brun noir. Face inf. depuis la poitrine et bout 
des rém. second, blancs, avec quelques taches noires sur le flanc. En 
automne les teintes moins pures, la gorge, le côté de la tête et de l'occiput 
blanchâtres, ces derniers séparés par une ligne foncée partant de l'œil. — 
J . Ressemblant à l'ad. en automne, mais la face sup. lavée de gris brun, le 
bas du cou gris, le flanc plus taché. — P. Bec brun, patte noirâtre. Dessus 
de la tête et du cou noirs avec des fines stries blanchâtres. Reste de la face 
sup. brun plus ou moins foncé. Face inf. blanche, lavée de gris à la gorge et 
au cou. Côtés de la tête et du cou brun taché de blanc. 

Nid, en colonie, sur une corniche de roches ou dans une anfractuosité. — 
Œuf : unique, relativ. très gros, piriforme allongé. Gd : 77 à 79; Pd : 49 à 51. 
Blanc roussàtre, gris olivâtre, gris bleuâtre, bleuâtre, taché et maculé tic gris, 
de brun, de brun roux, de noir, souvent surtout vers le gros bout. 

Estival en quelques points, mais surtout de passage ou hivernal sur les côtes 
N. et W. de la France, très accident, sur celles de la Méditerranée et dans 



FAlNli DE FRANCE. OISEAUX 391 

riiitc'-rieui- des lerrcs. — N. de l'Europe et de rAinéi-i(|uc ; Océnn Pacifuiue 
jusqu'au Japon et à la Californie ; émigranl jusqu'au Portuj^al. 

S. K. U. t. ringvia Iîiuïnn. Guillcmol Ijiidé. Ne dilléranl guère du type que 
par la présence d'un étroit cercle blanc autour de l'd'il, se prolongeant en arrière 
en une fine ligne descendante. — Accid. sur les côtes N. de la France. — 
Islande, Feroë, Terre-Neuve, 



U. lomvia (Pall.) \('('i>/>/ii/s /u/n Pam,., L/ia uni /m /'eh/' Sabine] ; Guille- 
mot arra, Guillcniol de Hruimich. L : i.") à 48 ; A : 1>0 à 2-2, .5 ; Q : .5,5 à () ; 
T : 3,5 à i ; lî : 5,(i à 6. Hcc noir ou uoiiàlre avec une ligne lonj^il. jaii- 
iiâlre (430), palle hi-une avec le devant du tarse et le dessus des doigts 
jaunâtres, iris brun noir. — q^ Ç. Ressemblant beaucoup aux précédents, 
s'en disting-uant par un bec plus court et plus robuste, une face sup. plus 
sombre avec quelques reflets verdâtres sur la tête. En automne, le côté de 
la. tète blanc sur un espace moindre. — /. Resseml^lant beaucoup à l'ad, en 
automne, la face sup. lavée de gris brun, le bas du cou gris, le flanc plus 
taché. 

Nidification semblable à celle de l'espèce précédente. — Œuf : unique, piri- 
forme allongé. Gd : 79 à 84 ; Pd : 49 à 53. Roussâtre, gris olivâtre clair, verdâtre, 
l)leuât,re, taché de brun, de brun noir, de noirâtre, souvent plus densément vers 
le gros bout. 

De passage irrégulier sur les côtes N. et W. de la France. — N. de l'Europe ; 
accident, dans sa région moyenne ; N. du Pacificjue, descendant l'hiver jusqu'au 
Japon. 

U. grylle (L.) [U. leucoptera Vieill.] ; Guillemot grylle, Guillemot à 
miroir. L : 33 à 34 ; A : 15,5 à 16,5 ; Q : 4,6 à 4,9 ; T : 3 à 3,3 ; B : 4 à 4,5. 
Bec noir à base rougeàtre, patte rouge, iris lirun. — çf^ rupt. Noirs à 
reflets verdâtres à la face suj)., la face inf. un peu nuancée de brun. Une 
grande partie des sus-alaires blanches, formant un gi-and miroir. — cf 9 
automne. Tête et cou à plumes bordées de blanc. Face iid'. I)lanche. Besle à 
peu près comme au printenn)s. — J . Face sup. noir brun, les plumes plus 
ou moins bordées de blanchâtre. Face inf. blanchâtre avec une grande partie 
des plumes bordées de noirâtre. — P. Bec noirâtre, patte rougeàtre. Brun 
fuligineux à face inf. plus claire. 

Nidification analogue à celle des autres espèces du g. — Œufs : 2, rarement 
1 seul, ovoïdes ou subelliptiques, beaucoup plus petits proportionn. que celui de 
la précédente espèce. Gd : 57 à 61 ; Pd : :W à 41. Blanchâtres, roussâtres, gris 
léger, bleuâtre, tachés de gris, de brun, de noir. 

De passage irrégulier sur les côtes N. et W. de la France. — N. de l'Europe et 
(le l'Amérique, Groenland ; descendant plus ou moins l'hiver vers les régions 
moyennes de l'Europe et de l'Amérique septentr. 



392 



FAUNE DE IRANCE. 



G. ALLE LiNK ; Mergule. 

Bec très court, épais, renflé, convexe, aussi haut que large à la base, à angle 
mentonnier bien accusé, à narines arrondies, operculées. Tarse peu comprimé, 
grêle, de la long, du doigl int. armé, scutellé devant, réticulé derrière. Aile sur- 
aiguë. Queue très courte, arrondie. 

A. aile (L.) [Un'a niinor Briss.] ; Mergule nain. J. : 20,5 à 26,5; 
A : 12,5 à l.H,5; Q : 2,5 à 3,2; ï : 1,9 à 2,3; B : 1,5 à 1,7. Bec 
noir (429), patte brun verdâtre, iris brun noir. — cf 9- Tête, cou, l'ace sup., 
aile et queue noir brun, avec souvent des taches blanches aux scapulaires. 
Face inf. depuis la poitrine et bout des rém. second, blancs, le liane étant 
taché de brun noir. En automne, la gorge, le cou, le côté de la tête blancs, 
reste à peu près comme au printemps. — J . Ressemblant beaucoup aux ad. 
en automne, le bec plus court, les teintes moins pures, le côté de la tête 
lavé de gris. 

Nid : dans un trou de rocher. — Œuf : unique, ovoïde. Gd : 46 à 48,5 ; Pd : .30,5 
à 33. Grisâtre, gris verdâtre ou bleuâtre pâle, faiblement taché de roussâlre, de 
brunâtre, surtout vers le gros bout. 

Irrégulièr. en automne et en hiver sur les côtes N. et W. de la France, très 
accident, dans Tint, des terres. — Europe arctique ; descendant accident, l'hiver 
jusqu'aux Açores et aux Canaries. 



(). PROGELLARIl FORMES 
F. DIOMEDEIDAE 

Bec plus long que la tête, robuste, droit, à arête arrondie, longitud. sillonné, à 
extrémité crochue, la mandib. inf. étant tronquée à l'extrémité. Narines s'ouvranl 
chacune dans un petit tube lat., couché dans un sillon. Tarse court, épais, réti- 
culé, beaucoup plus court que le doigt médian. Pouce nul. Ongles ant. faibles et 
presque droits. Aile très longue et étroite, suraiguë. Queue courte, arrondie ou 
cunéiforme. Oiseaux de grande taille. Sexes semblables et sans plumage de noce. 
Un poussin, nidicole. 

Nid : grossier, en colonie, dans une dépression du sol. — Œuf : unique, relativ. 
très gros, ovale, plus ou moins teinté et taché. 

Régime piscivore, malacophage. Oiseaux aquatiques, marins, sociables. 



FAINE DE FRANCE. OISEAIX .'{93 



G. DIOMEDEA L. ; Albatros. 

Bec à aivU' un peu concave en arrière de l'ongh^t qui csl très convexe, à man- 
dib. inf. un peu l'iaigie au niveau de la niyxa. 

D. exulans L. ; AlhaU-os hurleur. L : VM) à \X\; A : CÛ à 7;{; Q : •_>(> à iii ; 
T : 12 à 12,75; B : li à 15. Bec jaune clair avec une lâche oranyée vers 
l'exlréniité (12 p. 45), patle rougeâlre, iris brun foncé. — cf 9- l>lancs, avec 
la l'ace snp. plus ou moins fniement veruiiculée Iransvers. de noir. Bciti. 
prini. hrun noir à racliis en grande partie blanc. Sus-alaires brun noir à 
bout blanc. — J . Brun, les plumes largement boixlées de clair. 

Nid, en colonie, grossier et rudimenlaire, de débris végétaux, dans une faible 
dépression du sol. — Œuf : uni(jue, ovale. Gd : 12.3 à 126 ; Pd : 74 à 78. Blan- 
châtre, jaunâtre, roussâtre, quasi unicolore ou plus ou moins ponctué et taché 
de roux, de brunâtre et de noir, général, surtout vers le gros bout. 

Signalé comme capturé à plusieurs reprises sur les côtes N. de la France et de 
la Belgique. — Mers inlertropicales et australes (1). 

F. PUFFINIDAE 

Hec composé de plusieurs pièces, ([uasi dioit, plus ou moins rehaussé et crochu 
a l'extrémité, à narines tubuleuses réunies sur l'arête du bec et plus ou moms 
fortement séparées par une cloison médiane. Tarse plus ou moins comprimé, 
réticulé. Pouce réduit à un ongle saillant et pointu. Jambe plus ou moins reculée. 
Aile longue, à rect. général, non échancrées. Queue courte ou assez courte. 
Oiseaux de taille variable, jamais petite. Sexes semblables, jeune peu différent 
des ad. Un poussin, nidicole. 

Nid : nul ou presque, dans une anfractuosilé de rocher ou un terrier. — Œuf : 
unique, relativ. très gros, ovale, blanc. 

Régime piscivore, malacophage, etc. Oiseaux aquatiques, marins, sociables, 
sédentaires, migrateurs et erratiques, généi'al. crépusculaires. 



TABLEAUX DES ESPECES 

1. Bec plus court que la tète, à base large, à tubes nasaux en attei- 
gnant le milieu et réunis à l'extrémité en un seul orifice, à man- 



(i) Diomedea palpebrata (I^all.). A : :iO ; T : 7.5. Kntlrr. brun fuligineux avec du 
blanc autour de l'œil. Mers australes. — Aurait été capturé près de Dunkerque (Van 
Kempen. 18S9). 

Diomedea chrysostomus Furst. A : 46 ; T : 7,8. Bec noir à arête et base jaune infèr. 
Blanc avec la tête, le cou lavés de gris, le manteau brun fuligineux, la queue gris foncé, 
Mers australes. — Une capture aurait été faite près de Bayonne (Granger, i893). 



394 



FAUNE DE FRANCE. 





l'iGiHiis 432 il 435. — 432, Fulma- 
rus glaciidix, tète et bec; 
433, G. Piiffînvs, bec; 434, 
Puffinus puffinu^i, patte; 435, 
id., tête. 



tlib. sup. ,i;ariiie iiilér. de quelques lamelles obliques, à mandib. 
inf. tronquée à l'extrémité (432). Tarse plus court que le médian 

armé. Doigt, exl. plus long- que le médian. 14 rect 

Fuhnarus glucuiUs {\s.\Wi) 

— Bec environ de la long, de la léle, à base assez étroite, <'i tubes 

nasaux n'en atteignant sensibl. pas le milieu et s'ouvrant sépa- 
rément, à mandib. inf. pointue et recourbée vers le bas à l'extré- 
mité (117 p. 61, 433, 435). Doigt exl. à peu près égal au médian 
(434). 12 recl. [G. />;///77/;^s] 9 

2. Aile lie uioins de 20 cent, de long., n'atteignant pas l'extrémité de 

la queue. Tarse inf. k 4 cent, de long . . Paffinus assi/iiilis (p. 396) 

— Aile entre 22 et 2.) cent, de long, dépassant l'extrémité de la queue. 

Tarse entre 4 et 5 cent, de long, lîec plus court que le doigt int. 
('435) Puf/înns p„f/inus ip.'.M)) 

— Aile au dessus de 28 cent, de long., dépassant l'extrémité de la 

queue. Tarse de plus de 5 cent, de long : .... 3 

3. Face inf. entier, brune. Bec plus court que le doigt int 

Pit/'/î/iiis^ri.sc'us (p.Sdiî) 

— Face inf. en grande partie blanche f^ 

'i. i^ec plus court que le doigt int. Dos l)run foncé. Face inf. avec le 

milieu du ventre, le liane et les sous-caudales tachés de bi-un . . 
Puf/i/iu.\ i^/>n'/s {p.:i9ô) 

— Bec plus long que le doigt int. (117 p. (U). Dos gris brunâtre. l''aee 

inf. à peu près entier, blanche Puffinus kuhli (p. 395) 



FAINE m: l-RANCE. OISEAI'X 395 



G PUFFINUS Hhiss. Puflin. 

Bec assez long-, relaliv. cLiuit, un j)eu compriiaé el proroiuléiiieul fendu. Tul)cs 
nasaux droits, horizontaux, s'ouvrant obliquement vers le haut. Tarse en général 
plus court que le médian armé, leciuol est à peu près de la long, du doigt ext. 
Aile longue, effilée, suraiguë. Queue gém'iral. arrondie;. 

P. gravis (O'Reilly) \P. major Faber] ; Piiffin majeur. L : 46 à 48 ; 
A : .3-2 à .33 ; Q : 12 à 15; T : 5,4 à 6 ; B : 5,2 à 5,4. Bec noirâtre, patte gris 
clair à ongles jaunâtres, iris brun. — cf 9- l^^ssus de la tête et nuque gris 
noirâtre, avec sur le milieu de celte dernière un faillie collier blanchâtre. 
iManleau I)ruii noir, les plumes liserées de })lus clair, les sus-caudales post. 
blanches lâchées de gris. ¥àce inf. blanche avec le ventre et les sous-cau- 
dales lavées de lirun grisâtre et le tlanc largement taché de brun. Pennes 
noirâtres. — 7. Les teintes moins pures, les plumes de la face sup. liserées de 
clair, la face inf. lavée de brunâtre. 

Nid, en colonie, dans un trou de rocher ou un terrier. — Œuf : unicjuo, ovale. 
Gd : 60 à 71 ; Pd : 40 à 45, blanc. 

Irrégulier et assez rare sur les côtes N. et W. de la France. — Atlanticjue, du 
Groenland et de l'Islande au cap de Bonne-Espérance et aux Falklands. 

p. kuhli 15(iiE [Prucelldiid clnerea Klhl, V . pnffuiu.s Tem.] ; Puffin cen- 
dré. L : 48 à 50; A : 33 à 36; Q : 13 à 14,5 ; T : 5 à 5,8 ; B : 5,5 à 6. Bec 
jaune brunâtre à pointe noirâtre (117 p. 61), patte brunâtre livide, iris brun 
noir. — cf 9- ^^^^ «up. gris brun, les plumes du dos liserées de plus clair. 
Face inf. blanche, sans taches. Joue et côté du cou gris. Rém. et sus-alaires 
brun noir, sous-alaires en grande partie blanches. Rect. brun noir. — J . De 
teintes moins pures, les plumes de la face sup. plus liserées de clair. — 
P. gris cendré clair. 

Nidificalinn très send)lahlc ii celle de res|)èce précédente. — Œuf : ovale assez 
court. Gd : 06 à 73 ; Pd : 44 à 47. Blanc pur. 

Sédentaire et commun dans la Méditerranée, très accid. sur les côtes W. et N. 
de la P>ance. — Méditerranée. 

P. puffinus (Brûnn.) p. fi/i^7orii/ii ï\\\\ ; Puflin des Anglais, Puffin 
Manks. L : 32 à 37 ; A : 23 à 25*; Q : 7,5 à 8,5 ; T : 4,2 à 4,8 ; B : 3,8 à 4,4. 
Bec brun noirâtre, patte jaune brunâtre à ext. brun noirâtre (434), iris brun 
noir. — cf 9 I^'ace sup., aile et queue brun noir. Face inf. blanche, le côté 
du cou varié de gris et de brun. — /. Teintes moins pures, les plumes lise- 
rées de gris. — P. Bec noirâtre, patte couleur chair. Gris brun avec la face 
inf. plus claire, presque i)lanchâtre. 

Nidification rappelant beaucou|) celle de l'espèce précédente. — Œuf : Gd : 57 
à 59 : Pd : .33 à 40. 



396 



FAINE DE FRANCE. 



De passag-c sur les côtes N. et W. de la France. — N. W. de l'Atlantique 
jusqu'en Angleterre ; descendant accident, jusqu'au Maroc et aux Canaries. 

S. E. P. p. yelkouan (Acerbi). A peu près de la taille du type, la face sup. 
plus claire et plus brune, le flanc et partie des sous-caudales bruns. — Répandu 
sur les côtes S. de la France, très accid. sur les autres. — Méditerranée, mer 
Noire ; accident, dans l'Atlantique jusqu'en Angleterre. 

P. assimilis Gould, S. E. P. a. baroli (Bonap.) [P. ohscurus godmani 
Allen]; Puffin semblable. L : -JU à 28: A : 18,2 à 18,8; Q: 6,5 à 6,7; 
T : 3,5 à 3,6; B : 3 à 3.3. Bec jaune foncé, patte livide, iris brun noirâtre. — 
(f 9- Eîice sup., aile et queue noir léger, bleuâtre, la nuque et le derrière 
du cou léger, nuancés de gris. Face inf., colé de la télé et sous-alaires blanc 
pur, le coté du cou, de la poitrine ei l'arrière du flanc léger, cendrés. Barbes 
int. des réni. prim. liserées de blanc. — ./. Seulement de teintes moins 
pures. 

Nidifiviition analogue à celle des autres Puffins. — Œuf : Gd : 48 à oO ; Pd : 29 
à 31,0. 

Très accident, sur les côtes W. et N. de la France. — Canaries, Madère (1). 

P. griseus (Gmel.) [P. fu/foinosiis Strickl. | ; Puffîn fuligineux. L : 44 
à 46 ; A : 29 à 30; Q : 8,5 à 9 ; T : 5,5 à 6 ; B : 4,2 à 4,5. Bec brun noi- 
râtre, patte jaunâtre à côté exl. brun, iris In-un noir. — cf9- Entier, brun 
fuligineux, plus pâle et lavé de gris à la face inf.j les pennes plus foncées. — 
/. De teintes moins pures et plus claires, surtout la face inf. qui est un peu 
blanchâtre au milieu. 

Nidi/îcation semblable à celle des autres espèces du g. — Œuf : Gd : 73 à 76 ; 
Pd: 49 à 51. 

Très accident, sur les côtes N. et W. de la France. — Atlantique des Feroës et 
Terre-Neuve au S. de l'Afrique et de rAniéri([ue; océan Pacifique ; accident, dans 
rW. de l'Europe. 



(G. PTERODROMA Bonap. ; Estrétate.) 

t P. hasitata (Kihl) ; Estrélate hasite, Estrélate diablotin. L : 30 ; A : 29 ; 
Q : 12,7; T : 3,8; B : 4,2. Bec noir, patte jaune à extrémité noire, cf 9 • Face sup. 
en grande partie bi'un fuligineux, la tête et la nuque à plumes plus foncées et à 
la base blanchâtre. Cou, face inf., joue et base de la queue blancs. Une tache 



(Il Puffinus Iherminieri Less. De tailla U'-^w. plus grande que le P. assimilis 
baroli, le bec noir ardoisé, le noir du dos niiiincé de brun au lieu de bleuâtre, joue et 
sous-caudales en grande partie fonces. — Iles du Cap Vert, Bernuides, .\nlilles. — Très 
accident, sur les côtes W. et N. de la France (Rrasil, 1914). 



FAUNE DE FRANCE. — OISEAl'X 397 

grise devant l'œil et sur roiville. Hout de la (jucue noire. - Une capture [)i'ès de 
Boulogne-sur-Mer an commencement du siècde dernier. Mer des Aiililles, côtes 
E. de l'Amérique seplentr. ; accident, dans IW. de rKuro|n'. Kspcce éteinte 
depuis 1893(1). 

G. FULMARUS Si-nen. ; Pétrel, Fiilmar. 

Bec nettement plus court que la tète, à onglet très élevé et crochu, avec deux 
petites dents latér., à tubes nasaux en atteignant à peu près le nnli(>u, presque 
verticalement terminés. Tarse réticulé, en général plus court que le médian nu. 
Doigt ext. habituell. un peu plus long que le médian. Aile effilée, suraiguë. Oueue 
courte, arrondie. 

F. glacialis (L.) [Procellaria cineren Briss.]; Pétrel glacial. L : 45 à âO ; 
A : 3-_> à ;U ; Q : 12 à 13,3; T : i,7 à T),! ; B : 3,5 à 4. Bec (432) el patte 
jaune, iris brun. — ç^ Ç. Tête, cou, sus-caudales et face inf. d'un blanc [jlus 
ou moins pur ou lavé de gris. Manteau, aile et queue gris bleuâtre, cette 
dernière beaucoup plus claire. Rém. gris brun. — J . Gris cendré bleuâtre à 
l'ace inf. plus claire, les plumes plus ou moins bordées de clair, surtout au 
manteau. — P. Bec gris rougeâtre pâle à pointe blanclie, patte l)Ianchatre. 
Couvert d'un duvet gris brunâtre clair et blanchâtre. 

Nid en colonie, dans une anfractuosité de rocher. — Œuf : unitjue, gros, ovale. 
Gd : 73 à 76 ; Pd : 51 à 53, blanc. 

Très accid. sur les côtes N. et W. de la France. — N. de l'Atlantique, 
juscju'en Angleterre ; accident, dans l'Europe moyenne. 



(G. DAPTION Steph. ; Daption.) 

[D. capense (L.) ; Daption du Cap, Pétrel damier. L : 30 ; A : 26,5 ; Q : 10 ; 
T : 4,8 ; B : 3,3. Bec noir, patte noirâtre, iris brun noir. — cf 9- Tète et haut du 
cou gris noirâtre, reste du corps blanc, avec les plumes de la face sup. et les 
sous-caudales tachées de noir à l'extrémité formant un ensemble un peu en 
damier et quelques taches noires au bas du cou cl au tlanc. Deux premières rém. 
en grande partie noires, les autres blanches à boul noir. Sus-alaires noirâtres et 
blanches. Rect. blanchâtres à bout noir. — Aurait élé tué à jdusieurs reprises en 
France (Degland et Gerbe, iSG7). - S. de rAUanlKjuc (2)j. 



(Ij Bulweria bulweri (Jard. et Selby), A : 19,5 à 20 ; T : 2,8. Bec noir, patte jaune à 
extrémité noiie. — cf 9- Entier, brun fuligineux, la l'iice inf. un peu plus grise, l'aile un 
peu plus claire. ^ Allanliqiie i;t t'acifique tropicaux el ju.sqn'aux Canaries el Madère ; 
très accident, en Angleterre. — Accident, dans nos mers (Degland et Geube, 1867). 

(2) Procellaria aequinoctialis Linné. A : 38; t : 6,5. Brun fuligineux avec le menton 
Idanc, cette tache pouvant f<ai<ner une partie de la face. — Mer.s australes. — Aurait été 
capturé près de Dunkei'que (Van Kempen, 1889). 



398 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 



F. HYDROBATIDAE 

Bec court, mince, comprimé et bien crochu à l'extrémité, la mandib. inf. un 
peu courbée et pointue au bout. Tubes nasaux intimement soudés en un tube 
unique, droits ou un peu retroussés vers l'extrémité, à cloison séparatrice mince. 
Jambe plus ou moins nue à la partie distale. Tarse grêle, peu comprimé, réticulé, 
acutellé ou quasi botté. Aile longue, aiguë. Queue arrondie ou plus ou moins 
fourchue- Oiseaux de faible taille, à plumage général, très foncé. Sexes seniljlablcs, 
jeune peu différent des ad. Un poussin, nidicole. 

Nid nul, dans une cavité du sol ou d'un rocher, parfois d'un édifice. — Œuf : 
unique, relativ. gros, ovale, blanchâtre, finement tacheté. 

Régime malacophage, vermivore, etc. Oiseaux aquatiques, marins, sociables, 
crépusculaires. Vomissant, quand on les prend, un licpiide huileux à odeur vio- 
lente. 



TABLEAUX DES ESPECES 

i. Tarse quasi botté, sensibl. plus long que le médian armé, d'envi- 
ron 3,5 cent, de long. Doigt médian et ext. à peu près égaux. 
Palmure jaune et noire Oceanites océaniens (p. 398) 

— Tarse largement réticulé, sensibl. de la long, du médian armé, au 

plus de 2,5 cent, de long. Doigt médian plus long que l'exl. Pal- 
mure unicolore 2 

2. Queue subarrondie. Aile de moins de 13,5 cent, de long. 

Hydrobates pploi^iciis (p. 399) 

— Queue bien fourchue. Aile de plus de 13,5 cent, de long. 

Oceanodroina leucorhoa (p. 399) 



G. OCEANITES Keys. et Bl. ; Océanile. 

Bec petit et mince, à tubes nasaux horizontaux. Tarse assez allongé, quasi 
botté. Pouce extrêmement réduit. Aile dépassant Ijien le bout de la queue. 

0. oceanicus (Kiul) ; Océanile océanien. L : 17 à 18; A : 13,5 à 16; 
Q : 6, "2 à 7,2 ; T : 3,2 à 3,4 ; H : 1,2 à 1,6. Bec noir, patte noii'âtre à palmure 
jaune, sauf au bord libre, iris brun noir. — cf $• Brun noir fuligineux avec 
les sus-caudales, le côté du bas ventre, les sous-caudales lat. et la base des 
rect. lat. blancs. Le bout des grandes sus-alaires clair. — ,/. Seulement de 
teintes moins pures, les plumes étant bordées de clair. 

Nid dans un terrier ou une cavité de l'ocher, — Œuf : (id : 31 à 315 ; Pd : 22 à 
23, blanchâtre pointillé de rougeâtre en couronne autour du gros bout. 



FAUNE ni: I-UA\CE. OISEAUX .S99 

Très aecid. sur les côLes W. de la France. — Allaiilicjue N. et S. ; océan 
Indien ; Canaries, Açorcs ; accid. dans l'W. de rEnro[)c. 



G. HYDROBATES Boie ; Hiidrolnile, Tlui/assi^/rome. 

Bec conrt, assez forl, à luhes nasaux relevés vers le ixiul qui esl ol)ii(|iieiiienl, 
tronqué. Tarse pluLol conri, larj^eiuenL réLiculé. Aile dépassant iin peu le h'ml de 
la queue. Celle-ci l(''fj;èr. arrondie. 

H. pelagiCUS (L.) ; ilydrohnle pélagique, Thalassidronie lenipèle. L : 14,5 
à 15,2 ; A : l'i à i:{ ; Q : 5,5 à ; T : 2,1 à 2,4 ; lî : 1,1 h 1,2. Bec (118 p. 
61) cl palle noirs, iris brun noir. — cf 9- Noir brun avec les sus-caudales 
et les plumes du ci")té du bas-ventre blanches à l)out noirfilre, soment 
rextrémité des grandes sus-alaires, une partie du bord exl. des réni. second, 
et la base des recl. lat. blancs. — J. Un peu moins foncé que les ad., les 
plumes, surtout celles de la face sup., plus ou moins bordées de brun ou de 
roussâtre. — P. lîec noir, patte gris foncé. Entier, gris léger, brunâtre. 

Nidification très scnd)lable à celle de l'espèce précédente. — Œuf : Gd : 26,5 
à 28,5 ; Pd : 21 à 23. Blanchâtre, pointillé de rougeâtre, général, en couronne 
autour du gros bout. 

Sédentaire et erratique sur les côtes de France, y nichant yà et là, dans le N. 
comme dans le S. ; très accid. dans l'intérieur des terres. — Atlantique presque 
en entier ; Méditerranée ; océan Indien. 



G. OCEANODROMA Hdich. ; Océanodrome. 

Bec court, assez fort, à tul)es nasaux relevés vers le Ijout qui est obliquement 
tronqué. Tarse court, largement réticulé. Aile dépassant peu l'extrémité de la 
queue qui est fourchue. 

0. leucorhoa (^'IELL.) [Procelhiria leaclii Tem.]; Océanodrome cul-blanc, 
Thalassidrome de Leach. L : 2(1, (> à 22,5 ; A : 15,2 à 16,2 ; Q : 8,5 à 8,8 ; T : 
2,3 à 2,5 ; B : 1,6 à 1,9. Bec et patte noirs, iris brun foncé. — cf 9- ^^viii 
fuligineux, plus noir à la tète, plus clair à la face inf., surtout à la gorge. Sus- 
caudales, quelques plumes du c(')lé du bas ventre et partie des sous-caudales, 
blanches à rachis brun. Dernières rém. second, et grandes sus-alaires à 
bout gris clair. Pennes noir brun. — /. Teintes moins pures un peu moins 
foncées, les plumes un peu bordées de clair.. — P. Bec et patte noirâtres. 
Couvert d'un duvet gris brun foncé. 

Nidification analogue à celle de l'espèce précédente. (Euf : Gd ; 29,5 à 30.6 ; 
Pd : 22,5 à 2G,5. Blanchâtre, pointillé de rougeâtre, le plus souvent en couronne 
autour du gros bout. 



400 FAUNE DE FRANCE. OISEAUX 

Irrégulier et assez rare sur les côtes de France. — N. de l'Atlantique, émi- 
g-rant jusqu'à la Méditerranée et dans l'E. de l'Amérique ; côtes du N. de l'Asie, 
jusqu'au Japon. 



0. GAVIIFORMES 
F. GAVIIDAE 



Bec robuste, quasi droit, assez long, fendu jusque sous l'œil, assez comprimé 
en avant et pointu. Jambe courte, reculée, emplumée jusqu'en bas. Tarse court, 
très comprimé, réticulé. Doigts ant. reliés par une palmure un peu échancrée, le 
doigt ext. le plus long, Tint, avec une bordure bi